LIBRE, chercher l'avenir au fond des bouteilles vides.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 LIBRE, chercher l'avenir au fond des bouteilles vides.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: LIBRE, chercher l'avenir au fond des bouteilles vides.   Jeu 22 Sep - 20:27

..
Look, I want to love this world
as though it’s the last chance
I’m ever going to get to be alive
and know it.

C’est quoi, être en vie ? P’tain mais qu’est-ce qu’il en sait Carmo ?
Y a quelques mois à peine, il aurait répondu un truc bateau, il aurait récité un vieux cours de médecine, ceux qu’on voit la première année avec des notions simples du fonctionnement du corps : les battements de coeur, la respiration, le système neurologique.
Sauf qu’il a bien compris que ça marche plus comme ça.
Déjà y a les rôdeurs qui ont décidé de vivre une existence en dehors des règles établies par la nature en repoussant les limites du corps humain.
Puis ensuite y a lui, y a Carmo.
Ca fait quoi d’être vivant ?
Comment on peut répondre à ça quand on se demande chaque jour si ça ne serait pas plus simple de se tirer une balle dans le crâne que de se forcer à survivre, hein ?
Assis dehors sur les marches menant à l’infirmerie, Carmo se délecte des quelques gouttes restant dans sa bouteille de whisky. Liquide rare et précieux. C’est peut-être le seul avantage à être médecin ici : les autres lui doivent la vie, parfois une jambe, ou un semblant de lucidité, alors tout le monde essaye de se le mettre dans la poche, de le remercier avec les moyens du bord..
Il aurait bien aimé une clope aussi, mais à par l’espoir, y a pas grand chose à fumer ici, et si ce n’est ses services, il n’a rien à échanger au marché noir.
Demain, il s’en va en expédition : il faut des antibiotiques et il doit guider l’équipe dans l'hôpital abandonné de Portland. L’idée ne l’enchante pas vraiment ; il évite au maximum de retourner dehors, en dela de la clôture. Il n’a pas erré des mois sans but pour se jeter dans la gueule du loup à la première occasion.
Mais y a un truc qui s’appelle l’esprit de sacrifice et la conscience médicale. Il a signé pour ça, sauver des vies, tout faire pour en tout cas. Alors il a pas rechigné quand on lui a demandé de participer à la mission. Peut-être que ça peut lui dégourdir les jambes, le décoincer un peu, butter un rôdeur ou doit ça peut pas faire de mal au moral. Faut qu’il reprenne le sport de toute façon.
Mais quand même.
Ca le ferait chier de perdre une jambe, ou perdre un membre de la mission.
Il est pas certain d’être encore envie, mais il a pas non plus envie de mourir, enfin, pas envie que les autres décides quand il doit mourir : quand il sera pret, il le fera, pour l’instant, non.
Non.
Assis sur les petites marches, il fixe le ciel sombre qui laisse apparaître de nombreuses étoiles, autrefois oublié par les humains trop occupés à regarder leur nombril, et cachait par les inventions lumineuses et les avancés technologique.
Il tend l’oreille, juste quelques secondes, pour vérifier que ses patients vont bien, qu’aucun n’appelle à l’aide. Il n’y a pas de grand blessé, donc pas de risque, mais qu’importe, il sait par expérience que le risque zéro n’existe pas.
Il soupire, fixe le ciel, et avale une dernière gorgée en grimaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: LIBRE, chercher l'avenir au fond des bouteilles vides.   Sam 24 Sep - 20:50

acte 1
/ comme condamnation, j'ai reçu le reste de ma vie.  /

Au fond, ça pourrait faire illusion.

Au fond ça pourrait être tellement crédible, qu'il pourrait se dire que derrière les murs, y'a pas des morts qui cherchent à bouffer cervelles et coeurs ensanglantés. Il pourrait croire qu'y'a que des piafs qui chantent en veux-tu en voilà, des chevaux qui gambadent dans le meilleur des mondes. Y'a de quoi tomber dans le panneau, se dire que tout vaut le coup. Que dehors, c'est mieux que dedans. Penser comme un gosse qui supporte pas les quatre murs, sa prison d'amour engendrée par ses parents, cherchant l'aventure à travers les arbres, les cabanes imaginaires et les armes en bois.

Faudrait être con pour croire ça.

Pourtant, ça sait faire du bien. Virgil s'en oblige de faire l'effort au moins une seule seconde, inspirer un air nouveau, celui qui pue pas la fin et le déclin. Celui qui pourrait murmurer renouveau à ses oreilles. Puis ça s'arrête, il retombe subitement et sa gravité lui fait l'effet de deux godasses décorées de lingots en métal. Poings enfoncés dans sa vieille veste qu'il traîne depuis qu'il est dans le coin, il bute distraitement contre un caillou minuscule, ridicule, jouant le Dieu de son petit univers qu'il se plairait à détruire, reconstruire, haïr comme désirer jusqu'au plus profond de sa carcasse. Il redresse un peu la tête, frémit sous un petit vent léger qui bute contre ses joues creuses.

Y'a un reste de sourire chaotique qui traîne plus loin. Le genre de sourire un peu forcé qui est là juste pour bien passer sur la grande affiche en plein centre de la ville. Et Virgil, ça le fait marrer un peu. Carmelito qui joue à la bouteille, qui a sans doute la haine, qui tape sur lui-même pour mieux supporter les blessures, les cassures qui cumulent derrière lui. Lèvre pincée du bout des dents, il fait quelques pas, et se penche au-dessus de la tête bouclée. Il peut l'entendre grésiller à l'intérieur. Le faux-contact qui empêche à ses yeux de s'enflammer.
- Vue la tronche que tu tires, t'as pas l'air d'apprécier c'te bouteille... Prenant place avec nonchalance à côté de lui, il attrape l'objet des désirs du bout des doigts avant de secouer le grand fond qu'il reste. Puis tout seul, t'as l'air d'un alcoolo' qui r'cherche le repos dans ses délires. A deux, t'auras l'air moins louche. Au pire... On aura l'air de deux alcoolos.
Son rire fend l'air, léger, cassé un peu à cause des années passées à se crever la trachée à coups de clopes. Faut pas qu'il y repense, ça met en route le mécanisme du besoin. Grincement de dents, il passe le goulot sur ses lèvres et s'enfile une gorgée, frémissant sous le goût répugnant et délicieux de la mixture.

Putain, ça arrache quand même.
A savoir si c'est le whisky qui lui traîne cette conclusion, ou juste la mine déconfite du Carmo dont il préfère largement une mine réjouie.

- On dirait qu't'as vu un fantôme. C'est comme demander à un manchot pourquoi il peut pas écrire. C'est d'une connerie phénoménale, pourtant il a rien trouvé de mieux pour le pousser dans des retranchements. Ou au contraire, s'y éloigner. Relativiser. Respirer. Y'a des pertes. Mais eux, ils sont encore là. Eux, ils restent debout.
Revenir en haut Aller en bas
 
LIBRE, chercher l'avenir au fond des bouteilles vides.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» code pour inséré les anime (Fond transparent)
» Changement d'une image de fond
» Icônes à fond transparent dans Panoramic
» fond noir qui n'apparait pas en html résolu
» Fond de carte ( modifier le colori )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: