In the forest of my mind, I stay - Page 2

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 In the forest of my mind, I stay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 10/02/2017
MESSAGES : 325
IDENTITÉ : b_bulle (mel).
FACECLAIM : roden (furiedheart & tumblr & laura & alaska).
MULTILINKS : le caméléon (cleo) et l'atout (chuck).
POINTS : 954

STATUT CIVIL : t'es célibataire. mais t'es amoureuse. enfin, t'essaye de ne pas y penser.
ANCIEN MÉTIER : tu étais étudiante en criminologie. tu voulais devenir un profiler.
PLACE DANS LE CAMP : AVANT, tu faisais parti de la brigade de surveillance externe. DEPUIS, tu as été postée à la surveillance de la frontière est.
HABITATION : tu vis sur sunset square, au numéro cinquante-six, avec ta frangine et ton ancien baby-sitter.
ARME DE PRÉDILECTION : AVANT, t'avais ta paire de katanas. MANTENANT, il te reste tes petits poings et puis, on sait jamais si un couteau ou une paire de ciseaux trainent dans le coin.
ÂGE : t'as vingt-cinq ans, âge que tu partages avec ta soeur jumelle. (née le vingt-huit juin).


MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Lun 13 Mar - 17:38

elle te donne son prénom en échange du tien. elle te confie même que tu peux utiliser son surnom. t'es pas du genre à donner des surnoms aux gens que tu côtoies. à part ta soeur, à qui tu donnerais le bon dieu sans confession, tu n'as jamais jugé agréable de donner des surnoms à tes proches. d'aussi loin que tu te souviennes, à part tes enseignants, personne n'utilisait ton prénom. enfin, si, tes parents, quand t'avais fait une connerie. mais ça, c'est autre chose. et ton père, aussi, quand tu l'as retrouvé. t'avais fait semblant d'être en colère alors que, depuis tout ce temps, tu n'avais espéré que de le retrouver. il avait bien compris ton petit manège, c'est pour ça qu'il avait utilisé ton prénom complet. cette pensée t'arrache un faible sourire. et bien, jillian, allons-y. que tu annonces en te mettant en place. sauf que tu te retrouves bien vite désemparée. incapable de bouger, de débloquer un seul mouvement. tu ne sais pas ce que tu dois faire et ça te déstabilise d'autant plus que tu t'entends lui demander de l'aide. ça te choque même de te voir perdre le contrôle. t'as pas l'habitude de demander un coup de main, t'es d'ailleurs vraiment plus du genre à esquiver une main tendue. et là, t'aurais presque envie de te planquer dans un minuscule trou de souris tellement la femme forte et badass que tu croyais être, se retrouve être presque pathétique. la brune, cela dit, semble être ravie de ton appel à l'aide. elle ne tarde pas à venir à ton côté et à t'expliquer quelques ficelles, aussi simples soient-elles. t'avais peut-être juste besoin d'un léger coup de pied au cul pour démarrer. quand elle te parle de donner un coup de pied bien placé lorsque tu te retrouves face à un homme, tu étouffes un rire. ouais, ça je gère. que tu laisses échapper. tu penses que toute nana qui se respecte connait cette astuce bien pratique pour déstabiliser ces chers messieurs. frapper là où ça fait mal, y a rien de plus radical. tu l'écoutes avec attention, en te disant que les cours de danse auxquels ta mère avait voulu t'inscrire auraient été un sacré plus mais, finalement, avec l'entrainement musclé de ton mentor, preux chevalier de ton début d'aventure apocalyptique, en matière de boxe, ça devrait suffire. tu l'observes effectuer quelques gestes de base, tu hoches la tête, signe d'assimilation. tu bois ses paroles, tu n'en perds pas une seule miette. tu redeviens presque instantanément la gamine en soif d'apprendre. vue comme ça, tu perdrais tout ton mordant et ta froideur que tu avais employé au début de votre entrevue. elle te dompte peu à peu et toi, tu n'y vois que du feu. elle se place à nouveau en face de toi, t'offrant trois possibilités d'entrainement. à toi de choisir à présent. c'est marrant, d'habitude, c'est toi qui demande aux autres de choisir. toi, t'es pas vraiment encline à faire des choix. t'as jamais vraiment aimé ça. t'avais ta soeur pour répondre à ta place, elle faisait toujours les bons. toi, tu te mettais bien trop souvent dans l'embarras pour que les décisions te reviennent. c'est lizzie qui est forte à ce jeu là. pas toi. alors tu hésites un instant. t'es une fonceuse de base alors t'aurais tendance à vouloir tout, tout de suite. et tu te mets à la place de ta soeur. elle, elle choisirait la sécurité, avec l'utilisation du sac en premier lieu, avant de se tester sur jillian. comment tu fais pour ne pas te faire choper la jambe quand tu déclenches un coup de pied ? que tu demandes. dois bien y avoir une phase de diversion dans ce cas-là. mais t'amorces une feinte de frappe ? tu coordonnes avec la partie boxe pure et dure ? ouais, t'as vraiment un problème avec la coordination.

_________________
just survive somehow
like a small boat on the ocean, making big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match but i can make an explosion. •• ALASKA (rachel platten)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1327-maddie-sinking-man http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1333-maddie-fire-meet-gasoline
Invité
Invité

MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Mar 14 Mar - 4:42

Après quelques minutes à papoter, elles en viennent à se présenter. C’est vrai que la jeune femme aurait pu le faire avant mais elle n’était pas vraiment certaine que l’échange perdurerait. Faut dire qu’au départ, son interlocutrice semblait loin d’être désireuse d’avoir un peu de compagnie. Les choses ont gentiment évolué lorsqu’elles ont évoqué leurs expériences dans le domaine du combat. La violence n’a jamais été son délire, elle préfère largement se servir de ses autres armes : la parole. Elle pouvait faire des dégâts mais surtout arranger les choses. Dans certains cas, elle était complètement inutile et c’est pour cette raison qu’il était important de savoir se défendre. Le full contact a toujours été un exutoire pour la psychologue, une façon d’évacuer, de se dépenser. Ce n’est pas le sport martial qui allait le plus lui sauver la vie. Disons qu’il y a des règles peu compatibles à une situation dangereuse. « Tant mieux. » soufflait-elle dans une moue amusée lorsqu’elle lui disait maîtriser le coup de pied bien placé. C’était la meilleure technique pour désarmer un homme. Ce n’était pas juste, mais qu’est-ce qui l’est, dans ce monde, n’est ce pas ? Il fallait faire avec ce qu’on avait, à défaut d’avoir des muscles de dingue, autant utiliser son cerveau. Finalement, la demoiselle se déplaçait pour donner quelques conseils et indications à Maddie. Elle la sentait attentive, réellement curieuse d’apprendre et mine de rien, ça lui faisait plaisir. Jill vit pour ce genre de moments où elle n’avait pas l’impression d’être complètement inutile. « T’as pas le droit d’attraper la jambe, bien sûr, dans cette discipline, je parlais en général ! Mais pour le full contact, tu peux faire des feintes, oui ! Après tout est dans la manière de plier le genou et de frapper ! » Elle se pinça la lèvre inférieure, laissant quelques secondes passer avant d’ajouter : « Après oui, c’est important de coordonner les poings et les pieds. Ça peut être des techniques de défense, si quelqu’un s’avance pour t’attaquer avec un direct, tu peux le contrer avec un coup de pied de face, par exemple. » Expliquait-elle, tant bien que mal, en espérant ne pas perdre la demoiselle en cours de route.

Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 10/02/2017
MESSAGES : 325
IDENTITÉ : b_bulle (mel).
FACECLAIM : roden (furiedheart & tumblr & laura & alaska).
MULTILINKS : le caméléon (cleo) et l'atout (chuck).
POINTS : 954

STATUT CIVIL : t'es célibataire. mais t'es amoureuse. enfin, t'essaye de ne pas y penser.
ANCIEN MÉTIER : tu étais étudiante en criminologie. tu voulais devenir un profiler.
PLACE DANS LE CAMP : AVANT, tu faisais parti de la brigade de surveillance externe. DEPUIS, tu as été postée à la surveillance de la frontière est.
HABITATION : tu vis sur sunset square, au numéro cinquante-six, avec ta frangine et ton ancien baby-sitter.
ARME DE PRÉDILECTION : AVANT, t'avais ta paire de katanas. MANTENANT, il te reste tes petits poings et puis, on sait jamais si un couteau ou une paire de ciseaux trainent dans le coin.
ÂGE : t'as vingt-cinq ans, âge que tu partages avec ta soeur jumelle. (née le vingt-huit juin).


MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Jeu 16 Mar - 15:04

Spoiler:
 

tu ne perds pas une miette des explications que te fournit la brune. étrangement calme, tu parais si inoffensive. ta soif d'apprendre, ton envie de t'impliquer, ça prend toujours le dessus. comme quoi, quelque part, il ne faut pas grand chose pour t'amadouer. ou alors, c'est peut-être simplement le rapprochement avec ta soeur qui te fait baisser ta garde de la sorte. on dirait une gamine qui assiste à son premier cours et qui l'attendait avec impatience depuis longtemps. d'ailleurs, tu poses des questions, peut-être beaucoup trop. mais t'as pas envie de faire de la merde. t'es trop appliquée de nature pour bâcler les choses. ce n'est pas dans tes habitudes. tu aimes aller au bout de ce que tu entreprends, ce qui est assez étonnant compte tenu de ton caractère impulsif et instable. m'enfin j'suis pas certaine que les règles du full contact s'appliquent à l'heure actuelle. que tu balances, sans aucune retenu, quand elle te dit que l'on a pas le droit d'attraper les jambes. tu doutes qu'en combat singulier, par les temps qui courent, le type que tu auras en face de toi se gêne pour attraper la jambe que tu lui auras balancée. faudra donc que tu redoubles de vigilance pour qu'une telle chose n'arrive pas. sinon, c'est la catastrophe assurée. te retrouver sur ton postérieur ne serait pas vraiment de bonne augure pour la suite du possible combat. tu plisses légèrement les yeux quand elle t'explique l'importance de coordonner les poings et les pieds. là, t'es dans la merde. m'enfin, c'est comme tout, il faut que tu t'entraines pour parvenir à quelque chose de structuré. bon et ben, y a plus qu'à. que tu soupires en te mettant en place. tu places ta garde, te fais craquer le cou et tu sautilles légèrement pour te mettre dans l'ambiance. une fois que ton adversaire est en place, tu te déplaces avec légèreté. ça, ça va, tu gères, t'as l'habitude et les bases de la boxe pour les déplacements. tu jauges la brune, ses intentions, l'espace qui vous sépare. quand tu penses avoir trouvé le bon moment, tu déclenches. droite, gauche, pied droit. tu ne cherches pas à la toucher, t'es pas encore prête, faut que tu te familiarises avec la technique. cela dit, si l'envie lui prend, tu te prépares à esquiver. après quelques coups dans le vide, tu te sens prête et te rapproches petit à petit. tu ne chercheras pas à lui faire mal, ni même à réellement la toucher. ce n'est pas le but. tu es là pour apprendre, pas pour faire des dégâts. et puis, de toute façon, tu es certaine de ne pas t'en sortir assez bien pour pouvoir prétendre à faire du mal. toujours dans l'auto-critique et la sous-estimation de toi. ça, ça ne changera pas. t'es pas objective sur tes capacités, tu ne l'as jamais été et tu ne le seras probablement jamais. t'as passé un certain temps à te chamailler avec ta camarade d'entrainement avant de faire signe qu'une pause t'était nécessaire. tu récupères ta bouteille d'eau pour en boire une gorgée pendant que tu pestes pour toi-même. fais chier. que tu grognes, entre tes dents. t'es pas à l'aise, y a un truc qui coince dans tes mouvements. tu analyses ce que tu as produit et t'es pas contente. t'es sévère avec toi-même, ça n'a pas changé.

_________________
just survive somehow
like a small boat on the ocean, making big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match but i can make an explosion. •• ALASKA (rachel platten)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1327-maddie-sinking-man http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1333-maddie-fire-meet-gasoline
Invité
Invité

MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Jeu 16 Mar - 17:12

Alors Jillian finit par se lancer dans un pseudo cours improvisé de full contact. Elle lui donne les règles, mais se doute bien qu’au final, elles ne seront pas utiles dans la « vraie vie », car si la jeune femme devait se défendre, elle devait improviser et utiliser tout son environnement pour se défendre, quitte à faire preuve d’une grande violence. Face à un homme ou une femme, ou encore à un rôdeur, il fallait faire ce qu’il fallait tout simplement. Ça, elle l’avait bien compris lors de son interaction avec le clan d’Echo. Ils ne jouaient pas avec les règles et n’avaient absolument aucun scrupule. Autant faire la même chose, non ? Alors justement, Maddie lui confirme ce qu’elle pensait, et Jill hocha la tête. « Ah non mais c’est clair, face à quelqu’un, t’oublies tout et tu fais ce qu’il faut pour l’empêcher de t’attaquer. » Lançait la jeune femme avec assurance. C’est bien pour cela qu’il fallait sans doute éviter de se lancer dans des grands coups de pied à la tête si l’on n’était pas certaine de pouvoir atteindre la cible. Il n’y avait rien de pire qu’un contre qui pourrait désarmer la personne et permettre à l’autre de prendre le dessus. Elle lui avait brièvement montré comment faire, en se plaçant à ses côtés, mais pensait qu’il serait plus judicieux de se concentrer sur la boxe en elle-même. A défaut de réellement pouvoir engager une confrontation car Jillian n’avait aucune envie de se prendre un mauvais coup. Elle était en pleine ré éducation et ne voulait pas retourner à la case départ.  Aux propos de la rouquine, Jillian hocha la tête, et en se mettant en position, observait les gestes de la jeune femme. Elle l’imitait, en commençant à se déplacer. Et puis la rouquine frappa dans l’air, une droite, un revers, et son pied qui s’élançait droit devant elle. Jillian sourit, contrairement à ce qu’elle pouvait penser, elle trouvait ça pas mal. Lorsqu’elles se rapprochèrent, elles échangèrent quelques coups, sans réellement se faire mal, plus pour ne pas perdre la main. Lorsqu’elle lui fit signe qu’une pause s’imposait, Jillian vint à son tour chercher sa gourde et secoua la tête, en entendant Maddie pester. « Arrête, c’était bien. » Dit-elle, sur un ton assuré, qui ne voulait pas être pris pour de la compassion ou de la pitié. Ce n’était pas l’objectif. « Et puis, même si on se dit qu’on fait jamais assez bien, sur le moment, y a l’adrénaline, y a la situation, et tu sais toujours t’en sortir. La preuve, t’es encore là, tu penses pas ? » Concluait la brune, en arquant un sourcil.  
 
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 10/02/2017
MESSAGES : 325
IDENTITÉ : b_bulle (mel).
FACECLAIM : roden (furiedheart & tumblr & laura & alaska).
MULTILINKS : le caméléon (cleo) et l'atout (chuck).
POINTS : 954

STATUT CIVIL : t'es célibataire. mais t'es amoureuse. enfin, t'essaye de ne pas y penser.
ANCIEN MÉTIER : tu étais étudiante en criminologie. tu voulais devenir un profiler.
PLACE DANS LE CAMP : AVANT, tu faisais parti de la brigade de surveillance externe. DEPUIS, tu as été postée à la surveillance de la frontière est.
HABITATION : tu vis sur sunset square, au numéro cinquante-six, avec ta frangine et ton ancien baby-sitter.
ARME DE PRÉDILECTION : AVANT, t'avais ta paire de katanas. MANTENANT, il te reste tes petits poings et puis, on sait jamais si un couteau ou une paire de ciseaux trainent dans le coin.
ÂGE : t'as vingt-cinq ans, âge que tu partages avec ta soeur jumelle. (née le vingt-huit juin).


MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Ven 17 Mar - 15:54

concentrée, appliquée, tu suis à la lettre les indications que la brune t'avait données. tu enchaines les coups de poings sans vraiment les calculer. tu n'as plus besoin de te focaliser sur les trajectoires, tu as assez d'entrainement à la boxe pour être sûre de ce que tu fais. c'est pour les coups de pied que ça devient plus compliqué pour toi. t'es pas si douée que ça pour faire deux choses à la fois. penser à coordonner deux parties différentes de ton corps, c'est pas ce que tu arrives le plus facilement à faire. alors tu tentes des choses. tu sais bien que tout ça ne peut pas être parfait dès la première tentative. t'es pas stupide pour croire une chose pareille. t'es pas surdouée, t'es pas dotée de capacités extraordinaires. d'accord, tu apprends vite, t'es très visuelle, t'as une mémoire photographique. mais t'es pas un super héros capable d'accomplir de grandes choses en claquant des doigts. et pourtant, tu t'évertues à être implacable avec toi-même, te maltraitant pour toujours donner le meilleur de toi-même, bien que tu sois incapable de te rendre compte de tes réelles capacités. c'est pour cette raison que, lorsque tu demandes une pause pour aller boire un coup, tu pestes dans ton coin. t'es pas satisfaite de ce que tu as fait, tu ne l'es jamais vraiment. tu peux pourtant compter sur les compliments de la brune qui s'est postée à côté de toi, afin de se désaltérer. mouais. que tu bougonnes. éternelle insatisfaite. elle te rappelle que tu es encore en vie, probablement grâce à ce que tu sais faire. ouais, mais à quel prix ? tu sais bien qu'elle a raison mais tu ne peux pas partager pleinement son avis. tu as choisi la facilité à cinq reprises pour ne pas périr. t'es passée de l'autre côté de la barrière, t'as franchi une limite que tu n'aurais jamais imaginé dépasser. j'devrais même pas être là pour en parler si tout s'était déroulé comme prévu. tu ne peux pas t'accorder tout le crédit de ta réussite. t'étais pas seule pendant ton voyage. t'as sauvé la mise de ta frangine et de ta mère, mais elles t'ont certainement bien plus sauvée toi-même qu'autre chose. t'aurais dû crever plus d'une fois ou te perdre dans la folie mais elles étaient là. tu ne pouvais pas les laisser derrière toi, comme si tout ce voyage ne dépendait que de ta santé physique et mentale. p'tre pour ça qu'j'en veux toujours plus. que tu conclus, plus pour toi-même, dans un haussement d'épaules. auto-analyse, auto-critique. t'es même pas au courant que tu discutes avec la psychologue. tu te livres, te dévoiles, comme si c'était habituel, hors, ce n'est pas le cas. t'as même pas remarqué que t'avais jeté l'éponge sur ta froideur. douce sensation que de ne plus porter le poids du monde sur tes frêles épaules.

_________________
just survive somehow
like a small boat on the ocean, making big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match but i can make an explosion. •• ALASKA (rachel platten)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1327-maddie-sinking-man http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1333-maddie-fire-meet-gasoline
Invité
Invité

MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Ven 17 Mar - 20:14

Après un entrainement plutôt soft – mais ça, c’était principalement de sa faute. Les deux jeunes femmes s’accordent une pause. Maddie semblait frustrée, s’en voulait, pestait contre elle-même. Jillian, qui était bien incapable de se la fermer dans ce genre de moments, ne tardait pas à reprendre la parole. Elle ne voulait pas la laisser penser qu’elle était nulle, ou pas assez performante. Là, dans cette salle d’entraînement, ça n’avait rien à voir avec la réalité. Elle était certaine que dans l’urgence, les bons réflexes se feraient naturellement. Il n’y avait pas l’adrénaline causée par le risque de perdre sa vie, ou de voir celles des autres mises en danger. C’est le monde des bisounours comparé à ce qu’il se passait dehors. Alors autant se donner un peu de crédit, non ? Elle lui assurait que si elle était encore en vie, c’est qu’elle était loin d’être aussi incapable qu’elle ne se l’imaginait. Maddie semblait perplexe, toujours insatisfaite. Jillian l’écoutait lui demander à quel prix, une question à laquelle elle ne su répondre. Jill était la première à valoriser toutes les vies. Il n’y avait pas plus importante qu’une autre et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle était incapable de comprendre les choix de ce clan ennemi. Comment pouvaient-ils penser qu’ils étaient maître décisionnel de la vie d’un autre ? Comment pouvaient-ils juger qu’ils ne méritaient pas tout autant de vivre qu’eux ? C’est un raisonnement qui l’échappait complètement. Tout serait si simple s’ils pouvaient tous co-habiter dans ce pays. « Mais tu sais que rien ne se passe comme prévu. Tu crois que c’était prévu, cette invasion de zombies ? Non. Si on part là-dessus, on en a pour la nuit entière. On vit dans l’impro totale, parce qu’on est obligés et qu’on se retrouve tous dans des situations que l’on a jamais expérimentées avant, et qu’il n’y a pas de livres ou de règles pour faire face à tout ça, on l’fait c’est tout. Certains le font à leur manière, et c’est loin d’être la bonne, et certains choix sont difficiles à prendre mais t’es là maintenant, et c’est le plus important. » Soufflait la jolie brune dans un sourire. Oui, il fallait qu’elle voit les choses positivement, autrement elle sombrerait. « Faut pas avoir pitié des morts, ils sont en paix, ce sont les vivants qui continuent de trimer, pour continuer à vivre jusqu’au lendemain. Et si tu continues de te battre comme tu le fais, je suis certaine que tu t’en sortiras. » Jill apportait sa gourde à ses lèvres pour en extraire une nouvelle gorgée. « Et dès que mon genou sera complètement guéri, dans quelques mois, on aura cette conversation et je pourrais te foutre une raclée sur le tapis! » Termina-t-elle d’une voix douce mais amusée en même temps car la brune n’était pas violente du tout.
 
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 10/02/2017
MESSAGES : 325
IDENTITÉ : b_bulle (mel).
FACECLAIM : roden (furiedheart & tumblr & laura & alaska).
MULTILINKS : le caméléon (cleo) et l'atout (chuck).
POINTS : 954

STATUT CIVIL : t'es célibataire. mais t'es amoureuse. enfin, t'essaye de ne pas y penser.
ANCIEN MÉTIER : tu étais étudiante en criminologie. tu voulais devenir un profiler.
PLACE DANS LE CAMP : AVANT, tu faisais parti de la brigade de surveillance externe. DEPUIS, tu as été postée à la surveillance de la frontière est.
HABITATION : tu vis sur sunset square, au numéro cinquante-six, avec ta frangine et ton ancien baby-sitter.
ARME DE PRÉDILECTION : AVANT, t'avais ta paire de katanas. MANTENANT, il te reste tes petits poings et puis, on sait jamais si un couteau ou une paire de ciseaux trainent dans le coin.
ÂGE : t'as vingt-cinq ans, âge que tu partages avec ta soeur jumelle. (née le vingt-huit juin).


MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Ven 17 Mar - 22:44

tu écoutes la brune avec attention. ses paroles sont sensées, cela ne fait aucun doute. mais toi, contrairement à jillian, mais aussi contrairement à ta soeur, tu n'arrives pas à rester positive. ça a toujours été ta frangine, l'optimiste de vous deux. toi, tu préfères la froideur et l'amertume de cette triste réalité. t'es pas taillée pour croire à un monde de bisounours où les rêves sont encore possibles. t'es pas faite pour ça et ton attitude s'en ressent. peut-être un peu trop, même, parfois. t'as peur pour l'avenir parce qu'il est si incertain, si imprévisible. t'es complètement désarmée face à ce qui vous attend que tu en deviendrais presque cynique. la seule force qu'il te reste, c'est ta capacité d'adaptation rapide et cette faculté d'apprendre si rapidement des autres. t'es douée pour ça et tu t'en sers avec une aisance déconcertante. et pourtant, tu continues à douter tellement souvent. tu doutes de tout, mais surtout de toi. t'arrives même à douter de la nécessité de se battre, de se défendre face au destin funeste qui semble vous attendre à chaque détour que vous prenez. et si ça servait à rien tout ça ? 'fin, j'veux dire, si on s'battait pour des prunes ? y a p'tre pas d'issue à tout ça. p'tre que ça vaudrait mieux qu'on finisse par tous être en paix. ton pessimisme te ferait presque peur. tu hausses les épaules en portant ta bouteille à tes lèvres afin de boire une nouvelle gorgée d'eau. j'ai pas envie d'crever, te fais pas de fausses idées. c'est juste que les pertes sont beaucoup trop nombreuses et qu'ça donne à réfléchir sur la suite des évènements. personne n'est à l'abri, ni toi, ni moi. peu importe la force ou la conviction que tu mets dans ce que tu entreprends, il suffit d'un rien pour que tout bascule. t'aurais pas mal d'exemple à citer mais tu penses qu'elle pourrait très bien en trouver toute seule. tout le monde a eu son lot de tragédie dans cette histoire et tu sais bien qu'il y en aura d'autres à venir. après le calme vient la tempête. c'est toujours comme ça. un sourire illumine ton visage quand tu l'entends dire qu'elle te mettra une raclée quand son genou sera rétabli. tu étouffes même un rire. j'attends que ça. que tu réponds simplement. t'auras le temps de t'entrainer d'ici là, de parfaire une technique que la brune t'auras apprises, ne serait-ce qu'aujourd'hui. tu en feras aussi à ta sauce parce que c'est comme ça que tu te sens le plus à l'aise. t'as le temps de voir venir ce combat amical, t'as le temps de t'y préparer, tu sauras riposter comme il se doit. enfin, si tu es encore là pour être au rendez-vous.

_________________
just survive somehow
like a small boat on the ocean, making big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match but i can make an explosion. •• ALASKA (rachel platten)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1327-maddie-sinking-man http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1333-maddie-fire-meet-gasoline
Invité
Invité

MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Sam 18 Mar - 19:50

Jillian reprend la parole, pour se montrer encourageante. Elle ne veut pas que Maddie se rabaisse de la sorte en pensant qu’elle n’était pas suffisamment capable. Elle faisait bien ce qu’elle pouvait, et comme le disait l’adage, c’est en forgeant qu’on devient forgeron. Personne ne nait doué, il faut de l’entraînement. A quoi bon être aussi difficile avec soi-même quand la vie l’est suffisamment. Comme à son habitude, Jillian préfère rester dans la lumière plutôt que de sombrer dans des émotions négatives qui pourraient la plomber. Elle préfère voir les choses du bon côté, parce qu’il faut des personnes comme elle, pour tirer vers le haut ceux qui n’ont plus la foi. Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde, cela fait partie de l’équilibre. Elle lui faisait son petit speech d’encouragement, mais ne s’offusquait pas d’entendre ses questions, ses doutes. Elle en avait l’habitude. C’était normal d’en venir à se demander si tout ceci en valait la peine, s’il ne valait pas abandonner plutôt que de continuer de se faire du mal. « Tu te bats pas pour des prunes, quoi qu’il arrive, tu te bats pour ta vie. Après, c’est le risque à prendre, peut-être qu’on se bat pour un meilleur futur, peut-être qu’on se bat juste pour vivre jusqu’au lendemain, on ne sait pas ce qu’il adviendra de nous sur le long terme, et c’est pas facile de positiver, c’est certain, mais je pense que c’est plus facile à vivre, de trouver une raison, pour continuer à avancer. » Expliquait-elle, en haussant les épaules. Chacun vivait la chose comme il le voulait, comme il le pouvait surtout, mais sans objectif, en effet, la brune ne voyait pas de raison de continuer à le faire. C’était un choix personnel, il y aura toujours un risque de se rendre compte que c’était ainsi, que et ça perdurera de cette manière mais tout comme Maddie, elle n’avait pas envie de mourir. « Y a une chance pour que ça change pas, que tout peut s’arrêter en un clin d’œil, faut-il encore accepter cette éventualité. » En concluait-elle, en rangeant sa gourde. La brune en profita pour lui lancer un défi et la réponse de son interlocutrice la fait grandement sourire. « tant mieux. » C’était sincère. Si ça pouvait lui donner une raison d’avoir hâte, de se projeter, c’était tant mieux.
 
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 10/02/2017
MESSAGES : 325
IDENTITÉ : b_bulle (mel).
FACECLAIM : roden (furiedheart & tumblr & laura & alaska).
MULTILINKS : le caméléon (cleo) et l'atout (chuck).
POINTS : 954

STATUT CIVIL : t'es célibataire. mais t'es amoureuse. enfin, t'essaye de ne pas y penser.
ANCIEN MÉTIER : tu étais étudiante en criminologie. tu voulais devenir un profiler.
PLACE DANS LE CAMP : AVANT, tu faisais parti de la brigade de surveillance externe. DEPUIS, tu as été postée à la surveillance de la frontière est.
HABITATION : tu vis sur sunset square, au numéro cinquante-six, avec ta frangine et ton ancien baby-sitter.
ARME DE PRÉDILECTION : AVANT, t'avais ta paire de katanas. MANTENANT, il te reste tes petits poings et puis, on sait jamais si un couteau ou une paire de ciseaux trainent dans le coin.
ÂGE : t'as vingt-cinq ans, âge que tu partages avec ta soeur jumelle. (née le vingt-huit juin).


MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Dim 19 Mar - 17:13

tu as exposé à jillian tes doutes sur un avenir possible pour vous. c'est pas toi l'optimiste de la famille alors forcément, toi, tu t'accroches à la réalité qui est mise en évidence. c'est si difficile de croire en un futur quand les choses sont si chaotiques autour de toi. avant tout ce bordel sans nom, t'aurais certainement baissé les bras quand les difficultés se faisaient trop oppressantes. cela dit, aujourd'hui, tu ne peux pas te permettre d'abandonner. tu doutes, tu te questionnes, mais jamais, ô grand jamais, tu ne tourneras le dos à cette vie merdique qui se profile devant tes yeux et ton corps impuissant. trouver une raison pour continuer à avancer. cette phrase te fait sourire. ta famille, c'est ça qui te permet de garder le cap. t'imagines même pas ta vie sans eux et tu redoutes le moment où vous serez séparés par la force des choses. c'est pas évident. tes parents, lizzie, ils sont à la fois ta plus grande force, mais également ton plus gros point faible. tu restes silencieuses face aux paroles de la brune. t'encaisses son point de vue que tu as du mal à partager. pourtant, tu sais bien qu'elle n'a pas tord. mais t'arrives pas à accepter cette alternative. comme si la réalité des faits était bien trop écrasante pour entrevoir une issue, une échappatoire, un solution. elle finit par te donner l'espoir d'un futur combat épique entre vous, une fois que son genou sera à nouveau en état de fonctionner correctement. un sourire illumine ton visage et tu lui réponds que tu n'attends que ça. tu ne sais pas si tu seras encore là pour assister à ce rendez-vous, tu ne sais même si la brune sera encore là pour prendre place en face de toi. si ça se trouve, aucune de vous ne sera encore sur pieds. tu reposes ta bouteille d'eau et te lèves d'un bond. enfin, ça, ce sera seulement si je te laisse remporter l'combat. le ton de ta voix est étonnement plein de défi. comme si tu t'apprêtais à vivre pour ce jour-là. tu sautilles sur place et donnes quelques coups de poings dans le vent. tu fais la mariolle mais t'as du boulot à faire quand même. faut que je m'y remettes. que tu finis par soupirer en faisant quelques pas en arrière. tu restes encore un peu ? la saloperie, elle a réussi à t'adoucir en si peu de temps. tu te ramollies ma vieille. elle ressemble tellement à ta soeur que ce serait difficile pour toi de rester de marbre face à la brune. elle te fait tant penser à la rouquine que t'as baissé ta garde sans même le remarquer, sans même prêter attention à qui elle pourrait être. les apparences peuvent être trompeuses et toi, t'as foncé tête baissée, comme d'habitude. t'as pas repéré de danger, c'est que ça doit bien aller. seul le temps pourra te coller une grande claque dans la gueule si jamais tu t'es plantée. encore que là, tu doutes sincèrement d'avoir, un jour, le revers de la médaille.

_________________
just survive somehow
like a small boat on the ocean, making big waves into motion. like how a single word can make a heart open. i might only have one match but i can make an explosion. •• ALASKA (rachel platten)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1327-maddie-sinking-man http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1333-maddie-fire-meet-gasoline
Invité
Invité

MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   Dim 19 Mar - 18:58


Après tout un speech, la jeune femme en vient finalement à lui parler d'un éventuel duel entre les deux combattantes. En effet, rien n'assurait qu'elles seraient en mesure de participer à ce combat mais Jillian préférait se dire que ce serait le cas, plutôt que de s'imaginer qu'elle serait morte d'ici quelques mois. Ce serait bien trop déprimant, de se lever tous les matins en se disant qu'elle pouvait claquer dans la journée. Elle savait que certains alimentaient ce genre de pensées dans leur tête mais pour Jillian ce serait bien compliqué à vivre de cette façon. Maddie semblait s'enthousiasmer de ce moment, et Jillian se contentait de sourire à sa remarque. Elle n'a jamais été très compétitrice et ne voulait non plus pas sous-estimer son adversaire. Elle n'était pas en conditions pour pouvoir juger sur le moment. Et puis Maddie semblait vouloir reprendre de l'exercice, contrairement à Jillian qui devait finalement filer. Elle avait encore quelques trucs à faire avant de rentrer chez elle. «  Je vais te laisser t'entraîner.  » Dit-elle dans un sourire. Elle ramassait ses affaires dans la volée, puis ajouta, avec sincérité : «  ça m'a fait plaisir d'te rencontrer, je suis sûre qu'on se recroisera bientôt.  » Elle lui adressa un dernier sourire avant de finalement quitter les lieux, non sans garder avec elle un bon souvenir de cette rencontre.


 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: In the forest of my mind, I stay   

Revenir en haut Aller en bas
 
In the forest of my mind, I stay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Michael Forest
» Trailer: Fate stay night
» stay gold
» o, full of scorpions is my mind.
» ❝ i'm losing my favourite game, you're losing your mind again [PV Night][FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: