the night is dark and full of terrors. (event - thomas)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 the night is dark and full of terrors. (event - thomas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Ven 10 Fév - 19:39

--------------------------

Reese pousse un long soupir de lassitude. Quand elle n’est pas en train de dormir, elle se débat avec sa couverture. Elle a passé la journée à la jeter sur le côté, puis à la reprendre en décidant qu’elle avait finalement froid. Parfois elle grince des dents, et la seconde d’après, elle transpire autant qu’un mec après un marathon. La maladie la ronge, elle va devenir folle. Elle a l’impression de crever. Pour une simple grippe. Après avoir survécu à la fin du monde, c’est quand même con, non ? Elle se demande si ça en valait vraiment la peine, finalement… si c’est pour mourir de cette manière, elle se serait abstenue autant de souffrances et elle se serait directement jeté dans la gueule du loup. Comme si cela ne suffisait pas, on lui a attribué une chambre avec un gars encore plus chiant que son frère. Le genre de gars qu’on a envie de claquer en deux secondes. En temps normal, Reese a déjà quelques problèmes à se lier aux autres – autant dire que c’est déjà compliqué pour elle de sourire et de s’intéresser à la personne si ce n’est pas quelqu’un qu’elle connait de son ancienne vie – mais si en plus, elle est malade, elle refuse de faire un seul effort. Heureusement, il a soudainement décidé de se la fermer. Elle tourne la tête, jette un coup d’œil vers son compagnon. Murphy s’est endormi. Enfin. Un peu de répit pour son esprit tourmenté. Un peu plus et elle était prête à se jeter par la fenêtre. Elle esquisse un sourire, subitement de meilleure humeur malgré les symptômes. Elle a l'impression que ça s'aggrave d'heure en heure, mais hé, maintenant qu'elle s'entend penser, y'a peut-être moyen que les choses s'arrangent, non? Elle tousse à s’en arracher littéralement les poumons, quand son regard glisse jusqu’au second colocataire qui n’a pas dit un mot depuis qu’ils se sont installés dans cette chambre. Il ne bouge même pas. Il est juste allongé sur le flanc, aussi inerte qu’une statue. Pendant un instant, elle l’observe sans dire un mot, en tentant de remettre ses idées en place. Il lui faut du temps pour réaliser qu’il est peut-être… mort ? Elle ne voit aucune autre explication, sinon, il aurait forcément réagi à la conversation qu'elle a partagé avec Murphy. Et s’il est mort, ça veut dire… qu’il va se transformer en rôdeur ? Et qu’il risque donc de les bouffer eux aussi ? Reese, elle regrette subitement l’idée qui lui est passé quelques secondes plus tôt, celle d’avoir voulu se faire dévorer au début de l’épidémie. Hors de question qu’elle se fasse mordre, même alors qu’elle est clairement en train de crever d’elle-même. Elle se redresse subitement, le mal de crâne lui arrache une grimace. « Excuse-moi ? » Qu’elle demande d’une voix rauque, signe évident qu’elle est clairement en train de perdre sa voix. « Eh… » Elle l’interpelle à nouveau. Evidemment, si elle connaissait son nom, ce serait plus simple pour tout le monde, et si elle avait la force de quitter son lit aussi, mais on fait avec les moyens du bord. « Le blond, t’es mort ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Sam 11 Fév - 15:10

The night is dark and full of terrors
/ Reese & Thomas  /
Tout avait commencé il y a quelques jours. Une grippe. En voilà bien longtemps qu’il n’avait pas chopé une connerie pareille. Il pensait que ça allait passer, avec un sirop, et que tout redeviendrait comme avant… mais ça n’a pas été le cas. Cloué à son lit, le blond se laissait légèrement crever. Si sa mère ne l’avait pas envoyé de force en quarantaine, peut-être se serait-il laissé mourir comme ça. C’était plus facile d’abandonner que de se battre pour vivre. Si ça n’avait pas été pour elle, il n’aurait même pas su qu’il y avait une épidémie, une autre. Il n’est pas franchement au courant de ce qu’il se passe sur le camp, il évite au maximum de croiser les autres survivants. Vivant comme un ermite, le blond se contente de rester chez lui, lorsqu’il ne se retrouve pas dans la forêt à couper du bois. Cela faisait presque deux années qu’il agissait de la sorte – bien qu’il fût incapable de mesurer le temps qui passait, il avait davantage l’impression que celui-ci s’était arrêté. Alors, il s’était rendu en quarantaine, de force, bien peu ravi d’apprendre qu’il y sera confiné jusqu’à son rétablissement. La maison était bourrée de germes et d’autres malades. Sa maison lui manquait. On l’avait foutu dans une chambre avec deux autres personnes. Un mec un peu trop chieur pour son propre bien, et une fille qui subissait. Ils les entendaient se prendre la tête, mais Thomas, couché sur le côté, la tête confrontant le mur opposé, ne participait pas à leurs échanges. Au détour d’un couloir, il avait entendu que certains patients étaient plus faibles que d’autres. Ils craignaient que certains ne survivent pas. Ça le confortait dans l’idée que chaque nouvelle porte menait à une mort certaine. Le silence était redevenu maître dans la chambre, si ce n’est pour les quintes de toux de la jeune femme du lit au milieu. Une toux qui le sorti de ses songes. Thomas rouvrit les yeux, mais conserva sa position. Lui-même se sentait plutôt faible aujourd’hui. Il avait retiré son t-shirt, dans une bouffée de chaleur – mais avait regretté son geste, lorsqu’un frisson l’envahit. Il s’était blotti sous une espèce de couverture, tandis qu’il espérait que le sommeil finisse à nouveau par le prendre. Il entend la jeune femme prendre la parole, mais s’imagine, par habitude, qu’elle s’adresse à l’autre homme. C’est seulement lorsqu’elle l’appela « le blond », qu’il en déduisit qu’il était son interlocuteur. Quelque part, sans pouvoir s’en empêcher, il arbora un léger sourire – qu’elle ne vit pas, puisqu’il était de dos à elle. Il laissa quelques secondes passer, avant de souffler, d’une voix cassée par la grippe et par son manque de prise de parole. « Presque. »  Il toussa, puis reprit : « Promis, le premier que je croquerai, c’est la pipelette à côté. » Lançait-il, dans un semblant d’humour maladroit. Avec le semblant de force qu’il lui restait, Thomas se changea de côté, pour lui faire face. Ses yeux étaient rougis par la fatigue, ses traits tirés, le bleu de ses pupilles se perdirent dans les siennes un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Dim 12 Fév - 0:50

--------------------------

Ils sont tous à l’agonie. Y’en a qui sont surement déjà morts à l’heure qu’il est. Elle n’en sait rien, Reese, elle a l’impression d’être cloitrée dans cette chambre depuis une éternité. Elle a perdu la notion du temps depuis. Faut dire qu’elle passe ses journées à dormir. Peut-être pas dix ans mais ça l’étonnerait même pas qu’on lui dise que ça fait bien trois semaines qu’elle est ici. Et depuis tout ce temps, elle n’a entendu que Murphy. Il est mignon quand il veut, et parfois, il lui arrive d’être drôle – il a réussi à lui décrocher quelques sourires – mais la majorité de son temps, il est insupportable. Elle sait qu’elle l’aurait surement adoré dans d’autres circonstances, il est juste mal tombé. Il parle tellement qu’elle a la sensation de le connaitre depuis toujours – bien plus que certains de ses proches. Elle ne peut pas en dire autant du blond à sa droite, qui est tout sauf loquace. Décidément, elle est tombée sur les deux opposés. Elle tente la conversation, l’imagine déjà mort mais Reese remarque très vite que s’il est aussi mal en point qu’elle, Dieu merci, il est toujours vivant. Non pas que son sort lui tienne à cœur – bien sûr, ce serait triste pour l’humanité mais elle ne le connait pas alors d’ici-là, chacun pour sa pomme – mais bon, s’il était mort, ça voulait dire qu’elle risquait elle-même de trépasser, et c’est pas vraiment dans ses plans. L’inconnu tente un trait d’humour, et elle esquisse un sourire. Faut pas se voiler la face, elle sera surement la première à y passer au regard de la disposition des lits mais elle apprécie néanmoins l’effort. « Ce serait un soulagement pour tout le monde. Il m’a épuisé. » Bien plus que la grippe. « Tu crois que tu pourrais quand même me prévenir un peu avant, histoire de me laisser une petite marge ? » Qu’elle demande sur le même ton. Pas sûr qu’elle ait le temps de faire autre chose que de se casser la voix en gueulant comme une dératée mais bon, on ne sait jamais. L’instinct de survie fait parfois des merveilles. Il change de côté, se retourne pour lui faire face. Son état déplorable ne la choque pas vraiment, Murphy possède les mêmes symptômes – et elle aussi probablement. Ils ont tous des sales gueules – et peut-être même elle plus que les autres alors elle ne fait aucune remarque dessus. C’est pas comme s’ils s’en souciaient de toute façon. Pas alors qu’ils sont en train de crever. A la place, elle réalise qu’elle l’a peut-être arraché à son sommeil. « Tu dormais ? Désolé si j’t’ai réveillé, j’avais besoin de me rassurer. » Elle est confuse, gênée de s’imposer alors même que c’est ce qu’elle reprochait à leur colocataire quelques instants plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Lun 13 Fév - 17:33

The night is dark and full of terrors
/ Reese & Thomas  /
Thomas n’est pas optimiste. Il sait qu’il y aura des morts. Ce monde n’est pas fait pour tout le monde. C’est un moyen de purger la race humaine, ou quelque chose dans ce goût-là. C’est terrible, mais c’est la vie. Il en a déjà fait les frais. Il se demande même comment il a réussi à survivre jusqu’à présent. Peut-être que le temps était-il en train de le rattraper ? Ce sont ce genre de pensées qui l’animaient depuis quelques jours, allongés sur ce lit, dans le silence le plus total. A côté, il ne pouvait pas en dire autant. Ses deux camarades d’infortunes parlaient, se disputaient. Ça donnait un peu de vie à l’espace. Il a toujours été discret mais si ça peut être interprété comme une sorte de dédain, ce n’était pas le cas. Il lui était arrivé de sourire en les entendant. Il a toujours préféré être un observateur, plutôt qu’être au-devant de la scène.  Lorsque sa voisine de lit s’inquiéta de savoir s’il était encore en vie – Thomas sorti de ses songes, puis finit par lui répondre. Il usa le peu d’humour qu’il lui resta pour évoquer l’autre jeune homme à côté d’eux en prétendant être la première personne qu’il bouffera s’il se changeait en zombie. Il aimait penser qu’on l’achèvera avant, ça pourrait être sympa et ça évitera certains désagréments. « Ben disons que je m’exprime pas en grognant, donc si tu m’entends le faire, j’pense que ce sera un bon signe, non ? » La conversation était glauque, mais ce n’était pas grave. Il n’avait jamais pensé avant qu’il parlerait de se transformer en zombie, ou de grogner… mais ils avaient bien compris que rien ne sera plus jamais comme avant. Il fallait s’y faire ! Il se retourna alors pour lui faire face et pouvoir observer son interlocutrice. Elle lui demandait si elle l’avait réveillé et s’en excusait. Il passait une main sur son visage, pour se réveiller un peu, en haussant les épaules. « Je comatais ouais, mais c’pas grave, t’inquiètes. C’pas comme si j’avais pas assez dormi. » Ils ne faisaient que ça ici, il n’y avait pas grand-chose d’autre à foutre de toute manière, c’est d’ailleurs ce qu’il ajouta : « Y a un peu que ça à faire, de toute manière faut dire... ça m'manque d'être dehors. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Mar 14 Fév - 19:30

--------------------------

Elle acquiesce en haussant des épaules. Peut-être. Surement. Elle n’en sait trop rien. Elle est si fatiguée que si ça arrive, elle n’est pas certaine de parvenir à atteindre la sortie avant qu’il ne l’attrape. Elle est courbaturée et le moindre effort lui parait être un effort insurmontable. Mais peu importe, l’inconnu n’est pas encore mort. Ils sont toujours vivants. Tristement malades mais vivants et c’est tout ce qui compte, hein ? Reese n’est pas d’un naturel optimiste mais elle tente quand même de relativiser. C’est probablement ce que lui aurait dit Jayden s’il avait été à ses côtés. Elle espère qu’il est en sécurité, là où il est, avec les autres, dans le camp, et pas en quarantaine avec les mourants. Il l’est forcément. De toute façon, elle ne lui en laisse pas le choix. Elle n’a pas pensé à demander des nouvelles aux infirmiers qui passent régulièrement les voir mais elle se promet de le faire. Son interlocuteur se retourne et elle croise son regard. C’est surement la première fois depuis qu’ils sont enfermés qu’elle voit vraiment ses yeux. Elle s’inquiétait de l’avoir réveillé mais heureusement, ce n’est pas le cas. « M’en veux pas mais t’en donnes pas l’air. » Au contraire, on dirait que ça fait trois ans qu’il n’a pas fermé l’œil. Elle avait dit qu’elle ne ferait pas de remarque sur son sale état mais ça lui a échappé. Oups. Et si ça le dérange, il pourra toujours lui renvoyer le compliment pour compenser, elle ne lui en tiendra pas rigueur, elle l’a un peu cherché. Elle hausse à nouveau des épaules à sa confession. Ici ou là-bas, pour Reese, c’est pareil. C’est le même sentiment qui l’anime, l’impression furieuse d’être suivie par la mort. « J’sais pas si c’est vraiment mieux… » D’accord, le temps passe peut-être plus vite à l’extérieur, faut dire que les corvées leur permettent de se bouger un peu et de servir à quelque chose, mais Reese n’éprouve aucun plaisir à exercer l’activité qu’on lui a attribué alors franchement, ici ou là-bas, dans les deux cas, elle se fait sérieusement chier. « Ici ou dehors, j’ai l’impression de tourner en rond, » avoue-t-elle. Elle ne sert à rien. A la limite, quand elle s’occupait des potagers, elle pouvait toujours se dire que bon, elle nourrissait un peu les bouches du camp mais là, maintenant qu’elle est bibliothécaire, elle se demande sérieusement à quoi est-ce qu’elle peut servir. « Quel poste est-ce que t’occupes dans le camp ? » Qu’elle demande.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Mar 14 Fév - 21:34

The night is dark and full of terrors
/ Reese & Thomas  /

La conversation est bien glauque, mais Thomas ne s’en offusque pas vraiment. Il en est l’investigateur de toute façon. Et puis, ils ne se connaissent pas, de quoi peuvent-ils bien parler ? C’est déjà un miracle qu’il ouvre enfin la bouche. Il était resté silencieux jusqu’à présent, parce qu’il n’a rien à dire. Il est du genre à tourner trop de fois sa langue dans sa bouche, qu’il en rate le coche, l’occasion de dire ce qu’il a à balancer. C’est plus de la timidité qu’autre chose. Il ne se croit pas supérieur à qui que ce soit, pour tout dire. Si on l’écoutait, Thomas ne se valorise pas des masses. Il préfère rester dans son coin, attendre que les choses se passent tout simplement. C’est ce qu’il a fait jusqu’à présent. Presque deux années, dans sa petite maison, à couper du bois, pour se rendre utile, parce qu’il a des bras et qu’il a appris à tenir une hache. Il a été incapable de gérer son autre job, celui de renforcer les clôtures. Là, ça n’était pas si compliqué. Ça avait le mérite de l’épuiser, suffisamment pour arrêter de penser, de faire le vide, et continuer, à se lever – malgré lui, le matin pour recommencer. Une routine qui l’abrutissait mais qui le tenait encore en vie étrangement. Il arqua un sourcil à sa remarque, puis haussa les épaules. « C’est pas mon meilleur jour, ou profil. » Soufflait-il dans un maigre sourire. A dire vrai, son autre profil n’est pas meilleur. Il n’ose pas se regarder dans la glace, même s’il en avait la force. Quoi qu’il en soit, l’extérieur lui manquait. Il voulait rentrer chez lui, se balader. Il détestait rester confiné ici. Qui plus est, il aurait bien voulu se fumer un joint, pour s’achever encore un peu plus. Il l’observa, un peu intrigué, quand elle lui répond qu’elle ne savait pas si c’était mieux. Il comprend par la suite qu’elle a l’impression de tourner en rond. « Au moins tu faisais un truc, tu pouvais aller dehors, alors que là, t’es coincée dans un lit, j’pense que c’est quand même pire, non ? Puis perso, j'préférerais être chez moi quand même ! » Il haussa les épaules. Il aimait l’extérieur, et puis il venait d’ici, alors forcément, il n’était pas très objectif. « Bûcheron. » Il se redressa un peu, difficilement en lui demandant : « J’interagis pas avec grand monde, j’dois avouer. Et toi ? » Pas que ça l’embête, bien au contraire. C’est ce qu’il pense avoir besoin, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Mer 15 Fév - 0:31

--------------------------

Malgré la situation, l’inconnu garde son sens de l’humour. Reese est étonnée de voir qu’autour d’elles, y’en aura toujours quelques-uns pour balancer une petite plaisanterie. Il lui arrive d’en faire, mais chez elle, ça ressemble surtout à du cynisme. Ca ne ressemble à rien de ce que pourrait balancer quelqu’un de sympathique. Souvent, ça l’agace de les entendre s’amuser d’un truc anodin parce qu’elle a l’impression qu’ils se voilent la face, et parfois, elle réalise que c’est une bonne chose que ces gens-là existent toujours. Sans eux, franchement, la vie serait vraiment triste. Elle a du mal à sourire alors qu’elle est cassée de partout, mais l’intention est là. C’est vrai que c’est pas vraiment leur jour. C’est pas vraiment le moment de s’en soucier en réalité. « J’espère que t’auras l’occasion de te montrer sous un meilleur jour, » Qu’elle lance, l’air de rien… et puis elle réalise que ça pourrait être très mal interprété (?) Elle n’en sait trop rien. Il pourrait penser qu’elle l’imagine déjà mort – si mort qu’il n’aura jamais l’occasion de se montrer sous ce fameux meilleur jour. Elle ne le connait même pas, et s’il s’avère être quelqu’un de susceptible – pour l’instant, ça n’a pas l’air d’être le cas mais on n’est jamais sûr de rien – il risque de tiquer. Reese lance un malheureux « c’est pas ce que j’voulais dire » pas très convaincant en se disant que s’il ne l’a pas pris dans son sens, la conversation risque de devenir bizarre. Voilà pourquoi est-ce qu’elle ne se lie jamais à personne, parce qu’elle est vraiment naze pour ça. Elle finit toujours par créer mille quiproquos qui lui donnent le rôle d'une femme méchante et totalement ingrate. Puis l’inconnu argumente pour justifier sa préférence à l'extérieur et il n’a pas totalement tort. Elle n’y avait pas pensé. Bon, elle pense toujours que dans les deux cas, ils finiront de la même manière mais okay, son point de vue peut se défendre. « Tu marques un point. » C’est sûr qu’elle aurait préféré se reposer dans sa propre chambre, à l’abri des regards, emmitouflé dans sa couverture plutôt que partager une chambre avec deux mecs qu’elle ne connait pas. Okay, si Murphy est insupportable, le blond a l’air relativement ‘normal’ mais bon, quand même. Ca reste un inconnu. Un inconnu qui aurait très certainement préféré rester seul lui aussi au regard de sa réponse suivante. « T’es pas non plus quelqu’un qui lit beaucoup, hein ? » Aucune moquerie dans sa voix même si sa question pourrait montrer le contraire. « J’travaille dans la bibliothèque. J’vois pas non plus grand monde mais j’imagine que c’est logique. Qui est ce qui continue de lire à la fin du monde ? » Pas elle. Elle a arrêté depuis bien longtemps… en réalité, depuis le début de l’épidémie. C’est pas le temps qui lui manque mais l’envie n’est plus présente. Elle est toujours étonnée de voir certains habitués passer du temps à la bibliothèque pour lire cinq minutes un livre alors que le monde est en train de crever. Ca lui semble aberrant. « Au fait, t’as un nom, le blond ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Mer 15 Fév - 3:55

The night is dark and full of terrors
/ Reese & Thomas  /
Lui qui était plutôt pessimiste de base, on pouvait dire qu’il ait trouvé quelqu’un de bien pire que lui : sa voisine de lit. Comme il fallait une certaine balance, dans le duo, le jeune homme prend la place du garçon qui tente maladroitement quelques traits d’humour. Les réponses morbides de la jeune femme ne le choquent pas, mais sa dernière remarque le fait tout de même un peu tiquer. Il arque un sourcil. Elle espérait qu’il aura l’occasion de se montrer sous un meilleur jour. A croire qu’il n’était pas le seul à penser qu’il n’allait jamais quitter ce lit. Il ne le prend que de cette manière car Thomas ne connait pas cette fille et ne voit pas ce qu’elle voudrait bien pouvoir sous-entendre d’autre. Il ne trouva rien à redire sur le moment, sans doute manquait-il de répartie. Son regard se dévia, alors qu’il l’entendait rajouter, sans qu’elle ne parvienne réellement à le convaincre du contraire, que ce n’était pas ce qu’elle voulait dire. « T’as sûrement raison. » Se contentait-il d’ajouter, sans once de rancœur. Il avait dit ça sur un ton las, en trouvant soudainement le mur en face, bien trop passionnant. Il songeait au fait d’être enfermé ici, alors qu’il pourrait être dehors, profiter de ce qui pourrait être des derniers instants. Finir dans un lit pareil, en quarantaine était une bien triste manière de passer ses heures. Reese lui donna raison, sur ce point-là. Il haussa les épaules. Il pourrait avoir tort, ça ne changeait pas sa manière de penser. Il lui répondit ensuite qu’il était bûcheron sur le camp et sa question le laissait perplexe. « Pourquoi tu m’dis ça ? » Lui demandait-il, un peu surpris par sa remarque concernant la lecture.  Pourtant, contrairement à ses suppositions, le jeune homme aimait lire. « J’aime bien lire, j’ai jamais pensé à m’rendre à la bibliothèque depuis…. » Il se faisait la réflexion, plus pour lui qu’autre chose, laissant sa phrase en suspens pour reprendre finalement : « Oh, cela dit ça peut passer le temps d’lire, et puis t’es au chaud. » Remarquait-il, en reposant enfin son regard sur la jeune femme qui cherchait à connaître son prénom. « Tu peux continuer de m’appeler le blond, c’pas comme si t’allais devoir écrire mon eulogie, right ?   » Il s’étendit à nouveau dans le lit qui lui était attribué. En voilà une nouvelle raison pour laquelle il préférait rester dans son coin. Il n’était pas doué avec les échanges, ne se sentait pas à l’aise. Le blond soupira, en jetant son regard sur le plafond.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Sam 18 Fév - 20:27

--------------------------

Thomas semble vexé. Oups. Pas très étonnant mais bon, tant pis. Il a l’air blasé. Elle a essayé de se rattraper mais ça n’a pas eu l’effet escompté. Elle préfère ne rien ajouter d’autres, de peur d’en faire trop. C’est pas comme s’ils étaient potes, il la connait à peine. Elle risque surtout de se ridiculiser ou de l’irriter et elle n’a aucune envie de commencer une nouvelle dispute. De toute façon, le mal est fait. Ce sera toujours un de plus dans sa liste de personnes qui la prennent pour ce qu’elle n’est pas. Et elle continue à s’enfoncer un peu plus dans son trou. Elle a l’impression que sa seconde remarque a été mal interprété. Encore. « Simplement parce que j’ai pas eu l’occasion de t’y croiser depuis que j’ai pris le poste, » rien de très offensant, donc. Y’avait aucune moquerie dans sa question. Ca n’a rien d’un reproche, chacun ses goûts. Il n’a pas besoin de se justifier. Et puis, elle ne doute pas un seul instant qu’il puisse avoir d’autres chats à fouetter maintenant que les zombies les ont envahis. Quand il ajoute qu’il apprécie lire, elle acquiesce dans un sourire, sans un mot. Il tente de trouver de bons côtés à continuer à fréquenter les bibliothèques mais elle n’est pas très convaincue. « J’préfère encore rester chez moi, » répond-elle mais ce n’est qu’une question de point de vue. Reese cherche à en apprendre plus sur celui qu’elle côtoie depuis quelques instants, lui demande alors son nom mais il refuse implicitement de partager l’information avec elle. Il se rallonge, ne la regarde même plus et lui préfère le plafond. Ah ouais, okay. Le gars est définitivement vexé et il est clairement en train de faire du boudin. Il est hyper susceptible. Reese roule des yeux en retenant un soupir. « Je vois, » qu’elle lance en se tournant vers Murphy, qui dort toujours. Elle espère secrètement qu’il se réveille, histoire qu’il se remette à déblatérer mille et unes conneries, lui permettant ainsi d’éviter que la situation devienne un peu plus gênante. Malheureusement, son sommeil a l’air profond. Elle se tourne à nouveau vers l’inconnu. Bon, il va falloir qu’elle mette en application ses nouvelles résolutions si elle ne veut pas passer les trois prochains jours à prier pour crever rapidement. Mettre de l’eau dans son vin. S'excuser pour ce qu'elle est. Elle se racle la gorge, tousse une énième fois. « Je suis désolée si ça t’a vexé ou blessé ce que j’ai dit, c’était maladroit de ma part. J’crois que tu l’auras bien remarqué, j’manque parfois de tact. » Et très souvent, elle tombe sur des personnes plus sensibles et elle saute à pieds joints dans les emmerdes en les blessant sans que cela soit pourtant intentionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Sam 18 Fév - 21:21

The night is dark and full of terrors
/ Reese & Thomas  /
Deux pas doués ensemble, ça ne donne rien de très réjouissant. Thomas est gêné par ses propos. Sans doute parce qu'il y songeait suffisamment à la mort. Il était surpris et en même temps, ça le replongeait dans sa propre blasance. Il se demandait s'il sortirait vivant de cette chambre, et une partie de lui se disait que non. Deux pessimistes entre deux, ça ne rayonnait pas la pièce. Alors il lui donne raison, mais à l'entendre parler de sa non présence dans la bibliothèque, en vient à se demander si elle ne sous entendait pas qu'il était trop con pour lire, ou quelque chose comme ça. Il ne sait pas pourquoi il l'a pris de cette manière mais lui demande d'étayer sa pensée. Le bûcheron se sent con en entendant sa réponse. Okay, il s'est vexé pour rien. Il hoche la tête, et finit par tenter de trouver des points positifs à travailler dans une bibliothèque. L'inconnue semblait préférer rester chez elle malgré tout. «  Je comprends. J'ai un peu tendance à vouloir faire pareil.  » Lui confiait Thomas, quant à ses habitudes de ne pas vouloir sortir de chez lui. Il n'y avait pourtant rien de bien folichon à faire, mais sa maison était un des derniers piliers qu'il avait de son ancienne vie. Il y avait tous ses souvenirs, toutes ses affaires. Il n'a pourtant jamais été matérialiste Ce n'est pas tant d'avoir certains objets que d'autres ne possèdent pas. Ce n'est pas comme s'il pouvait l'allumer, sa foutue télévision mais elle était à lui, et ce lieu lui rappelait son ancienne vie, quand tout n'était pas si naze que maintenant. Finalement, lorsqu'elle l'interroge sur son nom, Thomas décide de ne pas lui répondre. Il est resté sur l'idée qu'il allait crever. A quoi bon connaître ce genre de choses ? Il ne lui manquera pas, elle l'oubliera bien vite. Alors elle pouvait se contenter d'un surnom, plus familier. Ils ne se connaissent pas, il ne voit pas l'importance. Rares sont ceux qui connaissent son identité de toute manière. C'est certainement mieux ainsi. Il n'a pas envie qu'on se souvienne de lui. Il est inutile. Il bloque sur le plafond, tendu comme un string tandis que la brune se retourne de l'autre côté. Il s'attend à un silence éternel à nouveau, alors il ferme les yeux. Avec un peu de chance, il finira par s'endormir. Pourtant, il n'est plus fatigué. Il va certainement cogiter. La voix de sa voisine de lit le sort à nouveau de ses songes. Elle s'excuse. «  T'excuses pas.  » Il haussa les épaules. «  Au moins tu dis ce que tu penses.  »  Elle n'était pas hypocrite. Lui, avait plus tendance à se la fermer et laisser couler. S'il devait s'excuser pour ce qu'il était, il passerait son temps à le faire. Il se pinça la lèvre inférieure, laissant quelques secondes passer. «  J'ai pas trop l'habitude de parler avec de nouvelles personnes, juste mon coloc' mais il s'est habitué depuis l'temps alors... bref, j'sais pas pourquoi je te dis ça, c'est pas très important.  » Dit-il en riant un peu nerveusement. Il était là depuis le début, avait la chance d'avoir dans le camp, des visages familiers mais c'était lui qui s'était éloigné, s'était renfermé. Il parlait à son colocataire parce qu'ils vivaient ensemble, saluait ceux qui croisaient son chemin, mais au final, à la fin de la journée, il n'échangeait pas des masses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Lun 20 Fév - 2:06

--------------------------

Elle fait des efforts, Reese. La majeure partie de son temps, elle rend les sourires qu’on lui lance et elle tait les remarques sarcastiques qui germent dans son esprit alors qu’elle aimerait tellement pouvoir en balancer à certains. Mais malade, elle oublie toutes ses bonnes résolutions. Son camarade en fait malheureusement les frais. Et il finit par bouder. C’est légitime de sa part, elle ne sait pas comment est-ce qu’elle l’aurait pris si on lui avait balancé de but en blanc qu’elle allait surement crever. Bon, probablement qu’elle aurait acquiescé, parce que c’est aussi ce qu’elle pense, mais elle se serait sans doute aussi refermée après ça. Après tout, pourquoi faire s’il l’imagine déjà au fond du trou ? Alors Reese, elle s’excuse. Un peu maladroitement, certes - elle ne retire pas ce qu’elle lui a dit – mais c’est déjà ça, n’est-ce pas ? Ca semble apaiser le malade. Elle n’en sait trop rien. Il n’a absolument aucune réaction. Aucune expression de son visage lui prouverait qu’il a tourné la page. Il est presque stoïque, complètement blasé par son existence. Elle a l’impression de voir son reflet dans un miroir et c’est particulièrement… frustrant ? Elle comprend comme ça peut être blasant d’avoir affaire à elle. La plaie qu’elle doit être pour les autres. Alors elle se base sur ses paroles, et elle imagine que ses excuses leur ont quand même permis de remettre les pendules à l’heure. Reese acquiesce, lui jette un dernier regard, puis baisse les yeux en se disant qu’il retournera à son sommeil, mais il reprend la parole. Comme un cheveu sur la soupe, sa confession sort de nulle part, mais elle parvient à la faire sourire. Non, ce n’est pas très important, mais c’est rassurant. Plus la conversation avance, plus elle a l’impression qu’ils se ressemblent beaucoup trop pour que ce soit réel. « Moi, c’est pareil. Parfois j’essaie mais j’ai l’impression que j’suis surtout douée pour gêner les gens, » lui avoue-t-elle. A chaque fois, ça foire. Y’a un truc qui ne veut pas marcher chez elle, elle ne sait pas quoi. Pourtant, elle y arrivait bien autrefois. Avant l’épidémie, elle était tellement facile à vivre. Il ne lui fallait pas grand effort pour nouer des liens. Il suffisait d’un simple regard et d’un léger sourire. C’était si simple, mais ça lui semble si loin. Faut croire depuis, que quelque chose s’est cassé en elle. « Puisque tu ne veux pas me donner ton nom, tu me donnerais celui de ton coloc ? » Qu’elle demande en relançant volontairement le sujet. Elle reste curieuse, et le fait qu’il ne veuille pas partager cette information avec elle la pousse à vouloir en savoir plus. Il n’est probablement qu’un homme de plus dans le camp mais il a réussi à éveiller sa curiosité.  Qui sait ce qu’il cache sous cette apparente timidité ? Peut-être bien qu’en apprenant le nom de son colocataire, ça lui donnera un nouvel indice sur son identité. « Non parce que ça m'intrigue le fait que tu ne veuilles pas me le donner. J'te jure que ça va me hanter. Vraiment. J'risque de devenir effrayante. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Lun 20 Fév - 7:10

The night is dark and full of terrors
/ Reese & Thomas  /
Des jours qu’il n’avait pas tirer sur un joint. Il n’avait plus l’habitude d’être aussi « sobre ». C’était peut-être ce retour sur terre qui le rendait aussi à fleur de peau. Il ne saurait dire. C’était la seule chose qui l’aidait à se sentir mieux, plus léger, moins lourd de toute ces problèmes de conscience. Il dormait mieux en fumant, trouvait la vie plus supportable, peut-être que ça l’aidait même socialement. Il s’en fichait, partait parfois dans des délires. Tout passait mieux, il n’avait plus à se poser un million de questions, tout était plus calme, plus tranquille après qu’il ait fumé. Bien sûr, il lui fallait plusieurs joints pour retrouver les effets des premiers jours, ceux qui vous font éclater de rire et parler sans avoir de sens. En se contentant de quelques taffes toutes les quelques heures, le jeune homme se sentait juste moins agité, et ça lui allait bien. Voilà donc plusieurs jours qu’il n’avait plus rien dans les poumons. C’était désagréable, plus qu’il ne l’avait imaginé. Thomas a toujours été un fumeur, une chance que l’herbe ne soit pas illégale dans l’état d’Oregon, sans ça, il aurait sans doute eu quelques problèmes avec la justice. Mais maintenant, tout ça n’avait plus d’importance. Il préférait rester dans son monde car celui-ci était moins dégueulasse. Lorsqu’il échangeait avec l’extérieur, rien de bon n’en ressortait. Pour preuve, cet échange est un énorme flop, soldé par de surprenantes excuses de la part de son interlocutrice. Ça pousse étrangement Thomas a lui faire une confidence, comme si ça excusait cet étrange échange plus tôt. Tom tourna la tête vers elle lorsqu’elle répondit à son tour qu’elle était dans le même cas, et surtout avait tendance à gêner les gens. « C’parce que t’es cash, y en a qui sont pas prêts à entendre certains trucs alors… voilà. » Il haussa les épaules. La franchise ne devait pas être un défaut de base, mais il valait voir la façon dont les choses étaient dites. Certaines devraient rester silencieuses tandis que d’autres, il fallait y mettre les formes. La communication, tout un art, auquel plus personne n’y prête la moindre importance. Il n’y avait d’autres priorités.  En attendant, étrangement, c’est son colocataire qui est la star de cet échange puisqu’elle s’interroge sur son identité. Elle poursuit en disant que ça l’intriguait qu’il refusait de lui donner son prénom. Il n’avait pas pour intention de faire l’intéressant, ou quelque chose dans ce goût-là. « Ah ouais, j’vois que ça te travaille déjà. Effrayante, comment ? » Il arbora un léger sourire, puis ajouta : « Jaro. » Il haussa les épaules, en laissant un sourire un petit peu plus grand s’afficher sur ses traits fatigués : « C’est l’nom d’mon coloc. Puis y en a un autre, Max. Deux prénoms pour le prix d’un. » Au fond, on s’en foutait de leur nom, ils formaient un beau boys band, ceux-là. Le blond se plaça sur le côté, puis termina en lui demandant : « J’ai une tête à m’appeler comment ? » Il pouffa légèrement, en se disant que sa question était toute bête, mais après tout, si ça l’intriguait à ce point là, c’est qu’elle devait bien avoir des idées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Lun 20 Fév - 17:43

--------------------------

« Ca doit être ça, » et puis elle hausse des épaules. Elle essaie de changer mais c’est pas toujours facile. Elle ne se rend pas toujours compte de l’impact de ses paroles – ou alors, elle s’en rend compte trop tard. En lui avouant partager ses difficultés relationnelles, elle se dit que ce sera peut-être plus simple pour tous les deux de communiquer. Avec un peu de chance, sa prochaine remarque incisive n’aura pas les mêmes retombées que les premières. Le blesser n’est pas son but premier, c’est simplement de cette manière qu’elle échange avec les autres. Ca ne l’empêchera pas d’en être touché, certes, mais à présent, il sait à quoi s’attendre avec elle. Reese, elle, tente encore de cerner de son interlocuteur. Il est bien mystérieux. A vouloir rester secret, il est parvenu à l’intéresser. « Tu vois ma tête ? » Qu’elle demande en pointant son doigt sur son visage. Elle imagine sans mal les cernes noirs sous ses yeux, son teint pâle et ses traits défigurés par la maladie. Elle doit être assez effrayante comme ça. C’est Murphy qui le lui a dit. « C’est rien comparé à ce que tu risques de voir, » plaisante-t-elle. Autant dire qu’il vaut mieux lui donner directement son nom s’il ne veut pas en être traumatisé à vie. Ca semble marcher. Jaro. Elle fronce des sourcils. Juste Jaro. Il n’ajoute rien d’autre. Elle ne sait pas si c’est le sien, ou celui de ce fameux colocataire. En tout cas, elle ne connait personne avec cette appellation alors peut-être bien que c’est le sien ? Il hausse des épaules, esquisse un sourire. C’est celui de son camarade. Il est joueur, elle apprécie. Et Max. Ses prénoms lui sont totalement inconnus, ça ne l’avance pas beaucoup dans son enquête. Pas étonnant, elle est loin d’être la plus sociable du camp. Plutôt que de satisfaire sa curiosité, le blond lui propose de deviner par elle-même. Ugh. Ca risque d’être compliqué. Elle ne sait rien de lui. Un indice ne serait pas de trop. Elle fixe son visage, dévisage ses traits, glisse jusqu’à sa silhouette. Elle ne sait même pas s’il a des origines, ni même s’il est seulement américain. Elle n’a décelé aucun accent dans sa voix mais on n’est jamais à l’abri d’une surprise. Il a très bien pu volontairement l’effacer en forçant. Elle reste silencieuse le temps de rassembler ses idées, plisse des yeux. « Hmm… t’as forcément un prénom court, genre… Peter ? Pete ? En tout cas, c’est sûr, c’est pas un prénom trop compliqué. » Parce qu’il a l’air d’être un mec simple, facile à vivre, plutôt effacé et réservé, loin des clichés qui peuvent peupler certains endroits. Ses parents l’étaient sans doute aussi. Elle suppose qu’ils n’ont pas cherché à lui compliquer la vie avec un prénom sorti d’un livre de science-fiction. Pas leur genre. « Peut-être Mickael… Non, je sais ! Mike ! » Son sourire s'agrandit. Elle est convaincue d'avoir la bonne réponse. Ouais, il a définitivement une tête à s’appeler comme ça. C’est sûr, il n’y a rien d’autre qui puisse lui aller aussi bien que ce prénom-là. Adjugé, vendu. « Si c’est pas Mike, je serai vraiment déçue. » A moins qu’il lui trouve une meilleure alternative, mais elle est difficile à satisfaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Lun 20 Fév - 21:08

The night is dark and full of terrors
/ Reese & Thomas  /
Le blond n’ajouta rien, ne voulant pas continuer de remuer le couteau dans la plaie, à quoi bon ? Les gens sont tels qu’ils sont. Ils ne changent pas. Ils peuvent évoluer, s’améliorer, s’empirer. Tout ça, ce n’est qu’une variante sur la ligne qu’était la vie. Chacun peut décider ce qu’il a envie d’être, mais les fondamentaux ne changent pas. Alors à quoi bon lutter ? Il suffisait de s’entourer de personnes qui pouvaient nous accepter tels que nous sommes. C’est la chose la plus saine à faire plutôt que d’entrer dans des conflits sans fin avec soi-même. Thomas n’est pas le plus doué pour donner des conseils – et encore moins pour les appliquer. Avec sa propre personne, il aura tendance à être plus dur, plus intransigeant tandis qu’il faisait preuve de tolérance avec ceux qui l’entouraient… mais à présent, il n’y a plus grand monde au portillon. Par sa faute. La culpabilité la poussée à se retirer du monde car il était plus facile de gérer seul, que d’admettre qu’une main tendue pouvait être tout aussi salvatrice. Il est devenu monsieur personne et c’est son choix. Cela semble intriguer son interlocutrice qui le menace d’être terrifiante. Il préfère en rit, en l’interrogeant à ce sujet. Il suivit son regard, observait les traits de la jeune femme. Ce n’était pas joli à voir mais en faisant abstraction du teint pâle et de ses traits tirés, le blond y voyait quelqu’un qui était loin d’être effrayante. Au contraire.« J’ai vu pire. Si on fait abstraction des cernes, et compagnie, t’es… » Il s’arrête finalement, en fronçant les sourcils, puis passe une main derrière sa nuque, en terminant : « ça va quoi. » Il sourit un peu timidement, en lui donnant par la suite les noms de ses colocataires. Il continuait de jouer à celui qui ne voulait pas dire son prénom. Autant se lancer dans des devinettes. Ils n’avaient que ça à faire de toute manière et sa voisine de lit se prêta au jeu. Il la laissait réfléchir à haute-voix, sans manquer de s’amuser de ses réflexions et surtout du dernier prénom.  Il laissa quelques secondes passer, en balançant : « Salut je m’appelle Mike, je suis un bully et je joue au baseball. » Dit-il en prenant une voix de bœuf. « Et non, mon prénom à deux syllabes, mais t’as vu juste, on peut le diminuer, donc… t’es sur la bonne voie, j’imagine. » Il se marrait, parce qu’il y avait tellement de noms, que ça allait être compliqué. Il reposait son regard clair dans le sien, et fit jouer sa mémoire pour lui souffler : « Reese, c'est ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   Mar 21 Fév - 1:02

--------------------------

Reese hausse un sourcil, sourire amusé sur les lèvres, s’attendant au pire. Elle a l’impression qu’il a tenté de la rassurer sur son apparence mais qu’il n’a rien trouvé à lui dire. Il va surement lui sortir un truc bateau histoire de rattraper le coup. Elle ne lui tient pas rigueur, elle n’attendait aucun compliment de sa part en lançant sa remarque, elle essayait simplement de détendre l’atmosphère. Il passe une main derrière sa nuque, semble subitement mal à l’aise, puis sourit timidement après un « ça va quoi » qui fait rire Reese. On voit le niveau. Elle en avait entendu des compliments nazes mais celui-là, on ne le lui avait encore jamais fait. Ca va quoi. Y’a pire, quoi… mais y’a largement mieux. « Merci, je crois, » qu’elle répond simplement dans un sourire. Elle pourrait quémander, tirer un peu plus sur la corde, s’amuser de sa timidité mais elle préfère laisser couler. A présent qu’ils sont parvenus à briser la glace, elle ne veut pas retomber dans la gêne des premiers instants. Et puis, faut dire que ça la met vite mal à l’aise d’être le centre de l’attention. Heureusement, la conversation s’oriente très vite sur les colocataires du jeune homme, puis sur son nom, qui reste un véritable mystère pour elle. Reese entre dans son jeu et quand elle a l’impression de s’approcher du but, il détruit tous ses espoirs. Au regard de son imitation, il n’a pas l’air d’apprécier ce prénom. Pas de Mike dans l’équation. Pas de joueur de baseball non plus. « T’aimes pas ? J’trouvais que c’était mignon. » Elle rit, doucement. C’est probablement parce qu’il s’est longtemps fait malmener par un Mike. C’en est forcément la raison. Y’a toujours un prénom qu’on a en horreur pour mille et une raisons. Lui, c’est surement Mike. Peu importe, elle est sur la bonne voie. Elle fronce des sourcils, recommence ses recherches dans sa tête quand elle croise son regard. Il l’interpelle par son prénom. Légèrement surprise, ses yeux s’écarquillent. « C’est ça. » Elle acquiesce d’un mouvement de la tête. « T’es très fort. » Bon, elle se doute bien qu’il l’a entendu quelque part, mais quand même. Maintenant c’est certain, il faut qu’elle trouve ce foutu prénom. Hors de question qu’elle termine sa vie sur un tel échec. Ca fait deux jours qu’elle partage sa chambre, elle a forcément entendu un infirmier lire sa fiche à voix haute, ou prononcer son prénom pour l’interpeller. « Deux syllabes, hein ? Carl...-Car-los ? Matthew ? Nathan ? …Jordan ? Clayton ? Jayden ? Jimmy ? » Forcément, elle pioche dans les prénoms de ses proches. William lui vient alors en tête mais elle préfère le taire, en priant pour qu’il n’ait rien à faire dans leur conversation. De toute façon, il n’a pas une tête à s’appeler William, hein ? Elle croise à nouveau son regard, tente de le percer à jour. C’est pas gagné. « J’aurai besoin d’internet pour m’aider là parce que je commence à sécher. Donne-moi un indice. Genre, la première lettre ? Ou alors… donne-le moi tout court, » lance-t-elle dans un sourire joueur en battant exagérément des cils. Il ne peut quand même pas lui refuser une telle chose alors qu’elle est si mignonne, n’est-ce pas ? Tout pour le faire craquer, hein.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the night is dark and full of terrors. (event - thomas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
the night is dark and full of terrors. (event - thomas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [VX]Dark earth[Stopper]
» Dylan Dog: Dead of Night
» Série limitée > Renault Twingo Night and Day 2008
» [résolu] POI PARK 4 NIGHT base essai avant achat base complète
» o, full of scorpions is my mind.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés :: les intrigues et events passés-
Sauter vers: