Dead bury our dead - w/Misia

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici Dead bury our dead - w/Misia 909028702
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions Dead bury our dead - w/Misia 870026516

Partagez
 

 Dead bury our dead - w/Misia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
member / settler of astoria
Arthur O'Bradain
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871
Dead bury our dead - w/Misia O834
STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyMer 21 Déc - 20:54

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Il allait faire nuit. Le ciel étoilé, la lueur de la demi-lune. Il sentait des odeurs humides et entendait le silence. Arthur leva le nez en l’air et inspira profondément. La nuit ne pouvait pas tout cacher, ni ses peurs, ni ses doutes. L’obscurité recouvrait et noircissaient, réduisant le monde à des masses d’ombres. Ici, ça dessinait les contours de la clôture qui oscillait au gré des bosses et des creux du relief. Il était là, au fond du trou… Le trou pour y enterrer un mort. Seuls les coups de pelles plantaient perturbaient le silence. Arthur s’essuya le front avant de jeter la pelle en haut et se hissa sur la terre ferme. La peur était une vieille compagne, une amie. Se tournant vers le trou et l’Irlandais se figea. S’il devait mourir on ne retrouverait de lui qu’une pelle, une vie brisée et un sac. On ne se souviendrait que de lui à travers les témoignages de son ex-femme - Lettie - une obsession, bien pratique pour ce qu’on interprétera comme une sort de suicide.
Arthur inspira puis soupira jetant un coup d’oeil au cadavre qu’il devait enterrer. La jeune femme s'appelait Florie et était, paraissait-il bien plus jeune qu’il n’y paraissait. Elle avait vécu en Normandie et avait passé l’océan pour rejoindre sa petite fille. Morte de vieillesse. De ce qu’Arthur avait entendu, on la savait raisonnable et digne de confiance. Ca arrivait, parfois. Le draps dans lequel elle avait été enroulé semblait insuffisante contre l’humidité et la fraîcheur de la nuit. Elle ne s’en soucierait plus de toute façon, pensa-t-il.
Il se pencha et tira le corps avant de le laisser glisser dans le trou. Avec le mouvement, le corps roula et se défit des draps. Son regard se figea sur le corps, les yeux globuleux, les joues creusées. Sa chevelure blanche avait viré au rouge. Ses mèches étaient collées par le sang. Sa tête n’en était plus une. La moitié de son visage était identifiable, le reste se réduisait à du vide. Elle était particulièrement laide. Déglutissant, il prit sa pelle et commença à recouvrir le cadavre. Rien ne semblait plus faire sourire Arthur. Le soleil baissait dans son dos, la lumière était rasante.

« Crotte » siffla-t-il en gaélique irlandais.

S’attelant à sa tâche, il jeta un peu de terre sur le corps pour l'enterrer comme elle le méritait. Il fit le signe de la croix, sans savoir si elle était vraiment croyante ou non. Tant pis.
Trois morts en quelques jours sans compter ce qui s’était passé à Astoria. C’était une autre histoire. Un monstre avait été tapi quelque part, à l’abri peut-être déjà prêt à recommencer ; et la peur, la peur qui depuis ce jour là, avait dévalé pour vider lentement Astoria de ses forces. Pour rendre le monde encore plus obscur. Voilà le moment où tout avait changé, voilà les journées d’Arthur. Il continua sa tâche sans un mot. Ce qui venait de se passer allait au-delà de la tragédie, c’était un cataclysme, une petite Apocalypse. Cela conférait le devoir de mémoire afin que personne ne puisse oublier. C’était cela le rôle des morts. Relevant la tête il vit une jeune femme brune se tenant face à une tombe. Il l’observa silencieux et reprit sa tâche.


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
Dead bury our dead - w/Misia 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyJeu 22 Déc - 1:35

C’est devenu un rituel, pas l’un des plus heureux, pas l’un des plus intelligents, mais un rituel quand même. Comme du temps de sa carrière militaire et des blessures qui font se dire « Putain, j’aurais pu y passer. » Elle pense à ceux qui sont venus visiter leurs anciens camarades au cimetière d’Arlington, là-bas, de l’autre côté de l’Atlantique. Elle pense à d’autres, qui n’ont jamais pu se recueillir quelque part que ce soit. Elle pense à ceux qui sont morts, d’anciens camarades, d’anciens soldats, d’anciens surveillants. Il fait un peu frais, mais elle a laissé l’anorak à sécher pour l’heure, taché de sang frais, sale, vicié. Sur ses épaules, une veste en cuir de l’armée, cuir brun, usé par les années, le sable d’Irak, le vent du Maryland. Le zip est fermé, elle a les mains enfoncées dans les poches de son éternel treillis kaki crasseux. Elle passe à travers les tombes et s’arrête devant une en particulier, parce que la date l’interpelle. Ça fait un an, jour pour jour, que ce mec est mort, et il avait quoi, qu’elle fasse le calcul, quarante-trois ans.
- Putain., elle souffle entre des lèvres gercées par le vent.
Un soupire s’échappe de ses narines, fumée qui se disperse dans le vent. Misia regarde les cieux, envoie une question silencieuse à ce Dieu qui n’a de cesse d’être absent de ce monde chaotique. Pourquoi ? Les gens qui meurent autour d’eux n’ont pas mérité un châtiment pareil : l’espèce humaine est en train d’être décimée, et Astoria n’est peut-être qu’une poche de résistance qui finira, tôt ou tard, par rendre l’âme.
Elle quitte la stèle du regard, et le reporte sur le reste du cimetière. À cette heure où la nuit tombe progressivement et où le soleil n’est plus qu’un point diminuant à l’horizon, elle est dans un espace dont certains disent qu’il est hanté lorsque l’astre céleste se couche. Y a vraiment trop de tombes dans cet endroit. Et une silhouette, qui met quelques pelletées de terre dans un trou. Le fossoyeur, qui n’a pas la même carrure que d’habitude, si elle se souvient bien.

Elle se met en mouvement, lentement, respectueusement, et avance à travers les allées de pierres tombales, vers la silhouette qui se découpe sur un fond de ciel rougi par les dernières lueurs du jour. Lampe torche en main, sortie d’une poche de pantalon, elle allume et détaille le cadavre qui apparaît à moitié sous la terre déposée. Elle sait pas trop qui ça peut bien être, mais c’est une personne âgée, si elle en croit les mèches blanches qui sortent encore de ce trou dans la terre. Lumière éteinte, lampe rangée dans la poche d’où elle l’avait sortie. Elle lève les yeux vers le fossoyeur et lui tend une main par dessus la tombe :
- Misia Sacramoni, bras droit à la sécu. J’crois qu’on s’est jamais croisé encore.
Et j’espère qu’on se croisera pas avant un long moment, elle songe fortement sans le dire non plus. Parce que s’ils se revoient, ça sera probablement pas dans des superbes circonstances. Les présentations sont de mise, et la voilà qui enchaîne, toujours en anglais :
- T’as remplacé Jove récemment, non ?.
Jove, le fossoyeur précédent. Celui qui était habitué au petit rituel macabre de l’ancienne militaire.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
member / settler of astoria
Arthur O'Bradain
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871
Dead bury our dead - w/Misia O834
STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyJeu 22 Déc - 17:42

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Un coup après l’autre. On prend la terre, on la soulève et on la jette dans le trou. Un rythme répétitif qu’Arthur exécutait sans se plaindre. Juste à côté du tombeau ouvert, Arthur était là impassible, se tenait raide tout en tapotant inconsciemment du pied sur le sol. Il était maigre, la peau brûlée par le soleil. Son cou ressemblait à celui d’un poulet plumé.
Écarquillant les yeux, Arthur se figea, la pelle en l’air, pleine de terre. Arthur releva son visage pâle et osseux vers la brune qui se présentait à lui. La regardant d’un air absent avant de se racler la gorge, le barbu jeta le reste de terre sur le cadavre déjà recouvert, planta sa pelle, s’essuya la paluche sur sa hanche et lui prit la main. Arthur avait l’impression que ses bras étaient en plomb et pesaient une tonne. Une fois assis, se lever lui paraîtrait impensable. L’effort le plus inconcevable de toute sa vie. Il préférerait alors se taper la tête contre un mur à clous plutôt que se mettre debout. Les journées étaient longues, trop peut-être. Alors il ferait la seule chose possible : il renoncerait.
Tout en la lui serrant il observa son interlocutrice : brune, du même âge que lui ou presque, un air déterminé. Il la considéra, ouvrit la bouche, la referma. La rouvrit.

« Je vous ai vu, de loin certains jours. » souffla-t-il de son accent irlandais.

A cet instant, Arthur avait plus l’air d’être un poireau à une conférence de Stephen Hawking. Il s’imaginait en train de prononcer quelques mots courtois, gentils. Jetant un coup d’oeil vers le cadavre à peine enterré, il plongea de nouveau ses yeux sur la jeune femme. Elle avait demandé pour l’ancien fossoyeur. Effectivement, il l’avait fait, sinon il ne serait pas là à reboucher un trou fraîchement creusé. Arthur hocha la tête.

« Effectivement, c’est récent. »

Il imaginait déjà les questions étranges, la disparition de ce Jove dont il n’avait entendu que bien. Jove, l’ancien fossoyeur, avait selon la rumeur était affable et courtois, il avait eu beaucoup d’argents mais à l’heure actuelle ça n’avait plus d’importance. Promis à un brillant avenir il aurait dû hériter de de l’entreprise paternelle. C’était un “bon parti” comme on disait avant. Arthur l’avait remplacé peu de temps après sa disparition. Ce n’était pas comme si il avait nourri de grandes ambitions pour ce camp. O’Bradain venait d’une famille où l’on n’aspirait qu’à manger à sa faim et habiter dans une maison ou une caravane à peu près chauffée. C’est pourquoi il n’avait jamais espéré un miracle, ni rêvé de décrocher un hypothétique gros lot. Le problème c’est qu’il n’avait jamais donné la peine de se fixer un but dans la vie, s’il avait pris le temps de se fixer des objectifs, il aurait moins eu la satisfaction d’en avoir atteint quelques uns. Heureusement il avait eu Lettie.
Le ventre d’Arthur gonda. Il lâcha sa main et la plaça sur son ventre en faisant un sourire gêné.

« Pardon. »

Il se demanda si la perspective de manger dans une des gargotes miteuses et de choisir entre Burger King ou un Famous Fish le ferait saliver ou non. Tant pis pour la faim, il devrait se contenter d’une boite de conserve froide. Il se mordilla la lèvre inférieure en tournant la tête de droite à gauche. Un fish and chips lui semblait encore la meilleure option. Un poisson et des frites dans l’huile aurait au moins le mérite de lui rappeler son pays.

« Vous venez souvent, non ? » Il fronça légèrement les sourcils, s’essuyant le front d’un revers de main. « Il me semble que je vous ai déjà vu ici… je crois. »



_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
Dead bury our dead - w/Misia 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyDim 25 Déc - 10:32

Elle tiquerait presque, vu qu’il la vouvoie. Clairement, ils partent potentiellement sur un mauvais pied : elle considèrerait qu’avec la proximité de tous dans ce camp, on devrait pouvoir se tutoyer facilement. En même temps, si elle se présente -les bases d’un début de conversation potentiellement- il ne daigne pas lui communiquer son prénom. L’ancienne militaire sent que la discussion risque de prendre des allures d’interrogatoire mais ne s’en formalise pas pour autant. Elle est dans un cadre peu propice à faire des rencontres joviales, entourés par les tombes tels qu’ils sont.
Elle avait vaguement entendu parler de la disparition de Jove, mais ne s’était pas attachée aux détails, jamais ragoûtants ou plaisants. Elle avait déjà bien assez à faire avec ses morts, ceux qui avaient été mordus, ou attaqués, ou abattus, ou blessés. Un filet de fumée s’échappe de ses narines tandis qu’elle souffle sans mot dire, attentive à ce qu’il a à lui dire à la fois verbalement et physiquement. Elle est consciente de l’avoir interrompu dans sa tâche et pourrait s’en excuser, mais elle ne le fait pas.
Le ventre du fossoyeur gronde et elle se souvient d’avoir parfois demandé à Jove comment il pouvait avoir faim après avoir mis en terre autant de corps. Une question d’équilibre, lui avait dit le fossoyeur grisonnant. Elle hausse les épaules tandis qu’il s’excuse pour le bruit.
- Pas besoin de s’excuser, hein, ça arrive.
Et puis c’était aussi un signe de vie, que la tuyauterie couine et gronde, hein ? Les rôdeurs étaient foutrement silencieux, et les vivants faisaient parfois tout le bruit qu’ils pouvaient -à l’abri des clôtures d’Astoria, certes- pour se sentir animés et en vie.
À la question du nouveau dans le cimetière, elle fourra ses mains dans ses poches de treillis, fourrageant d’une ranger distraite un caillou juste sous son pied. Elle hocha la tête de haut en bas, acquiesçant à l’interrogation de l’homme à l’accent Irlandais -elle se demandait comment il avait bien pu arriver aux États-Unis lui, pour quelles raisons, pour quels espoirs.
- Ouais. Un rituel qui me vient de mes années dans l’armée. L’ennemi était extérieur, elle n’était pas requise de garder ces informations personnelles secrètes. J’ai tendance à visiter ceux qui sont tombés. Un peu macabre, je reconnais, et pas forcément joyeux, mais ça me rappelle aussi pourquoi je me bats, pour qui je combats ces saloperies du dehors.
Ça lui rappelait un épisode de « Band of Brothers », ça, celui de la découverte des camps d’extermination par les Américains, et cette discussion sur les raisons du combat pendant la Seconde Guerre Mondiale ( « It seems the Germans are bad. »). Les enterrés, ce sont des échecs personnels ou collectifs, des gens qui se sont sacrifiés, d’autres qui n’ont pas eu de chance. Elle repensait au bilan de la première semaine de novembre qui avait été dévastateur à la fois pour l’équipe de surveillance et pour son moral à elle. S’arrachant à la contemplation silencieuse de la tombe pas encore totalement rebouchée, elle reporta son regard sombre sur son interlocuteur, demandant avec souci sincère pour un type dont elle ne connaissait même pas le nom :
- Ça va, vous tenez le coup, au moins ?

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
member / settler of astoria
Arthur O'Bradain
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871
Dead bury our dead - w/Misia O834
STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyDim 25 Déc - 19:08

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Certains d’entre eux se souvenaient encore d’une époque où ils n’avaient pas besoin de se méfier en sortant dans la rue. Arthur était de ceux là. Le monde avait changé. C’était comme s’il s’était réveillé un beau jour et que tout s’était déréglé, pas de beaucoup mais juste assez pour changer les règles. Je crois que ça s’appelle vieillir, pensa Arthur. Quand il était gamin, il ne verrouillait jamais la porte, aujourd’hui c’était le contraire, il n’oubliait jamais. Aujourd’hui, seulement respirer ou être en vie était un risque potentiel. Certains avaient encore des rituels et elle expliqua le sien. Ca n’avait pas beaucoup de sens pour Arthur mais il comprenait. Ca la rattachait à la vie, à ce qu’elle était et aux personnes qu’elle avait perdu, à son combat, à celui d’Arthur, à celui des vivants… Il ne semblait pas désapprouver le moins du monde ce genre de choses.
Il hocha la tête, l’air compréhensif.

« C’est compréhensif. Faire ce travail me permet de me sentir un peu plus vivant. C’est une sorte d’équilibre. »

Ca n’avait pas beaucoup de sens mais pour lui c’était comme une rédemption. L’irlandais garda le silence un moment. Il repensa instantanément au conseil et à son choix de ne plus accueillir les nouveaux, à la chance qu’il avait eu d’être arrivé avant et de ne pas être bloqué à l’extérieur, à ce qu’il s’était passé à la Mairie quand soudain elle le sortit de ses mauvais souvenirs. Ses réponses ne semblaient pas la satisfaire puisqu’elle embraya sur son moral mais Arthur ne savait pas quoi dire d’autre. Il n’avait même pas dit son prénom, un peu trop sur la défensive depuis le début de l’épidémie. Il y avait même pas quelques semaines, les plaies d’Arthur, les bleus avaient été recouverte de gaze blanche et son bras ressemblait à un coton-tige géant. Le médecin l’avait examiné puis lui avait dit que ce n’était pas très grave mais que ce serait douloureux dans les jours à venir. Il sentit ses côtes et son épaule palpiter. La douleur était encore diffuse mais il savait que ça ne serait pas long. Il avait été prévenu. Les choses allaient bientôt empirer. Il avait pris un moment pour se reposer avant de reprendre le boulot voilà pourquoi aujourd’hui il était débordé.  

« Comme tout le monde je dirais ; un peu sur le cul. Et vous ? »  Tout en secouant la tête il toussa et reprit : « Pardon, je ne me suis même pas présenté. » Arthur s’essuya de nouveau la main sur son t-shirt puis la lui tendit. « Je m’appelle Arthur. »

Il lui serra la main et sentit ses muscles endoloris qui lui rappelaient qu’il avait un peu trop travaillé aujourd’hui et qu’il aurait dû se reposer encore un peu. Arthur était du genre à ne jamais se poser une seconde, préférant s’occuper l’esprit plutôt que de se retrouver bloqué assis sans pouvoir bouger. Il n’eut le loisir de s’interroger plus longtemps à ce sujet qu’il s’interrompit brusquement dans ses réflexions pour s’excuser :

« Désolé, je suis peu expressif et bavard depuis quelques temps, ce n’est rien contre vous. »


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
Dead bury our dead - w/Misia 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyJeu 5 Jan - 23:27

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Mine de rien, ils se comprennent assez bien dans leurs emplois respectifs. À côtoyer la mort chaque jour, on apprend à faire avec et on s’endurcit : la carapace s’épaissit avec les jours et le silence les enveloppe progressivement. Et encore, elle, elle interagit avec des vivants, ceux qu’elle dirige, ceux qu’elle guide, ceux qu’elle perd, parfois. Lui, c’est que des cadavres qu’il manipule. Elle est pas sûre qu’elle pourrait faire ça, prendre sa place. Une bonne chose qu’il ait des rôles distincts et attribués de façon définitive. La question revient, alors qu’elle lui demandait comment il tenait le coup. Elle hausse les épaules sans répondre, pour l’heure, et lui serre la main qu’il lui tend, en hochant la tête. Arthur. Elle s’en souviendra. Elle s’en souvient toujours, des noms, des visages. L’intérêt d’être physionomiste, franchement. L’intérêt d’une bonne mémoire. Ça doit être la musique qui lui a permis de l’entraîner, cette mémoire efficace. Un bref sourire en coin, avant que leurs mains ne se séparent de nouveau.

Elle reste là, un peu bête, rangers plantées dans le sol terreux, à se dire qu’elle pourrait probablement mettre les voiles. Mais le type face à elle, il a quelque chose dans son regard qui la retient. L’air las, fatigué, usé par les événements, les tombes recouvertes, les stèles posées, gravées, peintes, qu’importe. Et pourtant il s’excuse de son manque de discussion, alors que rien dans l’attitude la femme n’indiquait un quelconque ras-le-bol. Une simple vague nostalgie qui s’élève progressivement dans son corps et l’engourdit, entourée par toutes ces tombes. « Désolé, je suis peu expressif et bavard depuis quelques temps, ce n’est rien contre vous. - Non, non, pas du tout. Ne vous… Ne vous excusez pas pour ça. Y a pas de mal, ça arrive à tout le monde, de pas avoir grand chose à raconter. »

Elle passe une main dans ses cheveux, recule d’un pas inconsciemment, se mordille un ongle. Faut qu’elle arrête de faire ça, tiens, elle va se flinguer les ongles à force, mais qu’importe. Personne pour inspecter ses mains, personne pour constater la pression qui peut peser sur ses épaules, qu’elle fait elle-même peser sans vouloir en parler plus que ça.
- Arthur ?, elle demande, reportant son regard sur lui, alors que ses prunelles noires avaient glissé sur la tombe en contrebas. Vous avez besoin d’aide ? Ou… Ou bien je peux vous laisser terminer, aussi. Vous avez pas besoin de quelqu’un dans les pattes, je suppose.
Elle sait pas ce qu’elle fout là, à s’imposer sans vraiment le faire. C’est marrant hein, avec Jove ça marchait quand même vachement mieux le contact. Mais bon, Jove, elle avait appris à le connaître : là, Arthur, c’est la première fois qu’elle lui cause, alors elle va pas juger là dessus. Et puis un cimetière, c’est pas non plus l’endroit rêvé pour faire connaissance, alors elle devrait pas insister plus que ça. Ça se trouve, il lui a causé seulement par politesse, pour pas la rembarrer direct. Elle sait pas. Elle devrait se barrer, de toute façon, elle a mieux à faire que de squatter le fossoyeur, hein ?

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
member / settler of astoria
Arthur O'Bradain
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871
Dead bury our dead - w/Misia O834
STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyVen 6 Jan - 22:36

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
La nuit commençait à tomber et voilà qu’une discussion allait le mettre en retard. Il était épuisé, sur les rotules mais il devait terminer le travail qu’il avait commencé quelques heures plus tôt. Les rues étaient presque désertes hormis les patrouilles qui faisaient des rondes régulières. Au loin, des voix qui se firent de plus en plus légères mais vers le cimetière, le silence et le sommeil règnent. Il semblerait que les dieux veillaient sur la tranquillité de ce lieu sacré. Il jeta un bref coup d’oeil à la jeune femme et constata qu’elle n’allait pas partir. Soudain elle l’appela. Tournant la tête, il serre légèrement ses doigts autour de sa pelle. Arthur haussa les épaules, affichant maladroitement un sourire timide.

« Ne vous inquiétez pas. Vous ne me dérangez pas. »

Depuis la prise d’Astoria, l’orage était passé. L’attaque n'influa que peu sur la vie d’Arthur. Quel que soit les dangers de l’extérieur, les gens mouraient de maladie ou de vieillesse. En tout cas, Arthur s’efforçait de le croire, même si il se doutait qu’une grande partie de ses “clients”se bousculaient à l’entrée par accident. Durant la matinée, il avait organisé l’enterrement d’un autre mort, un homme, plus jeune. Elles avaient eu lieu en comité réduit, un mot avait fait le tour du camp pour permettre aux éventuels amis d’y assister. Arthur avait l’habitude de vivre ça. Quand l’activité était retombé en début d’après midi il avait de nouveau mit un corps en terre. C’était un cercle sans fin. Aux yeux d’un observateur extérieur, comme cette femme, la situation aurait pu être terrible mais pour l’Irlandais, ce n’était devenu qu’une routine.
Arthur sentit son estomac se contracter.

« C’est quoi votre boulot, à vous ? »

Un lourd silence était tombé et s’était prolongé de plus en plus pesant. Il fut heureux de trouver quelque chose à dire. Prenant sa pelle, il se remit au travaille tout en l’écoutant. Il avait fait preuve de calme, lui qui détestait parler de tout et de rien. Il se garda de marmonner quelque chose d’incompréhensible - ce qui avait le don d’énerver sa mère - le regard perdu dans le vague. Il serra les mâchoires.

« Vous avez mangé ? On pourrait discuter devant un repas, ce serait plus agréable, non ? »

Il se redressa. Sortant ces mots sans aucune arrières pensées, Arthur faisait un effort. Depuis son arrivée au camp il n’avait pas eu beaucoup de contact, il fallait bien qu’il fasse un pas vers les autres.


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
Dead bury our dead - w/Misia 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyVen 13 Jan - 19:44

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Il faut encore qu’ils s’apprivoisent, et ça accroche, par-ci, par-là, des accrocs de rien du tout qu’ils cherchent progressivement, à tâtons, à contourner, ou à défaire, lentement. Alors qu’il hausse les épaules et tente de la rassurer sur sa présence pas dérangeante, elle remet les mains dans ses poches de veste en cuir, et souffle de la fumée blanche. Ça fait longtemps qu’elle n’a pas porté une cigarette à ses lèvres, et mine de rien, elle s’est habituée à l’absence de nicotine dans ses veines. Des fois ça ferait du bien. Des fois comme les bilans entre responsables de la sécurité qu’ils font au moment où ça a giclé et où les cadavres s’accumulent. Ou comme après une attaque pas prévue.

Pense à autre chose, bordel., s’ordonne-t-elle en silence alors qu’elle fourrage du bout de la ranger un tas de boue, comme ça, pour rien.

Le temps passe. La voix d’Arthur reprend et troue le silence douillet dans lequel ils s’étaient coulés, lui demandant ce qu’elle assume comme position au sein d’Astoria.
- Bras droit. En gros j’aide Noah -le grand brun avec une jambe en moins- à gérer les troupes de la Surveillance, et je supervise surtout la brigade de sécurité extérieure, vu que j’étais dedans au départ. Le background militaire aide, mais bon, ça use un peu.
Tandis qu’elle parle, il reprend son travail et achève l’inhumation sous les yeux attentifs de l’ancienne opératrice radio. Il y a quelque chose dans le geste qui rassure, c’est con hein, mais la certitude qu’après la mort, on sera bien traité, dignement, par un fossoyeur consciencieux. Mais probablement qu’elle s’en fichera pas mal, de comment on traitera son corps, quand elle ne sera plus là pour surveiller.

La proposition de continuer de discuter tout en dînant amena un sourire sur les traits tirés de la brune, qui hocha la tête de façon positive, de haut en bas, pour accepter l’offre.
- J’ai pas particulièrement faim, mais je peux vous tenir compagnie pendant que vous mangez, si ça vous va. ‘Suffit juste que vous me montriez le chemin.
Elle accepte, parce que mine de rien, le type à l’accent prononcé l’intrigue. Et elle aime pas trop les énigmes qui durent, parce que ça lui met des doutes qu’elle n’a pas le temps d’avoir. C’est pas qu’elle le soupçonne d’être pas net, loin de là, il a l’air réglo. Mais y a un truc chez lui qu’elle n’arrive pas à cerner, et elle aimerait bien en savoir plus. Et puis ça lui changera les idées, d’apprendre à connaître quelqu’un d’autre, hein.
- Vous vivez avec qui, du camp, d’ailleurs ?, demande-t-elle en lui emboîtant le pas vers les baraques d’Higgins Hills. Ça se trouve elle va le savoir dès qu’elle entrera dans la baraque, si c’est des gens qu’elle côtoie, mais elle est loin d’en être bien sûre, alors elle demande tandis qu’ils marchent, mains le long du corps, bras en balancier, le zip de sa veste bien fermé et le froid qui lui mord les joues et les fait rougir dans la semi-pénombre.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
member / settler of astoria
Arthur O'Bradain
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871
Dead bury our dead - w/Misia O834
STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptySam 14 Jan - 22:01

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Tournant les talons et se dirigeant vers le petit cabanon où il pouvait y entreposer ses affaires, il y déposa sa pelle et prit sa veste. Arthur hocha la tête en guise d’acquiescement et se dirigea vers elle. Manger avec elle était une bonne idée. Prenant la route, il fourra ses mains dans les poches.
A sa question, Arthur serra les dents.

« Et vous ? » préféra-t-il répondre, esquivant la question comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Il s’était efforcé de rester polie tout en s’abstenant de donner des informations personnelles. Tout avait changé depuis son arrivée au camp. C’était très positif hormis une ombre qui ternissait ce tableau idyllique et qui entamait grandement son moral. Misia avait mis ton doigt dessus. Arthur n’était là que pour Lettie. Personne d’autre. Chaque fois qu’il y pensait, sa gorge se serrait et il sentait les larmes lui monter aux yeux. Leur dernière discussion s’était terminé par une dispute. Il se remémora leur dialogue et c’était comme si il entendait encore sa voix.
A peine arrivé devant chez lui, il ouvrit la porte et entra en premier. Il se retrouva dans une large pièce sombre avec de grandes fenêtres barricadées. Il monta les escalier avant d’arriver devant sa porte. Il l’ouvrit et cette fois ce fut une pièce plus petite avec un lit, un bureau. Sur le lit, dont les draps étaient en bataille, un doudou. Il ne dormait jamais sans. Le papier peint couleur crème et orné de petits motifs ne correspondait pas au style chic du rez-de-chaussée. Personne. Si elle s’attendait à voir quelqu’un, la voilà déçue. Seule la photo de famille sur la table pouvait lui indiquer sa vie d’avant. Avec le doudou et le visage de Leto il n’y avait pas beaucoup d’ombres sur ce qu’il fût.
Il désigna une chaise tout en prenant le réchaud. A peine leva-t-il les bras qu’il se sentit soudain fatigué. La journée avait été longue. Il ne l’avait pas ressenti jusque là. Arthur avait les yeux rouges, mais on pouvait mettre cela sur la fatigue.

« Vous pouvez vous asseoir. »

Il prit une boîte de conserve et l’observa quelques secondes avant de tourner son regard vers elle.

« Vous êtes sûr ? Vous ne voulez pas manger ? J’en ai assez pour deux. »

Agitant la boîte, il lui fit un petit sourire, chose qu’il n’avait pas encore fait jusque là. Voilà bien longtemps qu’il ne s’était pas retrouvé avec une femme même amicalement parlant dans son appartement. Il n’y avait toujours eu que Lettie. Et rien qu’elle.


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
Dead bury our dead - w/Misia 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyMar 17 Jan - 2:28

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Ok, il a vraiment pas envie de causer, elle a l’impression. Ou de répondre à un interrogatoire qui n’en est pas un, peut-être. Elle hausse les épaules à la question renvoyée en miroir, avec un commentaire qui s’envole dans les airs avec les volutes du fumée tandis qu’elle souffle :
- Meh, ça vous dira probablement rien.
Et entre temps, elle songe à ses colocataires, et à Alfons en particulier.

Alfons.

Qu’est-ce qu’elle fout à passer un début de soirée avec un type qu’elle ne connaît pas vraiment, à le suivre dans sa maison -rectification, carrément dans sa chambre, ok, tout va bien- alors qu’elle pourrait retrouver Alfons qui doit être rentré de sa mission ravitaillement de la journée ? Alors qu’elle pourrait passer du temps avec lui ?

Elle regarde autour d’elle, ses prunelles détaillent rapidement l’habitacle du fossoyeur et elle en apprend peut-être plus en quelques coups d’œil que ce qu’il aurait bien pu lui dire. Il est seul, hein, dans cette chambre et dans sa vie actuelle. La femme sur la photographie, trop loin pour qu’elle se penche sans avoir l’air de s’immiscer dans des affaires qui ne sont pas les siennes, doit être son épouse. Probablement morte, comme l’enfant à qui appartenait le doudou. Elle ne posera pas la question de la famille, elle est sure à cent pour cent que le terrain est sensible, voire glissant.

Elle s’assied sur la chaise qu’il lui indique de la main et croise son regard alors qu’il revient vers elle. Hochant la tête de gauche à droite, Misia accompagne la réponse négative d’un remerciement :
- Non non, franchement, allez-y. Je n’ai pas faim.
Tu manges pas assez, lui susurre cette conscience qui se réveille de temps à autre. Tu ne manges pas assez et tu vas mal finir, à force. Elle hausse les épaules, un sourire étire les coins de ses lèvres, et la femme fait mine de ne pas repérer les yeux rougis de son interlocuteur.

Elle devrait le laisser.
Vraiment.
Elle n’est pas sûre de ce qu’elle fiche ici.
Pas qu’elle craigne d’être seule dans une pièce avec un homme, non, il en faudrait bien plus pour l’inquiéter, et c’est pas à l’armée qu’elle a appris à en avoir peur, non…
Elle défait le zip de sa veste en cuir, et s’appuie au dossier de la chaise.

Mais abandonner un homme, seul, dans une chambre à la fois vide et remplie de souvenirs ? Peut-être pas la meilleure chose à faire non plus.

- Alors, c’est digne d’un trois étoiles, au moins ?, elle demande, compatissante, en désignant du menton la boîte qu’il a entamée. La conversation pour meubler les silences gênés, c’est pas trop son fort. Elle jouerait du violoncelle, si elle en avait un… Ou du violon qu’Isaac -ce timbré- a été assez fou pour lui rapporter d’un raid de ravitaillement. Mais bon, pour l’heure, point de musique, simplement le bruit de mastication, les autres sons qui parviennent du reste de la baraque. Il mange seul, lui, elle respecte le choix, hein, mais constate qu’il est encore plus ours qu’elle le soupçonnait. Elle attend. Se demande encore si elle ne ferait pas mieux de mettre les voiles, l’impression de gêner dans cette pièce chargée d’affects miniaturisés dans des objets qui pourraient être anodins s’ils étaient accompagnés des figures représentées.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
member / settler of astoria
Arthur O'Bradain
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871
Dead bury our dead - w/Misia O834
STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyMer 18 Jan - 23:46

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
A peine était-il entré qu’il avait senti le malaise. Laissant la porte ouverte pour éviter qu’elle se sente agressé - sait-on jamais - il avait ouvert une boîte de conserve. Elle n’avait pas faim c’est pourquoi il se mit face à elle, mangeant doucement en soufflant sur la fourchette. Il l’observa quelques instants sans oser dire quoique ce soit. Elle était gentille mais il ne la connaissait pas plus que ça. Arthur lui avait proposé de venir simplement par politesse et pour trouver un truc à dire mais sans plus. L'irlandais n’aimait pas manger dans la cuisine. Il avait gardé son petit réchaud qui allait bientôt finir par le lâcher. En bas, avec ses colocataires il devait parler, discuter et ce soir à part avec la jeune femme, il n’en avait pas la force.
Misia s’était assise. Il avait beau essayer de ne pas poser ses yeux sur le doudou, il savait qu’il était là. Jouant avec ses nerfs, ses souvenirs et sa culpabilité. Il écarquilla les yeux à sa question. Marquant un temps il avala sa bouchée :

« Hm. Oui. » Il sourit légèrement. « On ne fait pas mieux que des lentilles en conserve. » Agitant la fourchette en l’air il étira son sourire. « Je crois que c’est ce qu’on servait dans les grands restaurants Français. »

Arthur haussa les épaules en gardant son petit sourire, caché sous ses cernes et sa barbe. Ce n’était pas excellent mais ça avait au moins le mérite de le nourrir. Pendant longtemps Arthur avait diminué ses rations pour simplement survivre. Il avait perdu beaucoup de poids et maintenant ses muscles avaient tant diminué qu’on ne voyait presque plus que ses os. Dans ses vêtements il flottait. Ne manger que pour survivre, voilà sa devise. Ne prenant plus plaisir à rien, Arthur n’était qu’une coquille qui devait se maintenir en vie simplement par habitude et non pas par besoin.

« Je ne suis pas très bavard, je suis désolé. » répéta-t-il à nouveau. « Je suis un ours. »

Arthur s’était isolé. Un peu trop peut-être. Maintenant il ne parlait à presque personne et encore moins à son ex-femme, dont le visage radieux - figé dans le temps - illuminait cette pièce sombre ainsi que son cœur absent.

« Vous… tu… vis avec ta famille ? Ou quelqu’un qui de cher ? »


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
Dead bury our dead - w/Misia 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia EmptyMar 24 Jan - 17:05

DEAD BURY OUR DEAD
/  Arthur & Misia /
Elle reste. Parce qu’elle est intriguée, mais aussi parce qu’elle s’en voudrait si elle se détournait. Parce qu’elle est persuadée que sous les airs bourrus de son hôte improvisé, il y a quelque chose qui vaut la peine d’être connu. Et, progressivement, cette intuition se confirme, lentement, par a-coups, sans que ce soit sûr et certain de rester.

Mais déjà, l’ours sourit un peu, et rebondit à l’ouverture qu’elle propose, lorsqu’il se met à louer les lentilles en converse qu’il déguste sous son regard. Elle hoche la tête, posée contre le dossier de la chaise. Peut-être que c’est le froid qui avait figé les traits d’Arthur, dehors, hein… Ça ou la tâche à laquelle il s’adonnait, à enterrer des gens qu’il avait pu voir, sans discontinuer.

Et tandis qu’il s’excuse de son manque de conversation, elle hausse les épaules.
- J’vais pas mentir, vous manquez de sujets de discussion. Mais c’est pas gravissime.
Chacun ses habitudes, hein. Et après tout, ils sont des étrangers l’un pour l’autre, ne se connaissant que depuis moins d’une heure : elle lui laisse le bénéfice du doute, ça se décloisonnera probablement avec le temps.

- Je… elle commence. S’interrompt. Cherche une formulation correcte et claire de ce qu’est Alfons pour elle. Quelqu’un de cher, évidemment, de la quasi-famille depuis qu’ils se connaissent, mais autre chose, de plus complexe. - C’est compliqué., concède-t-elle, avant de s’excuser de la formulation. - Je sais, je sais, c’est une phrase à la con. Disons que je partage mon lit avec… Mh. Un mec, déjà. On était ensemble -en couple- au lycée. On a rompu. Il m’a larguée, elle pense, encore un peu amère en repensant à cette journée de méga-merde de 1997. - Ça a été compliqué, et puis j’ai été mariée à un autre mec, mais on a divorcé alors que j’étais… Enceinte d’Alfons. Amoureuse de lui, une nouvelle fois. Décidée à ne pas foutre en l’air cette chance.

Elle s’est interrompue, laissant la phrase en suspens. Elle se reprend.
- Hrm, enfin bref. C’est pas clair entre nous, on dort ensemble, mais on n’a rien fait, c’est l’bordel, je suis pas sûre que tu avais besoin de savoir ça… Désolée ? Apparemment, elle avait besoin d’en parler avec quelqu’un, et Arthur s’était présenté. Elle est repassée naturellement au tutoiement, ayant l’habitude de laisser les gens lui faire signe. Elle l’observe avec un air un peu navré de s’être embarquée à essayer d’expliquer la situation avec Alf, alors qu’elle n’est pas claire pour elle : s’ils dorment ensemble depuis qu’il est arrivé à Astoria, il ne s’est rien passé, rien. Des effleurements, des baisers sur le front, sur la joue, mais rien d’autre. Et une présence réconfortante dans le lit, des bras pour l’enlacer quand elle revit l’Irak, l’horreur de la guerre. - Il s’appelle Alfons, au cas où tu le croises. Que tu situes.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
Contenu sponsorisé

Dead bury our dead - w/Misia Empty
MessageSujet: Re: Dead bury our dead - w/Misia   Dead bury our dead - w/Misia Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dead bury our dead - w/Misia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dead bury our dead - w/Misia
» Dylan Dog: Dead of Night
» The walking dead
» Duel Agathe vs Véro "Dead Moon/Luis Royo"
» two steps from hell (misia) [MAJ 11/03]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: inside astoria's walls :: higgins hills :: le cimetière-
Sauter vers: