≈ king and lionheart (joel&blake)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 ≈ king and lionheart (joel&blake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: ≈ king and lionheart (joel&blake)   Lun 19 Sep - 0:55



you're a king and i'm a lionheart
/ joel & blake /

Le magnifique berger allemand aboie, faisant sursauter la métisse étendue dans son lit. Cet endroit lui paraît encore étrange, inconnu. Elle ne se sent pas chez elle mais elle est heureuse de ne plus être à la quarantaine. La belle tend lentement la main vers chaque qui y pose son museau dans l'espoir d'avoir quelques attentions de sa maîtresse. Il fourre ensuite sa tête sous son bras et essaie de donner quelques coups dans les côtes de l'ancienne militaire. Blake sourit, se met à rigoler. Il est pire qu'un enfant ce chien. Elle se redresse alors et se met à passer ses doigts dans ses poils. Mais apparemment, ce n'est pas assez et Jack se met à bondir vers la porte. Blake lève le nez et regarde la poignée. Visiblement, il a besoin de sortir. Un rictus plaqué sur ses lèvres, la Ashcroft finit par se lever et enfiler quelques vêtements simples. Dès qu'elle est à l'extérieur, leur frais d'automne la frappe mais lui fait un bien fou. Elle inspire à fond et suit Jack qui gambade dans les alentours et qui marque à l'occasion son territoire. Depuis des mois, Jack est devenu son meilleur ami, le seul dans sa vie. Se retrouver aujourd'hui au milieu d'Astoria et de tant de gens qui vivent sans se soucier de l'extérieur lui fait bizarre et il n'y a qu'avec le joli berger allemand qu'elle a l'impression de s'entendre à merveille. Les chiens, de toute façon, sont bien mieux compliqués que les humains, non ? Les pas de l'animal finissent par la mener jusqu'à la quarantaine. Elle aurait dû s'en douter, son ami canin semble vouloir aller visiter leur nouvel... ami. Joel, c'est le premier à qui elle a parlé en arrivant ici... un peu par hasard et parce que Jack a décidé qu'il aimait bien le jeune homme, mais quand ce dernier était à moitié endormi.

L'ironie que de faire une première rencontre avec un jeune homme qui passe ses journées dans un lit à ne parler à personne. Mais même à moitié endormi, Blake sait reconnaître les anciens militaires comme elle, surtout quand ils portent encore leurs plaques. À chaque fois qu'elle y pose les yeux, elle ne peut s'empêcher d'être renvoyée dix ans en arrière. Et elle n'aime pas voir des gens blessés alors, elle hausse les épaules et fait entrer Jack dans la quarantaine devant elle. Ce sera l'occasion d'aller voir comment il va. Ce n'est que depuis quelques jours qu'elle a quitté cet endroit et pourtant, elle a l'impression de ne pas y avoir sa place déjà. Sans pour autant se sentir à la maison au sein de la ville. Au final, a-t-elle une place quelque part autre qu'aux côtés de Jack ? Elle l'ignore et s'oblige à chasser de telles pensées qu'elle y pénètre dans la chambre où elle sait qu'elle pourra trouver Joel. Ce dernier est, sans surprise, couché dans son lit. Les yeux fermés, endormi. Seulement, Blake n'est pas idiote et après plusieurs jours à partager cette chambre avec lui, elle devine rapidement qu'il ne dort pas vraiment. « Arrête de faire semblant, je sais qu't'es réveillé. » Elle s'installe sur la couche vide qui se trouve de l'autre côté de la pièce. Elle se retient de se masser la jambe droite qui lui élance depuis deux heures à présent. Heureusement aujourd'hui, ils n'ont pas eu besoin de faire de raids à l'extérieur. Il est seulement hors de question de laisser quiconque voir que sa jambe lui dérange. Ce qui est bien avec la fin du monde c'est que les gens n'ont pas moyens d'aller vérifier des dossiers médicaux abandonnés à l'autre bout du pays. C'est son problème, pas celui des autres et sur ce point, elle croit ressembler à Joel qu'elle continue de fixer. Ils ne se connaissent que depuis récemment mais elle a l'impression de mieux le connaître à chaque seconde. Au fond, ils ne sont pas si différents tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ≈ king and lionheart (joel&blake)   Lun 19 Sep - 14:50


king and lionheart
blake et joel / Howling ghosts they reappear, In mountains that are stacked with fear, But you're a king and I'm a lionheart. – OF MONSTERS AND MEN.

Il aurait pu se lever. Il aurait pu se traîner jusqu’à la fenêtre, ouvrir les stores et regarder le monde extérieur derrière cette vitre à peine teintée. Il aurait pu avoir hâte de rejoindre les autres dehors, hâte de faire autre chose que pioncer au fond d’un lit pour la moitié de la journée. Depuis un jour ou deux, il avait l’impression que le sommeil avait fait demi-tour. Que son corps en avait assez, et qu’il avait fait des réserves pour le reste de l’année. Ses blessures étaient en train de guérir, et il avait besoin de récupérer — c’était ce qu’il faisait croire à longueur de journée, à tous ceux qui le visitaient. La vérité, c’était qu’il était désormais capable de se lever. Capable de faire quelques pas seul, sans s’écrouler, et capable de retourner se coucher avec autant d’aisance. Son abdomen le faisait toujours souffrir, mais la question n’était pas là ; il n’était plus impotent, et rien d’autre ne lui importait. Ça aurait pu signifier prendre l’air et recommencer à exister. Mais ç’allait aussi signifier qu’il ne pourrait plus fuir le psy. Et se retrouver face à ce type était bien la dernière chose dont il avait envie.

On lui avait dit que le gars passerait aujourd’hui. Que c’était terminé, la fuite et les prétextes, et que les séances devaient commencer s’il voulait pouvoir sortir un jour de ces cabanes à l’écart du reste du camp, et rejoindre la vie commune. Une part de lui n’avait aucune envie de se retrouver au milieu des autres — mais il le savait, bientôt, ce serait dans un lit du camp qu’on le forcerait à se reposer. Pour le moment, il appréhendait l’arrivée de ce type qui devait venir lui examiner la conscience. Il ne voulait rien lui dire — prétendait n’avoir rien à dire. En vérité, il n’avait tout simplement pas envie de s’entendre dire ce qu’il savait depuis toutes ces années. Déséquilibré. Instable. Violent. Danger potentiel. Que de bonnes excuses pour se faire mettre à la porte de ce camp visiblement un peu trop strict sur la sécurité de ses habitants. Il se doutait que Liv ne les laisserait pas faire, cependant ; mais à dire vrai, cela était plus pour l’inquiéter que l’inverse.

Au fond de son lit, un bras replié sous la tête, son autre main posée sur son torse, il regarde le plafond d’un air absent. Sous son corps, le lit est fait ; il a pris le soin de se lever, une dizaine de minutes plus tôt, et d’effectuer cette banale petite activité. Et maintenant il attend. Il attend l’heure fatidique, attend qu’on se décide à le confronter à lui-même. Les pas dans l’escalier, il les entend venir. Il sait que ça peut être pour lui, et qu’il devrait arrêter de fuir. Mais il ne peut pas s’en empêcher — et ses yeux se ferme, sa position change. Tout pour faire croire qu’il est endormi. La porte se pousse, mais il y a trop de pas pour qu’il ne puisse s’agir que du psy. Il garde les yeux fermés, s’efforce de respirer calmement et de paraître aussi serein qu’un homme endormi. Ça marche depuis le début, pourquoi pas aujourd’hui ?

Pourtant, y a un halètement léger qui le fait tiquer. C’est pas humain, et il le sait. Et la voix qui s’élève bien rapidement dans la pièce le détend sans qu’il ne puisse réellement se l’expliquer. C’est pas l’psy. Il reste immobile quelques instants, les paupières toujours closes. Il entend la jeune femme s’installer sur le lit à côté de lui. Et nonchalamment, il laisse tomber sa main sur le côté du matelas. Aussitôt, le chien s’avance pour venir la renifler, et passer sa langue râpeuse sur la paume calleuse. Un sourire instantané barre les traits du soldat, qui ouvre les yeux sans plus attendre. Sa tête se tourne vers l’extérieur du lit, ses iris captent le poil sombre de Jack. Et ses doigts flattent doucement son museau, alors qu’il prend une inspiration un peu plus grande. « Hi buddy. » Les mots sont grommelés à mi-voix, une fraction de seconde avant qu’il ne relève le nez vers Blake, toujours étendu sur le matelas, la tête enfoncée dans l’oreiller. « J’ai cru que c’était le psy. » Ses caresses pour le chien continuent, alors qu’il jette un nouveau coup d’œil à l’animal. Depuis que Blake est sortie de quarantaine, il voit un peu moins son nouvel ami. Étrange l’effet qu’un animal avait avoir sur lui — étrange qu’il faille que ce soit une bête qui l’aide à s’habituer à la compagnie humaine. « Comment ça s’passe, la vie hors de prison ? » Prison était peut-être un peu fort ; mais quelque part, ce n’était pas la comparaison la plus déraisonnée. Loin de lui l’idée de s’en plaindre, pourtant. Après tout, il le savait : s’il voulait en sortir, il n’avait qu’à cesser de faire semblant de dormir. Coopérer, laisser le psy venir faire son petit tour de magie. Mais dans l’fond, qui disait qu’il ne se sentait pas davantage chez lui en prison ?

(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: ≈ king and lionheart (joel&blake)   Jeu 29 Sep - 4:15



you're a king and i'm a lionheart
/ joel & blake /

Sans surprise, Jack est déjà au pied du lit du jeune homme et lui attaque les doigts de sa longue humide. Et comme elle s'en attendait, Joel est bien réveillé. Il se met à sourire et caresser le chien qui aboie un bon coup avant de respirer encore plus bruyamment pour témoigner de son excitation. Elle n'est pas surprise que Joel aime le berger allemand, ce chien semble plaire à tout le monde en ville. Les enfants par exemple. À chaque fois, ça lui fait mal de voir toutes les petites bouilles s'empiler dans un cercle pour toucher le chien. Elle ne peut s'empêcher d'y voir le visage de Lydia. Ça lui fait mal au coeur à chaque fois parce que même en sécurité à Astoria, tous ses gamins pour finir comme elle. Un jour. Peut-être. Et elle se promet de protéger cette ville du mieux qu'elle peut... chose qu'elle n'a pas pu faire pour sa fille.

Sa brève explication pour expliquer son acte de théâtre tire un hochement de tête à la belle. Il ne lui a fallu que quelques jours pour comprendre que le jeune homme préfère sa solitude. Se tenir loin de tous êtres humains qui croisent sa route. C'est peut-être la meilleure chose à faire. Parfois, elle se dit qu'elle devrait faire pareil. S'enfermer, prétendre de dormir pour le reste de ses jours. Sauf que lorsqu'elle ferme les yeux, elle revoit le corps désarticulé de Lydia. Son bras manquant et sanguinolent... sans parler de son regard vide et sa peau grise de morte vivante. Une image qui l'empêche bien souvent de dormir quand ce n'est pas sa jambe qui la réveille en sursaut à cause de la douleur. « Comment ça s’passe, la vie hors de prison ? » L'allusion tire un sursaut de sourire à la Ashcroft. Elle trouve en effet qu'il y a beaucoup de règles. D'abord le passage obligé chez le psy, puis l'interdiction de traîner des armes à feu dans  la ville ou de devoir se contenter de quelques rations décidées pour les autres. C'est presque une dictature aux yeux de la belle. Mais c'est mieux qu'être perdue dehors, à devoir regarder ses arrières à chaque seconde. Ou peut-être pas... elle se donne encore quelques temps pour juger le camp. Après tout, elle n'y est que depuis une petite semaine. « C'est irréel... » Ils vivent comme si la fin du monde n'est pas juste de l'autre côté des clôtures. Dans ce lieu de transition, les deux tableaux se mélangent et le contraste n'est pas si frappant. « Y'a que les membres de la surveillance et du ravitaillement qui réalisent vraiment ce qu'il y a dehors. Tous les autres, ils agissent comme s'il n'y a pas de morts vivants dehors qui veulent nous bouffer. »

Elle n'aurait jamais cru s'y habituer mais depuis un an, c'est devenu complètement banal pour elle de croiser un rôdeur. Mais elle sait que la moitié de la population à l'intérieur de la ville serait complètement désemparée. C'est bien d'être en sécurité mais son instinct de soldat la pousse à rester constamment sur ses gardes. C'est bien pourquoi elle s'est montrée si motivée pour à intégrer le ravitaillement si vite. Elle ne veut pas se morfondre pour le reste dans ses jours dans cette ville trop belle pour être vraie. « J'pense que tu es pratiquement mieux ici, get some peace and quiet. » Jack se laisse caresser encore un peu avant de revenir rejoindre sa maîtresse et poser sa tête sur ses genoux. Un signe qu'il veut de l'attention de sa part à elle aussi alors, elle se met à caresser son museau et ses oreilles dans un geste inconscient, preuve que c'est devenu une habitude... voir même totalement naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ≈ king and lionheart (joel&blake)   

Revenir en haut Aller en bas
 
≈ king and lionheart (joel&blake)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mode d emploimusitech king major
» blackjack ♠
» Camelot - Time Of Kings n'attend plus que vous ! [RPG]
» Présentation de C00kies♣
» Présentation sNipe_sCk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: