snap out of it - Page 2

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 snap out of it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Mer 22 Mar - 23:21

snap ouf of it
/ Ana & Thomas  /
Ses yeux étaient posés sur lui sans qu'elle n'arrive à les décrocher de sa silhouette. Chacun de ses traits étaient passés au peigne fin par son regard qui les étudiaient comme pour la première fois. Ce qu'elle avait vu ces deux dernières années avait été suffisant pour lui faire oublier les traits de Thomas et si elle l'avait reconnu immédiatement lorsqu'elle avait vu ses photos, Ana avait longtemps oublié son visage. Tout comme celui de sa mère qui se faisait de plus en plus distant, ou celui de son frère auquel il manquait de plus en plus de détails : le grain de beauté sous son sourcil était à gauche ou à droite ? Et puis, sa mère, elle avait les yeux bleus ou vert ? Ce genre de pensées lui traversaient souvent l'esprit, dès qu'un infime élément lui rappelait un personne qui lui était chère. Mais maintenant, son attention était complètement tournée vers lui et elle profitait de sa présence qui avec le temps devenait de plus en plus naturelle, perdant cette dimension gênante qu'elle avait prise lorsqu'elle avait ouvert la porte. Retrouver Thomas avait quelque chose de rassurant, qu'elle se l'avoue ou non.

« Hmm… ouais, ma tante m’a aidé à trouver une chambre, dans une maison, un peu plus loin. Et toi alors, ton nouveau coloc… tu heu, t’entends bien avec ? » rien dans sa voix n'indiquait qu'il appréciait la tournure des événements, et personne d'esprit sain ne le ferait en vérité. Ana se mordit l'intérieur de la joue, coupable. "Je suis désolée." s'empressa-t-elle de répondre à demi-voix. "Peut-être que...." hésita-t-elle, réfléchissant sans réellement trouver de solution. Même si à présent, elle était plus libre que Thomas dans le camp, elle restait peu maître de ses mouvements ou de ses décisions. Ces dernières étaient prises plus haut et Ana les subissait avec moins de virulence que les premiers habitants d'Astoria. Et honnêtement, tout ça était tellement neuf pour elle qu'elle ne savait pas ce qu'elle avait le droit de faire ou non. Thomas devait être pire qu'elle. "Je ne sais pas si j'ai le droit de faire ça, mais peut-être que tu peux rester ce soir. Prendre la soirée pour tout préparer et partir demain au lieu de tout faire dans l'urgence..." proposa-t-elle complètement incertaine. Elle soupira, passant une main dans ses cheveux défaits. "C'est comme tu veux, personne ne le saura... enfin, je n'sais pas. Je dis ça, mais j'en suis pas sûre..." rajouta-t-elle, un peu perdue, un peu inquiète. "Moi, ça me dérange pas." conclut-elle finalement, un léger sourire qui se voulait rassurant sur ses lèvres. En parlant, ils étaient passés dans le bureau où elle avait maladroitement caché le carton avant d'ouvrir à Thomas ne sachant pas encore à ce moment là qu'il s'agissait de lui. Ce dernier gisait sous le bureau, rempli de cadres et d'objets qu'elle avait entassé avec hâte. Elle le pointa du doigt, indiquant sa position à Thomas pour qu'il n'ait pas a cherché longtemps. Non pas qu'il en aurait eu besoin. "Il s'appelle Hailey." dit-elle subitement, se souvenant ne pas avoir répondu à sa question. "La personne qui va vivre ici avec moi." précisa-t-elle. "Il est gentil. Un peu bizarre, mais gentil. Il n'est pas comme les autres." Hailey et elle s'étaient logiquement rapprochés, moutons noirs d'Echo. Ils avaient fini par se soutenir l'un l'autre et se serrer les coudes au milieu du monde de brutes dans lequel ils vivaient. Elle l'aimait bien, était contente que ce soit lui qui partage la maison avec elle et pas un autre membre d'echo. "Si jamais tu reviens ici, tu ne devrais pas avoir de problème avec lui..." elle avait dit ça avec l'espoir qu'il reviendrait et que son "si" se transforme en "quand". Car maintenant que Thomas était revenu dans sa vie, elle ne l'imaginait déjà plus en sortir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Jeu 23 Mar - 19:17

snap ouf of it
/ Ana & Thomas  /
La surprise passée, Thomas réalisait tout doucement ce qu’il se passait. Tout lui semblait tellement surréaliste. Il faut dire qu’il n’a non plus pas réellement digérer la mort de sa mère. C’était trop tôt, et le choc bien trop grand pour qu’il puisse joindre les deux bouts dans sa tête. C’était presque une sorte de déni, qui finira bien par lui retomber dessus lourdement à un moment ou à un autre. Il avait déjà mis longtemps à se faire à l’idée qu’il ne reverrait plus jamais Astoria. Maintenant Thomas devait s’imaginer une vie sans Octavia. Il avait perdu les deux personnes qui lui avaient sauvé la vie, qui l’ont aimé, éduqué, rendu tel qu’il était aujourd’hui. Il n’aura plus l’occasion de se rendre à des repas de famille, à écouter les réprimandassions ou encore les conseils d’Octavia. Il était seul, à nouveau orphelin. Il ne lui restait plus que sa tante, Margot – qui clairement avait d’autres chats à fouetter.  Dans leur malheur – et grâce à son influence sur le camp, la jeune femme lui avait trouvé un toit, histoire qui n’ait pas à frapper à toutes les portes. Il était chanceux, lui qui s’était renfermé sur lui-même durant la totalité de l’épidémie, n’avait pas spécialement créer de liens avec les autres survivants.

Lorsqu’il lui expliquait sa situation – sans qu’il ne lui ait reproché quoi que ce soit, Ana semblait à nouveau embêtée, s’excusant. Il haussa les épaules, l’air de dire que ça n’était pas à elle de lui présenter ses excuses. « C'est pas de ta faute, c'est comme ça, c'est tout, c'est mieux que rien ! » Elle poursuivait, en lui faisant une proposition à laquelle il ne s’attendait pas vraiment : rester pour la nuit. Thomas non plus ignorait s’il avait le droit de faire une chose pareille. Bien sûr, il aimerait dormir chez lui, mais n’avait pas envie que cela lui attire des problèmes alors il hésita. « T’es sûre… ? J’veux dire, si ça t’mets dans une situation compliquée, j’ai pas envie que ça t’pose des problèmes...! » Soufflait-il en passant une main sur sa nuque, la massant. Comme à chaque fois qu’il se retrouvait dans une situation délicate. Il détestait gêner, bien qu’elle lui ait assuré que ça ne l’embêtait pas. Il était ainsi, ne pouvait s’en empêcher – même si la maison était à lui. Ana semblait elle-même hésitante, malgré son léger sourire. Ils terminaient leur conversation dans la bureau, où il récupéra le fameux carton. Son attention se reposait sur la jeune femme qui enchaînait sur son futur colocataire. Un homme, Hailey, qui est étrange mais gentil. Il hochait la tête, en signe d’attention. Le blond portait le carton, en affichant une mine sceptique, malgré ce qu’elle concluait concernant ce fameux Hailey. Il se pinça la lèvre, n'osa pas l'interroger sur la nature de leur relation - parce que ça ne le regardait pas, malgré sa curiosité.  « D’accord… j’imagine que je m’en ferai rapidement une idée, de toute façon… ! » Répondit-il en haussant les épaules. Il préférait voir le personnage avant de s’en faire une idée. Il avait confiance en Ana, du moins c’est ce qu’il pensait jusqu’à preuve du contraire, en revanche, des autres, c’était une autre histoire. Il jetait un oeil, tout autour de lui, dans ce bureau qui a longtemps été son QG. Il sourit en y repensant et soufflait : « C'est d'ici, que j'étais posé quand on skypait, j'sais pas si tu reconnais l'décor ? » dit-il sur un ton un peu nostalgique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Jeu 23 Mar - 23:25

snap out of it
/ Ana & Thomas  /
Plus le temps passait, plus elle se souvenait de certaines de leurs conversations longtemps disparues loin dans son esprit trop occupé à tenter de survivre. C'était bizarre de se retrouver dans ce bureau que souvent elle avait vu à travers un écran, comme visiter le décor d'un film qu'on connait par coeur : l'impression de connaître les lieux sans les avoir jamais vraiment vu. Thomas continuait de lui dire qu'elle n'était coupable de rien, mais Ana avait le sentiment d'être coupable de tout. Même si de ses bras fins elle n'aurait rien pu faire contre Echo, elle n'avait pas bougé lorsqu'ils avaient décidé de faire d'Astoria leur prochain chez-eux de force. Et malgré tout, la jeune femme se sentait complice dans son détachement face aux actes de son clan duquel elle s'éloignait seulement à présent. Astoria avait été l'acte de trop et même si elle ne le savait pas encore, Thomas serait l'une des raisons pour lesquelles elle finira par se lever après tout ce temps passé à genoux. Ana le laissa attraper le carton plein de souvenir, tandis qu'elle balayait du regard le bureau qu'elle avait déjà rapidement observé à son arrivée dans la maison. « T’es sûre… ? J’veux dire, si ça t’mets dans une situation compliquée, j’ai pas envie que ça t’pose des problèmes...! » elle s'adosse à l'embrasure de la porte, un bras sous sa poitrine, son autre main jouant nerveusement avec son pendentif en forme de planète saturne qu'elle portait toujours depuis que sa mère lui avait offert. "C'est bon... Je pense..." soupire-t-elle. La vérité c'était qu'elle n'en était pas du tout certaine. "Personne ne le saura, il suffit que tu partes demain tôt." ajouta-t-elle le regard dans le vide et le pouce retraçant les limites des anneaux autour de la planète en argent. "Et puis... les règles sont faites pour être transgressées non ?" tenta-t-elle de plaisanter, l'ombre d'un sourire sur ses lèvres. C'était Thomas qui le lui avait souvent répété. Elle, le nez plongé dans les études toujours angoissée par les multiples responsabilités qu'elle pouvait avoir autant en tant qu'étudiante qu'en tant que youtubeuse suivie et appréciée. On lui imposait de nombreuses choses, ou elle s'en imposait elle-même et Thomas ne manquait pas une occasion de la ramener un peu sur terre lorsqu'elle se perdait un peu dans les étoiles, l'esprit plein d'anxiété. Son regard se reposa enfin sur le jeune homme. Qu'il accepte de passer la nuit ici la soulageait quelque part, ce serait sa première à Astoria, sa première dans cette maison et la perspective de la passer seule dans ce grand espace l'avait inquiété, habituée aux locaux d'Echo, la proximité, le bruit. Elle s'en rendait maintenant compte. « C'est d'ici, que j'étais posé quand on skypait, j'sais pas si tu reconnais l'décor ? »

Un sourire timide éclaira son visage, alors qu'elle s'approcha de lui. "Si, si. J'ai même remarqué la figurine Pop que j't'avais offerte." répondit-elle en pointant du doigt la petite statue. Ça lui paraissait bien loin tout ça maintenant, presque chimérique. Elle lui avait offert pour son anniversaire, quelques mois avant l'épidémie et la voir trôner sur l'étagère lui mettait comme du baume au coeur. Un souvenir d'un passé auquel elle n'aurait plus le droit, mais un passé qu'elle chérissait. Thomas en faisait partie. "Ça me manque, cette époque." souffla-t-elle soudainement, prise d'un élan de nostalgie. "Tout était plus simple." elle se pinça les lèvres, sa main ayant retrouvé son pendentif. Elle resta interdite un moment, l'esprit ailleurs. Puis reposa son attention sur Thomas. Tout avait changé depuis, même lui. Même elle. "J'ai l'impression qu'une éternité est passée depuis qu'on s'est vu pour la dernière fois." avoua-t-elle enfin du bout des lèvres, des questions plein la tête. Sur ce qu'il faisait ici, ce qu'il avait vécu depuis. Sur Astoria. Mais elle n'arrivait pas à oublier ce qu'Echo avait fait à sa mère et si une multitude de questions lui traversait l'esprit une seule se hissait au dessus de toutes : comment tenait-il encore.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Sam 25 Mar - 19:50

snap ouf of it
/ Ana & Thomas  /

Bien qu’il n’y faisait plus la même chose qu’auparavant, Thomas passait énormément de temps dans ce bureau. C’était comme une bulle, sa bulle, là où personne pouvait l’atteindre. La pièce était remplie de matériel informatique, de bandes dessinées, et autres choses qu’un mec un peu geek sur les bords pourrait collectionner. C’était son petit sanctuaire et il s’y sentait toujours bien à chaque fois qu’il rentrait dans cette pièce. C’était la nostalgie des moments passés ici qui donnait une vibe plutôt chouette à la pièce. Il s’était penché pour atteindre le cartons remplis de souvenirs qu’il se devait de cacher alors qu’il fut surpris qu’elle lui propose de rester pour la nuit. Il préférait s’assurer que ce n’était pas de la pitié – mais surtout qu’elle ne risquait pas gros, en faisant une chose pareille. Thomas ignorait les prérogatives concernant le fait d’héberger ce qu’ils aimaient appeler « les vermines ». Ana lui répondit que c’était bon. Thomas n’était pas plus convaincu que ça, mais n’allait certainement pas chercher à négocier des heures. Il préférait se convaincre, ou tenter du moins qu’en effet, ça irait, s’il partait tôt le lendemain pour ne pas attirer l’attention. Le blond arborait un léger sourire lorsqu’elle lui rappelait que les règles étaient faites pour être transgressées. Pas certain qu’il faille jouer avec le feu lorsqu’il était questions de ce redoutable clan, Tom fit tout de même la part des choses pour ne pas plomber l’ambiance. « Okay, on peut faire ça alors… ! » Finit-il par dire, en plongeant son regard dans le sien, un instant avant qu’il ne le perde tout autour de lui, s’imprégnant toujours des lieux qui lui rappelait des souvenirs avec la jeune femme – qui pourtant n’était jamais venue jusqu’à maintenant.

Dans un élan nostalgique, il lui demandait si elle reconnaissait les décors. Elle aurait très bien pu oublier. Ce genre de choses s’estompaient avec le temps. Apparemment ce n’était pas le cas. Dans un sourire, elle lui avait répondu en lui parlant de la figurine qu’elle lui avait offerte. « Ah oui c’est vrai… ! Bah comme quoi, je l’ai toujours ! » Il tourna la tête vers son interlocutrice qui s’était rapprochée. Il n’était visiblement pas le seul nostalgique dans la pièce. Tom ne put qu’acquiescer d’un signe de la tête. « Tellement. Je donnerai n’importe quoi pour retourner en arrière… sans hésiter. » Lui avouait Tom, en soupirant. Quelques secondes passèrent, de flottement avant qu’Ana ne lui confie autre chose, qui était clairement réciproque. « Deux ans, dans un monde pareil, c’est un peu comme une éternité. » Concluait-il, en baissant un instant les yeux. Oui, lorsque tout s’écroule, deux années peuvent être drôlement longues, agonisantes même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Dim 26 Mar - 23:26

snap ouf of it
/ Ana & Thomas  /
Il avait raison quelque part. Deux ans dans ce monde avait déjà le goût d'une éternité et Ana se demandait parfois ce que le futur leur apporterait. Est-ce que l'humanité parviendrait à se hisser au dessus tout ça, à se relever ? Est-ce que la société qu'ils avaient connu resterait un vieux souvenir qu'on raconte autour du feu des étoiles plein les yeux ? Et les étoiles, justement, les verrait-elle à présent uniquement par le prisme de ses yeux ? De temps à autres, quand la journée avait été longue, elle y pensait avant de s'endormir. Une inquiétude incertaine, la peur d'un lendemain qui parait extrêmement lointain maintenant qu'ils ne vivent plus que par le présent. Ana s'était approchée suffisamment pour n'avoir qu'à tendre le bras pour poser sa main sur celui de Thomas dans un geste qui se veut rassurant, compatissant. Dans un soupire, sa main se transforme en caresse alors qu'elle cherche les bons mots. "Mais on est là." dit-elle maladroitement, le ton plein d'espoir. Comme si le simple fait d'être vivants était un miracle, plus encore celui de s'être retrouvés au milieu de toute cette horreur. "Et on a l'éternité devant nous pour construire quelque chose et aller de l'avant." les mots glissent d'entre ses lèvres avec une saveur un peu trop utopiste, bien qu'elle se veuille bienveillante avant tout, optimiste aussi. Ana essayait de garder l'esprit ouvert et positif malgré l'adversité. Si elle le pouvait, bien sûr qu'elle reviendrait en arrière. Mais c'était impossible et son esprit scientifique le lui rappelait dès qu'elle avait le malheur de l'espérer. Le temps était fait ainsi. Sa main se resserra un peu contre le bras de Thomas alors qu'elle s'avance dans l'optique non dissimulée de l'enlacer, sentant qu'il en avait besoin, le remarquant dans son regard et ses yeux baissés. Mais elle n'en a pas le temps, un bruit soudain l'arrête en plein mouvement alors qu'elle fait volte-face en lâchant Thomas. La porte d'entrée venait très clairement d'être ouverte en fracas. Son coeur palpite, subitement prise de panique. La violence du bruit trahissait l'appartenance de la personne qui venait de rentrer en trombe dans la maison, certainement un Echo. Ana se retourne vers Thomas, le visage crispé. Si l'intrus le voit lui, ses affaires et le carton entre ses bras, aucun doute qu'il prendra un malin plaisir à le rabaisser ou pire, ainsi qu'à détruire ce qu'il porte devant ses propres yeux. "Reste ici et ne fais pas de bruit." lui chuchote-t-elle, tendue. "Ne sors pas, ok ? Quoiqu'il arrive..." ajoute-t-elle, le regard plus que sérieux. Ana sait déjà que quoiqu'il se passe, ce ne sera pas plaisant. Rien ne l'était avec les membres d'Echo, surtout lorsqu'elle avait la malchance d'être seule avec l'un d'eux. Tout tournait toujours à son désavantage, mais elle s'y était fait, avait trouvé les méthodes pour s'en défaire, pour apaiser les situations les plus délicates. Puis elle glisse finalement un "Je reviens." en s'éloignant et fermant la porte sans plus attendre derrière elle.

Quand elle arrive dans le couloir, c'est pour tomber presque nez à nez avec le membre d'Echo qui venait de rentrer. Sa poitrine se soulève trop vite, parce qu'elle respire trop vite, happée par l'angoisse comme toujours face à Mike. Il la dévisage mais affiche un sourire satisfait. "Ah Ana !" fait-il mine de se réjouir en s'approchant d'elle, les bras grands ouverts. Ana se fige, ne veut pas qu'il la touche. Il le sait pourtant, la suffisamment côtoyée pour savoir ce que Joshua lui faisait subir. Mais comme d'autres Echo, il se jouait de la situation et de l'image de proie prise au piège qu'elle donnait dans ces moments. "Non Mike, ne me touches pas." plaide-t-elle immédiatement, sans aucune confiance dans sa voix. Il rigole grassement et la force quand même. Elle qui avait pourtant reculé se retrouve presque plaquée contre la porte du bureau dans les bras du type. Au départ, le contacte la déstabilise complètement tandis qu'elle se crispe plus encore, avant de redevenir maître de ses mouvements et de le repousser avec le peu de force qu'elle puisse avoir. "Lâche moi." s'énerve-t-elle. Il fronce les sourcils, s'éloigne. "Roh, c'est bon. Ça va. Détends-toi un peu là, on dirait que tu vas pleurer." se moque-t-il d'elle sans aucune délicatesse. Elle ne relève pas la moquerie et lui réponds directement, aussi sèchement que possible. "Qu'est-ce que tu veux ?" Il n'a pas l'air d'aimer vu le regard noir qu'il lui lance, l'égo facilement touché. "Je visite ma nouvelle maison, c'tout !" déclare-t-il l'air de rien, puis en voyant le visage d'Ana se décomposer, il rajoute. "Bah quoi ? T'as quand même pas cru qu'j'allais vous laisser toi et Hailey avoir cette baraque ?" dit-il en accompagnant ses paroles d'un geste qui désigne l'espace autour d'eux. Ana déglutit difficilement, prise de cours. On lui avait dit que seulement Hailey et elle habiteraient ici. "Je...Mais..." elle en perd ses mots. Il se moque d'elle encore. "Je, Mais, qu'est-ce qu'il y a ? Ça te gêne ?" son ton se veut menaçant, impatient. "Les répartitions ont déjà été faites, c'était Hailey et moi ici. Personne n'a parlé de Mike dans l'affaire. Donc oui ça me gêne. De toute façon il n'y a plus de place, les deux chambres sont prises." tente-t-elle d'argumenter, la voix légèrement tremblante, impressionnée par la carrure et le ton de Mike. Ce qu'elle dit ne lui plait pas. "Justement, un de vous deux se casse d'ici." sa voix est dure. Mais il change du tout au tout, instable comme toujours. "Après, si tu veux mon avis, je préfère que ça soit Hailey qui se barre..." cette fois, il est presque mielleux alors qu'il attrape une mèche de cheveux d'Ana pour jouer avec. Instinctivement, elle tape sa main de la sienne pour l'empêcher de continuer. Il agit tout aussi impulsivement, la plaque avec force contre la porte. "Toi, t'as pris un peu trop de confiance depuis que ton mec est mort !" Son coeur bat à tout rompre tandis que ses muscles sont plus tendus que jamais, complètement désemparée. Prise de panique. Pourtant, un élan de courage lui prend. Derrière la porte, il y a Thomas et pour rien au monde elle n'aimerait voir Mike sauter de joie à l'idée de pouvoir faire du mal au fils de la femme qu'on avait tué quelques temps plus tôt face à la ville entière. Sa mâchoire se dénoue, juste assez pour lui glisser des mots tremblants. "T'as rien à faire ici, si tu veux changer les répartitions t'as qu'à aller voir Echo elle-même au lieu d'agir comme un sauvage." souffle-t-elle plus défiante qu'elle n'aurait aimé l'être, car l'ego de Mike s'en prend une belle. "Mais je suis pas sûre qu'elle apprécie être dérangée si tard pour une histoire de couchage." elle enfonce malgré-elle le couteau dans la plaie, la voix qui se brise à la fin tant la peur se fait mordante. Elle sait qu'elle vient de se tirer une balle dans le pied. Mais il y avait quelqu'un derrière la porte qui le méritait. Le visage de Mike reste impassible d'abord, surpris par cette prise de parole qui ne ressemble pas vraiment à la Ana qu'il avait l'habitude de voir alors il la pousse un peu plus contre la porte lui arrachant une gémissement plaintif. "Tu me fais mal..." dit-elle à mi-voix alors qu'elle essaie de se défaire de sa prise. Mike ne dit rien, comme s'il traitait encore les informations qu'Ana lui avait glissé. Voir Echo. La déranger. Personne ne le souhaitait. Pas même Mike. "Tu te prends pour qui petite garce ? Tu crois que tu peux me parler comme ça ? T'es rien. T'es rien." qu'il répète comme pour s'en persuader. Ana sous sa prise se fige sous les menaces, incapable de dire quoi que ce soit, le courage qu'elle avait eu plus tôt s'étant volatilisé. Mike ressemblait trop à Joshua sur le moment et Ana en perdait tous ses moyens. Puis comme pour asseoir sa supériorité, il l'attrape par le col et la jette par terre avec une facilité déconcertante. Il en faut peu pour qu'elle tombe par terre dans un gémissement surpris. Il la surplombe tandis qu'elle est encore à terre. "Tu vas le regretter."

Et puis comme ça, il tourne les talons. La menace d'Echo avait suffit à lui faire changer d'avis, ou du moins, à remettre à demain la dispute et l'envie soudaine de déloger des membres de son propre camp. Sur le chemin vers la porte, il brise volontairement un vase puis claque la porte d'entrée avec la même violence qu'à son arrivée.

Le silence retombe, Ana n'entend plus que sa respiration saccadée.

Pendant un instant, rien ne se passe. Elle reste assise par terre, déboussolée, l'image de Joshua lui revient par vagues et avec elle des souvenirs viennent s'écraser contre son esprit. Elle en oublie même Thomas dans la pièce d'à côté. Dans son malheur elle avait eu de la chance, Mike ne lui avait pas vraiment fait de mal. Tout n'avait été qu'une histoire d'ego. Ses mains tremblent, encore bousculée, et quand la porte du bureau s'ouvre elle sursaute brusquement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Mer 29 Mar - 3:07

snap ouf of it
/ Ana & Thomas  /
Oh oui, Thomas ferait bien n’importe quoi pour retourner au point où tout allait bien dans sa vie. A l’époque, il pensait avoir des problèmes mais ils étaient tellement futiles comparé à ce qu’il se passait à présent. Des factures à payer, des disputes entre potes, des rencarts foireux sur Tinder, et une fille pour qui il craquait et qui était amoureuse d’un autre. Cette même fille qui se retrouvait deux ans après avoir disparue de sa vie, en face de lui. Cette fille qui lui rappelait qu’ils étaient là, en lui caressant le bras. Il aurait été heureux, à l’époque, mais aujourd’hui c’est différent. Il ne le sera jamais vraiment, parce qu’il a tout perdu, et qu’il peine à relever la tête de l’eau. Il se noie dans cette réalité à laquelle il a du mal à accepter, à trouver sa place. Les meilleurs partent toujours en premier, et lui, il s’est souvent demandé pour quelles raisons il se trouvait encore là. Tom n’avait rien d’un warrior, d’un héros. Il se complaisait dans son malheur et s’isolait. Dans la bouche d’Ana, il y avait de l’espoir, et Thomas ne pouvait que tiquer en l’entendant dire qu’il y avait une éternité devant eux, pour construire quelque chose et aller de l’avant. Il aurait trouvé son soudain optimiste adorable il y a encore quelques temps, à présent il n’y croit tout simplement pas. Difficile de croire à cette idée alors qu’il venait tout juste de perdre sa mère, du jour au lendemain. Tom baissa les yeux. Il ne dit rien, parce qu’il ne voulait pas plomber l’ambiance avec son pessimisme évident. A quoi bon ? Ana s’avançait vers lui, mais Tom se crispa en entendant la porte s’ouvrir. Les sourcils froncés, il jeta un coup d’œil à son interlocutrice qui semblait toute aussi tendue que lui. Elle lui précisait ne pas sortir, quoi qu’il arrive et de ne pas faire de bruit. Thomas acquiesçait, en signe de compréhension, et se plaçait dans un angle mort de la pièce, non loin de la porte, le cœur battant – si fort qu’il pensait qu’on pouvait l’entendre dans l’autre pièce.

D’ailleurs, dans l’entrée, Thomas pouvait entendre la voix de ce type qui semblait connaître Ana. Il semblait enjoué, contrairement à Ana, qui sur la défensive, l’ordonnait de ne pas la toucher. Les sourcils froncés, comme ses poings, le jeune homme était d’autant plus angoissé à l’idée de la savoir toute seule face à cette brute, sans gêne. Il senti un bruit sourd contre la porte et imaginait qu’il s’agissait de la silhouette de la jeune femme. Il écoutait leur dialogue avec une grande attention. L’échange n’avait rien de cordial, l’homme se moquait d’elle, et semblait surtout vouloir s’installer dans sa maison. A nouveau, un poids contre la porte, le fait serrer les dents. Ça le rend dingue d’être aussi impuissant. Il n’est pas certain d’avoir plus de poids face à ce qui semblait être une brute, mais là, il était d’aucune utilité, et n’était qu’un spectateur impuissant de la scène qui se déroulait de l’autre côté de la porte. Ana semblait reprendre le contrôle du dialogue, Tom l’écoutait, buvait ses paroles et fut inquiet de ne pas entendre – de suite, de réponse de la part de l’intru. Son cœur se resserra davantage en entendant Ana se plaindre de la douleur qu’il lui causait certainement. Il réfléchissait à toute vitesse, jetant un coup d’œil dans la pièce pour trouver quelque chose qui pourrait éventuellement servir d’armes. Il ne pouvait pas rester sans rien faire. Il agissait, dans le silence, et écoutait en même temps les paroles du type. Il fut encore plus angoissé de ne plus sentir le poids de la jeune femme contre la porte, jeta même un coup d’œil dans le trou de la serrure. Il aperçoit Ana à terre, et cet homme au-dessus. Il s’apprêtait à agir en envoyant bouler les conséquences, mais par chance, l’homme semblait en avoir eu assez et tourna les talons.

Il n’hésite pas plus longtemps, lorsque la porte d’entrée se claque et s’approche de la jeune femme, encore sur le sol. « Ana, ça va… ?? » Dit-il en posant ses mains sur les siennes, qui tremblaient. « Putain mais c’est qui ce type ? » Demandait-il, inquiet. C’était probablement la première fois depuis longtemps qu’il faisait preuve d’autant d’entrain. « Il t’a pas fait trop mal… ? Putain, quel enfoiré. » Il la regardait, comme pour trouver réponse à sa question. Décidément, même entre eux, ils n’avaient pas de pitié, ce qui prouvait à quel point ces gens étaient des monstres. Il les détestait. Ses mains se refermaient avec douceur sur les siennes, alors qu’il ne la quittait pas du regard, en colère, contre ce type, mais également lui-même, sans doute parce qu’une fois de plus, il n’avait rien pu faire. Il était incapable de protéger ceux en qui il tenait, à son sens, il ne servait à rien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Mer 29 Mar - 13:29

snap out of it
/ Ana & Thomas  /
Elle est encore sonnée par l'altercation. Le propre bruit de ses palpitations l'assourdit, comme si son coeur avait migré entre ses tempes. Et son esprit tourne à mille à l'heure, rejouant ce qu'il venait de se passer et qui faisait écho à un temps qui était maintenant révolu mais qui continuait à la hanter. Ana reste à terre, incapable de bouger tandis que la porte du bureau ne tarde pas à s'ouvrir se qui la fait sursauter, la tirant de ses pensées. À peine a-t-elle le temps de lever les yeux que Thomas se trouve déjà à ses côtés. « Ana, ça va… ?? »   Au début, elle ne répond pas, encore un peu perdue et lorsqu'il pose ses mains sur les siennes tremblantes, elle les retire immédiatement comme si le contact de sa peau venait de la brûler. Elle le regarde, désorientée, interdite. Et il lui faut quelques secondes avant de reprendre pieds, le coeur toujours battant trop vite. "Pardon..." s'excuse-t-elle gênée, d'abord, d'avoir fuit ses mains si brutalement alors qu'il ne lui avait rien fait et tentait, au contraire, de la rassurer. Avoir été malmenée tout ce temps l'avait conditionné à fuir le contact des autres mais depuis la mort de Joshua, elle avait peu à peu repris le contrôle d'elle-même. Les situations violentes faisaient néanmoins ressurgir ce comportement malgré elle. Alors elle chercha ses mains du bout des doigts et entremêla ces derniers aux siens, s'y accrochant. "Je... J'vais bien, ça va." balbutia-t-elle en fronçant légèrement des sourcils comme pour s'en convaincre elle-même. Mike ne lui avait pas suffisamment fait mal pour qu'elle en garde une trace, un bleu, mais elle avait encore l'impression de sentir ses mains autour de ses épaules la serrant de plus en plus fort. Et sa chute ne s'était pas faites sans douleur. « Putain mais c’est qui ce type ? Il t’a pas fait trop mal… ? Putain, quel enfoiré. » Il était inquiet, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. En colère aussi surement, tandis que ses mains resserrent les siennes dans un geste tendre. Son coeur ralenti, sa respiration aussi, la présence de Thomas suffit finalement à la rassurer. Ana voudrait lui sourire et lui dire que tout va bien, mais ce serait mentir. Le temps lui avait permis de s'habituer aux horreurs que les membres d'Echo pouvaient faire, même à leurs pairs et pour le jeune homme à côté d'elle tout cela été nouveau. "C'est Mike." souffla-t-elle dans un frisson. "Il a le QI d'un gamin de huit ans, mais c'est une brute épaisse alors il se croit tout permis." expliqua-t-elle d'une voix un peu détachée. C'était son quotidien après tout, et cela n'avait rien d'extraordinaire lorsqu'on connaissait les membres d'Echo et le fonctionnement de leur camp. "Je suis désolée que t'ai eu à assister à ça..." finit-elle par dire, baissant les yeux de ceux de Thomas. "Les autres sont vraiment des sauvages... des..." elle cherche ses mots "des raclures." Et encore, ils sont bien pires. Ce sont des hyènes, des vautours. La vermine, ce ne sont pas comme ils aiment le dire les astoriens, ce sont eux, ceux d'Echo. Ses mâchoires se serrent alors que la colère pointe enfin le bout de son nez. "Il ne reviendra pas, il a beau être con comme ses pieds, il n'ira pas voir Echo pour demander à changer de maison." Ce qu'elle ne disait pas, par contre, c'est qu'il le lui ferait payer d'une façon ou d'une autre. Ses derniers mots avaient été suffisamment durs pour qu'elle sache qu'il ne les disait pas à la légère et un jour viendra où elle regrettera surement cette dispute. "Ne t'inquiète pas." mentit-elle dans un sourire totalement faux, pour le préserver un peu. Il avait suffisamment souffert ces derniers jours pour lui rajouter une angoisse supplémentaire et si elle n'osait toujours pas aborder ce sujet là -la prise d'astoria, ses conséquences, sa mère- c'était également pour cette raison. Lui donner l'occasion de souffler. Le sujet viendra alors naturellement au détour d'une conversation, ou pas du tout, quoi qu'il en soit Ana n'en serait pas l'instigatrice. Elle ne lui ferait pas ce mal là. "On se lève ?" lui demanda-t-elle, sans attendre sa réponse cependant. Debout, elle garda une main de Thomas dans la sienne n'ayant pas le courage de la lâcher. Elle remarqua le vase brisé dans l'entrée, se pinçant les lèvres. "Il a cassé un vase..." et ça a avait été gratuit, sans raison particulière.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Ven 31 Mar - 4:13

snap ouf of it
/ Ana & Thomas  /
Le jeune homme agit de suite, sort de ce bureau qui était devenu sa prison, le temps de quelques minutes et se précipite vers la jeune femme pour s’assurer qu’elle allait bien. Son regard affolé se posait sur elle, pour desceller la moindre blessure tandis qu’il ne tardait pas à l’interroger. Ses mains sur les siennes, sa façon de le repousser, Thomas fronce les sourcils, étonné, mais ne dit rien, il est désolé, embarrassé, mais n’a pas le temps de s’excuser qu’Ana le fait elle-même. « Bah non, c’est moi qui le suis. » Dit-il, sans cacher son embarras sur le moment. Il attend encore sa réponse, mais étant donné sa réaction, Thomas se doute bien que ça n’allait pas. Il avait entendu la dispute, les gestes violents, et surtout, l’avait retrouvée sur le sol. C’est que ce type était violent. Il n’avait rien pu faire pour empêcher ça, et Thomas s’en veut forcément. Ça l’énerve d’être si impuissant, et a l’impression que ce n’était que le début d’une longue lignée d’injustice. Après tout, s’il s’en prenait même à son propre clan, qu’est ce qui les arrêteraient de s’en prendre à ceux dont ils venaient de voler la terre, et d’exécuter leur dirigeant ? Il eut une boule dans la gorge à cette pensée. Son regard se baissa sur les doigts de la jeune femme qui venaient chercher les siens. Tom n’osa bouger ses mains, préférant l’interroger sur cette brute à la place. Il était complètement dépassé, et ça se voyait dans son regard. Il buvait ses paroles lorsqu’elle lui expliquait qu’il était une brute épaisse au QI d’un gosse de huit ans. Ça ne l’étonnait pas réellement. Il hochait la tête mais fronça les sourcils lorsqu’Ana s’excusa à nouveau. « Mais t’as pas à t’excuser, fin j’vais pas te dire que c’est pas grave, bien sûr que ça l’est, c’est… » Il s’arrêta, parce qu’il ne trouvait pas les mots. C’est injuste, pour sûr, mais ça ne devrait surtout pas exister, des types comme ça, des situations pareilles. Certes, le monde n’était pas tout beau ni tout rose avant l’épidémie mais à Astoria, il n’y avait pas de pareils comportements. Ce qui l’étonnait d’autant plus, c’était le détachement dont faisait preuve Ana, et qui le laissait penser que c’était fréquent. Ana tentait de le rassurer sur le fait qu’il ne reviendra pas, et lui disait de ne pas s’inquiéter, en souriant. Tom secouait la tête. Thomas ne put s’empêcher de la dévisager, en se demandant à quel point elle ne donnait aucune valeur à sa propre personne, à moins qu’elle pense qu’il n’en avait vraiment rien à faire d’elle ? Il ne lui posa cependant pas la question, n’étant pas du genre à mettre les deux pieds dans le plat mais plus à tourner plusieurs fois sa langue dans sa bouche jusqu’à ce que l’envie ne lui passe.« Hmm… j’veux pas être méchant mais je m’en fous de la maison, c’est pas le plus important là tout de suite. J’espère qu’il s’en prendra pas de nouveau à toi, je m’inquiète, sérieux. » Clairement, à choisir entre sa maison et la jeune femme, le choix était vite fait, il préférait la savoir en sécurité, c’était ça la priorité. Le reste, c’était matériel. Il finit à son tour par se lever, sa main étant restée dans la sienne. Comme ses doigts entrelaçaient les siens, Tom n’osa pas s’en détacher, et se contenta d’hausser les épaules lorsqu’elle lui parlait du vase. « C’est pas grave, ça faisait des semaines que les fleurs étaient fanées, de toute façon. » Il aurait pu faire davantage de dégâts qu’un vase, pour le coup, lui qui était un éternel pessimiste, tentait de voir le positif.  Il se pinça la lèvre, puis finit par dire ce qu’il avait sur le cœur : « C’pas la première fois qu’on s’en prend à toi, c’est ça ? » Lui demandait-il en passant une main sur sa nuque, embêté d’évoquer un pareil sujet, et s’en voulant aussitôt d’avoir osé demander. Il déteste être indiscret mais ne peut s’en empêcher. Il a besoin de savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Ven 31 Mar - 14:29

snap out of it
/ Ana & Thomas  /
Elle avait le coeur serré, les sens encore en alerte et ce ne serait qu'avec le temps qu'elle retrouverait le calme qu'elle avait trouvé une fois la porte passée. Loin des autres, loin des membres d'Echo surtout. Le regard que lui lançait Thomas lui fit baisser le sien, gênée. Il ne pouvait pas comprendre, pensait peut-être que l'on pouvait faire quelque chose pour éviter ce genre de dérives mais pour avoir passé presqu'un an avec eux, Ana savait que c'était peine perdue. Ils ne changeraient pas. Tout ce qu'elle avait pu faire, c'était serrer les dents et attendre que cela passe même si depuis quelques temps, elle se sentait pousser des ailes. Se permettait de répondre, de menacer à son tour sans jamais lever la main. Ça, elle en était incapable. Si Joshua lui avait appris à se défendre au début de l'épidémie, elle n'avait finalement que très peu utilisé ses connaissances se positionnant très vite contre la violence gratuite dont elle était elle-même victime. « Hmm… j’veux pas être méchant mais je m’en fous de la maison, c’est pas le plus important là tout de suite. J’espère qu’il s’en prendra pas de nouveau à toi, je m’inquiète, sérieux. » Il pouvait l'être, inquiet. Pour elle, pour lui, pour tout le monde en réalité. Les membres d'Echo n'avaient aucune limite et si Mike ne s'en prenait pas à elle, il s'en prendrait à quelqu'un d'autre pour sûr. Ana lui lança un sourire triste tout en serrant un peu plus sa main. Il devait être le premier depuis bien longtemps à s'inquiéter pour elle et ça la touchait plus qu'elle ne le laissait paraître. En guise de réponse, elle hocha la tête silencieusement ne sachant pas quoi dire de plus. Elle ne pouvait pas lui dire que tout irait bien, ce serait lui mentir.

Une fois debout, il lui fit remarquer que le vase ne remplissait plus sa fonction depuis un moment mais ça ne l'empêcha pas de se sentir coupable. Thomas semblait ne pas en avoir grand chose à faire de ce vase et de ce qu'il contenait alors tant mieux. Ana s'apprêta à proposer de s'occuper des dégâts pendant qu'il pouvait de son côté continuer à faire ses affaires mais Thomas pris la parole avant elle. « C’pas la première fois qu’on s’en prend à toi, c’est ça ? » Elle se figea un instant, surprise par sa question à laquelle elle ne voulait pas répondre. Pas déjà. Généralement, elle évitait cette conversation. Rares avaient été les personnes à s'intéresser à son cas sur le camp Echo, mais lorsqu'elle et Joshua avaient voyagé de groupe en groupe celle-ci était forcément arrivée sur le tas à un moment donné. Sa mâchoire se serra tandis que sa poigne autour de la main de Thomas perdue en intensité. Elle ne savait pas quoi dire. Devait-elle être honnête ? Lui mentir ? Tomber dans les détails ou être évasive comme toujours ? Ana resta un moment muette, le regard fuyant, avant de finalement doucement ôter sa main de celle de Thomas. Elle ne voulait pas lui mentir, mais ne voulait pas non plus l'inquiéter plus que de mesure ou attirer sa pitié. Joshua était mort, le problème s'était réglé de lui-même. Restait alors les membres d'Echo, mais ça, c'était une autre histoire. "Oui." lui répondit-elle sobrement, presque dans un souffle. "Mais de toute façon qui peut se vanter du contraire..." tenta-t-elle de relativiser, le coeur battant. Elle ne devait pas être la seule, ni la première dans cette situation. Epidémie ou pas. Son regard s'assombrit. Elle n'aimait pas parler de ça, trop de souvenirs qu'elle préférait oublier lui revenaient en pleine face et si elle ne mettait pas fin à ce sujet rapidement elle sentait que d'autres questions suivraient. Des questions auxquelles elle n'était pas encore capable de répondre. Après tout, elle venait tout juste de retrouver Thomas et ne voulait pas plomber l'ambiance. Bien qu'elle soit déjà au plus bas. "Ok, et si on changeait de sujet de conversation, dis ?" demanda-t-elle soudain, un demi-sourire sur les lèvres le ton se voulant confiant mais finissant par être teinté de malaise. Les mains encore agitées, elle les passa dans ses cheveux les tirant en arrière comme si elle s'apprêtait à se coiffer avant de les laisser tomber sur ses épaules dans un soupire. "Quelque chose de plus... léger ?" proposa-t-elle sans vraiment savoir quoi. Difficile de trouver une excuse pour ne pas avoir à parler d'un passé qu'elle fuyait constamment. Ses doigts fébriles descendirent le long de sa nuque, traçant les contours de sa clavicule pour se poser sur son pendentif en argent, nerveuse. "Tu as un chat, alors ?" elle avait remarqué le drôle de paquet qu'il s'était empressé de mettre dans son sac. C'était ridicule comme changement de sujet, extrême, mais c'était tout ce qu'elle avait trouvé sur le moment pressée d'oublier l'altercation avec Mike qui réveillait pas mal de vieilles blessures. Pas sûre que Thomas soit du même avis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: snap out of it    Sam 1 Avr - 15:59

snap ouf of it
/ Ana & Thomas  /

Thomas était désolé qu’une pareille chose lui soit arrivée. Il ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable – car s’il n’avait pas été là, la jeune femme n’aurait certainement pas cherché à l’empêcher de rester plus longtemps. Il n’aimait pas la situation dans laquelle il la mettait. En effet, il ne lui fallut pas plus longtemps pour comprendre que les membres d’Echo n’avaient de pitié pour personne. Ils s’en fichaient des autres, seuls leur propre intérêt était pris en compte. Il ne voulait donc pas qu’Ana se mette en danger pour lui, pour les astoriens, pour qui que ce soit. Il avait bien trop de choses en tête, pour ajouter une énième inquiétude. Il ne pouvait pas risquer de perdre une autre personne. C’était trop douloureux, et Tom n’arrivait à peine à se lever le matin pour lutter contre cette nouvelle vie qu’il détestait. Il n’était le héros de personne, n’avait pas la force. Les warriors, c’était les autres. Ceux qui sont morts pour que d’autres puissent survivre. Ceux qui passent encore leur vie à protéger celles des autres. Thomas n’a rien fait de tout cela. Il s’est juste renfermé, et à fermer la porte avec un cadenas.

Ana n’ajoutait rien, lorsqu’il lui faisait savoir qu’il s’en moquait de sa maison, et qu’il était plus inquiet pour elle. Sa main s’était resserrée dans la sienne, et le vase à terre le laissait de marbre. Ce ne serait sans doute pas la dernière chose qu’on lui prendrait, qu’on ruinerait. Il l’a accepté, comme une fatalité. Il est anesthésié, en ne pouvant s’empêcher de dire qu’il a déjà vécu le pire. Il se permit de lui demander si ce type s’en était déjà pris à elle auparavant. Ana semblait surprise mais finit par lui donner une réponse honnête qui le fit serrer les dents. Ana retira sa main de la sienne, et le blond s’en voulu aussitôt d’avoir posé la question. Peut-être que certaines choses ne valaient pas la peine d’être dites ? Il n’en savait rien mais se sentit grandement embarrassé. Thomas a toujours été maladroit, alors il ne préfère rien dire, hocha la tête, sans savoir quoi ajouter. Le regard fuyant, il finit par reposer son attention sur la jeune femme qui souhaitait changer de sujet de conversation. « Ouais, d’accord, pas de problème. » Mais de quoi pourraient-ils bien parler ? Si auparavant ils pouvaient passer des heures à parler de tout et de rien, dans l’improvisation la plus totale, aujourd’hui, le jeune homme se retrouvait à court d’idées. Tout était synonyme de mort, de violence et de perte. La nervosité était clairement palpable à ce stade et Thomas, comme à son habitude, lorsqu’il cherchait à s’éclipser, finit par allumer un joint. Un remède qui l’empêchait de le rendre complètement dingue. Enfin, ça n’était pas la seule chose, à dire vrai, Ana tapa dans le mile en évoquant son chat. Il eut un sourire en acquiesçant. « Ouais… je l’ai recueilli dans la forêt, y a heu… 2 ans déjà. On s’est bien trouvés, je l’aime beaucoup. Il est malin, il s’éloigne pas trop, pis il m’tient compagnie. J’ai l’air d’une catlady quand je parle comme ça. » Remarquait-t-il en se pinçant la lèvre. Il a toujours aimé les animaux, la nature. Un petit rêveur. Aujourd’hui, les fleurs ont fané, la faune et la flore subissaient tout comme eux cette vie. Rien de bien réjouissant. Il sorti un cendrier d'un tiroir, puis en sorti également un verre en proposant : « Tu veux boire un truc ?»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: snap out of it    

Revenir en haut Aller en bas
 
snap out of it
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: inside astoria's walls :: sunset square :: les maisons-
Sauter vers: