my darkness paradise :: meg&swan - Page 2

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 my darkness paradise :: meg&swan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: Re: my darkness paradise :: meg&swan   Jeu 10 Nov - 13:11

Waste away. I'm crawling blind Hollowed by what I left inside For you, just you I'm caught in place. But I ignore what I can't erase. I will run and hide till memories fade away And I will leave behind a love so strong. Close my eyes theses voices say Haunting me, I can't escape For you, just you Time will always wait. While I throw away.
Un silence de plomb qui semblait durer des heures. Un mal-être pesant qui les étouffait, avant que la jeune femme se résigne, à son tour maladroitement, à engager une nouvelle conversation. Banale, en effet, et surprenante en vue de la réaction de Swan. Il ajoutait en guise de réponses quelques mots confus et embrouillés. Mais la jeune femme ne le coupait pas, se contentant d’observer ses yeux et les plissures au coin de ses lèvres. Comme beaucoup d’entre eux, les souvenirs d’avant Astoria restèrent douloureux et rien que le fait de les évoquer donnait une amertume au fond de la gorge. Au vue de la difficulté de sa parole et des mots vagues, Megan se rendit compte que des choses horribles s’étaient passées. Des événements gravés et difficiles à oublier. Des instants qui nous changent malgré tout.

La chance. Le hasard. Le destin. Comment pouvons-nous appeler ces successions d’événements qui rentrent en coïncidences et font que nous sommes toujours là au jour d’aujourd’hui, en sécurité ? Pourquoi nous et pas d’autres ? Qu’avons-nous fait pour être envie sain et sauf ? Pourquoi le sommes-nous alors que d’autres semblaient plus méritants ? Megan le regardait, encore, et s’imaginait alors ce qu’il avait pu vivre avec son fils. Divers scénarios s’enchaînaient dans ses pensées, telles une série télévisée d’épouvante et de mauvaise qualité. Aucun de ces scénarios n’était sans douleur. Elle se pinçait à son tour les lèvres et, d’une main quelque peu hésitant, elle la déposait sur celle de son ami. Le contact de sa peau lui fit une drôle de sensation et elle restait quelques instants à regarder leurs mains l’une contre l’autre. Etait-ce alors inapproprié à ce moment-ci ? La brune ne savait plus comment faire et vint à se demander si elle n’allait pas regretter ce geste spontané. Alors ses doigts ne bougèrent pas. Aucune caresse. Sa main était simplement posée et marquait probablement son appréhension. Malgré tout, elle l’a laissé ainsi. « Je suis désolée… » A-t-elle fini par murmurer, en relevant les yeux vers ceux de son ami. Son regard était empathique. Et une part d’elle, contre toutes attentes, ressentait cette peine et elle aurait préféré la prendre en charge plutôt qu’elle pèse encore sur les épaules de ce jeune homme déjà bien accablé par les épreuves de ce nouveau monde. Au final, ils étaient assez semblables. Deux êtres se battant envers et contre tout pour la protection de celui qui compte le plus au monde. Peu importe les sacrifices à faire. Rien n’est plus important que cette personne.

Après quelques instants de silence, Swan lui retourna alors la question d’une voix plus claire. Et ce fût au tour de Megan d’avoir l’esprit embrouillé. Elle se redressait alors en retirant sa main de la sienne pour venir la poser sur sa cuisse. « Oui, depuis début août. » A-t-elle confirmée. Frottant ses mains moites contre son jean, elle réfléchissait à comment elle pourrait tourner son récit. Elle fût hésitante, cherchant les mots adéquats pour ne pas non plus se trahir. « Après t’avoir quitté, je suis partie à Ontario et puis… J’ai rencontré un groupe de survivants avec qui je suis partie du côté de Government Camp, pas très loin de Astoria en fait. » Commençait-elle sa narration. Son esprit remontait les images de cette nouvelle rencontre. Cette peur qui la prise face à sa mise à mort. La torture. La lame sur sa peau. Ces choix qui lui ont fait atteindre le point de non-retour. Elle s’était perdue. « Et j’ai rencontré Margot et Phoenix, c’est eux qui m’ont dit que mon frère était en vie et qui m’ont amené jusqu’ici. » Terminait-elle. Pour qu’un mensonge soit plus crédible, il faut toujours y insérer une part de vérité. En soit, ce n’était pas vraiment mentir mais juste taire quelques détails délicats. Qu’aurait-elle pu dire d’autres ? Si la vérité était entièrement sortie sur ses mésaventures et sur ce qu’elle a dû faire parmi tout ça, le regard de cet homme à son égard aurait totalement changé, allant même jusqu’à le perdre à jamais. Et la seule part encore lumineuse de son âme espérait secrètement qu’elle demeure, aux yeux de son ami, cette fille bien d’autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363

STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


MessageSujet: Re: my darkness paradise :: meg&swan   Lun 28 Nov - 21:05


Quand Meg a posé sa main sur le bras de Swan, ses doigts plus légers que des plumes, le grand blond n’a pas bronché d’un cil ; pourtant en lui, ça n’a pas manqué de remuer un drôle de bouillon, à la fois glacé et brûlant. Il n’a pas vraiment su à quel saint se vouer alors il a préféré faire comme si de rien n’était, bien qu’une partie de lui, sur le coup, mourrait d’envie de prendre la main de la jeune femme en retour mais non, mauvaise idée : c’est pas comme si la situation était déjà assez embarrassante comme ça. Il s’est donc contenté de légèrement hocher la tête quand elle lui a dit être désolée, sa façon à lui de la remercier silencieusement pour son appui, son affection, si distante soit-elle. Alors c’est déjà avec un brin plus d’aisance qu’il enchaîne sur la suite, questionnant à son tour la jeune femme sur son parcours, avant son arrivée à Astoria.

Quand elle lui répond, lui narrant sobrement les événements, Swan, par réflexe, tourne finalement la tête vers elle et, bien que son regard soit légèrement fuyant, son attention n’en est pas pour autant moindre. Faut dire qu’il ne lui en faut pas des masses, non plus, Megan étant plutôt avare de détails — pas qu’il lui en veuille, il n’a pas non plus été lui-même très bavard, loin de là, mais une partie de lui ne peut s’empêcher de souhaiter en savoir plus, savoir si cela s’est relativement bien passé ou si elle a dû passer par de lourdes épreuves, comme il le soupçonne déjà malgré l’épaisseur de sa caboche blonde. Elle a déjà mentionné ses « souvenirs d’après leur rencontre », et ces paroles ont fait tiquer la curiosité inquiète de Swan ; il a vu l’obscurité dans les prunelles de la jeune femme, la tension sur ses traits à l’évocation de ce passé : qu’est-ce que ça peut bien cacher ? Ça ne sert en réalité à rien qu’il se pose la question : jamais il n’oserait le demander à Meg. Alors, préférant continuer sur le ton de la distance qui semble s’être instaurée tout naturellement entre eux, Swan se contente de hocher la tête avec un air qui se veut intelligent, comme s’il savait exactement de quoi parle Meg.
« Margot, et Pœnix, ah d’accord. Tant mieux alors, c’était un sacré hasard, va savoir quelles étaient les chances que ça arrive. »
En réalité il n’a aucune idée de qui sont ces gens ; jusqu’ici, Swan ne s’est pas vraiment mêlé à la population d’Astoria, malgré l’enthousiasme de son baby-sitter qui s’est toujours efforcé de le pousser à sociabiliser. Mais Swan n’a pas eu le cœur à ça, trop préoccupé à tourner autour de Max comme une abeille autour de sa ruche pour s’assurer que tout va bien, qu’il s’habitue à sa nouvelle vie et que les traumatismes de leur survie sauvage ne lui ont pas trop bouffé les tripes. Oui, il s’est focalisé là-dessus, ce cher papa, et en contrepartie, il ne s’est pas encore octroyé une seule minute pour s’occuper de ses propres émotions, de ses propres traumatismes…

À nouveau, il baisse les yeux, les fixant sur ses doigts qu’il se tripote nerveusement, comme un enfant qui se morfond en attendant l’arrivée du bus scolaire. Finalement, il s’éclaircit la voix et ajoute, le plus platement possible :
« Je suis vraiment content que tu aies pu retrouver ton frère… Vraiment, Meg. »
Il marque un temps, peut-être un peu plus long qu’il ne l’imagine, avant de la regarder, l’émotion visible malgré lui dans ses yeux.
« Tu le méritais. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan http://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
 
my darkness paradise :: meg&swan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Emy] falling into darkness
» Darkness School
» Radio Techno Paradise
» Pixels Paradise version 2015 : Bonne année et nouveautés !
» Hello darkness my old friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: