ces bonnes actions que l'on regrette (raven)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 909028702
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 870026516

Partagez
 

 ces bonnes actions que l'on regrette (raven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptySam 11 Mar - 11:15

ces bonnes actions que l'on regrette
/ raven & misia /
Il paraît si loin, ce moment d’insouciance un peu bizarre de décembre 2016. Un goût amer lui couvre le palais et fait remonter la bile régulièrement, tandis qu’elle est dans une cellule de la prison tenue par les hommes d’Echo. Cheveux défaits, mêmes habits depuis l’avant-veille, ça doit faire vingt-quatre heures déjà qu’elle est en taule, ou peut-être moins. Elle en sait rien. Elle a pas réussi à dormir, avec cette vision d’horreur imprimée sur sa rétine, qui se répète en boucle dans la pénombre complète.

Octavia ne méritait pas ça. Ils n’ont même pas eu la décence de la tuer d’une balle dans la tête, et c’est fini, on en parle plus. Non. Il a fallu faire un spectacle macabre, forcer tous les Astoriens à y assister -même les gosses putain, même les mômes de 5-6 ans qui maintenant doivent faire des cauchemars. La bile remonte une nouvelle fois, dans la bouche fermée de Misia qui ravale et soupire, exténuée par ces reflux et révoltée par la situation. Elle ne sait pas ce qu’il est advenu des membres de la Surveillance externe, tout ce qu’elle a réussi à choper comme infos -en scrutant les visages pendant l’exécution- c’est qu’il en manquait au moins un ou deux, et que c’était la merde vraiment. Et maintenant, à J+1 ? Qui est encore en vie, qui est mort ? Elle n’en sait rien, enfermée dans ces putains de murs aveugles. Pas foutue de savoir s’il fait jour ou nuit dehors, d’ailleurs.

Elle va pas pouvoir sortir, c’est sûr. C’est pas avec des portes pareilles qu’elle peut s’échiner. Fermée de l’extérieur, l’huis ne s’ouvre que pour laisser passer ses geôliers, en gros. Elle fixe la lourde plaque de métal, dont elle ne voit que la forme découpée par la faible lumière qui filtre dans l’encadrement métallique et elle soupire de nouveau, passant ses mains dans ses cheveux qui deviennent gras et sales. Assise dos au mur, les rangers posées dans un coin (jetées dans un coin, dans un accès de rage dans les premières heures, elle ne les voit pas, elle s’en fout), en chaussettes, elle se tape la tête contre la paroi derrière elle régulièrement. Ça va pas. Ça va pas du tout.
Et ça va encore moins bien quand la porte s’ouvre et que, dans le rai de lumière aveuglante, c’est la silhouette familière de Raven se pointe. Elle reste assise, parce que de toute façon, elle va pas non plus leur faciliter la tâche s’il faut la trainer en interrogatoire, ou dans un autre endroit. Le cul par terre, elle cille, plisse les yeux, éblouie, regarde en contreplongée le maître des clés et finit par affirmer, sans vraiment d’agressivité (ça serait con de l’insulter direct, ça arrangerait probablement pas ses affaires). « Raven, Raven, Raven… Putain, t’as vraiment dû te dire que j’étais complètement conne. » Référence à l’entretien de confirmation de recrutement, ce moment où elle n’aurait jamais -jamais- su dire qu’il roulait pour l’autre camp en réalité. Un sourire amer au coin des lèvres, elle renverse sa tête et regarde le plafond et soupire. « Dis, on est combien à avoir été enfermés ? » Elle est même pas sûre qu’il va lui répondre, elle sait plus qui elle a en face d’elle, dépitée de n’avoir pas été capable de lire en lui comme c’était sa responsabilité.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
Invité
Invité

ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptySam 11 Mar - 19:18

ces bonnes actions que l'on regrette
/ Misia & Raven /
La prison. Elle se foutait clairement de sa gueule. Raven avait été missionné pour surveiller les survivants qui passeraient directement par la case prison sans passer par la case départ. On pourrait croire que ça lui faisait quelque chose, de voir toutes ses personnes qu’il avait trahie, derrière les barreaux, à lui cracher leur dégoût à la gueule. Non, Raven s’en moque. Il a fait ce qu’il avait à faire pour survivre. C’était ainsi, c’était la loi du plus fort, et en ce moment, son clan était ceux qui avaient dominés la partie. Pas de chance pour les Astoriens, ils ont été du mauvais côté de la guerre. Ça n’avait absolument rien de personnel, puisqu’il n’éprouvait absolument rien.  Il ne regrettait pas, ne se sentait pas désolé… mais n’en tirait pour autant pas un certain plaisir. Il aurait sans doute préféré que les choses se passent plus passivement, mais il n’est pas maître du destin, et c’est par la douleur que les évènements se sont déroulés.  Par principe, ils avaient exécuté Octavia Mears ou plutôt préféraient hanter les survivants avec ce qu’il restait d’elle : un rôdeur, désorienté, au milieu de la place publique. Il ignorait pour combien de temps ce manège allait continuer mais il n’était personne pour changer ça.  Il ne se cherche aucune excuse, ne justifie pas ses actions mais comme bon nombre d’entre eux, le jeune homme ne fait qu’appliquer un plan. C’est aussi simple que cela.

Le poste de police était un lieu désert avant le renversement. Il ne se souvenait pas avoir déjà vu quelqu’un y être enfermé. Echo a naturellement trouvé que c’était une prison parfaite. Quelques cellules, tout un matériel prêt à être utilisé, des salles d’interrogatoires… des bureaux. C’est donc là qu’une bonne partie du conseil a été enfermée suite à l’exécution d’Astoria. On en avait interrogé certains tandis que d’autres croupissaient dans des cellules attendant, sans rien savoir. Lui, son rôle était de surveiller. Globalement, il avait décidé qu’il picolerait et fumerait des clopes pour passer le temps car le job était loin d’être palpitant pour un hyperactif comme lui. Il déteste rester posté sur place sans rien faire. Il était d’ailleurs parti faire un tour, avant de retrouver son lieu de travail. En entrant, il ne put que remarquer que certaines cellules étaient vides, tandis qu’il restait Misia, qui ne tardait pas à l’interpeller. Le regard du militaire se posait sur elle. Son ton n’a rien d’agressif, ce qui le surprend. Il laisse passer quelques secondes, tirait sur sa cigarette puis soufflait : « Ça sert à rien de t’auto-flageller. » Il haussa les épaules, se disait intérieurement que d’autres auront l’occasion de le faire à sa place mais pour une fois, décida de ne rien dire. Il s’approcha d’un pas de la cellule, en sortant de l’ombre. « Mais c’est vrai que l’observation, c’plus ton fort, la preuve, t’as pas remarqué ma nouvelle coupe de cheveux, ptain. » Il eut un sourire amusé. C’était toujours ainsi, avec Raven. Une phrase sérieuse, puis un grand lot de conneries – bien que pour le coup, c’était vrai. Il se doutait bien qu’elle n’en avait absolument rien à carrer de ses changements capillaires mais c’était également une manière d’éviter la question. Après tout, il n’était pas certain du nombre de prisonniers. Il y avait eu des exécutions ce jour-même et Raven ne tenait plus le compte.

Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptySam 11 Mar - 20:21

ces bonnes actions que l'on regrette
/ raven & misia /
C’est bizarre, cette situation, vraiment bizarre, songe-t-elle tandis que son visage redevient de marbre. Y a une grille qui les sépare, et un monde aussi, en fait. Elle ne le comprend pas vraiment, comme elle n’a jamais compris les agents doubles, les retourneurs de veste, les traîtres à leur patrie, quelle que soit l’année de sa vie. Est-ce la grille qui la retient de lui mettre son poing dans la gueule et son pied dans les couilles ? Probablement un peu. Et aussi parce qu’elle est encore sous le choc, mine de rien, à ne toujours pas comprendre pourquoi l’ancien soldat a fait un truc pareil. À vouloir comprendre aussi, donc à devoir rester calme et attendre une explication, peut-être.

Elle tend l’oreille, se redresse, le scrute, et esquisse un sourire amer, une once de ricanement l’accompagnant, à la mention de sa nouvelle coupe. « Ouais désolée. J’suis trop éblouie, tu vois. » Elle se hisse de terre, dépliant ses membres engourdis par l’attente et la fixation dans une position peu confortable. Elle s’étire et s’approche de la grille ségrégatrice. « Fais voir un peu ? », elle reste dans l’ombre, mais certains éléments de sa silhouette se repèrent à la lumière du couloir, puis la voilà qui s’accoude à la grille. Elle n’est pas sotte au point de passer ses mains à travers les barreaux, il pourrait prendre ça pour une agression.

Révoltée, bouleversée, écœurée, mais consciente qu’elle ne pourra le forcer à la faire sortir de ce trou à rats -il a probablement des ordres. Consciente aussi que c’est peut-être le seul moment qui lui sera octroyé pour causer avec le geôlier et l’ancien ami sous cette nouvelle identité. « Ça t’va pas mal. », enchaîne-t-elle assez naturellement, chaussettes sur le sol froid, coudes posés entre les barreaux sur une barre horizontale. Elle ne se force pas, en plus. Il y a cette acceptation de la situation et de sa position d’enfermée : quelque chose qui fait qu’elle préfère rester dans cet entre-deux sans tension, dans cet espace-temps où ils oublient peut-être un instant qu’ils ne sont plus que des ennemis dans une situation manichéenne. « Tu files une taffe ? » La cigarette est désignée d’un mouvement du menton, alors qu’elle approche son visage des barreaux et plante ses yeux noirs dans ceux de Jacobs.

Une trêve, c’est ce qu’elle demande, l’espace de quelques minutes. Elle n’oublie pas, la mort d’Astoria, les autres cadavres liés à l’assaut, liés à la répression, à l’occupation. Elle en est consciente. Mais quelque part, l’espoir absurde qu’il y a une part de rationalité à tout ça. Elle ne lui demandera pas qui est mort aujourd’hui : elle a entendu les coups de feu, elle ne veut pas savoir pour le moment. Elle aurait bien voulu savoir qui était vivant, dans les cellules voisines, pour sûr, mais il ne le lui dira pas. Alors autant oublier, un temps, le merdier au dehors de ces portes. « C’était toi, non, qui m’avait filé une cigarette au mariage, hm ? » Le souvenir est lointain : le jour le plus important et le plus beau de sa vie -qu’elle avait cru !- avait eu l’effet pernicieux de faire d’elle une boule de nerfs crispée et incertaine de ce qu’elle devait faire. Elle avait fait le mur, un moment, sortant par la fenêtre de la chambre, en robe de mariée, ayant clairement pété un câble, et s’était retrouvée dans une cour intérieure avec Raven, à qui elle avait demandé du tabac. « J’aurais quand même mieux fait de me barrer et de pas me marier… » We could have had it all…, qui résonne dans son esprit alors qu’elle repense à cette scène assez irréelle, mariée et best-man, à griller une clope avant la cérémonie, sans le groom, sans personne autour. Un soupir, elle cille, revient à Raven et au temps présent pas très jouasse.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
Invité
Invité

ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptySam 11 Mar - 20:59

ces bonnes actions que l'on regrette
/ Misia & Raven /
En passant dans le couloir, Raven savait que le moment ne serait pas une partie de plaisir. Comment ça pourrait l’être ? Il allait devoir faire face à tous ceux dont la confiance avait été trahie, principalement par lui, qui plus est. Il savait qu’Echo ne faisait que le tester, et l’emmerder par la même occasion. Contrairement à ce que les Astoriens devaient penser, il était loin d’avoir une « bonne » relation avec la jeune femme. Ils étaient trop différents, et Raven avait un caractère qui faisait qu’on l’aimait ou le détestait. Il n’y avait peu de place pour un juste milieu. Avec Echo, c’était compliqué. Il détestait le fait qu’elle cherchait à analyser les gens, jouer avec leurs émotions et appuyer -bien souvent- là où ça piquait. C’était le genre de personnes qui n’oubliaient rien, et capables d’attendre le bon moment pour vous rappeler vos erreurs. La rouquine n’avait pas digéré qu’il ait omis de lui parler de son frère jumeau et depuis ce jour, continuait à le lui faire savoir. Et voilà qu’il était donc coincé dans le poste de police. Du bon côté, s’il faisait ce qu’on lui disait, mais il n’avait aucun doute qu’il passerait derrière les barreaux ou avec une balle entre les deux yeux s’il merdait. C’était ainsi, avec Echo. Aucun droit à l’erreur.

Pour éviter d’avoir à l’envoyer chier, il préfère tout simplement changer de sujet. A quoi bon évoquer les morts, les enfermés. Il n’a pas le droit d’en parler et sait que ça n’aidera personne de toute manière. Il reposait ses iris claires sur la captive, en évoquant un sujet plus léger : ses cheveux. Ils les avaient coupés, avant la fameuse attaque. Comme un bon soldat, finalement. C’était un réflexe qu’il avait pris à l’armée. Il l’observe se redresser, sent son regard sur lui tandis qu’elle ricanait. Misia lui proposait de s’avancer. Il fit un pas, puis un deuxième en restant à une distance raisonnable. Il n’était pas complètement stupide, et préférait éviter un éventuel retournement de situation involontaire.  « Alors ? » Il pouffa, sans doute parce que la situation était un peu improbable. Elle enchaîna en le complimentant. Il prit un faux air modeste, en passant une main dans ses cheveux. « Ah, merci ça me fait plaisir ! »

Un nouveau léger silence. Il allait se poser sur une chaise lorsqu’elle lui désigna sa clope. Il songeait aux différents scénarios qui pourraient se produire s’il faisait une chose pareille. Jetait un coup d’œil stratégique tout autour de lui, en considérant la question. Misia, de son côté semblait plus… nostalgique ? En lui rappelant notamment son mariage. Non, il n’avait pas oublié, et un sourire plus sincère s’affichait sur son visage. Comment oublier ? Ce mariage fait à la va vite, et puis la jeune femme qu’il avait retrouvée dehors, hésitante. Elle regrettait sa décision. Le blond s’avança, et à travers les barreaux lui tendit sa cigarette avant de s’éloigner. « Je me souviens, ouais. » Dit-il l’air plus songeur. « On dirait que j’suis toujours là au moment où tu t’sens l’plus coincée j’imagine. » L’ironie. Il haussa les épaules, puis finalement revint sur ses propos : « Vous aviez l’air quand même bien amoureux à l’époque. Est-ce que ça aurait changé toute ta vie, de te barrer ? » Lui demandait le militaire, en s’installant enfin sur la fameuse chaise. La discussion était neutre, et ça arrangeait Raven. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne cherchait pas à l’écourter.  C’était mieux ça, que de s’observer dans le silence.


Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptySam 11 Mar - 21:33

ces bonnes actions que l'on regrette
/ raven & misia /
Aucun droit à l’erreur. C’est ce que Misia se dit depuis trop longtemps pour bien digérer cette histoire de trahison. Mais elle a mis un mouchoir dessus pour cet instant pacifié. Elle veut comprendre. Elle doit comprendre. Elle ne peut pas se dire qu’il n’y a aucune raison, aucun état d’âme. On pourrait croire à une discussion normale, sans barreaux, sans chaos extérieur, sans problème majeur.

Les souvenirs les rapprochent, mine de rien. La cigarette change de main et elle inspire une taffe, le tube de tabac fumant entre ses doigts, un bras le long du corps, l’autre coude toujours posé sur les barreaux. De trois-quarts, l’italo-américaine scrute en biais son geôlier qui s’est écarté, et souffle la fumée à l’intérieur de sa cellule, histoire de ne pas foutre la merde si quelqu’un s’approche. Elle renifle et hausse les épaules tandis qu’il mentionne cette situation de « coincée », hoche la tête sans mot dire, à part un « mmh » d’approbation, et porte la clope à ses lèvres pour inspirer une bouffée de nicotine, qu’elle expire la tête vers le plafond, les boucles coulant dans son dos. Elle se tourne de nouveau de face vers lui, les deux coudes sur les barreaux, le visage à moitié éclairé, les ombres de la barrière lui donnant des contours étranges. « Honnêtement ? Je sais pas. » Le voyant s’asseoir sur la chaise, elle finit par supposer que la cigarette lui a été entièrement donnée et hoche la tête en signe de remerciement tandis qu’elle en reprend une taffe. « Oh, j’serais partie avec toi, on aurait baisé comme des bêtes, on aurait quatre gosses et tu m’appellerais « Chérie », hein. » L’image est ridicule et absurde, lui et elle le savent parfaitement. Un faible rire s’échappe de son gosier tandis qu’elle écrase la cigarette quasi achevée contre le mur épais à côté d’elle et glisse le mégot dans une poche de son jean.

« En vrai, je sais pas si ça aurait changé grand chose. Je pense, ouais. J’étais raide dingue de lui, en y repensant. Mais quel gros con, je sais pas comment j’ai fait pour être amoureuse de lui, maintenant qu’on en reparle. » Ça se contrôle pas, on dit. Ça se subit, limite. « Non, sérieusement ? Je crois qu’à un moment, j’aurais peut-être décidé de me bouger le cul, avec Alf. Alfons Böhm. », elle précise, au cas où il situe pas. Un soupir. C’est trop loin tout ça. Trop loin et trop près. Et elle ne veut pas y penser.
Un temps. Et puis elle articule, pour se concentrer sur autre chose : « T’as jamais voulu te marier, toi ? Jamais trouvé personne qui te mette la tête à l’envers ? » C’est pas un interrogatoire, c’est l’occasion de renouer avec l’ancien ami un peu perdu avec les dégâts du temps et cette sombre affaire beaucoup trop récente que l’un des deux protagonistes ne veuille l’évoquer plus allant.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
Invité
Invité

ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptyDim 12 Mar - 8:41

ces bonnes actions que l'on regrette
/ Misia & Raven /
Etonné par la tournure que prenait la conversation, Raven se surprenait à la poursuivre, sans doute par curiosité, et parce que le moment si portait bien. Il avait beau être un chieur-né, il y avait des moments pour tous, et celui-là n’était pas fait pour l’emmerder. Et puis il n’y trouverait aucune satisfaction, il le savait bien. Quitte à être là toute la journée, autant s’accorder quelques minutes de répit. Il finit même par s’approcher pour lui tendre sa cigarette. Une taffe, ou deux, voire même sa fin, ça ne changerait pas grand-chose. Il s’éloigna, d’abord parce qu’il se disait qu’elle pourrait toujours tenter de le brûler – ou quelque chose comme ça, mais surtout pour rejoindre la chaise sur laquelle il s’installait. Il l’interrogeait, et écoutait attentivement sa réponse. De sa bouche, s’extirpa d’ailleurs un rire lorsqu’elle évoquait un futur alternatif entre eux deux. Ça lui semblait tellement improbable, qu’il en gardait un léger sourire en imaginant ce que ça aurait pu donner si Misia aurait fui son mariage et entamer quelque chose avec lui.

« « Bébé », c’est plus mon truc. » Commentait-il dans un ton amusé alors qu’elle reprit pour lui faire savoir qu’elle ne pensait pas que ça aurait changé quelque chose, et affirmait avoir été dingue de lui à l’époque. Il haussa les épaules, au fil de ses explications, comme s’il voulait dire qu’ili n’en avait aucune idée, lui non plus. Forcément, ça ne se contrôlait pas mais c’était quelque chose que lui-même n’avait jamais vécue. Il était très mal placé pour donner des conseils dans le domaine. Et puis, c’est finalement l’étonnement qui l’anime, lorsqu’elle évoque un type, nommé Alfons. Un nom de bolosse, si vous voulez son avis. « Il sort d’où, lui ? » Lui demandait le militaire, curieusement. Il ne connaissait pas ce type, et se disait qu’il n’était, peut-être même pas sur le camp. Allez savoir… la curiosité poussait Misia, par la suite à l’interroger sur sa propre situation. Il pouffa, en haussant les épaules.

« Nan, jamais. » Il fronça les sourcils, puis reprit un air plus neutre en ajoutant : « ça doit pas être fait pour tout le monde ces conneries. » Aucune envie de se marier, et jamais eu l’occasion d’éprouver quelque chose de fort pour quelqu’un. Il en était venu à se dire qu’il était incapable d’aimer, tout simplement. Il n’a jamais rencontré quelqu’un qui lui a retourné le cerveau comme on dirait. Il a eu des crush, mais l’amour avec le grand a ? Jamais.


Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptyDim 12 Mar - 12:08

ces bonnes actions que l'on regrette
/ raven & misia /
Insouciance éphémère qu’ils partagent, le temps se suspend. « Va pour « Bébé » », concède-t-elle en reprenant une taffe, avant finalement d’écraser le reste de cigarette contre le mur, et de répondre sincèrement. La mention d’Alfons semble surprendre Raven qui demande à en savoir plus. Elle sait pas s’il est sincère ou si c’est pour poursuivre la conversation et ne pas se retrouver à faire face à la réalité. Elle y reviendra après, si l’occasion lui est donnée. Pour l’heure, elle l’interroge après un moment de silence sur son intérêt pour le mariage et hoche la tête tandis qu’il lui répond.
« Mmh, je vois, ouais. » C’était peut-être pas fait pour elle, elle se dit, en repensant à Teddy, ce gros con qui est peut-être bien mort avec l’épidémie, elle en sait rien.  « J’pense ça dépend vraiment des gens. », elle confirme. La discussion s’essouffle, et voulant rester dans cette bulle qu’ils ont constitué à deux, elle la relance, se confie : « Alfons, c’était un ami d’enfance au départ. On vivait dans le même bled, un trou du Vermont. Plein d’arbres, pas beaucoup de gens, et peu de bagnoles. » Mine de rien, oui, ça doit être lui, le grand Amour, avec une majuscule et tout le tintouin. Tout la ramène toujours à lui, elle a l’impression. « On est sortis ensemble à la fin du lycée, et puis ça a chié. On s’est revus de temps à autre… Il était au mariage, tiens. » Elle a trompé Teddy avec Alf, aussi, à la toute fin de cette union matrimoniale qui a péréclité, quand elle était sûre de ne plus aimer son mari.

C’est marrant, repenser à Alfons, ça lui redonne un peu de foi en l’avenir -si toutefois elle sort de ce trou à rats, et qu’elle le retrouve sain et sauf. Collant le front contre les barreaux, coudes toujours posés en contrebas, elle fixe Raven de ses yeux sombres et poursuit, parce que, mine de rien, cette histoire maintient la trêve, étire cet interlude dans le chaos. « Quand il est arrivé au camp, ça m’a foutu en l’air… J’pensais pas qu’il était encore en vie. J’étais heureuse, soulagée, et paumée aussi. C’est le bordel depuis, là-dedans. », elle désigne de l’index son crâne. « On dort ensemble, mais on fait rien, ça fait, quoi, plus de six mois, et… Enfin bref… » Les confidences se tarissent, et paradoxalement, parler d’Alfons ramène un voile d’inquiétude dans ses yeux. Elle s’écarte de la barrière, fait un tour de sa cellule, dans la semi-pénombre. Elle revient en s’éclaircissant la voix, un coude sur les barreaux, un pied en chaussettes sur un autre, s’étire un peu tout en poursuivant et en formulant de brèves excuses : « Désolée d’te faire chier avec ces histoires. » Elle le scrute, puis interroge : « T’as de l’eau, quelque part, dis ? Après j’arrête de t’emmerder, promis. » La fumée lui a séché la gorge, mine de rien, et elle a pas beaucoup bu dans ce trou.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
Invité
Invité

ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptyLun 13 Mar - 3:54

ces bonnes actions que l'on regrette
/ Misia & Raven /
Raven hocha la tête, lorsqu’elle lui concédait le surnom qu’il lui aurait donné s’ils avaient fui ensemble au lieu d’assister à son propre mariage. L’éventualité le faisait plus marrer qu’autre chose car ça lui semblait peu probable, mais l’imagination ne faisait pas de mal, et ça permettait de tuer le temps.  Et puis à son tour de se confier. Non, le mariage, très peu pour lui, et encore moins les histoires d’amour. Il a déjà eu des copines, à tester l’affaire mais ça ne lui correspondait pas. Faut dire qu’il passait le plus clair de son temps en mission. Très peu pour s’investir dans une relation. Alors il connaissait des nanas, qu’il allait voir lorsqu’il rentrait au pays. C’était suffisant. Aucune attente, aucune déception. Il n’était pas ce héros prince charmant qui rentrait du front, impatient. Il aimait être là bas, c’était une manière de se sentir utile, d’avoir une place dans ce monde. Et puis, ça l’empêchait de faire de la merde, et ce n’était pas négligeable. « J’imagine, ouais. » Soufflait-il, en osant l’interroger sur cet Alfons, loin de se douter qu’il aurait une explication complète. Assis sur sa chaise, il l’écoutait, en s’allumant une autre clope.  En guise de réponse, il soufflait des « hm » et des hochements de tête attentifs, entre deux bouffées.

Le récit s’arrêta, Misia s’écartait de la barrière, puis en s’étirant lui présentait des excuses. Raven hocha la tête, puis finit par balancer :« Il est gay, Alfons, du coup, c’est ça le plot twist ?   » Demandait-il, en arquant un sourcil, en conclusion à la confession qu’elle lui avait faite concernant le fait qu’ils dormaient ensemble et qu’il ne s’était rien passé. C’est tout de même étrange. A quoi bon squatter le même lit, si c’était pour ne pas s’envoyer en l’air ? En voilà une situation cocasse. Il tira sur sa clope, perplexe. Il jeta un coup d’œil à son sac à dos, et en sorti une bouteille d’eau. La clope coincée au coin des lèvres, il se leva à nouveau, puis déposait l’eau au sol, de l’autre côté des barreaux. Un léger traitement de faveur, mais Raven s’en moquait visiblement. « c’est vrai que t’es plutôt bavarde, comparé à d’habitude, ça doit donner soif. » Finit-il par conclure dans une moue.  

Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptyMar 14 Mar - 16:06

ces bonnes actions que l'on regrette
/ raven & misia /
Raven essaie de deviner la chute de l’histoire, suppose qu’il est homosexuel, et elle ricane un peu, hausse les épaules, se contentant d’un :  « Ouais peut-être. » avant de demander l’eau qu’il pose devant les barreaux. La main se tend, se faufile entre les barres de métal pour s’emparer de la bouteille en plastique et la passer de son côté. Elle boit lentement, petite gorgée par petite gorgée. Elle a appris à faire ça dans les déserts irakiens, quand il faisait bien chaud, que le soleil était haut dans le ciel, et que c’était le bordel.

Tandis qu’il observe qu’elle s’est pas trop murée dans un silence de marbre, elle hoche la tête et repose la bouteille de l’autre côté de la grille. Elle a peut-être trop parlé. Elle a bien fait de pas repartir sur Alf, elle en a déjà trop dit, c'était pas une bonne idée. « En même temps, en mission dehors, j’avais un peu autre chose à foutre que causer, hein. » Ils en avaient fait une ou deux dehors, patrouille de jour un peu basique, histoire de vérifier bien qu’il avait toujours ses réflexes militaires. Un soupir, le front contre les barreaux, la brune est debout et sent la fraicheur du sol à travers le tissu de ses chaussettes.
Et puis, forcément, à un moment, il faut qu’elle la pose, sa question à la con : « J’me demandais un truc. Si on avait croisé un gars d’Echo, dans ces missions : t’aurais tiré sans hésiter ? » Non parce qu’il y a l’instinct de survie, la loyauté pure à un idéal, et la fils-de-puterie de base, et elle aimerait bien savoir ce qu’il en est du blond de l’autre côté des barreaux.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
Invité
Invité

ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptyMar 14 Mar - 23:37

ces bonnes actions que l'on regrette
/ Misia & Raven /
Raven ne comprenait pas comment on pouvait passer plusieurs mois dans le même lit de Misia sans tenter quoi que ce soit, alors la seule conclusion logique qui lui était venue en tête était qu’il soit gay. ça arrivait, même aux meilleurs on dira. Ouais, il ne voyait pas grand chose d’autre. Ce n’est pas comme si Misia était un gros thon, et bien que la libido pour certains soit au plus bas durant cette sombre période, Raven ne comprenait toujours pas. Misia lui répondit que c’était peut être le cas en haussant les épaules. “ Nan mais sans déconner, hein. ” Dit-il, en arquant un sourcil, avant de finalement s’avancer pour lui tendre une bouteille d’eau. C’est ça de bavarder, ça donnait soif.

En tout cas, il ne pouvait s’empêcher de remarquer qu’elle était bien plus bavarde ici qu’à l’extérieur. ils n’ont pas parlé des masses depuis qu’ils s’étaient retrouvés. Elle avait même peu sympathique lors de ce fameux entretien, en novembre. Le jeune homme n’avait certainement pas oublié. Misia lui expliquait qu’elle avait autre chose à faire. Il haussa les épaules, peu convaincu. Sa cigarette entre ses lèvres, il recracha la fumée en balançant un “hm hm”, sans grande conviction.

Lorsque Misia l’interrogeait ensuite, Raven passa sa main sur sa barbe mais n’eut aucune hésitation pour répondre : “ Ouais, je lui aurai tiré dessus, tant pis pour lui. ” Sa mission était de se faire passer pour un astorien, et il l’avait respectée. ça n’avait rien de personnel. Si cette personne s’était retrouvée entre lui et sa mission, il aurait fait ce qu’il avait à faire. Ce n’est pas comme s’il était réellement attaché à ces personnes de toute façon. “ T’en conclus quoi ? ” Lui soufflait Raven avec ironie, sans que ça ait une réelle importance, il s’en fichait ce que les autres pouvaient bien penser de lui.


Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Misia Sacramoni
INSCRIPTION : 16/12/2016
MESSAGES : 619
IDENTITÉ : Arté, Agathe
FACECLAIM : morena baccarin, alfons-bb <3 (code sign©neon demon / gif©peterparker / bann bidon©arté)
MULTILINKS : la reine du squat, naine rouquine bigleuse (Queenie) + la psychopathe au crochet (Imogen)
POINTS : 1599
ces bonnes actions que l'on regrette (raven) 190903-This-Is-War
STATUT CIVIL : elle a besoin de lui, de ses bras, de leur langage germano-italo-américain, d'eux, pour tenir (#power couple zero chill)
ANCIEN MÉTIER : opératrice radio de l'armée américaine qui était présente à Sherwood avec son unité et a entendu en même temps que son supérieur l'ordre d'abandonner les civils. obviously, elle est restée.
PLACE DANS LE CAMP : DEPUIS LA PRISE DE POSSESSION DU CAMP PAR ECHO : Misia a été balancée au gardiennage d'enfants, le lieu le plus loin des armes à feu possible, et le plus loin de tout en fait. Elle enrage, ronge son frein, vomit régulièrement et essaie de paraître normale auprès des mioches qui lui ont été collé dans les mains. Niveau fiabilité : 10/20. (AVANT : a commencé dans la brigade de surveillance extérieure, devenue par une suite logique d'événements bras droit du chef de la sécurité depuis avril 2016 / supervise en particulier la brigade de surveillance externe, en tant qu'ancienne)
HABITATION : Higgins Hill, #11 (w/ alf, javi, thomas, swan et maxou)
ARME DE PRÉDILECTION : Plus d'arme, plus rien que ses poings et ses pieds. Autant dire qu'elle est pas très heureuse de tout ça. (AVANT : un micro-uzi, mais cette merde s'enraye de temps en temps ; sinon une pelle qu'elle a améliorée joyeusement pour en faire une arme de choix, si si.)
ÂGE : trente-huit ans (depuis le 17 février, youpi, les gens d'Echo lui ont vraiment fait un beau cadeau d'anniversaire en retard)


ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptyMer 15 Mar - 23:45

ces bonnes actions que l'on regrette
/ raven & misia /
Dans un sens, elle est sincère : elle n’a rien d’autre à faire que de rester dans une geôle, pour une durée qu’elle ignore, jusqu’à ce qu’ils se décident de l’interroger -et elle espère, jugent inutile de l’abattre froidement. Elle prend les distractions qui viennent, et si ça lui permet d’essayer de mieux comprendre Jacobs, elle prend plutôt deux fois qu’une.

« Ah. », elle hoche la tête tandis qu’il affirme qu’il aurait tiré sans aucune retenue ou hésitation. Il y a quelque chose chez Raven qui lui rappelle ce qu’elle avait presque oublié : le soldat, qui obéit aveuglément aux ordres, pour mener à bien sa mission. « Ce que j’en conclus ? », elle hausse les épaules et retourne dans l’ombre de sa cellule en ricanant. « Que t’es un bon soldat, c’est tout. Mais tu t’en fous, de ce que je pense, non ? » Elle revient à la grille et plante ses billes sombres sur le blond : « Hein ? » Moue mi-figue, mi-raisin, elle le scrute et hausse de nouveau les épaules, les doigts accrochés aux barreaux.

« Et puis de toute façon, c’est pas trop à moi de te juger, là. C’est toi qu’a les clés, et vu ta réponse, ça m’étonnerait que tu me laisses sortir… » Elle est réaliste, Misia. C’est pas face à un exécutant comme Raven qu’elle va trouver de la compassion, hein. « J’vais essayer de pioncer. Merci pour l’eau et la clope. » Elle lâche la grille et retourne lentement vers le fond de la cellule, plongé dans le noir, pour s’asseoir contre le mur, les jambes tendues devant elle. Elle garde les yeux ouverts, silencieuse, essayant de faire le tri dans les (maigres) informations qu’elle a pu avoir, pour l’heure, et prend son mal en patience.

_________________

Fight, gentlemen of England! fight, bold yeomen! Draw, archers, draw your arrows to the head! Spur your proud horses hard, and ride in blood. Amaze the welkin with your broken staves! — Shakespeare.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t991-moment-to-live-and-moment-to-die-misia#39619 http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1002-two-steps-from-hell-misia
Invité
Invité

ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) EmptyJeu 16 Mar - 17:30

ces bonnes actions que l'on regrette
/ Misia & Raven /
Lorsque Misia l’interroge, il est d’abord surpris mais n’hésite pas à répondre. Il ne cherche même pas à mentir. Il n’en voyait pas l’intérêt. Non, il n’aurait pas hésité à tirer sur ce mec ou cette femme, s’il se serait retrouvé face à un membre de son propre clan. Sa mission était claire, il ne voulait pas la compromettre parce qu’une personne n’était pas à sa place. C’était tant pis pour elle. Bien évidemment, il aurait tenté d’éviter de la tuer, de viser le gilet, ou quelque chose comme ça, mais quoi qu’il arrive, il aurait tiré. C’est ce qu’il lui explique, curieux, en quelque sorte de connaître l’avis de Misia, même si ça ne l’empêcherait pas de dormir cette nuit. Il a toujours été un soldat, en sera probablement toujours un. Il a passé quasiment la moitié de sa vie à suivre des ordres, ça marque forcément une personne.

C’est d’ailleurs ce qu’elle en conclu. Misia lui dit qu’il était un bon soldat. Il se contente de hocher la tête, parce qu’elle disait vrai. La jeune femme s’approchait finalement de la grille pour lui demander s’il s’en foutait ce qu’il pensait. Il ne répondit pas de suite, mais en vient à le faire lorsqu’elle insista. « Clairement, mais j’étais curieux. » Dit-il, en haussant les épaules. Elle lui disait que ce n’était pas à elle de le juger. C’était certainement vrai, et comme elle semblait être piquée par la mouche de la perspicacité, le blond ne pouvait que lui donner raison lorsqu’elle s’imaginait qu’il ne pouvait pas la laisser s’en aller. Il n’eut pas le temps de répondre, qu’elle prit, en quelque sorte, congé de lui en le remerciant pour l’eau et la cigarette. Il arborait une légère moue, mais n’insista pas. La seule et dernière chose qu’il lui dit d’un ton neutre:« Tu sais, si je t’aurai ouvert, t’aurais pas eu le temps de faire un mètre que t’aurais fini avec une balle dans la tête. Fais rien d’stupide. » Il haussa les épaules, puis finit par sortir pour rejoindre les bureaux du poste de police.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty
MessageSujet: Re: ces bonnes actions que l'on regrette (raven)   ces bonnes actions que l'on regrette (raven) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
ces bonnes actions que l'on regrette (raven)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tableau des actions effectées par l'administration du forum.
» Ajouter des actions à la version mobile des forums
» effectuer des actions lors de la minisation de la fenêtre .
» [Cosplay] - Les bonnes adresses
» différentes courbes de progression des actions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: