my secret friend

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 my secret friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: my secret friend    Mer 15 Mar - 4:24

My secret friend
/ Lionel & Echo  /
Les choses se mettent gentiment en place à Astoria, pour le plus grand bonheur de la nouvelle leader. Après un début plutôt chaotique, le rouquine espérait que l’activité reprendrait rapidement. En effet, ils étaient à présent plus nombreux. Il fallait reprendre les rails de ravitaillement, continuer de chasser, de pêcher, de faire en sorte qu’ils aient tous de quoi manger. La jeune femme songeait à tout ça, avant de se permettre de pouvoir jubiler et de festoyer. Elle était ainsi, avec le cerveau qui carburait à toutes les heures. Elle laissait tout ce qui concerne la surveillance et les interrogatoires à son bras droit qui se faisait un plaisir de brutaliser ceux qui ne se pliait pas à ce nouvel ordre ; le sien.

Ce soir, la jeune femme était seule. Les hommes de la maison semblaient tous vaquer à leurs propres occupations, et la demoiselle comptait bien en profiter. Plus tôt dans la journée, elle avait croisé Lionel et tous deux s’étaient mis d’accord pour se revoir dans la soirée. Elle ne comptait pas débarquer chez ce dernier, ne voulant pas se mêler à la population d’anciens astoriens. Et puis leur donner l’opportunité de s’en prendre à elle ? Non merci. Dans le désespoir, certaines personnes étaient capables de faire n’importe quoi et les enjeux étaient trop grands pour une si stupide erreur.

Pour l’occasion, la jeune femme s’était apprêtée. Elle a toujours été féminine mais les habitants d’astoria n’avaient sans doute jamais pu voir cette facette de sa personnalité. Darren lui avait trouvé de l’alcool, pour l’occasion, et la rouquine attendait donc son acolyte qui ne devait pas tarder à arriver.

A présent, ils se retrouvaient tous les deux dans le salon, un verre à la main (qui était loin d’être le premier de la soirée), dans une moue malicieuse, elle l’observait et ne tardait pas à l’interroger : “ En tout cas, j’espère que les derniers changements à Astoria n’ont pas trop ébranlé tes petites habitudes, t’as du neuf à me raconter ? Quelqu’un qui t’a tapé dans l’oeil ? C’est pas la nouvelle chaire fraîche qui manque à présent.  ” Soufflait-elle, en apportant son verre à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 20/01/2017
MESSAGES : 56
IDENTITÉ : fern.
FACECLAIM : willy cartier. ( ladyfame )
MULTILINKS : alfons et winnie.
POINTS : 239

STATUT CIVIL : c'est dans la méprise qu'il aborde les autres, un rictus au bord des lèvres, l'insolence dans la voix. on ne l'aime jamais plus qu'un soir. (genderfluid plz, il/elle)
ANCIEN MÉTIER : douce et tendre lilith, l'angélique au coeur ténèbre ; c'est qu'elle charmait les hommes dans la noirceur d'un cabaret, la douce dragqueen.
PLACE DANS LE CAMP : couturier pour tout et rien ; il crée ce qu'on lui demande, à l'aide de ses doigts de fée. depuis qu'il a perdu son poste à l'école, il s'occupe de la crinière de la nouvelle reine, pour garder son boule en sécurité.
ARME DE PRÉDILECTION : une machette de boucher dont il se sert tel une épée, tel roméo contre tybalt ( acte III scène I )
ÂGE : vingt-six ans.


MessageSujet: Re: my secret friend    Mer 15 Mar - 19:44

C'est une main sur les hanches et une autre rejetant sa longue crinière de licorne que Lionel salue Echo lorsque la porte s'ouvre, pose des bises sur ses joues - mais pas réellement, plus dans le vide, pour ne pas gâcher son merveilleux maquillage - avant de se glisser dans la demeure. Elle observe, attentive, la diva, les alentours, accepte le verre de vin et prend une gorgée du bout des lèvres, pour bien le goûter, avant de se poser en sa compagnie dans le salon.
Les jambes allongées, le petit doigt dans les airs et une lueur espiègle dans les yeux, il écoute les paroles d'Echo, la dévisage avec attention et rejette une seconde sa tête vers l'arrière, lorsqu'un rire le traverse.
Lorsqu'il l'observe de nouveau, l'oeil brille d'une lueur intéressée.
- Et bien, si on m'offre des jolies choses à observer, je vais pas me plaindre.
Il prend une gorgée, la dévisage une seconde, sourire malin sur les lèvres, quelques pensées dans l'esprit, certaines allant vers le bras-droit de la dame, mais garde les réflexions pour lui-même, par précaution.
- C'est l'un de tes critères de sélection, être beau comme un coeur ? Parce que, sans mentir, les jolis minois sont nombreux dans tes troupes, ma chérie.
C'est que l'oeil s'est attardé sur les nouveaux arrivants au cours des derniers jours, et que la diva a sorti ses beaux habits, en voyant les gueules d'ange qui se sont ajoutés au camp. Certes, certains restent un peu crades par le manque d'hygiène, d'autres ont quelques dents en moins ou encore, le champ lexical d'un enfant de deux ans et les muscles d'un gorille, mais certains restent tout au moins acceptables, et assez intéressant pour capter son regard.
Comment se refuser à pareille vision ? Si Dieu lui a donné des yeux, alors Lili en profite sans la moindre gêne, aucune, et ne peut que les complimenter.
Une moue traverse ses lèvres, pourtant. Boudeuse, la diva lâche un soupir de chagrin alors que, de sa main, elle fait danser le vin dans son verre d'un mouvement lent.
- Mais non, personne n'a su capter ma précieuse attention. Personne pour m'apprécier à ma juste saveur. Je suis chagriné.
La moue s'accentue un instant, et Lionel se redresse un peu, assez pour donner une claque légère sur le bras de son amie.
- Encore plus depuis qu'une dite personne a décidé que le camp n'avait plus besoin de divertissements. Mon coeur est brisé.
Mouvement de main exagéré, regard appuyé, il la désigne pour lui faire comprendre qu'il parle d'elle. Peut-être devrait-il avoir peur pour parler de la sorte à celle qui a massacré le camp, mais il la voit surtout comme l'amie qu'il s'est fait avant le carnage. Certes, peut-être a-t-elle deux trois personnes - qui est-il pour juger ? - brûler quelques cadavres  - pour ça, il juge un peu, sa crinière puant encore le cochon - et enfermé quelques personnes  - il ne les connait pas personnellement, alors rien à foutre - mais elle reste une femme très respectable.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: my secret friend    Jeu 16 Mar - 14:58

My secret friend
/ Lionel & Echo  /
La leader était ravie de passer une soirée en si bonne compagnie. Ça lui changerait de ses fréquentations habituelles. Disons que des brutes sans cervelles, ce n’était pas spécialement très intéressant en termes de longues conversations. Ils étaient dociles, respectaient les règles mais les conversations ne volèrent pas bien haut. Sur le canapé, la rouquine apportait son verre à ses lèvres, prit une gorgée de vin avant de finalement reprendre la parole, pour interroger son ami au sujet de nouvelles rencontres, quelque chose de croustillant qui pourrait l’intriguer. Il soufflait ne pas se plaindre des nouveaux arrivants, et Echo arborait un sourire plus malicieux à sa deuxième remarque concernant le physique de ses soldats.
« J’aimerais m’accorder tous les crédits, mais ce n’est qu’un hasard. Un joli hasard, si je peux dire. » Soufflait-elle dans un léger rire. Il est vrai qu’elle s’était déjà faite la réflexion. Les hommes de son clan étaient loin d’être dégueulasses mais la rouquine ne fricotait qu’avec l’un d’entre eux. Sans doute pour une raison de crédibilité. Garder une certaine distance lui permettait d’être plus respectée. Et oui, bonjour le sexisme. Croisant ses jambes, ses iris venaient confronter celles de la diva, qui lui confiait que personne n’a su capter son attention. Elle arqua un sourcil, surprise. Elle n’eut pas l’occasion de réagir, que Lionel se redressa et lui donna une légère frappe sur le bras. Son attention redoublait, alors qu’elle l’accusait d’avoir mis fin à ses divertissements. Echo déposa son verre sur la table basse en face d’elle, et demeura quelques secondes dans le silence.
Et puis finalement, un léger sourire s’afficha sur son visage, et Echo reprit la parole : « Tu penses que si je remettais ces fameux divertissements en place, ça augmenterait tes chances de rencontrer quelqu’un ? » L’interrogeait-t-elle en reprenant son verre entre ses doigts. « Je vais y réfléchir. Après tout, tu sais que j’aimais ce que tu faisais. » Concédait la rouquine, qui, pour le moment était plus pré occupée par la mise en place du nouveau régime sur le camp plutôt que d’instaurer de nouvelles activités… mais Echo n’avait qu’une parole et lui avait dit qu’elle y songerait.

Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 20/01/2017
MESSAGES : 56
IDENTITÉ : fern.
FACECLAIM : willy cartier. ( ladyfame )
MULTILINKS : alfons et winnie.
POINTS : 239

STATUT CIVIL : c'est dans la méprise qu'il aborde les autres, un rictus au bord des lèvres, l'insolence dans la voix. on ne l'aime jamais plus qu'un soir. (genderfluid plz, il/elle)
ANCIEN MÉTIER : douce et tendre lilith, l'angélique au coeur ténèbre ; c'est qu'elle charmait les hommes dans la noirceur d'un cabaret, la douce dragqueen.
PLACE DANS LE CAMP : couturier pour tout et rien ; il crée ce qu'on lui demande, à l'aide de ses doigts de fée. depuis qu'il a perdu son poste à l'école, il s'occupe de la crinière de la nouvelle reine, pour garder son boule en sécurité.
ARME DE PRÉDILECTION : une machette de boucher dont il se sert tel une épée, tel roméo contre tybalt ( acte III scène I )
ÂGE : vingt-six ans.


MessageSujet: Re: my secret friend    Ven 17 Mar - 18:18

Un instant de silence ; la diva retient son souffle, garde une expression neutre. Un noeud se forme dans ses entrailles, pourtant. Un doute certain, une peur quelconque ; les mots n'étaient peut-être pas assez réfléchies et trop honnêtes. C'est qu'il ne sait pas réellement, aussi, ce dont elle est capable. Il a vu, senti, entendu les cris ; il a écouté son discours, un peu à l'écart des autres, le coeur battant un peu trop fort à la chamade dans sa poitrine. La peur dans les tripes. Des larmes dans les yeux, aussi, même s'il le nie lui-même. Car le coeur bat, dans sa poitrine ; Lionel n'est pas que diva, mais humain aussi, et ce malgré son égoïste narcissique. Il la connait pas totalement ; il l'appréhende un peu, la craint certainement, mais préfère l'ignorer, comme on l'ignore le public qui dort ou qui dénigre les acteurs. Il continue de jouer le jeu, qu'importe les tomates lancées sur la scène, laissant des traces rouges contre le parquet, tâchant ses vêtements, atteignant les autres acteurs. Il reste là, un sourire pur sur les lèvres, une moue boudeuse à la gueule, des manières extrêmes dans les gestes. Il joue le jeu, encore et encore, car le rideau n'est pas tombé encore.
Et que, si le rideau tombe, il meurt.
Elle parle, enfin ; le coeur calme un peu ses battements, le corps se détend - il ne s'en était même pas rendu compte - et le sourire se fait plus grand. Lili penche sa tête sur le côté et laisse échapper un rire de ses lèvres, avant de passer ses doigts finement manucurés dans sa longue et sublime crinière. Autour de son index, une mèche s'enroule et il l'observe une seconde.
- Comme si un homme avait assez de force pour s'occuper de ça ; il se désigne de la tête aux pieds, une moue sur les lèvres, un regard critique. Personne n'est assez parfait pour moi, beauté. Sache le.
Il rit encore, prend une gorgée de son verre, avant d'appuyer sa joue dans la paume de sa main, l'observant encore. Un sourire fin, sur les lèvres. Ses paroles, mine de rien, lui font plaisir.
- Ce serait extrêmement apprécié de ta part ; je m'ennuie un peu, loin de ma scène. Tu sais bien à quel point j'aime me montrer.
C'est qu'elle ne respire que pour jouer, la Diva, et qu'importe le thème ou le domaine. Elle joue, sans cesse et soudain sans scène, elle devient Lilith, pour ne pas se perdre, pour ne pas céder, ne pas trop sombrer dans les atrocités des derniers jours, mois. Un masque fin sur ses traits, mais bien fixés, elle conquérit les coeurs avec ses mensonges si finement tissés.
- Et toi, hm ? Dis moi tout, ma chérie. Tu dois bien avoir quelques petits secrets coquins que je puisse me mettre sous la dent. J'ai besoin de potins, quelque chose de consistant. C'est bien amusant, les gros bras et les vilains garçons, les conspirations et les jolis bains de sang, digne des grandes pièces de théâtre, vraiment, mais que serait le monde sans une petite tragédie sentimentale, hm ? Allez, dis tout, ma chérie.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: my secret friend    Sam 18 Mar - 7:26

My secret friend
/ Lionel & Echo  /

Echo n’était pas à sous-estimer. C’est d’ailleurs ce qu’elle se plaisait à rappeler, de manière subtile. En effet, elle n’avait certainement plus à faire ses preuves, mais les hommes et femmes qui l’entouraient, avaient par moments, tendance à se ramollir. A oublier, à ne plus craindre. Or, contrairement à eux, la rouquine n’oubliait jamais rien. Elle analysait, notait tout. Elle avait cette facilité de lire entre les lignes, entre les mots, et surtout les réactions non verbales de ses interlocuteurs. Echo était un paradoxale, lunatique. Elle aimait semer le doute chez les autres. Cette fois-ci ne fut pas une exception. La rouquine finit par briser le silence qui était presque devenu pesant, comme si rien n’était. Au fond, elle n’avait pas été offusquée par son geste – mais n’est pas quelqu’un de spécialement tactile. La jeune femme est cet électron libre, distante et pourtant qui donne l’impression d’être accessible à certains moments.

Considérant ses propos, bien qu’elle doute pouvoir le faire dans l’immédiat, Echo lui assurait qu’elle allait songer au fait de ré-instaurer les divertissements tels que des spectacles. Tout dépendait des prochaines semaines. L’ambiance était bien trop tendue pour le moment pour songer à une chose pareille. Il faudrait un petit temps d’adaptation. A la réponse de la diva, Echo ne retint pas un léger rire. Elle aimait ces personnes débordantes d’assurance, elles dégageaient un énorme charme à son sens. C’était ce qui les rendait attirantes. « Mais est-ce que tu as vraiment envie de trouver la perfection ? » Lui demandait-elle dans une moue malicieuse. Après tout, les défauts étaient tout aussi enrichissants par moment. Les personnalités trop lisses n’étaient pas la tasse de thé de la rouquine.  « J’imagine. » en concluait-elle simplement Echo, en apportant son verre à ses lèvres sans rentrer davantage dans les détails.

Et puis finalement, voilà qu’il lui retournait la conversation. La diva souhaitait connaître quelques secrets, ce qui lui arrachait un léger rire. Des secrets ? C’était probablement la base même du personnage. Elle n’était pas un mystère à résoudre (du moins c’est ainsi qu’elle se voyait) mais il y avait bien des choses qu’elle gardait pour elle, faute de faire suffisamment confiance pour oser se dévoiler. « Je risque de te décevoir, je n’ai pas vraiment eu le temps d’alimenter la tragédie qu’est ma vie active. Entre les braves soldats et les pauvres âmes qui me détestent à présent, il ne reste qu’un pauvre créneau pour une partie de jambes en l’air presque bâclée par la précipitation. » Elle se mit amèrement à rire, en repensant à cet épisode avec Archibald, qui lui avait sauté dessus, lors de leurs retrouvailles.




Dernière édition par Echo Ryswell le Mer 29 Mar - 0:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 20/01/2017
MESSAGES : 56
IDENTITÉ : fern.
FACECLAIM : willy cartier. ( ladyfame )
MULTILINKS : alfons et winnie.
POINTS : 239

STATUT CIVIL : c'est dans la méprise qu'il aborde les autres, un rictus au bord des lèvres, l'insolence dans la voix. on ne l'aime jamais plus qu'un soir. (genderfluid plz, il/elle)
ANCIEN MÉTIER : douce et tendre lilith, l'angélique au coeur ténèbre ; c'est qu'elle charmait les hommes dans la noirceur d'un cabaret, la douce dragqueen.
PLACE DANS LE CAMP : couturier pour tout et rien ; il crée ce qu'on lui demande, à l'aide de ses doigts de fée. depuis qu'il a perdu son poste à l'école, il s'occupe de la crinière de la nouvelle reine, pour garder son boule en sécurité.
ARME DE PRÉDILECTION : une machette de boucher dont il se sert tel une épée, tel roméo contre tybalt ( acte III scène I )
ÂGE : vingt-six ans.


MessageSujet: Re: my secret friend    Mar 28 Mar - 22:33

Il écoute d'une oreille attentive, ne peut que claquer sa langue dans son palais, un peu dégouté, un peu trop décu aussi, lorsqu'il entend sa simple réponse. Pas surprenante, certes, mais décevante tout au moins.
Lionel passe ses doigts dans sa crinière, observe une seconde par la fenêtre, moue sur les lèvres, avant de prendre une gorgée de vin.
Puis de nouveau, il l'observe.
- Hmm... les choses sont un peu ennuyantes, maintenant.
Il n'y a que la diva pour s'ennuyer dans une pareille situation. Ou du moins, pour dire qu'elle s'ennuie. Dans l'antre du loup, du vin entre les doigts, l'éternel danger qui plane sans cesse, et la diva ose dire, une moue boudeuse sur les lèvres, qu'elle s'ennuie.
Mais elle le pense, tout au moins, car les ragôts manquent un peu ; ceux qui faisaient tourner le monde, autrefois. Ceux que l'on traquait sur les réseaux sociaux, ceux qui épient sans cesse dans les revues peoples, un peu malsains, un peu trop obsédées. Il s'en ennuie presque, lorsque ses oreilles ne cessent d'entendre des histoires de complots, de morts et de mort-vivants.
Une seconde, il grimace, avant de se redresser un peu. Il cherche un nouveau sujet, puis sourit simplement.
- Il suffit de te trouver un bel étalon qui pourra, tout attentif, s'occuper de toi pendant des heures ; le dernier mot est dit à la rallonge, la voix insistant bien sur ce point. Une part de lui s'excite un peu et il pose son verre sur la table proche, avant de porter sa main à son visage, pensif une seconde.
- Certains spécimens sont assez intéressants, dans les environs. À mon grand désarrois, certains n'apprécient pas tout ce que je peux leur offrir, mais peut-être seront-ils intéressés par la belle rousse intrépide que tu es. Après tout, une reine, à défaut d'avoir un roi - car qui veut d'un roi, de toute manière, lorsqu'on est reine ? - mérite bien une monture à son image.
Il sourit, encore, et laisse son esprit vagabonder. Certes, la conversation ne mène nulle part, et il ne fait que parler pour parler, mais qu'importe. La chose l'amuse, et mine de rien, peut-être a-t-il besoin de s'amuser un peu. Et Echo, qu'importe son statut, qu'importe ce qu'elle a bien pu faire au cours des derniers jours, reste certainement humaine, et a certainement besoin d'un brin d'amusement également.
- Il y a un allemand, sur le camp. Grand, regard sombre mais bleu, bien musclé. Un fessier de béton monté sur des cuisses d'acier, je dirais même.
Puis, une moue.
- Mais prude, malheureusement. Pauvre chaton, son potentiel réduit en cendres. Personne ne veut d'un homme qui tremble et rougit face à un baiser, hm ? Mais qu'importe ; il reste agréable à l'oeil, j'imagine.
Et qui plus est, sa compagne reste toujours intéressante, lorsque Lionel ose faire un commentaire sur sa personne, lorsqu'elle est tout près. Un certain divertissement.
- Ou une jument, peut-être ? Il hausse d'un sourcil, curieux. Puis, sourit ; Dis moi, et Lili trouvera une bête que tu pourras monter jour et nuit.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: my secret friend    Mer 29 Mar - 2:35

My secret friend
/ Lionel & Echo  /
Echo ne répondit rien, lorsqu’il décrivait la situation comme ennuyante. Que dire de plus ? Elle n’en savait rien, et faisait partie de ceux qui préféraient le silence aux paroles inutiles. Clairement, elle n’avait pas le temps à consacrer à ce genre de choses pour le moment. Comment penser à d’éventuels divertissements lorsqu’ils venaient à peine de débarquer ? Il y avait tant à faire, et la rouquine n’avait pas la tête à penser à des spectacles et autres activités de ce genre. Et puis Echo était là pour se changer les idées, pas pour se ramasser des reproches. Elle détestait avoir à se justifier et estimait ne pas avoir à le faire. C’est ainsi, on la suit ou on finit comme leur très chère mairesse.  Ce n’est pas une campagne électorale, ou une démocratie.

Et dans tout ce bordel, Echo n’avait encore moins l’occasion de s’adonner à des activités charnelles ou de prétendre avoir des papillons dans le ventre. Il y avait bien eu Archibald, mais le souvenir lui laissait un goût amer au fond de la gorge. Un primate, un moment sans saveur, mis à part de l’amertume de son côté.  Echo était rancunière, s’accrochait à ça pour avancer et le jeune homme avait grillé toutes ses chances de pouvoir lui grimper dessus d’aussitôt. Il pouvait certainement s’estimer heureux d’être encore capable de respirer. A cette pensée, son regard s’assombrissait alors qu’elle écoutait les recommandations de la diva à ses côtés. Elle hochait la tête, en signe d’approbation lorsque son avis lui était demandé et attendit que le silence s’installe à nouveau pour prendre son tour de parole.

« A croire que ton allemand au fessier d’acier m’a échappé. Qui est-ce ? » Lui demandait-elle, pas qu’elle soit réellement intéressée mais la curiosité l’avait piquée. En effet, la fin de son portrait était loin d’être flatteur pour cet homme. Echo voulait un homme et non quelqu’un à qui il fallait prendre la main. Elle aimait le pouvoir, mais le perdre dans des draps était tout aussi excitant. Elle se détendit à cette pensée, arborait même un sourire, en revenant sur les propos précédents de son interlocuteur. « Oh non, je préfère les hommes, ils sont déjà suffisamment compliqués pour que je m’aventure de l’autre côté.   » Elle haussa les épaules, prit une gorgée de vin. « J’aime pas les chiens enragés, et c’est ce que sont devenus mes soldats. A croire que c’est compliqué de se comporter comme des humains de nos jours.  Alors si tu as quelqu’un à proposer, je t’en prie. » Elle rit, l’ironie de la situation. Elle leur demandait d’être prêt à tout pour survivre mais espérait retrouver de l’humanité dans leurs yeux à un moment. Requête utopique.  « J’en avais trouvé un bon, d’étalon mais la vie fait qu’on s’éloigne. Mais il était génial. Tu le connais peut-être, Ash, hm ? » Bon, le fait d'avouer tué sa femme n'a pas aidé dans le processus. Echo arborait un sourire malicieux en se souvenant de son ancien amant et reposait son attention sur Lio.


Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 20/01/2017
MESSAGES : 56
IDENTITÉ : fern.
FACECLAIM : willy cartier. ( ladyfame )
MULTILINKS : alfons et winnie.
POINTS : 239

STATUT CIVIL : c'est dans la méprise qu'il aborde les autres, un rictus au bord des lèvres, l'insolence dans la voix. on ne l'aime jamais plus qu'un soir. (genderfluid plz, il/elle)
ANCIEN MÉTIER : douce et tendre lilith, l'angélique au coeur ténèbre ; c'est qu'elle charmait les hommes dans la noirceur d'un cabaret, la douce dragqueen.
PLACE DANS LE CAMP : couturier pour tout et rien ; il crée ce qu'on lui demande, à l'aide de ses doigts de fée. depuis qu'il a perdu son poste à l'école, il s'occupe de la crinière de la nouvelle reine, pour garder son boule en sécurité.
ARME DE PRÉDILECTION : une machette de boucher dont il se sert tel une épée, tel roméo contre tybalt ( acte III scène I )
ÂGE : vingt-six ans.


MessageSujet: Re: my secret friend    Ven 31 Mar - 2:25

Sourire de diva sur les lèvres de la belle, tandis qu'elle dévisage son amie. Les lèvres luisent par l'alcool qui y repose encore un peu, et Lionel attentif à la suite. Car malgré le danger, malgré cette sensation de peur quelque part en lui, celle qu'il essaie de ne pas écouter, il reste curieux face à la diablesse.
Elle l'attise, comme les personnages de grand théâtre peuvent bien attirer l'attention. Son regard ne peut se détourner, et ses oreilles ne peuvent qu'écouter le son de sa voix, lorsqu'elle déserre les crocs. Car Echo reste, à ses yeux, un grand personnage. Une belle et cruelle comme l'on peut voir, parfois, sur scène. Une femme comme l'on en trouve peu, dans la vie, car elles sont bien trop souvent sous estimées.
Un personnage de ce cher William, né des siécles en retard.
Un rôle qui, dans une pièce de théâtre, lui aurait certainement donné envie. Aurait éveillé des frissons, contre sa peau, et une excitation, dans ses veines.
Mais à l'instant, tandis qu'il l'observe réellement, tandis que dans le plus profond de ses pensées émanent certaines pensées, il sait que son corps ne ressentirait certainement pas le même genre de frisson.
- Oh, qu'importe son prénom. Il n'en vaut pas réellement la peine ; qu'il dit, quittant ses pensées, faisant un mouvement de la main, pour lui montrer que, évidemment, l'homme n'en vaut pas réellement la peine. Certes, s'ils viennent à le croiser dans la rue, Lionel lui désignera sans gêne son fessier pour qu'elle se rince un peu l'oeil, mais au delà de cela, l'homme reste insignifiant. Un pauvre chiot à la botte de son italienne.
Il hausse d'un sourcil, un fin sourire sur les lèvres, boit ses paroles, ensuite. Des informations qu'il garde bien en tête, Lionel, pour la combler et lui faire plaisir, également. S'en faire une amie, une alliée, dans ce monde étrange auquel, mine de rien, il ne désire pas réellement faire parti. La diva quitte le bas peuple, alors, et caresse les cheveux de la reine, espérant avoir de ses faveurs, pour ses bons jours. Et il sourit, toujours, joue quelques jeux comme il le fait depuis la nuit des temps, sans gêne, en ne pensant qu'à lui.
C'est simple.
Simple, d'être égoiste, de ne se préoccuper de rien d'autres que de lui-même.
Simple, oui.
C'est ce qu'il croit, depuis quelques jours, semaines. Depuis le début de sa propre mascarade.
Et puis.
Il l'entend.
Il entend son prénom.
Ash.
Son regard croise celui d'Echo, bien qu'il ne le voit pas réellement, pendant une seconde. Son coeur bat fort, malgré cela, il a l'impression qu'il a cessé. L'oeil est vague, et il avale difficilement la gorgée de vin qu'il avait pris, quelques secondes plus tôt.
Lili ferme les yeux, reprend consistance, avant d'ouvrir les yeux, laissant échapper de ses lèvres un ricanement amusé, pour expliquer son absence étrange. Il paraît faux, du moins à ses oreilles d'artiste, mais qu'importe. Lili n'est que faux pour bien des gens, et Echo ne s'en rendra forcément pas compte.
Riant toujours, il porte une main à ses lèvres, cachant son visage une seconde, les battements de son coeur puissant, entre ses oreilles.
- Ashley ? Ce prétendu latino n'a rien d'un étalon, Echo ! Il ricane encore, essaie. --- Essaie, quelque part, de rabaisser l'homme pour -- pour quelque chose que lui-même, au fond, ignore. Une femme telle que toi mérite bien mieux qu'un petit poney tel que lui.
Prenant appui sur le bras de son fauteuil, il pince ses lèvres - elles tremblent, ses foutues lèvres - et s'approche d'elle, murmurant presque un secret. Il ne sait pas, pendant un instant, ce qu'il désire lui dire. Lionel cherche dans ses pensées à vive allure, cherchant quelque chose, qu'importe, mais son coeur bat plus fort que ses pensées se font entendre et il est perdu, face à l'imprévu qui lui fait face.
Une part de lui, en fait, se l'avoue-t-il pendant un bref instant, craint pour l'autre idiot qui, au final, ne lui porte pas réellement attention. Pas qu'ils soient amis, ou même familliers l'un avec l'autre. À ce qu'il sache, Ashley le supporte lorsque sa mère se trouve dans les environs, et le tout s'arrête là.
Et pourtant ; pourtant, il cherche quelque chose, un peu paniqué, pour éloigner la conversation, pour faire disparaître Ashley de la mémoire, des pensées de la belle mais impitoyable Echo.
Son souffle finit par se libérer, et ses lèvres s'ouvrent, pour que le murmure s'évade ;
- Sache, ma chère, que selon certaines de mes sources, il y aurait tout un étalon dans ce camp. J'ai entendu certaines filles en parler ; ces coquins auraient vu ses vidéos sur youporn, autrefois. Peux-tu imaginer ? Et ce cher homme ferait mine de rien, avec son joli minois, alors que derrière l'écran, il devenait un vrai démon enflammé. J'ai bien cru que j'allais devoir nettoyer le plancher, lorsque ces mignonnes chuchotaient sans discrétion à son propos.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: my secret friend    Ven 31 Mar - 4:51

My secret friend
/ Lionel & Echo  /

Déçue, Echo hocha simplement la tête, lorsque Lionel ne lui donna pas le nom de ce fameux homme au fessier d’acier. Elle qui voulait en savoir plus, voilà qu’il lui avait coupé l’herbe sous le pied. Elle se contenta alors d’apporter son verre à ses lèvres pour en boire une gorgée, laissant le sujet de conversations filer, bien que Lionel semblât porter un intérêt tout particulier à sa vie sexuelle. Echo pouvait comprendre, il était le premier à se plaindre de mourir d’ennui – ce qui n’était pas son cas. Avec ses dernières activités, on ne pouvait dire qu’elle avait le temps de se préoccuper de ce genre de choses. Sa libido avait connu de meilleurs jours, l’épidémie n’arrangeait rien. Il lui arrivait d’avoir envie, mais Echo semblait avoir trouvé une toute autre forme de satisfaction, et c’était le pouvoir. Il l’enivrait, la faisait littéralement vibrer. Echo ne saurait l’expliquer, c’était devenu quelque chose dont elle était incapable de s’en défaire. Echo avait soif de grandeur, de contrôle, encore et toujours sur les autres pour se sentir exister, vivante.

Pour le bien-être de cet échange léger, Echo lui suggérait de lui proposer quelqu’un, lui qui semblait vouloir absolument lui trouver un étalon à son image. Ça la faisait doucement rire, car au fond d’elle, Echo ne se sentait pas meilleure qu’un autre, ou du moins pas supérieure. Elle n’était pas une reine, quelqu’un que l’on devait idolâtrer. C’était paradoxal, cette envie d’avoir les pieds sur terre alors qu’elle ne faisait que faire graviter les gens autour d’elle, ravie de s’en débarrasser s’ils osaient se mettre en travers de sa route. Elle était ainsi, trop compliquée pour son propre bien, et ne voulait pas risquer de rendre sa vie encore plus chaotique en s’attachant à une personne supplémentaire. Dans le feu de l’action, Echo lui confiait avoir eu un amant Ashley – lui expliquait que tout était terminé entre eux. Cet air malicieux sur son visage qui laissait penser qu’elle était complètement indifférente à ce changement, pour garder la face car à dire vrai, il était bien l’un des seuls astoriens bon à garder dans ce lot et Echo aurait bien été navrée de le savoir mort.

L’étrange réaction de la diva la poussa à garder le silence, et de retourner à son état d’observation. Cette gorgée difficile. Elle fait mine de s’intéresser à son propre verre, tandis qu’elle ne fait que le détailler. Ce rire faux.  Elle se demande ce qui a bien pu le faire tiquer, lui qui avait toujours la répartie rapide, et facile. Ça n’avait duré qu’un court instant, mais Echo l’avait relevé et sa paranoïa naturelle s’était réveillée. Elle sait qu’elle ne pourra jamais être elle-même avec eux, avec ces astoriens qu’elle avait trahis car elle n’était pas l’un des leurs. Il y aura toujours du faux dans ce semblant de vrai. Cette conversation légère, qui se trouvait au-dessus d’un tas d’ordures. La diva dénigra Ashley, sans apporter de grands arguments. Titillant encore la curiosité d’Echo quant à cette réticence soudaine. Y avait-il un passif entre eux, ou était-ce autre chose ? Elle ne sut le dire sur le moment. Quoi qu’il en soit, la jeune femme gardait ce moment dans son esprit tandis qu’elle avait conservé ce sourire éternel sur ses lèvres, celui qu’elle arborait en toutes circonstances. « Tant de méprise sortant d’une si jolie bouche, y-a-t-il une histoire derrière à raconter ?. » Demanda t-elle, en reposant son verre, et en penchant la tête sur le côté, lorsque Lionel s’était approché, pour lui souffler quelques mots. La superficialité de sa confession passait sur elle, comme de l’eau fraiche. Son intérêt s’en était allé, mais la rouquine hocha tout de même la tête, les pensées ailleurs. Si son histoire était vraie, Echo n’était clairement pas en position de juger. Elle-même avait fait ce qu’il fallait pour survivre.« J’imagine que celui-ci non plus n’a pas d’identité, hm ? » Elle relevait les yeux, pour les planter dans les siens. Leurs visages n’étaient plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre. Du vent. Ce qu’elle voulait, c’était du concret, du palpable, un nom sur un visage ou une histoire. Elle remettait clairement la crédibilité de la diva en question.  Sa phrase fut saupoudrée d’un léger rire mi-ironique-mi taquin, dans l’unique but de déstabiliser.

Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 20/01/2017
MESSAGES : 56
IDENTITÉ : fern.
FACECLAIM : willy cartier. ( ladyfame )
MULTILINKS : alfons et winnie.
POINTS : 239

STATUT CIVIL : c'est dans la méprise qu'il aborde les autres, un rictus au bord des lèvres, l'insolence dans la voix. on ne l'aime jamais plus qu'un soir. (genderfluid plz, il/elle)
ANCIEN MÉTIER : douce et tendre lilith, l'angélique au coeur ténèbre ; c'est qu'elle charmait les hommes dans la noirceur d'un cabaret, la douce dragqueen.
PLACE DANS LE CAMP : couturier pour tout et rien ; il crée ce qu'on lui demande, à l'aide de ses doigts de fée. depuis qu'il a perdu son poste à l'école, il s'occupe de la crinière de la nouvelle reine, pour garder son boule en sécurité.
ARME DE PRÉDILECTION : une machette de boucher dont il se sert tel une épée, tel roméo contre tybalt ( acte III scène I )
ÂGE : vingt-six ans.


MessageSujet: Re: my secret friend    Ven 14 Avr - 2:26

Les mots s'évadent de ses lèvres, le souffle y reste. Lionel la dévisage, perdu dans son regard si près du sien, le respire prisonnier de ses propres lèvres. Et il l'observe, trop peut-être, la pupille un peu folle, indécise, tandis qu'il calme ses pensées, doucement, tranquillement. Le silence plane, quelques secondes. Un sourire luit, dans les pupilles de la belle. C'est qu'elle est mortelle, avec son regard et ses airs.
Mortellement belle.
L'esprit se ferme, alors ; les émotions s'entassent dans un coin et Lionel inspire doucement, pour au final, sourire sournoisement. Le masque se remet en place, le coeur se noie au travers de la marée d'émotions qu'il ressent. Il n'a pas le temps, pour cela. Il n'a pas le temps, simplement, pour une autre personne que lui-même. La panique n'aide en rien. La diva ne doit penser qu'à elle, dans ce bordel. Après tout, les gens tombent comme des mouches, depuis quelques temps. Il suffit d'entendre le silence, dans sa propre demeure. Le lourd et pénible silence, depuis que deux de ses colocataires se sont évadés dans la nature.
Le regard devient plus sombre, à cette pensée. Le souffle se brise un peu, mais reste délicat, et elle finit par pencher la tête sur le côté, la belle diva, laissant un rire soupir s'évader de ses lèvres.
Une seconde, et il lève les doigts. Ils planent dans les airs, entre leurs deux visages, avant qu'il n'enroule une des mèches d'Echo autour de son index, doucement, testant la texture.
Un instant de silence pendant lequel il a un air pensif sur les traits avant qu'il ne sourit simplement.
- Tes pointes commencent à faire des fourches, ma belle, qu'il dit, tout bas.
Et puis, le doigt laisse sa proie s'évader et il soupire de nouveau, presque las, véritablement agacé par la conversation. Mais il ne pense pas ; il ne pense pas, Lionel. Il joue, simplement. La tête vide de tout, sauf de son éternel rôle. Celui du survivant.
Et qu'importe les autres.
Qu'importe les autres, qu'il se dit, en boucle, encore et encore, sans s'attarder. Sans écouter les battements brisés de son coeur abimé.
- Alfons Böhm.
Si les dernières paroles étaient murmurées, celles ci sont vives, fortes, résonnant dans la pièce. Le regard, quant à lui, reste fixé à celui de la belle, de la violente rousse. Il la dévisage sans un mot, une seconde, les traits si finement dessinés que l'on dirait une peinture.
- Un homme plein de mystères. Trop, certainement. Je sais qu'il ment, sur beaucoup de choses. Il suffit de le regarder pour savoir que ses airs d'agneau ne sont que des mensonges. J'ai entendu un murmure, il suffit un temps ; quelque chose en rapport avec une asile.
Fin sourire, sur la fine peinture.
- C'est lui, le fessier olympien. Pour l'autre histoire, j'avoue ne pas savoir. Youporn reste, après tout, un lieu pour les amateurs. Et Dieu sait à quel point ces pauvres filles simulent. Très peu pour moi. Mais qui sait ? Peut-être est-ce le même homme.
Et enfin, le regard se détache du sien. Il s'éloigne, appuie son dos et finit son verre d'une longue gorgée. Une grimace déforme ses traits, mimique amusante, - les vins restent difficiles à trouver, et les saveurs ne sont pas des plus sensationnelles - avant qu'il ne soupire.
- Ne parlons plus d'Ashley. Cet idiot me rend furieuse, depuis qu'il a osé me dire non.
Prenant la bouteille sur la table proche d'eux, Lionel remplit de nouveau son verre avant d'en prendre une nouvelle gorgée.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: my secret friend    Dim 16 Avr - 6:24

My secret friend
/ Lionel & Echo  /
Echo bloque. L’observation des réactions du jeune homme devient sa priorité, et finalement, en vient à dévoiler ses cartes, d’une manière subtile, à travers une remarque qui remettait ses propos en question. Elle est intriguée par les secrets que le jeune homme pouvait garder dans cette si jolie tête. De nature paranoïaque, le semblant de confiance s’envolait aussi vite que la fumée qu’elle extirpait d’entre ses lèvres. Elle se méfiait des paroles lancées en l’air, mais se demandait surtout ce qu’il avait bien pu pousser Lionel à se montrer si médisant. Pas certaine d’avoir une réponse ce soir, Echo attendit tout de même qu’il veuille bien reprendre la parole. Un léger silence plana durant lequel elle ne le perdit pas une seconde des yeux. Il s’agitait en silence, dans une lutte qui lui était totalement inconnue. Ses doigts trouvèrent refuge dans l’une des mèches de ses propres cheveux. Echo le laissa faire, probablement parce qu’elle n’y voyait aucune violence dans ce mouvement inattendu. Simplement un désir de gagner du temps peut-être. Sa remarque sur ses cheveux la fit sourire. « Mon coiffeur est devenu une vraie tiseuse d’aventure, tu lui diras. » Elle pouffa, se dégagea lorsqu’il libera sa mèche, et reprit une gorgée de vin pour faire passer le tout. Elle attendait toujours qu’il accouche. Ce qu’il finit par faire – en lui donnant un nom. Un inconnu. Il évoquait sa folie, des rumeurs et mensonges. Echo hocha la tête, en guise de compréhension. « Un taré aux fesses d’acier. » Relevait-elle, en arquant un sourcil. Il termina sur ce fameux type au passé sulfureux. Il ne l’intéressait pas réellement, et la rouquine haussa les épaules. Son identité n’était pas si importante. La diva termina son verre d’une traite et évoqua à nouveau son sujet favori : Ashley. Un verre pour le courage ? Elle apprit les raisons pour lesquelles Lionel semblait lui en vouloir. « Quel goujat. » Fausse compassion, Echo n’a jamais été douée pour partager. Elle rit. « Pourtant t’es plus jolie que sa femme si ça peut te consoler. » Ex femme ? Peu d’importance dans la nomination. Elle ne faisait plus partie de l’équation.


Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 20/01/2017
MESSAGES : 56
IDENTITÉ : fern.
FACECLAIM : willy cartier. ( ladyfame )
MULTILINKS : alfons et winnie.
POINTS : 239

STATUT CIVIL : c'est dans la méprise qu'il aborde les autres, un rictus au bord des lèvres, l'insolence dans la voix. on ne l'aime jamais plus qu'un soir. (genderfluid plz, il/elle)
ANCIEN MÉTIER : douce et tendre lilith, l'angélique au coeur ténèbre ; c'est qu'elle charmait les hommes dans la noirceur d'un cabaret, la douce dragqueen.
PLACE DANS LE CAMP : couturier pour tout et rien ; il crée ce qu'on lui demande, à l'aide de ses doigts de fée. depuis qu'il a perdu son poste à l'école, il s'occupe de la crinière de la nouvelle reine, pour garder son boule en sécurité.
ARME DE PRÉDILECTION : une machette de boucher dont il se sert tel une épée, tel roméo contre tybalt ( acte III scène I )
ÂGE : vingt-six ans.


MessageSujet: Re: my secret friend    Jeu 20 Avr - 1:25

Un sourire en coin, au bord de ses lèvres. Une lueur apparaît dans l'oeil de Lionel, une seconde, avant qu'il ne réponde.
- Toi comme moi savons très bien que je suis bien plus qu'un simple coiffeur, Echo. Ne m'insultes pas, s'il te plait.
Et puis, il parle de nouveau, l'artiste. Il tisse mensonges et vérités, les mêlent si bien les uns aux autres que lui-même, pendant un instant, il pourrait s'y perdre. Mais s'y retrouve-t-il, tout simplement ? Lili ne sait pas réellement ; la vérité est une chose trop nuancée et bien trop complexe pour qu'il cherche à la comprendre réellement. Il se contente de la sienne, propre et impure, qui l’accommode bien, du moins pour le moment.
Et le jour où elle le blessera, il en cherchera une autre sans attendre, sans regarder derrière, par fierté mais aussi par peur, certainement.
Comme il l'a fait si bien, depuis l'arrivé des Echos, dans le camp. Comme il le fait si bien, présentement, à sortir des paroles fausses mais vraies, dés l'instant où il les prononce, car il en fait la nouvelle réalité. Ses traits restent impénétrables et le masque est de nouveau glissé contre ses traits, si bien qu'il en oublie lui-même son visage premier.
Et il sourit, alors, lorsqu'Echo insulte la femme d'Ashley et l'homme en question aussi, également. Il sourit et rit, même, un peu, le grand artiste, passant ses doigts longs et fins dans sa crinière, avant d'hocher de la tête, un sourire un peu cruel sur le coin des lèvres.
- Morte ou vive, elle doit être aussi active au lit qu'elle l'était autrefois, je te dirais ; et il ricane méchamment, amusé par sa propre bêtise, les mots venins quittant ses lèvres. Le coeur reste sourd, les pensées vides.
Elle finit par croiser les jambes, la diva, toute en prenant une gorgée de vin.
- Tant mieux pour elle, ce qui lui est arrivé. Elle le méritait certainement, Lili le dit en lui adressant un clin d'oeil, ajoute ensuite. Il fallait bien quelqu'un pour faire le ménage, dans les environs. On dirait que tu es arrivée juste à temps, ma belle.
Une autre gorgée de vin, le poison glissant contre sa langue, dans sa gorge puis dans ses tripes. Il noie les émotions et fait taire son coeur, pour continuer le jeu, pour vivre, pour rester dehors, alors que les autres, tout autour, ne cesse de tomber.
- Je meurs d'impatience de voir ce que tu comptes faire par la suite, Echo ; qu'il dit finalement dans un murmure certain, mais affirmé, tandis que son regard reste planté dans le sien.
Le coeur rate un battement, mais lui-même ne l'entend pas. Les mains sont pas moites, et les doigts ne tremblent pas. Lilith est, de nouveau, parfaitement, impeccablement, dans son rôle.
Et ce, qu'importe comment cette pièce improvisée se terminera.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: my secret friend    

Revenir en haut Aller en bas
 
my secret friend
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Secret Story Rpg (toutes les saisons)
» Secret Story Saison 5 RPG recrute un Modo !
» [Emy] Secret
» Secret Story 5, débarque sur BboxTV
» code secret oublié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: