Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   Lun 19 Déc - 20:51



It's just dinner - Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Voilà encore une journée de remplie. Avec Noah à la sécurité et malgré les accidents du passé, les habitants se sentaient en sécurité. Noah en avait fait sa mission première. Faire d'Astoria un endroit sûr. Et la sécurité était quelque chose de primordiale. Il rentra chez lui et commença à préparer le dîner. Ce soir était une soirée différente des autres. Il avait invité Leto Callaghan, une amie du ravitaillement à dîner.

Ce jour-là, Il avait organisé une entrevue avec la deuxième équipe de ravitaillement. Il était souvent amené à travailler avec les équipes de ravitaillement. La sécurité était autant importante à l'intérieur qu'à l'extérieur. Noah était donc aussi chargé d'étudier les alentours afin que ceux qui sortent d'Astoria puissent revenir sans trop de soucis. Mais Noah était aussi conscient qu'une fois dehors, les imprévus se cumulaient et rien ne pouvait garantir la survie des groupes. Il gardait cependant espoir à chaque mission.

Cela faisait un moment qu'il côtoyait Leto au travers des missions de ravitaillement et des plans dont étaient le sujets des réunions qu'il organisait. Il la trouvait fort sympathique et n'avait pas hésité à engager la conversation après ces fameux raids. De surcroît, il ne s'en cachait pas, il la trouvait très charmante et jolie. Il avait déjà eu l'occasion de lui offrir un ou deux verres mais ce jour-là, il se décida à l'inviter à dîner. Curieusement, elle accepta. Noah fut aux premiers abords étonné mais se dit que de toute façon, elle faisait ce qu'elle voulait. Ce n'était plus une femme mariée.

Il avait décidé de faire les choses bien. Il n'espérait pas non plus grand chose. Il ne s'agissait, ni plus, ni moins qu'un dîner entre deux amis, deux connaissances. Ils apprendraient à se connaître un peu plus et l'ambiance d'un dîner était plus adéquat que l'ambiance professionnel au poste de Noah ou bien devant les grandes portes d'Astoria. Après avoir fait une table quelque peu convenable, il se mit aux fourneaux. Il préparait quelque chose de simple. Il ne fallait pas oublier que même avec un bon ravitaillement, l'alimentation n'était plus aussi extraordinaire qu'avant. Il avait fait revenir quelques légumes pour en faire une sorte de poêlée. Il en avait fait assez pour deux et pour que ni l'un ni l'autre n'aient faim après ça. Pour le dessert, il avait pris le luxe de faire une salade de fruits. Le repas en lui-même restait assez simple mais il fallait reconnaître qu'en ces temps troubles, cela ne pouvait que faire plaisir. Goûtant le vin avant que son invitée n'arrive, Noah déposa une fleur dans un vase en guise de centre de table et alluma quelques bougies. Le vin était bon. Tout était prêt. Il réajusta sa chemise puis rangea un peu le côté salon qui laissait à désirer. Noah, dormant très peu, avait fait du vieux canapé son lit. Quelques minutes plus tard, alors qu'il faisait les dernières vérifications niveau propreté et rangement, il entendit frapper. Il se dirigea alors vers la porte d'entrée et ouvrit.

- Leto ! Bonsoir. Entre, je t'en prie.

Il laissa entrer la jeune femme et referma la porte. Il lui prit son manteau et lui indiqua la salle à manger. Il posa le manteau de son invitée sur son canapé et la rejoignit près de la table qu'il avait préparé pour le dîner. Noah, bien que le sourire aux lèvres, était intérieurement nerveux et ne comprenait pas trop cette nervosité. Quoiqu'il en soit, il ne port pas attention à cela et incita Leto à s'asseoir à table. S'asseyant à son tour, il brisa le léger silence qui s'était installé depuis quelques minutes.

- Comment vas-tu ? Ta journée s'est bien passée ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   Jeu 5 Jan - 3:42

dinner is better than work?
/ noah & leto /
Je m’apprêtais à frapper à la porte de la maison où résidait Noah Marshall lorsqu’une question surgit comme un coup de fouet dans mon esprit : qu’est-ce que je foutais là ? Le poing levé en suspens à quelques centimètres du bois dont je fixai les écailles de peinture d’un regard vide, je me mis soudain à réfléchir à toute allure. Le plus étonnant était que je ne m’étais jusqu’ici jamais posé la question, ni aucune autre ; j’avais accepté l’invitation du responsable de la sécurité sans y réfléchir à deux fois, et en avais même banalement touché un mot à Josh en mentionnant les termes « réunion de travail ». Mais jamais « dîner ». Et c’était pourtant bien de cela qu’il s’agissait : un dîner. En tête à tête. Laissant retomber ma main le long de mon corps, je secouai la tête dans un soupir agacé contre moi-même. Tout de suite, les grands mots. Ce n’était pas parce que deux adultes se retrouvaient autour d’un repas que ça signifiait forcément qu’il s’agissait d’un rendez-vous. Rien dans la relation que j’entretenais avec Noah ne pouvait même suggérer cette possibilité. Nous nous étions bien déjà attardés une demi-heure, trois quarts d’heure, après le boulot, autour d’un verre ou deux, mais nos discussions étaient restées strictement professionnelles. En dehors, peut-être, des banalités que tous survivants s’échangent lors d’un moment propice à la conversation : d’où tu viens ? qu’est-ce que tu faisais avant tout ça ? et la famille ? le chien ? et le régime sans gluten, t’en penses quoi ? Bref, les bases, sans rentrer dans les détails. Le plus probable était que Noah souhaitait s’entretenir des nouvelles mesures de sécurité suite aux événements orchestrés par le camp Echo, sans aucun doute — ne fut-ce celui qu’il s’entretînt avec la simple ravitailleuse que j’étais, et pas des plus anciennes, en plus, plutôt qu’avec les responsables de mon secteur. Fort bien, il devait avoir ses raisons, et ce n’était pas en restant plantée là comme un nain de jardin que j’allais les découvrir.

Je frappai à la porte. Elle ne tarda pas à s’ouvrir et, tout naturellement, j’affichai un sourire poli alors que Noah me saluait et m’invitait à entrer, ce que je fis après lui avoir rendu un :
« Bonsoir, Marshall. »
Malgré mon accent peu prononcé, mes racines irlandaises ne manquaient jamais de me trahir à travers mon emploi instinctif du patronyme quand je m’adressais à mes interlocuteurs. C’était certainement plus à cause de ça, que pour mettre de la distance entre lui et moi. Certainement. Je n’avais aucune raison d’en mettre plus que de mesure, d’ailleurs. Nous n’étions que des collègues qui prenaient sur le temps libre en tout bien tout honneur pour parler boulot, et éventuellement échanger de nouvelles banalités pour la forme. Car en ces temps de misère, qui, franchement, en avait encore à perdre avec d’éventuels rendez-vous galants ? Et d’accord, être un collègue n’avait jamais empêché personne de débarrasser le manteau de son invitée, la politesse existait encore, même en pleine Apocalypse, merci d’ailleurs. Aucune raison, donc, d’être mal à l’aise.

J’avais suivi Noah jusqu’au salon slash salle à manger et avais suivi ses mouvements du regard alors qu’il déposait mon manteau sur le canapé, et ce ne fut que lorsqu’il prit la direction de la table, vers laquelle je me tournai alors, que je sentis comme un seau d’eau glacée me verser sur la tête. Vin, rose, bougies. Et merde. Il avait même mis une nappe. Une NAPPE. Qui, en ce temps-là, utilisait encore des nappes ? Quelqu’un qui veut pécho, me souffla la petite voix du malaise qui n’était d’ailleurs plus si petite que ça. Ou un gay. Seigneur, faites qu’il soit gay.

Mon sourire toujours accroché aux lèvres, bien que légèrement crispé malgré mes efforts de politesse, je m’assis face à Noah et croisai les mains sur la table en priant pour que nous n’eussions pas à nous regarder dans le blanc des yeux sur fond de silence auquel il aurait tout juste manqué le tic tac sourd d’une horloge de grand-père pour finir de le rendre parfaitement embarrassant. Le pire, c’est qu’il y en avait bien une, là, dans le coin du salon, mais elle n’avait pas été remontée et restait, à mon instar, silencieuse et immobile.

Heureusement, Noah Marshall, mon collègue, ne tarda pas à prendre la parole. Et ce fut une de ces fameuses banalités que j’avais apprises à endurer bon gré mal gré, mais qui à l’heure m’apparaissait telle une bouée de sauvetage en plein naufrage et à laquelle je m’accrochai volontiers, élargissement de sourire en prime.
« Bien, » répondis-je sur le ton de la légèreté. « Du moins, aussi bien qu’on peut aller, après les événements récents. » Je secouai légèrement la tête. « Enfin, je n’ai pas à me plaindre, je m’en suis bien sortie… Même si ça n’a malheureusement pas été le cas de tout le monde. »
Légèreté ? Ou pas. J’ai toujours été douée pour mettre l’ambiance. Mais au moins, j’en venais directement au fait :
« Tu dois avoir encore plus de travail avec tout ça. Tu t’en sors ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   Sam 7 Jan - 15:53



It's just dinner - Part 2


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Quelle ravissante femme elle était. Noah lui adressa un large sourire charmeur en faisant entrer la belle. Stressé ? Pourquoi Noah serait stressé, il était dans son élément. Il ne savait juste pas comment il allait faire pour faire succomber la jeune brune. Il hésitait entre feindre le romantisme ou être lourd à souhait. Seulement voilà, ce n'est pas n'importe qui Leto Callaghan. Ce n'était pas la femme qui se laisse draguer si facilement. Et cela Noah l'avait bien compris. Et surtout, il avait remarqué son air un peu crispé. Depuis le temps qu'il draguait, Noah avait su apprendre le langage du corps et surtout du visage, à défaut de le parcourir en le touchant. Assis l'un en face de l'autre, le silence s'était installé saupoudrer de sourires presque gênés. Noah brisa alors le silence.

- Comment vas-tu ? Ta journée s'est bien passée ?

Son sourire s'élargit et Noah ne la quittait pas des yeux alors qu'elle s'apprêtait à répondre. Il avait réussi à se procurer du vin. Par quel miracle ? Noah répondrait : Long story. Il servit Leto car il était un gentleman galant. Affublé d'un sourire blanchâtre, il avança le verre en direction de son interlocutrice. Il s'en servit un verre à son tour. Que le spectacle commence !

- Bien. Du moins, aussi bien qu’on peut aller, après les événements récents.

On ne peut pas dire que les événements récents soient un sujet très sympathique. L'équipe de surveillance de Noah avait subi de lourdes pertes. Cela fronça le visage du chef de la sécurité. Car, en effet, il faisait aller. Perdre des membres de la communauté d'Astoria était toujours aussi dur. C'étaient des habitants que Noah connaissait, travaillait avec. Forcément, cela fait quelque chose. C'était aussi le risque d'être à la surveillance et la sécurité du camp. Des morts, il y en avait eu et il y aura sûrement encore. Ce n'est pas ce que Noah souhaitait mais il se préparait à tout moment à perdre de nouveau des gens, voire même à mourir lui même. Il avait perdu une jambe déjà et était passé près de la mort. Cela fait grandement réfléchir.

- Enfin, je n’ai pas à me plaindre, je m’en suis bien sortie… Même si ça n’a malheureusement pas été le cas de tout le monde.

Noah finit son verre de vin d'une traite. Il fallait dire que Leto savait mettre l'ambiance. Draguer après avoir parlé des morts, de la situation chaotique dans laquelle ils vivaient, c'était un défi que Noah n'avait jusqu'alors jamais relevé. CHALLENGE ACCEPTED. C'est ce qu'il se disait dans sa tête et il n'en avait pas honte. C'était du Noah Marshall tout craché. Et puis, il voulait tellement faire chier Arthur, cela faisait deux raisons pour Noah de tenter quelque chose avec Leto. Mais celle-ci semblait en avoir décidé autrement.

- Tu dois avoir encore plus de travail avec tout ça. Tu t’en sors ?

Elle ne s'imaginait pas à quel point. Réunion, recrutement, réorganisation. C'était tout un programme que Noah et ses trois bras-droits allaient devoir suivre. La sécurité d'Astoria en dépendait et c'était la priorité de Noah. On peut lui reprocher certaines choses mais on ne peut lui retirer son dévouement et sa volonté.

- Bah écoute, la sécurité, c'est toujours du travail. Mais avec les événements passés, je t'avouerai que c'est assez intense.

Il se plongea ensuite dans un court silence, se resservant un verre. Il en avait bien besoin avec cette atmosphère bizarre. Il but une gorgée puis regarda Leto, lui adressa un sourire.

- Enfin bon, je t'ai pas invité pour qu'on parle boulot. On en a déjà assez dans la journée, tu ne crois pas ? Ah, et, comment tu trouves la nappe ?

Quelle question débile ! Mais, bon, c'est Noah. Il tentait un nouveau truc. Et surtout, il esquivait les questions sur le boulot. Il avait autre chose en tête que le travail qui, en ce moment, le tracassait grandement. Il n'avait donc pas besoin de ça alors qu'il avait préparé un dîner simple en compagnie d'une « amie » et qu'il voulait passer un bon moment. Il se leva et alla cherche le plat qu'il posa au milieu de la table.

- J'ai essayé de faire quelque chose de convenable. J'espère que tu aimes les poireaux ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   Mar 10 Jan - 5:10

dinner is better than work?
/ noah & leto /
Après avoir posé ma question, j’avais machinalement tendu la main pour saisir mon verre, mais je ne le soulevai pas, laissant plutôt distraitement mes doigts tapoter dessus, sans réellement être consciente de mon geste. Une façon comme une autre d’occuper l’espace entre deux échanges verbaux, et de tromper ma nervosité qui, néanmoins, se faisait plus discrète à force de raisonnements. Malgré le sujet lourd, la discussion partait bien, sur le travail tel que j’avais pu le concevoir. À la réponse de Noah, je hochai la tête, sourcils légèrement froncés d’une approbation concernée.
« J’ai pu remarquer ça. Même l’ambiance du secteur ravitaillement est plus raide. »
Oh oh, mauvais choix de terme, mais il était aisé de le balayer sous le tapis des circonstances qui ne se prêtaient clairement pas aux jeux de mots. Je détournai néanmoins le regard et, pour tromper le silence, je me décidai finalement à porter le verre à mes lèvres pour goûter le vin. Juste une fine gorgée, quelques gouttes qui glissèrent sur ma langue et mon palais avant de me réchauffer instantanément la gorge. Je n’avais jamais été une grande buveuse, surtout ces dernières années, et je me retins tout juste de tousser, m’enhardissant même à une seconde, plus longue gorgée, alors que Noah reprenait la parole.

J’avalai de travers aussi bien ses mots que ma gorgée, et fus finalement saisie par la quinte de toux. Je reposai vivement le verre sur la table et me tapai le poing contre la clavicule, mes yeux agrandis s’embuant sur le coup. J’en essuyai rapidement le coin sur la tranche de ma main alors que ma toux prenait fin malgré moi dans un rire qui m’échappa dans un souffle incrédule et, Dieu merci, à peine audible.
« La nappe ? » me repris-je maladroitement en suivant Noah du regard. « Elle est, euh… » Je cherchai mes mots. « Blanche. » Ce qui était assez exceptionnel étant donné la pénurie actuelle de machines à laver pour être soulevé, n’est-il pas.
Inconsciemment, j’avais glissé mes mains sous la dite nappe pour me tordre les doigts, la nervosité remontant en flèche. D’accord, il fallait me résoudre à l’idée que je n’étais pas là pour parler boulot. Ça ne sous-entendait néanmoins, à l’heure, rien de suspect, me confortai-je intérieurement. Nous restions des collègues, distants qui plus est de par nos secteurs différents, et des adultes responsables qui avaient sans aucun doute suffisamment la tête sur les épaules pour maintenir cette distance professionnelle par souci d’éthique et d’efficacité, ce qui ne nous empêchait néanmoins pas de discuter de tout et de rien, sans projets ni sous-entendus, autour d’une fricassée de… poireaux.

Cette fois, je ne pus contenir le rire qui naquit dans ma gorge et s’éleva dans les airs l’espace d’une seconde, le temps qu’il me fallut pour que ma main bondisse de sous la nappe et vienne se plaquer sur mes lèvres pour l’étouffer ; sans grand succès néanmoins, car mes épaules continuaient de se soulever malgré moi au rythme de mes pouffements qui me laissaient mortifiée, en témoignait mon regard. Mais je ne pouvais pas m’arrêter.
« P… pardon ! » articulai-je difficilement entre mes doigts et deux hoquets de rire. « Ce… J’suis dé-désolée. C’est ner… veux. »
Je plaquai de nouveau fermement ma main sur mes lèvres pour retenir un autre éclat de rire. C’était nerveux, sans aucun doute, et la gêne dans laquelle cela me mettait rendait absurdement la situation d’autant plus hilarante, me bloquant dans un cercle vicieux dont j’essayai tant bien que mal de m’échapper en posant ma main libre sur mon ventre pour tenter de reprendre le contrôle de ma respiration.

Enfin, prenant une profonde inspiration où trémulèrent encore de légers hoquets, je libérai mes lèvres et m’essuyai le coin des yeux sur le mont de ma paume, puis soufflai longuement, et relevai les yeux vers Noah.
« Désolée. C’est pas toi, c’est moi. » Demi-mensonge : c’était les deux. « Mais pour le coup, ça m’a fait du bien de rire. » Entière vérité, là en revanche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   Lun 16 Jan - 16:56



It's just dinner - Part 3


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Leto se mit à rire. Noah réfléchissait intérieurement. Devait-il rire aussi de la situation ou bien faire genre d'être vexé ? Deux options s'offraient à lui. C'était un fin stratège ce Noah. Oh et puis c'était drôle après tout. Il se mit à esquisser un large sourire, ne voulant pas en faire trop.

- P… pardon !

Noah s'assied en mettant le plat de légumes au milieu de la table. Il prit une gorgée de vin et regardait Leto, tenter de se retenir de rire.

- Ce… J’suis dé-désolée. C’est ner… veux.

Il voulait bien le croire. La jeune femme semblait ne pas contrôler son rire. Elle mit ses mains devant sa bouche tandis que Noah restait, cette fois, impassible. Finalement, il voulait lui faire croire que cela n'était pas forcément drôle. Quel pitoyable stratège... Il attendit qu'elle se calme. Elle prit une grande inspiration puis leva les yeux vers Noah qui la regardait, sans un mot, inexpressif.

- Désolée. C’est pas toi, c’est moi.

Bien sûr que si, c'était lui. Il en était conscient mais restait sérieux. Leto n'était pas une de ces filles faciles qui tombent directement dans les bras de Noah. Il aimait les challenges. Et surtout, Leto était l'ex-femme d'Arthur. Ces deux-là ne pouvaient s'entendre. Allez savoir pourquoi. Après ce soir, quelle qu'en soit l'issu, ils s'aimeront encore moins.

- Mais pour le coup, ça m’a fait du bien de rire.

Cela le fit sourire. C'était une bonne chose. Au moins, il aurait réussi à la faire rire. Si Noah réussissait dans quelque chose, c'était de faire rire les femmes. Et comme femme qui rit à moitié dans ton lit, il ne restait qu'au chef de la sécurité qu'à faire en sorte que l'autre moitié soit aussi dans son lit.

- En ces temps difficiles, cela ne fait pas de mal.

Sans plus attendre, il prit son assiette et la servit. Puis, il se servit lui même. Le silence s'installa tandis qu'ils mangèrent ce mélange de légumes. Noah trouva cela médiocre... Il aurait pu faire mieux mais bon, il fallait s'en contenter. Et il espérait que cela convienne un minimum à la jeune femme. Encore heureux, le vin était bon. Noah savait à qui demander pour l'alcool. De l'alcool, à Astoria ? Long story... Noah finissait son assiette, but une énième gorgée de vin puis releva les yeux vers Leto. Le silence n'avait que trop durer.

- J'espère que cela ne t'a pas paru bizarre que je t'invite à dîner ce soir ?

Comme se disait Noah : Que la phase II commence !

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   Jeu 26 Jan - 9:46

dinner is better than work?
/ noah & leto /
Prise dans mon cercle vicieux, non seulement je n’arrivais pas à me calmer mais en plus je me retrouvais face au silence de Noah qui me fixait avec une impassibilité rendant la situation encore plus gênante. Je devais absolument m’arrêter de rire mais à chaque fois que je commençais à retrouver un peu de souffle, je croisais le regard de Noah dont le terrible stoïcisme me faisait redoubler de nervosité, m’arrachant un nouveau ricanement.

La main sur le ventre, j’avais enfin réussi à me calmer. Mon souffle trembla encore d’un petit rire silencieux, trois ou quatre fois, avant de retrouver une certaine platitude. Je pouvais sentir mes joues chauffées par la honte et mon estomac noué par l’embarras, et le silence pesant qui, après une dernière réflexion de Marshall, s’était à nouveau installé entre nous promettait encore de longues minutes inconfortables. Je me saisis de mon verre dont je drainai le reste de vin en une seule gorgée.
« Je suis désolée, » répétai-je dans un marmonnement tandis que je suivais machinalement les gestes qu’il faisait pour servir mon assiette. Je m’éclaircis la gorge. « Merci, » dis-je platement.
J’attendis qu’il se fût lui-même servi et, peut-être autant pour meubler que pour me faire pardonner, remplis son verre puis le mien. C’est qu’avec tout ça, bien que je ne fusse pas une grande buveuse, j’avais vraiment besoin d’un petit coup en plus — en espérant néanmoins ne pas pathétiquement dégringoler la pente en résultat mais, me disais-je, au point où j’en étais, un peu plus ou un peu moins n’allait plus faire grande différence.

Après avoir repris une gorgée, je m’attaquai à la nourriture. Cela faisait déjà plusieurs mois que je me trouvais à Astoria et que j’avais refait connaissance avec le fait de manger à table et tout ce que cela impliquait : la station assise, les couverts, les codes de politesse. Pourtant, ces gestes dans le temps si banals me semblaient encore aujourd’hui aliens, encombrants même. Si ça n’avait tenu qu’à moi, j’aurais mangé debout, à même le plat, avalé ma part en quelques rapides bouchées en me concentrant à scanner mes alentours pour en guetter les éventuels dangers. Après tout ce temps, je restais un animal sauvage. Alors, je devais me concentrer, pour ramasser de petites portions en les poussant avec mon couteau sur ma fourchette, les cueillir du bout des lèvres, et mâcher, lentement, longuement. Cela me permettait au moins de me focaliser sur autre chose que ma gêne et de taire les réflexions qui me tourmentaient jusqu’alors. Je ne songeais même pas à commenter les talents culinaires de Noah ; c’eût pu être trop ou pas assez cuit, fade ou épicé, peu m’importait tant que c’était comestible. La nourriture était du fuel, rien de plus.

Ainsi, j’arrivai bientôt à la fin de mon assiette sans avoir eu réellement conscience du temps passé en silence quand Noah brisa ce dernier et, déposant ma fourchette sur le côté pour prendre mon verre, je relevai les yeux vers lui, considérant sa question. L’honnêteté me titilla un instant, mais je préférai finalement choisir l’option de l’esquive par voie de politesse :
« Non. C’est plutôt sympa de voir que ce sont encore des choses qui se font, même si avant de rejoindre Astoria, je ne pensais pas que ça puisse m’arriver encore… Ou arriver encore, tout court, en général, » me repris-je.
Regardant distraitement vers la fenêtre, je pris une gorgée de vin que je laissai circuler sur ma langue avant d’avaler. Je tapotai alors le bout de mon index sur le verre, fronçant les sourcils d’un air curieux.
« Ce qui m’intrigue en revanche, c’est ça. » Je désignai la bouteille, et étirai un petit sourire qui avait peut-être une once de bravade. « C’est un privilège de patron, ou bien t’as des choses à cacher ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   Jeu 26 Jan - 20:10



Turning water into wine - Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Toujours aussi impassible, Noah regardait Leto qui ne pouvait plus s'arrêter de rire. Elle avait beau reprendre sa respiration, dès qu'elle croisait le regard du chef de la sécurité, elle se remettait à rire. Le silence s'installa par la suite, tous deux mangeant le plat que Noah avait minutieusement préparé.

- J'espère que cela ne t'a pas paru bizarre que je t'invite à dîner ce soir ?

- Non. C’est plutôt sympa de voir que ce sont encore des choses qui se font, même si avant de rejoindre Astoria, je ne pensais pas que ça puisse m’arriver encore… Ou arriver encore, tout court, en général.

Bon, c'était un bon point. Quoique, Noah sentait quand même que Leto n'espérait clairement pas la même chose que Noah. Car, pour le coup, soyons clair, Noah veut se faire Leto. C'est pas plus simple que cela. Noah but alors une gorgée de vin, suivant le regard de la jeune femme qui se dirigeait vers la fenêtre. Il se demandait ce qui avait pu retenir son attention. Et il n'attendit pas bien longtemps avant de comprendre qu'elle réfléchissait à quelque chose d'autre.

- Ce qui m’intrigue en revanche, c’est ça.

Ça ? C'était la bouteille de vin que Leto désignait. Noah posa le regard dessus. Il est vrai qu'à Astoria, l'alcool est rare, quasi inexistant. Noah en avait et en sortait rarement. Heureusement d'ailleurs qu'il n'habite pas dans une colocation nombreuse. Il n'y avait que Kaï, il pouvait aisément cacher de l'alcool.

- C’est un privilège de patron, ou bien t’as des choses à cacher ?

Il fallait bien réfléchir à la question et surtout à la réponse à donner. Noah savait qu'il n'avait pas le droit d'avoir tout l'alcool qu'il avait chez lui. Mais Leto n'était pas censée le savoir. Il fallait juste être stratégique et bien sûr, bon menteur.

- Privilège de patron.

C'était plus ou moins la vérité. C'est parce qu'il était chef de la sécurité qu'il avait pu obtenir la réserve qu'il avait. Mais là encore, Leto n'était pas obligée de savoir pour la bouteille de whisky, ni pour celle de rhum et encore moins pour les bières... Noah était bon pour cacher des choses, aussi bien des bonnes que des mauvaises. Adressant un large sourire à la jeune femme brune, il se resservit et but une nouvelle gorgée.

- Je ne me voyais pas t'inviter à dîner sas ne serait-ce qu'une bouteille de vin. Je sais bien que le contexte ne s'y prête plus depuis un moment mais, avoue-le. Un bon verre de vin ne fait pas de mal.

Il lui adressa alors un clin d’œil suivi d'un sourire. Il sut tout de suite qu'elle allait le trouver lourd. Quitte à se prendre un vent mémorable, autant préservé sa réputation. Noah riait intérieurement. Finalement, espérait-il vraiment pouvoir la serrer ce soir ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dinner is better than work - ft. Leto Callaghan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fan club de Jared Leto -plus connu sous le nom de Dieu-
» ♥ (m) → ❝ Jared Leto ❞ - Renji G. Nom
» Alexandra Daddario & Jared Leto
» Fraise dejantee !! :D
» maliixe * =)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: