I miss her, I need her. {keegan &jimmy}

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 I miss her, I need her. {keegan &jimmy}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: I miss her, I need her. {keegan &jimmy}   Jeu 22 Déc - 20:39


I miss her, I need her.
Keegan & Jimmy

Calme toi Jim. Calme toi. Tu as déjà géré des crises d'angoisse, hm ? Bon tu étais jeune mais tu sais ce que c'est alors respire. Je marche, je tourne en rond à une vitesse ahurissante, mon cœur s'emballe, ma tension doit certainement monter. Ça doit sûrement venir du fait que je n'ai pas dormi de la nuit, oui bien-sûr. Ce n'est pas du tout parce que j'encaisse depuis des jours en prenant sur moi, pas du tout parce que je suis au bord de l'explosion, parce que je n'extériorise absolument rien. Ce n'est pas du tout parce qu'avec mon père, on ne s'est toujours pas adressé la parole, ce n'est pas du tout parce que j'ai merdé, parce que je suis devenu incontrôlable, pas du tout parce que j'ai encore fait une connerie, pas du tout parce que ma mère est morte. « PUT... » Non ne crie pas, ne crie pas, calme toi. Respire. Je ne cesse de marcher à aucun moment, mes mains viennent parfois jouer entre elles, puis, d'autre fois, elle se réfugient dans mes cheveux. Ma respiration s'accélère, arrête. JIM, TU ARRÊTES. Ce n'est pas la première fois que je prends sur moi... Pourquoi je suis dans cet état ? Il faut que je me concentre, oui c'est ça ! Que je me concentre jusqu'à ce que ça passe tout ira bien. Je m'assoie rapidement au bout de mon lit, ma jambe quant à elle, continue de bouger nerveusement dû au stress. Je ferme doucement les yeux, allez... J'inspire doucement, j'expire doucement, du moins j'essaye. Je ne sais pas comment m'en sortir seul, lorsque j'avais des crises d'angoisses, j'avais toujours mes parents auprès de moi. La poésie ! La poésie que maman me racontait ! Je souffle de nouveau. Ok...  « Je voudrais bien être un kangourou... » chuchoté-je, les yeux fermés, me berçant sans m'en rendre compte. Ça marchait, cette technique fonctionnait à chaque fois ! Je dois paraître ridicule mais croyez-moi qu'à l'heure actuelle je m'en fiche pas mal, je dois me calmer et je dois m'en sortir seul, parce qu'on ne doit pas m'aider, lorsque j'approche les autres, je suis beaucoup trop dangereux, du moins, j'ai encore cette sensation avec mon père. Je sens encore les doigts de ma mère caresser mon visage, j'entends encore sa voix. « Je dirais : Les mioches ? C'est dans la poche... J'en ai des blonds... des bruns... des roux... » Inspire, expire. « Je voudrais bien être un kangourou... » Ça ne fonctionne pas, je ne me calme pas, je ne me voile pas la face. Uniquement la voix de maman pouvait me calmer, quand ELLE la récitait, quand ELLE me caressait le visage, quand ELLE me prenait dans ses bras, quand ELLE ÉTAIT LÀ. Je me lève, brusquement et je viens violemment ouvrir la porte de ma chambre qui se cogne contre le mur, dans un bruit monstre. Je ne me pose aucune question, je m'en fiche, je ne sais pas où je vais mais je dois marcher, partir, faire quelque chose, décharger ma haine sur des putains de zombie ! Je descends rapidement les escaliers, d'un pas déterminé, une tête à faire peur sans doute, les dents serrés. Mon père est là. Nous nous sommes pas adressés la parole depuis la dispute mais je sais que cette fois, je n'y manquerais pas, même si je l'ignore, non pas volontairement et me dirige vers la porte. Porte qu'il s'empresse de bloquer en se mettant devant mon passage. « Laisse moi passer. » dis-je toujours les dents serrés, sèchement. Je ne veux pas l'être, mais si je ne le fais pas, je crie, je lui hurle dessus et c'est encore bien difficile de prendre de nouveau sur moi. Pourtant il ne bouge pas. « Laisse moi passer ! » répété-je haussant le ton, mes poings se referment, la colère grimpe très vite. Je suis en colère contre tout ce qu'il se passe, en colère contre cette vie, en colère qu'on m'ait retiré ma mère, en colère contre moi-même, en colère de ne pas savoir me calmer. Et là, je suis en train de m'énerver encore plus. « MAIS POURQUOI TU NE ME LAISSES PAS SORTIR ?! » hurlé-je cette fois, tentant de le pousser afin de passer mais même si j'ai beaucoup plus de force lorsque je suis énervé, bien évidemment, mon père a beaucoup plus de force que moi. Il ne bouge pas, je me retrouve là, comme le roi des cons, à lui infliger ça. Je lui inflige ENCORE quelque chose. Je me dévoile, littéralement. Je prends sur moi depuis pas mal de temps pour me montrer dans cet état, ce qui m'énerve d'autant plus. Je finis par abandonner et à faire quelques pas en arrière. Suis-je en train d'empirer mon cas en criant sur mon père ? Certainement, je vais culpabiliser. Mais pour le moment je veux juste prendre l'air, juste - prendre - l'air. « Qu'est-ce que tu veux ?! Qu'est-ce que tu cherches ?! Je ne te parlerai pas ! Je ne te dirai rien, absolument RIEN ! » C'est le moment où je suis censé souffler un bon coup, retourner dans ma chambre et me calmer. Sauf que cela fait bien une demi-heure que je cherche, en vain. Je suis en train de décharger ma haine sur mon père alors que je suis le fautif, alors que je m'en veux à moi. Ça doit certainement lui faire bizarre pour lui aussi, la dernière fois que j'ai fait une crise, maman était là, ils m'ont calmé tous les deux, comme d'habitude. Cette fois mon père doit me gérer tout seul. Il peut le faire, je sais bien mais moi, je suis incapable de m'en sortir. Je n'ai jamais été dans cet état, JAMAIS. Il fallait que je craque, et bien c'est chose faite. Je deviens incontrôlable, je ne suis pas quelqu'un de violent mais je n'ai jamais autant pris sur moi qu'en ce moment, mes poings se resserrent de nouveau. Non je ne taperai pas mon père, jamais de la vie, mais je dois me défouler sur ces pourritures. Le fait que je ne puisse pas me frustre encore plus. M'énerver de cette manière sur lui me rend d'autant plus mal, c'est pour cette raison que je continue, en lui disant finalement « Qu'est-ce que tu veux que je te dises, hein ? Que je suis désolé ? Oui je le suis. JE SUIS DÉSOLÉ ! POUR LA PREMIÈRE FOIS, J'AVAIS PERDU TOUT ESPOIR DE LA REVOIR UN JOUR ET LA TU ME DIS QU'ELLE EST - » Tout se passe très vite, je saisie le verre vide à côté de moi et l'éclate sur le mur. « MORTE ! » J'ai envie d'hurler. Ma voix se casse tandis que je continue de taper le mur comme s'il était responsable de tout ça. Je n'arrive pas à m'arrêter, si je ne peux pas décharger ma haine sur ces putain de zombies, c'est ce pauvre mur qui prendra, ou plutôt... mes mains. J'ai la main en sang, des bouts de verre ancrées dans celle-ci mais je suis bien trop en colère pour ressentir la douleur, du moins, tout de suite. Mon coeur s'emballe, j'ai du mal à respirer. Je redonne un coup, un autre, puis un autre mais c'est comme si qu'au plus je frappais, au plus mes larmes grimpaient. Ça devient de plus en plus difficile de cogner, j'ai de plus en plus de mal à respirer et à retenir mes larmes, une s'échappe d'ailleurs. Je commence à perdre la force. Je n'ai plus la force de me battre, que ça soit contre ce mur, ou contre moi-même, contre ma putain de conscience qui me bousille de l'intérieur. Non, je n'ai plus la force.
Revenir en haut Aller en bas
 
I miss her, I need her. {keegan &jimmy}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vous ne connaissez pas miss catastrophe ?
» Miss-Pucca
» Miss Bathory
» Miss'Fraise [Juillet]
» Lia3424, ou Miss Sadique... MOUHAHAHAHAHAHAAAAAAA!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: