There And Back Again - ft. Vesper Vane

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 There And Back Again - ft. Vesper Vane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Dim 19 Mar - 0:49



The Fallen
Security Supervisor - Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



10 mars 2017.

Astoria n'était plus. Echo avait pris le pouvoir. Il y avait eu des infiltrés. Tout s'écroulait. Les traîtres montraient enfin leurs visages : Darren, Raven, Cora... enfin Echo. Tout le monde pensait qu'Echo était un homme. Non, non, non, c'était cette salope qui s'était faite passer pour une fuyarde, pas ce vulgaire homme de main. Octavia ne dirigeait plus. Le conseil, les personnes les plus importantes d'Astoria furent emprisonnés. Noah, chef de la sécurité fut emprisonné. C'est là que la douleur de son membre disparu depuis bientôt un an lui revint soudainement. Dans sa cellule, seul, il attendait. Quoi ? Il n'en savait rien. La mort ? L'interrogatoire ? La souffrance ? La libération ? Qu'est-ce qu'être libre désormais ? Les hommes attaquaient les hommes... Il fallait s'en méfier. Il l'avait toujours su. Dans ce contexte apocalyptique, ce ne sont pas les morts qu'il faut craindre. Ce sont bien les vivants.

11 mars 2017.

Après un interrogatoire plutôt musclé, Noah fut jeté dans sa cellule comme un déchet. Il a malheureusement appris qu'Octavia Mears, l'ex-maire de Sherwood et dirigeante d'Astoria, était morte et errait comme un fantôme à la vuee de tous... Le cauchemar ne venait que de commencer. Celui qui que l'on croyait être Echo et qui répondait à ce pseudonyme s'appelle en réalité Archibald Holmes. Ce petit bâtard menait non seulement les interrogatoires mais avait déchu Noah de son poste de chef de la sécurité. Cela semblait logique après tout. Noah le savait qu'il perdrait son rôle de chef mais tout de même. L'interrogatoire d'Archibald était quelque peu musclé. L'homme savait y faire. Noah dut se restreindre à se soumettre. Quel autre choix avait-il ? Il n'était plus l'homme qu'il était au début d'Astoria. Il n'était plus le Noah qui n'avait plus rien à perdre. Il était Noah Marshall, un homme qui commençait à revivre, un homme fiancé, un homme amoureux, un homme heureux...

12 mars 2017.

Deux jours. Deux longs jours. Il croupissait dans sa cellule, dans le noir, subissant les moqueries de ses geôliers. Il n'y avait aucun moyen de savoir ce qu'il était advenu des autres. Misia. Nick. Lorna. Reese. Lana. Tant d'autres. À vrai dire, il s'en contrefoutait... Il pensait à chacun d'eux mais il s'en foutait. La seule qui l'importait, c'était Vesper. Son amie. Son amante. Sa fiancée. Son amour. Sa moitié. Non, son tout. Son pilier. Celle pour qui il se donnait le droit de vivre. Celle pour qui il ne s'était pas tiré une balle dans la tête le jour du passage à l'an 2017. Celle pour qui il se battrait jusqu'au bout, même si cela doit le conduire à se soumettre et obéir à Echo.
Deux jours. Deux longs jours. Il avait perdu l'habitude de voir la lumière du jour. Il avait l'habitude de marcher plus de cinq minutes. Il avait perdu l'habitude de lever la tête. Il avait perdu toutes habitudes. Il était libre. Libre ? Non... il quittait une cellule pour entrer dans une plus grande. Moqueries, taquineries, plaisanteries. Noah se contenait. Se frottant les yeux, il ne put qu'accepter le poste qu'on lui conférait : responsable de la pêche. C'est alors qu'il comprit que Lorna Hayworth avait péri. Il la connaissait. Il l'aimait bien. Il l'adorait. Elle lui rappelait sa mère...
Deux jours. Deux longs jours qui lui avaient paru être une éternité. Il revoyait enfin le jour. Ses yeux lui faisaient mal. Sa barbe avait énormément poussé contrairement à ses cheveux. Il pouvait remercier l'un de ses geôliers qui s'était amusé à le raser... Sa prothèse lui avait été retirée. Les salauds... Aucune aide, aucun soutien. Ils avaient tous le regard baissé. L'atmosphère d'Astoria était comme Octavia... morte. Tenant fermement ses deux béquilles, il marchait avec beaucoup de mal vers sa nouvelle habitation. Oui, Echo avait pris le pouvoir et les habitants avaient été dispatchés de nouveau. La maison de Noah se trouvait du côté d'Higgin Hills désormais. Il espérait y retrouver Vesper. Il espérait qu'elle n'ait rien. Il espérait... non... non... il n'espérait plus.
Deux jours. Deux longs jours sans voir personne. Il en avait croisé du monde avant d'arriver sur le palier de sa nouvelle maison. Il en avait regardé aucun. Il n'avait adressé la parole à aucun d'entre eux. Et il ne valait mieux pas que l'un d'eux lui parle...

Il arriva donc jusqu'à la maison. Elle était plus grande. Tant mieux, il ne perdait pas au change. C'était peut-être le seul avantage qu'il en tirait. Il réussit tant bien que mal à monter les quelques marches avant d'arriver à la porte. Il s'y appuya quelques secondes avant d'ouvrir et entrer. Vu le bruit qu'il avait fait avec ses béquilles, quelqu'un aurait du arriver s'il était au rez-de-chaussée. Auss, Noah se dit que si Vesper était là, elle devait être à l'étage, et n'avait peut-être pas du l'entendre. Il ferma alors la porte derrière lui. Il atteignit les escaliers et au moment où il voulut monter la premières marches, il glissa et tomba à la renverse par terre. Une des béquilles frappa la première marche mais Noah avait encore l'autre dans la main. La serrant fort, il la balança à travers la pièce en jurant et criant sa rage. C'est alors qu'il entendit quelqu'un descendre les marches. Mais il ne vit pas de suite qui c'était. Il avait les yeux aveuglés par ses larmes incontrôlables et qui ne cessaient de couler.

Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Dim 19 Mar - 19:57

Le jour que tous les habitants d’Astoria semblaient tant redouter était arrivé. Tous ? Pas Vesper en tout cas. Elle était peut-être blonde mais elle restait lucide ; des attaques, des prises d’otages, ce n’était qu’une question de temps avant que le camp ne se fasse envahir par ces espèces de têtes brûlées. Sans doute était-ce parce qu’elle avait passé près d’un an en dehors des clôtures sécurisantes d’Astoria qu’elle savait qu’encore plus des morts, il fallait se méfier des autres survivants. Alors bien évidemment, après la prise du camp, ils voulurent montrer qu’ils étaient fort, qui commandaient maintenant et il y eut des morts. Encore. Comme s’il n’y en avait pas déjà assez eu comme ça, comme si la menace que représentaient les zombies n’était pas suffisante. Enfin soit, on ne pouvait pas refaire le monde, l’être humain est stupide, il en a toujours été ainsi. Dans le fond, ça ne posait pas tant de problèmes que ça à la blondinette, si l’on veut survivre, il faut savoir s’adapter, c’est une simple constatation. Quant aux morts… c’est triste, certes, mais il faut aussi faire avec. Non, ce qui l’ennuyait c’était surtout que Noah avait été embarqué Dieu sait où en même temps que les autres figures importantes du camp. Et que ça faisait deux jours.

Comment elle parvenait à tenir le coup ? Oh, elle faisait juste comme si. Il avait fallu déménager, ça lui avait occupé l’esprit – un temps en tout cas parce qu’ils n’avaient pas non plus des masses d’affaires à déménager -, puis elle avait bossé – ou fait semblant – parce que ce gros cliché de gang tyrannique voulait que ses dociles petites fourmis continuent de travailler bien gentiment afin de mieux en profiter. Ensuite elle avait essayé de s’alimenter mais elle était anxieuse et comme toujours quand elle était anxieuse, rien ne passait. Dormir, n’en parlons même pas. Et ce durant deux longs, très longs jours. Parfois, elle parvenait à se convaincre qu’il allait bien, ou pas trop mal. Comme elle, après tout, elle n’avait pas été vraiment malmenée ni quoi que ce soit, mais évidemment, ce n’était pas pareil, elle n’était pas le chef de la sécurité ni le chef de quoi que ce soit. Jusqu’au moment où elle n’y tint plus. Elle aurait sans doute pu tenir un peu plus longtemps si l’une ou l’autre des anciennes colocataires de Noah était toujours là mais comme ce n’était pas le cas, elle avait juste l’impression de devenir dingue à se parler à elle-même, à faire le tour de la maison ou à vérifier qu’elle avait bien arrosé chacune de ses plantes.

Ils ne voulaient pas le lui rendre ? Qu’à cela ne tienne, elle irait le chercher. Ils pourraient s’en aller ; en traversant le pays, elle avait bien noté qu’il y avait d’autres endroits un peu plus sûrs et elle avait même songé s’y aller à plusieurs reprises. Bien sûr, elle n’avait pas été la seule à avoir cette idée et certains avaient fui. Au péril de leur vie, d’ailleurs certains avaient également péris de cette façon. Mais ils pourraient partir. C’était dans ces moments-là que Vesper regrettait un peu de ne maîtriser aucun art martial, le kung-fu ç’aurait été super. Mais non, au lieu de ça, tout ce qu’elle savait faire, elle, c’était du yoga, ce qui n’était d’aucune utilité dans un cas pareil. En revanche, elle pouvait tenter de les empoisonner, ça, c’était dans ses cordes… mais un peu trop radical. Les endormir ? Juste le temps de récupérer Noah et de filer. C’était quelque peu bancale, mais c’était son plan, aussi récupéra-t-elle tout ce qu’elle avait de Belladone chez elle et monta à l’étage rassembler quelques affaires. Il devait être environ seize heures et, bien qu’elle soit très pressée, il valait mieux qu’elle attende la nuit tombée.

C’est ainsi qu’elle n’entendit pas tout de suite Noah passer la porte. C’est qu’elle était en pleine effervescence, voyez-vous. Alors bien évidemment, elle sursauta quand elle entendit tout ce raffut provenant du rez-de-chaussée. La blondinette avait laissé la porte d’entrée ouverte au cas où il rentrerait plus tôt et elle l’avait oublié. Bref, elle stoppa ce qu’elle était en train de faire et dévala alors l’escalier pour trouver son fiancé étendu au pied de celui-ci, en larmes et mal en point. Il n’en fallut pas plus à son petit cœur pour se fendiller. Elle accourut alors, s’agenouilla et le prit dans ses bras, le berçant et couvrant son visage de baisers tout doux, par précaution.

    « Ça va aller mon amour, je suis là. »


Après quoi elle sortit de sa poche un kleenex et sécha ses larmes. Il était vivant. Amaigri et plus trop en état mais vivant. Les larmes lui montèrent aux yeux à elle aussi mais elle s’empressa de les ravaler ; elle était forte et Noah avait besoin d’un soutien, pas d’une pleureuse. D’ailleurs, ils ne pouvaient pas rester indéfiniment dans le hall d’entrée. Enfin si, techniquement ils le pouvaient, c’était leur maison, mais Vesper se releva tout de même et aida son fiancé à en faire de même. Puis elle passa son bras autour de ses épaules et enroula le sien autour de sa taille pour le conduire jusqu’au canapé.

    « Quelle bande d’enflures ! » grommela-t-elle en français en allant lui chercher un verre d’eau.


Ensuite, elle s’installa à ses côtés et entreprit de l’examiner sous toutes les coutures en lui faisant enlever le haut histoire de voir ce qu’elle pouvait faire pour aider.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Mar 21 Mar - 0:51



The Fallen
Security Supervisor - Part 2


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Noah était perdu. Étendu, là, dans l'entrée de sa nouvelle demeure, il n'espérait qu'une chose, que Ves vienne l'aider. Encore fallait-il qu'elle soit là. Il n'en savait rien. Seulement, il avait fait un tel chahut qu'une personne avait dévalé les escaliers et était venu jusqu'à lui. Il se sentit pris dans les bras d'une femme. Sa vue était trouble. Il se demandait qui cela pouvait-il être. Lorsqu'il aperçut quelques cheveux blonds qu'il prit dans ses mains, il murmura dans un sanglot.

- Vesper... ma Ves ?!

- Ça va aller mon amour, je suis là.

C'était elle. C'était Vesper. Il reconnaissait le son de sa voix. Il sentit comme un soulagement. Un poids en moins en lui. Un faible sourire s'afficha sur son visage tandis qu'elle séchait ses larmes avec un mouchoir. Elle l'aida à se relever tant bien que mal. Il s'était habitué à sa prothèse et avait oublié cette sensation de déséquilibre. Cette horrible sensation qu'il manque quelque chose sur votre corps. Qu'une part de vous même n'est plus là et ne le sera jamais plus. Tous deux, le bras de Vesper autour de la taille de Noah qui avait enroulé son bras autour de sa belle, se dirigèrent vers le canapé. L'ancien chef de la sécurité ne put retenir quelques gémissements de douleur jusqu'à ce qu'il put enfin s'asseoir dans le canapé. Ves alla alors lui chercher un verre d'eau tout en pestant.

- Quelle bande d’enflures !

Il adorait quand elle jurait en français. Elle parlait bien le français, Vesper. Elle partit quelques minutes le temps d'aller lui chercher de l'eau. Cela a suffi pour que d'un coup, il se fige. Son esprit était une nouvelle fois embrouillé. Puis quand Ves revint, il but deux gorgées qui eurent du mal à passer puis se laissa faire. Elle lui retira son haut comme pour l'examiner. Son corps, qui avait été rué de coups, portait les marques de ceux-ci. Il sentait ses doigts parcourir son dos, son torse, son ventre, son visage à la barbe mal taillée, son crâne rasé portant les marques de quelques coupures. Noah avait subi bien des choses durant ces deux jours de prison. Cela lui faisait bizarre d'être là. Il ne bougeait plus. Une fois qu'elle eut terminé de regarder son dos, il se laissa aller. Il ne la regardait même pas, ne disait pas un mot. Il restait là. Le regard vide. Les pensées défilantes. Des jours compliqués attendaient Noah et Vesper. L'homme qui avait planifié toute une journée romantique pour la Saint-Valentin n'était guère l'homme qui était assis sur ce canapé. Ves devait s'en douter. Noah sembla soudainement murmurer quelques mots alors que de nouvelles larmes coulaient sans qu'il s'en rende compte.

- Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Ses poings se fermèrent. Tout son corps se raidit. Son visage se fronça. Il se retenait d'exploser. Sa jambe lui faisait mal. Non pas celle-là, pas celle qu'il lui restait mais l'autre. Celle qu'il avait perdu. Aveuglément, il passait sa main sur sa jambe qui n'existait plus. Il n'avait plus conscience de rien. Une crise de démence ? Une absence ? Un choc post-traumatique ? Noah regardait droit devant lui, une main grattant le vide, grattant une jambe qu'il avait perdu, oubliant qu'il était à Astoria, oubliant qu'à ses côtés se tenait Vesper, sa fiancée, oubliant même qui il était, qui il avait été... Noah s'était perdu...

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Mar 21 Mar - 3:10

Vesper n’était pas médecin, elle ne prétendait pas pouvoir soigner quelqu’un si ça s’avérait être plus grave qu’un gros rhume ou une infection, elle ne posait pas de diagnostique non plus mais elle pouvait aider dans bien des cas. Il ne fallait pas être devin pour se rendre compte que Noah était en état de choc. Il n’était pas à même de lui dire ce qui s’était passé là-bas mais elle voyait bien aux marques un peu partout sur son corps que ça n’avait pas dû être joyeux. Alors elle ne lui en voulait pas d’être dans le vague. D’autant que même dans cet état il pensait à elle puisqu’il répétait sans cesse qu’il fallait qu’il pense à elle et qu’il ne l’abandonne pas, comme un mantra. Elle ne lui en voulait pas, non, c’était certain mais ça ne la rassurait pas, pour ne pas dire que ça lui faisait un peu peur. Mais ça aussi, elle l’enfouit au plus profond d’elle, il ne fallait surtout pas que Noah capte ses sentiments, ça ne ferait que l’enfoncer et à ce stade, elle craignait de le perdre carrément. De toute manière, elle avait d’autres choses auxquelles penser, notamment ces coupures et ecchymoses. Là, elle allait pouvoir se rendre utile et ça lui remontait un peu le moral. Elle posa alors la main sur la cuisse de son fiancée et lui adressa un sourire rassurant.

    « Très juste, je te déconseille de me laisser tomber, Noah Marshall. Je te rappelle qu’on n’est pas encore mariés et que tu ne ferais que faillir à ta promesse si tu m’abandonnais maintenant. »


La blondinette ne put être totalement sûre qu’il avait compris ce qu’elle venait de lui dire, ni même qu’il l’ait tout simplement entendue ; il était ailleurs, grattant machinalement cette jambe qu’il n’avait plus depuis des mois déjà. Ça en revanche, ça ne l’inquiétait pas outre mesure. C’est vrai que Noah avait la faculté de vous faire oublier qu’il avait dû être amputé et partant de là, on pouvait légitimement se dire qu’il parvenait à l’oublier de temps à autre lui aussi, mais Vesper avait bien entendu parler des membres fantômes. C’était une réalité, pas un mythe. Quoi qu’il en soit, la jeune femme lui déposait un baiser sur le front, préférant se focaliser sur le côté positif des choses : il était rentré, puis s’éclipsa quelques minutes, le temps de récolter diverses feuilles qu’elle mélangea et jeta dans une tasse avant de mettre de l’eau à bouillir et d’aller chercher ses crèmes. Vivre avec Vesper, ça revenait à vivre avec la pharmacienne du coin et ça pouvait être bien pratique, comme là, en l’occurrence.

La léthargie de Noah n’avait pas que des inconvénients puisqu’au moins, il se laissait faire sans poser de questions. Ainsi, elle n’avait plus qu’à le faire tourner dans tous les sens pour le tartiner de ses crèmes faites maison. Et grâce à ça, il ne garderait pas une seule trace de ses mauvais traitements endéans les vingt-quatre heures. Ça n’avait rien de magique, le concours de Miss United-States lui avait tout simplement permis de fréquenter la meilleure école de botanique de la Nouvelle-Angleterre, voilà tout. D’ailleurs, c’était une chance qu’elle ne fut que première dauphine et pas la miss, sinon elle aurait dû tout repousser d’une année. Puis elle s’accouda au dossier du canapé et se contenta de le contempler. Il n’avait été absent que deux jours mais il lui avait manqué. Puis surtout, et malgré qu’elle ait fait de son mieux pour se persuader du contraire, elle s’était inquiétée, ce n’était que maintenant qu’elle relâchait la pression. Et encore, pas tout à fait, puisqu’il ne lui parlait pas et ne semblait même pas la voir pour le moment.

Par son cri strident, la bouilloire lui fit savoir que l’eau était prête. Et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, elle était de retour avec la tasse fumante et un peu de sucre pour adoucir le tout. Les plantes médicinales c’est génial – avait-on jamais pensé à ce slogan ?? – mais amère. Elle versa le sucre qu’elle mélangea aussitôt puis pris la main de Noah qu'elle serra dans la sienne, attendant que ça refroidisse un peu.

    « J’ai eu peur, tu sais ? Mais je me suis occupée du déménagement. Je me suis débrouillée pour récupérer ton ancien canapé et maintenant, y a plus que nous deux. Ce qui n’est pas plus mal, hein ? On ne sera plus obligés de s’habiller pour sortir de la chambre. »


Elle eut un petit sourire malicieux à cette pensée. Pensée idiote car elle savait que ce genre de choses ne serait pas pour tout de suite. Ça n’avait d’ailleurs aucun caractère de gravité.

    « Je crois que ta colocataire va bien. »


Elle en était presque sûre et c’était une excellente chose, au moins quelqu’un d’autre qui allait bien. Quoi qu’il en soit, elle caressa tendrement la joue de Noah et s’empara de la tasse, soufflant sur le liquide encore chaud.

    « Tiens, bois ça. Je sais, c’est dégueu mais ça te fera du bien. »


Ça l’aiderait à se relaxer, en tout cas.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Mer 22 Mar - 0:48



The Fallen
Security Supervisor - Part 3


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Il entendait sa voix. Il savait que c'était elle. Il ne réagissait pourtant pas. Bloqué. Il était comme bloqué. Sous le choc. Noah Marshall était sous le choc. Depuis quand ? Et surtout comment était-ce possible ? C'était ce qu'il était en train de se dire alors qu'il fixait le mur en fasse de lui, assis sur le canapé avec Ves à ses côtés, qui était là pour lui. Il entendait sa voix. Il aimait sa voix. Il buvait chacune de ses paroles.

- Très juste, je te déconseille de me laisser tomber, Noah Marshall. Je te rappelle qu’on n’est pas encore mariés et que tu ne ferais que faillir à ta promesse si tu m’abandonnais maintenant.

Ah oui. Ces phrases. Ces inlassables phrases qu'il ne cessait de répéter. C'était pour tenir. Mais ils l'avaient plutôt bien amoché, en témoigne les bleus, égratignures, coupures, plaies qu'il avait sur tout le corps. Elle partit quelques minutes dieu sait où. Puis, il la vit, du coin de l'oeil, revenir avec des trucs dans les mains. C'est alors qu'elle le tourna dans tous les sens. Elle semblait lui appliquer une sorte de crème. Vesper était douée. Les plantes, c'était son dada, son ancien métier. L'herboristerie n'était pas un secret pour elle. Son corps semblait se détendre à mesure que la crème pénétrait dans sa peau. Son regard n'était plus fixe mais ses propos étaient toujours les mêmes. Et c'est dans un simple murmure qu'il les répétait une seconde fois.

- Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Le bruit de la bouilloire le fit quelque peu sursauter. Et il semblerait qu'il revenait peu à peu à lui. Pourtant il ne bougeait pas. Il était conscient, plus conscient de ce qu'il se passait. Vesper ne mit pas de temps à revenir avec une tasse. Cela devait être pour lui. Puis, il l'écouta. Il l'écouta parler. Sa voix. Cette voix qu'il aimait tant entendre.

- J’ai eu peur, tu sais ?

Bon par contre, il n'aimait pas entendre ce genre de choses... Il lui avait fait peur mais il n'y pouvait rien. Lors de l'attaque, ils avaient mis la main sur les gens les plus importants dès le début. Ves était à la maison. Noah était au poste. Il n'aurait pas eu le temps de la prévenir de quoi que ce soit. Ses yeux laissèrent échapper deux-trois larmes tandis que la jeune femme continuait de parler.

- Mais je me suis occupée du déménagement. Je me suis débrouillée pour récupérer ton ancien canapé et maintenant, y a plus que nous deux. Ce qui n’est pas plus mal, hein ? On ne sera plus obligés de s’habiller pour sortir de la chambre.

Elle vit son sourire mais il semblerait qu'elle ne vit pas le sien. En effet, Noah venait se sourire. Il reprenait peu à peu ses esprits. La présence de Vesper, la pression qui redescendait, malgré la présence de la colère et de la haine, il revenait à lui, doucement mais sûrement.

- Je crois que ta colocataire va bien.

Sa colocataire. Kaï. Il est vrai qu'il n'avait pas pensé à elle. Qu'elle aille bien le rassurait. Cela n'était pas le cas de tout le monde. Cette prise de pouvoir à Astoria avait pris des vies et bien plus que ça. Il n'y pensait déjà plus que Vesper passait une main sur sa joue avant de prendre la tasse qu'elle avait ramené et posé sur la table basse.

- Tiens, bois ça. Je sais, c’est dégueu mais ça te fera du bien.

Il reprit une nouvelle conscience de la réalité. C'est alors qu'il tendit une main qui alla se poser sur celle de Vesper. Il lui prit la tasse, but quelques gorgées tout en lui tenant la main avec son autre main. Après deux-trois autres gorgées, il posa la tasse sur la petite table. Puis, il se laissa tomber, grimaçant au gré des quelques douleurs que ce mouvement lui provoquait. Il posa ainsi sa tête sur les jambes de Vesper, tenant sa main dans la sienne, les doigts entrelacés. Il était bien. Il était revenu. Il avait les yeux rivés sur le visage de la blonde aux yeux bleus qu'il avait demandé en mariage un mois plus tôt. Il dévorait des yeux cette femme qui avait toujours fait parti de sa vie depuis bientôt dix-sept ans. Avec sa main libre, il lui fit une douce caressa sur son visage, tandis que de nouvelles larmes s'échappaient de ses yeux sans qu'il ait le contrôle dessus. Il la regardait. Qu'elle était belle. C'était vraiment elle. La femme de sa vie.

- Ves... tu m'as tellement manqué... Je t'aime...

Il finit par se blottir contre elle, ignorant la douleur de ses blessures. Ses bras l'entouraient, son visage se nichait contre son ventre. Là. Voilà. Il se sentait déjà mieux.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Jeu 23 Mar - 21:08

Au fur et à mesure qu’elle parlait et s’activait à ses côtés, Vesper notait bien quelques améliorations dans le comportement de Noah. Il avait cessé de fixer intensément le mur et au bout d’un moment, il arrêta même de répéter sa litanie. Mais ce ne fut que lorsque sa main se posa sur la sienne qu’elle fut réellement rassurée. Il s’empara ensuite de la tasse qu’elle lui tendait et bu ce qu’elle lui avait préparé, ce qui n’avait rien d’extraordinaire en soi mais ce n’est qu’à ce moment-là que son estomac sembla se desserrer un peu, comme si ça signifiait que tout était rentré dans l’ordre. Tout était loin d’être rentré dans l’ordre mais Noah allait mieux et pour l’instant, elle s’en contenterait. Elle le laissa donc s’installer sur ses genoux, un rien frustrée de ne pas pouvoir faire disparaître ses douleurs d’un coup de baguette magique mais elle était herboriste, pas magicienne, malheureusement. S’ensuivit un long moment où ils ne firent que se regarder dans le blanc des yeux, main dans la main, la main libre de l’un se perdant de temps en temps sur le visage de l’autre. Elle s’était efforcée de ne pas penser à cela mais il y avait bien eu une fraction de seconde, une seconde d’horreur absolue, où elle avait cru qu’elle ne le reverrait plus.

C’est alors qu’il se remit à parler et pas pour ressortir ces phrases qu’elle avait déjà entendues par deux fois, non, c’était bien à elle qu’il s’adressait cette fois-là. Pour lui dire qu’elle lui avait manqué et qu’il l’aimait. Ce sont ces quelques mots qui eurent raison de la carapace qu’elle s’était forgée en le voyant si mal en point dans le hall d’entrée et lorsque les larmes lui vinrent aux yeux, elle les laissa rouler silencieusement sur ses joues. Si elle avait jamais douté de ses sentiments envers Noah – ce qui n’était bien entendu pas le cas -, elle serait fixée car personne ne pouvait l’aimer plus qu’elle en cet instant précis. Puis elle le serra doucement contre elle et lui redressa la tête le temps d’un baiser avant de le laisser reprendre place contre elle.

    « Ça m’a fait me rendre compte d’une chose : je peux plus vivre sans toi. Pas même comme on le faisait avant avec toi d’un côté du pays et moi de l’autre, en supposant que les choses redeviennent comme avant. Pas seulement parce que tu es mon fiancé, mon amour, la planète autour de laquelle je gravite… mais parce que tu restes mon meilleur ami et mon confident. Quand rien ne va, je peux me raccrocher à toi et quand, au contraire, tout va bien, c’est avec toi que j’ai envie de passer ces moments-là. »


Vesper se sentit bête d’avoir dit ça à voix haute ; elle pouvait le penser, il n’y avait pas de souci tant que toute cette guimauve ne franchissait pas le seuil de ses lèvres. Et d’un autre côté, elle se disait que, même s’il devait s’en douter, elle ne lui avait clairement jamais dit à quel point elle pouvait l’aimer. Ce qui n’était pas juste puisque lui, de son côté, semblait ne pas jamais se lasser de le lui rappeler, comme s’il essayait de rattraper toutes ces années où il n’avait pas dit à quelqu’un qu’il l’aimait. C’était donc chose faite, la balance était rééquilibrée. Enfin, presque.

    « Je t’aime plus que tout. Et tu m’as manqué… Oh, je sais pas, sûrement plus que ce que je ne t’ai manqué. »


Un sourire taquin éclaira son visage parce qu’elle ne pouvait pas rester sérieuse après une déclaration pareille. C’était sa façon de prendre la situation avec un peu plus de légèreté. Parce qu’elle savait qu’ils s’étaient manqué de façon égale, évidemment. Et dire qu’il n’y avait pas de ça deux ans, on aurait trouvé qu’être séparés pendant deux jours, ce n’était pas la mort, non plus. Mais les circonstances avaient bien changé depuis ce temps-là.

    « On ne se séparera plus, hein ? Ou bien, si c’est le cas, on a plein de chambres qui servent à rien pour ça, inutile d’aller plus loin. »


Bien sûr, c’était une question idiote, la blondinette savait pertinemment qu’il n’y était pour rien dans cette histoire mais il faut croire qu’elle avait besoin de l’entendre. Comme parfois on a juste besoin de s’entendre dire que ça ira pour pouvoir continuer à avancer.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Jeu 23 Mar - 23:46



It's time to get up, Noah - Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. Ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Même s'il ne les répétait plus à voix haute, il avait toujours ce refrain en tête. Après un baiser dont il avait presque oublié la saveur, Noah mit sa tête contre son ventre, fermant les yeux, sentant son parfum qu'il adorait tant. Il entendait sa voix. Voyant que Noah était revenu enfin à lui, et après l'avoir laissé se poser sur ses genoux, Vesper parla à son tour, après les quelques mots de Noah.

- Ça m’a fait me rendre compte d’une chose : je peux plus vivre sans toi. Pas même comme on le faisait avant avec toi d’un côté du pays et moi de l’autre, en supposant que les choses redeviennent comme avant. Pas seulement parce que tu es mon fiancé, mon amour, la planète autour de laquelle je gravite… mais parce que tu restes mon meilleur ami et mon confident. Quand rien ne va, je peux me raccrocher à toi et quand, au contraire, tout va bien, c’est avec toi que j’ai envie de passer ces moments-là.

Il ne parlait pas. Il l'écoutait. Il écoutait le doux son de sa voix. Une larme s'échappa de son œil droit. Ses mots le touchaient en plein cœur. Lui qui avait passé sa vie à courir les filles. Lui qui avait enchaîner les coups sans lendemain. Même ici, à Astoria, il y en avait eu plus d'une. Seulement, il ne se souvenait d'aucune. Il ne pensait à aucune. Car, son coeur avait été touché. Son coeur avait été pris. Il avait été pris par la plus merveilleuse des femmes : Vesper Vane. Depuis ce fameux concours de miss en 2000, ils ne s'étaient plus jamais quittés. Elle sur la côte Est. Lui sur la côte Ouest. Rien ne les empêchait de se voir souvent dans l'année. Rien ne les empêchait d'être ami. Rien ne les empêchait d'avoir été amant le temps de plusieurs nuits au cours de ces dix-sept dernières années. Et les voilà. Les voilà réunis depuis quatre mois, ensemble depuis deux mois, fiancé depuis un mois. Noah le savait. Ils étaient faits l'un pour l'autre et l'un sans l'autre ne pouvait survivre. Comme elle venait de le dire : dans le bons moments comme dans les mauvais, ils peuvent compter et se raccrocher à l'autre. Puis, elle les prononça. Elle prononça les mots qu'il voulait qu'elle prononce, pour être sûr que ce soit encore le cas. Et cela l'était.

- Je t’aime plus que tout. Et tu m’as manqué… Oh, je sais pas, sûrement plus que ce que je ne t’ai manqué.

Noah pensait qu'ils s'étaient manqués autant l'un et l'autre. C'était sûr. C'étaient des âmes sœurs. Elle lui avait tellement manqué. Et quand il entendit qu'il lui avait manqué, il resserra un peu plus ses bras autour d'elle. Il était si bien. Il avait mal. Bien sûr qu'il avait mal. Le matin même, ils l'avaient encore interrogé. Et ce jusqu'à midi environ, lorsque dieu sait qui ordonna d'arrêter et de le libérer. Les douleurs s'étaient calmées mais Noah sentit que son mal de tête reprit de plus belle. Ne voulant rien montrer à Ves qui avait tant fait il y a quelques minutes, il reste sur ses genoux, le visage grimaçant, l'écoutant parler, tentant de se concentrer sur sa voix.

- On ne se séparera plus, hein ? Ou bien, si c’est le cas, on a plein de chambres qui servent à rien pour ça, inutile d’aller plus loin.

Oh non cela ne risquait plus d'arriver. Noah ne le permettrait pas. Il ne voulait plu être éloigné de Ves. Et c'est sans rechigner qu'il avait accepté le poste de responsable de la pêche. Il voyait là l'occasion de se rapprocher de Vesper et surtout de pouvoir la protéger en cas de souci. Bon, faut avouer que sans sa prothèse et les deux mains prises par sa béquilles, ça ne facilitait pas le truc. Il se tourna, le visage grimaçant de douleur. Il la regardait dans les yeux, essuyait ses larmes et tenta de lui répondre malgré la douleur et le mal de tête incessant.

- Ves... Je te promets qu'on ne se sépa...

Le fiancé de la jeune blonde ne put finir sa phrase. Après un gémissement de douleur, il sembla s'endormir d'un coup. La douleur était trop forte et son mal de tête avait empiré le faisant sombrer. Noah était... inconscient.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Ven 24 Mar - 21:51

Autant dans certains cas parler était inutile, voire totalement superflu, autant d’autres, c’était la meilleure arme qui soit. Alors oui, bien sûr, plus elle parlait et plus elle se sentait stupide mais Vesper était convaincue que ç’avait un effet bénéfique sur Noah. Lui n’était pas très bavard mais il réagissait alors elle ne se laissait pas démonter et poursuivait tout en lui caressant le dos. Jusqu’à cette question. Là bien sûr, elle attendait une réponse. Et elle l’eut. A moitié, en tout cas, car en plein milieu de sa promesse, il sombra. Littéralement. Dire que la jeune femme ne paniqua pas un brin serait un odieux mensonge mais il avait l’air de tellement souffrir que ce n’était pas plus mal qu’il dorme un peu. Plus que de tout autre chose, il avait surtout besoin de repos. Et là, en l’occurrence, c’était du repos forcé mais le corps sait souvent mieux ce qui est bon pour lui que l’esprit alors elle ne tenta pas de le réveiller et se contenta de lui prendre le pouls. La pulsation était un peu rapide, sans doute à cause de la douleur, du stress et tout ça, mais régulière. Puis sa main remonta jusqu’à sa tempe ; il avait un peu de fièvre aussi mais rien d’affolant compte tenu de la situation. La voilà rassurée.

Cependant, elle était légèrement coincée et comme il n’était pas question qu’elle reste là sans rien faire – bien qu’elle pourrait passer des heures à le regarder dormir, elle ne s’en lassait pas -, elle parvint à s’extirper de sa place et même à replacer son fiancé correctement sans que celui-ci ne se réveille. Après quoi elle monta lui chercher une couverture, abandonnant l’idée qu’il passe la nuit à l’étage et la dernière chose qu’elle souhaitait, c’était qu’il prenne froid en plus du reste. Mais avant de revenir au chevet de Noah, elle fit un arrêt par la cuisine pour se faire un thé, elle aussi. Elle n’avait pas l’intention de dormir, au cas où il se réveillerait et aurait besoin de quelque chose, il fallait qu’elle soit présente et puisque le café ne coulait plus à flots comme c’était le cas avant, il fallait se contenter de la théine pour rester éveillé. La théine et un bouquin pas trop ennuyeux, ça ferait l’affaire. La blondinette revint alors, couverture et bouquin sous le bras et tasse à la main qu’elle posa sur la table basse avant de couvrir Noah et de lui embrasser affectueusement le bout du nez.

    « Ah Noah… Je sais que tu veux prouver que tu es fort pour que je me sente en sécurisé mais si tu me disais ce qui ne va pas, je pourrais être plus efficace que ça. »


Le hic quand on a pris l’habitude de parler seule, c’est qu’on a du mal à se défaire de cette mauvaise habitude. D’autant qu’elle ne racontait pas n’importe quoi, elle avait la possibilité de le soigner mais elle ne pouvait soigner que ce qu’elle voyait. Enfin bref, il faudrait qu’ils travaillent là-dessus. Ensuite, comme le soleil commençait à descendre dans le ciel et que la pièce s’assombrissait, Vesper alluma les bougies, les rassembla sur la table basse et s’assit par terre, tout à côté du canapé, s’y adossant pour lire. Ainsi elle pouvait vérifier que son pouls, sa température et lui tenir la main. Autant pour lui que pour elle. C’est que sa peau avait dû se passer de la sienne durant deux longs jours aussi, mais comme il l’avait à moitié dit tout à l’heure, ça ne se reproduirait plus.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Sam 25 Mar - 22:39



It's time to get up, Noah - Part 2


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. Ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. Ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas...

Pense à Vesper. Pense à Vesper. Vesper Vane. Ta fiancée. Celle que tu aimes. N'abandonne pas. Ne l'abandonne pas. Ne lui fais pas ça. Pense à Vesper. Penser à Vesper. Ne l'oublie pas. Elle t'aime. Elle compte sur toi. Elle est là pour toi. Ne l'abandonne pas. Ne l'abandonne pas....

Cette rengaine. Encore et encore et encore et encore. Elle tournait en rond dans sa tête. Était-il devenu fou ? Allait-il le rester ? Retrouverait-il un semblant de paix intérieure ? Plongé dans une inconscience plutôt confortable, Noah se perdit dans son subconscient. Le vide. Le néant. Et pourtant, son corps avait décidé qu'il valait mieux pour lui de rester tranquille, endormi, le temps que le choc passe, que la douleur s'atténue.

Je t’aime plus que tout. Et tu m’as manqué… Oh, je sais pas, sûrement plus que ce que je ne t’ai manqué.

Noah, dans son inconscience inconscient, se retrouva face à Ves. Elle lui disait ces mots. Ces mots qu'il avait déjà entendu. Il semblait rêver. Tout semblait être figé dans l'espace et le temps. Vesper se tenait là. Au loin, il pouvait apercevoir Misia. Il ne s'attarda que sur Vesper. Sa douce. Sa belle. Son bijour. Il ne pouvait l'atteindre. Lui aussi semblait figer. Lorsqu'il voulut lui prendre la main, tout disparut et tout sembla se transformer. La seconde d'après, il se retrouvait en plein milieu d'Astoria. Les rues étaient paisibles. Vides. Tranquilles. Beaucoup trop tranquilles. Au loin des cris. Les cris d'une femme. Il les reconnut de suite. Il reconnut la voix de cette femme qui l'appelait au secours. C'était elle. Noah courait, encore et encore tentant de parvenir jusqu'à cette pauvre femme qui se faisait attaquer par un rôdeur.

- Tu n'as pas réussi à me sauver, Noah. Tu as échoué. Tu as tant échoué. Et tu échoueras encore.

Ayant eu un petit sursaut en entendant la voix, Noah regarda à sa gauche. Emma Marshall, sa propre sœur venait d'apparaître. Il semblait halluciner. Il la voyait bien au loin se faire attaquer par le rôdeur. Son esprit lui jouait des tours. Il ne savait plus faire la différence entre l'illusion et la réalité. Emma tenait fermement Noah par le bras. Elle l'emmena jusqu'à la jeune femme attaquée. Il essayait de se débattre, de parler mais il ne pouvait rien faire. Il n'était plus maître de son corps, de son esprit. Sa jeune sœur lui prit le visage, le baffa et lui montra le visage de la jeune femme qui hurlait de douleur, victime d'un rôdeur affamé.

- Regarde-la ! Regarde-la, Noah ! Tu ne pourras pas la sauver ! Tu n'as pas réussi à me sauver ! Tu ne réussiras pas à la sauver ! JAMAIS !!!

C'était Vesper. Elle était là. Elle le suppliait de l'aider, de tuer le rôdeur. Mais il ne pouvait pas. Il en était incapable. Il fut alors frappé par Emma. Cela le fit vaciller et il se retrouva face à Raven. Là, il la sentit. Toute la rage monta en lui et il put lui décrocher une droite sans que l'homme ne bouge. Par contre, le coup que le traître lui rendit, il le sentit et il vacilla une nouvelle fois. Et là, il tomba sur Octavia. Pas la Octavia Mears, maire de Sherwood. Pas la Octavia Mears, dirigeante d'Astoria. Octavia, le rôdeur. Et la dernière vision qu'il eut, c'est la jeune femme noire le dévorer.

Il sursauta, criant le nom de sa future femme. Il était à la maison, allongé sur le canapé. Il avait fait peur à Vesper qui lisait un livre adosser au canapé. Il haletait et avait du mal à reprendre sa respiration. Les coups qu'il avait reçu lui faisaient encore mal mais il réussit à s'asseoir. Alors que Ves l'examinait une énième fois, il l'attira, malgré la douleur, dans ses bras. Il la câlina et lui murmura.

- Je suis désolé, mon amour. Je suis désolé...

Ils restèrent là un temps l'un contre l'autre. Il se faisait tard. Noah était épuisé. Malgré le fait qu'il eut du mal à monter les marches, il voulait qu'ils aillent dormir là-haut, dans leur chambre. Il savait que Ves serait restée avec lui en bas. Seulement, il fallait reprendre la vie là où ils l'avaient arrêtés avant que ce bordel n'arrive. Noah savait que ça allait être difficile. Mais après son état d'inconscience et ce rêve bizarre, mélange de délires et réponses à certaines questions, il était conscient de beaucoup de choses, et sa relation avec Vesper ne pouvait que l'aider. En espérant que ses anciens démons ne le tourmentent pas de nouveau...

Le lendemain matin.

Noah se réveilla avec une atroce douleur à la jambe. Il était seul dans le lit. Le jour perçait à travers les rideaux. Ves devait être en bas ou dans la salle de bain. Il se gratta la jambe mais cela le faisait mal, encore et encore. Il souleva le drap. C'était sa jambe manquante qui lui faisait mal. Il se passa la main sur le visage comme pour reprendre ses esprits, se secoua la tête et tenta d'oublier la douleur. Ses blessures au corps allaient mieux. il se stoppa alors. C'était sa tête. Toute cette douleur, la douleur de son membre manquant, c'était psychologique. Il prie son visage dans les mains et tenta de se concentrer sur quelque chose qui lui ferait oublier la douleur. Lorsque tout à coup, il entendit un cri d'une femme, d'une jeune femme. Noah paniqua, pensant qu'il s'agissait de sa sœur Emma qui l'appelait au secours. Il voulut se lever mais tomba à terre, criant le nom de sa sœur.

- Emma !! EMMA ?!!

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Mer 29 Mar - 23:16

Le sommeil de Noah était tout ce qu’il y a de plus agité. Il ne remuait ni ne parlait vraiment mais avait quelques soubresauts et poussait quelques gémissements. S’il n’avait pas tant eu besoin de repos, elle l’aurait sans doute réveillé pour le sortir de ce cauchemar, lui rappeler que tout allait bien – enfin, aussi bien que possible, dirons-nous -, mais elle n’en fit rien, estimant qu’un sommeil agité valait mieux que pas de sommeil du tout, dans ce cas précis. Vesper continuait donc de faire mine de lire car le texte défilait devant ses yeux sans que son cerveau ne s’y accroche réellement pour essayer de le comprendre ; elle restait en alerte. Dès lors, le réveil en fanfare de son fiancé n’aurait pas dû la surprendre outre mesure mais elle sursauta une fois de plus. Sans rire, s’il continuait comme ça, il réussirait là où tant de zombies avaient échoué. Mais elle s’empressa de se remettre de ses émotions et vérifia qu’il allait bien. Pas plus mal que tout à l’heure en tout cas et il faudrait s’en contenter jusqu’à ce qu’il se remette complètement de ses blessures. Toujours est-il qu’il parvint à se redresser et à la prendre dans ses bras. Alors bien sûr, la blondinette ne protesta pas et câlina à son tour, secouant la tête en réponse à ses excuses.

    « Rien de tout ça n’est de ta faute, Noah. »


Il n’avait pas de raison de s’excuser – si ce n’est de lui avoir fichu une frousse bleue pas plus tard qu’il y a cinq minutes -, il s’efforçait de faire pour le mieux, comme tout le monde. Ils restèrent un moment ainsi, sans plus parler, profitant simplement de l’instant présent puis il insista pour qu’ils montent se coucher. Vesper aurait préféré qu’il reste là cette nuit, elle resterait à ses côtés mais c’était sans compter sur le caractère un rien borné de Noah. Elle n’eut plus qu’à se résoudre à l’aider du mieux qu’elle pouvait pour monter l’escalier menant à l’étage et tout ce qui s’ensuit. La nuit ne fut pas des plus faciles, ils restèrent enlacés tout du long mais le plus dur était de réussir à fermer l’œil. Son état d’épuisement ne laissa pas d’autre choix à Noah que de finir par dormir mais en ce qui la concernait, elle, ce fut une autre histoire et elle vit défiler toutes les heures avant de songer qu’elle serait plus utile en s’activant qu’en restant là à ne rien faire d’autre que de câliner son amoureux.

Bien que le soleil soit déjà levé lui aussi, il était encore tôt lorsqu’elle décida de se lever à son tour. Mais il lui fallut tout d’abord courir à la salle de bains pour vomir ce qu’elle n’avait pas avalé les deux jours précédents. C’était le signal, il fallait qu’elle se reprenne en main elle aussi, sinon elle ne tiendrait pas le coup et ça serait bête.
Penchée sur l’évier de la salle de bains, occupée à se brosser les dents, Vesper en profitait pour s’examiner dans le miroir. Elle qui faisait toujours attention à son apparence pour son propre bien, ressemblait en ce moment à une épave ; le manque de sommeil avait laissé de longs cernes noirs sous ses yeux et sa pâleur était à peu près aussi rassurante que celle des cadavres déambulant un peu partout en dehors d’Astoria. La jeune femme était en train de se passer un peu d’eau sur le visage et de se pincer les joues pour faire ressortir quelques couleurs lorsqu’un bruit sourd retentit dans la pièce d’à côté, suivit de cris. Ceux de Noah qui appelait sa sœur… mauvais rêve encore, sans doute. Sans perdre plus de temps, elle se précipita dans la chambre pour le trouver par terre, une fois de plus. Il faudrait résoudra ce problème d’équilibre.

    « mon amour, ça va ? Qu’est-ce qui se passe ? T’as fait un autre cauchemar où il y avait Emma ? »


Elle faillit lui rappeler que cette dernière était décédée et qu’il n’y avait pas moyen qu’elle revienne un jour sous forme de zombie. De goule ou de vampire – encore que c’était pour déconner mais qui sait, peut-être que ça serait le cas un jour les zombies existaient bien alors pourquoi pas tout le reste, hein ? – mais elle se retint de justesse. Il n’avait certainement pas besoin qu’on lui rafraîchisse la mémoire. Au lieu de quoi elle s’agenouilla à ses côtés et attendit un quelconque signe de sa part.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Jeu 30 Mar - 21:29



It's time to get up, Noah - Part 3


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Noah !!! Noah !!! NOAH !!!.

- Emma !! EMMA ?!!

Noah s'était levé du lit. Plus conscient qu'il avait un membre en moins, il était tombé à terre, provoquant un vacarme dans toute la chambre. Il échappa de peu à la table basse, près de sa tête. Néanmoins, la chute sembla le ramener à lui. Secouant la tête, entendant les pas de Vesper vers lui, Noah serra le poing gauche et sa main droite vint se poser sur ses yeux mouillés. Il s'adossa au mur tandis que Vesper, avec un brin de voix paniquée, lui dit.

- mon amour, ça va ? Qu’est-ce qui se passe ? T’as fait un autre cauchemar où il y avait Emma ?

Elle avait vu juste, comme toujours. Alors qu'elle s'agenouilla à son niveau, Ves ne disait plus rien. Elle savait comment fonctionnait Noah. Elle lui laissa le temps d'émerger de son sommeil, de ce cauchemar. Ses mains ne formaient plus que des poings. Il ferma les yeux, les larmes coulant encore le long de ses joues. La voix d'Emma résonnait dans sa tête et il avait du mal à se concentrer. En rouvrant les yeux, il croisa ceux de Vesper et son esprit, son âme, son corps semblèrent se calmer. Il desserra les poings et lui prit la main.

- Viens près de moi, mon amour. Serre-moi fort dans tes bras, je t'en supplie, serre-moi fort...

Vesper à ses côtés, il se logea alors dans ses bras et se réfugia entre ceux-ci. Il sentait en sécurité. Là, oui, il se sentait en sécurité. Il avait eu si peur. Ce cauchemar n'était pas le premier ni le dernier mais il avait été intense en émotion. Mais il était là, par terre dans sa chambre, dans sa maison, dans leur maison, dans ses bras, dans les bras de sa fiancée. Il sentit l'apaisement en lui et resserrait ses bras autour d'elle. Ils restèrent là un moment. Un long moment mais la journée ne faisait que commencer et ils n'allait pas rester là indéfiniment. Ils se relevèrent. Appuyé contre Ves, il s'assied sur le lit et avoua avoir fait un cauchemar avec Emma.

- Et tu as raison... J'ai fait un horrible cauchemar. Emma me torturait en me faisant revivre sa mort... Sauf qu'à la place d'elle, il s'agissait de toi, Vesper. De toi... Je ne pourrai pas te perdre. Je ne veux pas te perdre. Je ferai n'importe quoi pour te garder près de moi. Rien de rien ne nous séparera jamais. Plus jamais.

Et ses mots se voulaient sincères, déterminés. Il avait de l'ambition et aimait à la folie Vesper. La perdre elle, il perdrait tout. Certes, il restait encore quelques personnes en qui il avait confiance. Plus beaucoup... Certains avaient réussi à s'enfuir, d'autres étaient encore dans le camp. Mais il ne savait pas qui avaient pu survivre, qui avaient pu fuir. Seulement, il chassa ses pensées de sa tête lorsque son ventre gargouilla. Il avait faim soudainement. Et quoi de mieux que de manger après ce réveil quelque peu mouvementé. Il prit ses béquilles, se leva puis tendit une main vers Vesper.

- Petit-déjeuner ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Ven 31 Mar - 3:32

De grosses larmes roulaient sur ses joues mais cette fois, Vesper ne s’empressa pas de les sécher parce que, et même si ça lui fendait le cœur de le voir ainsi, pleurer aidait parfois à expulser une partie de sa tristesse. Oh bien sûr, ce n’était pas un remède miracle non plus, loin s’en faut, mais si ça pouvait aider… puis elle n’avait pas envie non plus de l’étouffer. Certes, elle était là pour lui mais hors de question qu’elle ne le laisse pas respirer. Alors elle attendait, se mordillant anxieusement la lèvre inférieure, qu’il lui fasse comprendre quoi faire. Puis il releva les yeux, ancra son regard au sien et elle le vit littéralement se détendre. Elle comprit alors qu’elle n’avait pas spécialement besoin de faire grand-chose, ça seule présence semblait lui permettre de ne pas perdre pied – façon de parler – et son anxiété s’envola presqu’aussitôt. La confession qu’elle lui avait faite hier avait l’air d’être réciproque et elle s’en serait probablement réjouie si la situation n’avait pas été telle qu’elle l’était. Un sourire passa tout de même sur son visage quand il lui prit la main et lui demanda de le serrer contre elle. Voilà autre chose qui était tout à fait dans ses cordes.

Elle lui ouvrit donc les bras, le laissa s’installer et l’étreignit aussi fort qu’elle le pouvait sans raviver la douleur. Elle lui laissa tout le temps qu’il lui fallait pour se remettre de son cauchemar, le papouillant longuement et mettant de côté le fait qu’elle n’était pas au mieux de sa forme non plus. Ça n’avait rien de comparable, de toute façon, elle irait mieux en un rien de temps. Ses yeux balayèrent alors rapidement le corps de son fiancé pour s’apercevoir que les bleus murissaient déjà et que les blessures n’étaient déjà plus aussi laides à voir. Cette fois, c’est un sourire satisfait qui éclaira son visage. Puis, comme ils ne pouvaient pas rester là indéfiniment, Vesper se releva et aida Noah à en faire de même. Il s’assit alors sur le lit et lui raconta son cauchemar. Le meilleur moyen de crédibiliser tout ça, c’était d’en parler à quelqu’un. Et puis la blondinette était superstitieuse et elle avait toujours cru que c’était aussi une façon de se protéger de certains rêves prémonitoires peu plaisants.
Le fantôme de sa sœur le tourmentait jusque dans ses rêves mais là où elle n’était pas inquiète c’était quand il disait que c’était elle qui avait pris sa place. C’était peut-être – sûrement – un peu présomptueux mais la jeune femme était certaine que ce rêve-là ne serait pas prémonitoire. Tout simplement parce qu’elle avait vécu près d’un an sur les routes, avait croisé une tripotée de zombies et savait que le plus dangereux, c’était les hordes. Les zombies sont vraiment stupides, il faut juste faire attention à ne pas se laisser déborder, c’est tout.

Mais bien sûr, elle comprenait que Noah avait peur de la perdre, tout comme elle avait peur de le perdre. Alors ils veillaient l’un sur l’autre et attendant, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était le rassurer. Elle encadra son visage de ses mains et déposa un baiser sur ses lèvres.

    « Ne t’en fais pas pour ça, ce n’est pas comme ça que je meurs. Ça non, plus jamais on se sépare. »


Vesper aimait bien se la jouer mystérieusement mystique par moment. Mais en vérité, c’était plus une référence à Big Fish qu’une réelle prédiction car, comme tout le monde, elle n’avait aucune idée de la façon dont elle mourrait. Le plus tard serait le mieux, évidemment. Bref, si, cette phrase avait un côté rassurant et collait à merveille avec son côté mystique.
Quoi qu’il en soit, ils furent interrompus pour les gargouillements émis par l’estomac de Noah qui lui tendit aussitôt une main en lui proposant d’aller petit déjeuner. Ce qui tombait bien puisque c’était ce qu’elle avait initialement prévu quand elle avait projeté de se lever plus tôt. Ils avaient autant besoin de reprendre des forces l’un que l’autre. Aussi lui prit-elle la main en le précédant hors de la chambre et dans les escaliers.

    « Okay mais c’est moi qui m’en charge. Toi, tu t’assieds et tu te laisses servir. »


C’était le moins qu’elle puisse faire. Et puis, si ses talents en cuisine n’égalaient clairement pas ceux de son fiancé, elle ne s’en sortait pas si mal pour autant. En fait, ce qu’elle maîtrisait le mieux, c’était l’assaisonnement, forcément, déformation professionnelle. Bref, c’est donc ainsi qu’elle leur fit des omelettes. Rien de bien fou et un peu consistant pour le petit déjeuner peut-être, mais ça faisait trois jours qu’ils n’avaient rien avalé ni l’un ni l’autre et puisqu’il y avait des œufs.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Ven 31 Mar - 23:33



A romantic but sad breakfast


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Noah eut du mal à descendre les escaliers mais il ne montra aucun signe de faiblesse à Vesper. Il ne fallait pas. Elle avait tant supporté depuis l'attaque, depuis son retour la veille et leur avenir désormais. Un homme en béquille, affaibli, en convalescence, rétrogradé, blessé dans son honneur, trahi par des amis était fiancé à une charmante femme qui faisait tout pour lui et qui avait su s'adapter et rester loin de cette attaque. Non, l'idée n'était clairement pas d'arrêter tout ça. Noah aimait Ves. Ves aimait Noah. Il l'avait demandé en mariage. Ils étaient fiancés. Ils vivaient ensemble. Il ne voulait pas être un poids pour elle. Seulement, il ne voulait pas la perdre. Alors le but, désormais, était qu'il se relève. Noah allait se relever. Noah devait se relever. Assis à table, limite forcé par Vesper, il n'avait d'autre choix que de patienter. Elle allait préparer le petit-déjeuner pour eux deux. Il se souvenait alors des repas qu'elle faisait quand il venait chez elle, sur la côte Est. Il adorait sa cuisine. Elle devait se faire plus confiance. Et, comme elle dirait, elle gère plus particulièrement l'assaisonnement. Ce qui est normal pour une herboriste. Il sentit alors l'odeur de s omelettes qu'elle était en train de préparer. Noah adorait les omelettes. Et cela faisait bien longtemps qu'il en avait mangé.

- Ça sent tellement bon, Ves.

Il se souvint précisément de ce jour de l'année 2008. Cet été là, c'est lui qui avait décidé d'y aller. D'aller chez elle, à l'autre bout du pays. Lui faire une surprise. Et pour le coup, elle avait été surprise. Ce jour-là, ces semaines qu'il passa chez elle, à l'époque il n'aurait jamais pensé se fiancer avec Vesper et pourtant il la désirait déjà. Pour à dîner, comme il n'était pas prévu, elle leur avait fait une omelette. Cela les a fait rire longtemps cette histoire. Ce qu'ils ne disaient pas et ce qu'ils avaient oublié jusqu'à maintenant, c'est qu'il avait passé la nuit ensemble après. Cela faisait des mois qu'ils ne s'étaient pas vus. Noah avait ramené de l'alcool, Ves en avait aussi. Ils avaient donc décidé de jouer et surtout de parler. Noah venait de se faire jeter par une meuf. C'était l'une des rares avec qui il avait songé à coucher une deuxième fois dans la même semaine. Cela le fit donc d'autant plus rire que ce soit elle et non lui qui largue l'autre. Quant à Ves, elle en était encore à chercher le prince charmant. C'était une romantique, Noah respectait cette partie là d'elle. Et quelques nombreux verres d'alcool plus tard, il décida, pour une nuit, d'être son prince charmant. Elle n'avait pas résisté longtemps, lui non plus d'ailleurs... Cela le fit sourire. Et le temps qu'il se rappelle tout cela, le petit-déjeuner était prêt. Il but une gorgée de thé. Il avait abandonné le café il y a bien longtemps. Bon, à l'époque, c'était pour le remplacer par du whisky ou de la vodka. Mais depuis, le thé avait remplacé le whisky ou la vodka... Restriction de l'herboriste attitrée... Plus d'alcool... Restriction d'Echo aussi. Décidément, personne n'aimait l'alcool dans ce monde pourri. Quoiqu'il en soit, il savoura son thé avant de diriger sa main vers celle de Ves, qui venait de s'asseoir.

- Je suis désolé pour tout à l'heure... Ça va être compliqué pour moi pendant quelques jours... Ces deux jours furent atroces Vesper... Et je suis... je... je suis tellement content de t'avoir à mes côtés... Je t'aime tellement.

Il se pencha pour l'embrasser enchaîné d'un Buen appetito. Ils déjeunèrent donc. Ce fut comme d'habitude. Les yeux dans les yeux, piquant par moment dans l'assiette de l'autre. S'échangeant des mots banals. Tout était comme d'hab... enfin non... pas tout à fait... Noah n'avait pas le visage de quelqu'un d'heureux. L'ancien chef de la sécurité n'avait plus ce visage rayonnant qu'il avait eu pendant... deux mois à peine. Il regrettait déjà les moments passés avec Vesper avant que ces connards d'Echo ne fassent d'Astoria leur nouveau camp. Des moments heures auxquels il repensait à l'instant. Il finit par poser sa fourchette, ne finissant pas cette délicieuse omelette que Vesper lui avait préparé. Sa mine était basse, fatiguée, son visage tiraillé par ce qu'il lui était arrivé ces derniers jours...

- C'était vraiment très bon, mon amour. Je suis désolé, je ne peux plus rien avaler... Je n'ai pas aussi faim que je le pensais...

Il se leva tant bien que mal, alla déposé un doux baiser sur le front de sa bien-aimé et décida d'aller s'isoler dans le salon. Il s'installa dans son fauteuil, repensant une nouvelle fois à son rêve, balançant ses béquilles à travers la pièce. Le visage froncé, le regard noir, il fixait la fenêtre qui donnait sur la ville. Ils paieront. Tous. Ils paieront. Un jour. Bientôt. Très bientôt.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Lun 10 Avr - 17:08

Tout était redevenu normal. Enfin presque. Si Vesper avait dû faire une comparaison quelque chose, elle aurait sans doute comparé ce petit-déjeuner aux retombées après une tempête. Le souvenir de ce qui s’était produit la veille était bien vif, toujours très présent dans leurs esprits mais ils s’efforçaient de faire en sorte que ça ne soit pas ce qui prédomine. De faire en sorte que leur vie reprenne son cours normal. La blondinette sourit en attendant son fiancé lui dire que ce qu’elle préparait sentait bon. Oh, ce n’était rien de sorcier, quelques œufs, des fines herbes et le tour était joué. Ce n’était pas Vesper qui aurait pu s’inscrire à Top Chef, ça c’était certain mais bon, elle se défendait et c’était le principal. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les omelettes furent prêtes et elle alla s’asseoir à table, en face de Noah. A la façon dont il posa sa main sur la sienne, elle aurait presque pu croire que tout cela n’avait été qu’un mauvais rêve. Mais Noah la ramena bien vite à la réalité en s’expliquant sur son attitude de ce matin. Inutile, elle savait très bien que ce n’était en aucun cas sa faute, c’était celle de ses geôliers, bien évidemment. En revanche, elle pouvait réagir à ce qui suivit et elle lui adressa un sourire apaisant en serrant sa main dans la sienne.

    « Tu sais bien que je serai toujours là pour toi parce que je t’aime tellement, moi aussi. »


Pour ce qui est du reste, elle se doutait bien que ça serait compliqué pendant un moment et elle ne lui en voulait pas, si ça pouvait l’aider à aller mieux alors elle s’y ferait. Bref, ils échangèrent un baiser et firent honneur à son travail en tant que chef. Elle en tout cas, car Noah, après avoir prétendu quelques instants que ça allait, finit par poser sa fourchette et repousser son assiette. C’était bon mais il n’avait plus faim, disait-il. Il aurait mieux valu qu’il mange encore un peu mais elle préféra ne pas insister, après tout, il s’était quand même nourri, ce n’était pas si mal. La jeune femme hocha la tête et le laissa se diriger vers le salon, sentant qu’il avait besoin d’un peu de solitude. De plus, si lui n’avait plus faim, ce n’était pas son cas à elle et elle ne sursauta pas, cette fois, lorsqu’elle entendit très distinctement qu’il avait balancé quelque chose à travers la pièce.

Une omelette et demi plus tard environ – ben elle n’allait jeter une demi-omelette, ça serait du gâchis, d’autant qu’elle mourait vraiment de faim -, Vesper sirotait son thé, le regard perdu dans le vague. Elle se sentait légèrement démunie tout de même. Elle aurait aimé être plus utile que ça, mais que faire ? Elle ne pouvait qu’être présente, l’écouter, ce genre de choses. Ça aidait mais est-ce que ça serait suffisant ? C’était l’une de ces situations où seul le temps le dirait. Bref, elle finit par se lever, posa la vaisselle sale dans l’évier et emporta son thé dans le salon où elle prit appui contre l’encadrement de la porte. Ainsi, elle observa silencieusement son fiancé qui semblait regarder par la fenêtre avec une certaine intensité. C’était ses béquilles qu’il avait jetées à l’autre bout de la pièce. Il devait les avoir en horreur, c’était bien normal.

    « Tu veux qu’on en parle, de ce qu’il s’est passé là-bas ? »


Elle vint alors s’asseoir à ses côtés, songeant qu’en fin de compte, tout ce qu’elle savait de ce qu’il s’était produit là-bas, c’était ce qu’elle en avait déduit. A cause des marques qu’ils avaient laissées sur le corps de Noah ; ce qui était visible, en résumé. Mais ils étaient sans doute allés plus loin. Il y a bien des moyens de détruire une personne sans avoir à la toucher. Vesper savait également qu’il y a certaines choses qu’il ne vaut mieux pas savoir mais si Noah avait besoin d’extérioriser tout ça alors elle pouvait l’entendre. Evidemment qu’elle pouvait l’entendre puisqu’elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour qu’il aille bien.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Lun 10 Avr - 23:08



An awful confession -
Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Noah serrait les poings. S'énerver ? Pour quoi faire ? Rien. Ça ne sert à rien. Et pourtant, il l'était en ce moment. Il avait jeté ses béquilles à travers la pièce. Il avait froncé les sourcils. Son regard noir se dirigeait vers la fenêtre. Il n'entendit même pas Vesper le rejoindre. Le regarder. L'observer. Lui était concentré sur une chose : sa vengeance. Oui, il voulait se venger. Comment ? Il ne le savait pas encore. Quand ? Il ne pouvait le déterminer. Seul ? Oui, seul. Sa vengeance est personnelle. La pseudo résistance qui se mettait en place à l'intérieur et à l'extérieur et dont il avait déjà eu vent ne serviraient à rien. Selon lui. Selon un homme désespéré. Selon un homme détruit. Selon un homme humilié. Selon un homme... affaibli. Alors que ses pensées étaient concentrées sur Raven Jacob, Harper Lee, Archibald Holmes et Echo Ryswell. Ces quatre personnes étaient les plus responsables. Les autres, ceux appartenant à leur camp, mourront aussi. Astoria renaîtra sur leur corps brûlé, dépecé, écrasé. Il fut alors interrompu lorsque Vesper lui adressa la parole et vint s'asseoir près de lui.

- Tu veux qu’on en parle, de ce qu’il s’est passé là-bas ?

Il desserra lentement les poings, reprenant son calme, apaisant son feu intérieur. Rien que sa présence le calmait, l'apaisait, le soulageait. Elle était là pour lui. Il le savait. Elle l'avait toujours été. Et dès qu'il la revit il y a quelques mois, dès qu'il s'était rendu compte qu'elle était la femme de sa vie, il avait décidé de ne rien lui cacher, de ne plus rien lui cacher à partir de ce moment. Ainsi, il la prit sur ses jambes, son bras entourant sa taille. Il s'avança quelque peu afin de l'embrasser passionnément. Puis, alors qu'il l'enlaçait fortement, il pensa que cela lui ferait du bien de parler. À elle. À sa future femme. Elle devait savoir. Déjà qu'elle subissait les conséquences, il fallait qu'elle sache les causes.

- Je pense qu'on devrait en parler oui... Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie mais tu as le droit de savoir... Et ça me ferait le plus grand bien.

Il la laissa se relever et ainsi, ils se retrouvèrent l'un en face de l'autre. Il fallait qu'il lui raconte ces deux jours. Elle avait sûrement plein de questions. Mais la connaissant, elle voulait sûrement que Noah aille mieux et traverse au lieux cette mauvaise passe. Ils étaient deux désormais. Ils pouvaient compter l'un sur l'autre. Ils devaient compter l'un sur l'autre. Il lui prit ses mains, plongea son regard dans le sien et commença à parler.

- Je ne sais pas trop par quoi commencer. Je sais que ça me ferait que du bien d'en parler. Mais je veux être sûr que tu le veuilles... Je ne veux pas t'imposer ça, chérie.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   

Revenir en haut Aller en bas
 
There And Back Again - ft. Vesper Vane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Trac(k)back sur Colorado
» Bleach - Turn Back The Pendulum
» Bouton back to top
» Compte Fondateur changé = Back Up Impossible ?
» Perte de pannel d'admin suite à un back-up

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: