This love of mine, my valentine - for Vesper Vane

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 This love of mine, my valentine - for Vesper Vane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Mar 14 Fév - 23:58



What if it rained ? We didn't care


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



This morning insn't a morning like the others. So, Noah prepared the breakfast while Ves still slept. Today, it's Valentine's day. Noah wanted to please Vesper in this special day. He had everything planned until the dinner. He left a message for Misia, the day before, saying that he wouldn't come to work today.

While singing, Noah laid the table, positioned the pieces of bread and opened the jam jars that he had supernaturally obtained himself. And when everything was ready, he sits down, waiting that his beauty joins him. He hummed a song that he had already heard a few years ago. A song by Paul McCarthney. He remembers very well the clip because there was Natalie Portman and Johnny Depp who translated the words into sign language. He knew it by heart. And, it was necessary to say that this song was of circumstance, although Silly Love Songs was much better.

He had passed in the whistling of the tune when Vesper appeared. He got up, smiled to her then came to embrace her before putting down to her a sweet kiss to say « hello ».

- Good morning, my love. Please, have a seat.

Noah invited her to sit down at table. It wasn't a perfect breakfast but with the hard times which they lived in Astoria, it seemed suitable. Looking at her in eyes, crossing his blue look which he liked so much, Noah seemed happy today. The face didn't reflect the endured fatigue nor the events of past lived. He served to her as some hot water for her tea. Tea of which he had also managed to find. It was of very slim pleasures which he offered her but he hoped that the intention pleases her..

While she was eating, Noah got up. He fetched a kind of vase in which he had put orchids, favorite flowers of Vesper. He put them on the table, embraced the young blonde and murmured to her to the ear.

- I thought of you by seeing them. I love you Ves, you are this love of mine, my valentine. Happy Valentine's Day.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Ven 17 Fév - 0:17

Vesper n’avait pas encore l’habitude de ne plus dormir seule, alors ce qui la surprit surtout lorsqu’elle ouvrit les yeux, ce n’était pas tant l’absence de Noah mais plutôt toute la place qu’il y avait dans le lit on aurait pu y coucher un pingouin géant, oui je sais, je l’ai déjà faite celle-là. Certes, chez elle aussi il y avait un lit deux places mais il était nettement plus petit, du moins c’est l’impression qu’elle en avait. En tendant l’oreille, elle put entendre Noah chanter, sa voix s’élevant du rez-de-chaussée, et ça la fit sourire. Ce qu’elle pouvait aimer quand il se mettait à pousser la chansonnette. D’abord ça signifiait qu’il allait mieux et ensuite, et surtout, il avait toujours eu une voix magnifique, en plus du reste. Eh oui, c’est injuste pour les autres mais c’est ainsi. La jeune femme sourit, s’étira longuement et consentit enfin à sortir du lit. Elle avisa une des chemises de Noah négligemment jetée sur la chaise sur laquelle il jetait visiblement toujours ses vêtements et décida de la passer. De toute évidence, elle était trop grande pour elle mais c’est bien ce qui rendait intéressante sa façon de la porter et puis elle avait son odeur et c’était ça le plus important.

Un passage éclair mais nécessaire dans la salle de bains – ce que ça prend du temps d’avoir l’air belle au naturel - plus tard, la blondinette descendait les escaliers, le pas léger et le sourire aux lèvres. Elle trouva Noah dans la cuisine, en train de préparer le petit déjeuner. Non, non, elle ne rêvait pas, il était bel et bien en train de préparer le petit déjeuner. En laissant traîner son regard sur la table vite fait, elle put même voir qu’il y avait de la confiture. De la confiture ! Il ne manquait plus que le café et les pancakes et ça serait parfait. Mais bon, il ne fallait pas trop en demander non plus, ce n’était pas parce que Vesper était sur un petit nuage en ce moment que ça signifiait que tout était rentré dans l’ordre pour autant. Bien sûr que non, on risquait toujours de finir en Big Mac pour zombie à chaque fois que l’on mettait le pied dehors mais pour l’heure, elle n’avait pas envie d’y penser et préférait embrasser Noah qui l’invita ensuite à s’asseoir. Ce qu’elle fit bien volontiers. Finie l’époque où il fallait littéralement la tirer hors du lit et ne surtout pas lui adresser la parole avant une heure plus correcte, semblait-il et c’était tant mieux, mais comment ne pas la comprendre quand on savait que c’était pour rejoindre l’amour de sa vie.

La jeune femme s’empara d’un couteau qu’elle plongea joyeusement dans la confiture avant d’en tartiner une tranche de pain, laissant le thé infuser et faisant du pied à Noah sous la table, parce qu’elle était d’humeur. D’ailleurs, en relevant les yeux vers lui, elle nota qu’il avait l’air bien plus reposé qu’avant et ça faisait plaisir, il ressemblait de nouveau au Noah qu’elle avait toujours connu. Puis il se leva et posa des orchidées sauvages sur la table lorsqu’il revint. Ce qu’elle ne put que trouver adorable, étant donné qu’il s’agissait de ses fleurs préférées et que l’attention la touchait en plein cœur. Du moins jusqu’à ce qu’il lui rappelle que c’était la Saint Valentin tout en la câlinant. Oh shoot… elle n’y avait pas pensé une seule seconde. Vesper posa tendrement les mains sur ses bras et avala le morceau de pain qu’elle était en train de mâcher avant de tourner la tête et de lui déposer un baiser bruyant sur la joue.

    « Je t’aime, t’es le meilleur. Bonne Saint Valentin à toi aussi, mon amour. »


Inutile de lui dire tout de suite qu’elle avait oublié que c’était la Saint Valentin de son côté et que, de fait, elle n’avait rien prévu. D’autant qu’elle connaissait bien des façons de se faire pardonner mais il fallait les garder pour plus tard. Ou sinon, elle pouvait toujours lui donner un peu de cash du million de dollars qu’elle avait trouvé comme ça, à Noël et qui ne valait plus rien de nos jours, mais qu’elle gardait quand même scrupuleusement parce qu’il ne fallait pas se d’illusions, l’argent trouvait toujours un moyen de revenir sur le devant de la scène.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Ven 17 Fév - 23:02



She said that someday soon
The sun was gonna shine.


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Noah et Ves s'embrassèrent une nouvelle fois tendrement, passionnément et amoureusement. C'était si bon, à chaque fois. Ses lèvres étaient délicieuses. Notamment ce matin, avec la confiture. De la confiture de fraises. Eh oui, romantisme jusqu'au bout. Cet instant était merveilleux. Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001. Mieux que le déhanché d’Emma Peel, Marilyn, la schtroumpfette, Lara Croft, Naomi Campbell et le grain de beauté de Cindy Crawford. Mieux que la face B d’Abbey Road, les CD d’Hendrix, qu’le p’tit pas de Neil Armstrong sur la lune. Le Space-Mountain, la ronde du Père-Noël, la fortune de Bill Gates, les transes du Dalaï-Lama, les NDE, la résurrection de Lazare, toutes les piquouzes de testostérone de Schwarzy, le collagène dans les lèvres de Pamela Anderson. Mieux que Woodstock et les rave-party les plus orgasmiques. Mieux que la défonce de Sade, Rimbaud, Morisson et Castaneda. Mieux que la liberté. Mieux que la vie....

- Je t’aime, t’es le meilleur. Bonne Saint Valentin à toi aussi, mon amour.

À ses mots, Noah souriait et crut rougir un instant. C'était une nouvelle vie qui commençait. Une nouvelle vie apocalyptique mais à deux. Vesper Vane et Noah Marshall. Noah Marshall et Vesper Vane. Vesno. Le bonheur dans un monde catastrophique. Que rêver de mieux ? Noah était heureux, oui. Aussi bizarre que cela puisse paraître, il était heureux. Ils étaient heureux. Il la laissa terminer son pain et son thé puis lui prit la main. Il commença à chantonner. Il savait qu'elle adorait sa voix, il en jouait. La chemise qu'elle lui avait piqué était bien grande pour elle. Elle n'en restait pas moins jolie. Il l'attira vers lui, plongea ses yeux dans les siens, embrassa le bout de son nez et continuait à chantonner. Il posa ses mains sur ses hanches alors qu'il dirigeait les siennes sur ses épaules. Il la regardait, l'admirait. Il avait envie de lui dévorer la bouche, lui parcourir le cou. La nuit dernière avait été une nouvelle fois merveilleuse. Serrant Vesper contre lui, ne la quittant pas du regard, fredonnant la chanson contre ses lèvres, il l'embrassa avant de dire.

- Je vous aime, Vesper. En dépit de vous, de moi et de ce stupide monde qui s'écroule. Je vous aime.

Oui, Noah avait de nombreuses références. Il était cinéphile en même temps donc forcément, les citations, les références, il les connaissait quasi toutes. Il aimait Vesper à la folie. Il aurait pu tout lui sortir mais il voulait en garder pour plus tard. La passion montait en lui Ils n'étaient pas à l'abri de retourner au lit d'ici midi. Après tout, Noah avait bloqué toute la journée. Kaï avait d'ailleurs gentiment accepté de laisser la maison aux amoureux. Il la câlina tendrement avant de l'emmener, cette fois, dans le salon. Sur la table était posté d'autres orchidées puis un vieux tourne disque. Alors ça c'était une trouvaille, c'était peu dire... Il l'avait retrouvé dans son ancienne maison qui était en dehors d'Astoria. C'était ce qu'il avait décidé de faire deux jours plus tôt, d'aller dans son ancienne maison, récupérer quelques affaires dont il pensait ne plus avoir besoin. La nuit romantique et sensuelle, le petit-déjeuner, les fleurs, les baisers, le câlin, le fredonnement, le tourne disque, les disques. Vesper devait sûrement se douter de la suite. Il l'attira une nouvelle fois vers lui et il l'entraîna dans une petite danse, un slow, un peu en freestyle. Dans le creux de son oreille, il chanta la chanson.

- It's a little bit funny, this feeling inside
I'm not one of those, who can easily hide,
I don't have much money, but girl if I did
I'd buy a big house where we both could live.


Durant la pause entre les deux couplets, il en profita pour tourner dans le salon qu'il avait débarrassé puis l'embrassa une nouvelle fois. Il glissa un léger Je t'aime contre ses lèvres douces qu'il adorait embrasser, sentir, goûter. Ils s'aiment ses deux-là, c'était indéniable. Noah reprit le second couplet, enlaçant Vesper plus tendrement, dansant avec plus de mouvements. Il reprit alors avec le refrain alors qu'il fit tourner Vesper sur elle-même avant de la ramener près de lui.

- And you can tell everybody this is your song
It may be quite simple but now that it's done
I hope you don't mind
I hope you don't mind
That I put down in words
How wonderful life is while you're in the world.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Lun 20 Fév - 15:22

Mordant à pleine dent dans son morceau de pain tartiné de confiture, Vesper remarqua alors qu’elle mangeait mais Noah pas. Lui semblait se contenter de la contempler. Elle aimait bien ça, ça lui donnait l’impression d’être belle, du moins à ses yeux et désormais, c’était l’unique chose qui comptait, mais c’était tout de même un rien bizarre. Et plutôt que de rougir bêtement, elle préféra se pencher par-dessus la table pour partager son petit déjeuner avec lui. De toute façon, plus encore que de ce bout de pain, c’était de lui dont elle avait faim. Encore, oui. Et c’était bien normal puisqu’elle n’était plus obligée d’enfouir toutes ces sensations au plus profond d’elle, c’était pas mal libérateur, dans le genre. Quoi qu’il en soit, Noah n’avait manifestement pas prévu de rester à table trop longtemps puisqu’à peine avait-elle fini son thé qu’il lui prenait déjà la main pour l’inciter à se relever. Bien entendu, la blondinette n’avait rien contre puisque c’était pour retrouver ses bras réconfortants tandis qu’il s’était remis à chantonner doucement. S’il savait seulement l’effet que ça lui faisait, peut-être bien qu’il arrêterait. Mais non, pas ce genre d’effet, c’était surtout qu’elle n’avait plus envie de le quitter. Jamais. De la vie. Et c’était légèrement problématique, quand même, d’autant qu’ils avaient chacun leurs occupations de leur côté. Mais pas aujourd’hui et ça, c’était cool.

Et puis bien sûr, la citation tout droit sortie d’Autant en emporte le vent eut le don de la faire fondre encore un peu plus. Tant et si bien qu’elle ne sut quoi répondre. Bien qu’ils auraient tout à fait pu ne plus converser qu’en répliques de films tous les deux. Soit, elle se laissa donc entraîner dans le salon où d’autres orchidées les attendaient mais pas que, et c’était sûrement encore mieux que les fleurs puisqu’il était miraculeusement parvenu à mettre la main sur un tourne-disque. Vesper n’était pas une grande chanteuse, loin de là, mais ça ne l’empêchait pas d’adorer la musique au point de trouver la vie bien plus agréable avec que sans. Alors si en plus Noah se mettait à chanter, c’était le paradis, pour elle. D’ailleurs, il ne fit pas que commencer à chanter, il dansa aussi. Et comme tout le reste, il faisait ça à la perfection. Bon d’accord, on dit toujours que l’amour rend aveugle et ce n’était pas impossible que la jeune femme soit légèrement aveuglée mais quelle importance puisque ça fonctionnait dans les deux sens ? Toujours est-il qu’elle se laissa une fois de plus entraîner et c’est ainsi qu’ils dansèrent, là, au beau milieu du salon de Noah dont il avait poussé les meubles pour faire de la place, comme si rien d’autre n’avait d’importance et c’était exactement ça.

Comme toutes les midinettes, Vesper adorait Your Song. Et oui, elle se considérait elle-même comme une midinette. Tout ça pour dire que c’était un grand moment et que l’on pouvait difficilement faire mieux dans le style « créons-nous des souvenirs précieux à deux ». Noah la fit tournoyer avant de la ramener contre lui pour lui chanter le refrain et la blondinette posa la tête sur son épaule et ferma les yeux pour en profiter davantage. Ça oui, on pouvait dire qu’elle était heureuse. Probablement plus heureuse qu’elle ne l’avait jamais été et c’était fort bizarre compte tenu des circonstances mais c’était vrai. Puis si elle avait pu douter de ses sentiments pour elle au début, ce n’était plus le cas et pas uniquement parce qu’il ne cessait de lui répéter combien il l’aimait mais parce qu’il le faisait avec sincérité à chaque fois.
Puisqu’il était hors de question qu’elle l’interrompe, la blondinette fit glisser ses mains le long de son dos jusqu’à les poser très légèrement sur ses fesses. Oui, bon, c’était trop tentant et elle pouvait faire ça maintenant alors pourquoi se priver ? Cela dit ça ne dura que quelques secondes et c’est tout espiègle qu’elle finit par nouer ses bras autour de sa taille en se serrant un peu plus contre lui et en lui déposant de doux baisers dans le cou.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Lun 20 Fév - 23:37



And she was right,
This love of mine, my valentine


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour… Noah était en train de l'apprendre. Il avait réussi à surpasser ses peurs et ses craintes en se laissant aller avec Ves. Il accepta de l'aimer et put enfin comprendre qu'elle l'aimait en retour. Bien sûr, ces deux-là avaient toujours su que l'un et l'autre avaient une attirance réciproque. Seulement, les aléas de la vie, la distance, les doutes, les questions firent qu'ils passèrent à côté l'un de l'autre toute leur vie jusqu'à ce qu'enfin, ils comprennent qu'au final, ils étaient faits pour être ensemble. Il sentit soudainement ses mains se diriger vers le bas de son dos. Il sourit tout continuant à la faire danser près de lui, près de la chaleur de son corps alors qu'il achevait la chanson avec le dernier couplet.

- I hope you don't mind
I hope you don't mind
That I put down in wordsbr
How wonderful life is while you're in the world.


À la fin de la chanson et quand bien même la musique s'était arrêtée, Ves et Noah continuaient de danser dans le salon. Noah se fit plus avenant et vient embrasser Vesper dans le cou. Il glissa lui aussi ses mains dans son dos puis descendit jusqu'à ce qu'il atteigne ses fesses. Il passa ses mains sous la chemise et avec un coup de main rapprocha la jeune femme encore plus contre lui et l'embrassa de plus belle. Une main dans ses cheveux puis une dans le creux de ses reins, il l'admirait encore et encore. Il la dévorait des yeux. Elle était si magnifique. Tout contre elle, il brisa une nouvelle le silence alors qu'il tournait dans le salon sans musique, sans chanson, sans Noah qui chante.

- Je pourrais mourir maintenant. Je suis juste…heureux. Je n’ai jamais ressenti avant. Je suis précisément là où je veux être.

On dit que lorsque l’on rencontre l’amour de sa vie, le temps s’arrête. C’est vrai. Ce que l’on ne vous dit pas, c’est que quand le temps reprend son cours, il file à une vitesse folle pour rattraper son retard. Ça, Noah ne le savait que trop bien. Ainsi, il voulait en profiter un maximum avec Vesper. Absolument. Afin de rattraper toutes ces années perdues. Afin de vivre l'amour qu'ils méritaient tous les deux. Noah jeta un œil discret à sa montre. Il était encore loin d'être midi. Il stoppa leur petite danse, décrocha quelques baisers, quelques caresses, quelques regards. Le silence dans lequel ils se trouvaient était agréable et était parfois brisé par le bruit de leurs longs baisers et des respirations de l'un ou de l'autre. Noah fit des pas vers le canapé, obligeant Ves à faire de même. La jeune blonde se retrouva sur le canapé alors que Noah, à moitié debout un genou sur le sofa, enlevait son tee-shirt et défaisait son pantalon. Et alors qu'il vient se loger entre les jambes nues de Vesper, Noah commençait à déboutonner la chemise qu'elle portait. Il remonta jusqu'à atteindre ses lèvres délicieuses. Plongeant dans son cou puis remontant vers ses oreilles, il lui glissa ces mots.

- C'est merveilleux quand on est amoureux.

Et alors que la journée s'annonçait ensoleillé, Ves et Noah se donnèrent l'un à l'autre en plein milieu du salon, sur ce canapé qui, bizarrement, tenait encore la route. Noah avait voulu se faire tendresse et avait bien pris soin de Vesper, la transportant jusqu'au septième ciel, et ce à plusieurs reprises. Il savait y faire le salaud ! On ne dira pas le laps de temps qu'il s'est passé mais c'était assez pour qu'ils soient en sueur tous les deux. Vesper sur Noah, ils restaient là, lui caressant son dos, elle son torse musclé. Il y a pas à dire, ils étaient de très bons amants, et maintenant que les sentiments s'y mêlaient, cela était encore plus bon. Après quelques minutes à se regarder dans les yeux, échanger quelques mots puis s'embrasser encore et encore, les deux amants allèrent se débarbouiller. Noah allait préparé un bon repas pour le déjeuner. Encore une fois, comme pour le petit-déjeuner, il avait laissé Vesper prendre son temps. Faisons simple mais faisons bon, Noah avait fait ce qu'il y avait en réserve, à savoir des pâtes, un truc mangeable quoi. Enfin, c'était Noah qui cuisinait donc c'est non seulement mangeable mais en plus très bon.

- C'est prêt, ma chérie.

Il avait un peu poussé la voix puisque Ves était carrément remontée alors qu'elle aurait pu utiliser la salle de bain du bas. Lorsqu'elle redescendit, il l'attendait, le repas prêt à être manger. Ça sentait bon. Ce n'étaient que des pâtes pourtant mais cela sentait bon. Il servit Vesper puis se servit lui même. Ce déjeuner avait été décoré avec les orchidées que Noah avait trouvé. Voyant que Ves avait déjà entamé son assiette, il sourit et dit.

- Buon Appetito.*

(*) Paroles en italien

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Ven 24 Fév - 20:59

Il lui suffit de poser les mains sur ses fesses pour faire naître en elle ce feu brûlant ardemment au creux de ses reins. Cela dit, ça faisait quelques jours qu’il n’était jamais réellement éteint et qu’il lui suffisait d’un rien pour reprendre de plus belle. C’était ça aussi, la magie des premiers jours d’une relation amoureuse, quand tout activité – ou presque –, aussi anodine soit-elle, est susceptible de vous ramener au lit avec grand plaisir. Ou ailleurs, comme sur le canapé de Noah, en l’occurrence. Mais peu importait l’endroit pour Vesper, elle était généralement bien trop émoustillée pour y faire attention et cette fois-là n’échappa pas à la règle. D’ailleurs, elle l’aimait bien, ce canapé, parce que c’était là qu’ils s’étaient physiquement prouvé leur attachement l’un à l’autre pour la première fois. La première fois avec du sens, s’entend, la blondinette n’oubliait pas Athènes, elle ne pourrait jamais l’oublier, mais c’était de toute façon devenu un peu compliqué d’y retourner par les temps qui couraient… Bref, tout une symbolique, je vous dis ! Tout ça pour dire qu’ils avaient fini de danser sans musique – en d’autres circonstances, ç’aurait pu paraître bizarre mais là ça ne l’était pas, parce que c’était eux – et que l’heure n’était plus aux répliques de films mais bien aux longs baisers langoureux, voire même un peu plus puisque c’est sans protestation aucune que la jeune femme se laissa entraîner jusqu’au canapé, donc, un léger frisson lui parcourant l’échine.

Et bien sûr, arriva ce qui devait arriver et Vesper mentirait si elle disait qu’elle ne l’avait pas un rien cherché mais pour le coup, on pouvait dire qu’elle était du matin. C’était une façon fort agréable de commencer la journée et puisque Noah avait l’air autant du matin que de tout autre moment de la journée, il fallait en profiter. D’autant qu’avec lui, la blondinette n’était jamais déçue, ce qui la changeait radicalement de bon nombre de ses anciens amants. Pas tous, c’est sûr, mais pas mal alors c’est sûr qu’elle trouvait intéressant de ne pas simuler et encore plus intéressant de ne pas simuler à répétition. Puis ça en valait la peine rien que pour pouvoir se retrouver nus, l’un sur l’autre, à parler de choses futiles le temps de reprendre son souffle et de se remettre de ses émotions, selon elle. Précisément ce qu’ils étaient en train de faire lorsque midi approcha, sonnant la fin des festivités. Du moins de ce genre de futilités car Noah avait apparemment décidé de se mettre aux fourneaux, ce qui tombait bien, étant donné que Vesper mourait de faim après ça.

Si la jeune femme était remontée à l’étage pour se rafraîchir plutôt que d’utiliser la salle de bains du rez-de-chaussée, c’était surtout pour enfiler une tenue plus correcte, parce que bon, maintenant qu’elle avait eu ce qu’elle voulait, il était inutile de traînasser à moitié nue dans toute la maison – les femmes sont fourbes parfois, que voulez-vous - et c’est en sifflotant qu’elle redescendit en se laissant glisser sur la rampe d’escaliers tandis que Noah lui faisait savoir que c’était prêt. Et manquant se rompre le cou à l’arrivée mais c’est un détail. L’odeur de ce qu’il avait préparé embaumait l’air jusqu’à l’étage et elle avait hâte de voir de quoi il s’agissait sans avoir trop peur qu’il se soit loupé sur ce coup là puisqu’il connaissait ses goûts mieux que personne.

    « Ça sent rudement bon. » fit-elle savoir en prenant à nouveau place à la table après avoir déposé un énième baiser sur la tempe de celui qui représentait à présent tout pour elle.


Et puisqu’il n’y avait pas de raison d’attendre une minute de plus, elle commença à manger, ce qui était un peu impoli tout de même mais puisqu’elle était affamée. Puis c’est la bouche pleine qu’elle répondit au bon appétit à l’italienne, toujours aussi poli… autant renoncer, c’était trop bon pour qu’elle se confonde en excuses, de toute façon. Ce n’est qu’au bout de plusieurs minutes de mastications intensives qu’elle fit glisser le tout avec une gorgée d’eau avant de commenter :

    « Sexe, fleurs, musique, petits plats, c’est de loin la meilleure Saint-Valentin que j’aie jamais passée. C’est délicieux, mon amour*. »


Et elle ne parlait pas que des pâtes mais de tout puisqu’en effet, c’était la meilleure Saint-Valentin qu’elle ait connue ; il y avait eu ceux qui oubliaient, ceux qui s’en fichaient et pire que tout : ceux qui en faisaient trop. Puis elle haussa les sourcils d’un air suggestif.

    « Au fait, c’est prévu que je dorme ici cette nuit aussi ? Et si non, ça t’ennuierait beaucoup ? » demanda-t-elle en lui faisant les yeux doux.


C’est que, aussi étrange que ça puisse paraître, elle n’avait plus trop envie de rentrer chez elle. Cela dit, elle le faudrait bien puisqu’elle avait laissé une bonne partie de son matériel là-bas et qu’il fallait bien qu’elle reprenne le boulot un jour ou l’autre.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Sam 25 Fév - 13:38



As days and nights,
Would pass me by


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Noah la regardait manger. À vrai dire, il n'avait servi que son assiette et se tenait prêt d'elle. Après quelques bouchées bien englouties, elle rompit le silence.

- Sexe, fleurs, musique, petits plats, c’est de loin la meilleure Saint-Valentin que j’aie jamais passée. C’est délicieux, mon amour*.

Cela fit sourire Noah. Il voulait faire quelque chose de spécial pour elle. Ils ne s'étaient pas depuis un moment et en deux mois, ils avaient bien rattrapé le temps perdu. Ils s'étaient retrouvés, apprivoisés, aimés et maintenant ils semblaient vouloir construire quelque chose ensemble, quelque chose de nouveau, quelque chose de bien, de bon, de beau.

- Merci, mon cœur. Je voulais vraiment que cette journée soit spéciale.

Elle passa alors sur un tout autre sujet. Noah la dévorait des yeux. C'est ça les premiers instants d'un couple. C'est le désir, la passion, l'envoûtement, l'amour, etc. Noah buvait ses paroles à chaque intervention de son aimée.

- Au fait, c’est prévu que je dorme ici cette nuit aussi ? Et si non, ça t’ennuierait beaucoup ?

Que Ves dorme ici était un réel plaisir alors si cela ennuierait Noah si elle restait le soir-même, ce serait le comble. Alors qu'il piquait dans son assiette, il lui sourit puis fit un clin d’œil. Il ne voulait que ça, qu'elle reste avec lui, qu'elle dorme - enfin si on appelle ça dormir - avec lui et chez lui. Après avoir englouti quelques pâtes, il lui répondit.

- Justement, vu que tu amènes le sujet, je voulais d'offrir ceci.

Et il sortit de sa poche un petit cadeau - enveloppé avec les moyens du bord hein, du vieux journal... - pour Ves. C'était trois fois rien mais Noah avait misé sur la symbolique. C'était une clé, une vieille clé. Bien sûr qu'il existait encore des clés, et heureusement d'ailleurs. Il s'agissait bien évidemment des clés de la maison de Noah. Il voulait qu'elle emménage avec lui. Pourquoi pas après tout ? Pourquoi prendre son temps ? N'étaient-ils pas sûrs l'un l'autre de ce qu'ils ressentaient, de ce qu'ils voulaient, de ce qu'ils souhaitent ?

- Viens habiter ici, Ves. Emménage avec moi. Ça te dit ?


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Mar 28 Fév - 4:04

Pour être spéciale, cette journée l’était. C’était bien évidemment d’autant plus rare qu’ils devaient être les seuls – ou presque – à fêter la Saint-Valentin de cette façon. Voire à la fêter tout court, en fait. C’est que pas grand-monde avait la tête à faire la fête depuis le début de tout ça. Mais tant pis pour eux. Si Vesper gardait à l’esprit que la situation était malgré tout toujours aussi chaotique, c’était son cœur qui avait envie de faire la fête et le moins que l’on puisse dire, c’est que toutes les petites attentions de Noah avaient eu l’effet escompté, ça faisait un bail qu’elle ne s’était plus sentie aussi bien. Tout ça pour dire que tout était parfait. Jusqu’à cette manie un peu bizarre qu’il avait de la regarder manger. C’était bizarre, oui, mais adorable aussi. Ça l’ennuyait juste qu’il ne mange pas lui aussi et elle avait tendance à toujours avoir envie de lui tendre sa fourchette parce que Vesper était comme ça, elle aimait bien partager. Ça la rassura de le voir se pencher sur son assiette pour picorer dedans, soit dit en passant. Puis pour ce qui était de sa question, Noah répondit tout d’abord par l’un de ses fameux sourires dévastateurs agrémenté d’un clin d’œil et la blondinette en conclut que ça ne devait pas l’ennuyer qu’elle squatte son lit une nuit de plus.

Mais il semblerait qu’il n’en ait pas fini avec ses petites attentions toutes plus touchantes les unes que les autres, puisqu’il lui annonça qu’il voulait lui offrir quelque chose. En rapport avec le fait qu’elle loge là, si elle avait bien compris. Vesper comprit rapidement où il voulait en venir, cette fois, et quand bien même ça n’aurait pas été le cas, la taille du paquet cadeau ne laissait pas vraiment place au doute. Et bien sûr, elle n’arrivait pas à croire qu’ils en soient déjà à ce stade de leur relation amoureuse. En temps normal et avec quelqu’un d’autre, aussi romantique soit-elle, elle aurait sans doute pensé qu’ils allaient beaucoup trop vite, que toute cette précipitation ne pouvait mener à rien de bon mais depuis le début de l’épidémie, sa façon de penser à sujet avait quelque peu changé. Puisque plus rien ne pouvait les assurer de vivre une très longue vie, mieux valait ne surtout pas perdre de temps et elle se rappelait bien – il faut dire que ça l’avait littéralement scotchée quand il le lui avait dit – que Noah avait dit être du même avis. Et puis c’était Noah, pas un type rencontré au petit bonheur la chance lors d’une soirée speed-dating ; elle savait qu’ils en arriveraient là de toute façon.

C’est à la barbare qu’elle défit l’emballage et constata donc sans surprise qu’il s’agissait bien de la clef de la maison. Sans surprise peut-être mais avec émotion néanmoins. Emménager avec la personne que l’on aime le plus au monde, c’est toujours un pas de géant dans une relation et elle était super touchée que ça soit Noah qui fasse la démarche – en même temps, elle aurait eu beaucoup de mal à le faire à sa place étant donné que sa maison était bien plus peuplée que la sienne -, ça prouvait qu’il s’impliquait à fond. La jeune femme releva alors des yeux pétillants vers l’amour de sa vie et répondit, faisant mine d’hésiter un peu pour que ça soit plus drôle :

    « Je sais pas trop, faudrait que j’y réfléchisse… Je te dis ça dans deux semaines, d’accord ? »


Hé oui, c’était devenu une private joke entre eux, maintenant. Puis elle sourit d’une oreille à l’autre, repoussa son assiette sur la table pour ne pas la renverser au passage – elle se connaissait bien – et se leva pour lui sauter au cou, enroulant ses jambes autour de sa taille, se retrouvant ainsi à sa hauteur.

    « Je déconne, bien sûr que ça me dit ! Mais tu crois pas qu’on va trop vite, hein ? »


Question pour la forme, si c’était Noah qui lui proposait, c’est qu’il y avait pensé, qu’il en avait envie. Quel pourcentage y avait-il pour que l’un ou l’autre regrette leur décision ? Aucune idée mais il ne devait pas être élevé. Elle connaissait son mauvais caractère aussi bien qu’il connaissait le sien, pas de surprise de ce côté-là. Ni ailleurs, c’était l’avantage de finir en couple avec son meilleur ami. Ah par contre, il y avait peut-être bien un hic, mais minime.

    « Et ta colocataire, elle est d’accord avec ça, elle ? »


Puisque c’était aussi chez elle, il fallait bien prendre son avis en compte.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Mar 28 Fév - 13:31



I tell myself that i was waiting for a sign


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- Je sais pas trop, faudrait que j’y réfléchisse… Je te dis ça dans deux semaines, d’accord ?

Sacrée Vesper ! Cela le faisait fondre quand elle prenait son petit air moqueur. Il avait su tout de suite qu'elle plaisantait et il lui sourit plus intensément. Et alors que Noah finissait une bouchée, Ves se leva de table et vient se mettre sur lui, enroulant ses jambes, se retrouvant à sa hauteur.

- Je déconne, bien sûr que ça me dit ! Mais tu crois pas qu’on va trop vite, hein ?

Vite ? Vite ? Oh mais si ils allaient trop vite mais Noah s'en foutait. Ils se connaissaient depuis plus de quinze ans, ils savaient tout l'un de l'autre, pourquoi attendre ? Pourquoi ? Noah lui sourit, l'embrassa et l'enlaça fort. Il l'aimait. Elle l'aimait. Ils s'aimaient. Dans le monde dans lequel ils vivaient désormais, il n'y avait plus de question à se poser, de temps à attendre. Ce ne sera peut-être pas parfait mais ils seront ensemble dans cette imperfection.

- Et alors ? On va peut-être vite mais on va vite ensemble, c'est ce qui compte, ma chérie.

Après un petit baiser, Vesper sembla en pleine réflexion et reprit alors la parole.

- Et ta colocataire, elle est d’accord avec ça, elle ?

Kaï ? Il est vrai qu'il avait déjà mentionné Vesper lors d'une discussion autour d'un repas il y a deux jours. Seulement, il n'avait pas parlé d'un emménagement proche. La connaissant, Noah se dit qu'elle n'y verrait aucun inconvénient mais il était quand même bien qu'il lui en parle. C'était la moindre des choses même si à la base, la maison était celle de Noah. Nous ne sommes plus à l'époque des propriétaires et des locataires.

- Faut que je lui en parle mais il n'y a pas de raison. Elle est sympa en plus, je suis sûr que vous allez bien vous entendre.

Noah planta une nouvelle fois sa fourchette dans l'assiette de Ves. Il enroula ses pâtes autour et les porta à la bouche. Un long spaghetti semblait enfui sous le reste de pâtes. Il aspira alors, mangeant le spaghetti au fur et à mesure. Il ne remarqua pas de suite que Ves était en train de faire la même chose de son côté. Leurs visages se rapprochèrent l'un de l'autre. Ils avaient le même spaghetti. Ils finirent par une nouvelle fois s'embrasser avec plus d'ardeur cette fois. Mon Dieu, qu'elle était belle. Noah l'embrassait langoureusement, glissant une main sous la table pour trouver la sienne. La passion, le désir, l'envie, l'amour, la joie, tous ces sentiments et sensations l'envahirent. Il la désirait, encore et encore. Il se retenait, ils n'allaient pas faire que ça de la journée. Il sourit contre ses lèvres, glissant un doux Je t'aime tellement, Ves. Oh et puis après tout, ils font bien ce qu'ils veulent et elle ne dirait pas non, enfin il l'espérait, bien qu'il ne lui laisse guère le choix pour le coup. Il la saisit par la taille, tapotant sur ses fesses, monta les marches quatre à quatre. Arrivé dans la chambre, il la jeta sur le lit, ferma la porte et ne mit que trois secondes à retirer ses affaires. Nu devant le lit, les yeux rivés sur sa belle, il riait et rougissait à moitié.

- J'ai envie de toi.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Ven 3 Mar - 23:58

Ah bon, si l’essentiel c’était qu’ils aillent vite ensemble, alors dans ce cas, elle n’avait rien à redire car il était clair qu’il avait raison. Puis au bout de dix-sept ans, pouvait-on quand même dire que ça allait vite ? En voilà une question intéressante. A laquelle elle n’avait pas de réponse et donc tant pis. De toute façon, Noah n’avait pas encore parlé de cet emménagement avec sa colocataire, ce qui n’étonna pas Vesper plus que ça et la fit même sourire. Il devait être bien pressé de lui faire cette proposition s’il n’avait même pas pris le temps de prévenir Kaï. D’après lui, elle accepterait sans broncher. Et elle voulait bien le croire vu qu’elle ne l’avait entraperçue qu’une seule et unique fois, cette fille. Elle voulait bien le croire aussi quand il disait qu’elles s’entendraient bien. D’ailleurs, c’était bien une chose qui ne lui faisait pas peur puisque la blondinette était de nature plutôt conciliante et détestait les conflits qu’elle évitait autant que faire se peut ce qui fait qu’elle s’entendait avec tout le monde, à quelques exceptions près. Mais bon, se partager une maison à deux, c’est sans doute plus confortable qu’à trois et si jamais elle émettait une quelconque objection, elle ne pourrait pas lui en vouloir. La jeune femme hocha donc la tête, continuant de sourire.

    « On va peut-être quand même attendre d’avoir son avis avant que je ne ramène toutes mes affaires ici, tu crois pas ? »


Toutes ses affaires consistaient en quelques vêtements et pas mal de plantes en pot – déformation professionnelle -, à vrai dire – à Zombieland, on voyage léger si on veut survivre -, mais bon, elle allait fatalement prendre un peu de place quand même. Bref, la blondinette reprit une bouchée et ils se retrouvèrent à faire comme dans La Belle et le Clochard, si ce n’était pas mignon ! A ce stade, tout ce qu’ils faisaient était mignon de toute façon, Vesper était complètement gaga du couple qu’ils formaient. Ce qui suivit, en revanche, tenait un peu moins d’un classique Disney et c’était tant mieux. Aussi ne protesta-t-elle pas lorsque Noah l’embarqua, direction la chambre, ni même quand il la balança sur le lit, bien trop contente pour ne serait-ce que penser à protester. D’ailleurs, elle aurait pu se plaindre de la vitesse à laquelle il s’était dévêtu parce qu’elle aimait bien jouer avec ses vêtements, c’était comme de déballer ses cadeaux le matin de Noël à chaque fois, mais la vue de ce corps en tout point parfait avait le don de lui couper le souffle. Alors elle se contenta de le regarder, fascinée, se passant inconsciemment la langue sur les lèvres tandis qu’il lui disait ces quatre autres mots qui la faisaient frissonner de plaisir.

    « Je vois ça. » répondit-elle le regard étincelant et le sourire aux lèvres.


Puis elle se redressa et, à genoux sur le lit, s’approcha en prenant son temps. Tout d’abord elle posa les mains sur ses bras et les fit descendre jusqu’à ce qu’elles se referment sur ses mains tout en laissant traîner ses lèvres et sa langue sur son abdomen, descendant toujours plus bas. Puis elle s’interrompit et releva les yeux vers les siens avec un sourire espiègle et l’attira sur le lit. Vesper ôta alors son haut et entreprit de lui grimper dessus pour venir lui mordiller le lobe de l’oreille.

    « Tu n’imagines pas le nombre de fois où j’ai pu rêver de ces instants. Parfois, je me dis que je suis toujours en plein rêve. »


Quitte à être honnête, autant l’être jusqu’au bout mais maintenant que c’était dit, elle se disait qu’elle aurait peut-être dû formuler ça autrement… tant pis. De toute façon, c’était vrai. Puis quand elle se rendait compte qu’elle ne rêvait pas, elle se trouvait chanceuse ; Noah étant l’incarnation de l’homme idéal à ses yeux, il ne pouvait en être autrement puisqu’elle n’avait rien de spécial. C’était aussi pourquoi c’était resté un rêve pendant de si longues années, parce qu’il aurait pu choisir n’importe qui d’autre. Enfin, peut-être pas n’importe qui non plus…

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Dim 5 Mar - 20:40



Then she appeared, A love so fine,
My valentine


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- Je vois ça.

La jeune femme ne perdit pas son temps et vient vers Noah. Il fit alors balader sa bouche sur le corps du chef de la sécurité tandis que leurs mains se joignaient. Noah croisa alors son regard espiègle puis fut emporté avec elle sur le lit. Ôtant son haut, la jeune blonde lui grimpa dessus et vint lui mordiller le lobe de l'oreille, ce qui fit sourire le jeune homme.

- Tu n’imagines pas le nombre de fois où j’ai pu rêver de ces instants. Parfois, je me dis que je suis toujours en plein rêve.

Oh si, il l'imaginait. Pendant les deux semaines où elle l'avait fait patienter bien gentiment, il se l'était imaginé d'innombrables fois, au point de renoncer définitivement à ses autres conquêtes, qui ne se comptaient plus que sur les doigts d'une seule main. En dessous de ce corps de rêve, Noah ne pouvait que sourire. Ses mains se baladant sur le dos nu de Ves, il vint les poser sur ses fesses qu'il plaqua contre lui. Ses lèvres atteignirent les siennes et il lui offrit un baiser plus que langoureux et passionné. Ce fut encore des heures intenses et torrides qu'il fit vivre à sa blonde qu'il aimait tant. Après leurs galipettes dont ils prenaient vite l'habitude, ils avaient fini par s'endormir l'un contre l'autre, tendrement.

Il se réveilla quelques heures plus tard et se leva sans réveiller Vesper. Il était déjà le soir, la nuit était sur le point de tomber. Il s'habilla et descendit en bas. Il but de grosses gorgées d'eau. En même temps, vu la journée qu'il venait de passer, ça donnait soif. Ah les premiers mois d'une relation sérieuse. L'explosion des sentiments. Les sens en extase. Bref, Noah avait soif. Et vu l'heure qu'il était, il pouvait une nouvelle fois préparer le repas avant que Vesper ne descende le rejoindre. Mettant de nouvelles orchidées au centre de la table, il fit revenir les pâtes qui restaient d'à midi Bah ouais, c'était pas un restaurant quatre étoiles non plus... Il mit la table comme il se doit. Il plongea alors la main dans sa poche et en ressortir une sorte de petite boîte. À vue d'oeil et à la couleur de cette petite boîte, cela se voyait que Noah avait conservé cette chose depuis bien longtemps, bien avant le début de l'épidémie. Il ouvrit la boîte et regardait, les yeux brillants, l'objet qui s'y trouvait.

- Oui, Noah, tu es prêt. C'est elle. Tu l'aimes. Elle t'aime. Elle te rend heureux. Emma l'avait prédit. C'est sûr, c'est elle. Allez, mon grand, te défile pas.

Il admira encore la bague qu'il contenait dans cette petite boîte. Mais un bruit dans l'escalier la lui fit refermer aussitôt. Il la remit dans sa poche puis se cacha près de la rampe d'escalier. Au moment propice, il bondit derrière elle, la prenant par la taille. Après lui avoir déposé un doux baiser sur la temps, il dansa avec elle sur le rythme de la chanson qu'il chantait.

- I stand at your gate and the song that I sing is of moonlight
I stand and I wait for the touch of your hand in the June night
The roses are sighing a Moonlight Serenade.

The stars are aglow and tonight how their light sets me dreaming.
My love, do you know that your eyes are like stars brightly beaming?
I bring you and I sing you a Moonlight Serenade

Let us stray till break of day in love's valley of dreams.
Just you and I, a summer sky, a heavenly breeze kissin' the trees.

So don't let me wait, come to me tenderly in the June night.
I stand at your gate and I sing you a song in the moonlight
A love song, my darling, a Moonlight Serenade...


Moonlight Serenade:
 

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Ven 10 Mar - 23:19

C’était tellement intense à chaque fois entre Vesper et Noah qu’ils finissaient presque toujours par s’endormir dans les bras l’un de l’autre. Même en plein après-midi comme c’était le cas en l’occurrence. Peut-être qu’elle aurait dû en éprouver un quelconque embarras, quand d’autres bossaient pour leur survie à tous, mais ce n’était pas le cas. D’abord parce qu’elle contribuait quand même à tout ça et ensuite parce que, lorsqu’elle se retrouvait sur Noah, ventre à ventre, leur peau collée l’une à l’autre, il n’y avait rien d’autre qui comptait, et surtout pas le temps qui passait au-dehors. C’était peut-être un brin égoïste, mais c’était la vérité. D’ailleurs, il n’y avait pas que dans ces moments-là que tout disparaissait autour d’eux, il en allait ainsi depuis qu’ils s’étaient retrouvés. Tout ça pour dire que c’est donc ainsi que la blondinette se réveilla une fois de plus. Il faisait à présent bien plus sombre que lorsqu’ils étaient montés, ce qui indiquait qu’ils avaient passé la majorité de la journée au lit et ça la fit sourire. Une fois de plus, Noah n’avait pas attendu qu’elle se réveille pour descendre, elle n’avait donc plus qu’à l’imiter ; cette fois, elle hésita néanmoins à se rhabiller totalement. Est-ce que ça en valait seulement la peine ? Elle décida que non et enfila seulement son t-shirt ainsi que son shorty histoire d’être quand même un peu décente au cas où la colocataire refaisait surface pour dieu sait quelle raison. Puis elle descendit.

Bien sûr, la jeune femme n’avait pas remarqué qu’il l’attendait au pied de l’escalier et elle ne put réprimer un sursaut lorsqu’il surgit derrière elle sans crier gare en la prenant dans ses bras. Décidément, il semblait avoir une adoration toute particulière pour lui fiche la frousse et il serait inutile de nier que ça marchait à chaque fois. Mais pouvait-elle lui en vouloir quand il l’embrassait ainsi sur la tempe ? Ou encore quand il la faisait danser tout en chantant pour elle ? Parce que c’est bien ce qui se produisit ensuite. La réponse était : bien sûr que non ! Pire encore, elle ne cessait de sourire bêtement en suivant le rythme. Il faut dire qu’il faisait fort, très fort, en lui chantant du Sinatra. Sinatra, c’était le top du top de la classe, personne ne rivalisait à l’exception de Dean Martin, peut-être, alors il était évident qu’elle ne pouvait que fondre. Et le regarder avec adoration tout en attendant sagement qu’il termine. Et même qu’à la fin, elle aurait tout à fait pu scander « une autre, une autre, une autre !! » comme on le faisait autrefois dans les concerts mais elle se retint. Au lieu de ça, elle se haussa sur la pointe des pieds et vint lui murmurer à l’oreille :

    « Tu sais que si tu continues à chanter du Sinatra, il y a de fortes chances pour que je ne te laisse plus jamais quitter la chambre. Tu finirais par te lasser. »


La vérité c’est qu’elle était surprise qu’il ne se soit pas déjà lassé, pour tout dire, mais elle n’allait certainement pas s’en plaindre et prierait pour qu’il ne se lasse jamais. Du moins tant qu’elle ne se lasserait pas. Bref, vous avez saisi l’idée. En humant l’air, elle s’aperçut que ça sentait encore une fois divinement bon et qu’elle avait de nouveau faim. Rien d’étonnant à cela, me direz-vous, c’est que le temps passe vite, quand on s’amuse. Se détachant du corps de Noah, la blondinette sautilla gaiement jusqu’à la cuisine pour voir que la table avait déjà été dressée mais elle passa à côté en ne prenant que son verre pour le remplir d’eau qu’elle but d’une traite. Après quoi elle adressa un clin d’œil à la personne qu’elle aimait le plus au monde.

    « Dis-moi, t’as l’intention de manger avec moi, cette fois, hein ? Pas que je n’aime pas te voir me regarder manger mais c’est quand même un peu bizarre. Si tu veux, je suis même d’accord pour faire la vaisselle ensuite. »


Et pourtant, elle détestait ça, faire la vaisselle. Mais il n’y avait plus trop le choix, les lave-vaisselle étant prohibés à cause de l’énergie et de l’eau qu’ils consommaient. Ce dont Vesper ne se plaignait même pas, leurs conditions de vie à Astoria étant bien plus sympathiques que celles qu’elle avait connues dehors.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Dim 12 Mar - 16:37



And i will love her for life
And i will never let a day go by


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- Tu sais que si tu continues à chanter du Sinatra, il y a de fortes chances pour que je ne te laisse plus jamais quitter la chambre. Tu finirais par te lasser.

Noah sourit et la couvrait de baisers dans le coup tout en continuant de mouver son corps et le sien au gré de ses fredonnements. Il l'enlaçait et avait pris ses mains avec les siennes sur son ventre. Il prit alors sa main et se retrouva face à elle. Lui faisant une nouvelle fois danser la valse il chantonna alors une autre chanson, voyant dans les yeux de Ves qu'elle en voulait une autre.

- Stay little Valentine, stay
Each day is Valentines day


Il finit par l'embrasser puis la jeune femme alla s'installer à table. Cela sentait bon. Noah était un bon cuisinier. Il pouvait s'en vanter, pour sûr. Il s'installa aussi, en face d'elle et ne faisait ce qu'il savait faire de mieux : la dévorer des yeux. Il s'en mordit même les lèvres. Cette journée était merveilleuse et elle allait se terminer tout comme elle avait commencé. L'un face à l'autre, Vesper lui adressa un clin d'oeil puis lui demanda.

- Dis-moi, t’as l’intention de manger avec moi, cette fois, hein ? Pas que je n’aime pas te voir me regarder manger mais c’est quand même un peu bizarre. Si tu veux, je suis même d’accord pour faire la vaisselle ensuite.

Elle avait raison. Ce midi, il n'avait fait que picorer dans son assiette. Et bien qu'il n'avait pas très faim, il fit un effort. Pour elle. Car l'appétit vient en mangeant dit-on. Et cela faisait bien longtemps que Noah n'avait pas eu d'appétit. Et c'est surtout le fait qu'elle propose de faire la vaisselle après. Non pas que les corvées le saoulaient mais il savait qu'il aurait une belle vue. Cela le fit sourire. Il ne dit mot, s'installa à table et ils mangèrent le repas que le chef de la sécurité avait préparé avant que sa douce et tendre moitié ne descende.

Alors qu'il finissait son assiette ainsi que son verre, il reporta son regard sur la jeune blonde qui partageait désormais sa vie. Plus rien ne comptait. Juste elle et lui. Leur amitié. Leur relation. leur attirance. Leur amour.

- Mon dieu que je t'aime toi.

Il se leva et tout en saisissant le visage de sa bien-aimée, il lui donna un long baiser langoureux et savoureux. Tout contre ses lèvres, il souriait de plus belle, donnant quelques petits baisers passionnés. Il débarrassa ensuite la table et posa la vaisselle dans l'évier. Le moment était venu. Il sentait qu'il fallait que ce soit ce moment. Il empêcha alors la jeune femme de commencer la vaisselle. Il lui prit la main, entrelaça ses doigts aux siens, et l'emmena jusqu'au salon. Ils s'assirent sur le canapé. La jeune femme devait sûrement se demander ce que Noah avait encore prévu. La journée touchait à sa fin. Il devait être 21h00 tout au plus. Noah était souriant, il ne l'avait jamais autant été. Il avait gardé la main de Ves dans sa main et après un énième baiser, il rompit le silence.

- Écoute, Ves, ma chérie, j'ai quelque chose à te dire...

Il marqua une courte pause, prit une profonde inspiration et se lança.

- J'ai bien eu le temps de réfléchir. À ma vie depuis ce bordel. À ma vie depuis que tu es de retour dedans. À toi. À nous désormais. Ces derniers temps ont marqué un renouveau dans ma vie. J'ai de nouveau foi en l'avenir. Avec toi, je peux avancer. Avec toi, je peux vivre. Je voulais que cette journée soit spéciale. Car, Ves, mon amour, tu es spéciale, pour moi. C'est pourquoi je voulais savoir...

Il marqua une seconde pause. Il se leva du canapé, sortit une boîte de sa poche. Il s'agenouilla devant Vesper. Tout sourit, il posa alors THE question.

- Veux-tu m'épouser ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Jeu 16 Mar - 4:23

Thank God, il s’était assis en face d’elle pour manger. Sans trop discuté pour faire honneur au repas qui même réchauffé restait délicieux. Bien sûr, la jeune femme se doutait que sa proposition de faire la vaisselle y était pour quelque chose mais elle préféra ne pas relever ; Noah ne pouvait pas se contenter de picorer dans son assiette même s’il n’avait pas beaucoup d’appétit. Une fois qu’elle eut terminé de se sustenter, ce fut à son tour de l’observer – qu’il sache un peu quel effet ça faisait – tout en faisant tourner un peu d’eau dans le fond de son verre. Ce qui était agréable dans leur relation, c’est qu’ils n’avaient pas besoin de combler inutilement chaque silence comme ç’aurait été le cas avec quelqu’un qu’ils ne connaissaient pas aussi bien. D’autant que Vesper avait toujours eu en horreur les gens qui parlaient pour ne rien dire et force était de constater qu’il y en avait énormément. C’était pour cette raison que la compagnie de son collègue lui était bénéfique bien qu’ils ne parlent pour ainsi dire jamais ; elle avait bien besoin d’un peu de calme après avoir comme si elle essayait réellement de s’intégrer pendant une bonne partie de la journée. Bien sûr, c’était différent en ce qui concernait Noah : elle adorait l’écouter parler tout comme elle pouvait se contenter uniquement de sa présence, l’un comme l’autre, ça lui convenait.

Alors, évidemment, lorsqu’il brisa le silence pour lui l’aimait très fort, elle n’en fut pas mécontente et lui répondit qu’elle aussi, avec un petit sourire timide en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille. Noah qui avait fait comme si tout cela lui passait bien au-dessus de la tête durant des années et des années n’avait visiblement aucun mal à exprimer ses sentiments envers elle mais il en allait différemment pour Vesper. Ne serait-ce qu’un peu, car, peut-être pas pour la première fois mais elle ne se rappelait pas avoir jamais été aussi sincère auparavant et ça lui faisait un peu bizarre. Mais ça aussi, elle s’y habituerait. De toute façon, il n’avait pas besoin qu’elle le répète continuellement pour le savoir. La preuve, il se leva et l’embrassa et elle n’eut pas besoin de se faire prier pour y répondre. Le voyant ensuite rassembler la vaisselle sale pour la faire migrer vers l’évier, la blondinette poussa un léger soupir. Puisqu’elle l’avait dit, il n’était pas question qu’elle se défile maintenant, aussi prit-elle son courage à deux mains, se leva-t-elle et glissa-t-elle lentement vers ledit évier. Mais Noah interrompit son mouvement pour la conduire au salon. Ils adoraient faire ça, semblait-il, passer de la cuisine au salon et du salon à la cuisine, peu importe la raison.

Cela dit, puisque ça repoussait sa corvée, Vesper ne s’en plaignit pas et s’installa confortablement sur le canapé comme elle avait l’habitude de le faire, en repliant ses jambes sous elle. Pour tout dire, elle se demandait bien ce que Noah avait encore prévu. Il pouvait y mettre autant de bonne volonté qu’il le souhaitait, il ne pouvait pas non plus faire de miracle donc oui, la question se posait. Mais puisqu’il souriait en lui tenant la main, alors elle sourit aussi. Puis il se lança.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que Vesper en avait connu des discours de ce genre. Elle avait été la prunelle de leurs yeux à tous - du moins, c’est ce qu’ils avaient prétendu et elle n’avait aucune raison d’en douter -, comptait tellement pour eux qu’ils ne pouvaient imaginer leur vie sans elle et ainsi de suite. Puis elle les avait vus tour à tour s’agenouiller devant elle pour lui demander si elle souhaitait passer le reste de sa vie avec eux en lui offrant une jolie bague clinquante. Elle avait dû en retourner deux avec un léger pincement au cœur. La jeune femme avait beau ne pas être vénale pour un sou et avoir été assez à l’aise financièrement pour pouvoir s’offrir plus ou moins ce qu’elle désirait, ça faisait toujours un peu mal de se séparer d’un beau bijou. Surtout lorsqu’il était aussi significatif qu’une bague de fiançailles, mais puisqu’elle était bonne joueuse…

Tout ça pour dire – et je comprendrais que vous trouviez que ça devient quelque peu redondant – que cette fois, c’était différent. Elle ne faisait pas seulement semblant d’être émue parce que c’était de circonstance, que c’était ce qu’on attendait d’elle dans une situation telle que celle-ci. Non, cette fois c’était vrai. Sans doute parce que ça faisait partie de ses projets d’avenir depuis qu’elle était toute gosse et que tout un tas d’obstacles s’était dressé en travers de son chemin au point qu’elle avait douté que ce jour arrive. Plaquant la paume de la main contre sa bouche pour ne pas gasper comme une fan des One Direction, Vesper se retint tout juste de sauter au cou de Noah et jetant un œil expert à la bague qu’il lui présentait.

    « C’est dingue, où est-ce que tu as trouvé ça en si peu de temps ? »


Est-ce que ça changerait quelque chose s’il lui disait qu’il l’avait arraché au cadavre pas encore tout à fait refroidi d'une parfaite inconnue et qu’il l’avait fourrée dans une jolie petite boîte ramenée par dieu sait qui ? Nooon, bien sûr que non, c’était sa bague à présent. Et d’ailleurs, la blondinette s’aperçut alors qu’elle n’avait pas vraiment répondu à la question alors elle releva les yeux vers son visage et ne résista pas à la tentation plus longtemps et jeta les bras autour de son cou.

    « Bien sûr que je le veux, j’attends ce jour depuis si longtemps ! »


Même si, pour être honnête, elle ne se l’était jamais représenté ainsi. Elle avait souvent imaginé que ses parents, ainsi que ceux de Noah et sa sœur seraient là, puis qu’ils feraient la fête et c’est avec un brin de nostalgie qu’elle se fit la réflexion mais elle ne la partagea cependant pas avec celui qui était dorénavant son fiancé pour ne pas gâcher l’instant.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   Jeu 16 Mar - 23:36



Without remembering the reasons why
She makes me certain that i can fly


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Vesper semblait surprise. Mais dans le bon sens. Elle devait en avoir eu des demandes en mariage. Après tout, elle avait failli se marier trois fois. Mais cette fois ci, c'était la bonne. Du moins, lui l'espérait. Et les secondes lui paraissaient des minutes tout comme les minutes lui paraissaient des heures avant qu'elle ne se décide à ôter la main de sa bouche et rompre ce silence insupportable.

- C’est dingue, où est-ce que tu as trouvé ça en si peu de temps ?

Pour le coup, Noah ne s'attendait pas à une réponse amenant à une question. Seulement, il ne se vexa pas et s'en amusa. Il lui sourit et lui répondit tout de même.

- C'était la bague de fiançailles de ma mère.

Il lui souriait jusqu'aux oreilles mais était stressé. Elle n'avait toujours pas répondu à la question. Elle sembla alors se rendre compte elle aussi de ce léger oubli. Ves sauta au cou de son homme et répondit enfin à la question la plus important que Noah ait posé dans sa vie.

- Bien sûr que je le veux, j’attends ce jour depuis si longtemps !

Il est vrai que ces deux-là se connaissaient depuis plus de quinze ans. Ils savaient tous les deux que dès leurs premiers regards, ils étaient tombés amoureux l'un de l'autre. Seulement, le train de vie de chacun a fait qu'ils ont renoncé inconsciemment à s'aimer et se sont liés d'amitié. Seulement, le destin, tout en prenant son temps, a fait en sorte de les rapprocher et de les faire s'unir. Noah restait Noah Marshall. Ves restait Vesper Vane. Deux meilleurs amis se dévoilant enfin l'amour qu'il porte l'un pour l'autre. Et Noah avait voulu que cette première Saint-Valentin soit un événement. Car même si le monde s'écroule à chaque jour que Dieu fait, il n'empêche pas aux gens et habitants d'Astoria de se forger et de continuer à vivre. Noah prit alors Ves dans ses bras, l'embrassa et lui fit un clin d'oeil. Clin d'oeil plus que significatif puisque les deux amoureux, désormais fiancés, filaient déjà à toute vitesse dans la chambre. Ils allaient dormir oui, après cette journée pleine de bonnes choses. Seulement, il fallait bien fêter leurs fiançailles. Et à chaque nuit qu'ils passaient ensemble, de nouvelles choses étaient ressentis par Noah. Il ne se lassait pas de Ves. Leurs étreintes et leurs ébats étaient d'une intensité. Il adorait ça et elle semblait adorer aussi. Et ce fut ainsi, entre repas préparés avec amour, cadeaux offerts avec plaisir, chansons et danses interprétées avec talent ainsi que sexe effectué avec passion, que se terminait cette journée de la Saint-Valentin. Noah avait sorti le grand jeu et Vesper semblait conquise. Se décidant tout de même à dormir, les deux fiancés s'embrassèrent une dernière fois.

- Je t'aime.

- Je t'aime.

Et les deux amants s'endormirent paisiblement, s'envolant dans le monde des rêves où ils se rejoignirent. Ces deux-là s'adoraient, s'aimaient, se désiraient. Leur histoire d'amour était magique.

Histoire éternelle
Qu'on ne croit jamais
De deux inconnus
Qu'un geste imprévu
Rapproche en secret

Et soudain se pose
Sur leur coeur en fête
Un papillon rose
Un rien, pas grand chose
Une fleur offerte

Rien ne se ressemble
Rien n'est plus pareil
Mais comment savoir
La peur envolée
Que l'on s'est trompé

Chanson éternelle
Aux refrains fanés
C'est vrai, c'est étrange
De voir comme on change
Sans même y penser

Tout comme les étoiles
S'éteignent en cachette
L'histoire éternelle
Touche de son aile
La Belle et la Bête

L'histoire éternelle
Touche de son aile
La Belle et la Bête

♥♥♥♥

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: This love of mine, my valentine - for Vesper Vane   

Revenir en haut Aller en bas
 
This love of mine, my valentine - for Vesper Vane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love pub souhaite se lier a Zone Pub [accepté]
» [JOB] We Love Motion recherche un Monteur vidéo
» [Cross] Obscure Love
» Une chanson ayant pour refrain "free love it"
» LOVE ME LIKE YOU DO. depuis le 16 mars 2015.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: