like punching in a dream (d)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 like punching in a dream (d)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: like punching in a dream (d)   Lun 26 Sep - 13:18

like punching in a dream
/ darcy & leo /
Sans cesse ces mêmes images, ces mêmes flash-backs qui viennent hanter l'obscurité. A jamais ces mêmes visages, cette même lumière sanglante qui s'agite sous ses paupières. Les nuits ne sont plus que souvenirs douloureux, paralysie sensorielle qui annihile ses sens, au point de la laisser pantelante, frissonnante. Elle aurait bien mis la main sur quelques somnifères bienfaiteurs, mais la pénurie de médicaments rendait le souhait plus compliqué. Alors, elle s'efforçait de ne pas compter ses heures au cabinet, d'arriver à la lueur du jour, et de n'en sortir qu'à la pénombre tombée. Moins de solitude, moins de sommeil, loin de ses démons nocturnes.  Comme à chaque fois qu'elle se perdait dans ses pensées, ses pas voguant ici et là, elle se saisissait machinalement du pendentif, de ce bijou qui ornait son cou. Unique vestige d'un amour passé, dernier souvenir d'une âme aimée. Elle s'en était saisi avant de voir disparaître son visage sous terre, comme un talisman, une protection, une aide à la mémoire, un rappel à l'ordre. Pour ne jamais oublier.
Mais le soleil de ce début de journée avait eu raison de sa morosité. Qu'à cela ne tienne, elle se devait se rôder, de flâner, d'aller voir ailleurs comment les heures se succédaient. Après quelques rangements, et un discret allez va-t-en, c'est en rasant les murs qu'elle quitta le cabinet. Le poids sur sa poitrine allégé, pour quelques instants de liberté, laissant ses poumons se gonfler d'air frais. Elle fit un léger détour au dépôt d'armes pour s'assurer que le malade du dimanche allait mieux, avant de reprendre le rythme, le pas fluide et nonchalant. C'est un détour de ce croisement qu'elle se figea, frappée par la foudre, hypnotisée par sa vision. Ces boucles brunes, elle ne les connaissait que trop bien pour les revivre à chaque instant dans ses rêves. Cette voix, elle ne l'entendait que trop souvent dans ses moments d'absence, qui lui contait quelques histoires d'antan. La dernière fois qu'ils s'étaient vus, les rôdeurs s'amassaient en masse, dispersant leur groupe d'autrefois, les forçant à prendre des chemins disparates. Cela se pourrait-il? Elle força le pas, soucieuse à l'idée de le voir disparaître une nouvelle fois. Soucieuse à l'idée de se réveiller et de réaliser que rien de tout ceci n'est réel. « C'est pas facile de se débarrasser de toi, Whitecomb. » Ce sourire qui étire ses lèvres douloureuses, elle pensait ne jamais le sentir à nouveau. Des picotements lui chatouillent l'échine, elle qui pensait rester inerte jusqu'à sa fin. Que c'était bon de le revoir. Effrayant. Mais apaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: like punching in a dream (d)   Mar 27 Sep - 16:30

Un mois. Cela fait déjà un mois que tu as rejoint le camp. Seulement deux semaines que tu es sorti de quarantaine. Et pourtant… Pourtant tu ne parviens toujours pas à t’habituer à Astoria. Peut-être est-ce le temps d’adaptation dont tout nouvel arrivant a besoin avant de prendre ses marques ? Après tout, chacun a son histoire. Chacun a un parcours qu’il est difficile à oublier en quelques jours, quelques semaines ou même quelques mois pour les plus malchanceux. C’est ton cas. Ces visages… Les visages de tous ceux que tu as perdus au cours de cette longue année continuent de hanter tes rêves. Ou plutôt ne cessent de refaire surface dans ces cauchemars qui bousculent tes nuits pourtant paisibles désormais. Des visages et des pertes qui te marqueront à jamais. Comment retrouver un semblant de vie normale après avoir été confronté à la dure réalité de ce monde bercé par la mort et l’horreur ? Tu ne parviens pas à trouver la réponse pour l’instant, bien qu’il semble être celui qui te l’apportera au fil du temps. Connor. Toi qui t’ais fait la promesse de ne plus t’attacher pour ne plus avoir à alimenter cette même douleur qui te tient éveillée malgré ce nouvel environnement plus que paisible, tu ne sais pas si tu seras capable de la tenir bien longtemps. Et pourtant il le faut.

Mais avec chance tu as toujours de quoi occuper tes pensées pour chasser ces images qui te font tant douter. Ils t’ont trouvé une place qui te correspond bien au sein du camp. Tu n’avais jamais pensé pouvoir enseigner de nouveau jusqu’ici et bien que tes élèves soient encore trop jeunes pour que tu puisses partager avec eux l’étendue de ton savoir, pour pouvoir partager avec eux cette passion qui malgré les épreuves est toujours ancrée en toi, ça reste un plaisir de pouvoir le faire à nouveau. S’en est presque revigorant, comme si l’on te rapportait ce qui t’avait été arraché depuis que ce carnage a débuté de même que voir au quotidien ces jeunes porteurs d’espoir pour la génération future qui, tu l’espères, ne pourra pas être pire que ces jours si sombres. A tout à l’heure, c’est sur ces mots que tu termines ton cours de la matinée et les libères de ce qui est sans doute une corvée à leurs yeux. Tu t’apprêtes alors à rentrer chez toi lorsqu’une voix t’étant familière parvient à tes oreilles. Une voix que tu n’aurais jamais cru entendre ne serait-ce que dans ta tête. Tu te retournes dans la précipitation en espérant ne pas être victime d’une autre illusion. En espérant ne pas te fourvoyer. Toutefois, c’est bien elle qui te fait face. « Leo… » Ton regard est marqué par l’incompréhension et la surprise. Tu en perds tes mots et te paralyses face à cette vision que tu n’aurais jamais crue possible. C’est pourtant Leo, en chair et en os. Elle est vivante. Elle est à Astoria. C’est ton cœur commençant à accélérer à l’intérieur de ta cage qui te fait revenir à la réalité après quelques secondes d’absence et tu la prends alors dans tes bras, la plaquant contre ton torse sans la moindre retenue. « C’est bien toi, t’es vraiment là. » Souffles-tu à son oreille d’une voix tremblante sans même la lâcher, comme si tu avais encore besoin de la sentir contre toi pour t’assurer d’être dans la réalité et non pas dans un phantasme qui ne se réalisera jamais.
Revenir en haut Aller en bas
 
like punching in a dream (d)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dream Créas
» Forum Just a Dream RPG
» Little dream
» Version 27 : Sweet Dream
» Crea dream

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: