Dig me up from under what is covering the better part of me

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 Dig me up from under what is covering the better part of me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Dig me up from under what is covering the better part of me   Sam 11 Mar - 8:01

Dig me up from under what is covering the better part of me
/ Swan & Raven (flashforward fin avril 2017) /

Raven n’était pas serein. Comme probablement une bonne partie des survivants à Astoria, le jeune homme ne dormait pas sur ses deux oreilles. Il ne craignait pas pour sa vie, non, mais les actions de la rouquine qui dormait dans la chambre voisine. Même dans ses songes, elle parvenait à le hanter, et l’en sortir. Une nuit, il jugerait même avoir aperçu sa silhouette dans l’encadrement de la porte. Quelque chose n’allait pas, et ce quelque chose durait depuis leur arrivée en novembre. Elle ne lui faisait plus autant confiance, et il le ressentait de plus en plus.  Raven continuait de s’inquiéter, et avait largement de quoi. Echo continuait de le tester, de le provoquer en l’évoquant, alors qu’ils n’avaient jamais été vus ensemble. Elle voulait le faire craquer, et était parvenue à plusieurs reprises à provoquer certaines réactions de son côté ; notamment lorsqu’il avait appris qu’elle était entrée en contact avec Swan.  Echo continuait de le menacer, d’évoquer l’éventualité de se débarrasser de lui, et le sujet devenait de plus en plus fréquent depuis qu'Echo était la maîtresse des lieux. Elle cherchait à le briser, à le faire se plier, complètement, entièrement à ses ordres.  Comme pour récupérer cette emprise qu’elle avait eue sur lui depuis qu’il faisait partie du clan, et qui semblait s’être effritée peu à peu, à leur arrivée à Astoria.

« Tu sais qu'un jour, je te demanderais de choisir. Ce sera lui ou ce sera toi, Raven. Et si tu n’as pas les couilles de le faire, je l’abattrais, te forcerais à regarder et tu seras le suivant. » qu'elle lui avait dit, un jour. Ses paroles passaient sans cesse, dans sa tête. Echo patiente mais Raven ne pouvait pas risquer de jouer avec le feu. Il cogitait, ne dormait quasiment plus, recherchant une faille, une manière de se sortir de cet ultimatum.  Fuir ? Parler à Swan ? Il avait tourné le problème dans tous les sens et chaque solution finissait avec de terribles conséquences. Dans sa tête, c’était le bordel, le désespoir mais un plan commençait à se forger dans sa tête, plan auquel il espérait ne pas avoir à mettre en pratique.

Trois jours plus tôt, Echo lui avait dit, au détour d'un repas : « C’est le moment de me rappeler que tu es un bon soldat, et de me prouver une fois de plus que le groupe est plus important que tout le reste » En entendant ses propos, dans sa tête, tout semblait être plus limpide, il allait devoir le faire (ou était-ce le manque de sommeil qui parlait ?)

Ce matin-là,  en descendant dans la cuisine, le jeune homme eut une sale impression, un mauvais pressentiment. La jeune femme semblait plus joviale que d’habitude, ce qui n’était absolument pas rassurant lorsque l’on connaissait un minimum le personnage. Elle l’avait observé, de son air froid, s’était approché de son oreille et avait soufflé : « C’est aujourd’hui, Raven.  T’as jusqu’à la fin de la journée. » Elle lui avait souri. Le militaire, devant ses yeux, coinça son flingue dans son jean, le cœur serré et quitta les lieux avec son sac à dos en soufflant un simple : « Entendu. A ce soir. » Elle n’avait rien ajouté, et Raven pria pour que ce soit suffisant. Même à travers la fenêtre, il pouvait sentir le regard de la rouquine sur lui. Une clope aux lèvres, Raven parti faire un tour, pour trouver le courage de se rendre chez Swan. Pour l’avoir observé de loin, le jeune homme savait qu’il avait une chiée de colocataires dont Misia, et priait pour ne croiser que son jumeau. Cela risquerait de compliquer le moment alors qu’il appréhendait le simple fait de revoir celui qui le détestait probablement. Trois ans et des poussières sans se parler, et aujourd’hui serait la dernière occasion qu’ils auront d’échanger. A cette pensée, une boule de se forma dans sa gorge.

Devant la porte, il écrasa sa clope, prit une profonde inspiration, lâcha un juron, en tapant sur le bois. Ses mains enfoncées dans ses poches, il s’impatientait devant l’entrée, jusqu’à ce que la porte finisse enfin par s’ouvrir et dévoiler devant ses iris claires, sa copie confirme. « Little bro’. » Son manque de civilité, et sa franchise légendaire le pousse à souffler aussitôt pour briser la glace : « Ecoute, on a pas le temps de se la jouer retrouvailles entre frères qui se détestent, si j’viens aujourd’hui, c’parce que c’est important, et on a pas énormément de temps.  Ou tu peux m'mettre une droite et m'refermer la porte à la gueule mais ce serait dommage... Et j’ai apporté du whisky – ouais, okay c’est 11H du mat’, mais t’inquiètes, t’en auras besoin. J’peux entrer ? » Balançait-il, en paraissant tout particulièrement détendu alors qu’il n’était plus qu’une boule de nerfs.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363

STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Lun 13 Mar - 22:31

Dig me up from under what is covering the worst part of me
But I feel I'm growing older, and the songs that I have sung echo in the distance like the sound of a windmill goin' 'round. I guess I'll always be a soldier of fortune ♫
La voix basse, cajoleuse, Swan terminait de réciter la dernière phrase de l’histoire du livre d’images qu’il tenait dans les mains, avant de laisser ses yeux se perdre un instant dans le vide ; Max avait déjà fermé les siens depuis un moment, mais le papa n’avait pas cessé sa lecture pour autant, sachant que son petit n’aurait pas manqué de le reprendre, tiré du sommeil par cette berceuse inachevée. Refermant le livre, le grand blond se relevait pour aller le ranger sur l’étagère lorsqu’un bruit, des coups frappés à la porte d’entrée, lui firent tendre l’oreille. En quelques enjambées, il était à la fenêtre et, du bout de l’index et du majeur, écartait le rideau de quelques millimètres pour pouvoir jeter un coup d’œil à l’extérieur. Aussitôt, sa colonne vertébrale se raidit dans un frisson et ses dents grincèrent sous la crispation de sa mâchoire. S’écartant, il resta un moment à fixer la fenêtre, indécis malgré le fait qu’il fût parfaitement au courant des nouvelles lois qui régissaient l’Astoria d’Echo, et de ce qui l’attendait s’il osait s’y dérober. Alors, résolu, il tourna finalement les talons pour descendre mais, une fois dans le hall, devant la porte d’entrée, il s’immobilisa de nouveau, fixant cette dernière avec un air de truite qui vient de trouver une paire de gants. Et puis, soudain, sa main était sur la poignée, la porte s’ouvrait aurait-il semblé d’elle-même et, pour la première fois en plus de trois ans, Swan se retrouva face à face avec son jumeau. Le temps sembla se suspendre, de même que les battements de son cœur, pour subitement reprendre avec une force et une accélération qui lui donna presque le tournis au son de la voix de son frère. Swan en écouta la mélodie, inchangée malgré les années, plus que ses paroles. Il en comprenait le sens sans même avoir à les imprimer. C’était l’évidence même : après des semaines à s’éviter, et un nouveau coup de couteau dans le dos lorsque les infiltrés d’Echo s’étaient révélés, avec Raven dans leurs rangs, ce dernier voulait lui parler. La main de Swan se crispa sur le cadre de la porte qu’il lui voyait déjà lui claquer au nez ; pourtant, il  n’en fit rien. Car quelque chose au fond de lui lui soufflait la réalité : s’il avait ouvert la porte, ce n’était pas seulement parce que cet homme avait les pleins pouvoirs de le lui imposer.

Alors, sans un mot, Swan s’écarta pour laisser le passage à son frère. Il attendit qu’il fût entré, puis referma la porte derrière lui et, lentement, sans un mot, s’adossa au mur en croisant les bras, les pupilles froidement braquées sur son double. Le grand blond numéro deux (puisque, comme Raven ne s’était jamais, dans le temps, privé de le lui railler à moult reprises, il était né en second) resta ainsi, durant de longues secondes, avant de se décider à briser le pesant silence :
« J’espère que t’es pas venu pour des excuses parce que si tu crois que j’en ai quelque chose à carrer, c’est que décidément tu me connais mal, très mal. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.


Dernière édition par Swan Jacobs le Ven 17 Mar - 4:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan http://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Mar 14 Mar - 8:41

Dig me up from under what is covering the better part of me
/ Swan & Raven (flashforward fin avril 2017) /

Avant d’arriver chez Swan, le blond était parti faire un tour, sans doute pour trouver le courage, pour se mettre les bonnes idées en place. Il ne pouvait pas débarquer comme ça, sans préparation. Et puis, quelque part, il avait ressenti le besoin de s’isoler, de faire, une dernière fois le point. Comme pour se donner le courage. Il sait que c’était la bonne chose à faire, celle qui était juste. Ça ne la rendait pas plus facile pour autant. Jamais il s’était imaginé se retrouver dans une pareille situation. C’est presque surréaliste quand on y pensait… mais comme d’habitude, Raven impose ce qu’il souhaite t ne laisse pas grande place pour un éventuel autre choix. Ça a toujours été comme ça, et ça ne changera probablement pas. Dans sa tête, c’est le bordel, il a un trop plein de pensées, lui qui est ce type qui ne se prend pas au sérieux et qui passe son temps à dire des conneries, réalisait que lorsqu’il aura franchi la porte (car oui, il le fera par tous les moyens), plus rien ne sera comme avant, il n’y aura aucun retour en arrière possible. Il y pense, et dans sa gorge une boule se formait, devenait presque palpable. Lorsqu’il se senti prêt (ou plus ou moins, comme si l’on pouvait réellement l’être pour une chose pareille), le jeune homme reprit sa route et tapa à la porte. L’attente lui semblait durer des plombes. Dans dix secondes, Raven allait commencer à faire les cents pas mais fût heureusement arrêté par la porte qui s’ouvrait. Derrière son air assuré, se cachait un million de doutes qu’il se plaisait, comme bien souvent, à cacher. Il craignait qu’il lui referme la porte, il craignait ses propos ou même son silence. Ça ne le laissait pas indifférent de le retrouver, contrairement à ce qu’il tentait de se convaincre. Il est nerveux, et le dévisage avec insistance.

Lorsqu’en guise de réponse, Swan s’écartait, Raven prit son geste pour une invitation et ne tardait pas à entrer dans la maison. Son regard se posait tout autour de lui avant de finalement retrouver les iris familières de son frère. Adossé au mur, il prit pour la première fois la parole. Raven arquait un sourcil. « Sérieusement, des excuses ? J’suis pas venu pour te supplier d’arrêter de me bouder, mec. » Il ricanait, en levant les yeux au ciel. Non, il avait quand même précisé que c’était important, right ? Faisant clairement comme chez lui, et bien rassuré de n’entendre aucun autre signe de vie dans la maison, il se posa sur une chaise et sorti la bouteille de whisky. Il en bu une gorgée directement depuis le goulot avant de reprendre la parole : « Comment t’dire ça… tu te souviens de Cora ? Une rouquine, un peu psychopathe qui est le nouveau Hitler sur le camp ? Bah disons qu’elle déconne pas dans son genre, et que ce matin elle m’a fait savoir que si je te zigouillais pas, elle s’en chargerait. » Commençait-il par lancer, avant de désigner une place assise. « Tu ferais mieux de t’asseoir, j’crois. »


Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363

STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Ven 17 Mar - 4:22

Dig me up from under what is covering the worst part of me
But I feel I'm growing older, and the songs that I have sung echo in the distance like the sound of a windmill goin' 'round. I guess I'll always be a soldier of fortune ♫
Le sourcil de Raven ne s’était pas sitôt haussé que Swan devina la réponse avant même que son jumeau ne la lui donnât et, dans une synchro quasi parfaite, il roula lui-même des yeux, désabusé au son du ricanement qui lui chatouillait désagréablement les oreilles. Évidemment que Raven n’était pas venu lui présenter des excuses. Et évidemment que Swan n’y avait pas cru une seconde. À croire qu’ils se connaissaient encore trop bien… Ou peut-être tout le contraire, justement.

Swan resta un moment planté sur sa position, suivant du regard son frère qui s’avançait comme un patron dans le couloir en direction du salon. Pinçant les lèvres, le grand blond flirta un instant avec l’idée de lui laisser le temps de comprendre qu’il n’était pas le bienvenue au-delà du hall d’entrée en ne bougeant pas d’un pouce mais, roulant à nouveau des yeux dans un soupir résigné, il finit par se redresser, emboîtant le pas à l’ombre de son jumeau qu’il retrouva posé au calme sur une chaise, et à la main une bouteille de whisky dont l’odeur, malgré la distance, ne tarda pas à venir titiller les narines et papilles de Swan. D’un pas lent, comme un animal sauvage approchant curieusement un randonneur, ce dernier s’avançait vers Raven en un arc de cercle semi-calculé qui se stoppa soudain net, alors qu’il arrivait face à lui, à la mention du prénom de Cora. Un frisson glacé remonta le long de la colonne vertébrale du second jumeau tandis que, en un flash, défilaient dans son esprit les images de sa rencontre avec la chef des mercenaires. Serrant les poings, il lança un regard assassin au frère qui n’avait rien trouvé de mieux à faire que de se mettre à la solde d’une telle femme, alors qu’il croyait nécessaire de lui rappeler de son humour éternellement pinçant de qui il s’agissait.
« Prend-moi pour un con, en plus, » marmonna Swan, plus pour lui-même.
Il n’aurait de toute façon pas eu l’occasion de rajouter grand-chose, car la chute lui fit l’effet d’une douche glacée. Et il en resta con, Swan, encore plus con que ce dont il avait dû avoir l’air en ouvrant la porte à son frère, quelques minutes plus tôt. Les yeux ronds comme des billes au milieu d’un teint blafard, il fixait droit devant lui, l’esprit vide de tout sauf de l’écho des derniers mots de son frère : tu ferais mieux de t’asseoir, je crois. Ah non, pas ceux-là mais plutôt : si je te zigouille pas, elle s’en chargera. Voilà. L’idée de s’asseoir, Swan n’avait pas besoin qu’on la lui suggère : finalement, ses jambes cédèrent, et il se laissa tomber sur le canapé qui se trouvait bien heureusement juste dans son dos. Le dos courbé, les coudes sur les genoux et les mains ballantes, il resta encore un moment immobile, le regard désaxé de la réalité, avant de, enfin, secouer lentement la tête d’un air incrédule.
« What the fuck… » souffla-t-il en écartant les mains. « What the fuck ?! »
Et soudain, il bondit sur ses pieds, se prenant la tête entre les mains en serrant les dents.
« Tu déconnes, hein ? C’est des conneries ! J’ai rien fait, j’ai absolument rien fait ! J’ai pas moufté, pas une seule fois ! J’fais mon boulot sans rien dire, j’ai jamais cherché la merde alors… Mais MERDE !!! »
Sans s’en rendre compte, Swan s’était mis à faire les cent pas tout en débitant son flot de paroles plus ou moins cohérentes, l’incompréhension faisant ricocher ses pensées confuses en une série de bégaiements décousus. Il s’arrêta, ferma les yeux, et prit une profonde inspiration avant de faire un cent quatre-vingt degrés pour se trouver face à son frère. Lentement, il leva un bras, et le pointa d’un index tremblant.
« Pourquoi t’es là… ? » siffla-t-il. « Pourquoi, Raven ? Qu’est-ce que tu comptes faire ? Me buter, c’est ça ? Le dernier coup de poignard, pour m’achever ?! »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan http://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Ven 17 Mar - 19:43

Dig me up from under what is covering the better part of me
/ Swan & Raven (flashforward fin avril 2017) /

Le jeune homme ne s’excusera probablement jamais. C’était trop tard, c’était dépassé. A quoi bon revenir sur quelque chose qui n’a plus vraiment d’intérêt maintenant ? Il sait que son frère n’en avait rien à faire de ses excuses. Ce n’était que de mots, qu’il pourrait très bien inventer. Il n’avait pas de temps à perdre pour ça. Dans la logique implacable de Raven, ça n’en valait pas la peine. Trois ans s’étaient écoulés et s’il n’y avait pas eu cette foutue situation avec Echo, il aurait respecté le choix qu’avait fait son frère avant tout cette merde, c’est-à-dire : de continuer à faire le mort. Il comprenait, à sa hauteur qu’il puisse lui en vouloir mais ça lui passait au-dessus aujourd’hui qu’il y avait quelque chose de plus important qu’une ancienne trahison.

Le problème, c’est que Raven n’a aucune idée de comment il allait bien pouvoir formuler tout ça. C’est le genre de conversations que personne n’a envie d’avoir dans sa vie. Comment annoncer à son frère que la femme qui avait pris le pouvoir à Astoria faisait une fixette sur eux, et surtout sur Swan qu’elle rêverait de voir mort pour une raison qui lui échappe. Il est certain qu’il y a quelque chose qui se cache derrière, mais Raven ne veut pas écouter un flot de conneries qui n’ont aucun sens. Il sait juste qu’à force d’insister, Echo finirait par prendre les mesures nécessaires s’il ne faisait rien à ce sujet. Pour l’avoir vue à l’œuvre, pour le peu de choses qu’elle faisait sans l’ordonner à Archibald, ce n’était pas beau à voir. Du tout. Il commençait un peu maladroitement, à prendre la parole, lui expliquer la situation. Il sait qu’il y aura une réaction vive, comment rester calme ? Il scrutait les réactions de son frère qui s’était approché.

Sans se démonter, il rentra directement dans le vif du sujet, en conseillant, une dernière fois à son frère de bien vouloir s’asseoir. Ce n’était pas le genre de conversations que l’on avait en restant debout. Raven termina, laissant tout le temps du monde (ou pas vraiment) à son frère de digéré la nouvelle. Forcément, il semblait incrédule, laissant l’étonnement se changer en colère, face à cette injustice. Il se lança dans un monologue pour tenter de trouver une raison rationnelle à ce qu’il lui arrivait alors qu’il n’y en avait tout simplement pas. C’était comme ça. Raven savait bien qu’il n’avait rien fait de mal, qu’il ne méritait pas de se retrouver le cul entre deux chaises… mais contrairement à Swan, cette nouvelle n’est pas une surprise pour Raven qui a eu le temps d’y songer et retourner le problème dans tous les sens pour trouver une solution. Elle ne satisfera pas tout le monde, mais c’était la meilleure chose à faire selon le blond.

Raven s’alluma une clope, attendant que la rage veuille bien s’en aller du corps de son petit frère. Il faisait les cent pas, s’énervait. Raven se demandait quand est-ce qu’il allait lui en mettre une, ou quelque chose comme ça. Lorsqu’il s’adressa à lui, en lui demandant pour quelles raisons était-il là, et s’il comptait le buter, Raven fronça les sourcils. « Si je te voulais mort, tu le serai déjà, t’es con ou quoi. » Il se pinça la lèvre. Bon okay, c’était peut être insensible de sa part. Le jeune homme soupira. Il l’avait son plan, dans sa tête, il avait pensé à tout, jusqu’aux moindres détails, il l’avait même écrit, sur son carnet… mais de le dire à haute voix, c’était une autre chose. Et si ça sonnait stupide ? Et puis de le dire, ça concrétisait les choses. On n’était jamais suffisamment prêt pour une chose pareille. Il prit une autre gorgée de whisky, pour le courage. « Si j’suis là, c’est parce que j’ai un plan. Il va peut-être pas te plaire, j’imagine, j’en sais rien, mais y a pas le choix, y a pas le temps de négocier. » Expliquait Raven, en prenant une autre inspiration. « Tu t’souviens quand t’es allé à mon exam d’anglais à ma place ? Bah tu vas devoir faire pareil, sauf que ce sera pas pour un exam d’anglais, et que tu vas devoir m’imiter jusqu’à… j’sais pas jusqu’à quand. » Dit-il, d’un ton qui se voulait extrêmement calme, paradoxalement à la situation. « En gros, tu vas devoir te faire passer pour moi auprès de tout le monde. »

Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363

STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Sam 25 Mar - 19:32

Dig me up from under what is covering the worst part of me
But I feel I'm growing older, and the songs that I have sung echo in the distance like the sound of a windmill goin' 'round. I guess I'll always be a soldier of fortune ♫
Au moins la réponse était claire, nette et précise : oui, Raven le prenait pour un con mais ça, c’était pas une nouvelle. Swan toisait son frère, mi-anxieux, mi-dégoûté ; plus ça allait, moins il avait l’impression de le reconnaître. Ou du moins, de reconnaître le frère avec lequel il avait grandi. Celui qui s’était fait passer pour lui pour sauter sa femme, celui qui du jour au lendemain s’était dévoilé comme le premier des inconnus, ça en revanche, c’était autre chose.
« Heureux d’apprendre que tu prendrais même pas la peine de dire bonjour avant de me butter si tu le voulais, » siffla-t-il, serrant les poings. « C’est toujours bon à savoir. »
Et voilà que Raven annonçait qu’il avait un plan. Un frisson remonta le long de la colonne vertébrale de Swan, quelque chose qui lui laissait entendre que, comme le précisa d’ailleurs si bien son frère, ça n’allait pas lui plaire et ce, indépendamment du fait que son traitre de double en soit à l’origine. C’était plus profond que ça, instinctif. Le malaise était quasi palpable dans l’air, trop lourd entre eux et, quand Raven cracha enfin le morceau, Swan eut presque l’impression de se prendre une éruption solaire dans la gueule. Gueule qui s’étira d’au moins trois mètres sous le coup tandis que les yeux se faisaient ronds comme des billes, à croire que de piaf, le grand-blond voulait se faire limande.

Il ne sut exactement combien de temps il resta ainsi, le regard dans le vide, à essayer de cogiter les paroles de son frère qui semblaient tournoyer dans son cerveau sans réussir à se coller au moindre petit neurone. Alors, finalement, Swan secoua la tête, complètement interdit, et écarta les bras en déclarant :
« Je pige rien ! »
Sûrement que Raven n’allait pas en être surpris ; Swan était toujours passé pour le ralenti de la famille, encore plus blond que blond. Mais peut-être était-ce plus complexe que ça. Peut-être y avait-il des choses qui étaient tellement douloureuses à comprendre, qu’il était plus facile de se voiler la face et de prétendre qu’elles n’existaient pas. En attendant…
« Qu’est-ce que ça changerait, qu’on échange nos places ? » fulminait Swan. « Ça ferait que compliquer encore plus les choses ! Et puis je sais pas si t’as remarqué mais ça fait un bail qu’on se connait plus, et tes conneries de mercenaires c’est à mille lieues de ce que je sais faire parce que contrairement à toi, j’ai encore des principes, Raven. Et bordel, et mon fils, t’y as pensé ? Il comprendrait que dalle ! Même si on arrivait à leurrer les autres, je peux t’assurer que lui, il la verrait, la différence ! Et il a vraiment pas besoin de ça en ce moment ! »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan http://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Sam 25 Mar - 21:00

Dig me up from under what is covering the better part of me
/ Swan & Raven (flashforward fin avril 2017) /

Un regard interloqué, Raven bloquait sur son petit frère et ses propos alors qu’il lui reprochait presque qu’il serait capable de le tuer sans lui dire bonjour. Raven, qui avait toujours une répartie à revendre, finit par lui souffler : « Hein ? Mais je t’ai dit « little bro », c’est comme dire bonjour, rolalalala. » Répondit-il, en levant les yeux au ciel. En réalité, la conversation était surréaliste car au fond de lui, le jeune homme savait qu’il était incapable de le tuer, et c’était finalement à cause de ça, ou grâce, ça dépendait du point de vue, qu’il se retrouvait ici à ce moment-même. C’était la source première de tous ses problèmes depuis son arrivée à Astoria. Raven pouvait exécuter n’importe qui, il s’en fichait, ne se prenait pas la tête avec ce genre de pensées mais son frère semblait être sa seule exception. Et ça, Echo l’avait bien remarqué. Un obstacle de taille, qui pourrait faire basculer la balance dans le cœur bien assombri du mercenaire.

Le temps pressait, et c’est pour cette raison que Raven ne tournait pas autour du pot durant des plombes. Il était crucial qu’il comprenne ce qu’il attendait de Swan, et de le forcer d’une façon ou d’une autre à appliquer son plan. Il le fallait, il n’avait tout simplement pas le choix, et c’était la seule solution vivable. Alors lorsqu’il lui balançait le début de son plan, il guettait la réaction de son petit frère. Celle-ci se fit longue à arriver. Sous le choc, il se contentait de tirer une tronche de trois kilomètres de long en restant le regard dans le vide. Cet air d’autoroute. Le temps passait, et Raven en profitait pour reprendre une gorgée de whisky. Lorsque Swan.exe se remit en marche, Raven arqua un sourcil. « Ben j’vois ça, t’as bugué sévère là. »

Il n’étaya pas sa pensée, puisque Swan reprit la parole, en remettant son magnifique plan en question. Il l’écoutait fulminer – et réagir comme s’il n’avait pas compris le plan de base. Etait-ce réellement le cas, ou était-il en plein déni ? Il ne saurait dire, mais Raven le laissa lui balancer d’autres reproches dans la volée avant de reprendre la parole, d’une manière étrangement calme : « En effet. T’as pas compris, mec. Si tu continues de chouiner, en te posant les mauvaises questions, ton fils, d’ici la fin de la journée, il aura plus de père, tu comprends ? Et il a vraiment pas besoin de ça en ce moment. » Répétait-il, dans une voix extrêmement exagérée. Il écrasa sa clope, puis poursuivit après avoir mimer d’attraper quelque chose par terre  : « Donc tu prends tes couilles, en fait, là qui sont tombées par terre, et si tu fais exactement tout ce que je te dis, Max et toi aurez la chance de vivre encore un bon moment. Happy ending. »

Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363

STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Jeu 6 Avr - 14:02

Dig me up from under what is covering the worst part of me
But I feel I'm growing older, and the songs that I have sung echo in the distance like the sound of a windmill goin' 'round. I guess I'll always be a soldier of fortune ♫
Il aurait pu continuer encore longtemps comme ça, Swan, à paraphraser qu’il comprenait pas, que ce soit disant plan n’avait aucun sens, que cette conversation allait droit dans le mur — et c’est justement à cause de ce dernier argument qu’il avait fini par s’arrêter : il le savait, il le sentait, qu’il était face à une voie sans issue. Une impasse au bout de laquelle il y avait, dans tous les cas de figure, la mort, la sienne. Pourtant, ce n’était même pas cette perspective qui mettait Swan dans un tel état de nerf, mais belle et bien la pensée de ce qu’il adviendrait de Max, son petit, toute sa vie, s’il se retrouvait sans son père. C’est pour cela que quand Raven reprit la parole, lui balançant avec son tact légendaire toute la connerie dont faisait preuve son frère, en appuyant son raisonnement avec le puissant argument du cas de son neveu, c’est pour cela que Swan se tut, et écouta, attentif comme un chien de chasse à l’arrêt. Les questions qu’on aurait pu se poser dans un autre contexte au sujet de ce que Raven pouvait savoir de Max, n’effleuraient même pas l’esprit de Swan qui était à quasi cent pour cent focalisé sur l’avenir de son enfant qu’évoquait Raven.

Non.
Le front du grand blond se plissa alors que son regard se faisait distant ; ce n’était pas uniquement de l’avenir de Max dont parlait Raven, mais bien de celui de Max et Swan. Ce dernier secoua légèrement la tête puis leva une main pour prendre la parole.
« Attend… »
Lui aussi attendit, le temps de dévisager Raven, quelques secondes tout juste avant de vivement détourner la tête comme s’il s’était pris une décharge par les seules prunelles de son double.
« Je comprends pas, » répéta-t-il en secouant à nouveau la tête. « D’abord tu débarques en me disant que je dois crever, puis que je dois me faire passer pour toi, que tout ça presse, et maintenant tu me parles d’avoir encore du temps, Max et moi ? »
Swan se mit une main sur le cœur ; inconsciemment, il avait pris quelques pas vers son frère auquel il jetait parfois des regards fuyants, n’osant jamais se poser sur lui plus de quelques instants, comme s’il risquait à tout moment que ce contact visuel ne provoque la chute du ciel. Il finit par s’arrêter sur le châssis d’une fenêtre, le fixant sans réellement le voir. Anticipant la réitération des reproches de Raven, Swan leva un index pour l’arrêter.
« Je sais pas si je me pose les bonnes ou les mauvaises questions mais c’est celles que j’me pose, Raven. C’est pas ma faute si t’es tout sauf clair. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan http://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Ven 7 Avr - 16:54

Dig me up from under what is covering the better part of me
/ Swan & Raven (flashforward fin avril 2017) /


Raven était comme Swan, incapable de se la fermer si on lui tendait une perche. Une chance que son cadet soit un peu plus raisonnable, autrement ils en auraient eu pour la nuit. Il est increvable, ce Raven et sa connerie légendaire. Quoi qu’il en soit, ils se retrouvaient dans un bien grand malentendu sur le moment puisque Swan ne semblait pas comprendre le plan de son frère, et Raven tentait de se la jouer un minimum subtil, pour emmener la fatalité de son destin sur le tapis. Sauf qu’entre temps, il avait déjà perdu son cadet qui s’offusquait à chaque phrase. Le mercenaire n’a jamais été connu pour sa grande patience et commençait déjà à s’agacer sur sa chaise, optant pour le whisky qui l’aiderait à trouver les bons mots – ce qui jusqu’à présent, n’était pas le cas. Raven tente de s’expliquer entre deux remarques sarcastiques. L’agent autoroutier secoua à nouveau la tête, en guise d’objection et lui demandait d’attendre. Une fois de plus Raven était certain qu’il n’avait pas compris.

Leurs regards se croisèrent, Raven espérait y lire quelque chose, mais n’en eut pas réellement le temps. Le fuyard détourna les yeux. Le corbeau soupira. Ça n’était pas aussi facile qu’il l’avait imaginé dans sa tête, et ça l’énerve. Il fronce les sourcils, se rallume sa clope qui s’était éteinte, puis écoute les questions de son double qui s’était rapproché. Raven s’apprêtait à répondre, lorsque Swan reprit la parole pour lui reprocher de ne pas être clair. A son tour, il leva l’index, comme si c’était une nouvelle manière de prendre la parole. « Déjà, si tu pouvais me regarder quand j’te parle, tu pigerais peut être mieux, j’sais pas, y a quoi ? J’ai un bouton sur la gueule ou quoi. » Demandait Raven en arquant un sourcil. Il se racla la gorge, savait qu’il cherchait à gagner du temps alors qu’ils n’en avaient pas. « J’ai pas dit que tu devais crever raaah, bon sang, tu m’aides pas. » Il passa une main sur sa barbe, posa sa clope, et le flingue sur la table par la même occasion, celui qu’il cachait depuis le départ. « Tu dois te faire passer pour moi, parce qu’ils croiront que tu seras mort, tu piges ? Mais tu le seras pas, vu que tu te feras passer pour moi. Alors vaut mieux commencer à travailler ton imitation parce que sinon tu vas survivre deux secondes et demi. » Il tira une nouvelle taffe, en dévisageant Swan, puis finit par souffler, avec moins d’assurance. « J’serai plus là pour t’aider. Avant que tu m’demandes où j’serai – bah nulle part, puisque je me ferai passer pour toi. Pas l'choix, c'est ça mon plan. » Voilà, c’était dit. Si ça ne lui faisait pas tilt, Raven ne savait pas ce qu’il pouvait dire de plus. Non, définitivement, Raven pensait que ce serait plus simple. C’est loin de l’être, et l’ours se jette à nouveau sur la bouteille.


Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363

STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Dim 16 Avr - 18:49

Dig me up from under what is covering the worst part of me
But I feel I'm growing older, and the songs that I have sung echo in the distance like the sound of a windmill goin' 'round. I guess I'll always be a soldier of fortune ♫

Encore une fois, Raven retrouvait à dire, si ce n’était sur les questions de Swan, rien que sur son attitude. Poussant un grognement exaspéré, Swan roula des yeux puis, courbant le dos, s’appuya des deux mains sur le rebord de la fenêtre, sa nuque s’arrondissant alors que sa tête s’affaissait entre ses épaules. Les yeux fermés, il inspira profondément, s’apprêtant à encaisser les paroles de son double qui lui reprochait maintenant de ne pas l’aider. Le cadet serra les dents dans un effort de se retenir de répliquer, mais en vain :
« Parce que tu crois que tu m’aides toi, » grinça-t-il sans se retourner à l’intention de son aîné, « avec tes énigmes à la sphinx du pauvre ? »
Il allait soupirer à nouveau, mais un bruit, celui de Raven qui posait son arme sur la table, lui fit redresser la tête, crisper les muscles, et couper momentanément son souffle. Le regard fixé droit devant lui mais la concentration focalisée sur la présence dans son dos, il écouta alors, la tension montant dans sa colonne vertébrale à chaque mot que prononçait son jumeau et, quand ce dernier conclut dans un murmure, Swan put presque goûter sur sa langue le fer du glaive qui semblait s’être abattu sur ses épaules. Aussitôt, il se redressa et fit volte-face, le visage blême, les traits tendus d’angoisse, mais aussi de colère. Ses yeux allèrent plusieurs fois de l’arme qui trônait sur la table à ceux implacables de son frère sur lesquels Swan s’arrêta finalement. La décharge qu’il avait crainte jusqu’alors le secoua enfin, violente, comme un circuit électrique qu’on rallume avec dix fois son voltage, et Swan sentit en lui quelque chose qu’il n’avait plus senti, ou peut-être qu’il avait voulu ignorer, depuis bien longtemps ; quelque chose sur laquelle il était difficile de mettre des mots, quelque chose que seuls les jumeaux pouvaient réellement comprendre. Une connexion, le terme était trop faible mais le plus proche possible de la réalité, et dans cette connexion résidait la terrible réalité à laquelle il ne pouvait plus se dérober.

Swan crut un instant que ses jambes allaient se dérober sous lui mais a contrario, il se redressa de toute sa superbe, gonflé de rage.
« Non ! »
Le grondement fut sourd, à en faire trembler les fondations de la maison, et inflexible. Pourtant, alors que Swan avançait à grandes enjambées vers Raven, sa voix, de rageuse, de faisait de plus en plus fiévreuse de désespoir alors qu’il répétait :
« Non. Non, non, non ! NON ! »
Il ponctua ce dernier d’un coup de poing sur la table, assez puissant pour faire tressauter le flingue, attirant à nouveau l’attention de Swan qui ne réfléchit pas et ni une, ni deux, se jeta dessus avant de bondir en arrière pour le tenir hors de portée de son frère.
« T’es complètement malade ?! Ou trop bourré ?! » postillonna-t-il, hors de lui. « T’en as d’autres des idées à la con comme ça, Raven ?! » Du pistolet, il désigna la bouteille à la main de son double. « Arrête de boire, putain ! Arrête !!! »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan http://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Dim 16 Avr - 20:54

Dig me up from under what is covering the better part of me
/ Swan & Raven (flashforward fin avril 2017) /

Le temps passait, et Raven s’agaçait de pas parvenir à exécuter son plan. Il était pressé. Pas qu’il souhaitait mourir le plus tôt possible, mais il aimerait s’assurer que tout soit bon avant d’avoir à rejoindre cette jolie faucheuse qui l’attendait depuis un certain temps. Il n’a pas envie de se dire que tout ça n’aurait servi à rien, car autant dire qu’il aurait préféré ne pas avoir à exécuter un pareil stratagème. Il n’avait pas le choix. Raven ne se voyait pas vivre avec la mort de son frère sur la conscience. C’était la seule chose qui l’importait un minimum dans cette vie. Il aimait la vie, ou pensait le faire. Il n’a jamais réellement aimé qui que ce soit, mis à part ce dernier. Dans son cœur, il y a un vide, qu’il comble à travers l’alcool, la violence et les conneries qu’il débite. C’est superficiel comme moteur, mais jusqu’à présent c’est ce qui lui a permis d’avancer. S’il a tenu bon dans ce monde merdique, c’est parce qu’il s’était toujours dit qu’il n’avait rien à perdre contrairement à certains, qu’il n’était pas faible, n’avait pas de talons d’Achile. S’ils ne s’étaient pas installés à Astoria, tout aurait été différent.

Il ne répliqua pas aux reproches de son cadet, se contentant de poser l’arme sur la table, histoire d’imposer son plan davantage, de le concrétiser avec l’arme du « crime ». Sans doute cherchait-il à capter l’attention du boudeur, et expliqua sans détour son fameux plan. Peut-être qu’il finira par se retourner ?  Raven attendait patiemment qu’il daigne l’observer. L’attention du cadet se posait sur l’arme, puis lui. Le silence était lourd et les pupilles claires ne se détachaient pas de celles de son double qui blêmissait. Il allait balancer quelque chose lorsque Swan sorti de sa torpeur pour se mettre à gueuler et taper du poing sur la table.

Il avait compris. Swan récupéra l’arme. Il évita difficilement quelques postillons et encaissait une fois de plus les reproches, en serrant les poings. Il n’a jamais été patient, plus du genre à foncer et voir ce qu’il se passait ensuite. Là, son plan, il l’a mijoté àux petits champignons depuis un bon moment et il était hors de question que son frère s’y oppose. Il n’y avait plus de temps de penser à autre chose. Raven reposa la bouteille, en prenant une inspiration. Il se leva. « Tu peux rien faire pour m’empêcher d’exécuter le plan. Alors le plus tôt on s’met d’accord, le mieux ce sera. » Dit-il avec diplomatie, ce qui ne lui ressemblait pas des masses. D’ailleurs il finit par lever les yeux au ciel. « ça fait longtemps que je suis déjà mort, pour toi, fais pas le mec énervé, tu te dis que je le mérite sûrement de toute façon. Tu veux quoi ? Que je te rappelle toutes les merdes que j’ai fait pour te motiver ?  A ta place, j'hésiterai pas, c'est la seule solution. » menti Raven en levant les bras, l'air de montrer que ce qu'il avançait était évident.

Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363

STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Dim 23 Avr - 13:54

Dig me up from under what is covering the worst part of me
But I feel I'm growing older, and the songs that I have sung echo in the distance like the sound of a windmill goin' 'round. I guess I'll always be a soldier of fortune ♫
Swan agitait le pistolet sans pleine conscience de ce qu’il était en train de faire ; il avait saisi l’arme par réflexe, sûrement une manœuvre inconsciente pour la tenir hors de portée de son frère mais maintenant que ce dernier se levait, amenuisant l’écart entre eux, le métal semblait soudain chauffer dans la main de Swan qui se mit à trembler d’appréhension, comme s’il craignait que la balle fatidique ne parte toute seule. Car il avait bel et bien compris, désormais, où son jumeau voulait en venir — cela ne voulait pas dire qu’il l’acceptait. En effet, alors que Raven reprenait la parole, sévèrement déterminé, Swan se remit à faire les cents pas en rond, secouant vivement la tête ; c’était tout juste qu’il ne se mît les mains sur les oreilles en se mettant à chanter lalala je n’entends rieeeen ! Le pistolet toujours à la main — mais l’index tendu sur le côté, bien loin de la queue de détente — le grand blond bis pila finalement sur place lorsque son double eut ces paroles qui tombèrent tel un couperet : ça fait longtemps que je suis déjà mort pour toi. Écrasant les paupières, Swan se mordit l’intérieur des joues, et porta le mont des paumes à son front, les épaules courbées. Il écouta à peine ce qui suivit, les mots de Raven résonnant en un écho sinistre à ses tympans. Il aurait voulu répliquer, lui balancer une répartie cinglante, ou même bêtement lui dire de fermer sa gueule mais sa voix restait étranglée, sa langue de pierre, ses lèvres clouées ; pas parce que son frère avait raison mais bien au contraire, parce qu’il avait tort, que Swan avait eu tort, de prononcer ces paroles, ces quelques trois ans plus tôt. Trois ans à se faire croire que c’était facile, mieux comme ça, qu’il n’en avait même rien à carrer, alors que c’était tout le contraire ; il s’en rendait compte ce jour-là — trop tard.

Après un long moment de silence, Swan laissa lourdement retomber les bras le long de son corps, poussant un soupir à fendre les pierres. Il secoua mollement la tête avant de relever des yeux brillants, fatigués, pour croiser ceux de son jumeau.
« Arrête tes conneries… » souffla-t-il, l’agressivité ayant laissé place à une profonde lassitude dans sa voix. « Arrête, Raven. Y’a forcément une autre solution ! »
D’une main encore légèrement tremblante, il dépose l’arme sur un fauteuil, avant de prendre un ou deux pas vers son frère.
« Je pourrais partir. Max et moi, on pourrait partir. On a déjà été sur la route, on peut se débrouiller, trouver un autre endroit, d’autres personnes… »
À mesure que les mots étaient débités, le peu d’assurance avec lequel Swan était parti ne faisait que s’amenuiser ; lui-même, bien qu’il ne voulait pas se l’admettre, n’arrivait à croire à ce qu’il disait.
« Je m’en fous de ce que tu m’as fait ! » lâcha-t-il enfin, le ton remontant d’une pointe de colère, peut-être plus envers lui-même qu’envers Raven. « Je m’en fous ! J’ai peut-être été assez con pour te faire la gueule, mais j’le suis pas assez pour te… te… »
Il ne put prononcer la fin, pas plus qu’il ne se sentait capable de l’exécuter. Sa pomme d’Adam descendit et remonta contre la peau de sa gorge dans un petit bruit étranglé, comme sa voix lorsqu’il reprit, quasi suppliant :
« Tu peux pas me demander de faire ça, Raven. Tu peux pas… T’as pas le droit ! T’as épuisé tes cartes coup de pute avec moi et si tu crois pouvoir utiliser un putain de joker, tu peux te le foutre au cul ! »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan http://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   Mer 26 Avr - 6:15

Dig me up from under what is covering the better part of me
/ Swan & Raven (flashforward fin avril 2017) /

Cette conversation était loin d’être facile pour Raven. Comment convaincre son frère qu’il allait devoir le tuer ? Ce n’est pas comme s’il avait envie de mourir, loin de là. Il savait que c’était le moment. Alors il faisait preuve d’assurance, ou plutôt essayait de jouer au grand frère - pour une fois - qui avait les choses en main et qui savait de quoi il parlait. Il n’a jamais été un modèle de sagesse et encore moins de conduite. Aujourd’hui, il essaie de rattraper trente-trois ans de conneries en se sacrifiant. Il sait qu’il a merdé avec son frère, qu’il s’est comporté comme un connard et encore aujourd’hui, il était capable de ne pas chercher à se faire pardonner. Il partira comme il est venu : en faisant chier. Ce n’est pas volontaire, mais il sera resté lui-même. Il est une cause perdue qu’on ne peut pas sauver. En revanche, s’il pouvait épargné celui d’entre eux deux qui s’en était le mieux sorti, il n’hésitera pas. Raven n’a pas envie d’avoir la mort de son frère sur la conscience, de savoir que son adorable neveu grandira sans son père qu’il affectionne sans doute plus que tout. Lui, il ne sait pas ce que ça fait, et ne le saura jamais. Il pense que la seule personne qui ait réellement compté dans sa vie se trouve en face de lui à s’agiter avec le flingue dans la main. Raven n’était pas serein de le voir cogiter comme ça. Il s’avançait, toujours avec cette assurance, en tentant encore de lui vendre son plan parce qu’il n’y avait que ça qui fonctionnerait. Il en est certain. Il le suit des yeux, sans jamais le lâcher, attendant qu’il daigne bien rouvrir la bouche. Le silence est lourd, le rend nerveux.

Lorsque Swan le réprimanda, avec lassitude, Raven croisa ses bras, autour de son torse, attendant la suite, sans rien dire. Il ne souriait plus, ne cherchait plus à minimiser, à tourner en rond. Il lui avait balancé son plan et attendait le moment où Swan réalisera que c’était la seule chose à faire. Il finit par le couper, à la fin de sa nouvelle proposition. “ Nan, tu peux pas partir, si tu franchis ses portes, tu te feras zigouiller comme un canard en plastique dans une foire, et ça, c’est dans le meilleur des cas, tu crois que j’y ai pas pensé ? Si c’était possible, j’aurai déjà fait ton sac.

Swan lâcha l’arme, fit à nouveau quelques pas vers lui. Il lui disait s’en foutre de ce qu’il lui avait fait, qu’il avait été con de lui faire la gueule. Raven n’est pas d’accord, pour changer, mais n’en dit rien. Il baissa les yeux, en voyant l’état dans lequel il se mettait. Raven détestait ça, ça ne le laissait pas indifférent (et ça aussi, ça ne lui plaisait pas). Un semblant d’humanité qui refaisait surface. Il sentit sa gorge se resserrer, son coeur battre plus fort. Ce n’était pas le moment de se dégonfler. Ne pas regretter, ne pas être égoïste, pour une fois.

A présent, il était à une distance raisonnable de son petit frère, et tendit la main pour atteindre son épaule. Première fois depuis bien des années que sa main se posait sur lui. Il ne savait pas s’ils se retrouvaient réellement, mais maintenant il était trop tard pour regretter. Raven ne cherchait pas à lui rentrer dans le lard, comme il l’aurait fait avant, il n’a jamais été doué pour encaisser les reproches mais là, il se contente de serrer sa main et d’ajouter: “ Je le ferai moi-même alors, tu seras pas obligé de regarder... mais tu dois appliquer l'reste du plan. J'ai pas envie de mourir... pour rien.  ” Il dégluti. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’il était confronté à cette éventualité : le suicide. A l’armée, pendant la guerre, ils avaient tous de quoi s’achever s’ils étaient capturés… mais là, c’était différent, là, il n’y échappera pas. Le gorge de plus en plus nouée, il tente d’être rassurant, presque consolant en concluant :  “ ça va aller, Swan.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dig me up from under what is covering the better part of me   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dig me up from under what is covering the better part of me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Laguna 3 estate 2L ph1 dyn) Piero
» hébergeur gratuit pour un site rein quand flash(RESOLUT)
» stopper l'animation de second niveau
» [Résolu] Plus du tout de réception sur OE6 depuis 2 jours !!!
» Bonjour à tous et bonnes créations de la part de ToutiWeb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: inside astoria's walls :: higgins hills :: les maisons-
Sauter vers: