There And Back Again - ft. Vesper Vane - Page 2

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 There And Back Again - ft. Vesper Vane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Sam 15 Avr - 3:05

Pour être honnête, Vesper n’avait pas particulièrement besoin de savoir ce qu’il s’était passé. Elle faisait partie de ces personnes qui croient dur comme fer que pour préserver son esprit, il vaut parfois mieux rester dans l’ignorance. C’était surtout pour Noah qu’elle était prête à tout entendre. Et son esprit dans tout ça ? me direz-vous. Mais Vesper est une jeune femme forte avec un mental d’acier, elle pouvait y survivre. La preuve en était qu’elle parvenait même à faire comme si tout ce bordel ne l’affectait pas le moins du monde quand d’autres se laissaient sombrer tel le Titanic. Et puisque Noah songeait que ça pouvait lui être bénéfique alors la blondinette avait pris sa décision : elle voulait savoir.
Après une étreinte passionnée – durant laquelle elle était fatalement restée toute crispée, toujours soucieuse de ne pas lui faire mal – et un baiser lui aussi tout plein de passion, la jeune femme reprit sa place initiale sur le canapé et sirota son thé avant de le reposer sur la table, attendant sagement qu’il prenne la parole, exactement comme s’ils s’apprêtaient à parler de leurs prochaines vacances – qui n’auraient malheureusement jamais lieu, il fallait faire une croix sur les vacances – ou tout autre banalité du même style.

Il prit alors ses mains dans les siennes et plongea son regard dans le sien tandis qu’elle se préparait mentalement à faire réellement comme s’ils allaient juste planifier leurs prochaines vacances. Le meilleur moyen de ne pas devenir dingue en entendant ça était de prendre le plus de recul possible. Si tout le monde pouvait avoir autant de bon sens qu’elle, ce que ça serait cool. Bref, de toute façon, Noah ne commença pas tout de suite. Il préférait, au préalable, être sûr qu’elle voulait l’entendre. Comme si quelqu’un pouvait raisonnablement en avoir vraiment envie. Ça ne devait pas être ça le problème puisqu’il enchaîna ensuite en lui disant qu’il ne voulait pas lui imposer ça, plutôt. Il est vrai qu’il la connaissait mieux que personne, désormais, qu’il l’avait vue dans des situations délicates, qu’il connaissait son côté sensible… ainsi de suite, mais ça, c’était avant. A son grand regret, vivre à Zombieland l’avait changée. Ce n’était pas plus mal qu’elle se soit endurcie – d’une certaine façon -, mais sans doute pas au point de faire certaines choses dont elle-même ne se serait jamais crue capable. Cela dit, bien sûr que Noah ne pouvait pas le savoir, il n’avait eu qu’un très bref aperçu de ces changements jusqu’ici. La jeune femme fixa alors son regard au sien sans ciller, une lueur de détermination y brillant.

    « Ce que je veux, c’est que tu ailles mieux. Si tu penses que ça te ferait du bien d’en parler, alors je peux tout entendre. »


De toute façon, elle avait toujours pu tout entendre, elle avait toujours été l’oreille attentive dont il avait eu besoin. Même d’une côte à l’autre, ils en avaient passé des nuits blanches à se raconter tous leurs tracas sans tenir compte du décalage horaire alors elle ne voyait pas pourquoi ça changerait maintenant, et ce, même ce qu’il avait à dire était plus horrible que tout ce qu’il avait pu lui raconter par le passé.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Dim 16 Avr - 1:23



An awful confession -
Part 2


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- Ce que je veux, c’est que tu ailles mieux. Si tu penses que ça te ferait du bien d’en parler, alors je peux tout entendre.

Tout entendre ? Peut-être. Quoiqu'il en soit, Noah pensait qu'elle était prête à entendre son récit. Il y avait déjà eu un cap de passer lorsqu'il lui confia les conditions de la mort d'Emma. Mais là. Là. Cela dépassait tout ce que Ves pouvait s'imaginer. En traversant le pays, elle avait du en voir des choses. C'est ce qui poussa Noah a entamé cette discussion. Il était temps d'en parler. Pourquoi maintenant ? Parce qu'il ressentait la même chose qu'il avait senti le jour où ce qu'il allait raconter s'était produit.

Il lui lâcha alors les mains mais ne baissa pas le regard. Son visage était marqué par le passé, la fatigue. La veine sur son front se voyait encore malgré le fait qu'il ait tenté de se calmer. Sa jambe manquante lui faisait encore mal. Cette stupide idiotie psychologique du membre fantôme. Quoiqu'il en soit, il était prêt à débuter son récit. Il se recula dans son fauteuil et, le regard dans le vide, se replongea près de deux ans en arrière.

Astoria. Deux ans plus tôt.

Noah venait d'assister à quelque chose d'horrible. Sa sœur, Emma, venait de se faire attaquer par un rôdeur, une saloperie de rôdeur. Noah s'était rué dessus et le charcutait avec son poignard lorsque les cris de douleur de sa sœur l'arrêtèrent. Il mit une balle dans la tête de la créature et vint prendre la jeune femme dans ses bras. Elle prononçait son nom à répétition. La blessure était profonde. Elle perdait beaucoup de sang. Il sentit alors sa main ensanglantée contre son visage. Ses mots ne se firent pas attendre. Elle voulait qu'il le fasse. Elle voulait que ce soit lui. Elle ne voulait passer de l'autre côté. Elle ne voulait devenir l'un des leurs. Et après plusieurs longues minutes d'hésitations, de supplications, de pleurs, de larmes, de cris de douleur, Noah se résigna à exécuter les dernières volontés de sa chère sœur. Octavia avait été témoin de cet acte et était venue l'aider. Tous deux enterrèrent la corps de la jeune femme. Noah était à genoux et Octavia le laissa seul devant la tombe. Noah criait sa douleur. Il tenait son arme chargée dans la main et son poignard dans l'autre. La souffrance de l'acte qu'il venait de faire était insupportable. La première chose à laquelle il pensa était bien sûr le suicide. Puis la voix. La voix d'Emma atteignit son esprit. Elle ne voulait pas qu'il renonce. Elle ne voulait pas qu'il fasse ce choix. Elle voulait qu'il vive. Pour elle. Pour eux deux. Il se releva, lui promit qu'il veillerait sur Astoria. Seulement, avant ça, il avait décidé de quitter le camp. La dernière personne qui l'avait vu était Octavia. Personne ne le revit durant deux jours entiers, deux longs jours.

Un conseil s'était tenu. Astoria allait être organisée. Octavia présidait la séance. Les différents chefs de section nommés étaient présents sauf Noah, qui avait été nommé chef de la sécurité. Et c'était épuisé mais debout qu'il apparut devant les membres du Conseil. Personne ne posa de questions, personne ne lui adressa la parole ce jour-là. Tout le monde connaissait Noah et savait qu'il ne valait mieux pas poser de questions. Par contre, Octavia lui ordonna de consulter Joseph, le psychologue. Ordre qu'il ne put refuser. Le soir-même, seul chez lui, il tentait de se calmer alors qu'il brisait ses chaises, de la vaisselle. Il finit par se diriger vers les toilettes afin de vomir. Ce soir-là...

Présent.

- Depuis ce soir-là, je ne passais pas une seule nuit comme il faut. Personne ne sait ce que j'ai fait durant deux jours en pleine nature, seulement armé d'une arme avec deux chargeurs, un silencieux, et un poignard. Jusqu'à aujourd'hui... Parce que je me sens comme ce jour-là. Je sens que j'ai perdu et j'ai envie de les tuer... Vesper, j'ai besoin de les tuer... C'est un besoin que je dois contrôler et refouler... Et pour ça...

Il releva les yeux vers sa fiancée, les yeux plein de larmes.

- Et pour ça, je vais avoir besoin de toi...

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Dim 16 Avr - 2:48

Vesper s’attendait à ce que Noah lui parle de ce qu’il s’était passé la veille, des tourments que les autres lui avaient fait subir et tout ce qui va avec mais ce ne fut pas le cas. Au lieu de ça, il lui raconta qu’il y a de ça deux ans, quand cette horrible tragédie au sujet d’Emma était survenue, Octavia lui était venue en aide pour aider la dépouille de sa sœur et qu’ensuite, il avait disparu durant deux jours. C’est à peu près tout ce qu’il voulut bien lui dire pour le moment. S’éloigner d’Astoria signifiait s’éloigner de la sécurité toute relative du camp, passer du côté « sauvage » du monde, en quelque sorte. Il ajouta tout de même qu’il était armé. Et pas qu’un peu ; son joli petit sécateur tout rouillé faisait office de jouet à côté de tout ça. Personne ne savait ce qu’il avait fait durant ces deux jours, ça faisait partie des nombreux secrets de Noah Marshall. La blondinette avait beau le connaître depuis des lustres et avoir tenu le rôle de confidente tout du long, elle n’était pas bête au point de croire qu’il ne lui avait jamais rien caché. Et cette conversation démontrait bien qu’elle avait raison.

Qu’il lui raconte ça, c’était une chose mais elle avait du mal à comprendre le rapport avec qui venait de se produire. Jusqu’à ce qu’il lui annonce qu’il ressentait le besoin de les tuer… wow, wow, wow, mais qu’est-ce qu’il racontait, là ? Le besoin ? Elle voulait bien croire qu’il avait la rage contre tous ces cons, qu’il songe même à les tuer, évidemment, mais de là à en ressentir le besoin… c’était tellement choquant de la part de Noah que Vesper en vint à se demander s’il ne s’était pas cogné la tête un peu trop fort en tombant ou bien s’il n’avait pas à nouveau de la fièvre et qu’il n’était pas en train de délirer. Ce qui se traduisait par un léger froncement de sourcils. Ensuite, il déclara, les yeux bordés de larmes, qu’il aurait besoin d’elle pour refouler ce besoin. Alors, c’était peut-être parce qu’elle était blonde et que tous les stéréotypes à leur sujet étaient vrais, finalement, mais elle ne comprenait foutre rien à ce qui était en train de se passer. La jeune femme décrocha alors son regard de celui de son fiancé pour fixer le vinyle au sol en se prenant la tête entre les mains. Il fallait qu’elle réfléchisse.

Elle avait beau être pacifiste, ça lui était arrivé d’avoir envie de tuer des gens. Ce n’était en aucun cas un besoin, simplement une envie. Il lui était même arrivé d’en tuer quelques-uns en route mais à chaque fois, c’était un cas de légitime défense comme on disait autrefois, quand ça voulait encore dire quelque chose, et elle n’y avait bien sûr pris aucun plaisir. Dehors c’est tuer ou mourir, tous les gens qui sont sortis d’Astoria vous le diront. Mais là, les circonstances étaient différentes. Si, si, elles l’étaient. D’abord parce que Noah était du genre protecteur, sinon il aurait choisi une tout autre vocation, et ça, c’étaient des propos tout droit sortis de la bouche d’un psychopathe. Mais surtout, il n’avait pas l’air de se rendre compte qu’il était en minorité. Oh bien sûr, les habitants d’Astoria voulant faire la peau au groupe d’Echo devaient être légion, mais qui oserait seulement lever le petit doigt à leur encontre ? Ceux-là étaient fort peu nombreux, c’était certain. Alors ça ne servirait strictement à rien, ça ne serait ni plus ni moins qu’un acte suicidaire. Quand je vous dis qu’il faut bien que quelqu’un réfléchisse sensément, des fois, ça s’applique à des tas de cas. Vesper soupira et finit par relever la tête.

    « Je suis pas sûre… tu te rends bien compte de ce que tu es en train de dire, là ? Non parce que c’est délirant, quand même. Je veux bien croire qu’après la mort d’Emma, t’aies un peu pété les plombs et que t’aies trouvé une façon de te venger ou juste de te défouler, c’est bien normal… mais les circonstances sont carrément différentes. »


Elle avait toujours cru que des deux, elle était la moins rationnelle. Comme quoi, les rôles pouvaient s’inverser parfois. Mais bref, elle se rappela que son fiancé avait besoin d’aide et pas juste d’un discours quelque peu moralisateur.

    « Mais bon… tu dis que tu as besoin de moi pour refouler ce… ce sentiment. Qu’est-ce que je peux faire ? »


Car s’il ne le lui disait pas, elle n’en aurait aucune idée, elle était tellement confuse.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Dim 16 Avr - 19:18



An awful confession -
Part 3


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- Je suis pas sûre…

Noah ne bougeait plus. Il écoutait Vesper mais son regard se portait sur la fenêtre et sa vue. Il n'avait pas encore raconté son périple durant ces deux jours. Il l'écoutait. Elle avait raison dans ses propos mais pourtant après la mort d'Emma, Noah avait changé, plus que n'importe qui l'aurait pensé.

- Tu te rends bien compte de ce que tu es en train de dire, là ?

- Je m'en rends compte.

- Non parce que c’est délirant, quand même. Je veux bien croire qu’après la mort d’Emma, t’aies un peu pété les plombs et que t’aies trouvé une façon de te venger ou juste de te défouler, c’est bien normal… mais les circonstances sont carrément différentes.

Les circonstances étaient peut-être différentes, elle avait raison sur ce point. Seulement, il avait été trahi par deux de ses hommes, avait perdu des gens qu'il appréciait dont Octavia et s'était retrouvé à la merci de deux geôliers et d'un interrogateur horribles et qui le malmenèrent durant deux longs jours. Deux jours. Juste deux jours pendant lesquels il avait repensé à ces deux autres... Puis, le ton de la discussion changea. Noah tourna le regard vers elle. Il sentait dans son regard qu'elle était là pour lui, qu'elle serait comme elle l'avait toujours été avec lui dans les moments difficiles. Bienveillante. Attentionné. À l'écoute. Compréhensive. Présente.

- Mais bon… tu dis que tu as besoin de moi pour refouler ce… ce sentiment. Qu’est-ce que je peux faire ?

- Rester auprès de moi. Comprendre par quoi je suis passé et calmé ma soif de vengeance... Mes mots peuvent te paraître insensés mais il s'est passé tant de choses depuis le tout début que les derniers événements ont fait resurgir le Noah que j'étais à cette époque...

Noah passa du fauteuil au canapé tant bien que mal. Assis aux côtés de Vesper, il lui prit les mains. Les yeux dans les yeux, il s'apprêtait à lui raconter son plus noir secret. Ce qu'il n'avait jamais avoué à Joseph ni à Jillian, ni à aucune autre personne. Même Octavia ne le savait pas. Elle avait eu quelques doutes lorsqu'il revint au camp mais le sujet n'avait jamais été abordé.

Astoria. Deux ans plus tôt.

Noah était parti d'Astoria. Sans rien dire, sans un mot, sans un bruit. Armé, muni de son poignard, il s'était engouffré dans la forêt qui faisait le tour de la ville, de l'ancienne ville. Tuant sur son passage tous rôdeurs qu'il croisait, Noah semblait envahi par la rage, la colère et la furie. Rien ne l'arrêtait. Il avançait, jour et nuit loin d'Astoria. Le soir-même de son départ, après avoir tué environ une vingtaine de marcheurs, après avoir presque sombré dans la folie en voyant sa sœur cachée derrière chaque arbre, chaque voiture qu'il croisait, Noah tomba dans un piège. Un piège mis en place par un camp qui s'était établi à quelques kilomètres de là. Ils étaient peu nombreux, six voire sept. Pouvait-on appeler cela un camp d'ailleurs ? C'était une famille. Le grand-père, les deux parents, une sœur puis deux enfants. Ils étaient donc six. Six face à un Noah attaché à un arbre deux heures après être tombé dans ce piège. Qu'espéraient-ils ? Que voulaient-ils ? Noah, sur le moment, se pensait être la proie de ces gens. Leur dîner... Car telle était la nature de l'homme dans ce contexte... C'était devenu chacun pour soi. Il allait finir digérer par une famille seule, abandonnée, affamée, désespérée. Quel triste destin !

Le père de famille lui avait annoncé la couleur. Ils allaient le manger. Ils n'avaient pas d'autres choix. Le monde s'était écroulé. Les rôdeurs affluaient. On sentait la folie en eux. Noah avait été fou de sortir du camp mais il put alors remarquer la vraie folie. La folie de cette famille, de ce père entraînant les siens dans le cannibalisme car leur position était tenue. Ils avouaient ne pas bouger, chassant les animaux aux alentours. Seul le père sortait plus loin. Leur avait-il menti ? Connaissait-il l'existence d'Astoria ? Ils ne le croyaient. Le père ne le croyait. Il obligeait même sa famille à ne pas l'écouter. Comment pouvait-on en arriver là en si peu de temps ? Noah avait beau leur parler du
camp, ils restaient sur leurs positions.

Dans la nuit...

Présent.

- Dans la nuit, je...

Noah s'interrompit. Un verre d'eau était posé face à lui. Il en but quelques gorgées. Devait-il vraiment continuer ? Oui, il le fallait. Pour comprendre la suite, il devait raconter ce qui se passa cette nuit-là, cette fameuse nuit où tout changea. Relevant son regard, un regard rempli de remords, de culpabilité, de regrets, de chagrin, il croisa le regard de Vesper...

- Que pouvais-je bien faire ? Ils allaient me tuer... À l'aube d'un monde apocalyptique, ils étaient déjà prêts à manger l'un des leurs... Dieu seul sait combien de temps ils avaient vécu dans cette putain de forêt mais je n'avais pas eu d'autres choix... Il ne me croyait pas sur l'existence d'Astoria. Sur sa construction, sa viabilité, sa sécurité. Que pouvais-je bien faire..?

Astoria. Deux ans plus tôt.

Ils s'étaient endormis, le laissant là, attaché à cet arbre. Il y avait deux solutions. Soit il était mangé par ces cannibales menés par un fou, soit les rôdeurs le mangeraient. Seulement, Noah n'était pas prêt pour cela. Se saisissant d'un couteau qu'il avait habilement dissimulé. Il put alors se défaire de ses liens et se détacher de l'arbre. Seulement, il tomba nez-à-nez avec le grand-père. Celui-ci voulut alerter son fils mais Noah l'en empêcha... Il n'eut pas d'autres choix. Et au moment où il trancha la gorge du vieillard, la famille était réveillée. Noah fut surpris pas le cri de la fille benjamine et de sa tante tandis que le père se ruait déjà sur lui. Un combat, un duel entre les deux hommes s'en suivit. Noah tentait de le raisonner, qu'il avait eu tort, qu'il devait se ressaisir. Mais il était trop tard. Noah mit à terre le père de famille et l'assomma à moitié. Le temps qu'il fasse cela, le vieillard était mort... puis s'était relevé et se ruait déjà sur ses petites-filles. Impuissantes, l'épouse et la tante hurlaient d'horreur, tentant de sauver les deux jeunes filles. Noah se rua sur le vieillard une nouvelle fois et lui planta son poignard, qu'il avait récupéré sur le père, dans la tête. Il se retrouva une nouvelle fois face à cette famille... encore plus détruite qu'avant...

Présent.

Noah s'interrompit de nouveau. Le regard baissé, les images lui revenaient en tête au fur et à mesure qu'il racontait cet horrible événement. Une larme. Une unique larme s'échappa de son œil cette fois. Une seule. Serrant le poing, il n'osa pas croiser le regard de sa fiancée. Ce qu'il venait de raconter allait sûrement changer la vision qu'elle avait de lui. Il n'en savait rien. Il attendait qu'elle réagisse. Ou alors il devait lui raconter tout d'une traite ? Il ne savait plus. Il ne dit plus un mot, la laissant déjà ingérer tout ce qu'il venait de dire. Il prétexta avoir soif et but deux-trois autres gorgées d'eau, sa gorge étant sèche. Pourquoi lui dire au final ? Pour qu'elle puisse l'aider à ne pas laisser le Noah de l'époque revenir. Et surtout, pour que Noah ne devienne pas comme ce père de famille désespéré, qui avait préféré vivre reclus en plein milieu de la forêt, à l'écart de toute autre personne hormis sa famille proche. Noah ne voulait pas sombrer dans cette folie. Et son état actuel, cette avidité de vengeance qu'il avait en lui tendait vers cette folie. Noah allait devoir lutter contre lui-même, comme il l'avait toujours fait. Sauf que cette fois, il n'était pas sûr d'y arriver seul...

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Lun 17 Avr - 3:08

Ah, fabuleuse nouvelle, il se rendait compte de ce qu’il disait. Vesper ne savait pas si elle devait rire ou pleurer et dans le doute, elle s’abstint de faire l’un et l’autre. Dans tous les cas, si elle pouvait faire quelque chose pour aider alors elle le ferait. Tant qu’il ne lui demandait pas d’enterrer une dizaine de cadavres dans le jardin. Enfin, même s’il lui demandait ça, c’était sûr et certain qu’elle le ferait mais pas de gaieté de cœur s’il n’avait pas une excellente raison de les avoir zigouillé. Mais pour l’instant, il ne lui demandait rien de tel, il lui demandait simplement de rester auprès de lui, de tâcher de le comprendre et de le calmer. Ce n’était pas déjà ce qu’elle était en train de faire ? N’était-ce pas ce qu’elle avait toujours fait, sans parfois cautionner certaines de ses actions ? La blondinette était quelque peu perplexe. Est-ce qu’il se mettait tout à coup à douter d’elle ? Comme cette façon qu’il avait de lui demander de ne pas partir… Mais elle n’avait pas l’intention de partir, pourquoi le ferait-elle ? A moins que… elle s’était souvent dit qu’à la place de son futur mari, elle aurait tendance à craindre qu’elle réitère sa fameuse fuite devant l’autel alors peut-être que ç’avait fini par le rattraper, finalement. Cela dit, il avait encore un peu de temps devant lui, ils n’étaient que fiancés.

Tout ça pour dire que ses mots lui paraissaient effectivement insensés, c’était le moins que l’on puisse dire. Mais d’un autre côté, ça avait l’air important pour Noah et elle l’aimait, le mot était faible, alors elle ne fit pas de commentaires, lui tendit les mains lorsqu’il vint s’asseoir à côté d’elle et le laissa pour suivre. Il lui raconta alors ce qui s’était passé durant les deux jours où il avait disparu, il y a de ça deux ans. Comment il était tombé dans un piège, comment une famille de barges n’ayant rien à envier à celle de The Devil’s Rejects s’était fait un trip à la Hannibal Lecter dès les premiers jours de l’apocalypse. Comme si ce n’était pas assez pénible ainsi d’avoir à être plongés dans un film de zombies, il fallait en plus que certains en rajoutent des tonnes. Qu’on se le dise, cette histoire n’avait absolument rien de rassurant et pourtant, l’entendre de la bouche de son fiancé plein de regrets à côté d’elle la rassura bel et bien. Parce que l’espace d’une seconde, il était tout de même parvenu à lui foutre un peu la trouille.

Mais tout allait mieux, maintenant. Noah avait peut-être changé lui aussi au cours de ces deux années d’horreur et il avait peut-être descendu toute cette famille mais, comme il venait de le dire, ce n’était pas comme s’il avait eu le choix, à l’instar des zombies, ils s’apprêtaient à le dépecer et à le manger comme un vulgaire lapin. C’était donc toujours le Noah qu’elle connaissait, tout allait bien. A vrai dire, son histoire ressemblait un peu à l’une de celles qu’elle avait vécues sur la route. Les cannibales en moins. Et c’était tant mieux. Elle qui avait déjà du mal avec le simple fait de manger de la viande, alors de la viande humaine… n’en parlons pas. Bref, elle l’écouta attentivement jusqu’à ce qu’il s’interrompe pour prendre une gorgée d’eau. Vesper aurait sans doute dû être horrifiée par une telle révélation, et la Vesper d’avant l’apocalypse l’aurait peut-être été mais ça lui semblait remonter à une éternité au moins. Affectueusement, elle posa une main sur la nuque de Noah et l’attira contre elle avant de lui embrasser la tempe.

    « Je me doute que ton histoire n’est pas finie mais je comprends, je t’assure. Tu sais, il y a toujours eu des fous ou des gens avec un mauvais fond, tu le sais sûrement mieux que quiconque, d’ailleurs. Et la vie qu’on mène à présent à fait ressortir le pire chez eux, c’est le cas de ce groupe qui a envahi Astoria. Mais tout le monde n’est pas comme eux. Nous ne sommes pas comme eux. On vaut mieux que ça. »


De belles paroles auxquelles elle voulait vraiment croire. C’était compliqué, la jeune femme avait fait une croix sur l’idée de pouvoir réellement accorder sa confiance à quelqu’un de nouveau, mais elle était au moins convaincue que Noah et elle valaient effectivement mieux que tous ces gens qui laissaient libre cours à toute la violence qu’ils avaient en eux. Ça au moins, elle n’en démordait pas.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Jeu 20 Avr - 22:29



An awful confession -
Part 4


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Noah sentit la main de Vesper se poser délicatement sur sa nuque. Il se laissa alors attirer par la belle qui l'embrassa sur la tempe tandis que lui faisait en sorte de se rapprocher d'elle. Il l'enlaça, l'embrassant à son tour sur sa tempe. La temps de Ves, car il n'est pas souple au point de s'embrasser lui même sa propre tempe. Il se sentait si bien dans ses bras, blotti tout contre elle. C'est le confort et l'assurance dont il avait besoin. Et de surcroît, Vesper était une femme très compréhensive.

- Je me doute que ton histoire n’est pas finie mais je comprends, je t’assure.

- Vraiment ?

Oui, Noah avait été surpris sur le moment. Elle le comprenait. Il la savait compréhensive mais ce qu'il avait fait cette nuit-là, malgré le contexte, il s'en voulait. C'était son plus honteux secret. Avoir tué cette famille. Car oui, comme il est sur le point de le raconter à Vesper, la famille qu'il avait croisé et qu'ils l'avaient pris pour dîner, n'était plus de ce monde. Et cette nuit poursuivait Noah depuis. Et que Vesper puisse comprendre le surprenait un peu.

- Tu sais, il y a toujours eu des fous ou des gens avec un mauvais fond, tu le sais sûrement mieux que quiconque, d’ailleurs. Et la vie qu’on mène à présent a fait ressortir le pire chez eux, c’est le cas de ce groupe qui a envahi Astoria.

Elle avait entièrement raison. Blotti contre elle, sa voix proche de son oreille, il buvait ses paroles. Lui déposant de doux baisers dans le creux de son épaule, il réfléchissait à ce qu'elle venait de dire. L'ère dans laquelle ils vivaient désormais ne pouvait que ressortir le pire dans l'humanité. La survie comptait uniquement. L'état de nature originel de l'homme. Les premiers instincts. Survivre ou mourir. Manger ou être mangé. Tuer ou être tué.

- Mais tout le monde n’est pas comme eux. Nous ne sommes pas comme eux. On vaut mieux que ça.

- Aujourd'hui oui. Grâce à Astoria, grâce à mon dévouement pour faire de ce camp un lieu de vie stable, bien surveillé et sûr pour les gens. Mais il y a deux ans... j'étais un de ceux-là... J'ai détruit une famille, Vesper.

Astoria. Deux ans plus tôt.

Noah faisait face à ce père à moitié dans les vapes, à cette mère hurlant à terre sur le cadavre de ses deux filles mortes - la tante avait planté son couteau dans leurs têtes - à cette tante immobile, son regard fustigeant Noah. Cette famille brisée faisait face à un homme perdu. Resserrant sa main sur le manche de son poignard, il sentit que la tante allait faire quelque chose qu'elle regretterait aussitôt. Et il n'attendit pas bien longtemps avant de comprendre ce qu'elle comptait faire.

- Qu'attends-tu ?!! TUE-LE !!

Le père de famille, appuyé contre un arbre, hurlait à sa belle-soeur de tuer Noah. Elle fonça alors vers celui-ci. Il se défendit et planta directement son poignard dans la tête de la quadragénaire. Le père était affaibli. La mère était toujours à terre. Il entendit quelques rôdeurs s'approcher et se prendre dans les pièges que cette famille avait posé. Seulement, le sang sur les mains, quelques giclées sur le visage, Noah changea d'expression faciale. Sa respiration se fit plus intense. La pression plus forte contre le manche de son poignard. Son regard noir balayait les environs. Derrière lui, il entendit deux rôdeurs s'approcher. Il se retourna, saisit le premier, planta son poignard dans le crâne et balança l'arme dans la tête du second. Tout en courant, il alla récupérer son poignard, se posa face au père qui plongea son regard dans le sien. Il voyait une morsure sur le pied du père de famille.

- Tuez-moi...

- Je... Je vous avais dit qu'il existait un endroit...

- Je sais... Seulement, on ne peut faire confiance à personne dans ce monde. Personne.

Noah finit par s'exécuter et tuer le père de famille. Il était condamné de toute façon. Quant à la mère, ses hurlements ameutaient des rôdeurs et Noah ne voulait pas être débordé. Seulement, lorsqu'il s'approcha de la mère, elle le planta dans l'épaule. Sans qu'il s'en rende compte, son réflexe fut de lui planter son poignard dans la gorge puis dans la tête. Ce fut alors lui qui hurla de rage. Seulement, pendant les cinq minutes où il restait là, à genoux, devant les corps sans vie de cette famille morte, des rôdeurs avaient entouré le camp. Une bonne dizaine de rôdeurs. Ils étaient retenus par une corde reliée à plusieurs arbres. Seulement Noah le savait. Ils...

Présent.

- ... allaient réussir à m'atteindre. Seulement, la culpabilité, la rage, la douleur. Toute cette souffrance en moi me permit de m'en sortir vivant. Je les ai tous tué. Après quoi, je passa ma nuit à en chasser. Une horde se trouvait non loin de là. Je les ai tous tué. Dix, quinze, vingt. Cette nuit, je n'en avais plus rien à faire. Je ne pensais pas pouvoir rentrer à Astoria. Puis, je l'ai vu...

Noah, les larmes aux yeux, marqua une courte pause. Il se recula, tenant toujours les mains de Vesper dans les siennes. Son regard mouillé croisait le sien. Il afficha un timide sourire qui disait que ça allait aller. Puis, il reprit.

- J'ai vu Emma... Pendant que je massacrais des dizaines de rôdeurs à la seule force de mon poing et de mon poignard, elle me parlait, rôdait autour de moi. Elle me disait de retourner au camp, de devenir celui que j'étais. Elle voulait pas que je ne sombre pas à cause d'elle mais que je me batte pour elle.

C'est ainsi que Noah acheva son récit, expliquant qu'il était revenu au camp pour Emma. Il était alors revenu en tant que Noah Marshall, un homme vaillant, ayant servi Sherwood pendant des années, ayant aidé à la création d'Astoria. La seule chose qu'Octavia exigea de lui, ce fut un suivi psychologique intensif avec le Dr. Warhol. Noah ne put refuser et s'y plia. Et depuis, il gardait ce lourd secret, espérant l'enfouir au plus profond de lui même. Mais désormais, l'ayant dit à celle qui deviendrait sa femme, celle qui avait toujours été là pour lui et qui le serait encore pour longtemps.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735

STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Mar 25 Avr - 21:47

Vesper n’avait pas besoin qu’il continue son récit pour savoir ce qui se passait ensuite. Ça n’avait rien à voir avec de la télépathie ou ce genre de théories bidons tout droit sorties de romans de science-fiction. Non, c’était juste qu’elle avait eu tout le loisir d’étudier le comportement humain post-apocalyptique de près. Ainsi, elle pouvait prédire la suite. A quelques détails près, peut-être. Ce que l’étonnait, c’était que Noah ait l’air surpris d’apprendre qu’elle arrivait à le comprendre. Elle n’était même pas dotée d’une compréhension hors-norme, n’importe qui dans sa situation aurait été à même d’en faire autant, songeait-elle. Mais connaissant son fiancé, elle se doutait qu’il devait culpabiliser au maximum. Et bien évidemment, exagérer chacun de ses actes parce que l’un ne va pas sans l’autre. La preuve en était que, lorsqu’elle lui rappela qu’ils valaient tous deux mieux que ça, il lui répondit que maintenant oui, ce qui sans-entendait clairement qu’à l’époque non. La blondinette ne put réprimer un soupir ; Noah et sa façon de s’en vouloir quand il ne faut pas. Quand on a bon fond, ce n’est pas simple de tuer quelqu’un, alors toute une famille, et ça vous détruit ensuite de l’intérieur mais quand il n’y a pas le choix…

Elle le laissa tout de même parler, espérant que ça le soulagerait quand même un peu puisque tel était le but de cette confession. Et comme de juste, la famille en question n’existait plus depuis un bail, ainsi qu’une tripotée de zombies, mais qui les pleurerait, ceux-là ? Certainement pas elle ni aucune personne sensée. Mais là encore, Noah semblait s’en vouloir, quoiqu’elle comprenait surtout qu’il pleurait sur cette espèce de folie meurtrière qui s’était emparée de lui plutôt que sur la perte de quelques morts-vivants. Toujours est-il que c’est la vision de sa sœur qui le ramena à la raison et il put rentrer à Astoria. Loin de croire que ça faisait de lui un monstre, Vesper trouvait plutôt que c’était une réaction normale. Peut-être pas très saine mais normale, en tout cas. Après tout, il s’était défendu puis ensuite vengé sur des personnes déjà mortes. Cela dit, la jeune femme y pensait avec le recule que peuvent vous apporter deux années plongés en plein Zombieland, à l’époque, elle n’aurait peut-être pas vu les choses de la même façon elle non plus. Elle attendit sagement qu’il ait terminé son histoire et lui adressa un sourire tout ce qu’il y a de plus sincère.

    « Tu me rappelleras de remercier l’esprit d’Emma pour t’avoir ramené ici, dans ce cas. »


Car sinon, qui sait s’ils se seraient jamais retrouvés ? Sans doute que oui, le destin aurait trouvé un autre moyen de le remettre sur son chemin à n’en pas douter mais soit, c’est un autre débat. Vesper comprenait qu’Octavia ait exigé un suivi psychologique avec le psy du coin ; on ne disparaît pas dans la nature pour ressurgir deux jours plus tard comme une fleur, ça peut être dangereux, mais si elle avait su, la blondinette en mettrait sa main à couper, elle aurait lâché l’affaire. Elle récupéra l’une de ses mains pour la poser sur la joue de son fiancé, séchant ses larmes du pouce.

    « Je veux bien croire que les deux jours qui viennent de passer, ainsi que la situation dans laquelle on se trouve actuellement puisse te rappeler ces deux jours-là. Mais c’est différent, et tu le sais. Certes, tu as peut-être envie de tous les tuer, et je te le répète, je me ferais du souci pour toi si ce n’était pas le cas, mais tu n’en feras rien. D’abord parce que, malgré ta rage, tu sais que ce n’est pas raisonnable. Ensuite parce que tu n’es plus seul, que je suis là. Pas vrai ? »


Il est vrai qu’elle n’était pas Emma, elle était Vesper. Juste Vesper, elle n’avait peut-être pas le pouvoir de persuasion qu’avait sa sœur sur lui mais elle n’en restait pas moins sa fiancée. Et n’allez pas croire qu’elle se donnait le droit de lui donner des ordres. Certainement pas, elle ne faisait qu’exposer des faits. L’un comme l’autre ne pouvaient plus se permettre d’agir comme s’il n’avait rien à perdre, sans se soucier des conséquences. Et elle savait que, en dépit du manque d’expérience dans ce domaine, Noah le savait aussi. C’était juste un petit rappel.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   Mer 26 Avr - 22:58



She'll be there


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Vesper lui adressait à présent un sourire des plus sincère. Il lui sourit timidement en retour. Il retenait ses larmes. Il était fort. Noah se devait de l'être. Pour Emma. Pour Vesper. Et même si cette quête de vengeance, cette espèce d'envie meurtrière se faisaient sentir, il allait la combattre. Mais pas seul.

- Tu me rappelleras de remercier l’esprit d’Emma pour t’avoir ramené ici, dans ce cas.

Cela le fit sourire. En effet, sans elle, sans Emma, Noah ne serait sans doute pas revenu ce jour-là à Astoria. Il ne serait pas devenu chef de la sécurité. Il n'aurait pas revu Vesper ce jour-là au lac. Ils ne se seraient pas mis ensemble puis fiancés. Ils n'habiteraient pas ensemble. Et ils ne se seraient sûrement jamais revus. Alors oui, Noah pouvait bien remercier sa sœur qui avait quitté cette Terre bien trop tôt mais qui avait trouvé le moyen de faire réagir son frère. Et cette tâche revenait désormais à Vesper, son amie, sa meilleure amie, son amour, son amante, sa fiancée, sa future femme. Et dans un sourire qui lui échappa, il lui dit.

- Je n'y manquerai pas, promis.

Il sentit alors sa main venir caresser sa joue et essuyer une larme qui coulait. Noah avait fermé ses yeux en pensant pouvoir être apaisé. La douceur de la peau de Vesper lui faisait du bien. Il se rapprocha alors d'elle, mettant sa main sur la sienne, ne quittant plus son magnifique regard qui le charmait à chaque fois.

- Je veux bien croire que les deux jours qui viennent de passer, ainsi que la situation dans laquelle on se trouve actuellement puisse te rappeler ces deux jours-là.

Et c'était peu dire... La sauvagerie d'Echo lui rappelait son état. Les interrogatoires qu'il dut subir étaient menés par un être dépourvu d'humanité. Archibald Holmes. Le faux Echo. Cette espèce de bourrin décérébré. Si Noah était face à lui, il le tuerait sans hésiter, s'acharnant, le torturant jusqu'à ce qu'il lui demande de l'achever. Puis Noah revint à la raison, se concentrant encore plus sur le regard de sa douce alors qu'il se sentait dériver. Il devait se concentrer. Ne pas laisser sa haine l'envahir. Ne pas laisser sa colère se manifester. Abaissant sa main et la sienne par la même occasion pour finir par entrelacer ses doigts, il écoutait la suite de ce qu'elle disait.

- Mais c’est différent, et tu le sais.

Oui il le savait. Même s'il ne le faisait pas penser, il le savait. Le contexte était différent. Tout était différent. Et il le savait.

- Certes, tu as peut-être envie de tous les tuer, et je te le répète, je me ferais du souci pour toi si ce n’était pas le cas, mais tu n’en feras rien. D’abord parce que, malgré ta rage, tu sais que ce n’est pas raisonnable. Ensuite parce que tu n’es plus seul, que je suis là. Pas vrai ?

Il lui sourit sincèrement. Se rapprochant encore plus, il ne répondit pas. Il l'enlaça et l'attira dans ses bras. Malgré sa douleur à la jambe et ses nombreux bleus sur le corps, il n'avait émis aucun gémissement. Vesper se retrouvait désormais dans les bras de son chéri qu'il l'embrassait tendrement, amoureusement et passionnément. Il l'aimait. Que dire de plus ? Il l'aimait en tout point. Pendant de longues années, il avait eu Emma comme soutien puis Vesper et Emma puis plus personne. L'ayant retrouvé il y a quelques mois, il savait qu'il pouvait se reposer sur elle. Qu'elle était là. Noah Marshall n'était plu seul désormais. Vieux démons ou pas. Rage ou colère. Haine ou tristesse. Noah Marshall était sur le point de vivre un tournant après un autre dans sa vie. La pente pouvait paraître raide. Mais avec Vesper à ses côtés, il sentait l'espoir de réussir à la gravir. Il ne regardait plus à travers la fenêtre. Son corps n'était plus crispé. L'une de ses mains marquait un lien avec Vesper, tandis que l'autre caressait doucement sa joue alors qu'il l'embrassait de plus, son regard plongé dans le sien. Car, c'est bien connu que l'amour est plus fort que la haine.

- C'est vrai. Merci d'être là, mon amour.

Il posa alors sa tête contre la sienne et ensemble, ils regardèrent vers la cheminée, droit devant eux, le sourire aux lèvres. Cela n'allait pas être facile. Cela ne s'annonçait pas facile. Mais ils regardèrent vers l'avant, vers l'avenir, vers leur avenir. Unis. Ensemble.


Que ce soit dimanche ou lundi
Soir ou matin minuit midi
Dans l'enfer ou le paradis
Les amours aux amours ressemblent
C'était hier que je t'ai dit
Nous dormirons ensemble

C'était hier et c'est demain
Je n'ai plus que toi de chemin
J'ai mis mon cœur entre tes mains
Avec le tien comme il va l'amble
Tout ce qu'il a de temps humain
Nous dormirons ensemble

Mon amour ce qui fut sera
Le ciel est sur nous comme un drap
J'ai refermé sur toi mes bras
Et tant je t'aime que j'en tremble
Aussi longtemps que tu voudras
Nous dormirons ensemble.

Nous dormirons ensemble, Louis Aragon.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: There And Back Again - ft. Vesper Vane   

Revenir en haut Aller en bas
 
There And Back Again - ft. Vesper Vane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» I go back to black.
» Trac(k)back sur Colorado
» Trailer - Battlefield 3 Back to Karkand
» Site partitions et play back
» Bleach - Turn Back The Pendulum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: