≡ too far gone (résistance externe) - Page 3

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 ≡ too far gone (résistance externe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 24/03/2017
MESSAGES : 163
IDENTITÉ : Echo.
FACECLAIM : Alycia Debnam-Carey.
POINTS : 360

STATUT CIVIL : Célibataire il paraît. L'attirance qu'elle ressent lui donnerait pourtant rapidement envie de changer ce fait.
ANCIEN MÉTIER : Nageuse professionnelle et serveuse à temps partiel pour arrondir les fins de mois.
PLACE DANS LE CAMP : Anciennement chargée de la surveillance, maintenant elle tâche de se faire à cette nouvelle organisation extérieure.
ARME DE PRÉDILECTION : Glock army 9mm, ce sont les munitions les plus courantes et donc l'arme la plus pratique.
ÂGE : 25 années qu'elle foule cette terre sans réellement savoir pourquoi. Oh, on lui dit souvent qu'elle fait plus jeune aussi.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Dim 26 Mar - 23:10

Jusqu'ici j'ai pas servi à grand chose. Je me suis gaufrée, j'ai douillé pendant une bonne demi-heure sur cette putain de jambe foireuse, et j'ai ralenti le groupe dans leur progression. C'est indigne de moi. Je ne me reconnais pas ces derniers temps. Ne pas pouvoir me mouvoir comme je le sens, comme je le souhaite m'handicape énormément. Ça fait des mois que ça dure et j'ai toujours pas le droit de virer cette foutue atèle qui est sensée me guérir plus vite et mieux que sans. Ben tout ce que je vois et sens, c'est que ça me gêne et que je guérie pas plus vite qu'escompté. En même temps, les soins de nos jours, c'est pas comme si j'avais pu être transférée à l'hosto. Mais bref, si j'arrête de me morfondre et que je regarde les aspects positifs de la situation... Y-en a pas ouais, c'est bien pour ça que je râle à longueur de temps.
Je suis le mouvement une fois arrivés dans ce petit village. On décide de suivre le leader du mouvement et on entre dans cette maison abandonnée. Enfin, seule la vie a quitté les lieux, parce que pour ce qui est du reste, tout est là. Oh, même les occupants sont encore là ! Pas en très bon étant certes,mais tout de même. Alors qu'un bruit tonitruant retentit à l'étage, on commence à butter du rôdeur tout autour de moi. J'ai à peine le temps d'empoigner mon couteau papillon dans la main gauche et mon glock de la droite que déjà la menace semble éliminée. L'efficacité du groupe m'étonne au plus haut point. D'abord constitué d'individualités, il semblerait que celles-ci pourraient donner quelque chose et faire preuve d'une quelconque cohésion d'équipe après tout. Dans l'agitation il semble que j'ai perdu Flora de vue. Peut-être est-elle allée dans une autre pièce ? Il faut que je la retrouve. C'est un coup de feu qui me fait réaliser que cette galère est loin d'être terminée. Maintenant toutes les créatures des alentours vont se ruer jusqu'ici grâce à ce coup de génie. Sans doute n'avait-on pas eu le choix... Moi même j'ai mon flingue à la main. Mais bon, tout le monde sait que c'est que pour les cas d'extrême urgence.

Je fais deux pièces différentes et impossible de mettre la main sur Flo. Où a-t-elle bien se mettre encore ? Dans l'agitation je décide de rester avec le plus de monde possible et me colle au groupe qui semble tenir les escaliers comme lieu stratégique face à l'assaut à venir.

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pnj / queen of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/08/2016
MESSAGES : 360
IDENTITÉ : compte pnj, ne pas mp.
FACECLAIM : viola davis, avatar @sandrider
POINTS : 2561

STATUT CIVIL : veuve, sa compagne est morte à l'aube de la fin du monde. elle a nommé le camp en l'honneur de la défunte.
ANCIEN MÉTIER : ancienne mairesse de sherwood, octavia a pris les choses en mains quand l'armée évacua sa ville.
PLACE DANS LE CAMP : fondatrice d'astoria, octavia est à la tête du conseil et gère d'une main de fer ce qu'elle a durement construit.
ARME DE PRÉDILECTION : les mots. la belle sait cerner les gens comme personne et elle s'en sert pour désarmer ses adversaire. cela ne l'aide pas face aux rôdeurs, mais elle sort rarement.
ÂGE : cinquante et un ans.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Dim 26 Mar - 23:10

Le membre 'Lou O'Hare' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite mission' : 28 - Joker utilisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 28/10/2016
MESSAGES : 201
IDENTITÉ : Soapie - Soso
FACECLAIM : Nathalie Emmanuel, ©Soapie
MULTILINKS : Skylar
POINTS : 450

ANCIEN MÉTIER : Etudiante en littérature, elle voulait devenir professeure.
PLACE DANS LE CAMP : D'abord chef de recrutement, mais à l'arrivée du camp Echo à Astoria, elle est devenue la leader des rebelles ayant quitté le camp pour mieux y revenir en force un jour.
ARME DE PRÉDILECTION : Un fusil "Winchester modèle 70" qui ne la quitte plus maintenant qu'elle est à l'extérieur du camp. Elle possède aussi une machette qu'elle garde dans un étui à son côté.
ÂGE : 27 ans


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 27 Mar - 1:32

Too far gone
/ The rebels /
Trish était en stress, un peu énervée aussi. En vrai, elle avait encore plus de colère en elle depuis qu'ils ont appris tout ce qu'il s'était passé à Astoria depuis leur départ. Elle essayait de ne pas montrer tout ça, elle essayait de rester optimiste, de ne pas craquer, mais des fois, ça pouvait se remarquer dans sa façon de parler comment quand elle avait un peu traité Stanley de chien, et ne c'était pas vraiment dans sa nature de parler comme ça. Elle avait juste envie de se poser, de réfléchir, qu'ils puissent trouver un plan pour se débarrasser d'Echo, c'était la deuxième chose qui lui importaient maintenant. La première était de s'assurer qu'aucune personne du groupe ne soit en danger.
Après s'être débarrassé des quelques rôdeurs au rez-de-chaussée, c'était à l'étage que Trish et une partie du groupe décidèrent de s'attaquer. A l'extérieur, Ronan et Baela s'occupaient des rôdeurs qui s'approchaient de la maison, après avoir entendu le coup de feu. Trish espérait qu'il n'y en avait pas une centaine non plus, elle aimerait bien qu'ils restent ici quelques jours, pour reprendre des forces, surtout que la maison avait l'air d'être plutôt remplie de provisions.
La métisse s'avança jusqu'à l'une des portes de l'étage, pour se mettre d'un côté. Elle avait mal à la cheville, elle avait du mal à marcher correctement, et une grimace s'afficha sur son visage avant qu'elle ne s'arrête au niveau de la porte. Elle attendait que tout le monde soit en place et en tournant la tête, elle aperçoit Stanley également là, avec un couteau à la main. Sur le coup, elle se dit que plus ils étaient, plus rapidement cette évacuation allait être. Et puis, il n'allait pas être attaché éternellement, c'était inhumain, pour Trish. A la remarque de Cleo, la jeune femme acquiesça puis sans tarder vient ouvrir la porte rapidement. Un premier rôdeur sortit. C'était un gamin, il ne devait pas avoir plus de treize ans. Trish se serra la mâchoire. Quand c'était des enfants, c'était plus difficile pour Trish, ça lui faisait penser ses frères et soeurs, se demandant s'ils n'étaient pas comme ça aussi à l'heure actuelle. Mais elle finissait toujours par enlever cette pensée de sa tête, et achever les rôdeurs devant elle, tout comme maintenant, où sa machette atterrit sur la tête du garçon mort-vivant. D'un geste elle reprend son arme non sans avoir éloigné le corps inanimé de la porte, histoire que les autres rôdeurs ne tombent pas dessus. Deux autres rôdeurs sortent ensuite, et les autres membres du groupe s'en occupent, assez facilement. C'était bon pour cette pièce, normalement, vu qu'aucun autre rôdeur ne sortait. Sauf qu'un grognement émanait toujours de l'intérieur de la pièce. Trish s'avance, en étant très prudente histoire de ne pas être attaquée, mais aucune silhouette ne lui apparaissait. Lorsqu'elle entra dans la pièce, elle remarqua que c'était une chambre de bébé. Une commode toute décorée, des jouets, des arc-en-ciel sur le mur, puis un berceau, au coin. Le grognement venait de là. Trish s'approcha et elle vit ce qu'elle craignait : un bébé. Allongé sur son lit, agitant des mains et des pieds. La métisse leva la tête pour voir une photo du même bébé accrochée sur le mur. Sauf que c'était une photo d'un être humain, et sur le lit se trouvait un rôdeur. Il avait peut-être dû mourir de faim puis se réveiller par la suite. La gorge de Trish se serra et elle s'éloigne du berceau, se retournant vers les autres qui l'avaient suivie.

Je.. Je ne peux pas.

Elle avait peut-être appris à être forte devant tant de choses, et tuer des rôdeurs ne lui faisait quasiment plus rien. Mais là, c'était un bébé, elle ne pouvait pas. Elle se moquait si elle paraissait faible, elle avait su rester forte tout ce temps, mais un bébé, ça reste un bébé.   

_________________


Somewhere in the end of all this hate, there's a light ahead
That shines into this grave that's in the end of all this pain

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 17/03/2017
MESSAGES : 69
IDENTITÉ : fern.
FACECLAIM : shia labeouf.
MULTILINKS : alf et lili.
POINTS : 359

ANCIEN MÉTIER : ancien camionneur ; il a traversé les routes des usa pendant des années, transportant parfois certaines choses illicites, avant de se poser en campagne, avec son champ de cannabis.
PLACE DANS LE CAMP : l'homme aux légumes, autrefois ; il fait maintenant parti des astoriens fugitifs à l'extérieur du campement.
ARME DE PRÉDILECTION : un couteau suisse qu'il ne lâche jamais, ainsi qu'une arme qu'il porte à sa taille, volé sur la dépouille d'un flic, un fusil de chasse et sa chère et tendre serfouette, trouvée récemment.
ÂGE : trente et un an.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 27 Mar - 2:30

Elles vont trop vite, les choses ; elles défilent à toute vitesse et il observe, Winnie, au travers de la douleur aiguë, ce qui se déroulent autour de lui. Attrape le tissu tendu par Trish, la remercie d'un hochement de tête, se contente de grimacer, pour s'excuser. Le regard reste bas, ensuite ; une part de lui, celle qui lui fait serrer le poing, fort, est honteuse. Le remerciement de Cleo apaise un peu sa propre connerie, et il lui adresse un simple clin d'oeil, un sourire un peu con sur les lèvres, malgré son air bourru. Le regard reste bas, ensuite, et il serre des dents lorsque, plus loin dans la rue, il voit les autres macchabées qui courent, drôlement boiteux, presque disloqués, excités par l'intonation du coup de feu.
Une seconde ; quelques gouttes de sang tombent sur le sol, certains vont vers les zombies, d'autres vers la demeure - à l'intérieur, Trish envoie bouler un rôdeur dans les escaliers, dégageant la voie un peu maladroitement, mais avec assurance - et Winnie remet son arme à sa ceinture.
Un regard à Baela, un autre à Ronan, avant qu'il n'observe James. Il serre les dents et hoche de la tête, se permet un sourire un peu con, celui qu'elle s'est bien permise de dire qu'elle détestait, quelques jours plus tôt au travers d'une pluie d'insultes, lorsqu'elle lui ordonne de le suivre.
- Oui m'dame. Sors pas les crocs ; le regard luit d'une plaisanterie fausse et le sourire en coin est tout aussi menteur. Mais il se glisse dans la maison tout de même, un pas derrière elle, les sourcils froncés et les épaules tendues, après lui avoir montré la voie d'un geste exagéré.
De sa main valide, il tient son couteau suisse ; la lame a vu des merveilles jours, et l'arme tremble un peu entre ses trois doigts, par le manque de stabilité. Mais il avance, Winnie, observe autour et lance un dernier regard par la fenêtre.
Du bruit à l'étage attire son attention, et l'oeil se pose sur la rouquine.
- T'inquiète pour ma main ; on fera ça quand on sera en sécurité.
Il y a plus important, pour le moment. C'est ce qu'il pense du moins, en crachant au sol, tandis qu'il voit Stan sortir des wcs et grimper les escaliers. L'oeil y reste accroché un instant, l'esprit évaluant la situation, avant qu'un soupir ne quitte ses lèvres. Rory s'en occupera ; s'il lui a donné une arme et un brin de liberté, Winnie lui fait confiance, malgré le froncement de ses sourcils. Les doutes sont mis de côté et il traverse le salon d'un pas lent, s'approche d'une porte fermée, y cogne un coup, puis deux, avant de tendre l'oreille. Les bruits des environs - ceux de l'étage, ceux de l'extérieur et puis des autres aussi, avec lui - se mélangent et l'empêchent de bien écouter, alors il pince ses lèvres, une seconde, avant de poser ses doigts sur la poignée de porte. Le sang rend sa prise un peu difficile, mais il parvient à ouvrir ; un coup d'oeil suffit pour savoir qu'il est tombé sur le garage.
Il dévisage la pièce sombre, cherche un mouvement, n'en détecte pas réellement ; claquement de gorge, puis un second et un troisième pour finir, plus gras, plus long, dégueulasse, mais aucun crachat sur le sol, pour conclure le tout. L'homme jette un regard par dessus son épaule. James est toujours là, ainsi que la gazelle aux yeux bleus dont le prénom lui échappe à chaque fois. Winnie les observe une seconde et - dans un élan de débilité, peut-être bien - leur fait un signe de la main, comme dans les séries policières, pour leur confirmer que la pièce est CLEAR. Du moins, il présume que le geste signifie cela.
La main sanglante se glisse dans le sac banane  - jaune et doté d'un sourire enchanteur, amical et très pratique - le personnalise un peu de carmin,  avant de s'emparer de sa lampe de poche. Les doigts s'y agrippent et il serre de nouveau les dents, ignore la douleur et le sang qui, encore, n'a cessé de couler, avant de s'aventurer dans la pièce. Au travers du bazar organisé du paternel - Winnie présume, mais sait que toute femme est en droit de posséder le garage de la demeure, pro-féministe qu'il est-, une voiture siège, poussiéreuse, et un brin mouvementé. Il fronce des sourcils, s'approche et dévisage le faciès creux qui lui fait face, au travers de la vitre - encore une foutue vitre - tout en jurant.
Un soupir quitte ses lèvres et l'oeil se pose sur la poignée, avant que les doigts de s'y agripper. Il hésite une seconde, la lâche puis interchange de mains les objets qu'il tient, ses doigts carmins se refermant sur son couteau suisse. De nouveau, le puant agrippe la poignée, voit que la porte n'est pas verrouillée, l'ouvre brusquement, retient son souffle face à l'odeur putride - la blague - avant d'enfoncer son maigre couteau dans le crane du pauvre vieillard. Quelque chose lui dit que ses dents ne sont que des dentiers et qu'il n'aurait pas pu le mordre, tandis que le rôdeur glisse contre le sol, inerte, et qu'il retire la lame avant de l'essuyer contre le pan de son jeans.
Un dernier regard - et une légère prière catholique balancée au travers d'un énième crachat - Winnie s'approche du mur où sont accrochés les outils. Le couteau suisse retourne dans son sac-banane, les doigts s'emparent d'une serfouette qu'il pèse entre ses doigts, avant de lâcher un grognement appréciateur. Du coin de l'oeil, un outil capte son attention, illumine presque son regard, avant qu'il ne quitte le garage. Le reste de la maison reste à être sécurisé, et ils ont déjà assez perdu de temps.
Sans attendre, il emboîte le pas vers les autres pièces.

_________________


 
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 538
IDENTITÉ : Samuel
FACECLAIM : Travis Fimmel- (Kaï)
POINTS : 1060

STATUT CIVIL : Mon coeur et mon âme est à une seule... Sinon personne.
ANCIEN MÉTIER : Propriétaire d'un magasin de chasse et fait des leçons de survit en forêt
PLACE DANS LE CAMP : Instructeur de défense
ARME DE PRÉDILECTION : Couteau de chasse et des couteaux de lancer
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 27 Mar - 4:12

Nous voilà dans un petit village du nom de Burnt Woods, un village apparemment désert. Je ne suis pas certain qu’il soit désert, il doit y avoir des survivants cachés ou des rôdeurs c’est inévitable. Bref, nous avons marché des kilomètres pour se rende ici et j’ai suivi sans dire un mot, mais restant utile si besoin. J’aimais l’idée de ne pas se séparer, toutefois... Cleo avait peut-être eu une bonne idée en choisissant de se séparer, cela aurait permis de trouver des ressources et des armes utiles pour le groupe rapidement avant de s’installer quelque part, mais d’un autre côté, j’avoue que cela était risqué. On pourra toujours le faire plus tard... Pour le moment, je laisse de côté l’épisode d’Astoria, le temps de respirer un peu l’air qui s’offre à moi et contrôlant ma paranoïa ! J’observe partout d’un air impassible, mais au fond de moi, j’ai peur de me retrouver nez à nez avec eux... Ces hommes qui m’ont converti au diable. Je baisse les yeux sur Kaï et je redescends sur terre souriant légèrement... Le prisonnier semble déranger la plupart du groupe, moi je reste neutre. Cela me passe dix pieds au-dessus de la tête et je ravale un sourire. Nous sommes tous fatigués, impatients et troublés... Donc à fleur de peau, la moindre chose nous agace.

Nous trouvons cette maison, nous tombons sur un rôdeur qui surprend Jillian. La brunette recule dans un meuble et par la même occasion, la situation se gâte lorsque des objets tombent sur le sol tout en faisant du bruit. J’hausse un sourcil lorsque Cleo tue le rôdeur en face de Jillian et lorsqu’elle s’excuse, la brunette, j’hausse les épaules. Rien n’arrive pour rien, en entendant les grognements provenant du fond, je me dis qu’au moins on sait à quoi s’attendre... Pas de mauvaise surprise, on sait qu’ils sont là et plusieurs. On s’éparpille un peu, moi je reste au rez-de-chaussée et me dirige vers une pièce, la cuisine. Un couteau de chasse à la main et quelques couteaux de lancée à ma ceinture, c’est tout ce que j’ai pour le moment. La pièce est assez glauque, tout est sale et très peu accueillant. Je suis embêté lorsque je vois une ombre dans cette vitre givrée, je m’approche doucement et écoutent les grognements... En voilà un ! Je me mets en mode d’attaque, mon couteau à la main et j’ouvre tout doucement la porte qui grince légèrement... Pas assez pour qu’il se retourne, sans doute occupé à être trop retardé dans son coin.

- Surprise Motherfucker !! dis-je d’une voix calme lorsqu’il se retourne à peine vers moi. Cela ne prend pas une demi-seconde que je lui défonce la tête avec un de mes couteaux de lancée. Je ne suis pas confiant, lorsqu’il tombe par terre, je lui enfonce ma lame dans le crâne... Je suis prévenant, les mauvaises surprises, je n’en veux pas. Bref, ce n’est que lorsque j’entends un ou des coups de feu, que je fronce les sourcils. Je me redresse après avoir récupéré mon arme et fermé une porte ouverte sur l’extérieur de la maison... Valait mieux verrouiller et ne pas prendre de chance. Une main sur le visage, je suis découragé... Je me dirige vers l’autre pièce observant les premiers que je croise.


Dernière édition par Hunter O'Laughlin le Mar 28 Mar - 3:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pnj / queen of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/08/2016
MESSAGES : 360
IDENTITÉ : compte pnj, ne pas mp.
FACECLAIM : viola davis, avatar @sandrider
POINTS : 2561

STATUT CIVIL : veuve, sa compagne est morte à l'aube de la fin du monde. elle a nommé le camp en l'honneur de la défunte.
ANCIEN MÉTIER : ancienne mairesse de sherwood, octavia a pris les choses en mains quand l'armée évacua sa ville.
PLACE DANS LE CAMP : fondatrice d'astoria, octavia est à la tête du conseil et gère d'une main de fer ce qu'elle a durement construit.
ARME DE PRÉDILECTION : les mots. la belle sait cerner les gens comme personne et elle s'en sert pour désarmer ses adversaire. cela ne l'aide pas face aux rôdeurs, mais elle sort rarement.
ÂGE : cinquante et un ans.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 27 Mar - 4:12

Le membre 'Hunter O'Laughlin' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite mission' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 27 Mar - 12:14

too far gone
/ jillian nealon  /
Tous étaient très différents des uns des autres et c’était peut être ce qui ferait la différence dans leur mission. Ils n’étaient pas tous des guerriers nés mais Jillian était certaine que tous avaient une valeur ajoutée à apporter à ce groupe. Des penseurs pour calmer les têtes brûlées, des optimistes pour illuminer les plus pessimistes, des vaillants pour rassurer les plus frileux. En voyant la blessure de Winnie, la jeune femme fut rassurée que ça ne soit pas quelqu’un d’autre qui se soit blessé. Il semblait gérer et être capable de passer outre cette blessure. Alors le groupe se séparait, certains restaient à l’extérieur, d’autres évaluaient les lieux du rez de chaussé, tandis que Trish,  et elle-même empruntaient les escaliers. Elles furent rapidement suivie par Cleo, la jeune femme qui lui avait sauvée la mise un peu plus tôt.  Elles attendaient plus de renfort, qui finit d’ailleurs par arriver lorsque Rory pointa le bout de son nez. Un léger moment plus tard, il fut suivi par leur prisonnier. Visiblement détaché et armé ce qui fit réagir Cleo. Jill posa sa main sur son bras, l’air de dire « laisse ».  Le plus important était de se débarrasser de ce qu’il se trouvait derrière cette porte. Ils se lancèrent alors, et à leur plus grande surprise, ils eurent affaire à un enfant que Trish fut obligée d’achever.  Deux autres rôdeurs suivirent la marche funèbre et la hache de Jillian atterrit dans le crâne d’un d’entre eux, pour imiter le geste de leur leader. Le corps tomba au sol, Jillian grimaça, et fit quelques pas, toujours sur le qui-vive. Trish se trouvait au milieu de la pièce. Un silence bercé par des grognements qu’ils commençaient tous à connaître.  Pourtant, il n’y avait plus de rôdeurs. Jillian fronça les sourcils, et s’approcha de son amie qui venait de faire une découverte bien trop triste pour qu’elle puisse faire quoi que ce soit. Jillian jeta un coup d’œil au berceau, le cœur serré. Jillian posa sa main sur l’épaule de cette dernière, en ajoutant : « c’est pas grave, c’est normal. » dit-elle, en se voulant rassurante, bien que c’était terrible. Elle non plus serait bien incapable de planter une arme dans le crâne de ce pauvre bébé qui n’avait rien demandé. C’était juste trop. Une limite qu’elle n’était pas prête à franchir. Et s’ils faisaient une exception ? Elle n’osa pas demander mais y songeait, tandis qu’elle retournait dans le couloir vers ceux qui s’y trouvaient encore. « j'peux pas non plus, je préfère encore continuer dans le couloir pour voir si y en a d'autres, mais celui là, c'est pas possible.   »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 27 Mar - 12:45

too far gone
/ stanley reid  /
Après une altercation peu nécessaire avec Katniss, Stan finit par se retrouver au RDC. Son regard parcourait la salle, il y avait Winnie qui se faisait tripoter la main par Ariel, le Viking qui semblait faire sa vie de son côté, tandis qu’une jolie brune se perdait dans les environs, à la recherche de quelqu’un. Pas qu’il souhaite se rendre plus utile que ça, il se contentait de rejoindre les Wcs puisque c’était probablement le moment ou jamais. Il faut savoir être un minimum égoïste dans ce monde autrement personne ne fera attention à toi. Alors il fit sa petite affaire, checkait les environs à la recherche de quelque chose qui pourra lui être utile dans un futur prochain. Il anticipe, puisqu’il vaut mieux prévenir que de se retrouver à galérer.  Il est libre, à présent, plus aucune stupide corde ne le retient, et il a même une arme à sa disposition. Un couteau, c’est discret, c’est parfait. Il a eu moins que ça, en prison. A l’époque, ils utilisaient des brosses à dents qu’ils taillaient pour en faire une lame. C’est donc un grand luxe qu’on lui a accordé aujourd’hui. Pas certain que les autres soient réellement d’accord avec ça, mais ce n’était pas vraiment son problème. En quittant la pièce, il hésita à fuir ou se rendre à l’étage, comme l’avait fait son géolier. Stratégiquement, il aurait plus de chance de survivre en restant, qu’en fuyant. Katniss et sa coéquipière se feraient probablement une joie de lui tirer dans le cul comme un poulet… se la jouer chicken run n’était pas le choix le plus judicieux. Il réfléchissait à toute vitesse et prit une décision en grimpant les escaliers, croisant à nouveau celle qui semblait perdue dans cette maison.

En arrivant, il jeta un coup d’œil à son bienfaiteur, puis à cette blonde qui grogna entre ses dents. Il soupira : « Personne t’as demandé ton avis, Elsa, alors chill the fuck. » Il attendait l’assaut. Les nanas s’occupèrent de ces derniers – ce qui arrangeait Reid. Après tout, le moins il en faisait, et le mieux il se portait. Pourtant, après ce massacre, des grognements subsistaient dans la pièce. Stan fronça les sourcils, intrigué. Il se retrouvait dans cette chambre de bébé où un berceau était installé au fond de la pièce. « Jeeez. » Dit-il, en espérant qu’un bébé mort vivant ne s’y trouvait pas. Il en eut le cœur net lorsque la leader fit demi-tour en ayant l’air désemparée. Sans vraiment vouloir être macho, il jeta un coup d’œil à la majorité de femmes à l’étage en se disant qu’aucune d’entre elles voudront avoir ça sur la conscience. Forcément, l’instinct maternel ou une connerie de ce genre. Pouvait-il vraiment les blâmer ? Non.  En attendant, comme il l’a toujours dit, Reid ferait n’importe quoi pour survivre, et ce gosse, aussi jeune qu’il soit, restait une menace. Sa limite à lui, c’était les humains, or il n’en est plus un.  Il se penchait au-dessus du berceau, en grimaçant. « Sorry, Chucky. » Il avait beau faire le malin, il dégluti, posé la couverture sur la tête du bébé – sans doute pour ne pas avoir à voir sa tête – et enfonça le couteau dans le crâne tout minuscule de cette pauvre créature. Lorsque ce fut fait, le jeune homme baissa les yeux, de dos à la dream team, il resta quelques secondes figé, avant de prendre une grande inspiration et se retourner. « Faut voir le côté pratique, on pourra faire un feu ce soir, avec le berceau.   » Il haussa les épaules avec nonchalance et se retrouva dans le couloir.

Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 17/12/2016
MESSAGES : 251
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : iwan rheon (sandrider)
MULTILINKS : ash :: hailey :: swan
POINTS : 474
shut up, heart. let me think.
STATUT CIVIL : marié, à la femme qu'il aime depuis bientôt six ans, et qu'il a eut la chance de pouvoir garder à ses côtés.
ANCIEN MÉTIER : agent spécial au FBI mais si vous lui demandez, il répondra qu'il était inspecteur dans la police
PLACE DANS LE CAMP : de la brigade de surveillance externe, il est passé à la résistance externe
HABITATION : into the wild
ARME DE PRÉDILECTION : un glock 22, le même modèle que son ancienne arme de service, mais même les mains vides, il est capable de faire des dégâts
ÂGE : 31 ans.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 27 Mar - 20:08

too far gone
/ intérieur maison - premier étage /
L’arrivé d’un Reid non seulement détaché mais en plus armé ne manqua pas de faire sa petite impression, mais si Cleo manifesta sa désapprobation à haute voix, je me focalisai sur Trish, dont le silence me sembla plus favorable. Lorsque cette dernière prit les devants après la suggestion de Cleo, je compris quel était le ton : l’action d’abord, les discussions après, plan plus que viable dans la situation où nous nous trouvions. J’emboîtai donc le pas à Trish, Jillian et Cleo, suivi de Reid ; n’ayant plus qu’une arme à feu en ma possession, je préférerais rester en arrière, faire le guet et me tenir prêt à intervenir en cas d’urgence, plutôt que d’user mes balles et de risquer d’attirer encore plus de rôdeurs à cause des détonations en me collant à un travail de nettoyage que je savais mes coéquipières parfaitement capables d’effectuer. Preuve par deux : une porte ouverte, trois rôdeurs à terre. Une bonne chose de faite, sauf qu’un grognement continuait de se faire entendre dans la pièce. Je fronçai les sourcils et m’avançai après les filles, juste à temps pour voir le visage consterné de Trish qui s’éloignait d’un berceau d’où s’élevaient les gargouillements macabres. Je n’avais pas besoin qu’on me fasse un dessin pour comprendre ce qu’il se tramait ici, et je sentis moi-même mon estomac se serrer à la pensée du tableau morbide que la jeune femme venait de contempler. Ni une ni deux, je prenais déjà un pas en avant et ouvrais la bouche, prêt à leur signaler que j’allais m’en charger mais je n’eus pas le temps d’en placer une que Reid me filait sous le nez pour prendre les choses en mains. Sur le coup, j’eus un sentiment mitigé qui me fit plisser le front : une part de soulagement quant au fait que ma décision de libérer et armer Reid se prouvait efficace, mais également une autre, plus sournoise, où je me trouvais piqué dans ma fierté de m’être ainsi fait tirer le tapis sous les pieds. Pas que je fusse particulièrement en joie à l’idée d’achever cette pauvre créature, loin de là, mais ne m’étant pas réellement rendu utile jusqu’ici, je dois avouer que je commençais à me sentir un peu nerveux, mon instinct me hurlant de me pousser sur le devant de la scène pour protéger les autres, mais ma raison temporisant en me soufflant que je savais trop bien ce qui arrivait lorsque je me retrouvais sous les feux des projecteurs. Morale de l’histoire :
« Merci, Reid, » dis-je, brisant le silence gêné qui s’était installé suite à sa tirade finale peut-être un brin trop roulée dans l’humour noir.
Je baissai les yeux vers le sol, entendant les bruits qui s’élevaient parfois du rez-de-chaussée, témoins du nettoyage qu’effectuaient nos camarades. . La pensée que Charlotte devait être avec eux, proche mais trop loin, me pinça le cœur mais je ne me laissai pas distraire. D’un signe de tête, je désignai le couloir.
« Allons-y, on a encore du boulot. »
J’ouvris la marche, les bras levés, me tenant prêt à intervenir si une surprise devait nous attendre sur le palier. Rien, heureusement. J’avisai rapidement la situation : il restait deux portes fermées. Certainement la chambre parentale et la salle de bain. J’allai vers la plus proche et me collai contre le mur, une main sur la poignée.
« Je vais ouvrir, que l’un de vous se tienne prêt à éliminer la possible menace interne. Ready ? »
Hochant la tête, je comptai silencieusement : trois, deux, un et ouvris la porte. Les gonds avaient à peine tourné qu’un bras décharné se glissait dans l’entrebâillure, des doigts crochus se tendant vers les miens que je retirai vivement tout en prenant un vif bond sur le côté ; tout était allé très vite, trop vite, et je n’avais pas pris le temps de calculer le cadre massif accroché au mur juste derrière moi et dans le coin duquel l’arrière de ma tête alla se cogner alors que je bondissais hors de portée du rôdeur. Je serrai les dents dans un grognement de douleur et écrasai les paupières sous le coup et, quand je les rouvris, je pouvais voir mille points lumineux danser sur les formes floues et ondulantes qu’étaient devenus mes coéquipiers. J’inspirai profondément, voulant me reprendre, mais je sentis mon estomac se contracter dans une nausée et, titubant en arrière, je plaquai une main contre le mur pour maintenir mon équilibre chancelant.
« Putain, le con… » grondai-je pour moi-même.

_________________


IT'S BETWEEN YOU AND ME

Bite the hand that feeds, tap the vein that bleeds. Down on my bended knees, I'd break the back of love for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t987-never-ending-why-rory http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1006-right-thoughts-rory
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 19/03/2017
MESSAGES : 308
IDENTITÉ : native route - mel
FACECLAIM : taron egerton (shiya); signature by anaëlle
MULTILINKS : billy & javier
POINTS : 543

STATUT CIVIL : célibataire
ANCIEN MÉTIER : acteur dans une série médiévale au succès grandissant jusqu'à ce que l'épidémie se déclare
ARME DE PRÉDILECTION : un arc qu'il manie avec beaucoup de talent et de précision
ÂGE : vingt-sept ans


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Mar 28 Mar - 16:51

too far gone
/ extérieur de la maison /
Ronan n'écoute déjà plus leur prisonnier, c'est pas le moment, comme l'a dit Rory. Il voudrait se filer des baffes, mais c'est inutile de se faire passer pour plus taré qu'il ne le paraît déjà. Il sait très bien qu'il ne l'est pas, les autres ont simplement plus de mal que lui à accepter la vérité. Les Echos ne sont qu'une manigance, un test de plus pour affiner la population, se rapprocher un peu plus de l'élite de l'humanité. C'est sûrement pour cela qu'il est encore plus virulent que les autres envers leur otage, il représente tout ce qu'il ne peut pas contrer, les ficelles du gouvernement qu'il ne peut pas couper. Il inspire, bloque sa respiration, décoche une première flèche qui vient se loger dans l'orbite du pourri, et expire enfin. C'est à ce moment que Baela le rejoint, il s'apprête à lui demander pourquoi elle n'est pas allée avec les autres, mais sa remarque lui semble judicieuse. Plus vite ils se débarrasseront de ces rôdeurs, plus vite ils pourront se rendre utiles ailleurs, même si au final, il aurait très bien pu se débrouiller tout seul. Il lui jette un regard, hoche la tête en silence, sûrement pour la remercier, puis se focalise à nouveau sur leurs cibles. Ils sont au nombre de cinq, pour l'instant, c'est largement faisable, tant qu'il n'y en a pas d'autres qui rappliquent. Baela descend son premier rôdeur. Ronan décoche une nouvelle flèche qui fend l'air et touche un second pourri en pleine tête. Plus que trois. Ronan enchaîne sur la cible suivante avec une rapidité déconcertante. Il a passé une année à s'entraîner plusieurs heures et ça se voit. Chaque cadavre qui tombe le libère de cette rage qu'il a contre la pisseuse, contre le gouvernement qui doit bien se marrer dans son bunker, contre tous ceux qui ne le comprennent pas. Il redevient calme, concentré, imperturbable. Il tire encore une flèche, qui atteint son mile une fois de plus. Il laisse Baela achever le dernier. « Je vais récupérer nos flèches, je reviens. » lui dit-il avant de s'élancer vers les cadavres. La voie semble libre, mais il préfère ne pas traîner et se met à courir. Soudain, quelque chose lui attrape la cheville et il trébuche, tombe sur ses mains dont les paumes s'écorchent sur le bitume et les quelques bris de verres qui le jonchent, laissant la chair à vif. Il regarde vers son pied. Un rôdeur est prisonnier dans la bouche du caniveau, et il a tendu le bras par l'ouverture pour attraper ce qui passait par là. Une partie de Ronan se demande comment il a atterri ici, l'autre a déjà saisi son couteau pour lui couper le bras, les mains tremblantes sous l'adrénaline et la douleur. Il finit par sectionner le membre avec un soupir de soulagement. « Saloperie. » murmure-t-il avant de se relever en grimaçant lorsqu'il faut s'appuyer sur ses mains. Il secoue son pied pour se débarrasser de la main qui le tient toujours, essuie son couteau sur son pantalon avant de le ranger et de parcourir les derniers mètres qui le séparent des flèches. Il les range dans son carquois, puis revient vers la maison, en faisant bien attention où il met les pieds, cette fois-ci. Il redonne à Baela ce qui lui appartient, puis regarde ses mains, et jure une fois de plus. Il ôte le plus gros des cailloux et de la terre dans ses plaies, déchire un pan de son t-shirt pour les envelopper et ainsi éviter qu'elles soient en contact avec son arc quand il tire. Il n'a pas le temps d'avoir mal, il entend déjà d'autre rôdeurs approcher.

_________________
First things first Imma say all the words inside my head I'm fired up and tired of the way that things have been, Second thing second Don't you tell me what you think that I can be I'm the one at the sail, I'm the master of my sea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1516-ron-don-t-throw-stones-at-me http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1525-ron-eyes-wide-open
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 19/09/2016
MESSAGES : 682
IDENTITÉ : lélia
FACECLAIM : katheryn winnick ©hepburns
MULTILINKS : quinn forman, la détraquée.
POINTS : 905

STATUT CIVIL : de nature seule, ton coeur est comblé par hunter depuis un certain temps.
ANCIEN MÉTIER : anciennement militaire tu as pourtant vite compris que le système été corrompu.
PLACE DANS LE CAMP : tu fais partis de la première équipe de ravitaillement.
ARME DE PRÉDILECTION : tu t'armes principalement d'une machette mais durant ton voyage tu as trouvé une épée assez pratique pour découper des têtes donc tu t'en sépare rarement.
ÂGE : tu foules le sol de cette terre depuis maintenant trente-sept années. guerrière tu ne comptes pas abandonner maintenant.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Mer 29 Mar - 13:12




tu n'as pas refusé lorsque le groupe à décidé de créer une résistance interne ou externe. tu avais déjà dans le projet de t'occuper de ça alors lorsque les habitants d'Astoria ont décidé de mettre en place ce système assez risqué tu n'as pas hésité du tout. un regard vers hunter pour comprendre clairement qu'il voulait lui aussi participer. le choix est vite fait, la résistance externe. tu n'as pas envie de rester enfermer et surtout de supporter le groupe d'echo. impossible pour toi de te plier au réglés. tu as donc suivis le groupe en direction de Burnt Woods. De longues heures de marchent, vous étiez fatigué, affamé mais vous avez tenue bon. votre groupe est fort, beaucoup de survivant qui connaissent les bois, les techniques de survis. tu n'as pas peur d'être en dehors des murs d'Astoria. tu faisais partie de l'équipe de ravitaillement et tu passais les murs très souvent pour récupérer des provisions. rien ne change vraiment, rien ne dur surtout dans ce monde. tu veux te battre, tu as toujours dépassé tes limites et aujourd'hui c'est pareil. tu ne risquera pas d'autres vies. vous êtes soudés et c'est ce qui importe le plus dans un groupe. toujours un oeil au alentours, hunter a bien fait de t'apprendre des techniques et de t'entraîner durant des mois désormais tu es prêtes. armé d'un couteau de chasse à la ceinture et de ton épée, celle qui ne te quitte jamais hors des murs sécurisant d'Astoria. tu es armée et protégée. prête à une éventuelle attaque. les cheveux remonté en une queue haute pour te dégagé la vision et te permettre d'avoir une liberté de mouvements. 


voilà des jours que vous êtes sur la route, toujours ensemble. tu es épuisée mais tu tiens bon. vous l'êtes tous. des maisons, des garages, des granges voilà de nombreuses choses que vous avez fouillé pour trouver le plus de ration et provisions possible. vous êtes nombreux et vous arrivez à explorer beaucoup de terrain sans vraiment trop vous disperser. ce soir vous avez décidé de rester dans une maison pour la nuit et peut être même quelques jours, le temps de vous reposer et mettre en place un plan de route et une stratégie. pour ça vous deviez nettoyer une maison que vous n'avez pas visité. chacun entre et se disperse. hunter se dirige vers la cuisine pour ta part tu décides de visiter la grande salle, des pièces fermer voilà les premiers obstacles. ton couteau en main, levé prête à l'utiliser. tu ouvres la portes lentement sans bruit et jette un coup d'oeil à l'intérieur. RAS, tu ouvres entièrement et entre dans la pièce. le regard observant chaque recoin. une autre porte plus loin mal fermé. tu t'approches mais quelques choses t'attrape la cheville tu n'avais pas remarqué le rôdeur sur le sol, coupé au niveau du bassin les boyaux à l'air. un geste rapide, efficace tu lui plante la lame dans la tête. un bruit écœurant mais nécessaire. distraite tu n'as pas fait attention aux autres rôdeurs qui sortent de l'autre pièce. tu te relèves et te retourne tombant nez à nez avec le groupe assez important. prise par surprise tu recules mais trébuche sur le corps de celui que tu viens de tuer. allonger sur le sol, ton couteau que tu as perdu dans la chute. tu essayes de trouver un moyen, tu te retourne et essaye d'attraper ton couteau glissé sous une commode. - fais chier, bordel ! dépêche toi.. ! grogne-tu à toi même. les doigts trop court ou le bras. impossible de récupérer ton arme, rien autour de toi. il sont là, sur toi. la tête décomposé et prêt à te bouffer. 

Spoiler:
 


_________________
on évite pas l’inévitable.
"si je pouvais lui décrocher la lune, je le ferais. Avant il n'y avait rien qu'un homme à part et solitaire". ▬ i wanna build you up and pick you apart. let me see the dark sides as well as the bright.




Dernière édition par Kaï Haner le Mer 29 Mar - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t178-felicitations-tu-vas-bientot-toucher-le-fond-cest-bien-kai-haner http://nottomorrowyet.forumactif.org/t192-n-est-pas-peur-je-suis-la-maintenant-kai-haner
pnj / queen of astoria
avatar
INSCRIPTION : 01/08/2016
MESSAGES : 360
IDENTITÉ : compte pnj, ne pas mp.
FACECLAIM : viola davis, avatar @sandrider
POINTS : 2561

STATUT CIVIL : veuve, sa compagne est morte à l'aube de la fin du monde. elle a nommé le camp en l'honneur de la défunte.
ANCIEN MÉTIER : ancienne mairesse de sherwood, octavia a pris les choses en mains quand l'armée évacua sa ville.
PLACE DANS LE CAMP : fondatrice d'astoria, octavia est à la tête du conseil et gère d'une main de fer ce qu'elle a durement construit.
ARME DE PRÉDILECTION : les mots. la belle sait cerner les gens comme personne et elle s'en sert pour désarmer ses adversaire. cela ne l'aide pas face aux rôdeurs, mais elle sort rarement.
ÂGE : cinquante et un ans.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Mer 29 Mar - 13:12

Le membre 'Kaï Haner' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite mission' : 30 - Joker utilisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 538
IDENTITÉ : Samuel
FACECLAIM : Travis Fimmel- (Kaï)
POINTS : 1060

STATUT CIVIL : Mon coeur et mon âme est à une seule... Sinon personne.
ANCIEN MÉTIER : Propriétaire d'un magasin de chasse et fait des leçons de survit en forêt
PLACE DANS LE CAMP : Instructeur de défense
ARME DE PRÉDILECTION : Couteau de chasse et des couteaux de lancer
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Mer 29 Mar - 23:18

Mon regard croise celui du prisonnier, le supposé prisonnier qui est libre et qui observe un peu partout avant de décider de monter les marches qui conduisent à l’étage. Je suis d’avis à le laisser faire... Je n’ai rien vu et rien entendu, car j’imagine que peut-être avec un peu de bon sens, il peut se rendre utile... J’ai plutôt l’impression qu’on me crève le cœur en entendant soudain une voix familière dans la pièce d’accoter, je fronce les sourcils entendant les grognements sourds de ces rôdeurs affamés et j’attrape au passage un tisonnier qui traîne près d’un foyer abandonné ! Lorsque je fais irruption dans la pièce, j’ai peur... la réalité est que j’aimerais mieux crever que de la voir mourir ! Donc, vous pourrez comprendre que je n’ai pas hésité une seconde à foncer dans le tas en voyant Kaï qui est étendue sur un rôdeur mort et désespéré à retrouver son arme sous la commode. Le premier reçoit un couteau en pleine tête et un autre reçoit le second... Un autre, mon tisonnier lui défonce le crâne avec violence... Je ne suis pas un surhumain, je suis plutôt sous l’adrénaline et conscient du danger... Peu importe, le dernier qui est tout près de son beau visage reçoit mon pied dans les côtes, il tombe à la renverse et je saute sur lui avant qu’il ne se retourne et je lui enfonce mon couteau de chasse dans la tempe. Bref, je me relève d’un bond, j’attrape Kaï pour la remettre sur pied comme si elle était une plume ! En voilà un autre qui s’approche de nous, cette fois, j’ai besoin de reprendre mon souffle, mais histoire de jouer les super héros, aussi bien de le faire jusqu’au bout... Je sais bien que Kaï est capable de se défendre, mais une arme c’est toujours essentiel et voilà pourquoi je pousse cette foutue commode pour qu’elle récupère son arme... je pousse le meuble direct sur le rôdeur qui m’énerve vivement. Je le coince entre le mur et la commode, je ne sais pas pourquoi j’ai ce sourire qui fend mon visage tout à coup... Mais je baisse les yeux sur Kaï et lui fais signe d’y aller.

-J’ai joué les héros, maintenant tu peux te défouler !
Dis-je à l’intention du rôdeur coincé. Je trouve moyen de la taquiner et cela même dans des cas plus sérieux comme celui-ci... Mais, je veux la pousser et qu’elle mette ses talents à l’œuvre comme dans nos entraînements, je sais que Kaï peut être redoutable... Elle n’y va pas de main morte, j’en ai eu la preuve. Cette pièce, on dirait un nid de rôdeurs et je sursaute en sentant quelque chose me chatouiller du regard !!

-Wow !! Je recule durement contre le mur lorsqu’un vint pour me mordre la face... De justesse, je le poignarde entre les deux yeux et lorsqu’il tombe par terre comme une vulgaire guenille, je cligne des yeux un peu traumatisés. Espèce de grosse merde ! Je ne sais pas pourquoi hein, mais je viens de perdre mon sourire. Je fronce les sourcils et ravale un grognement en ressentant la douleur dans mon dos qui m’étouffe... Je relève les yeux sur Kaï pour voir comment elle s’en sort.

_________________
In my dreams
Je rêve de nous deux, ici et dans un monde meilleur. "Kaï est cette dernière fleur dans ce monde de noirceur, cette lumière qui me tien en vie. " ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 19/09/2016
MESSAGES : 682
IDENTITÉ : lélia
FACECLAIM : katheryn winnick ©hepburns
MULTILINKS : quinn forman, la détraquée.
POINTS : 905

STATUT CIVIL : de nature seule, ton coeur est comblé par hunter depuis un certain temps.
ANCIEN MÉTIER : anciennement militaire tu as pourtant vite compris que le système été corrompu.
PLACE DANS LE CAMP : tu fais partis de la première équipe de ravitaillement.
ARME DE PRÉDILECTION : tu t'armes principalement d'une machette mais durant ton voyage tu as trouvé une épée assez pratique pour découper des têtes donc tu t'en sépare rarement.
ÂGE : tu foules le sol de cette terre depuis maintenant trente-sept années. guerrière tu ne comptes pas abandonner maintenant.


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 3 Avr - 17:01




tout ce passe très vite. tu essayes de repousser les rôdeurs mais ils sont beaucoup trop nombreux et tu n'as pas d'armes. tu es prise au piège. avec chance hunter arrive dans la pièce, il hésite pas une seconde lorsqu'il te vois dans une situation dangereuse. il prend des risques, trop de risques alors que tu lui avais demandé d'éviter ça. tu le laisse s'occuper des rôdeurs, tu essayes toujours d'attraper ton couteau mais en vain. tu entends un grognement dans ton dos, tu te retourne et tombe nez à nez avec un rôdeur, il attrape ton bras tu essayes de le repoussé. hunter arrive au même moment et le pousse d'un coup de pied avant de lui exploser le cerveau. des éclaboussures de sang, rien de bien grave. ton entraîneur t'aide à te relever rapidement, dans un bond. tu reprends tes esprits rapidement car ce n'est pas fini. le survivant à tes côtés qui reprend son souffle pousse la commode contre le rôdeur pour le bloquer et que tu puisses récupérer ton arme. un regard à hunter qui souris, tu retient pas sourire et lève les yeux amusé, tu attrapes ton couteau au sol et dans un mouvement tu le jette direct dans le crane moisi du rôdeur. une capacité que tu as acquise grâce à hunter évidemment, tu utilises ton apprentissage. tu te rapproche du rôdeur pour récupérer ton couteau planté contre le mur. tu essuie le sang sur le vêtements du puant. tu te retourne vers hunter en pensant que vous aviez tué tout les rôdeurs mais tu découvres le survivant le visage en sang. ton cœur fais un bond dans ta poitrine. tu comprends vite lorsque tu remarques le rôdeur sur le sol. le couteau glisse sous tes doigts, tu te rapproche d'hunter rapidement. - hunter.. tu vas bien ? demande-tu en venant prendre son visage dans tes mains, tu essuies le sang avec tes pouces, tu observes son visage, son cou, son épaule, tu cherches une morsures. paniqué, tu ne trouves rien, aucune trace de morsure. tu recule d'un pas en voyant qu'il va bien. tu passes une main sur ton visage, t'inspire profondément et te tourne pour reprendre ton sang froid. tu as flippé, il aurait pu mourir. tu te retourne vers lui et fronce les sourcils avant de le pousser fortement, tu le frappe au niveau du torse. - tu es vraiment con. je t'ai demande de pas prendre de risque. bordel, tu fais vraiment n'importe quoi. 


_________________
on évite pas l’inévitable.
"si je pouvais lui décrocher la lune, je le ferais. Avant il n'y avait rien qu'un homme à part et solitaire". ▬ i wanna build you up and pick you apart. let me see the dark sides as well as the bright.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t178-felicitations-tu-vas-bientot-toucher-le-fond-cest-bien-kai-haner http://nottomorrowyet.forumactif.org/t192-n-est-pas-peur-je-suis-la-maintenant-kai-haner
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 538
IDENTITÉ : Samuel
FACECLAIM : Travis Fimmel- (Kaï)
POINTS : 1060

STATUT CIVIL : Mon coeur et mon âme est à une seule... Sinon personne.
ANCIEN MÉTIER : Propriétaire d'un magasin de chasse et fait des leçons de survit en forêt
PLACE DANS LE CAMP : Instructeur de défense
ARME DE PRÉDILECTION : Couteau de chasse et des couteaux de lancer
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   Lun 3 Avr - 19:54

De l'action, il y en a eu assez en peu de temps pour sentir mon coeur qui bat rapidement. Mes yeux ont vu Kaï mettre en pratique ses talents de guerrière, m'arrachant un sourire au passage avant de me retrouver face à cette ordure de rôdeur. Il me fou la chienne. Un bref instant, j'ai cru que s'était terminé tellement il fut proche... Mais de justesse et sauvagement, il fut stoppé par ma lame... Cette lame qui mit fin à ses jours. Je cligne des yeux, je suis un peu traumatisé par ce retournement de situation ! Lorsque je croise son regard azur, je vois la peur dans ses yeux. Son couteau glisse de ses doigts et rapidement, elle me rejoint pour prendre mon visage entre ses mains délicates, la belle panique. Alors qu'elle  essuie le sang sur mon visage et qu'elle cherche toutes traces de morsures  sur mon corps, moi je suis silencieux et pense au fait que j'aurais pu la perdre. Est-ce  que je vais bien ? Physiquement oui, mentalement non... Cependant, je reprends vite mes esprits lorsqu'elle recule d'un pas soulager. Kaï passe une main sur son visage et se retourne pour chasser ses émotions... Je m'approche d'elle calmement et je pose une main sur son épaule pour la rassurer, mais la jolie blonde se retourne vers moi avec cette lueur dans les yeux qui, me fait déglutir...  

-Ka... je n'ai pas le temps de m'expliquer, elle me charge comme un taureau. Oh, quand je disais que cette femme n'y allait pas de main morte... Ce n'était pas une blague ! Mon dos fracasse durement le mur derrière moi, une seconde fois, j'en perds le souffle. Un coup au torse, je ferme les yeux un instant pour finalement sourire et lui attraper le poignet. Le maintenant fermement pour la stabiliser, mes yeux plongent dans les siens. *tu es vraiment con. je t'ai demande de pas prendre de risque. bordel, tu fais vraiment n'importe quoi.* Je soupire... N'importe quoi ?

Je change la position, rapidement Kaï se retrouve contre le mur et moi contre elle pour la stabiliser. Je veux qu'elle m'écoute attentivement... Un air sérieux s'installe sur mon visage et les mots sortent tout seul. - Tu me demandes de ne pas prendre de risque pour toi, mais c'est impossible... Kaï. dis-je calmement d'une voix grave. Ma main se pause sur sa joue, mes doigts caresse son visage... Elle aurait pu mourir ! -Tu serais capable de ne pas prendre de risque pour moi si je te le demandais ?... Peut-être, puisque je suis trop con et je fais n'importe quoi !! J'ai besoin d'air... Dis-je sèchement, légèrement blesser... un sourire sarcastique se dessine sur mes lèvres pour cacher ce moment de faiblesse qui prend possession de moi. Je lâche la belle et lui tourne le dos avant de sortir de la pièce d'un pas légèrement énervé... Je dois me défouler.  Après avoir récupéré mes couteaux, j'ai besoin d'air et c'est pourquoi je sors à l'extérieur prendre l'air frais... Je me fous carrément de me retrouver face à face avec ses rôdeurs, je vais faire un peu de surveillance externe !!

_________________
In my dreams
Je rêve de nous deux, ici et dans un monde meilleur. "Kaï est cette dernière fleur dans ce monde de noirceur, cette lumière qui me tien en vie. " ©️ alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ≡ too far gone (résistance externe)   

Revenir en haut Aller en bas
 
≡ too far gone (résistance externe)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: