call on me (queenie)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 call on me (queenie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 19/04/2017
MESSAGES : 11
IDENTITÉ : amnion
FACECLAIM : cole sprouse (smoak)
POINTS : 88

STATUT CIVIL : martha, mais elle est morte. saleté de clebard.
ANCIEN MÉTIER : pompiste dans une station service, lycéen. un passé révolu et terni par les événements.
PLACE DANS LE CAMP : pêcheur.
ARME DE PRÉDILECTION : un marteau de bâtisseur.
ÂGE : dix-neuf ans


MessageSujet: call on me (queenie)   Lun 8 Mai - 13:42

Il sait que ce qu'il fait est mal. Les réserves ne sont pas accessibles à tout le monde pour des raisons évidentes, et Jovias est quand même là, seul, sans avoir demandé l'autorisation à personne de s'y rendre. Il était simplement curieux de voir à quel point la communauté était organisée, si loin de ce qu'il a connu depuis que le monde a brûlé. Ses mains s'emparent brièvement de tout ce qu'il a sous les yeux : des boîtes de conserve, des légumes, des piles, des—des piles !

Quand ils étaient partis de chez sa grand-mère, après qu'Alfons l'ait retrouvé (il ne comprend toujours pas pourquoi), Jovias avait emmené avec lui autant d'objets utiles que d'inutiles. Alfons s'était moqué de lui en le voyant visser ses écouteurs à sa oreilles, reliés à un lecteur mp3 antédiluvien. Il lui avait dit que le machin ne ferait pas long feu, qu'il ferait mieux de remplir son sac de choses susceptibles de l'aider à survivre. Jovias savait qu'il avait raison, bien sûr, mais il avait eu besoin de ce lecteur pour garder encore un peu de son ancienne vie. Les morceaux qui se trouvaient dessus étaient son passé, tous reliés à des événements importants qui avaient fait de lui ce qu'il était. Et puis merde, un lecteur mp3 ne pèse pas lourd.
Comme prévu, il était tombé en rade assez vite, et les rares piles qu'il avait pu trouver sur sa route avaient péri les unes après les autres, jusqu'à ce qu'il n'en trouve plus aucune. Il n'avait pas perdu le lecteur, et l'avait gardé malgré son silence forcé.

Et voilà qu'il tombe sur des piles, qui sont sûrement neuves ou presque. Un petit tas de piles. Il observe celle qu'il tient serrée entre son pouce et son index, silencieux, le cerveau un peu empâté par l'espoir cru qui l'envahit. Il pourrait demander à ce qu'on lui en donne une, mais son bon sens lui souffle qu'on n'acceptera jamais de faire ça ; alimenter un appareil électronique sans aucune utilité véritable alors que ça pourrait servir à faire fonctionner des lampes torches ou il ne sait quoi... jamais ils n'accepteront. Jovias jette un œil à droite, à gauche, et glisse deux piles dans sa poche avant de filer. Il n'a pas vraiment envie qu'on le trouve là à fouiner tout seul.

Le cœur tambourine dans sa poitrine quand il glisse une pile dans le mp3. Ses doigts tremblent quand il appuie sur la petite flèche, et que l'écran s'allume. Que l'écran—il n'en revient pas, il n'en revient pas. Ça marche ! Il s'empresse de mettre ses écouteurs.
Le son n'en est pas vraiment un à ses oreilles. La mélodie familière lui serre le cœur, fait remonter une foule de souvenirs à la surface de sa mémoire. Jovias pousse un profond soupir, lève les yeux vers le ciel gris, et rit. Liam est presque là, devant lui, à dessiner en déblatérant des inepties, le dos appuyé contre son armoire. Il pourrait presque sentir l'odeur du poulet rôti que prépare Madame Belhost au rez-de-chaussée. Il l'a toujours appelée Madame Belhost, malgré ses efforts pour que Jovias la tutoie et ne la traite pas comme une vieille dame.
Il donnerait n'importe quoi pour retourner à cette époque. N'importe quoi.

Ses genoux craquent quand il se relève pour marcher, pour retourner vers les habitations et celle qu'il occupe avec le type bizarre. Le soir est clément malgré le ciel morose. Une légère brise agitte les branches des arbres et murmure à ses oreilles, s'ajoutant aux rumeurs des voix à proximité. Jovias commence à se faire au calme environnant, au confort que la communauté lui offre. Et bien que la solitude demeure ancrée à sa peau, il parvient enfin à s'endormir sans trop de difficultés. Mieux encore, il a recommencé à rêver. Ça ne lui était plus arrivé depuis des lustres, le sommeil à l'extérieur étant trop léger pour lui permettre de se plonger profondément dans des songes réparateurs.
Jovias traîne des pieds mais avance le cœur léger. Pour une fois, il apprécie d'être seul.

Baby, when you're down and feel so blue,
Well, no, you won't drown, darling, I'll be there, too.
You're not alone, I'm there, too,
Whatever your troubles, honey, I don't care.

Ses yeux s'attardent devant le bâtiment qui sert d'école aux enfants du campement. S'attardent sur la silhouette d'une petite fille qui arbore des lunettes immenses sur son nez en trompette. Les lunettes le fixent intensément, avant que la gosse ne se mette à courir dans sa direction en criant—il n'arrive pas à entendre, avec la musique, avec les bourdonnements qui se mettent à sonner dans ses oreilles en rythme avec les battements effrénés de son cœur. Liz !

_________________
the end is near.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
call on me (queenie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Undernews] Crack no-cd : Call of Duty Black Ops 2 déjà piraté, attention aux malwares !
» probleme avec call of duty black ops
» Sacré Call Tv
» I'm at a payphone, trying to call home.
» nouveaux pilote GEFORCE Beta 306.02

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: inside astoria's walls :: astoria's heart-
Sauter vers: