say you won't let go (w/vic)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 say you won't let go (w/vic)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 17/09/2016
MESSAGES : 380
IDENTITÉ : sleepyhead; amélie
FACECLAIM : théo james (shiya), the neon demon (gavin james), vic
MULTILINKS : clive le rêveur, beck le branleur
POINTS : 91

STATUT CIVIL : cœur trompé, abusé, qu'il n'arrive plus à faire battre.
ANCIEN MÉTIER : ancienne gloire du baseball, une tête éphémère dans les magazines, un nom que l'on scandait dans les stades.
PLACE DANS LE CAMP : technicien en gestion du ravitaillement, il trie la bouffe pour que tout le monde ait sa part.
ARME DE PRÉDILECTION : une batte de baseball, comme l'extension de son bras, qui ne le quitte jamais.
ÂGE : vingt-neuf années de perdues, de ratés, de peut-être.


MessageSujet: say you won't let go (w/vic)   Dim 8 Jan - 17:31




say you won't let go.
paxton & vic ☽ I promise that I'll hold you when it's cold out,  when we loose our winter coats in the spring. bdcause lately I was thinking I never told you that every time I see you my heart sings.


De la main il lisse les plis de cette chemise qu'il ne pensait jamais remettre un jour. Ses doigts enveloppent le col, le redressant pour y glisser une cravate classique qu'il noue sans grande conviction. Ce n'est qu'un repas et pourtant l'ancien sportif n'arrive pas à contenir le stress qui le fait trembler et qui rend difficile la confection du nœud. Paxton abandonne, laisse tomber la cravate sur son lit défait et fait retomber le col de sa chemise. Il voudrait faire une impression, laisser une trace dans la mémoire de Vic quand elle le verra ouvrir la porte. C'est con, futile sans doute, de vouloir s'habiller correctement alors que tout ce qu'il connait depuis quelques mois n'est que survie et mort. La belle Astoria s'est endormie, les lampadaires éclairent fébrilement les rues du camp surveillées par les équipes dans leur rondes incessantes. Paxton, une boule dans le creux de l'estomac, descend les escaliers pour y trouver des pièces vides. Il a été simple, convaincant, quand il a demandé à ses colocataires de lui laisser la maison le temps d'une soirée. L'homme s'entends bien avec les deux femmes qui partagent sa maison, ils ne partagent aucune intimité mais de savoir qu'il rentre tous les soirs pour trouver leur paroles et le confort d'un abris lui donne du baume au cœur.  

Paxton soulève le couvercle d'où s'émane une vapeur blanche. C'est pas le meilleur des cuisiniers, il ne l'a jamais vraiment été, mais l'homme a fait des efforts pour servir à la blonde quelque chose de mangeable. Avant il avait des gens pour lui apporter tout ce dont il avait besoin, alors il n'a jamais appris à faire quoi que se soit de ses propres mains. En bon gestionnaire de ration Pax savait exactement ce qu'il pouvait trouver dans le garde manger du camp, ce dont il avait besoin. Les paroles, le sourires, et quelques échanges dans la maison du marché noire lui on permis de soutirer une demi bouteille de vin rouge, couverte de poussière qu'il à laissé sur le comptoir.

Il voulait mettre des bougies, une jolie nappe, se retrouve avec de la vaisselle émaillée et des couverts qui ne retrouveront jamais leur éclats d'avant. C'est cette soirée qui lui fait oublier l'écroulement du monde, les rôdeurs qui cognent nonchalamment contre les parois. Quand il a vu rentrer les survivants, certains gravement blessés, quand il a assisté à l’intrusion du groupe d'Echo, Pax s'est caché, fébrile et paralysé. L'homme passe une main sur son front, écrasant les gouttes de sueur qui dévalent lentement ses tempes. L'ancien sportif attrape un mouchoir, l'imbibe d'eau et le passe sur sa peau chaude de stress. Ce n'est qu'un repas, la fin du monde à déjà eu lieu. Mais c'est Vic, son regard, la couleur tiède de sa peau, l'odeur de son cou qu'il a embrassé la dernière fois qu'ils se sont vu. Il veut faire les choses bien, pour une fois. Le tambourinement discret à la porte le sort de ses pensées, et à mesure que l'homme s'approche de l'entrée il peut sentir la boule de son estomac se faire plus imposante. Paxton, les mains tremblantes, se promets de tout faire pour ne pas qu'elle s'en aille. Vic, comme un aimant, la réponse à toutes les questions qu'il s'est un jour posé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: say you won't let go (w/vic)   Lun 9 Jan - 23:30


"participer à quelque chose de spécial peut vous rendre spécial."
gifs @tumblrquote ~ glee.

La tête dans les étoiles. Ou plutôt le cœur dans les étoiles, belle petite métaphore pour démarrer la journée. C’était l’état dans lequel avait été la jolie Vic au cours de la journée et surtout l’état dans lequel elle s’était réveillée. Elle était parfaitement au courant qu’il fallait séparer la vie professionnelle de la vie amoureuse malheureusement pour elle, cette soirée avec Paxton avait presque l’effet d’une bombe sur le point d’exploser. Cette soirée, c’était ce dont la jeune femme avait besoin en ce moment de plus, elle semblait marquer un nouveau départ, un tournant dans la vie de la belle blondinette. Lorsqu’elle avait franchit le seuil de la maison, elle avait commencé à se préparer, voulant se faire la plus belle possible pour lui. Durant ces quelques heures, elle n’avait plus l’impression d’être dans la peau de Vic la guerrière. Elle avait l’impression d’être redevenue Victoria, la princesse constamment sur ses talons haut, une vraie mordue de mode et de beauté, elle demoiselle qui tenait un blog où elle déballait les moindres faux pas vestimentaire et beauté.

Malheureusement pour elle, les temps étaient durs, le monde c’était totalement écroulé et cette demoiselle rêveuse n’était plus. Elle était devenue réaliste, comme si cette apocalypse lui avait enlevé tous ces sentiments qu’on peut ressentir lorsqu’on vit une vie que l’on aime, lorsque le monde n’est pas entrain de s’effondrer sous nos pieds. Bien que ce n’était qu’un repas, c’était l’occasion pour elle d’oublier ce que le monde était devenu, ne fut-ce que pour quelques heures. Lorsqu’elle se regarda dans le miroir, vêtue d’une jolie robe, maquillée et coiffée (aussi bien qu’on le pouvait) et surtout portant d’assez jolies chaussures, elle ne put s’empêcher de se sentir nostalgique. Et d’un coup, elle avait la boule au ventre. Cette sensation qu’elle n’avait jamais ressentie aussi fortement qu’à cet instant. Victoria avait l’impression de vivre un conte de fée dans un mode post-apocalyptique. C’était un peu de romantisme et de beauté dans un monde mort. Elle aussi avait, quelque part, cette impression de revenir du monde des morts, de renaître un peu. Assez parlé de l’apocalypse, de ce monde en cendres, mis sans dessus-dessus.

C’est donc méconnaissable que Vic quitta la maison pour se rendre chez Paxton où avait lieu le repas. Le voyage avait semblé durer des heures, une véritable éternité. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander comment la soirée allait se passer et surtout si le courant continuerait de passer entre eux deux. Elle avait longtemps eu du mal à ne pas penser à lui. C’était assez étrange. Arrivée devant chez le jeune homme, elle soupira, leva les yeux au ciel comme pour demander à dieu que cette soirée se passe bien. Elle regarda le sol, comme pour être sûre qu’elle était parfaite jusqu’au bout des pieds et après avoir légèrement tiré sur le bas de sa robe, pour être sûre qu’elle était parfaite elle aussi, elle prit enfin son courage à deux mains et elle frappa délicatement à la porte. Elle ne voulait pas donner l’impression qu’elle arrivait et qu’elle allait tout casser, non, elle était Victoria ce soir. Pas Vic, celle qui casse tout et qui, au final, n’a plus trop pitié. Elle n’attendait qu’une chose, que le jeune homme vienne ouvrir la porte. Elle mourrait d’impatience de le voir bien qu’elle était totalement stressée et qu’elle avait peur de faire une boulette et de l’éloigner d’elle.


Dernière édition par Vic Altman le Dim 22 Jan - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 17/09/2016
MESSAGES : 380
IDENTITÉ : sleepyhead; amélie
FACECLAIM : théo james (shiya), the neon demon (gavin james), vic
MULTILINKS : clive le rêveur, beck le branleur
POINTS : 91

STATUT CIVIL : cœur trompé, abusé, qu'il n'arrive plus à faire battre.
ANCIEN MÉTIER : ancienne gloire du baseball, une tête éphémère dans les magazines, un nom que l'on scandait dans les stades.
PLACE DANS LE CAMP : technicien en gestion du ravitaillement, il trie la bouffe pour que tout le monde ait sa part.
ARME DE PRÉDILECTION : une batte de baseball, comme l'extension de son bras, qui ne le quitte jamais.
ÂGE : vingt-neuf années de perdues, de ratés, de peut-être.


MessageSujet: Re: say you won't let go (w/vic)   Jeu 19 Jan - 15:34




say you won't let go.
paxton & vic ☽ I promise that I'll hold you when it's cold out,  when we loose our winter coats in the spring. bdcause lately I was thinking I never told you that every time I see you my heart sings.


La pression que Paxton ressentait en ce moment était bien différente de celle qu'il avait éprouvée sur les stades, durant sa carrière. Certes il y avait toujours la boule dans le ventre, les tripes qui se serrent et les suées froides, mais les matchs qu'il perdaient pouvaient être rejoués, pas les soirées comme celle-ci. Il avait l'air penaud, dans sa chemise ressortie pour l'occasion du fond de son placard. C'était con, de prendre une chemise blanche dans sa valise alors que le monde s'écroule, d'espérer un jour la remettre dans des circonstances différentes. Alors l'homme avait gardé la chemise, dans le fond de son sac léger, quand il avait pris la route sans se retourner. Pax passa une main nerveuse contre le tissu de son pantalon pour en sortir la moiteur qui collait contre ses doigts. Il fallait être fou pour accrocher son cœur à celui d'une autre personne alors qu'ils seraient sans doute tous morts dans quelques mois. Au début, sur la route, il avait rencontrés un couple, un peu perdu, un peu fermés. C'était pas des lumières mais ils avaient cet éclat dans le regard qui traduisait tout l'amour qu'ils pouvaient se porter, dans toute le dégueulis qu'offrait le monde c'était presque beau. Pax avait changé de route, pris la tangente après quelques jours en compagnie du couple, et c'était alors promis de ne plus ouvrir son cœur pour ne pas avoir à souffrir le jour où la mort viens sonner.

Et maintenant il était là, dans une chemise blanche plissée, les genoux tremblants à l'idée de passer la soirée en compagnie de Vic. Le cliché voulait qu'avec elle tout était différent, et la monstruosité du monde ne sonnait plus que comme un écho et moins comme une alarme bruyante. Pax il perdait la tête pour la belle blonde, pour son sourire, la courbe de sa nuque lorsqu'elle penche la tête sur le côté. Au milieu du salon, le regard perdu, l'ancien sportif lista toutes les choses qu'il aimait chez elle. Il y en avait des tas, beaucoup trop pour ne pas dire qu'il était complètement sous le charme de Vic. Sourire béa, mains qui s'agitent nerveusement autours du dîner pour faire quelque chose sans vraiment regarder. Elle devrait arriver d'une minute à l'autre, et Paxton fait les cent pas dans le salon aux lumières tamisés. C'était bien loin l'époque des autographes, des femmes idiotes qui criaient son nom dans la rue, des soirées vineuses qu'il passait en faisant la gueule. Paxton c'était un enfant, dans l'attente, un peu nerveux, du cadeau d'une vie.

Il fait couler l'eau du robinet, ce sert un verre qu'il boit d'une traite, comme pour calmer ce feu qui lui brûle l'estomac. Les coups résonnent timidement contre la porte, la main tremble et le contenu du verre se renverse sur la chemise blanche qu'il a trimbalé dans son sac pour ça, pour rien. Un juron s'échappe d'entre les lèvres de l'homme alors qu'il essuie, tant bien que mal, la tâche d'eau d'un revers de la main. Trop tard, il passera pour un crétin. La main sur la poignet Pax prend quelques secondes pour respire fortement, jetant un dernier coup dans la vitre accrochée derrière la porte. Quand il ouvre enfin c'est tout son être qui est absorbé par la beauté que dégage la blonde, et il peut sentir sa mâchoire qui se décroche. « Salut. » C'est froid, ça le surprend, il se racle la gorge et ouvre la porte en grand. « Je t'en pris. » Le corps de l'ancien sportif se tends alors qu'il se décale pour laisser passer Vic dans toute sa sublime. « Tu es superbe. » Paxton lance un sourire qu'il arrache presque les oreilles alors qu'il jette un coup d’œil sur sa chemise humide. « J'ai renversé de l'eau. » L'homme est au bord de la rupture nerveuse alors que ses yeux profitent de l'instant pour dévorer la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: say you won't let go (w/vic)   Dim 22 Jan - 22:22


"participer à quelque chose de spécial peut vous rendre spécial."
gifs @tumblrquote ~ glee.

Alors que le monde continuait de tomber en ruine, deux être semblaient s’être trouvés. Partageant, apparemment, la même chose, l’un pour l’autre. C’était rare, avec le monde tel qui était actuellement, de voir des gens être heureux, avoir le sourire aux lèvres. Mais Vic était heureuse, pour ne pas dire qu’elle était aux anges. Bien qu’elle ressentait du stress et au final, de la pression. La demoiselle ne s’était jamais réellement intéressée aux hommes auparavant, qu’avait donc le beau brun de si intéressant pour que la blondinette s’intéresse à ce point à lui ? Même elle se disait par moment que ce n’était pas le moment d’être distraite mais parfois, le cœur et le cerveau ne sont plus réellement connectés. La preuve avec ce rencard. Le baiser qu’avaient échangé les deux jeunes gens semblé avoir semé le trouble. Mais après tout, même dans les temps dure, chacun avec le droit à sa part de réconfort. Et Vic avait finit par le comprendre. Même si il était un peu tôt pour parler d’une grande histoire d’amour. C’était le moment d’oublier un peu l’apocalypse et les rôdeurs. Autant se concentrer ce qu’il y’avait de bon. Ne fut-ce que temporairement.

Victoria se tenait donc devant la porte et, après voir donné trois petits coups pour prévenir de son arrivée, elle avait attendu patiemment. Ou plutôt impatiemment. Et il avait finit par se rapprocher et par ouvrir la porte. À ce moment là, le cœur de la belle blonde avait commencé à palpiter. Il battait, de plus en plus fort et on pouvait ressentir le stress et l’excitation qu’elle ressentait à se moment, c’était fort, c’était palpable. Ça semblait se balader dans l’air. Un peu comme lorsqu’on dit que l’amour est dans l’air. Là, bien que ça puisse ressemble à ça, c’était plus de l’excitation venant de la belle. Lorsqu’elle le vit, elle ne put s’empêcher de sourire. On aurait dit que le monde c’était arrêté, laissant la belle vivre un moment de bonheur. "Salut." Elle ne savait pas si c’était le stress mais cela avait sonné avec une certaine froideur. Cependant, Vic continuait de sourire. "Bonsoir!" avait-elle répondu. D’un ton un peu plus enjoué que celui de son interlocuteur. Il se dégage un peu et ouvrit la porte afin de laisser la belle entrer. La soirée semblait donc bien avoir commencé. "Je t’en prie." Elle était donc rentrée et avait fait un signe de la tête en guise de remerciement.

Elle n’aurait pas pu cacher son enthousiasme. La jeune femme rayonnait, on pouvait clairement le dire. "Tu es sublime." Un sourire semblait s’être dessiné sur le visage du jeune homme visiblement ravi. On ne pouvait pas dire que cela avait arraché un sourire à la jeune femme puisqu’elle n’avait cessé de sourire depuis l’instant ou le beau brun avait ouvert la porte. "Je te retourne le compliment, tu es très classe qui plus est!" Il fallait dire ce qui était. Paxton était réellement classe et il était carrément à tomber. Les yeux du beau brun avaient un certain effet sur la demoiselle qui avait longtemps eu du mal à croiser son regard. Même encore maintenant, avouons-le. Elle avait tendance à le fuir, pas qu’il lui déplaisait mais elle avait peur de finir par s’évanouir si le contact venait à devenir plus intense. Elle regarda le sol un court instant avant de relever sa tête lorsque son interlocuteur repris la parole, visiblement troublé. "J’ai renversé de l’eau." Celui fit légèrement ricaner la demoiselle qui au même moment passa frénétiquement sa main dans ses cheveux. Comme pour y remettre de l’ordre. Alors qu’en réalité c’était signe qu’elle était également troublée. "La nervosité je présume…" Elle avait ponctué sa phrase par un léger petit rire. Décidément, ils n’en avaient pas finit d’être troublés.
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 17/09/2016
MESSAGES : 380
IDENTITÉ : sleepyhead; amélie
FACECLAIM : théo james (shiya), the neon demon (gavin james), vic
MULTILINKS : clive le rêveur, beck le branleur
POINTS : 91

STATUT CIVIL : cœur trompé, abusé, qu'il n'arrive plus à faire battre.
ANCIEN MÉTIER : ancienne gloire du baseball, une tête éphémère dans les magazines, un nom que l'on scandait dans les stades.
PLACE DANS LE CAMP : technicien en gestion du ravitaillement, il trie la bouffe pour que tout le monde ait sa part.
ARME DE PRÉDILECTION : une batte de baseball, comme l'extension de son bras, qui ne le quitte jamais.
ÂGE : vingt-neuf années de perdues, de ratés, de peut-être.


MessageSujet: Re: say you won't let go (w/vic)   Mar 31 Jan - 19:07




say you won't let go.
paxton & vic ☽ I promise that I'll hold you when it's cold out,  when we loose our winter coats in the spring. bdcause lately I was thinking I never told you that every time I see you my heart sings.


Le Chisholm se métamorphose. C'est comme les chenilles qui deviennent papillons, comme le temps qui fait changer les gens en dressant sur le chemins les obstacles qu'ils se doivent de surmonter. La vie est devenue si fragile, si hésitante, que l'homme n'ose plus la toucher. Il apprivoise les opportunités d'une main tremblante qu'il retire dès que les temps se font rudes. Avant de tomber sur le camp il était resté longtemps seul, battant le pavé de rues délaissées, à l'abandon, et par plusieurs l'idée d'en finir avec tout ça avait parcouru son esprit fatigué par la marche et la faim. Paxton, à qui tout avait toujours donné, offert sur un plateau, ce même homme qui dormait dans des draps de soies, avait un jour pensé à s'ôter la vie pour ne plus avoir à souffrir. Souffrir de cette existence qu'il avait du mal à supporter, de cette solitude qui le rongeait de l'intérieur toutes les nuits. Et maintenant il est là, en papillon, couvrant nerveusement le tremblement de ses mains dans les poches de son pantalon trop large. L'esprit de l'ancien sportif était troublé depuis que Vic était entré dans sa vie, comme ça, comme un vent frais dans un jour de canicule. Paxton aurait pu tout lui offrir juste pour la voir sourire. Il souriait, d'ailleurs, bêtement dans l'entrée de sa maison alors que le repas finissait de cuire sur le gaz. Quand les battements se font entendre contre le bois de la porte il sursaute, le verre qu'il tenait dans la main se renverse sur sa chemise et il jure.

Mais de la voir là, plus sublime encore que tout ce qu'il pouvait imaginer, il a cette boule dans la gorge qui se sert un peu plus. Le ton de Pax est froid, nerveux, et quand il invite la blonde à entrer et - alors qu'il lui tourne le dos pour refermer la porte - il se maudit intérieurement d'être aussi stupide. "Bonsoir!" La voix de la jeune femme est chaude, enjouée, et ça suffit pour que Pax retrouve le sourire qu'il avait avant qu'elle ne frappe à la porte, celui d'un idiot tombé trop fort sur la tête. Et puis elle était si belle qu'il ne pouvait la quitter des yeux. Des secondes, peut-être même une minute entière, s'écoulèrent avant que le Chisholm ne détourne le regard pour enfin fixer la belle dans la yeux. C'est fou ce qu'elle est belle. "Je te retourne le compliment, tu es très classe qui plus est!" Un sourire charmeur s'affiche sur les lèvres de l'homme alors que, un peu gêné, il tire sur le bas de sa chemise. « J'attendais une occasion spéciale pour la remettre. » Il capture le regard de la jeune femme, ne veut plus le lâcher, mais quand elle baisse les yeux pour fixer le sol la nervosité éprouvée plus tôt reprend le dessus. Paxton s'excuse, maladroitement, pour la tâche humide sur son habit blanc, enfonce lourdement ses mains dans ses poches sans oser regarder Vic dans les yeux.

"La nervosité je présume…" Le rire de la jeune femme arrache un sourire enjouée à l'ancien sportif qui acquiesce de la tête. « C'est sûrement ça, et puis le fait que tu sois si belle ça n'arrange rien à la nervosité. » Mais bien vite le caractère du brun reprend le dessus, il glisse les mains hors de ses poches et invite la belle dans le salon qu'il a tamisé pour l'occasion. Quelques bougies appartenant à ses colocataires, une nappe bien mise quoiqu'un peu courte pour la table, des efforts retranscrits pour lesquels Pax ressent de la fierté. « J'espère que tu aimes les pâtes parce c'est tout ce que je sais faire sans risque de me brûler vif. » L'homme ponctue sa phrase d'un rire alors qu'il se dresse devant la table afin de déboucher la demi bouteille qu'il a soutiré au marché noir. Quand il tends son verre à Vic il ne peut empêcher son regard de se perdre dans les courbes magnifiques de la blonde. « Merci d'être venue, à ce .... premier rendez-vous ? » Un sourire s'accroche sur la lippe de l'homme alors qu'il fait résonner son verre contre celui de son invité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: say you won't let go (w/vic)   

Revenir en haut Aller en bas
 
say you won't let go (w/vic)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: