queen of peace {ft. mary-sully}

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 queen of peace {ft. mary-sully}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: queen of peace {ft. mary-sully}   Dim 8 Jan - 16:50

queen of peace
Mary-Sully & Clay

Les choses avaient bien changé dans le camp depuis l'invasion du camp Echo. Tu avais pris connaissance de la décision du conseil de ne plus accueillir de nouveaux ici et tu avais beau avoir réfléchi à la question plusieurs fois, tu ne comprenais toujours pas pourquoi une décision aussi... radicale alors que l'entraide et la solidarité, c'était ce qu'il y avait de mieux pour survivre dans un monde tel que celui-ci. Enfin, c'était ton point de vue et tout le monde ne pouvait pas le partager, tu le savais. Ce changement t'avait forcé à quitter ton job de baby-sitter pour t'occuper des animaux de la ferme ; cela ne t'empêchait pas pour autant de continuer de prendre régulièrement des nouvelles des personnes dont tu as dû t'occuper avant l'invasion. Parmi ces personnes, il y avait Mary-Sully dont tu avais eu quelques nouvelles après cela mais sans plus car dans une situation comme celle-ci, il faut du temps avant que tout se remette bien en place. C'était pour cette raison qu'en cet après-midi hivernale, tu la cherchais afin de savoir si tout se passait bien pour elle, si elle s'adaptait bien au camp. Tu aimais beaucoup discuter avec elle, c'était une personne qui te paraissait riche culturellement parlant et tu avais toujours ressenti ce besoin d'apprendre. Besoin qui s'était accentué à ton arrivée au camp, quand tu as pu enfin découvrir ce que c'était que de vivre dans une vraie communauté qui te semblait soudée avec des personnes toutes différentes les unes des autres. Pour toi, il était évident que tu allais beaucoup apprendre ici et même si le contexte n'était pas le plus idéal, avec des rôdeurs autour, tu étais pourtant heureux d'être là. Au final, c'était un mal pour un bien pour toi et c'était sûrement difficile à comprendre pour les autres car personne n'avait vécu avec toi durant ces dernières années mais de toute façon, tu faisais toujours en sorte de ne jamais en parler. Mary, tu l'apercevais enfin près de l'école où elle est professeure après quelques minutes de marche, emmitouflé dans ta veste pour tenter de lutter contre le froid. Et rapidement, tu t'approcha d'elle afin de la saluer, un sourire prenant place sur ton visage. « Bonjour Mary-Sully, j'espère que tu vas bien. » Au premier abord, elle avait l'air d'aller bien mais tu savais qu'elle était arrivée peu de temps avant l'invasion du camp Echo alors tu préférais t'en assurer. Et puis, c'était beaucoup trop simple de sourire pour faire comme si de rien n'était même si en ce moment, peu de visage resplendissait de bonheur dans le camp. « Ça se passe bien à l'école avec les changements ? Les enfants ne te posent pas trop de questions par rapport à ce qui s'est passé ? » Tu lui demandais, tes sourcils se fronçant légèrement en imaginant le traumatisme que cela pouvait être pour des jeunes, peu importe leur âge. Il y avait eu beaucoup de morts, et certains d'entre eux avaient peut-être perdu un membre de leur famille, ou leur famille de substitution. Et rien que d'y penser, tu ne peux empêcher un frisson d'horreur parcourir ton corps. Toi-même tu n'avais pas de famille ici, et c'était sûrement pas plus mal mais tu avais vingt-trois ans. Mais les enfants... Ils avaient besoin d'une présence rassurante à leur côté, c'était une évidence.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: queen of peace {ft. mary-sully}   Dim 8 Jan - 23:09

Quelque chose planait autour d'elle comme un parfum de morosité et de solitude. Dans l'air il y avait le froid glacial du monde hivernal, puis ses douces pensées, mélancoliques, qui embaumaient son environnement, les choses qu'elle touchait du bout des doigts, toutes les parcelles de l'univers sur lesquelles elle posait son regard. Un brin de fraîcheur vivait sur le visage de la jeune femme qui dans les moments de misère a toujours survolé la difficulté, un peu comme un fantôme qui ne fait que passer. C'était la fin de journée et Mary-Sully avait terminé d'éduquer ses chers bambins, elle prenait maintenant le temps d'une dernière lecture contée, assise sur son bureau, face à la classe. Le petit oiseau blanc de James-Matthew Barry, qu'elle lit. Pour sûr un de ses ouvrages préférés, regorgeant de magie, de légèreté et d'espoir. Elle se l'était procuré avant d'arriver à Astoria. Dans son voyage de solitude elle était tombée sur la bibliothèque de Portland et son cœur s'était automatiquement réchauffé, dans la désolation et la détresse elle y avait trouvé un havre, fait de livres et de longs couloirs poussiéreux. Sa joie de feuilleter à nouveau les aventures de Peter Pan lui avait redonné du baume au cœur, ainsi elle s'était retrouvée à nouveau motivée pour retrouver la foi. La foi d'un monde meilleur, qui ne réside pas seulement dans l'imaginaire, mais qui est bien présent et qui n'attend qu'à être saisi.

« Lorsque le premier bébé rit pour la première fois, son rire se brisa en un million de morceaux, et ils sautèrent un peu partout. Ce fut l'origine des fées. »

Elle est ce petit oiseau blanc, qui parfois semble inanimé et parfois prend l'envol d'un ton euphorique et lyrique, elle n'a que faire du passé et du jugement, que faire de la sentence. Ses ailes sont invisibles derrière son dos et toujours prêtes à se déployer. Mais pour une fois, elle a envie de rester, elle a envie de compter pour les gens, elle a envie de partager, donner, et recevoir en retour. A ces derniers mots emplis de magie et de mystère elle referme le bouquin sur ses genoux, sourit vers son publique et répond à la foule de questions posés par les enfants trépignant de connaître la suite. Avec malice et retenu elle garde le contrôle de la situation  en restant muette sur le sujet, et les laisse quitter la classe avec la joie provoquée par la lecture.

En sortant elle-même de la classe, son bouquin en mains, elle observe l'entrain des enfants à chercher le jeu et l'intérêt en chaque chose dans leur environnement. Ils lui volent un sourire de fascination, et l'éclat de ses yeux s'anime à nouveau. Une voix familière vient l'arracher de sa contemplation pour la ramener au présent, elle tourne la tête et sourit automatiquement à son interlocuteur. C'est Clay, il a l'air d'avoir froid, elle éprouve de la sympathie et de l'affection pour lui. Elle aimerait le serrer dans ses bras pour lui dire bonjour, lui montrer à quel point elle l'apprécie, mais ses sentiments bien trop expansifs lui valent parfois quelques réprimandes. Elle a bien comprit que Clay ne se sent pas à l'aise avec le contact, pourtant, elle, elle aimerait tout guérir par le contact ! La chaleur de la peau, la présence humaine et l'affection devraient tout soigner, pense t-elle. Est-elle trop naïve ? Elle ne se pose pas ce genre de question.

« Oh Clay ! Comme je suis ravie de te voir.. Oh, oui, je vais bien, merci de t'en inquiéter. »

Elle lui affiche ce sourire angélique qui éclaire son visage, elle n'a aucune agressivité en elle à cet instant là, toute sa personne est tournée sur cette rencontre ravissante. Il lui pose des questions sur l'école et les enfants, il s’interroge sur comment les enfants vivent l'après de l'attaque du camp écho, il a l'air de s'inquiéter. Elle voudrait lui enlever cette inquiétude, elle n'est jamais du genre à s'arrêter sur les événements tragiques. Très peu nostalgique, pas du tout pessimiste ou fataliste, c'est comme si elle arrivait à oublier de ses pensées, si facilement, les traumas passés. Est-ce une bonne chose ? Oui et non, par conséquent elle en apprend que trop peu de ses erreurs. L'envie de poser sa main sur son épaule lui démange, au lieu de ça elle triture discrètement son livre entre ses deux mains, tendues contre sa longue jupe noire.

« Oui ils posent des questions... Enfin, ils posaient des questions. Je leur ai expliqué ce qui s'est passé, ils étaient très inquiets... Ça va mieux maintenant. Tu sais les enfants, ils ont cette capacité à rebondir très vite par dessus les mauvais événements. C'est une très belle qualité ! »

Elle parle d'un ton serein et assuré, sa voix est douce et soutenue. Elle cherche dans le regard du jeune homme un signe de soulagement de sa part, puis elle reprend en se mettant à marcher, l'invitant à faire de même.

« Je sais que cela ne fait pas longtemps que nous avons été attaqués, mais je fais de mon mieux pour que ces enfants se sentent en sécurité, je ne peux pas supporter de voir leurs si jolis visages dans le soucis. Ils sont trop jeunes pour connaître la violence et... hm... »

Elle se sentit partir dans des pensées qui allaient être interminables si elle ne s'arrête pas, et elle reprit alors très vite en changeant de sujet.

« Qu'en est-il de toi ? Oh je suis si contente que tu sois venu me voir ! Comment vas-tu ? Dis-moi. »


Dernière édition par Mary-Sully O'Keeffe le Dim 5 Fév - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: queen of peace {ft. mary-sully}   Ven 13 Jan - 20:36

queen of peace
Mary-Sully & Clay

Toi, tu n'avais jamais su ce que c'était que l'enfance. Tu l'avais vécu pourtant, tu avais passé ce cap sinon tu ne serais pas là aujourd'hui mais tout cela s'était construit au fil des mensonges de ta propre mère. L'école, tu pensais que tous les enfants la faisait à la maison, comme toi. Puis c'était à ton arrivée dans le camp que tu avais compris qu'il y avait de nombreuses choses qui restaient encore totalement inconnue pour toi, comme la vie en communauté en général. Ton ancien métier de babysitter t'avait pourtant appris beaucoup, car tu étais tout le temps aux contacts des nouveaux arrivants et parfois, tu n'avais même pas besoin de poser des questions pour avoir des explications sur certaines choses que tu n'avais jamais vraiment connu. Beaucoup comprenaient rapidement que tu étais inconnu à ce monde-là... sûrement qu'ils te prenaient pour quelqu'un de bête mais tu ne pouvais pas leur en vouloir. Et puis, écouter t'avait toujours paru bien plus simple que parler alors plutôt que de poser des questions qui semblaient idiotes mais qui étaient pourtant importante pour toi, tu te contentais de laisser traîner tes oreilles dans les conversations des autres pour comprendre. Comprendre tout ce que tu avais raté depuis bien trop d'années sans même savoir si tu pouvais un jour toutes les rattraper... C'était d'ailleurs sûrement pour cette raison que tu t'inquiétais sûrement un peu trop pour les enfants du camp. Parce que toi-même, il y avait des moments de ton enfance que tu aimerais pouvoir oublier mais qui continuent de te hanter. Alors tu te disais que pour certains d'entre eux, cela serait sûrement beaucoup plus compliqué à oublier. Mais ils étaient entre de bonnes mains avec Mary-Sully, tu n'en avais aucun doute. C'était une personne que tu étais heureux d'avoir rencontré ici, d'avoir pu jouer le rôle de babysitter pour elle. Tu savais qu'elle n'avait plus vraiment besoin de toi maintenant, qu'elle connaissait le fonctionnement du camp mais tu ne pouvais t'empêcher de venir vers elle car tu avais l'impression qu'elle ne te jugeait pas, contrairement à d'autres. Il était vrai que tu n'avais pas l'allure d'un survivant, que tu paraissais souvent à côté de la plaque pour les autres et Mary, elle, ne te faisait jamais sentir stupide. Tu osais même lui poser des questions de temps en temps sur ce qui semblait être réellement la vie, celle que tu n'avais pas connu. Alors quand elle t'annonça qu'elle allait bien, cela suffisait déjà pour te rassurer quant aux événements passés. Elle enchaîna, cette fois-ci pour te parler des enfants et tu hochais la tête à ses paroles, content de savoir que les enfants se remettait de ce qui s'était passé petit à petit. « Ils grandissent dans un monde différent de celui qu'on a pu connaître et ils arrivent à garder leur innocence. Parfois, je les envie. » Tu prononçais ces quelques mots, un air songeur sur ton visage alors que toi aussi, tu avais gardé cette innocence mais tu ne te rendais pas compte des regards émerveillés que tu avais pour des choses qui paraissaient banales pour les autres. Parce que tu essayais de te comporter comme un adulte « normal », comme ceux que tu croisais dans le camp. Mais il y avait certaines choses que tu avais du mal à assimiler, à oublier et l'éducation de ta mère restait bien ancrée en toi. Beaucoup trop pour pouvoir changer du jour au lendemain. « Une simple blessure, rien de bien grave alors je vais bien. Enfin, je suis plutôt chanceux. Il y a eu beaucoup de pertes. » Aucune personne que tu connaissais personnellement dans la longue liste des morts, et heureusement. Tu ne préférais pas imaginer la douleur que cela pouvait causer que de perdre une personne que tu appréciais. Tu avais déjà dû abandonner ta mère peu de temps après l'épidémie, et tu t'en voulais toujours. Pour toi, il était évident qu'un jour, tu allais être puni pour avoir fait cela alors tu attendais que cela arrive. C'était elle-même qui te répétait tout le temps qu'une mauvaise action finissait par te rattraper, que le mal viendrait jusqu'à toi. Et tu croyais toujours profondément en ses paroles. « Je prie beaucoup depuis. Pour les familles, pour tout le monde. Personne ne mérite ce genre d'abomination. Et j'aimerai que chaque personne dans le camp puisse sourire comme tu le fais. » Tes sourcils se froncèrent légèrement quand tu prononçais ta première phrase avant de te mettre à sourire comme si de rien n'était. Auparavant, tu n'avais aucun soucis à avouer ce genre de chose parce que cela faisait partie de toi mais au fil de tes rencontres, hors des murs ou dans le camp même, tu avais compris que cela pouvait être dérangeant pour certains. Mais avec Mary, tu te sentais bien. Et tu parlais avec elle naturellement, sans chercher à te cacher même si tu gardais certains secrets.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: queen of peace {ft. mary-sully}   Dim 5 Fév - 22:24

Le garçon avait une fragilité touchante, qui rencontrait parfaitement celle de Mary-Sully. Elle le regardait avec attention et intérêt, ce qu'il lui disait avait beaucoup d'importance pour elle, depuis qu'elle l'a rencontré elle ne se sent pas seule à avoir vécu à peu près les même choses durant l'enfance. Une éducation catholique et stricte, menée par la culpabilisation et la punition, est quelque chose de rude et qui s'ancre pour toujours en soi. Mary-Sully ne pourra jamais se défaire des paroles de son vieux père, qui parlait bien plus du diable que de dieu. Il voulait protéger son monde, sa femme et ses enfants, et il ne faisait que dénoncer les fièvres et les vices du monde. Ses discours méprisant sur les personnes non croyantes ne prônaient aucune tolérance, aucun amour. Mary s'est fait son propre avis sur le monde en y existant, purement et simplement, s'émancipant de cet environnement anxiogène. La croyance, elle ne la pourtant pas abandonné. Elle croit, elle croit en toutes choses, sa foi à elle règne dans la nature et la beauté du monde, sur ce que celui-ci a de plus beau à offrir.
Elle regarde Clay qui lui confie encore parfois envier les enfants et leur innocence, et elle sourit gentiment en ajoutant spontanément.

« Tu n'as rien à envier aux enfants cher Clay, je peux le voir juste là, que tu en es toujours un. »

Avec son langage soutenu et sa douce malice elle pointa du doigt le bout de son nez, tout près, en se penchant vers lui.
Par la suite elle écoutait le jeune homme parler, parler de l'attaque, des blessés, des morts. Mary-Sully fronçait les sourcils à ses paroles, ne pouvant cacher sa tristesse, mais d'une manière peut-être peu empathique elle se détournait de cela. Son monde n'était pas fait pour accueillir les horreurs, ne le sera jamais. Et bien quelle puisse paraître folle d'ignorer la réalité accablante, elle ne démord pas de cette manière d'exister. Libre, insouciante, volatile. Aux dernières paroles de Clay elle répond :

« Tu es une si belle personne Clay, j'espère que t'es prières seront écoutées. J'ai longtemps prié moi aussi, je le fais encore. Mais en ce moment je ne me sens plus aussi de proche de Dieu. On m'a tant apprit que Dieu est celui qui tend justice au monde. Je ne vois aucune justice autour de moi, aujourd'hui. »

Ses mains se nouèrent contre elles, une moue boudeuse et perplexe. Puis elle reprit.

« Je pense que le mieux à faire et de vivre nos jours avec le plus de volonté possible, faire en sorte que chaque chose compte, apporter de la lumière aux personnes qui nous entourent, se rendre le plus serviables possible. »

Elle finit en un sourire polit, angélique, telle une enfant de cœur récitant des phrases prédéfinies. Sauf qu'elle le pense sincèrement et que des comportements sont des restes de son éducation. Puis en reprenant plus de fraîcheur dans la voix elle ajoute.

« A propos comment puis-je te rendre service ? Es-tu venu à moi pour quelque chose en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: queen of peace {ft. mary-sully}   

Revenir en haut Aller en bas
 
queen of peace {ft. mary-sully}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mary-Lou
» Dairy Queen - Blizzard 2 pour 1
» iron queen débarque sur PRD :)
» Queen C ♣
» • I'M JUST A KID • - Sully

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: