Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan    Ven 23 Déc - 18:14

Une épaule pour pleurer sa perte
Keegan & Grace
Night is never complete.
There is always, as I say, As I say,At the End of Grief, An open window, an illuminated window, There is always a dream that watches over,Desire to fill, Hunger to satisfy,A generous heart,A hand outstretched, an open hand, Careful eyes, A life, life to share.

La journée avait été longue et emplie d’incertitude. Les denrées alimentaires devenaient de plus en plus dures à trouver au fur et à mesure que les jours, les mois s’écoulaient. Mais tu tenais bon, tentant de garder ton éternel optimisme. Il le fallait, ne serait que pour éviter de perdre les pédales. Un soupir sort d’entre tes lèves alors que tu mets fin aux ronronnements du moteur d’un simple geste de la main. Dieu que tu aimais ce vieux pick-up. Ce vieux tas de ferraille qui, malgré son piteux état continue encore et toujours à ronronner comme un chaton. Il t’avait sortie de bien des galères. Traversant la ville de New York jusqu'à Astoria. Oui, tu l'aimais cette brave bête. Il t'avait sauver un nombre incalculable de fois la vie.

Peut-être des minutes, voire des secondes. Tu ne t'en rends pas compte. Dans un temps d'apocalypse le temps s'écoule différemment. Tu restes silencieuse mais tu le sens hésiter, l'homme qui se trouve à côté de toi. Ton coéquipier du jour gesticule comme s'il attendait que tu lui adresse la parole. Manque de pot, tu n'es pas d'humeur à commencer la conversation tout de suite. Alors durant ce silence tu réfléchies, tu te rappelles de la scène rapidement. Tu sais qu’il avait eu raison, cette sortie aurait pu te coûter la vie. Tu avais voulu tenter quelque chose, alors que la zone était infestée de rôdeurs, mais il avait fini par t’attraper de justesse par le bras pour t’en empêcher.

Après tout, grimper sur des rayonnages était peut-être trop risqué, et ce, même pour quelques couvertures ou denrée supplémentaires. Mais tu avais tes moments de folie, comme tout le monde. Tu te mettais en danger inutilement. Confiante, trop confiante, tu fonçais. Te sentant piégé, tu avais besoin d’adrénaline, de risquer ta vie pour améliorer un temps soit peux celles des autres. Tu restes là un moment, les mains sur le volant, le regard perdu dans le rétroviseur au fur et à mesure que le grillage se referme, quelques rôdeurs à l’affut tentent d’entrée dans l’enceinte. Tes doigts fins se crispent sur le volant alors que les portent se referment définitivement. À quoi bon vivre cette vie, si tu ne peux prendre quelques risques - à ton sens calculé ?

Soudain, tu sors de tes pensées tu sens son regard convergé sur toi. Il se lance finalement après un moment.  « Hey... écoute » Tente t-il maladroitement. « On fera mieux la prochaine fois, mais tu sais que c’était trop risqué, même pour toi » Finit-il alors que, doucement tu tournes la tête vers lui frustré. « J’aurais pu le faire. Je suis agile, rapide. Crois-moi, en Afghanistan j'ai fait bien pires. Tu t'en mordrais les doigts si tu savais tout ce à quoi j'ai survécu. Las-Bas, c'est l'enfer. Au moins ici, tu n'as pas a avoir peur de mettre un pied sur une bombe sale. ». Lui dis-tu alors que tu mets rapidement fin à la conversation grâce à au regard que tu lui lances, te demandant vaguement ce que tu faisais dans l’équipe de ravitaillement. Tu aurais peut-être dû prendre le poste au sein de la sécurité, là au moins tu aurais laissé parlé ton talent. Tu le foudroies de nouveau du regard. Histoire qu’il comprenne combien tu es frustré, mais il le sait. Depuis le temps, il commence à te connaître. Il lâche un soupire lasse.  « arrête de me regarder comme si tu allais m’étriper. Tu es notre meilleure tireuse, alors c’est normal qu’on tente de te garder en vie le plus longtemps possible non ? On m’aurait tué si je t’avais laissé faire ma belle. dit-il alors qu’il te bouscule légèrement avec son épaule. Tu grognes, puis tentes de sourire. Mais tu sais qu’il a raison. Tu es précieuse pour eux, que tu le veuilles ou non. Tu es multi-tâches, te fonds dans la masse, toujours volontaire pour les pires missions.  « allez promis, on tentera ça la prochaine fois, en attendant… Regarde ça…   C’est rare de le voir flanché comme ça… qu’est-ce qui se passe ? »

Tu fronces soudain les sourcils et rencontres son regard, lui ton ami. Keegan. Tu laisses alors en plan ton coéquipier, alors qu’il murmure un vague  « Ok j’ai compris, je me débrouille pour décharger » et tu te précipites vers l’homme, les yeux brillants. Il reste planté devant toi, sans un mot. Tu le tire doucement à l'écart. Tu oses alors un geste vers lui, ta main se pose doucement sur son bras droit tandis que ton regard cherche le sien.  « Keegan, qu’est-ce qui se passe ? Ce sont les garçons ? Quelque chose est arrivé ? Keegan je t'en pris qu'est-ce que tu as..  »
Made by Neon Demon


Dernière édition par Grace Serkizian le Ven 30 Déc - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan    Jeu 29 Déc - 22:59


Une épaule pour pleurer sa perte
Comment la situation a pu prendre cette tournure ? A quel moment les choses ont prit cette direction ? Toutes ces questions qui te trottent dans la tête alors que tu foule le goudron des rues d'Astoria. Toute la journée tu as tourné dans ta maison. Tu as repensé aux choses qui sont arrivés la veille. A comment tu as fait pour en arrivé là avec tes fils ? Tout allait parfaitement bien. Tu les avaient retrouvés ici. Tu as vécu ce miracle inattendu. Quelques mois en arrière, quand tu faisais ton maximum pour survivre dans la jungle derrière les murs, tu ne pensais pas les revoir. L'espoir -aussi minime soit-il- te gardait en vie. Pourtant, une partie de toi c'était faites à l'idée que tu ne reverraient plus. Que tout était perdu. Que tu te battais pour rien. C'est vrai, après tout ces rôdeurs ne font pas d'exception ils tuent quiconque se trouve en travers de leur route. Tout ce qui est de près ou de loin vivant n'est bon qu'à être mangé. Ta femme en est la preuve. Alors que votre maison était encerclé par une horde, tu as pris la décision de passer à travers. Tu étais sûrement trop confiant. Ta femme a subi une morsure. Quelques kilomètres plus loin, elle mettait fin à ses jours d'une balle dans la tête tandis qu'elle se tenait dans tes bras. Ces derniers instants n'ont jamais quitté ta mémoire. Tous les jours ils te hantent. La preuve, aujourd'hui tu y penses. En fait, tu y penses parce que tes fils savent maintenant la vérité. A leur arrivée -quelques mois après ton entrée au camp-, tu leur a menti. Tu as préféré ne rien dire. Tu as dis cette excuse complètement bidon qu'elle était encore dehors, que des rôdeurs vous avaient séparés. Tu n'as pas eu le courage de leur dire. Vos retrouvailles étaient bien trop importante pour que tu lâche ce lourd secret que maintenant tu gardes depuis quelques mois. Néanmoins, leur mentir a été l'une des pires choses que tu as fais. Tu te sens coupable. Ils avaient le droit de savoir. Tu n'avais en aucuns cas le droit de leur laisser l'espoir d'une peut-être retrouvaille avec leur mère. Mais, comme on dit, la vérité refait toujours surface. Rien ne reste jamais vraiment enfouie. Quelques mois ce sont écoulés sans que tu es le courage leur dire la vérité sur le sort de leur mère. Tu as essayé à de nombreuses reprises. Parfois, tu pensais avoir assez de force pour le faire mais non, tu te trompais. Peut-être que tu n'arrives pas à faire le deuil. Pourtant, hier soir alors que Jim avait passé quelques heures en dehors des murs du camp sans vous prévenir et qu'Espen a tenté l'impensable en tentant de s'échapper de ses murailles, tu as finis par leur dire. Du moins, tu n'as plus su leur cacher la vérité. Tes mots ont eu l'effet d'une bombe nucléaire. Tu as senti le cœur de tes fils se briser. Tu as vu le regard d'Espen perdre tous l'espoir qu'il lui restait de revoir un jour sa mère. Tu as menti, tu n'as pas su agir comme il le fallait. Tu aurais dû leur dit bien avant. Tu te sens complètement désarmé face à cette situation. Tu ressens à nouveau la sensation d'être aussi vivant que les choses qui ont envahit ce monde. Tu ne sais pas quoi faire. Les choses se bousculent dans ta tête. Tu as l'impression de dégringoler d'une falaise à toute vitesse sans savoir quand tu vas atterrir. Dur sera la chute.

Au fil de tes pas, tu finis par arrivé devant la grille principale du camp. Et c'est là que tu la vois. Grace. C'est celle que tu cherchais. Elle a souvent été là pour toi en soutient depuis ton arrivée. Elle sait pour la mort de ta femme. C'était d'ailleurs l'une des rares avant que tes fils l'apprennent à leur tour. Elle est un peu la béquille qui t'empêche de t'écrouler. Et là, tu as besoin de quelqu'un. Tu ne peux pas garder ça pour toi. Tu as aussi besoin de savoir que tu n'as pas tout perdu. Quand elle t'aperçoit, elle se précipite vers toi te tirant à l'écart. Tu sens sa main se poser sur toi alors qu'elle te demande ce qu'il se passe. Elle a comprit. Elle sait que quelque chose ne va pas. Tu ne sais pas comment dire les choses. Tes mots ne sortent pas. Tu as perdu la force de faire face à son regard. Elle tente tant bien que mal de croiser le tien. Tu prends une longue inspiration en fermant les yeux. Tu as le cœur serré dans ta poitrine. Tu ne sais pas comment soulager cette douleur, ce déchirement. « Ils savent... » bredouille-tu. « Ils savent tout... Pour leur mère. » précise-tu. Évidemment, tu parles de tes fils. Tu lèves la tête vers le ciel inspirant une nouvelle fois. « J'ai été con de leur mentir. Maintenant, tout est gâché. » lâche-tu, persuadé d'avoir perdu la confiance de tes fils. Après tu as merdé. Tout est de ta faute.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan    Ven 30 Déc - 18:50

Une épaule pour pleurer sa perte
Keegan & Grace
Night is never complete.
There is always, as I say, As I say,At the End of Grief, An open window, an illuminated window, There is always a dream that watches over,Desire to fill, Hunger to satisfy,A generous heart,A hand outstretched, an open hand, Careful eyes, A life, life to share.

Il fuit ton regard, il tente de parler, mais les mots ne sortent pas. Alors peux à peux tu commences à comprendre. La seule chose qui pourrait le mettre dans cet état était la découverte du secret par les garçons.  Etonnamment tu retiens ta respiration toi aussi. Tu imagines facilement combien cela à du être éprouvant pour lui comme pour Aspen et Jimmy. Puis il fini par lâcher la bombe en te confirmant tes pensées. « Ils savent... » bredouille-t-il dépité, meurtrie, le coeur qui saigne. « Ils savent tout... Pour leur mère. » précise-t-il. Évidemment, tu avais vu juste. Ta mâchoire ce sert, tu secoue la tête désolé.  Ils devaient être dévaster. « J'ai été con de leur mentir. Maintenant, tout est gâché. »

Terrible secret. Mais tu sais combien il avait été heureux de les retrouver et l’idée même de gâcher ce moment de joie et de retrouvailles en leur apprenant la triste nouvelle aurait fini de les achever. « Il fallait bien qu’ils l’apprennent un jour ou l’autre. Je sais que tu ne voulais pas gâcher ce moment, vos retrouvailles Précises-tu « mais parfois enlever le pansement rapidement et d'un coup… C’est mieux.»Dit-tu doucement. Tu as toujours eu tendance à parler franchement, parfois ça plaisait, parfois ça mettait en rogne. Mais tous ici le savaient, tu n’étais pas là pour te faire des amis. Tu étais là pour les aider à survivre dans un monde hostile et non pas joué à la maman ours. Tourné en rond, autour du « pot » n’avait jamais été ta spécialité et puis tu ne comprenais tout simplement pas le principe. C’est tout. « Vient on va s’assoir » Lui dis-tu alors que tu l’entraines vers un banc à proximité. Ignorant les regards de reproche de ton coéquipier du jour. Oui, tu l’avais laissé en plan et sincèrement - à cet instant du moins- tu t'en foutais royalement. Tu avais tes priorités. « ne t’inquiète pas d’accord ? il va leur falloir du temps pour digérer la chose mais au final tout va s’arranger. J’en suis sûre. Tu es leur père, ne l’oublie pas. »

Keegan était le seul parent qui leur resté, et dans ces circonstances c’était idiot de s’en vouloir pendant des lustres. « si ça peut te rassurer je pourrais toujours glissaient quelques mots à tes fils et voir leur état d'esprit. Du moins au moins essayer avec Jimmy. » Jimmy et toi, ça avait tout de suite collé. Étrange non ? surtout lorsque tu sais que tu n’aimes pas trop t’amouracher de personne qui pourrait disparaitre aussi vite qu’elles étaient arrivé dans ta vie. Avant, tu repoussais les gens, par peur de leur faire du mal s’il t’arrivait quelque chose au front. Refusant toute relation amoureuse durable ou même trop amicale. Après tout tu disparaissais parfois trois, voire six mois sans donné de nouvelle à qui que ce soit et tu étais dans l’incapacité de raconter ce que tu avais vécu là-bas. Mais désormais c’était le contraire, tu t’attachais. Peut-être était-ce besoin de tisser des liens entre survivants. La nature humaine, tout simplement. Tu hausses un sourcil, allez savoir. En tout cas, ce n’était pas bon pour toi, pour ton petit coeur.

Il fallait l’avouer, depuis que tout avait commencé, l’épidémie, la perte de ta soeur - Oui, parce qu'avouons-le - les chances qu’elle soit encore en vie à l'heure actuelle, se trouvait quasi inexistante. Presque un an s’était écoulé et sa disparition avait été dure à avaler. Elle se trouvait juste derrière toi pourtant, mais elle t'avait lâcher la main à un moment crucial. Tu fermes les yeux à ce souvenir. Souvenir douloureux, mais que tu faisais taire, tu refusais d'y penser encore une minute de plus. Ton coeur se serre. Tu avais déjà bien des choses à te reprocher, sans ajouter la disparition de ta soeur au tableau. « Je sais ce que c'est Keegan, on a tous perdu quelqu'un de cher dans l'histoire. Tahlia me manque chaque jour un peu plus. Mais je sais qu'elle refuserait que je me morfonde pour ce qui est arrivé. Alors même si des fois j'ai envie de flancher. Je pense à vous tous, aux civils et j'avance, coûte que coûte.»

Derrière tes grands airs de dure à cuir, certaines personnes ici dans le camp Astoria avaient contribué à t’adoucir. Rusty, Keegan ou encore Nash. Tu te laisses aller à ton tour. Ton bras posé à moitié sur le dossier, une jambe pliait sous toi-même réduisant l'espace entre vous deux.  « En tout cas, si tu as besoin de parler, tu sais que je suis là et encore plus si tu veux aller te défouler sur les rôdeurs ! » Maigre consolation, elle le savait mais à part lui promettre d’être dans les environs quand il en aurait le plus besoin et surveiller ses fils elle ne pouvait hélas pas faire grand-chose. « Ho j'oubliai, je pense que ce n'est qu'une question de temps avant que Misia et Radha fassent une nouvelle fois appel à moi, mais elles vont surement vouloir que je rejoigne la sécurité du camp donc tu n'as pas de soucis à te faire pour Jimmy, je l'aurais à l'oeil. » Finis-tu en lui donnant un léger coup d'épaule afin de détendre l'atmosphère « promis. »
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan    Mer 4 Jan - 23:38


Une épaule pour pleurer sa perte
A peine tu lâches les quelques mots que tu peine à sortir que ton cœur se déchire. Tu as l'impression de te fissuré un peu plus. Tu es brisé par la mort de ta femme. Sa mort a ouvert une blessure qui semble mettre du temps à cicatriser. Tu ne voulais pas l'avouer à tes fils. Tu ne voulais pas les brisés à leur tour. Mais le mensonge était bien trop lourd à porter pour toi. Et puis, tu sais au fond qu'ils avaient besoin de connaître la vérité. Même si celle-ci est douloureuse. Grace t'écoute. Tu vois même qu'elle compati. Elle te répond d'une voix douce. Cette voix douce que tu as besoin d'entendre à ce moment-là. Ça te rappellerais presque celle de Celina, ta femme. Elle aussi avait une voix douce et tendre. C'est le genre de voix qui t'apaise. Qui te montre que tu n'es pas seul. Que tout ce que tu vis, tu le vis avec quelqu'un à tes côtés. « Il fallait bien qu’ils l’apprennent un jour ou l’autre. Je sais que tu ne voulais pas gâcher ce moment, vos retrouvailles mais parfois enlever le pansement rapidement et d'un coup… C’est mieux. » te dit-elle, doucement. Ses paroles sont franches. Tu connais assez Grace pour savoir que c'est sa façon de s'exprimer. Tourné autour du pot ne fait pas parti des choses qu'elle fait. Et à vrai dire, tu n'as pas besoin d'entendre quelqu'un qui prend des pincettes avec toi. Tu préfères entendre quelqu'un qui va droit au but. Et ça, sans détours. Elle t'embarque pour aller prendre place sur le banc non loin de vous. Tu ne sais pas quoi dire. Tu as bien du mal à trouver tes mots. Vous vous asseyez tous les deux. « Ne t’inquiète pas d’accord ? il va leur falloir du temps pour digérer la chose mais au final tout va s’arranger. J’en suis sûre. Tu es leur père, ne l’oublie pas. » ajoute-elle, rassurante. Tu baisses la tête, presque honteux. Tu es leur père mais tu n'as pas su faire les bons choix. Cette impression de tout faire de travers te colle à la peau depuis vos retrouvailles. Vous ne vous étiez pas vu depuis plus d'un an et tu as cette sensation d'avoir perdu la main. De ne plus savoir comment t'y prendre. « Leur père peut-être, mais pas le meilleur... » offre-tu comme unique réponse. Tu es complètement abattu par ton incapacité à gérer la situation.

Grace ajoute qu'elle pourra toujours tenter de glissé quelques mots à Jimmy et Espen. Te rappelant par la même occasion à quel point elle est proche de tes fils. Tout du moins, Jimmy. Ton plus grand fils n'a aucun problème à se faire des connaissances. A son arrivée, il a tout de suite su s'intégrer. Quand à Espen, tu sais comment il est. Il se cache derrière une image. Il prétend. Mais au fond, il est détruit. Et toi tu n'as fais que l'enfoncer la tête la première en lui révélant quand sa mère est morte. Lui qui était si proche d'elle. « Je m'inquiète pour Espen, il avait une relation tellement fusionnelle avec sa mère... Et puis, je suis sûre que cette épidémie l'a brisé. » réponds-tu, tristement relevant ton regard vers ton interlocutrice. Tes fils sont totalement cassés, tu ne sais pas ce qui a pu leur arrivés durant une année. Tu ne sais même pas ce qu'ils ont pu traversés. Toi, tu es fort. Tu as su te forgé une armure mais eux, eux ils sont trop jeunes, trop fragiles pour ce monde. Tu veux juste les préservés.

Alors qu'un léger silence s'installe, tu vois Grace fermée les yeux un court instant. Tu fronces les sourcils. Soudainement, tu as peur que tes problèmes aient pu faire ressortir des souvenirs douloureux à la brune. Elle prend la parole te parlant de Tahlia, sa sœur qu'elle a perdu. Tu baisses le regard par compassion. Elle continue en disant que sa sœur refuserait certainement qu'elle se morfonde et que même si l'envie de flancher lui traverse l'esprit, elle a les civils d'Astoria. Tu es admiratif de sa force. Grace est une femme qui est prête à tout pour sauver les autres. Tout ça est sûrement dû à son ancien métier. Tu ne peux pas t'empêcher de voir en elle une guerrière prête à tout pour son peuple. « Je n'ai pas ta force, Grace. Et tu sais que ma raison de vivre, c'est mes fils. » ta voix perd en intensité à la fin de la phrase. Tu marques une légère pause avant de reprendre. « J'ai bien peur d'avoir perdu leur confiance. »

« En tout cas, si tu as besoin de parler, tu sais que je suis là et encore plus si tu veux aller te défouler sur les rôdeurs ! » Tu aimerais sourire pour lui montrer que ses mots te font plaisir. Du moins, que tu apprécies sa présence et son soutien mais tu n'as pas la force. Tu te contente alors de hocher légèrement la tête. Un nouveau silence s'installe entre vous. Elle reprend la parole pour t'annonce qu'elle fera bientôt parti de l'équipe de sécurité avec Jimmy ajoutant qu'elle gardera un œil sur lui. Tu ressens un certain soulagement. Ton fils sait se défendre mais tu ne peux pas t'empêcher de vivre avec la peur de le perdre. « Bonne nouvelle ! Je sais qu'avec toi il ne lui arrivera rien. Il est entre de bonnes mains. En plus, il apprécie ta présence. » cette fois, tu lui offre un fin sourire. « Tu vas faire des ravages à la sécu. » dis-tu pointant les murs qui entourent Astoria. « Les morts-vivants qui derrière ses murs n'ont qu'à bien se tenir. »
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan    Dim 8 Jan - 16:35

Une épaule pour pleurer sa perte
Keegan & Grace
Night is never complete.
There is always, as I say, As I say,At the End of Grief, An open window, an illuminated window, There is always a dream that watches over,Desire to fill, Hunger to satisfy,A generous heart,A hand outstretched, an open hand, Careful eyes, A life, life to share.

Assise sur le banc tu poses ton regard sur lui, ce regard qui se veut réconfortant. Tu n'étais pas mère, mais tu sais combien il est difficile de prendre des décisions lorsqu’un être chère à notre coeur est en mauvaise posture. Keegan avait dû continuer à se battre malgré la perte de sa femme. Aussi dure soit la décision, il avait avancé, ce disant qu’il se devait de retrouver ses enfants, les mettre à l’abri de ces créatures mangeur de chaire. « leur père peut-être, mais pas le meilleur... » Serte, mais qui pouvait l’en blâmait ? On ne pouvait pas être parfait dans tous les domaines. Être parent était dure, très dure. On devait parfois prendre des décisions qui nous crevait le coeur, mais au final, on savait que c'était pour la bonne cause. Puis, il y avait des dizaines de facteurs qui entrait en jeu. Comment faire «  bien » dans une telle situation ? Il avait menti à ses fils, parce qu’ils savaient pertinemment qu’ils n’étaient pas prêts à savoir la vérité. Ils les avaient protégés. « Tu sais Keegan, tu n’as pas à te blâmait, j’aurais probablement fait la même chose dans une telle situation.»

Par chance, tu n’avais pas à être dans une situation comme celle-ci, mais il est certain que si tu avais dû mentir à ta soeur pour la protéger, tu l’aurais fait sans hésiter, et même si cela impliqué devoir affronté le regard accusateur de celle-ci plus tard. Hélas, elle avait disparu dans la nature. Tu n’auras sans doute aucune chance de la revoir pour lui demandé pardon de l’avoir laissé là-bas, seule. Tu aurais dû insister, trouver une solution. Machinalement, tu poses doucement une main réconfortante sur l’avant-bras de ton ami. « Je m'inquiète pour Espen, il avait une relation tellement fusionnelle avec sa mère... Et puis, je suis sûre que cette épidémie l'a brisé. »


Tu comprenais sans mal l’inquiétude de Kegan vis-a-vis de son fils. Comment ne pouvait-il pas être brisé ? Perdre sa mère était quelque chose d’affreux. Tu avais malheureusement connu cela, il y a quelques années avec ta mère adoptive. Appelée ça de la chance ou non, elle avait succombé d’un cancer quelques mois avant l’apparition de l’épidémie. Elle n’avait donc pas connu ce monde. Tu soupires, retirant ta main de l’avant-bras de l’homme.  « On a tous souffert, tous perdu quelqu’un de proche. Mais je reste convaincu que tout n’est qu’une question de temps Keegan. Il ira mieux j’en suis sûre. Il faut simplement que tu restes à son écoute. Puis… si tu as besoin d’aide, tu sais que je suis là. Mais ça tu le sais déjà » Lui dis-tu avec un petit sourire. Bien sûr, tu serais là, Keegan était ton confident, ton ami. Il avait été là dans les rares moments où tu avais flanché, lorsque ton passé revenait te hanter. « Je n'ai pas ta force, Grace. Et tu sais que ma raison de vivre, c'est mes fils. » ça voix perd en intensité à la fin de sa phrase. Il sembla marqué une légère pause avant de reprendre. « J'ai bien peur d'avoir perdu leur confiance. » ton coeur se serre à ses paroles. Tu ne sais pas quoi dire, tu ne te voyais pas comme une guerrière, du moins depuis quelque temps.  « Non ne dit pas ça… tout va s’arranger, j’en suis certaine. Tes fils vont se rendre compte que tu as agi pour les protégés et pas pour autre chose (…) Moi ? Une guerrière ? En ce moment j’ai impression d’être tout sauf ça… Tu baisses de nouveau la tête, tripotant le revers droit de ta manche droite, tout en positionnant légèrement vers l’avant.  « les cauchemars reprennent. Je ne dors pas beaucoup… Bref je ne sais pas trop ou j’en suis... fin, comme tout le monde je pense. L'attaque d'Echo à été assez sanglante » Tu prends une légère pause avant de continuer  « ça te dirait de… faire un tour demain avec moi ? Je dois faire un remplacement à l’extérieur d’Astoria, on pourrait … tenter de ce changé les idées non ? » Tu tournes la tête et rencontres son regard.  «  Je pense que ça nous ferait du bien de voir autre chose… ou de se défouler, à toi de voir ! »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une épaule pour pleurer sa perte w/ Keegan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] Perte d'icônes "raccourci" ou comment créer mon propre menu?
» Perte de débit ADSL 2+
» perte garmin edge 705
» code pour inséré les anime (Fond transparent)
» Plugins Firefox pour sécuriser votre navigateur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: