Bite the bullet - w/Joshua

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 Bite the bullet - w/Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Bite the bullet - w/Joshua   Dim 8 Jan - 15:34

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Il traversa la placette après avoir quitté son travail, quand il entendit une voix qui attira son attention. Quelqu’un qu’il reconnaîtrait entre mille tant il avait surveillé ses faits et gestes. Joshua. A ses cheveux châtains, il reconnut l’homme qui touchait son ex-femme. Que diable foutait-il ici, sur sa route ? Arthur fronça les sourcils. D’abord il fut tenté de passer son chemin. Il aurait dû mais il était têtu. Il n’aimait pas cet homme et il ne pouvait s’empêcher de s’avancer vers lui comme un insecte vers la lumière. Serrant les poings il fit un pas après l’autre, s’éloignant de son chemin pour avancer vers le sien. L’homme qui avait piqué sa femme, il lui avait volé son amour. Il se raidit, sur la défensive.
Toute la veille et la soirée, il n’avait pu s’empêcher de les observer à la dérobée, de guetter le moment où il y aurait contact. Et contact il y eut. Après tout ils étaient visiblement ensemble. Leto ne semblait pas s'en cacher. Arthur eut presque envie de rire, mais sa gorge était si serrée qu’il préféra ne pas s’y risquer. Il serra les poings dans sa poche.

« Joshua, c’est ça ? » siffla-t-il tout en s’approchant de lui.

Une expression contrariée passa sur le visage d’Arthur comme si prononcer ce prénom lui arrachait la gueule. Son corps se tendit et il espérait que Josh ne verrait rien de son trouble. Il refusait néanmoins de faire semblant alors que Lettie le hantait avec ses cheveux bruns, ses longues jambes, sa démarche souple, son sourire… Il ne parvenait pas non plus à oublier la douleur que cela lui infligeait quand elle touchait un autre homme.
A condition qu’elle n’aille plus dîner chez un autre et qu’il cesse de penser constamment à Leto, Alors peut-être pourrait-il réussir à s'intéresser à quelqu’un d’autre. L’envie de rire d’Arthur se fit plus impérieuse. Comment un mec comme lui pouvait avoir attiré Lettie ? Il était si tendu que son dos en devenait douloureux. Il était hors de question qu’un type comme ce Josh touche encore une fois son ex-femme. Il préférait mettre le feu à Astoria plutôt que le voir embrasser Lettie. Il le dévisagea tout en retirant ses poings de ses poches. Réprimant l’angoisse glacée qui s’était emparée de lui, il lança en lui attrapant le col :

« Ne t’approches plus de Lettie ! T’as compris ? »

Il le secoua comme un prunier, sifflant comme un serpent. Réflexion idiote, pensa-t-il. Bien sûr qu’entre les deux ça n’allait rien changer. Il tenta alors de se remémorer Leto et leur dispute. Arthur se sentait incapable de le laisser sans rien faire.
Le vent soufflait, balayant les feuilles mortes du square, et il sentit un frisson le parcourir. Avec sa veste, il n’était pas assez couvert pour affronter la bise.
Que devait-il faire ? Laisser Leto avec ce mec - Elle qui l’avait abandonné au milieu de la tempête et cela deux fois - renoncer à tout ? Ou refuser de céder et risquer de tout perdre encore une fois, à commencer par la femme qu’il aimait ?
Il avait l’impression de choisir entre la peste et le choléra. Il lui restait la possibilité de s’en aller, de ne pas s’approcher de ce type, de partir d’Astoria sans rien dire à personne. De disparaître. Pourtant alors que les idées fusaient l’Irlandais ne lâcha pas le col de l’amant.

« C’est mon épouse ! »

L’idée même qu’il puisse poser ses mains sur elle lui donna envie de vomir. C’était sa femme ! Rien qu’à lui. Ils avaient vécu beaucoup de choses ensemble. Il n’allait pas laisser ce mec tout détruire. Sans pouvoir se retenir il lui décrocha un coup de poing dans le nez. Il allait être tenu pour responsable et il avait toujours détesté les responsabilités.


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/12/2016
MESSAGES : 84
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Noah Wyle // Miss B. (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Mason || Morgan || Rose
POINTS : 252

STATUT CIVIL : Il a été marié mais sa femme a disparu peu après février 2015. Le temps a atténué la douleur.
ANCIEN MÉTIER : Il était propriétaire de son propre dojo de Kendo et était entraîneur.
PLACE DANS LE CAMP : Pêcheur pour les montagnards. Il s'occupe aussi de la sécurité au besoin.
HABITATION : Diamond Peak. Là où il pensait que personne ne pouvait l'atteindre lui, et ses fils, et pourtant...
ARME DE PRÉDILECTION : Un bâton. Cela peut paraître trop simple mais dans les mains de Randall, c'est particulièrement efficace. Il possède également un fusil d'assaut AK-47 et un revolver Sig Sauer P226.
ÂGE : Il a atteint la quarantaine en début d'années. Il n'aurait jamais imaginé se trouver là pour ses quarante ans.


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Mer 11 Jan - 20:18



« Sois à l'heure demain ! » je lance au type qui s'est pointé bien trop tard pour qu'on puisse lui apprendre quoi que ce soit d'utile aujourd'hui.

Est-ce que c'est si compliqué de faire des efforts ? Est-ce que c'est si compliqué de respecter ce qu'on demande ? Il n'a aucune excuse et d'ailleurs il n'en a donné aucune, il a simplement avoué qu'il dormait mal, qu'il était épuisé et que du coup il avait passait une bonne partie de la journée à dormir. Et ? On a tous nos problèmes, les autres en ont aussi et pourtant ils sont venus assister à ce qu'on peut considérer comme un cours. Je n'aime pas employer ce terme-là mais qu'est-ce qu'on pourrait dire d'autre ? Une formation ? Oui, ça pourrait coller aussi. En tout cas, on leur apprend ce qu'il faut sur la survie et sur la défense. Surtout sur la défense. Les armes, comment bien les choisir, comment s'en servir. On leur apprend ce qui est absolument vital pour pouvoir songer à foutre les pieds en dehors d'Astoria quoique ce ne soit plus tout à fait que ça à présent : même à l'intérieur des murs il va falloir savoir se défendre et ça on le sait parce qu'on a été attaqués et que ça risque de se produire. A présent, il faudra être prêt : tout le temps. Vraiment tout le temps. Le type s'éloigne en m'assurant qu'il sera à l'heure mais je n'y crois pas vraiment. Je soupire en secouant la tête parce que ça me dépasse qu'on parvienne à ne pas prendre tout ça au sérieux quand nos vies sont en jeu. Tant pis pour lui : c'est justement bel et bien sa vie et s'il est assez con pour ne pas faire ce qu'il faut pour s'en sortir... Je m'étire et fais craquer ma nuque et prends la direction de la maison : j'ai hâte de rentrer. Hâte de la retrouver. Les choses ne sont pas plus simples, j'ignore si elles le seront jamais vraiment mais pour le moment, je fais avec parce que je tiens trop à elle. Je vois au jour le jour, c'est mieux. Une voix m'appelle soudain et je m'arrête et me tourne dans la direction d'où vient la voix. Quand je vois de qui il s'agit de me fige et une boule de rage se forme dans ma gorge.

L'ex-mari de Leto.

Qu'est-ce qu'il me veut ce con ? Jusqu'à présent j'ai fait en sorte de l'éviter pour ne pas faire d'histoires, pour ne pas mettre Leto dans une situation délicate et j'apprécierais franchement qu'il fasse pareil mais non, ça ne semble même pas lui traverser l'esprit puisqu'il s'avance vers moi une expression contrariée sur le visage. Génial... Il va me taper un scandale ce connard, je le sens gros comme une maison. Je le toise sans rien répondre : il la connaît la réponse, il sait très bien qui je suis. Je jette un bref coup d'oeil à ses mains quand il les retire de ses poings : il a les poings serrés. Moi ? Je reste calme. J'esquisse même un geste pour croiser les bras mais je n'ai pas le temps de le faire qu'il est sur moi et qu'il attrape le col de ma chemise. Calme Josh. Calme. Je le regarde en silence, la mâchoire crispée, tendu comme un arc mais je ne dis rien, je ne fais rien. Je pense à Leto. Je pense à sa réaction si les choses dégénèrent entre lui et moi. Je ne veux pas de ça. Je n'en veux surtout pas. Sauf qu'il me cherche l'enfoiré, il me cherche vraiment. Il m'ordonne de ne plus m'approcher de Leto. Il me secoue et je puise vraiment dans la force de ma volonté pour ne pas l'étaler sur le bitume. Je me contente de le fixer, avec une envie réelle de lui en coller un mais je me retiens. Il n'en vaut pas la peine. « C'est mon épouse ! » qu'il termine par ajouter de plus en plus hors de lui. Là, ma bouche s'ouvre. La réponse est toute prête mais je n'ai pas le temps de la prononcer que je reçois un coup de poing dans le nez qui me fait vaciller. Au moins il me lâche pour frapper, c'est déjà ça. Je recule donc d'un pas en me tenant brièvement le nez. Je l'ai senti le crac. Je l'ai entendu. Et je sens déjà le sang s'écouler de mes narines. J'observe le dit sang sur ma main avant de relever mon regard vers cet enfoiré.

Je veux bien faire des efforts mais faut pas exagérer quand même hein.
Faut. Pas. Pousser.

La seconde suivante, je lui en décroche un en pleine mâchoire et je sais frapper. Je sais où frapper. Je sais comment frapper et croyez-moi, j'y mets tout mon poids, toute ma force.

« Ex épouse ! » je lui réponds la voix qui tremble de rage. « Et j'ai aucun ordre à recevoir de toi ! »

Je pointe mon index vers lui.

« Touche-moi encore et je te laisse sur le carreau, c'est clair ? »

Il est mis en garde. On ne pourra pas dire que je ne l'aurai pas prévenu. J'essuie le sang avec ma manche et renifle avant de me détourner de lui. Il ne m'intéresse pas. Il est venu, m'a cherché, m'a trouvé, on va s'arrêter là.

« Fous-moi la paix ! Fous-nous la paix ! » j'ajoute finalement en le contournant.

Je ne réalise pas, à ce moment-là, que c'est sans aucun doute la phrase à ne pas dire. Surtout ce mot-là. Ce « nous ». Je ne réalise pas que ça risque d'attiser davantage la colère de ce cinglé.




(c) sweet.lips

_________________

Expect anything from anyone : the Devil was once and angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Jeu 12 Jan - 0:00

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Arthur était tendu. Il avait les yeux exorbités, d’énormes cernes. Sa barbe avait poussé et il avait encore maigri. Sans qu’il puisse répliquer et cela à cause de la fatigue, il reçu une frappe sur sa mâchoire, une sensation de douleur qui se répandit sur son visage et le long de sa colonne vertébrale. Un autre choc plus violent, quelques secondes plus tard, fut celui du sol. Il voyait flou. Ce mec était bon, doué dans la baston, contrairement à Arthur. Une douleur fulgurante, comme une piqûre, se répandit dans son dos. Il se défendait pourtant pas mal, d’habitude, mais une fois qu’il se retrouva au sol, sur le dos, avec ce type encore debout, il se rendit compte qu’il n’était pas si bon que ça. Il lui avait pourtant mis un bon coup avant de se retrouver à terre. En moins de trente secondes, Josh l’avait mis au tapis dans un magistral coup de poing.
Relevant la tête il savait qu’il le regardait. L’irlandais fît bouger sa mâchoire de droite à gauche. Le brouillard se leva soudainement en entendant ce “nous”. Il avait un mal de crâne de tous les diables. Ce “nous” qui signifiait qu’ils ne formaient plus qu’un, qu’elle l’avait quitté pour un autre. L’Irlandais serra les poings, décidé à en découdre. Des années et des mois de frustration, et il laisserait Lettie à ce crétin ? Jamais de la vie ! Non… ça il ne pouvait pas résister. Il ne pouvait pas laisser passer ça. Leto était à lui.

Le corps traversé par une brusque montée d’adrénaline, Arthur se redressa et se jeta sur l’amant. La colère s’était emparé de lui. Il lui mit un coup de poing dans les côtes puis un autre dans le dos. Si Lettie était là, elle aurait certainement eu l’impression d’être un os que se disputaient deux chiens enragés et elle serait là, quasiment emportée par le mâle le plus fort des deux. Arthur avait sorti les dents et entamé un troisième coup dans l’épaule. Tout son corps réagissait. Déjà, des images de Josh et elle, collés, à s’embrasser assaillaient son esprit. En l'imaginent la caresser, ses mains sur ses hanches cela provoqua en lui un accès de colère noire. Il avait serré les poings à s’enfoncer les ongles dans les paumes. Leto n’était pas le problème, c’était la vision de ce type faisant des sauts de carpe sur son ex-femme qui le rendait fou. Depuis le temps qu’il les observait O’Bradain avait fini par ne plus pouvoir le regarder sans qu’une tension aiguë lui fasse recroqueviller les doigts de pieds dans ses chaussures. Dans la fraction de seconde qui suivit son troisième coup, il délivra de nouveau un direct du droit dans sa mâchoire. Tout en ajustant ses coups de poings lorsqu’il le pouvait, il se mit à se déplacer avec vivacité de manière à ne pas trop se faire frapper. Arthur avait enchaîné les coups mais à présent il haletait, le corps fatigué réclamant du repos. Parmi les halètements et les grognements, sa voix s’éleva :

« Ne t’avises... plus de la... toucher, connard ! »


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/12/2016
MESSAGES : 84
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Noah Wyle // Miss B. (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Mason || Morgan || Rose
POINTS : 252

STATUT CIVIL : Il a été marié mais sa femme a disparu peu après février 2015. Le temps a atténué la douleur.
ANCIEN MÉTIER : Il était propriétaire de son propre dojo de Kendo et était entraîneur.
PLACE DANS LE CAMP : Pêcheur pour les montagnards. Il s'occupe aussi de la sécurité au besoin.
HABITATION : Diamond Peak. Là où il pensait que personne ne pouvait l'atteindre lui, et ses fils, et pourtant...
ARME DE PRÉDILECTION : Un bâton. Cela peut paraître trop simple mais dans les mains de Randall, c'est particulièrement efficace. Il possède également un fusil d'assaut AK-47 et un revolver Sig Sauer P226.
ÂGE : Il a atteint la quarantaine en début d'années. Il n'aurait jamais imaginé se trouver là pour ses quarante ans.


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Jeu 12 Jan - 16:13



Je suis magnanime. Je le laisse s’en tirer sans l’assommer, c’est bien non ? Je pense que Leto va être fière de moi, de la façon dont j’ai réussi à rester calme malgré l’agression de l’autre enfoiré. Je me détourne avec l’envie de m’éloigner. Je fais ça bien. Je fais ça trop bien en fait car il parvient à me surprendre. C’est parce que je pense avoir été assez clair. Je pense que l’avertissement ne pourrait pas être plus limpide : il sait que s’il me cherche encore, il va vraiment me trouver et que ça faire très mal mais visiblement, cela n’est pas rentré dans son petit, petit, petit cerveau puisqu’il me saute dessus ce con. Il est déjà sur moi, je n’ai pas le temps de réagir. J’encaisse le coup dans les côtes qui m’arrache un cri de surprise et de douleur. Pas le temps de me tourner vers lui poings levés qu’il m’en décroche un autre dans le dos. Le chien. Le traître. Heureusement que je suis assez robuste pour encaisser : j’ai reçu des coups de types avec davantage de force que lui. Ceci dit, même s’il ne frappe pas trop fort, il frappe vite cet enfoiré, très vite et il m’en donne un troisième, dans l’épaule mais c’est le coup dans la mâchoire qui me fait vraiment réagir. C’est là que je m’abaisse, épaules rentrées, poings levés et lui envoie un crochet dans les côtes à mon tour. Mais mon coup, à moi, n’a rien à voir avec son coup à lui. Il est plus fort. Plus précis aussi. Puis dans le torse, puis dans le ventre. Entre temps il me redonne d’autres coups de poings mais sa force n’est en rien comparable à la mienne.

Il veut jouer ? Il va perdre.

Il se déplace vite au départ, assez vite pour éviter un ou deux coups mais au fur à mesure des secondes, il perd en énergie : pas moi. Je le vois haleter, il grogne de rage et je fais finalement un pas en arrière, les épaules toujours voutées à la manière d’un boxeur, les poigs eux aussi toujours levés et c’est là qu’il balance la phrase de trop. Il m’ordonne de ne « plus la toucher ». Le « connard » je m’en fous mais son ordre… Son putain d’ordre… Je vais le lui faire avaler en même temps que ses dents. Bouillonnant de rage, je plonge sur lui et lui envoie un bon crochet droit dans le menton avant d’enchaîner avec un direct du gauche sur la tempe. C’est finalement mon front qui vient rencontrer dans le sien dans un coup de tête aussi violent que possible : j’ai la tête solide, je m’en fous. Au pire, j’aurai une bosse. Au pire. Et je le pousse finalement de toutes mes forces au sol. Je suis sympa. Je pourrais lui donner des coups de pieds, je pourrais le frapper au point de le laisser à l’article de la mort. Je pourrais vraiment et je crois qu’il n’a pas idée que je pourrais mais il n’en vaut pas la peine. Il ne vaut pas la peine que je mette en péril ce que j’ai avec Leto.

« T’es qu’une merde... » je siffle entre mes dents avant de cracher par terre juste à côté de lui. « Une putain de merde. Tu t’entends mec ? Est-ce que tu t’entends ?! »

Et s’il tente de se relever, un petit coup de pied bien placé dans les côtes pour qu’il reste au sol (pour la route).

« Ce que tu comprends pas c’est qu’elle, elle fait ce qu’elle veut. Si demain elle veut plus de moi, je la laisserai partir mais tant qu’elle veut de moi, je ne vais nulle part ! Elle ne t’appartient pas ! Ni à moi ! Elle est libre ! Je suis libre ! T’avais qu’à pas faire le con si tu voulais pas la perdre ! »

Il fait chier. Moi j’ai perdu ma première femme parce qu’elle m’avait trompé, je n’ai jamais fait le con. Lui, il a perdu Leto parce qu’il a fait le con et il voudrait que je lui obéisse et que je cesse d’être avec elle ?

AH. AH. AH.




(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Ven 13 Jan - 0:16

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Sa tête était lourde, ses tempes douloureuses. Il se battait avec le nouveau mec de son ex-femme. Arthur s’était méfié de Josh dès l’instant où il l’avait vu. L’irlandais leva les yeux vers lui, essoufflé. Dès leur rencontre il lui avait fait comprendre toute la violence dans son regard. Les poings et ses pieds de Josh étaient des armes redoutables, il n’en doutait plus à le voir combattre ainsi. Il avait dû être militaire ou flic avant tout cette histoire. S’écrasant encore au sol sans comprendre d’où venaient les coups, le nez d’Arthur saignait. Il cracha un peu du liquide rougeâtre sans un regard pour lui. Arthur voulait se laisser écraser par Josh, espérant que celui-ci l’assomerait suffisamment pour lui éviter de penser à ce qu’il s’était passé. Tremblant, il eut envie de se recroqueviller. Il voulut se soulever et se remettre sur ses jambes. Ses forces lui firent défaut.  Josh cracha à côté de lui tout en l’insultant.
Il sembla à Arthur que les lèvres de l’autre connard s'étiraient en un rictus démoniaque, mais ce n’était sans doute que son imagination. Que lui arrivait-il ? Autrefois Arthur était homme bien. Jamais il ne se serait battu et surtout pas pour une femme… Comme si elles étaient des morceaux de viandes… Il n’y avait eu que Lettie, qu’elle seule. C’était l’amour de sa vie. Sa bouche forma un “O” de stupéfaction à ses mots. Sans se retenir il cria :

« C’était un accident !! »

Arthur s’agrippa les cheveux.

« Un accident !! » Il haletait.

Arthur ressemblait plus à un animal blessé, les yeux apeurés. Il respirait à tout allure. Se redressant en esquivant un coup, il se jeta sur son adversaire comme un fou, le plaquant au sol. Sans comprendre ses gestes il se mit sur lui, le martelant de coups, beaucoup aussi puissant que ceux de Josh.

« C’était un accident !! UN ACCIDENT ! »

Arthur avait du sang sur le visage, coulant le long de son menton. Continuant de le frapper sans aucune stratégie il était hors de contrôle. Il avait dit le mot de trop, il avait parlé sans savoir. Qui sait si Arthur allait s’en remettre ? Arthur était complètement aveuglé par la colère et Josh n’allait pas se laisser faire longtemps.
L’Irlandais continua de le cogner, le regard vide, hurlant encore que ce n’était pas sa faute.

« JE NE VOULAIS PAS !! JE NE VOULAIS PAS ! J’AURAIS DÛ MOURIR !»


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/12/2016
MESSAGES : 84
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Noah Wyle // Miss B. (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Mason || Morgan || Rose
POINTS : 252

STATUT CIVIL : Il a été marié mais sa femme a disparu peu après février 2015. Le temps a atténué la douleur.
ANCIEN MÉTIER : Il était propriétaire de son propre dojo de Kendo et était entraîneur.
PLACE DANS LE CAMP : Pêcheur pour les montagnards. Il s'occupe aussi de la sécurité au besoin.
HABITATION : Diamond Peak. Là où il pensait que personne ne pouvait l'atteindre lui, et ses fils, et pourtant...
ARME DE PRÉDILECTION : Un bâton. Cela peut paraître trop simple mais dans les mains de Randall, c'est particulièrement efficace. Il possède également un fusil d'assaut AK-47 et un revolver Sig Sauer P226.
ÂGE : Il a atteint la quarantaine en début d'années. Il n'aurait jamais imaginé se trouver là pour ses quarante ans.


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Dim 15 Jan - 16:19



Je fronce les sourcils, ne comprenant pas ce dont il se met soudain à parler. Il mentionne un accident en s'agrippant les cheveux. Il hurle presque à présent et il répète ces deux mots « Un accident ! ». Je reste là à l'observer un instant, dubitatif. Il me fait quoi là ? Une crise de panique ? C'est quoi ce délire ? Enfin, crise de panique ou pas, je veux qu'il reste au sol alors, quand il esquisse un geste pour se redresser mon pied s'élève pour lui remettre un coup dans les côtes mais c'est qu'il est rapide le bougre et qu'il l'évite. L'instant d'après, je ne comprends plus ce qui m'arrive. Après qu'il se soit jeté sur moi, je me retrouve plaqué au sol. Mon crâne encaisse un choc rude qui me fait hurler. J'ai l'impression de sentir mon crâne se fissurer. Faut dire que je viens de tomber de tout mon poids en arrière alors oui, le choc a été violent donc... Ceci dit, la douleur à la tête passe rapidement au second plan car je me retrouve martelés de coups violents : littéralement martelés... Ce type est dingue ou en tout cas, j'ai dis quelque chose qui l'a rendu dingue. Sonné et par le choc à la tête et par les coups, surtout un bien placé sur la tempe qui me fait voir des étoiles, je ne réplique pas, j'ai trop de mal à remettre mes idées en place pour ça. C'est quand Arthur se met carrément à hurler que je parviens à reprendre mes esprit : sa voix forte, son cri si près de moi... Oui, ça me réveille.

Faut que je me défende parce qu'il va pas s'arrêter tout seul.

Utiliser ma tête comme tout à l'heure ? Exclu vu les chocs que je viens de me prendre. Les poings. Je dois user de mes poings. C'est ce que je fais. Je me mets à cogner juste en-dessous des côtes d'Arthur sur son flanc droit. Je tape avec force encore, et encore, et encore au même endroit. Un endroit sensible, un endroit où il y a de nombreuses côtes. J'encaisse d'autre coups et je sens un coup plus violent contre les autres droit sur mon œil gauche : c'est là que mes coups contre son flanc droit redoublent d'intensité, jusqu'à ce que quelque chose craque sous mes coups, jusqu'à ce que la douleur (ou bien est-ce la fatigue?) ne le fasse arrêter un bref instant de cogner. C'est ma porte de sortie. Je profite de ce moment pour lui envoyer un coup de coup de coude en plein torse pour le faire reculer puis j'enchaîne avec un coup de poing dans la tempe (c'est de bonne guerre) pour assez le déstabiliser et le pousser avec violence pour qu'il cesse d'être sur moi. Dès que je peux, je roule sur le côté pour m'éloigner de lui. Je récupère mon souffle comme je peux, essuie ma bouche dont la lèvre supérieure saigne un peu et cligne des yeux avec difficulté : l'oeil qui a encaissé le coup commence déjà à gonfler tellement ça a été violent. J'ouvre la bouche mais ce que je suis sur le point de dire meurt car j'entends des voix plus loin. Je relève mon regard dans la direction des voix, j'entends qu'on parle de bagarre, je vois des silhouettes au bout de la rue.

« Merde... » je souffle avant de me redresser.

Sur le moment j'ai l'impression que mes jambes vont me lâcher mais ça va, je tiens debout. Je jette un regard à Arthur et hésite : est-ce que je laisse là dans la merde ? Franchement j'ai envie. Mais Leto... Je soupire et tends la main vers lui.

« Amène-toi, faut qu'on bouge ! »

Les voix et silhouettes se rapprochent.

« Tu veux t'faire virer du camp ? Magne-toi ! »

Et la proposition est utilisable là, maintenant, tout de suite. Qu'il se décide car s'il ne prend pas cett main que je lui tends, je le laisse tout seul dans la merde. Je ne sais pas si on peut décider de nous virer du camp pour ça mais dans le doute...


(c) sweet.lips

_________________

Expect anything from anyone : the Devil was once and angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Dim 15 Jan - 18:44

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Josh ne lui laissa pas le temps de terminer. Il lui asséna un violent coup de poing dans les côtes qui l’avait atteint dans les côtes. Une douleur le fit sortir de sa transe. Sans s’en rendre compte Josh l’avait frappé un nombre incalculable de fois Craaaac. Un craquement dans son flanc lui arracha à nouveau un cri de douleur. Il recula sous son coup dans le torse puis perdit tout repère lorsque son coup atteignit sa tempe. Arthur vit des étoiles et des taches noires, clignant des yeux pour retrouver une vision normale. Il eut un hoquet quand il essaya de contenir la tornade d’émotion en lui. Allongé sur le goudron, Arthur haletait, grimaçant, une main sur la côte. Les deux hommes s’étaient battu comme des lions, s’envoyant des coups puissants, chutant ensemble sur le sol glacé. Attirés par les cris, des silhouettes rappliquèrent à leur tour. La voix de Joshua le sortit de sa crise de panique qui le menaçait. Arthur ouvrit légèrement les yeux et observa quelques instants sa main. Il l’aidait alors qu’Arthur l’avait clairement attaqué ? Ils restèrent là quelques secondes, s'acceptant mutuellement. Il acquiesça d’un signe de tête avant de saisir sa main.

« Hm. »

C’est tout ce qu’il parvint à dire. Puis tout ce qu’il parvint à penser. Il se saisissa de sa main et se redressa en gémissant de douleur. Arthur se mit à marcher en titubant. Il avait besoin d’air. D’échapper à tout ça, à ses supplices gravées dans sa mémoire. Il se dirigea d’un pas mal assuré vers une rue parce que c’était sa seule sortie de secour, qui s’offrait comme un remède contre l’hystérie qui siphonnait son esprit.
Il désigna une direction.

« Par là. »

Sa mâchoire était douloureuse. Trop pour parler plus longtemps. Le nez ensanglanté, O’Bradain l’essuya d’un revers de manche tout en continuant d’avancer. Tenant d’une main son nez qui saigne, il s’arrêta dans une petite rue où il n’y avait presque aucun passage. Arthur se colla contre le mur, haletant par la bouche. Il grimaça quelques secondes, se tenant les côtes avant de relever les yeux vers Josh. Les lèvres entrouvertes, il les bougea sans qu’aucun sons ne sortent. Il se ravisa? Ca ne servirait à rien qu’il lui dise quoique ce soit si ce n’est à se faire souffrir encore plus. La seule chose à faire c’était de laisser couler. Depuis la séparation, le divorce et l’épidémie son quotidien lui paraissait bien fade. Il n’avait plus goût à rien, plus d’énergie ni d’enthousiasme. Il était prêt à tout pour revivre sa vie avec Lettie. Avec elle tout devenait plus beau, plus fort, plus intense. Il écrasa les paupières pour s’efforcer de lutter autant que possible contre les souvenirs qui l’assaillaient.

« Merci, » souffla-t-il. « Tu dois le regretter, maintenant. »



_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/12/2016
MESSAGES : 84
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Noah Wyle // Miss B. (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Mason || Morgan || Rose
POINTS : 252

STATUT CIVIL : Il a été marié mais sa femme a disparu peu après février 2015. Le temps a atténué la douleur.
ANCIEN MÉTIER : Il était propriétaire de son propre dojo de Kendo et était entraîneur.
PLACE DANS LE CAMP : Pêcheur pour les montagnards. Il s'occupe aussi de la sécurité au besoin.
HABITATION : Diamond Peak. Là où il pensait que personne ne pouvait l'atteindre lui, et ses fils, et pourtant...
ARME DE PRÉDILECTION : Un bâton. Cela peut paraître trop simple mais dans les mains de Randall, c'est particulièrement efficace. Il possède également un fusil d'assaut AK-47 et un revolver Sig Sauer P226.
ÂGE : Il a atteint la quarantaine en début d'années. Il n'aurait jamais imaginé se trouver là pour ses quarante ans.


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Lun 16 Jan - 16:16



Soit il prend ma main, soit je me casse, c’est aussi simple que ça, mais qu’il se décide vite car je ne vais pas poireauter des lustres ici moi. Il se redresse et observe ma main un instant avant de relever son regard vers moi. Nous nous observons en silence un instant, quelques secondes tout au plus, un échange intense mais essentiel en fait. Il termine par acquiescer et se saisit de ma main sans jamais m’adresser qu’une sorte de grognement mais peu importe. Je n’ai franchement pas besoin de plus. Une fois qu’il est debout, je l’observe un bref instant pour m’assurer qu’il tient bien debout vu qu’il a grogné de douleur en se redressant. Je lâche sa main et je le vois tituber mais il parvient à rester de bout : bien. Il désigne une direction et me lance un « Par là » bref mais là encore suffisant. Je hoche la tête et le suis non sans jeter un regard en arrière vers les silhouettes qui se rapprochent de nous. Tout en m’éloignant, j’appuie sur l’arête du nez pour tenter d’arrêter le saignement qui heureusement a déjà commencé à diminuer. Par contre mon œil… Putain, je vais avoir un de ces cocards… Je n’y vois déjà presque plus de l’œil qui a pris le choc.

Nous nous arrêtons finalement dans une petite rue à l’écart et à l’instar d’Arthur, je me colle contre le mur juste histoire d’être certain de ne pas m’écrouler car j’ai beau tenir debout, les deux gros chocs que j’ai pris à la tête m’ont quand même pas mal sonné. D’ailleurs, je secoue légèrement le visage pour essayer de ne pas me laisser envahir par l’engourdissement qui guette. Nous restons ainsi silencieux, l’un à côté de l’autre. Qu’est-ce qu’on pourrait bien dire ? Arthur sait ce qu’il peut dire et il le dit puisque c’est lui qui prise le silence pour me remercier non sans ajouter après que je dois regretter de lui avoir offert mon aide. Je lui jette un regard en biais, de mon œil encore capable de voir, et soupire en secouant la tête.

« J’ai rien contre toi moi à la base… » je lui souffle les dents serrées. « Je sais que… » Je marque un silence. « Je sais juste que ça n’a pas été facile entre vous, je n’ai pas les détails mec… » je lui avoue finalement. « Je sais qu’elle est… Pas bien quand tu lui tournes bizarrement autour… M’en remet pas une ! » j’ajoute un pointant un index accusateur vers lui. « On peut parler sans se cogner ! »

Parce que ça va cinq minutes de frapper et parler ensuite. Bref. Je me tourne vers lui et appuie mon épaule et ma tête contre le mur tout en le regardant.

« Je suis pas là pour te voler ton ex-femme. Je te l’ai dit : elle est libre. Si elle veut retourner avec toi, j’aurai pas d’autre choix que de la laisser faire mais si tu pouvais juste éviter de me tomber dessus à chaque fois qu’on se croise même si elle ne te choisit pas, ça m’arrangerait… »



(c) sweet.lips

_________________

Expect anything from anyone : the Devil was once and angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Lun 16 Jan - 22:44

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Arthur se pencha sur le côté en grimaçant pour mieux voir où ils en étaient. Ses yeux se posèrent d’abord sur sur la barrière du jardin, puis sa vue se concentra sur les nouveaux arrivants. Cinq maisons plus loin, les silhouettes s’attroupaient. Un petit attroupement s’était formé devant le lieu de la bagarre. Arthur fit la grimace en se redressant. Josh lui indiqua que ce n’était pas contre lui qu’il n’avait rien à lui reprocher “à la base”. Non il ne savait pas ce qu’il avait vécu avec Lettie. Non il ne savait rien entre eux. C’était bien plus complexe que tout ce qu’il pouvait imaginer. Joshua ne savait rien. Tournant la tête vers lui, Arthur lui lança un regard glacé. Arthur ne lui tournait pas autour… c’était… c’était différent. Il prenait de ses nouvelles sans oser aller la voir. Lettie lui avait crié dessus quand il l’avait vu faire son jogging… Enfin vu caché dans un buisson. Voilà la seule différence. Arthur s’arrêta, figé par le regard de cet homme. Il comprit que Josh, en l’observant rapidement, ne savait rien de lui et de sa relation avec Leto.
Faisant fi de ces mots, Arthur se tourna de nouveau vers la rue. Josua méritait qu’il lui en mette une autre.

« Tu ne sais rien de nous. Tu ne sais absolument rien. » Il secoua la tête. « C’est… C’est compliqué entre nous. Je ne veux que son bien. Il n’y a qu’elle qui m’importe. ». Les larmes lui montèrent. Arthur se mit à déglutir plusieurs fois d’affilé. « Je l’aime et… je peux pas vivre sans elle. »

Est-ce que Lettie aspirait à rompre la monotonie de leur couple et c’était pour cela qu’elle l’avait abandonné ? Était-ce pour flirter avec les limites de sa fidélité ? Bien qu’il y ait eu le divorce, les limites étaient bien floues pour Arthur. Y en avait-ils encore ? Ou peut-être bien que son désir pour un autre homme annihila ses principes et elle n’eut aucun scrupule à accepter ? N’avait-elle pas fait en sorte d’envisager les conséquences de sa décision ?

« Quoique tu en dises, tu es avec elle… et…  » Sa voix se fit tremblante. Une larme coula le long de sa joue. « Elle m’a abandonné… Pour toi !  »

Arthur tremblait. Il crispa ses doigts sur ses côtes avant de s’essuyer rapidement les joues sans oser tourner son visage vers l’amant de sa femme. Aujourd’hui Arthur n’était plus un mari, ni un père. En perdant Lettie, il avait également perdu sa raison de vivre. Ses démons avaient resurgis, ressuscités par cet abandon. Lettie avait préféré le laisser seul plutôt que de se battre comme il l’avait fait, lui.
Arthur baissa la tête vers ses pieds.

« Elle m’a abandonné pour un type qui ressemble à… un acteur de cinéma. »

Parce qu’une dérive en entraînait une autre, il s’était mis - à l’époque - à boire, à consommer toute sorte d’alcool, sous prétexte que c’était pour se détendre. Aujourd’hui il n’avait ni la boisson pour oublier, ni son ex-femme.

« Je ne peux pas... Je ne peux pas te la laisser. »


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/12/2016
MESSAGES : 84
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Noah Wyle // Miss B. (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Mason || Morgan || Rose
POINTS : 252

STATUT CIVIL : Il a été marié mais sa femme a disparu peu après février 2015. Le temps a atténué la douleur.
ANCIEN MÉTIER : Il était propriétaire de son propre dojo de Kendo et était entraîneur.
PLACE DANS LE CAMP : Pêcheur pour les montagnards. Il s'occupe aussi de la sécurité au besoin.
HABITATION : Diamond Peak. Là où il pensait que personne ne pouvait l'atteindre lui, et ses fils, et pourtant...
ARME DE PRÉDILECTION : Un bâton. Cela peut paraître trop simple mais dans les mains de Randall, c'est particulièrement efficace. Il possède également un fusil d'assaut AK-47 et un revolver Sig Sauer P226.
ÂGE : Il a atteint la quarantaine en début d'années. Il n'aurait jamais imaginé se trouver là pour ses quarante ans.


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Mar 17 Jan - 16:22



Je l’observe alors que lui détourne le regard en m’affirmant que je ne sais absolument rien de son histoire avec Leto. Il n’a pas tout à fait tort. Je ne sais pas tout, c’est certain, je ne sais que ce que Leto a bien voulu me dire et il y a de nombreuses ombres à ce tableau, j’en ai parfaitement conscience. Puis, je fronce les sourcils quand il me dit qu’il n’y a que le bien de Leto qui lui importe. Vraiment ? Parce que je n’ai pas eu cette impression jusqu’à présent. Les larmes lui montent aux yeux et la phrase qu’il prononce après colle déjà mieux au personnage, à ce qu’il ma en tout cas montré de lui durant les dernières minutes : il en revient à lui, à ce qu’il ressent, au fait qu’il ne puisse pas vivre sans elle. Je détourne le regard et me radosse contre le mur avant qu’il ne poursuive en me disant que je suis avec elle. Oui, c’est vrai. Je suis avec elle. C’est comme ça, il va bien falloir qu’il s’y fasse. J’écarquille cependant les yeux quand il me balance qu’elle l’a abandonné pour moi. Quoi ? Non mais il délire vraiment… Comment il peut s’être mis une idée pareille dans la tête ? Il va vraiment pas bien lui, vraiment… J’ai de plus en plus l’impession d’être dans la quatrième dimension, surtout quand il me sort qu’elle l’a abandonné pour être avec un type qui ressemble à… Un acteur de cinéma ? Désespérant. Il est… Désespérant… Il termine par me dire qu’il ne peut pas me la laisser et c’est là que ça coince vraiment, c’est là que je grince des dents. Je me redresse et le toise de toute ma hauteur, les poings crispés.

« Si tu savais à quel point je dois faire appel à toute ma volonté pour pas t’en remettre une… » je lui dis en lui jettant un regard noir. « La façon dont tu parles d’elle… Non mais est-ce que tu t’entends ? « Je ne peux pas te la laisser »... Mec ! Faut que t’ouvres les yeux : elle ne t’appartient pas ! Pas plus qu’elle ne m’appartient ! Elle n’est pas un  objet dont tu disposes ou dont je dispose : Leto fait ses propres choix. Elle fait ce qu’elle veut, ce n’est pas ta décision ni la mienne. Si elle veut retourner avec toi, je ne l’en empêcherai pas. Elle est libre. Faudrait que t’arrives à te mettre ça dans le crâne. »

Je me détourne de lui, fais quelques pas dans la ruelle pour réussir à me calmer. Je ne supporte vraiment pas son égoïsme, la façon dont il parle d’elle comme si elle était à lui, qu’il la possédait corps et âme, qu’il décidait de ses faits et gestes… Non, ça, ça me met vraiment hors de moi. Je m’arrête, reporte mon regard sur lui, repense soudain à ce qu’il a dit et soupire.

« Et pour information, d’une, je ne ressemble pas à un acteur de cinéma, » Je le place parce que bon… Pour qui il me prend ? « et de deux, elle ne t’a pas abandonné pour moi. » Je marque un silence en secouant la tête. « Nous nous sommes rencontrés après qu’elle t’ait laissé dans les bois. Après. Je ne l’avais jamais vue avant ça. Elle ne t’a pas trompé. » Je me crispe. « Tu devrais en être reconnaissant, tout les hommes n’ont pas cette chance. »

J’enrage là, j’enrage, mais je gère.
Je gère…




(c) sweet.lips

_________________

Expect anything from anyone : the Devil was once and angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Mar 17 Jan - 22:38

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Il tourna la tête quelques secondes plus tard, la mine contrariée. Plus que ça. Bouleversée. En prononçant ces paroles, l’Irlandais eut conscience de totalement contredire toutes ses valeurs. Il avait été brutalement honnête, chaque mot prononcé était le parfait reflet de sa réalité. Le flou total sans y réfléchir à deux fois. Il avait besoin qu’il parte en conservant un semblant de bon souvenir -celui de son poing dans sa gueule -. Avant que les derniers mots ne soient remplis plus de haine et d’amertume qu’une d’une certaine politesse forcée. C’était stupide, égoïste même mais c’était comme ça. Ce qu’il ignorait c’est que le ciel allait encore lui tomber sur la tête.
Adossé au mur, il tentait apparemment de reprendre ses esprits. Ou de combattre l’envie de l’étrangler. Des larmes coulaient sur les joues d’Arthur. De tristesse ? Non. De colère ! En entendant ses mots, l’irlandais se redressa et se mit sur la défensive. Il le fixa longuement, le visage tordu par la colère.

« Tu joues à quoi ? » s’emporta-t-il. « Tu veux encore mon poing dans ta gueule ? Je sais qu’elle ne m'appartient pas ! Et je te permets pas de me donner des leçons. »

Les deux hommes avaient la mâchoire crispées, ils se foudroyaient littéralement des yeux. Arthur venait de réaliser qu’il avait en face de lui l’homme qui touchait, caressait sa femme. Il le savait déjà mais là… Il l’avait en face des yeux et l’envie de lui remettre un poing dans sa petite gueule de blaireau.

« Ferme la ! Tu as tout faux », hurla-t-il. « Elle ne s’est mise avec toi que pour oublier, c’est la seule raison. Tu n’es qu’une distraction, un cache-misère. Une sous merde qu’elle n’a pas encore vu. »

Arthur était sur le pied de guerre. Il débitait un nombre incalculable de mots à la secondes, qu’il n’arrivait pas à stopper. Se mettant à réfléchir à toute vitesse, il serra les poings, enfonçant ses ongles dans ses paumes. Il le cherchait. Il le cherchait. Le frapper de toute ses forces ? Crier toute sa colère pour le faire fuir ? Quelle était la meilleure solution à l’instant T ? Sa dernière phrase le figea.

« Elle m’a abandonné pour sauter sur le premier mec sur lequel elle est tombé. T’es qu’un cache merde !! Elle voulait juste se venger ! JE SUIS RECONNAISSANT ! ALORS FERME LA ! FERME LA ! TU NE SAIS RIEN DE NOTRE HISTOIRE ! RIEN DU TOUT ! »

Son premier réflexe fût de lui envoyer son poing dans la figure le plus fort possible mais sa côte le fit affreusement souffrir. Il le manqua et s’écroula en avant comme une bouse, au sol. Arthur grimaça, gémissant de douleur. Il serra les dents.
Aucun doute, la colère décuple les forces.


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/12/2016
MESSAGES : 84
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Noah Wyle // Miss B. (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Mason || Morgan || Rose
POINTS : 252

STATUT CIVIL : Il a été marié mais sa femme a disparu peu après février 2015. Le temps a atténué la douleur.
ANCIEN MÉTIER : Il était propriétaire de son propre dojo de Kendo et était entraîneur.
PLACE DANS LE CAMP : Pêcheur pour les montagnards. Il s'occupe aussi de la sécurité au besoin.
HABITATION : Diamond Peak. Là où il pensait que personne ne pouvait l'atteindre lui, et ses fils, et pourtant...
ARME DE PRÉDILECTION : Un bâton. Cela peut paraître trop simple mais dans les mains de Randall, c'est particulièrement efficace. Il possède également un fusil d'assaut AK-47 et un revolver Sig Sauer P226.
ÂGE : Il a atteint la quarantaine en début d'années. Il n'aurait jamais imaginé se trouver là pour ses quarante ans.


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Jeu 19 Jan - 18:49



Quand il se tourne de nouveau vers moi, il affiche une mine contrariée. Ses traits sont tordus par la colère alors qu’il me fusille du regard et moi, je me contente de le regarder droit dans les yeux avec froideur sans ciller. Eh bien ? Monsieur s’emporte ? On dirait que j’ai mis le doigts sur quelque chose alors parce que si je ne voyais pas juste, il ne s’emporterait pas de cette façon. J’ai touché un point sensible et ça ne lui plaît pas. Je hausse les sourcils, attendant qu’il ose tenter de m’en remettre une : moi, je pourrais faire ça pendant très longtemps mais lui, combien de temps il serait capable de tenir ? Pas très longtemps je pense vu son allure et son état. Pas très longtemps. A force de trop vouloir jouer il va perdre. J’ai quand même du mal à rester totalement de marbre quand il me balance à la figure que Leto ne s’est mise avec moi que pour l’oublier. J’ai encore plus de mal à ne pas lui sauter dessus et à lui faire bouffer ses dents quand il ajoute que je ne suis qu’une distraction, qu’un cache-misère, qu’une… Sous merde qu’elle n’a pas encore vue ? Est-ce qu’il s’est seulement regardé ce type ? Je serre les poings, me mords l’intérieur de la joue pour tenter de ne pas lui éclater la mâchoire sur le béton, pas que je pense un seul instant qu’il ait raison, pas que je doute des intentions de Leto à mon égard mais juste parce que je ne supporte pas ce connard qui pète plus haut que son cul. J’ai été sympa en plus. Sympa. Je lui ai proposé mon aide, je ne l’ai pas laissé dans la merde quand on a failli être surpris alors que c’est lui qui m’a attaqué, lui qui me ne cesse de me cracher des saloperies à la figure. J’ai ressenti, l’espace d’un instant, un peu de pitié pour lui parce qu’il avait l’air vraiment malheureux mais à présent, ne subsiste que la haine.

Tout simplement parce que c’est un connard.

Un connard qui me répète que je ne suis qu’une merde, qui répète également qu’elle fait ça juste pour se venger, comme pour essayer de se convaincre lui-même en fait, puis qui se remet à hurler comme un fou. Il a vraiment un problème ce mec… Il me hurle de la fermer, me dit que je ne sais rien de leur histoire ce qui n’est pas tout à fait faux : je ne sais pas tout mais je ne sais pas rien. Je sais juste ce dont j’ai besoin, ce que Leto a voulu me dire. Il se jette soudain sur moi et aussitôt, réflexe, je rentre les épaules et soulève les avant-bras pour me protéger : ça va bien cinq minutes ses conneries. Mais finalement, pas besoin de me protéger puisqu’il me loupe et s’étale de tout son long au sol. Comme une merde. Tiens ça me rappelle quelque chose… Ah bah oui, c’est lui qui ne cesse de me répéter que c’est moi la merde. Le karma, ça peut être violent quand ça vous prend par surprise et il est en train d’en faire les frais là. Et moi qui suis d’ordinaire plutôt réglo même si je suis un sanguin, là, j’ai un geste que je n’aurais pas d’habitude : je lui envoie un violent coup de pied dans le ventre histoire d’une, de lui faire bien mal, et de deux, de lui faire passer l’envie de recommencer à essayer de me frapper. D’ailleurs, j’envoie un deuxième coup de pied, toujours dans le ventre, histoire de définitivement faire passer la pilule.

« Et tu dis que c'est moi la sous-merde ? » je lui crache au visage, la voix tremblante de rage. « T’es pathétique. » j’ajoute en le contournant tout en le toisant de ma hauteur. « Tu m’agresses, tu m’ordonnes de laisser ton EX-FEMME tranquille. » et j’insiste bien sur le « ex-femme ». « Tu me dis que je ne suis que l’objet de sa vengeance mais mon pauvre… » Je secoue la tête et laisse échapper un rire rempli d’ironie. « Tu sais pas de quoi tu parles. Tu dis que je sais rien de votre histoire mais tu sais tellement rien de la nôtre à Leto et moi… Alors fous-moi la paix. Arrête de me faire perdre mon temps parce que je t’assure que si tu relèves la main sur sur moi, si tu viens encore me faire chier, je t’enverrai à l’infirmerie ou au cimetière. Je veux bien être gentil mais faut pas pousser. Estime-toi déjà heureux que je te fasse pas plus de mal. » Un silence. Mon regard se teinte davantage de froideur. « J’en suis capable. T’es prévenu. »

Et je tourne les talons pour m’éloigner. Je doute qu’il ait la force de se relever mais s’il parvient à la trouver et qu’il a l’audace et la fourberie de m’attaquer en traître par derrière, foi de Fuller, je vais le laisser pour mort.



(c) sweet.lips

_________________

Expect anything from anyone : the Devil was once and angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Jeu 19 Jan - 23:56

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Il était là, allongé, grimaçant de douleur, incapable de laisser s’envoler l’homme amoureux qu’il avait toujours été, le petit garçon brisé en lui. L’homme qui venait juste de commencer à guérir était de nouveau brisé et il en crevait presque de ne pas être capable de se réparer. De penser que les murmures et que sa patience ne seront jamais capable de le sauver de lui même, ce corps immobile et sans réaction sur le goudron. Qu’il doive s’en remettre à des étrangers pour l’aider à guérir, à se réparer. Des étrangers qui n’avaient pas la moindre idée du monstre qu’il était. Et soudain un coup. Arthur se plia en deux, écrasant les paupières. Puis un autre.
Lettie était si proche et si loin à la fois.
Une pensée le frappa. Chaque fois que Josh était dans les parages, il ressentait un frémissement. Une vive douleur dans le dos et dans les mains - ce bourdonnement qui lui disait que Lettie n’était pas loin - mais là il ne ressentait plus rien du tout. Son étincelle était absente. Le souvenir de son souffle sur sa peau…
Arthur avait parfaitement conscience qu’il pétait les plombs. Il était si engourdie, si creux, qu’il n’avait même plus l’énergie pour argumenter et de rallumer la haine qu’il éprouvait pour ce type. Si il était responsable du fait que Lettie l’avait quitté alors c’était sûr qu’elle avait aussi sa part de responsabilité.

Il se retourna sur lui même pour se redresser. Il se poussa en avant et tout en s’appuyant de ses deux mains sur le sol pour se soutenir il souffla pour ne pas s’effondrer. Arthur se rappela qu’il devait respirer et s’ordonna de mettre un pied à terre pour se soulever. Mais c’était presque impossible quand la seule chose qui occupait son esprit c’était que la femme qu’il aimait se battait pour le fuir et qu’il ne pouvait rien faire pour lui montrer le contraire. Il était nul et impuissant. Il était en train de mourir de l’intérieur. Ses mains le guidèrent. Son corps était tenté de tout laisser tomber, de se laisser glisser au sol et se sombrer dans l’oubli mais il ne le fit pas, se rappelant de son contact avec elle. Au lieu de ça, ses mains s’agrippèrent au mur. Il n’arrivait pas à reprendre son souffle assez vite. Sa tête tournait. Se redressa finalement non sans mal. Le souvenir de sa voix le ramena à la réalité. Il laissa ce grondement le pénétrer comme le ciment dont il avait besoin pour ne pas succomber en plusieurs morceaux brisés. Son souffle s’échappa de ses lèvres tandis qu’il essaya de se raccrocher à ce souvenir - son nez collé au sien avant que leur lèvres ne se touchent délicatement - avant qu’elle ne l’embrasse pour la dernière fois. Il porta ses doigts tremblant à ses lèvres pour essayer de se connecter avec elle, l’angoisse et l’incertitude pesaient lourd dans son cœur.

Sa voix le ramena brutalement au moment présent. Il voulait qu’il s’en aille, lui laissant le souvenir intacte de la chaleur de ses lèvres, du goût de son baiser…

« On s’est embrassé. » C’est tout ce qu’il arriva à prononcer car sa respiration était toujours laborieuse et irrégulière. Il marqua une pause avant de reprendre. « Il y a quelques… jours. »


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/12/2016
MESSAGES : 84
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Noah Wyle // Miss B. (avatar & gifs) - Solosand (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Mason || Morgan || Rose
POINTS : 252

STATUT CIVIL : Il a été marié mais sa femme a disparu peu après février 2015. Le temps a atténué la douleur.
ANCIEN MÉTIER : Il était propriétaire de son propre dojo de Kendo et était entraîneur.
PLACE DANS LE CAMP : Pêcheur pour les montagnards. Il s'occupe aussi de la sécurité au besoin.
HABITATION : Diamond Peak. Là où il pensait que personne ne pouvait l'atteindre lui, et ses fils, et pourtant...
ARME DE PRÉDILECTION : Un bâton. Cela peut paraître trop simple mais dans les mains de Randall, c'est particulièrement efficace. Il possède également un fusil d'assaut AK-47 et un revolver Sig Sauer P226.
ÂGE : Il a atteint la quarantaine en début d'années. Il n'aurait jamais imaginé se trouver là pour ses quarante ans.


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Ven 20 Jan - 19:53



Alors que je m'avance dans la ruelle, j'entends du mouvement et je jette un regard en arrière histoire de surveiller Arthur. Je le vois qui se relève. Il peine à le faire, c'est vrai, mais il le fait malgré tout. Je détourne le regard et continue mon chemin : il n'aura pas la force de me sauter dessus et puis de nombreux pas nous séparent déjà. S'il tente quoi que ce soit, il va de nouveau s'écrouler. L'entrevue est bien terminée. Sauf qu'il prononce soudain des mots qui m'obligent à m'arrêter, mes sourcils se fronçant alors que mes yeux se mettent à fixer un point vide droit devant moi. Les mots résonnent dans ma tête, mon cœur se met à tambouriner dans ma cage thoracique et ça fait mal : « On s'est embrassé. ». Un petit silence et il poursuit ou, plus exactement, il termine de m'achever. « Il y a quelques jours. ». Mes poings se serrent et pendant un instant, j'ai terriblement envie de me retourner, de lui foncer dessus et de vraiment et définitivement lui démolir le portrait mais... Mais il a dit « on », pas « je ». Je ne suis pas idiot, je sais ce que cela veut dire : il ne l'a pas forcée. De toutes les façons, Leto ne se serait pas laissée faire. Ils se sont embrassés. Elle... Elle a... Je ferme les yeux, mes poings se mettant à trembler. Des images me reviennent. Des images particulièrement désagréables. Ma femme au lit avec un autre homme. Ma femme en larmes me confessant qu'il n'est pas le premier. Ma femme me suppliant de ne pas la quitter. Ma femme m'affirmant qu'elle m'aime même si elle a fait des erreurs. Une nausée me coupe la respiration un instant et je dois puiser en moi toute la volonté pour ne pas me laisser submerger. Lorsque j'y parviens enfin, je reprends ma respiration. Lentement. Doucement. Inspiration. Expiration. Je tente de calmer la colère et la douleur qui envahissent tout mon être.

La trahison. Il n'y a rien de pire.

Je rouvre les yeux uniquement quand je me sens capable de ne pas pleurer, capable de ne pas ciller face à lui. Je déglutis et doucement, me retourne vers Arthur qui est toujours adossé contre le mur dans la ruelle. Mes poings sont toujours fermés, crispés, tandis que je plante mon regard dans le sien. J'affiche un air neutre même si je sais que la veine qui bat douloureusement sur ma tempe peut me trahir. Je ne m'approche pas de lui, ne fais plus un geste parce que je sais que si je m'avance, c'est sur lui que je vais passer ma colère et je ne le veux pas.

« Eh bien... » je termine par dire la voix tremblante. « Elle et moi allons avoir une longue conversation. » je dis à Arthur, ma paupière droite se mettant à trembler sous la nervosité qui m'anime et que je tente encore et toujours de contenir. « Cela veut dire qu'elle a un choix à faire et qu'il va falloir qu'elle le fasse vite. » je poursuis, toujours sur le même ton.

Je marque un silence, repense à tout ce qu'il m'a dit, tout ce que je lui ai dit, tout ce qu'elle m'a dit, elle, tout ce que je lui ai dit, à elle. J'ai mal au cœur.

« Je l'aime. » j'avoue à Arthur. Autant jouer cartes sur table jusqu'au bout. « Elle est la meilleure chose qui me soit arrivée depuis des années mais si elle préfère te redonner une chance, alors elle te la redonnera. Je ne veux pas être avec quelqu'un qui ne veut pas de moi... » Ma voix se meurt quelque peu sur les derniers mots mais je reprends du poil de la bête en gardant mon regard planté dans celui d'Arthur. « Mais par contre, si elle veut de moi, je n'irai nulle part. Et si c'est ce chemin là qu'elle choisit, va falloir que tu l'acceptes parce que ça pourra pas continuer comme ça. Tu vas tous nous détruire sinon. » Je plisse les yeux, ma mâchoire se crispe. « Faudra que tu passes à autre chose mais... Peut-être que t'auras pas à le faire... » Nouveau silence. « On verra bien. » Je soupire. « Quoi qu'il arrive, je pense que le mieux qu'on ait à faire, toi comme moi, c'est d'éviter l'autre. Tu penses en être capable ou va falloir que ça se règle en coups de poings à chaque fois ? »

Un peu de civilité merde.
Au moins ça.


(c) sweet.lips

_________________

Expect anything from anyone : the Devil was once and angel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 06/11/2016
MESSAGES : 317
IDENTITÉ : Magnèto
FACECLAIM : Michael Fassbender
MULTILINKS : Edrick Burnett
POINTS : 871

STATUT CIVIL : Divorcé.
ANCIEN MÉTIER : Commissaire-priseur au chômage.
PLACE DANS LE CAMP : Fossoyeur
ARME DE PRÉDILECTION : Ses poings et son couteau.
ÂGE : 39 ans


MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   Sam 21 Jan - 21:29

BITE THE BULLET
/  Arthur & Josh /
Le but même de lui dire ça était de lui faire mal. Lui faire mal au plus profond de lui même. Lui faire sentir la douleur, le sabre qu’Arthur avait dans la poitrine mais quand les mots furent jetés… Arthur se sentit encore plus mal. Il avait pensé que sortir ce baiser comme un joker, un dernier coup, lui ferait plus de bien mais il se trompait. Épuisés, migraineux, l’Irlandais était là, assis en tremblant de tout son long. Arthur l’écouta. Le silence se fit, enfin. Il imagina les mains de sa mère apaisantes, calmant sa tension.
Il avait une vie claire avec des objectifs, des principes et des valeurs, bien ancrés. Il avait réussi, grâce à Lettie, à enfouir profondément les fantômes de son passé. Il avait commencé à se construire, sa famille et son avenir grâce à la seule force de sa volonté. Et puis il y eut cet accident. Et il avait tout brisé. Cet accident avait bouleversé leurs vies. Pourtant rien. Il avait passé des jours et des nuits à tenter de faire remonter ce souvenir à la surface, sans effet. Il ne se souvenait de rien de l’accident.
Arthur hocha la tête feignant un profond soupir. Il avait l’impression que la rue vacillait autour de lui. Plus rien n’existait autour de lui. Il en avait oublié la raison de sa présence ici. Il avait l’impression d’un flash, comme un souffle dévastateur et violent. Il ne comprenait plus rien. Il n’avait jamais vécu ça avant. Lorsqu’enfin il se reconnecta avec la réalité, Josh venait de terminer son discours. De tout le long, il n’avait pas répondu. Était-il si surpris que ça ? Sonné ? L’expression du visage d’Arthur était impénétrable voir même sans réelle réaction.  

« Je l’aime aussi. »

Il avait parlé d’une voix chargé d’émotion mais il savait que ses yeux ne l’avait pas quittés. Il l’avait scruté et semblait même attendre sa réponse.
Sa voix fut calme, comme s’il annonçait une évidence. Il n’était plus agressif ni moqueur.

« Je sais que j’ai… que… que je pète les plombs. Je… » Arthur baissa les yeux comme honteux. « Je ne sais pas comment j’ai pu… Tu es un gars bien. »

Il eut la gorge serrée. Parfois il aurait aimé secouer Leto, comme si cela pouvait la faire redevenir elle-même. Il aurait voulu partager son trouble avec elle, lui raconter son cœur qui s’était emballé, lui dire combien il l’aimait. Il aurait pu le faire, bien sûr. Leto ne l’aurait, à l’époque, pas jugé, elle n’aurait rien dit, elle serait restée assise à l’écouter.

« Ma femme me manque. » souffla-t-il la voix tremblante.
Frissonnant, Arthur entrouvrit les lèvres comme pour donner une suite à ses mots mais il se ravisa. Il baissa la tête et déglutit.

« Si… si jamais elle te choisit… Prends soin d’elle. » dit-il d’une voix fatiguée.
Sa décision était prise. Ce n'était pas un SOS. Une simple constations. Il ne pouvait plus se laisser vivre comme ça. Il était temps d’y mettre fin.


_________________
GHOSTS
We've gotta let go of all of our ghosts. We both know we ain't kids no more. If you're ready, are you ready?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t767-arthur-o-bradain-lightning-strikes-every-time-she-moves http://nottomorrowyet.forumactif.org/t800-arthur-o-bradain-relations
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bite the bullet - w/Joshua   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bite the bullet - w/Joshua
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Yorah ~ I Bite
» [Obsolète] Une autre programme d'animation gratuit.
» natrel/malaxeur Magic Bullet (Fin 29 mars)
» Les Bujoteurs
» Les bujoteurs - Bullet journal addict

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: inside astoria's walls :: sunset square-
Sauter vers: