no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 42
IDENTITÉ : plumyts.
FACECLAIM : sebastian hot stan.
POINTS : 289

STATUT CIVIL : veuf à ses yeux, car même si ils n'étaient pas mariés, il est persuadé d'avoir perdu l'amour de sa vie.
ANCIEN MÉTIER : ancien policier en formation, puis expéditionnaire pour un groupe de malfrats.
PLACE DANS LE CAMP : brigade de surveillance aux frontières nord, il prend son travail très à cœur et tente de se faire accepter avec pirate.
ARME DE PRÉDILECTION : arbalète et revolver durant ses surveillances, ainsi que son chien, pirate.
ÂGE : trente-deux ans, à peu près, il a arrêté de compter.


MessageSujet: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Lun 9 Jan - 21:02

Triturant doucement la laisse entre ses doigts fins, Croyance jette un coup d'œil au rottweiler qui se promène devant lui, faisant de temps à autre ses besoins que le brun s'empresse de ramasser avec un sac en plastique pour ne pas salir davantage l'endroit où ils vivent désormais. Astoria est semblable à un petit paradis, si on veut, et bien qu'il s'en accommode difficilement il ne veut pas causer de problèmes avec son chien, et préfère continuer de se montrer discret. La vie ici semble être hors du temps, comme ci rien ne se passait à l'extérieur. Pourtant, quand il est en surveillance en haut du mur, il ne peut que faire face à cette dure réalité, cette apocalypse qui les ruine. Poussant un profond soupir, Croyance glisse ses mains dans le pelage d'ébène du chien avant de le siffler, prenant le chemin du retour. Il a eut une longue journée à son poste, et il ne rêve que d'une douche avant d'aller se coucher avec Pirate. Leur vie ici est assez calme, et ils ont même une maison à eux deux. On leur avait bien dis que quelqu'un vivait ici, mais ils n'en ont jamais vu l'ombre.. Et la maison était assez impersonnelle quand ils ont emménagés alors.. C'est un peu la leur maintenant. Croyance ne s'est pas gêné pour accrocher les photos qu'il lui restait dans sa chambre. C'est un peu sa manière de faire son deuil de Sirius et de Melodie, mais comme le dis la psychologue – bien qu'il ne soit pas un grand parleur à chacune de ses séances – le temps l'aidera sûrement à guérir sa peine. Il ne veut pas lui dire qu'il s'est habitué à leur absence le jour où il a abrégé les souffrances de Melodie. On le virerait à coup sûr.

Une fois la porte d'entrée fermée, il la verrouillera plus tard, Croyance ouvre une fenêtres et nourrit son chien, puis accroche la laisse et son manteau avant de retirer ses chaussures. Il s'étire doucement, puis pousse un petit soupir avant de secouer la tête, se dirigeant rapidement vers la salle de bain à l'étage. Une fois la porte fermée pour que Pirate ne vienne pas le rejoindre, il ouvre de nouveau la fenêtre et se déshabille sans plus attendre. Il lui est impossible de rester dans une pièce, ou un lieu parfaitement clos. C'est dérangeant, pour lui. Il a besoin d'avoir une porte de sortie, et un peu de liberté. Rapidement, tout son corps se détend et le brun ferme les yeux, prenant le gel douche pour se laver en vitesse. Il ne sait pas combien de temps il tiendra ici, mais il veut le faire pour son chien. Cavaler, vivre comme ça et mourir de faim, c'est pas une vie. Il pourrait le laisser à quelqu'un ici, et partir se faire dévorer. Il y a pensé plus d'une fois, mais à l'idée de laisser son si fidèle Pirate seul, il se tétanise et sent son cœur se serrer. Son chien lui a sauvé la vie tellement de fois qu'il ne peut pas se résoudre à l'abandonner. Perdu dans ses pensées, Croyance n'entends pas la porte d'entrée en bas s'ouvrir. Ce n'est qu'en entendant Pirate aboyer de joie, ce dernier venant visiblement de sauter sur l'inconnu qui a pénétrer leur maison, que Croyance coupe l'eau avant de se redresser, fronçant les sourcils. Que se passe t-il ? Rapidement, il se sèche et enfile un pantalon propre avant de descendre, ne prenant pas la peine de se couvrir le torse. Pirate à visiblement fait tombé l'inconnu au sol, et d'une voix sévère Croyance le rappelle à lui, regardant le rottweiler le rejoindre en couinant avant de s'asseoir aux pieds de son maître. « J'peux savoir qui vous êtes et c'que vous foutez ici ? » Il reste au bas des marches, ne voyant pas le visage de l'intrus ici. Et il ne comprends pas pourquoi Pirate semble si joyeux, lui qui habituellement aurait sauté sur l'inconnu pour le faire fuir.

_________________

mad world ∆
i know you're somewhere out there, somewhere far away. at night when the stars light up my room, i sit by myself, taking to the moon. i want you back, 'cause you're all i had.
©️luleaby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1109-talking-to-the-moon http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1124-am-i-a-fool-who-sits-alone-talking-to-the-moon
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 60
IDENTITÉ : mangue, t'es trop fruity.
FACECLAIM : le superbe ian somerhalder.
POINTS : 267

STATUT CIVIL : il ne l'a jamais oublié, même s'il ne sait pas s'il est mort ou non. amour déchu, amour perdu. souvenirs douloureux d'un passé lointain qu'il ne peut oublier.
ANCIEN MÉTIER : il était professeur à l'école primaire après avoir fait des études en psychologie.
PLACE DANS LE CAMP : il vient tout juste de revenir après six mois d'absence, il était chasseur et a été pris de cours par une bande de malfrats avant de finalement revenir il y a quelques jours.
ARME DE PRÉDILECTION : sirius est très à l'aise avec son couteau de chasse bowie composé d'un manche en bois et d'une lame de 24 centimètres, même s'il utilise aussi une hachette de survie récupérer dans une tente abandonnée.
ÂGE : trente-six ans.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Sam 14 Jan - 12:30

Les jours en quarantaine sont longs et exaspèrent grandement le jeune homme qui ne supporte pas d'être entouré par autant de personne toute la journée. Ils connaissent pourtant, ils savent très bien qu'il n'est pas mauvais dans le fond et qu'il ne s'en prendrait jamais à quelqu'un dans cette ville. Il y tient beaucoup. Il a de plus en plus de mal à être seul, la solitude le ronge, le dévore à petit feu. La vie sur Terre n'est plus ce qu'elle était et le garçon a de plus en plus de mal à faire face à tout ce qu'il se passe depuis que l'épidémie à fait rage dans le monde entier. Il aurait besoin de quelqu'un, d'un pilier, mais malheureusement pour lui, tous ceux qu'ils aimaient ont disparu et il a bien trop de mal à faire confiance à autrui pour arranger les choses. Soupirant doucement lorsqu'on lui annonce qu'il peut retourner chez lui, dans la maison qu'il habitait il y a encore six mois, Sirius récupère son sac délabré et marche tranquillement jusqu'à son endroit favori à Astoria. Au moins là-bas, il se sent bien, personne ne vient le déranger. Du moins, c'était avant. Car on l'a bien prévenu que quelqu'un d'autre y habitait, avec un chien qui plus ait. Soufflant fort, le trentenaire s'arrête devant la maison et se mordille nerveusement la lèvre inférieure. Il espère que ce n'est pas un ou une timbrée. Et que cette personne le laissera tranquille. Il ne voudrait pas devoir user de sa force ni même de menaces pour se faire entendre. Il sait très bien qu'on le virerait tout de suite s'il faisait ça. La violence est prohibée à ici-bas. Poussant doucement la porte d'entrée, sur ses gardes, Sirius regarde autour avant de retirer ses chaussures sans faire de bruits. Le bruit de la douche résonne entre les murs et le garçon se dit qu'il devrait rester dans le salon pour ne pas faire peur à l'inconnu.

Sursautant soudainement en entendant un chien aboyé, le jeune homme n'a pas vraiment le temps de réagir qu'il se retrouve cloué au sol, le visage pleins de bave avec sur le corps, un énorme Rottweiler excité et visiblement joyeux. Se laissant faire au début de peur de se faire croquer, le Van Houten se laisse submerger par d'anciens souvenirs. Il s'apprête à lancer un nom, sa main se tendant avec légèreté vers le poil de l'animal qu'il a connu étant bébé, mais il n'est pas assez rapide, car une voix froide et dure s'élève dans les airs. Sirius grimace légèrement et regarde le chien coucher les oreilles et retourner vers celui qui semble être son maître. Ne lançant aucun regard à l'homme situé en bas des escaliers, l'ancien professeur se redresse difficilement. « M'appelle Sirius du con et c'est chez moi ici. » Claque-t-il de manière un peu trop sauvage avant de se lever complètement. La voix de son ancien fiancé résonne dans sa tête, ainsi que les jappements du petit chiot qu'ils avaient adopté dans un grand élevage en Angleterre. Blêmissant soudainement, Sirius s'approche doucement de l'étranger avant de reculer de deux pas, le ventre noué. « Croyance. » Déglutissant bruyamment, le trentenaire n'ose faire aucun geste, les mains tremblantes. C'est impossible. Il l'a cherché partout durant de longs mois sans trouver aucune trace de survie de sa part. « C'est pas possible … t-t'es mort … comme les autres. » Il recule encore, fronçant les sourcils. Est-ce qu'il devient fou ? Est-ce là sa punition pour n'avoir pas cherché jusqu'à en mourir ? Secouant la tête pour se remettre les idées en place, le choque laisse place à la joie et Sirius prend son courage à deux mains pour rejoindre son fiancé, l'enlaçant avec force et vivacité. « J'te croyais mort … j't'ai cherché partout enfoiré … T'étais là … J'te croyais mort ... » Il se répète, l'esprit embrumé, l'enlaçant avec maladresse, ne voulant plus le lâcher.

_________________
Des astres épars, dont l'on ne revient jamais. Espace sans mémoire. Un jour je te retrouverai.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1108-sirius-souvenirs-d-un-passe-heureux#43299
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 42
IDENTITÉ : plumyts.
FACECLAIM : sebastian hot stan.
POINTS : 289

STATUT CIVIL : veuf à ses yeux, car même si ils n'étaient pas mariés, il est persuadé d'avoir perdu l'amour de sa vie.
ANCIEN MÉTIER : ancien policier en formation, puis expéditionnaire pour un groupe de malfrats.
PLACE DANS LE CAMP : brigade de surveillance aux frontières nord, il prend son travail très à cœur et tente de se faire accepter avec pirate.
ARME DE PRÉDILECTION : arbalète et revolver durant ses surveillances, ainsi que son chien, pirate.
ÂGE : trente-deux ans, à peu près, il a arrêté de compter.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Dim 29 Jan - 18:20

Poussant un long soupir d'aise, Croyance ferme les yeux tout en appréciant le contact de l'eau chaude sur son corps fatigué. Quand bien même vivre est devenue terriblement difficile, il faut reconnaître qu'Astoria est comme un petit paradis et qu'il y fait bon vivre, si on oublie la menace extérieure. Dehors, ce n'est en rien comparable à son train de vie désormais. Il aurait tellement aimé que Sirius et Melodie ne disparaissent jamais pour vivre ça avec lui. L'eau qui frappe le sol de la douche le fait perdre ses pensées, et il n'entends pas la porte de chez lui s'ouvrir délicatement. Seul l'aboiement rauque, mais pour autant joyeux de Pirate le fait sortir de ses penses, et Croyance arrête aussitôt l'eau en fronçant les sourcils avant de sortir de la cabine de douche. Il ne prends pas le temps de se sécher et enfile en vitesse un pantalon avant de descendre, l'eau ruisselant encore de son torse dévoilé tandis qu'il dévale les marches de l'escalier à toute vitesse. Les sourcils froncés, il regarde Pirate se trémousser de joie sur le corps de l'inconnu, et ne peut s'empêcher de serrer les dents avant de l'appeler froidement, le Rottweiler ne traînant pas pour venir à ses pieds dans un couinement d'incompréhension. C'est bien la première fois qu'il le voit réagir ainsi, et il s'adresse sans plus attendre à l'inconnu qu'il ne peut pas voir entièrement de sa position, toujours en bas de l'escalier. « A ta place, Pirate. » Son ton est sans appel, et le chien s'exécute mollement, tout en lançant un regard à l'homme qui vient de se relever avant de s'installer sur le tapis, les fixant. Croisant les bras, Croyance observe l'homme avant de se crisper, reculant d'un pas.

Mais pour autant, l'inconnu plus si inconnu que ça continue de s'approcher jusqu'à l'enlacer, et Croyance se crispe en écarquillant les yeux, secouant la tête. Non, c'est impossible. Il l'a cherché partout, partout. Il est mort, comme Melodie. Ils sont tous morts, tous, lui aussi. Contracté, le châtain reste stoïque avant de frémir en se sentant serrer dans les bras de son fiancé, tiquant fortement avant de fermer les yeux, soufflant fort. Oh bon sang. Sentant sûrement le malaise de son maître, Pirate couche les oreilles en grognant légèrement, restant pour autant à sa place tandis que Croyance pose fébrilement sa main sur celle de Sirius, reculant d'un pas pour prendre un grande inspiration avant de le fixer, les yeux humides, troublé. Il ne s'y attendait pas vraiment. « J-Je.. T'es mort c'pas possible.. J't'ai cherché partout aussi, t'étais plus là.. O-On est restés la bas pendant des mois, on a fouillé.. Y avait plus personne, personne c'pas possible.. » Il secoue vivement la tête avant de prendre son visage entre ses mains, serrant ses cheveux entre ses doigts en soufflant, puis tique de nouveau avant de frémir en sentant Sirius l'enlacer de nouveau. Il ne comprends pas comment c'est possible. Il l'a cherché partout, partout jusqu'à la mort de Melodie. Si il aurait été là, il l'aurait trouvé, non ? C'est impossible. Soufflant fort, le châtain pose son front contre l'épaule de Sirius, un frisson le parcourant tandis qu'il se mord fortement la lèvre pour ne pas tiquer de nouveau, crispé, posant avec maladresse ses mains dans le dos de son fiancé. « J-Je sais p-pas.. Pas la depuis longtemps je.. T'es mort.. Je comprends pas.. » Il secoue la tête et ferme les yeux de nouveau, tendu, perturbé par ces retrouvailles.

_________________

mad world ∆
i know you're somewhere out there, somewhere far away. at night when the stars light up my room, i sit by myself, taking to the moon. i want you back, 'cause you're all i had.
©️luleaby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1109-talking-to-the-moon http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1124-am-i-a-fool-who-sits-alone-talking-to-the-moon
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 60
IDENTITÉ : mangue, t'es trop fruity.
FACECLAIM : le superbe ian somerhalder.
POINTS : 267

STATUT CIVIL : il ne l'a jamais oublié, même s'il ne sait pas s'il est mort ou non. amour déchu, amour perdu. souvenirs douloureux d'un passé lointain qu'il ne peut oublier.
ANCIEN MÉTIER : il était professeur à l'école primaire après avoir fait des études en psychologie.
PLACE DANS LE CAMP : il vient tout juste de revenir après six mois d'absence, il était chasseur et a été pris de cours par une bande de malfrats avant de finalement revenir il y a quelques jours.
ARME DE PRÉDILECTION : sirius est très à l'aise avec son couteau de chasse bowie composé d'un manche en bois et d'une lame de 24 centimètres, même s'il utilise aussi une hachette de survie récupérer dans une tente abandonnée.
ÂGE : trente-six ans.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Sam 11 Fév - 20:09

Sirius se crispe alors qu'un chien lui saute soudainement dessus, à peine a-t-il posé un pied dans son ancienne maison. Il souffle fort, restant immobile un moment avant de reconnaître son ancien animal de compagnie. Il n'était encore qu'un bébé, mais il pourrait reconnaître Pirate entre mille. Il avait ce regard joyeux quand ils s'amusaient tous les deux, ce même regard qu'il semble lui porter à cet instant, avant qu'une voix forte et froide ne le rappelle à l'ordre. Fronçant les sourcils, le trentenaire se redresse doucement, regardant le Rottweiler retourner à sa place en couinant, les oreilles couchées. Finissant par se relever, Sirius regarde l'homme debout dans les escaliers, finissant par se crisper en le reconnaissant. Croyance. Bon sang. C'est Croyance ! S'approchant en vitesse, malgré le fait que le bel homme ait reculé d'un pas, le beau brun prend aussitôt son ancien fiancé dans ses bras, le serrant contre lui avec force malgré la douleur qui lui tiraille le corps. Un sourire sincère étire soudainement ses lèvres, ce qui n'était pas arrivé depuis de nombreux mois. Sentant le garçon se contracter, Sirius sent son cœur se serrer avant de lâcher sa prise quand le chien se met à grogner légèrement. Sirius fronce les sourcils en regardant son ancien fiancé, tendu. Pourquoi semble-t-il si peu content de le retrouver ? Le ventre tordu par l'inquiétude et l'incompréhension, l'ancien professeur à l'école primaire reste silencieux un court instant. « Et pourtant j'suis bien vivant. J't'ai cherché aussi … longtemps … J'étais toujours là-bas. Dans un immeuble presque détruit. Pis en forêt, pas loin, pour continuer d'vous chercher. » Il baisse les yeux en le voyant faire, reculant légèrement avant de secouer la tête.

Prenant son courage à deux mains, Sirius décide alors de reprendre le garçon dans ses bras, l'enlaçant avec douceur alors qu'il sent les larmes monter, ne se sentant soudainement plus aussi bien que quelques secondes plus tôt. Il le laisse poser son épaule contre la sienne, un court instant avant de se dégager pour reculer, sourcils froncés. « J'suis pas mort ! J'suis là et j't'ai cherché pendant des mois ! » Il contracte la mâchoire, triturant sa bague de fiançailles accrochée autour de son cou. « P-Pourquoi t'as l'air de t'en foutre complètement d'me revoir ? » Il tique et s'humecte nerveusement la lèvre inférieure, les mains tremblantes. « J'arrive pas à t'quitter des yeux et toi tu les fermes. » Il souffle fort et tourne la tête, essuyant rageusement ses yeux, contracté de partout. Et pour se protéger, il s'éloigne, allant dans la cuisine pour se servir un verre d'eau, secouant la tête, blessé par l'attitude du garçon, se doutant bien qu'il a dû vivre l'enfer sur Terre, tout comme lui. Mais il ne le reconnaît pas. On dirait un autre homme. Il a beaucoup trop changé. Il ne lui a même pas sourit. Il ne l'a pas réellement touché. Soufflant fort, Sirius se pose ensuite doucement contre le plan de travail, se tenant contre ce dernier, pas encore totalement guérit de ses blessures malgré les soins. Il passe une main tremblante dans ses cheveux, fixant son ancien fiancé sans rien dire, buvant maladroitement son verre d'eau.

_________________
Des astres épars, dont l'on ne revient jamais. Espace sans mémoire. Un jour je te retrouverai.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1108-sirius-souvenirs-d-un-passe-heureux#43299
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 42
IDENTITÉ : plumyts.
FACECLAIM : sebastian hot stan.
POINTS : 289

STATUT CIVIL : veuf à ses yeux, car même si ils n'étaient pas mariés, il est persuadé d'avoir perdu l'amour de sa vie.
ANCIEN MÉTIER : ancien policier en formation, puis expéditionnaire pour un groupe de malfrats.
PLACE DANS LE CAMP : brigade de surveillance aux frontières nord, il prend son travail très à cœur et tente de se faire accepter avec pirate.
ARME DE PRÉDILECTION : arbalète et revolver durant ses surveillances, ainsi que son chien, pirate.
ÂGE : trente-deux ans, à peu près, il a arrêté de compter.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Dim 19 Fév - 17:30

Les sourcils froncés, Croyance observe la scène qui se déroule sous ses yeux comme si il n'était pas vraiment là. Son chien, son fidèle rottweiler qui saute sur un inconnu comme si c'était l'homme qui l'a élevé. Il ne comprends pas Pirate la dessus, ce n'est pas normal. Il est censé le défendre, attaquer, pas couvrir de sa bave un illustre inconnu ! Prenant une courte inspiration pour ne pas s'énerver, les poings serrés, l'ancien policier rappelle son chien froidement avant de l'envoyer dans son panier sans plus attendre, tandis que Sirius se redresse. Au moment où il reconnaît son ancien fiancé, sans peine, il ne peut s'empêcher de sentir son cœur se serrer, son ventre se tordre. Il était mort, mort. Pendant deux mois, il l'a cherché sans relâche jusqu'à ce que Melodie meurt aussi. C'est impossible qu'il soit vivant, qu'il soit là aujourd'hui bordel ! Il aurait mal cherché ? Non, c'est impossible. Secouant vivement la tête, Croyance souffle quand Sirius le relâche et sent les larmes monter, baissant la tête avant fermer doucement les yeux. « C'est pas possible.. On a cherché partout Sirius ! Chaque immeuble, chaque maison jusqu'à.. On a fait que ça, de te chercher, même Pirate ! Il cherchait ton odeur, elle avait disparu elle.. T'étais plus là, t'étais plus là ! » Pour autant, quand Sirius revient l'enlacer Croyance laisse couler quelques larmes tout en posant son front contre son épaule, tendu, reniflant tandis que tout son corps tremble sous l'angoisse. Et si Sirius ne l'aimait plus ? Deux ans, c'est long. Il ne l'a pas retrouvé en deux ans, il a fait d'horribles choses, en deux ans. Il n'est plus comme avant, il a tourné la page au moment où Melodie est morte elle aussi.

Sursautant quand Sirus se met à élever la voix, Croyance recule vivement pour se plaquer contre le mur avant d'essuyer rageusement ses joues tout en reniflant. Les yeux clos, il secoue la tête, soufflant fort tandis qu'il sent Sirius s'éloigner pour aller dans la cuisine. Rapidement, Pirate en profite pour le rejoindre en couinant, léchant les poings serrés de Croyance dans l'espoir de le calmer, d'éviter sûrement une autre crise. « C'est pas possible. Tu peux pas m'avoir cherché, on t'a cherché aussi.. C'est pas possible. Y a un truc qui va pas. » Il secoue la tête, soufflant fort et caresse fébrilement le museau du rottweiler avant de renifler, rouvrant les yeux vers Sirius qui boit son verre d'eau. Il a l'air d'être blessé, aussi bien moralement que physiquement. « Depuis quand t'es ici ? Depuis quand tu t'planques dans cet endroit complètement stupide et utopique ? Comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes !? Je m'en fous pas, de te revoir je.. Je te croyais juste mort, Sirius et.. Et je sais pas comment réagir. » Il souffle et baisse les yeux, caressant Pirate avant de reculer un peu plus, collant son dos contre le mur tout en levant ses yeux humides vers Sirius. « Je suis désolé je.. Je suis plus comme avant.. J'aurais sûrement.. Couru pour te prendre dans mes bras, avant mais je.. J'arrive pas a respirer correctement. » Il souffle et ouvre la fenêtre derrière lui, respirant l'air frais qui s'y engouffre sans attendre avant de secouer la tête, se reprenant pour ouvrir toutes les autres fenêtres, évitant son regard. « J'ai juste.. Je veux être sur que je suis pas entrain de crever et de rêver de tout ça quelque part. Je veux être sûr que tu seras encore la, si je ferme les yeux et que je les rouvre que.. Que je suis pas entrain de délirer. » Il secoue la tête, tendu et se penche à l'une des fenêtres avant d'inspirer, se tournant pour le regarder. « Je veux juste que ce soit réel, je veux pas de faux espoirs. »

_________________

mad world ∆
i know you're somewhere out there, somewhere far away. at night when the stars light up my room, i sit by myself, taking to the moon. i want you back, 'cause you're all i had.
©️luleaby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1109-talking-to-the-moon http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1124-am-i-a-fool-who-sits-alone-talking-to-the-moon
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 60
IDENTITÉ : mangue, t'es trop fruity.
FACECLAIM : le superbe ian somerhalder.
POINTS : 267

STATUT CIVIL : il ne l'a jamais oublié, même s'il ne sait pas s'il est mort ou non. amour déchu, amour perdu. souvenirs douloureux d'un passé lointain qu'il ne peut oublier.
ANCIEN MÉTIER : il était professeur à l'école primaire après avoir fait des études en psychologie.
PLACE DANS LE CAMP : il vient tout juste de revenir après six mois d'absence, il était chasseur et a été pris de cours par une bande de malfrats avant de finalement revenir il y a quelques jours.
ARME DE PRÉDILECTION : sirius est très à l'aise avec son couteau de chasse bowie composé d'un manche en bois et d'une lame de 24 centimètres, même s'il utilise aussi une hachette de survie récupérer dans une tente abandonnée.
ÂGE : trente-six ans.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Dim 12 Mar - 10:55

Retrouver Croyance lui fait le plus grand bien. Il n'y croyait vraiment plus et ce regain d'espoirs ne peut que lui redonner un peu de son humanité perdue ces dernières semaines. Il ne peut s'empêcher de se montrer enthousiaste, ne s'étant pas senti aussi heureux depuis des mois. Néanmoins, la réaction de son fiancé le fait se crisper alors qu'il recule d'un pas pour le regarder, ne comprenant pas. Est-ce qu'il a trouvé quelqu'un d'autre ? Ce serait vraiment un imbécile s'il avait fait ça. Est-ce qu'il l'a oublié ? Peut-être même que le perdre a été un soulagement pour lui ? Secouant la tête pour chasser ses mauvaises pensées, Sirius baisse les yeux et se gratte le bras, l'écoutant simplement parler. « Quand j'me suis réveillé, j'étais couvert de sang et j'ai pas pu me laver avant des jours, t'crois vraiment que j'avais la même odeur ? J'sentais le mort à des kilomètres. On a dû se louper. Se croiser sans même se voir. J'en sais rien, moi ! J't'ai cherché aussi ! » Il souffle fort et se rapproche de nouveau pour enlacer Croyance, se calmant aussitôt, ayant besoin de le sentir contre lui. Néanmoins, les paroles suivantes de son fiancé le font s'énerver et il ne peut s'empêcher de hausser la voix, le beau brun reculant aussitôt pour se coller au mur. Fixant tristement l'épave que semble entre devenu l'homme qu'il aimait tant autrefois, Sirius s'éloigne de lui pour aller dans la cuisine. Il devrait pourtant être heureux de le revoir. Tiquant et serrant le poing, l'ancien professeur souffle fort, buvant son verre d'eau avant de secouer la tête. « J't'ai cherché, abruti. Au péril de ma vie. Et ça a coûté la vie à un papi qui m'apportait son aide. Dommage qu'il soit plus là pour te dire combien d'fois il a dû m'empêcher d'me laisser m'faire bouffer par ces foutus morts-vivants pour ne plus avoir à vivre sans toi. » Il sent les larmes monter en y repensant et tape du poing contre le plan de travail.

Sirius se tient ensuite au plan de travail, la jambe droite tremblant beaucoup trop pour qu'il ne vacille pas. Il ne s'est pas encore entièrement remis de ses blessures, pour son plus grand malheur. Sursautant en l'entendant, Sirius le regarde. « Tout ne va pas bien. J'étais chasseur avant de disparaître. J'sortais tous les jours et en temps normal, plutôt que d'chercher d'quoi bouffer, j'te cherchais toi. J'suis arrivé ici y'a longtemps. J'sais pas quand. J'pas vraiment la notion du temps qui passe. Et t'as fait ton deuil, j'ai compris. Ca t'fout les boules d'me revoir parce que tu m'avais enfin oublié, c'est ça ? T'avais réussi à faire comme si j'avais jamais existé ? Non parce que, t'portes plus la bague que j't'ai offerte, alors que j'ai gardé la mienne. » Il serre les dents en fixant un instant la main nu de son ancien fiancé avant de secouer la tête. Il aimerait juste qu'il se montre moins dur, qu'il s'approche, qu'il lui dise qu'il l'aime, que tout ça ne change rien pour eux. Ne répondant rien à ses paroles à deux balles, Sirius passe une main tremblante dans ses cheveux. « Si j'étais une hallucination j'crois que j'le saurais. » Il souffle fort et fait craquer nerveusement ses doigts avant de s'asseoir lourdement au sol, prenant son visage entre ses mains, silencieux, tentant de faire le vide dans son esprit. Il ferme les yeux et calme sa respiration, tirant parfois sur ses cheveux avec un peu trop de force.

_________________
Des astres épars, dont l'on ne revient jamais. Espace sans mémoire. Un jour je te retrouverai.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1108-sirius-souvenirs-d-un-passe-heureux#43299
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 42
IDENTITÉ : plumyts.
FACECLAIM : sebastian hot stan.
POINTS : 289

STATUT CIVIL : veuf à ses yeux, car même si ils n'étaient pas mariés, il est persuadé d'avoir perdu l'amour de sa vie.
ANCIEN MÉTIER : ancien policier en formation, puis expéditionnaire pour un groupe de malfrats.
PLACE DANS LE CAMP : brigade de surveillance aux frontières nord, il prend son travail très à cœur et tente de se faire accepter avec pirate.
ARME DE PRÉDILECTION : arbalète et revolver durant ses surveillances, ainsi que son chien, pirate.
ÂGE : trente-deux ans, à peu près, il a arrêté de compter.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Jeu 23 Mar - 10:14

Observant Sirius avec intérêt, Croyance essaie de réaliser qu'il est bien la. Il ne l'a pas enterré en même tant que Melody, comme il l'a pensé pendant des années. Doucement, ses barrières cèdent, et il tente un pas vers Sirius avant de s'arrêter en l'entendant parler. Oui, il a raison. Si il était couvert de sang, alors Pirate n'aurait pas pu le sentir. Soufflant longuement, Croyance baisse les yeux avant de frémit en le sentant l'enlacer, passant ses bras dans son dos pour le serrer, humant son odeur. Bon sang. Lui qui pensait ne jamais le revoir, ne plus jamais le sentir contre lui. Deux ans, c'est long, loin de l'être que l'on aime. Sirius a du vivre des choses, autant que Croyance. Inspirant longuement, il ne peut s'empêcher de sursauter en entendant Sirius crier soudainement et se crispe avant de reculer, Pirate se mettant à aboyer de concert envers Sirius. Serrant les dents en l'entendant, Croyance se calme et le regarde taper du poing. « Oh, parce que tu crois que t'es le seul à avoir perdu des êtres chers ? T'as ptet pas remarqué qu'il manquait quelqu'un, ici, ducon ? Melody en a payé de sa vie elle aussi, elle voulait qu'on parte et je voulais rester te chercher. Elle est plus là. Alors ton pauvre vieux, clairement, c'est pas mon problème. Tout le monde crève, dehors, alors je t'interdis de te foutre toute la misère du monde sur tes épaules. » Le fusillant du regard, il se dirige vers Pirate et le caresse doucement pour le calmer, inspirant, le Rottweiler s'étant redressé lorsque les deux garçons se sont mis à lever la voix.

Observant son fiancé, Croyance secoue la tête, prenant sur lui avant d'inspirer, se massant le crâne doucement. Tout cela l'agace, c'est pas du tout comme ça qu'il aurait imaginé leurs retrouvailles. Se laissant tomber sur le canapé, Croyance l'écoute de moitié, Pirate toujours contre lui. « Non, je t'ai jamais oublié. T'es vraiment stupide pour réussir à croire ça, hm. » Il soupire longuement et se frotte les yeux pour chasser les larmes qui menacent de venir, avant de lever les yeux vers son fiancé. Ex fiancé, peut être. « On me l'a volé, en même tant que mes affaires. J'avais un sac, avec des photos de nous, de Melody, de Pirate. Notre alliance dans un collier, parce qu'elle me blessait. Je le mettais dans mon sac la nuit, que je gardais contre moi. Mais on me l'a prit, et j'ai pas encore réussi à le retrouver. Mais je t'en prie, arrête toi aux apparences, soit un parfait abruti. » Il secoue la tête et s'approche de lui, le regardant faire. « J'ai jamais arrêté de t'aimer en deux ans, je t'ai pas oublié. J'ai vu personne d'autre, si c'est la question qui te taraude l'esprit. T'as été la dernière personne avec qui j'ai fais l'amour. Je t'ai jamais oublié, visiblement toi non plus. Je vais faire un tour, j'ai besoin de prendre l'air. » Il inspire doucement et le regarde, puis passe une main dans les cheveux de Sirius avant d'appeler Pirate. « Tu pourras nous rejoindre si t'en as envie. On reste dans l'enceinte, mais il a besoin de pisser. » Il sort doucement, le chien sur ses talons, le cœur horriblement serré par la manière d'agir de celui qu'il aime.

_________________

mad world ∆
i know you're somewhere out there, somewhere far away. at night when the stars light up my room, i sit by myself, taking to the moon. i want you back, 'cause you're all i had.
©️luleaby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1109-talking-to-the-moon http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1124-am-i-a-fool-who-sits-alone-talking-to-the-moon
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 60
IDENTITÉ : mangue, t'es trop fruity.
FACECLAIM : le superbe ian somerhalder.
POINTS : 267

STATUT CIVIL : il ne l'a jamais oublié, même s'il ne sait pas s'il est mort ou non. amour déchu, amour perdu. souvenirs douloureux d'un passé lointain qu'il ne peut oublier.
ANCIEN MÉTIER : il était professeur à l'école primaire après avoir fait des études en psychologie.
PLACE DANS LE CAMP : il vient tout juste de revenir après six mois d'absence, il était chasseur et a été pris de cours par une bande de malfrats avant de finalement revenir il y a quelques jours.
ARME DE PRÉDILECTION : sirius est très à l'aise avec son couteau de chasse bowie composé d'un manche en bois et d'une lame de 24 centimètres, même s'il utilise aussi une hachette de survie récupérer dans une tente abandonnée.
ÂGE : trente-six ans.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Sam 25 Mar - 18:33

Il y a quelques mois, le monde de Sirius s'est écroulé. Lui qui avait tant d'espoirs, dans d'ambitions pour la vie future auprès de Croyance, son fiancé, est finalement devenu un homme sans optimisme depuis quelques temps. Alors, revoir ce fantôme de son passé ressurgir soudainement et sans prévenir lui lacère le cœur. Il sait que maintenant, il devra vivre avec la peur constante de le perdre une nouvelle fois et il se connaît très bien, l'ancien professeur … il ne supporterait pas de perdre Croyance une seconde fois. Le voir aussi froid, aussi peu enclin à lui montrer de l'affection après tout ce temps le blesse et le brise un peu plus qu'il ne l'est déjà. Il a tant eu besoin de bras réconfortants ces derniers temps, surtout avec ce qu'il a vécu les six derniers mois. Mais Croyance ne le voit pas. Il est une autre personne. Changé. Comme lui. Mais encore plus, visiblement. Pirate aboie contre lui alors que le plus âgé frappe contre le mur avec violence, ravivant la douleur dans son corps. Alors, il grimace. Il se calme aussitôt, ou du moins, un peu. Les paroles de Croyance sont dures. Violentes. Blessantes. Incapable de répondre après les dires de l'homme qu'il aime, Sirius se contente de le fixer, le cœur serré.

Melody est morte. Il s'en doutait, étant donné que la jeune femme n'est pas là. Mais, cela ne le blesse pas autant que pour son ancien ami. Car ils ont vécu l'enfer ensemble. Et lorsque l'on vit des choses aussi atroces avec des gens, on apprend à les aimer de manière différente qu'autrefois. Détournant le regard, ayant l'impression de Croyance lui accable la faute. Il semblerait que ce soit de sa faute si Melody est morte. Ou du moins, il l'a sous-entendu, n'est-ce pas ? Il ne s'est pas mis toute la misère du monde sur ses épaules. Il voulait juste lui dire qu'il l'avait cherché. Longtemps. Et qu'il avait voulu en finir un nombre incalculable de fois, mais qu'on l'en avait toujours empêcher. Il ne cherchait en rien à l'énerver, ou à être forcé de culpabiliser pour la mort de sa belle-sœur. Se laissant glisser au sol, Sirius reste silencieux, avant de lui demander s'il l'a oublié. Après tout, il n'a pas semblé heureux de le revoir, et … il ne porte plus sa bague. Il s'est battu pour la garder. Il est même aller la chercher quand il l'avait perdu, une fois, avant de la retrouver. Stupide. Con. Abruti. Les insultes fusent et Sirius souffle fort en serrant le bas de son t-shirt entre ses longs et fins doigts.

Alors, Croyance lui explique comment il a perdu ses affaires. Tout était dans un sac. Sûrement avait-il du mal à regarder leur alliance alors qu'il le pensait mort. Un parfait abruti. On continue sur la lancée des insultes. Il ne demandait pas s'il avait couché avec d'autres personnes. Il se demandait juste s'il l'aimait toujours, après tout ce temps, tout ce qu'ils ont vécu. Revoir un jour Croyance a toujours été l'unique chose à laquelle il s'accrochait. Pour ne pas perdre la tête. Pour ne pas faire d'actes horribles quand bien même il en avait envie. Pour continuer à avancer, à ne pas se laisser mourir de faim, ou se laisser tuer, tout simplement. S'apprêtant à parler, Sirius entrouvre les lèvres, mais s'arrête aussitôt en le sentant passer une main dans ses cheveux. Fermant un instant les yeux, le trentenaire se laisse faire avant de se crisper en l'entendant. Hochant faiblement de la tête, Sirius le laisse sortir de la maison, fixant un instant le sol, le regard vide.

Il est très difficile de prendre sur soit après ces deux années de vie horribles. Pour autant, l'ancien professeur tente de faire le vide et de reprendre son calme. Autrefois, il n'était pas ainsi. Pas aussi impulsif. Il n'était que douceur et gentillesse. Et regardez-le maintenant. Il est devenu un homme ingrat et violent, qui n'hésites pas à tirer le premier quand on le menace. Néanmoins, il n'a jamais été capable de faire du mal aux innocents. Il n'a jamais volé de personnes endormies, ni même de malades. Sinon, il sait bien qu'il aurait dû dire adieu à son humanité. Une dizaine de minutes s'écoulent avant que le garçon ne daigne se lever pour rejoindre son fiancé. Il sort de la maison, marchant avec difficulté parfois. Il a intérêt à guérir vite s'il ne veut pas avoir l'air d'un handicaper. « Croyance. » Lâche-t-il simplement en s'approchant du beau brun. « Je suis désolé. J'ai … passé les six derniers dans un endroit infernal, je réagis … assez mal depuis. Je ne voulais pas te dire tout ça de cette façon … Je … suis désolée pour ta sœur. Mais … c'est pas de ma faute si elle est morte. » Il détourne le regard. « Et j'm'arrête pas aux apparences. Pas avec toi, du moins. C'est juste … j'me demandais juste si tu l'avais balancée, perdue, ou si tu m'avais oublié. Parce que moi, si j'avais pu oublier la douleur, je l'aurais sûrement fait. » Il pose son front contre son épaule. « Je suis content … de te revoir. Je suis content de savoir que tu vas bien, Croyance. » Murmure-t-il avant d'essuyer ses yeux, inspirant longuement, tâchant de se concentrer pour ne plus avoir envie de pleurer comme un gamin de douze ans.

_________________
Des astres épars, dont l'on ne revient jamais. Espace sans mémoire. Un jour je te retrouverai.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1108-sirius-souvenirs-d-un-passe-heureux#43299
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 42
IDENTITÉ : plumyts.
FACECLAIM : sebastian hot stan.
POINTS : 289

STATUT CIVIL : veuf à ses yeux, car même si ils n'étaient pas mariés, il est persuadé d'avoir perdu l'amour de sa vie.
ANCIEN MÉTIER : ancien policier en formation, puis expéditionnaire pour un groupe de malfrats.
PLACE DANS LE CAMP : brigade de surveillance aux frontières nord, il prend son travail très à cœur et tente de se faire accepter avec pirate.
ARME DE PRÉDILECTION : arbalète et revolver durant ses surveillances, ainsi que son chien, pirate.
ÂGE : trente-deux ans, à peu près, il a arrêté de compter.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Dim 2 Avr - 16:25

Observant un instant Sirius après avoir vidé son sac, Croyance secoue doucement la tête et sort de la maison, murmurant des excuses. La porte se ferme derrière lui et Pirate, et il attache le chien sans plus attendre avant de se diriger vers le petit parc pour laisser à ce dernier la possibilité de faire ses besoins. Les yeux clos, Croyance avance machinalement, se laissant entraîner par le rottweiler qui connaît déjà ses endroits préférés. Encouragé par le peu de monde aux alentours, il finit par retirer la laisse de Pirate qui en profite pour se mettre à courir autour de son maître, tandis que Croyance passe ses mains sur son visage en soupirant. Il n'a pas été tendre avec Sirius, mais étrangement, il ne s'en veut pas pour autant. Soupirant longuement, il ne quitte pas son chien des yeux, se demandant comment Sirius pourrait faire pour l'aimer désormais. Ils ne sont plus comme avant, et même si c'est plutôt clair dans l'esprit du brun, il craint que ce ne soit pas pareil du point de vue de Sirius. Il supporte mal le contact, d'être enfermé, comment est-ce qu'il pourrait prétendre à une vie normale avec Sirius ? Soupirant longuement, il s'apprête à s'asseoir sur l'un des bancs présents quand la voix de son fiancé résonne doucement. Oh.

Se tournant face à lui, Croyance observe Sirius un instant, avant d'hocher la tête en l'entendant, scrutant son visage. « Je sais. Elle est morte, c'est tout. Y a rien d'autre à dire la dessus. » Il redresse le menton en le voyant détourner le regard et profite pour observer où se trouve Pirate, avant de le fixer de nouveau. « J'ai pas oublié, j'ai appris à vivre avec et à la mettre de côté. Dehors, t'as pas le temps de souffrir, on te le laisse pas, le temps. Si tu te bouges pas le cul, tu crèves alors.. Non, j'ai pas oublié. On m'a juste pris mon sac. » Il inspire doucement avant de frémit en le sentant poser son front contre son épaule. Oh. Il hésite un instant, puis l'enlace, gêné, ne sachant pas vraiment comment agir avec lui. Aller bien ? Il n'a pas tout vu, dans ce cas. Pour autant, il se contente d'hocher la tête. « Je suis content aussi.. » il inspire doucement et caresse un peu son dos, mal à l'aise, puis le lâche quand Pirate revient vers eux. « On devrait rentrer, dormir.. L'est tard. » Il observe un instant le ciel, se disant qu'il n'est au final, pas si tard que ça. « Enfin, tu seras mieux dans la maison. » Il lui sourit faiblement et remet la laisse à Pirate avant de les entraîner tous les deux dans le logement, fermant la porte tout en s'empressant d'aller ouvrir une fenêtre.

_________________

mad world ∆
i know you're somewhere out there, somewhere far away. at night when the stars light up my room, i sit by myself, taking to the moon. i want you back, 'cause you're all i had.
©️luleaby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1109-talking-to-the-moon http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1124-am-i-a-fool-who-sits-alone-talking-to-the-moon
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 60
IDENTITÉ : mangue, t'es trop fruity.
FACECLAIM : le superbe ian somerhalder.
POINTS : 267

STATUT CIVIL : il ne l'a jamais oublié, même s'il ne sait pas s'il est mort ou non. amour déchu, amour perdu. souvenirs douloureux d'un passé lointain qu'il ne peut oublier.
ANCIEN MÉTIER : il était professeur à l'école primaire après avoir fait des études en psychologie.
PLACE DANS LE CAMP : il vient tout juste de revenir après six mois d'absence, il était chasseur et a été pris de cours par une bande de malfrats avant de finalement revenir il y a quelques jours.
ARME DE PRÉDILECTION : sirius est très à l'aise avec son couteau de chasse bowie composé d'un manche en bois et d'une lame de 24 centimètres, même s'il utilise aussi une hachette de survie récupérer dans une tente abandonnée.
ÂGE : trente-six ans.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Dim 9 Avr - 19:51

Reconnaître Croyance est quelque chose de difficile. Il savait bien que s'il le retrouvait un jour, le jeune homme aurait certainement changé, mais … sûrement pas au point de rester impassible face à lui. Il est le seul en qui il peut avoir confiance, du moins, c'est ce qu'il pense. Après tout, Sirius est persuadé que même après tous ces mois de galère, son ancien fiancé l'aimera comme avant, comme au tout début. C'est sûrement là une chose idiote, une pensée naïve, mais, l'ancien professeur a besoin de cela pour tenir le coup, étant donné qu'il ne lui reste plus aucune attache de sa vie d'avant, mis à part Croyance. Alors, quand ce dernier sort de la maison après lui avoir limite cracher au visage. Fermant les yeux, Sirius reste immobile durant un long moment, les tremblements de son corps reprenant de pieds fermes lorsqu'il se retrouve à nouveau seul, perdu dans ses sombres pensées. Il doit se reprendre, il le sait. Alors, il se relève difficilement, mais sûrement, tout en se tenant au plan de travail. Il ne peut pas laisser Croyance partir. Pas encore une fois. Il ne le supporterait pas.

Le beau brun sort alors de la maison, en marchant doucement, cherchant du regard l'homme qu'il aimait plus que tout au monde autrefois. Ses pas le guident jusqu'à ce dernier et il lui adresse à nouveau la parole, inquiet, voulant se rattraper. Pour autant, il a du mal à contenir ses paroles. Celles bourrées de reproches. Celles qu'il regretterait amèrement s'il les laissait sortir d'entre ses lèves. Il ne veut pas que Croyance le déteste, alors, il doit mettre sa violence, sa haine et ses regrets de côté. Il ne doit pas lui en vouloir de l'avoir laissé se faire pousser loin de lui lors du tout premier jour de ce merdier. Il doit simplement … faire avec. « J'sais pas comment toi t'as fait alors. Parce que même quand j'étais dans la merde, j'pensais encore à toi. » Il baisse les yeux, se disant qu'il est certainement le plus faible des deux, à en croire les paroles durs de Croyance. Qu'a-t-il vécu dehors pour devenir ainsi ? Méconnaissable. C'est ce qu'il est, après tout. Mais cela ne change pas pour autant les sentiments qu'il a pour lui.

Soufflant doucement, Sirius s'approche ensuite pour poser son front contre l'épaule du beau brun, fermant un instant. Sincère dans ses paroles, il lui annonce qu'il est heureux de l'avoir retrouvé. Il ferme un instant les yeux, appréciant son contact. Pourtant, il revient très vite à la réalité lorsque Croyance le lâche soudainement. Retour à la réalité. « Ouais … rentrons ... » Il hausse doucement des épaules avant de le suivre jusqu'à la maison doucement, entrant tranquillement. Il le regarde fermer la porte, puis se presser à aller ouvrir une fenêtre. « Est-ce que … je peux dormir avec toi ? » Demande-t-il comme un adolescent nerveux. Il ne voudrait pas le déranger, mais, sa présence sera sûrement d'une grande aide pour dormir paisiblement. Ou pour dormir tout court à vrai dire. Montant ensuite les marches en vitesse, Sirius s'empresse de rejoindre la chambre qu'il occupait, retirant ses chaussures et son jean avant de se glisser sous la couette, fixant ensuite la porte, attendant que Croyance le rejoigne.

_________________
Des astres épars, dont l'on ne revient jamais. Espace sans mémoire. Un jour je te retrouverai.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1108-sirius-souvenirs-d-un-passe-heureux#43299
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/01/2017
MESSAGES : 42
IDENTITÉ : plumyts.
FACECLAIM : sebastian hot stan.
POINTS : 289

STATUT CIVIL : veuf à ses yeux, car même si ils n'étaient pas mariés, il est persuadé d'avoir perdu l'amour de sa vie.
ANCIEN MÉTIER : ancien policier en formation, puis expéditionnaire pour un groupe de malfrats.
PLACE DANS LE CAMP : brigade de surveillance aux frontières nord, il prend son travail très à cœur et tente de se faire accepter avec pirate.
ARME DE PRÉDILECTION : arbalète et revolver durant ses surveillances, ainsi que son chien, pirate.
ÂGE : trente-deux ans, à peu près, il a arrêté de compter.


MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   Mer 26 Avr - 10:26

Soupirant longuement en observant Pirate qui se promène autour de son maître sans trop s'éloigner, Croyance ne peut s'empêcher de l'envier. Il reste simple, heureux de tout ce qui se présente à lui, sans reproches ni regrets. Tout le contraire du jeune Hopkins, qui ne peut s'empêcher d'avoir cette boule de colère au fond de lui, refoulée depuis trop longtemps. Observant Sirius lorsque ce dernier finit par le rejoindre, Croyance opine faiblement en l'entendant et l'enlace quand Sirius vient se coller à lui, silencieux encore un instant. Comment il a fait ? « J'ai juste pas eu le choix. Je sais pas comment t'as fais toi, mais on était tous les deux, lui et moi. J'ai pas cessé de penser à toi, j'ai juste penser à notre survie, à essayer de trouver un bon endroit pour Pirate, pour qu'il puisse finir sa vie tranquillement avant que je ne parte à mon tour. Et puis on a trouvé des gens, c'était pas mieux. C'est tout. Je t'ai pas oublié, j'ai juste.. Je devais faire avec le fait que je savais pas où t'étais et que je te retrouverais sûrement jamais. Mais j'ai pas oublié. » Il inspire et embrasse faiblement son épaule avant de reculer, prenant une bouffée d'air frais avant de lui proposer de rentrer, prenant le chemin de la maison. Ils ont besoin de se reposer, tous les trois.

Une fois arrivé, Croyance verrouille la porte et lâche Pirate avant d'ouvrir une fenêtre, puis se redresse en entendant Sirius et opine. « Oui, bien sûr.. » Il sourit faiblement et fait craquer ses doigts avant de retirer ses chaussures, fermant la fenêtre avant de grimper doucement l'étage, Pirate sur les talons. Puis, il retire son haut et son pantalon, restant en caleçon avant d'aller ouvrir la fenêtre de la chambre légèrement. Puis, il se décide à rejoindre doucement Sirius dans le lit, mal à l'aise. Pirate se couche près de la porte de la chambre, surveillant, tandis que Croyance ferme doucement les yeux en se mettant près de Sirius. « Hm.. Passe une bonne nuit.. » Il lui sourit faiblement et rouvre les yeux pour le regarder, hésitant un instant avant de poser fébrilement ses lèvres contre les siennes. C'est bizarre. Il ne sait pas vraiment comment agir, et craint de se laisser aller. Inspirant doucement, Croyance repose sa tête sur l'oreiller et prend tout de même la main de son fiancé, sachant que ce dernier à besoin de ce contact pour la nuit.
FIN.

_________________

mad world ∆
i know you're somewhere out there, somewhere far away. at night when the stars light up my room, i sit by myself, taking to the moon. i want you back, 'cause you're all i had.
©️luleaby
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1109-talking-to-the-moon http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1124-am-i-a-fool-who-sits-alone-talking-to-the-moon
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]   

Revenir en haut Aller en bas
 
no one's ever gonna hurt you. [SIRIUS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste des canaux en mode DVB-T sur réseau NumeriCable
» Mauvaise réception TNT
» That’s how you stay alive. When it hurts so much you can’t breathe. That’s how you survive... By remembering that one day, Somehow... impossibly... It won’t feel this way, it won’t hurt this much † Stydia
» Paperback™ ♣ hurt by love
» I'm gonna love you like a Black Widow baby !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: inside astoria's walls :: sunset square :: les maisons-
Sauter vers: