≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  909028702
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  870026516

Partagez
 

 ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyMer 28 Sep - 3:03


when the dead come knocking
/ libre, sujet ouvert /

Plus loin, elle devine la fête qui a lieu à la mairie. Bien installée contre le mur du dépôt d'armes, Blake nettoie ses deux pistolets. Comme elle n'a pas le droit de les avoir au coeur de la ville, elle a prit l'habitude de venir les entretenir le soir, quand le sommeil ne vient pas. Ce soir, c'était censé être un gala, une fête... un truc synonyme de festivités. Mais la métisse n'avait pas envie de s'amuser. Elle vient tout juste d'arriver au campement, elle a parfois l'impression que son esprit est encore sur ses gardes... encore dans un instinct de survie. Jack, son chien et meilleure ami, est couché à ses pieds et dort à moitié pendant qu'elle prend soin de son berreta. Parfois, elle lève les yeux quand elle voit des invités du gala se diriger vers la fête. Tous bien habillés, comme si dehors y'avait pas des cannibales prêts à bouffer tout le monde. Un an et six mois... ça se fêtait apparemment. Mais pas pour Blake. Pas pour la mère éplorée, pas pour la soldat toujours sur ses gardes. Elle préfère plutôt la compagnie de son berger allemand et l'odeur de poudre à canon. Vêtue de sa simple camisole blanche malgré l'air frais de la soirée, elle s'apprête à rentrer dormir quand Jack dresse les oreilles sur sa tête, son museau s'élevant d'un coup. Blake baisse les yeux sur son compagnon et le voit renifler les alentours. « Qu'est-ce qu'y a, mon chien. » À peine termine-t-elle sa question que le berger allemand se met à aboyer furieusement et se lève sur ses quatre pattes en grognant. Tout de suite, Blake sent un vent froid lui traverser le dos. Son comportement agité ne peut dire qu'une chose. Le danger les guette. Peu de gens se trouvent dans les rues à cette heure sauf ceux qui vont et viennent du gala. Tout de suite, Blake se met à observer les alentours, serrant son arme entre ses doigts. Dans la semi-obscurité, elle croit soudain apercevoir un membre du camp passer à quelques mètres d'elle. « Hey toi, faut pas rester ici, j'ai un mauvais pressentiment. » Tout juste au moment où elle dit cela, Jack s'agite encore plus et la Ashcroft regarde dans la direction que fixe le berger allemand pour apercevoir... des rôdeurs.
Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
Ashley Villalobos
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  ODuizse
STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyMer 28 Sep - 23:55


Je me retrouve plaqué contre le mur si brutalement que j’en ai le souffle momentanément coupé ; j’ai à peine le temps de le reprendre que des doigts agrippent mes cheveux, les ongles raclant au passage ma nuque et mes tempes dans le désordre de la manœuvre, et m’arrachant un grognement qui s’étouffe sur les lèvres qui se plaquent rudement contre les miennes.
D’accord, celle-là, elle a ses chaleurs pour l’année. En même temps, j’aurais dû m’en douter quand elle m’a chopé par le col pour m’entraîner en gloussant à l’extérieur de la réception après que je l’aie abordée d’un glorieux « y’a plus de chaise, mais y’a ma bite ». Yep, c’était minable. Le champagne ne m’a jamais réussi. Je peux vous descendre dix téquila paf et toujours tirer droit, mais filez-moi une coupe et demie de bulles et je vous sors des conneries à en faire pâlir d’envie Donald Trump.

J’ai encore du mal à croire que ça ait marché ; peut-être que je suis juste en train de rêver, ça expliquerait la sensation de surréalisme dans laquelle je flotte depuis que j’ai franchi le pas de cette réception ; mais à en juger par l’âpreté que je goutte sur la langue qui s’enroule à la mienne, je dirais que je ne suis pas le seul dont les actions seraient à blâmer sur le compte de l’alcool.

Ma respiration se fait plus courte alors que l’une de ses mains se fraye un chemin vers le Sud ; les miennes se sont quant à elles depuis longtemps perdues quelque part entre la courbure de ses reins et le rebord inférieur — trop haut pour être sans intentions calculées aurait dit ma mère — de sa robe. J’entends le cliquetis de ma ceinture, un frôlement d’étoffe et puis…

Des aboiements ?

Avec un timing à la seconde prêt, nous nous figeons de concert, rompant le baiser pour tourner la tête et scruter la pénombre. Je la sens frissonner contre moi, et sa main qui se crispe dans un soudain inconfort qui me fait serrer les dents. Je lui attrape le poignet, et elle me lâche, s’écartant d’un pas en soufflant d’une voix tremblante :
« C’est mon mari, je suis sûre que c’est mon mari ! »
J’arque un sourcil. « Je savais pas qu’avec la fin du monde on avait autorisé le mariage inter-espèces. » Putain de champagne.
N’empêche que cette fois, ça la fait pas rire. Elle se détache de ma prise et recule en secouant la tête.
« Désolée, c’était pas une bonne idée ! »
La mâchoire sur les clavicules, j’écarte les bras. « Mais… guapa ! »
Je vais pour lui ronronner de pas se mettre la rate au court bouillon, mais une nouvelle série d’aboiements noie ma voix. Trop tard, elle s’est carapatée. Fébrilement, je reboucle ma ceinture et rentre ma chemise dans mon pantalon en bougonnant une série de mierdas. Je prends quelques pas pour me tirer du renfoncement de mur dans lequel nous nous étions planqués quand soudain, un frisson instinctif me remonte le long de l’échine. Je fronce les sourcils, écoute. Ces aboiements…

J’avance encore, prudemment quand soudain je pivote d’un quart de tour à l’injonction d’une voix. Il me faut une ou deux secondes pour que, clignant des yeux, je fasse le point sur la silhouette se trouvant à quelques mètres de moi. Un instant, je songe à prendre le conseil de la demoiselle sans discussion ; mais, comme elle, je l’ai, le pressentiment. J’observe le chien dont les jappements se sont faits plus vindicatifs encore, et, comme un seul homme, elle et moi tournons la tête dans la direction vers laquelle il s’excite.

Dessoûlage immédiat.

Comme dans un ralenti hollywoodien, j’analyse la situation : rôdeurs, une dizaine, distance vingt, vingt-cinq mètres ; situation : dépôt d’armes — armes ! ; allié : une, a priori, et demi, en comptant le chien, et armée, pistolets non indentifiables dans l’obscurité et à la distance d’où je me trouve. Je ne perds pas une seconde et file vers elle, gardant le dos tourné dans la direction opposée aux morts.
« Dis-moi que ces Beretta sont chargés ! » lui chuchote-je précipitamment en arrivant à sa hauteur.
Je prends garde néanmoins à maintenir une distance de sécurité vis-à-vis du chien tout en me flanquant dans une attitude la plus décontractée possible afin de ne pas prendre le risque qu’il décide  que je suis également l’ennemi, mes bijoux de famille ont déjà été assez malmenés pour la soirée.

Sans détacher mon regard des walkers, qui n’ont pu faire autrement que de remarquer notre présence — gracias, Cerbero — j’ajoute en désignant rapidement le dépôt d’armes :
« Ou encore mieux, dis-moi que c’est ouvert ! »

_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo


Dernière édition par Ashley Villalobos le Jeu 13 Oct - 22:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
Invité
Invité

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyJeu 29 Sep - 20:54


- blake, ash' & jean -
when the dead just cannot help knocking

Là-bas, la silhouette de la mairie était esquissée contre la voûte de nuages sombres par les multiples fenêtres éclairées à tous les étages. Une seule chose pouvait l'y retenir : la perspective de pouvoir boire jusqu'à ce que sa gueule de bois le lendemain atteigne le point de non retour. Son apparition aurait dû y être fantomatique : une apparition de circonstances, parce qu'elle vivotait dans le coin depuis maintenant un an et six mois, et transparente, parce qu'elle n'aurait pas adressé un mot à âme qui vive.
On entendait battre les basses drapées dans le lointain par les murs de la mairie, et l'aboiement qui tinta à ses oreilles brisa sa rêverie étrange. Son premier réflexe est de remercier le ciel de ne pas s'être apprêtée à hauteur de l'évènement, avant de suivre ses sens vers l'endroit où deux autres habitants étaient figés dans l'attente terrible d'une nouvelle imprononçable : les morts venaient frapper.
Sur place, elle reconnut Blake, et esquissa à son encontre un sourire presque chaleureux en guise de salut. Quant au second survivant, il s'agissait d'Ashley, préposé dans le camp à l'accueil des nouveaux. Son visage s'illumina également en reconnaissant cet ami précieux, qui ne manquait jamais une occasion de remonter la maman solitaire à bloc.
Les deux femmes étaient armées, Blake de ses sempiternels Beretta, et Jean de sa machette-épée qu'elle venait justement déposer à la fin de sa ronde, ainsi que de son arc qu'elle tenait toujours bien en main.
« Non. Ce sont les règles. Mais tiens, j'ai ça, » répondit-elle, sur un ton qu'elle manqua de rendre rassurant, tendant à Ashley son épée qu'elle venait de dégainer.
Quant à elle, elle se contenterait de son arc que ses doigts avaient déjà investis de pressions nerveuses sur sa corde au repos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptySam 8 Oct - 3:32


when the dead come knocking
/ libre, sujet ouvert /

Le nouveau venu s'arrête devant elle mais elle ne distingue que brièvement son visage. La lumière n'est pas très claire mais elle peut deviner ses traits tout de même. Elle n'a jamais vu ce mec avant... puis de toute façon c'est normal, elle est nouvelle dans l'coin. Il a l'air d'avoir fêté, l'odeur d'alcool chatouillant les narines de la Ashcroft. Heureusement, il n'a pas l'air bourré au point de ne pas voir les morts approcher. Elle peut deviner la panique dans sa voix quand il lui demande si ses berettas sont chargés. « Non, sont pas chargés. » Elle a droit de les polir et de les manipuler mais le gestionnaire du dépôt ne lui laisse pas de munitions dans ces moments-là. Une règle complètement stupide dont la preuve se présente maintenant alors que les walkers s'avancent à pas de tortue vers eux. D'un bref coup d'oeil, elle peut voir que certains sont déjà aux portes de la mairie. Elle jure intérieurement parce qu'elle voudrait leur venir en aide mais pour le moment, elle et l'inconnu doivent se débrouiller avec peu. À ce moment, un visage familier s'arrête devant l’armorie. Jean. Elle sait que la blonde sait se défendre alors leurs chances de s'en sortir viennent de doubler. Elle tend son épée à l'autre homme mais Blake reste démunie. D'un regard rapide, elle observe autour d'elle. D'un coup sec, la belle fracasse la chaise de patio sur laquelle elle a pris place pour la soirée. Attrapant une des pattes de bois brisée, elle se retrouve avec un semblant de pieu. Ça fera l'affaire et vite puisque déjà, les premiers morts s'approchent. L'un d'eux manque bien de l'agripper mais Blake lui enfonce son bâton de bois au milieu du front. « Faut trouver par où ils sont entrés et s'assurer qu'on se retrouve pas avec une horde à l'intérieur ! » s'écrit-elle à l'attention de l'homme et de Jean sans même se tourner vers eux. Ses yeux sont rivés sur les morts qui veulent les dévorer. Elle n'a pas l'intention de mourir ce soir.


Dernière édition par Blake Ashcroft le Sam 8 Oct - 4:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pnj / queen of astoria
Octavia Mears
INSCRIPTION : 01/08/2016
MESSAGES : 362
IDENTITÉ : compte pnj, ne pas mp.
FACECLAIM : viola davis, avatar @sandrider
POINTS : 2621
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  HuEKfb7
STATUT CIVIL : veuve, sa compagne est morte à l'aube de la fin du monde. elle a nommé le camp en l'honneur de la défunte.
ANCIEN MÉTIER : ancienne mairesse de sherwood, octavia a pris les choses en mains quand l'armée évacua sa ville.
PLACE DANS LE CAMP : fondatrice d'astoria, octavia est à la tête du conseil et gère d'une main de fer ce qu'elle a durement construit.
ARME DE PRÉDILECTION : les mots. la belle sait cerner les gens comme personne et elle s'en sert pour désarmer ses adversaire. cela ne l'aide pas face aux rôdeurs, mais elle sort rarement.
ÂGE : cinquante et un ans.


≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptySam 8 Oct - 3:32

Le membre 'Blake Ashcroft' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite mission' : 13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org
Invité
Invité

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptySam 8 Oct - 4:02

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Tumblr_lwh6qgSdw21qliaap

when the dead come knocking
/ libre, sujet ouvert /

J'aime bien les soirées. C'est un peu ce qui me manque de notre ancienne " vie ". Dans mes souvenirs, cependant, mes soirées étaient plus amusantes plus arrosées aussi. Et il y avait beaucoup beaucoup de poudre d'ivoire, de rire, de gens aussi. Las Vegas me manquait. Le club me manquait.  Mais je bat des cils, encore et encore, comme pour chasser l'amertume de ma nostalgie. J'me trouve près d'une fenêtre. J'observe les alentours tel un félin en chasse. Oui, oui je me cherche de la viande à me mettre sous la dent. De la chair, bien vivante, alléchante. Et puis là , ça me prend. J'ai faim. Très faim. Pas que de nourriture.Non non, surtout pas de nourriture! J'ai faim de ça. Il y a plein de gens, je me dis donc que je trouvera de quoi me sustenter. Alors je me prend une coupe de champagne et je jouis presque. DU CHAMPAGNE! Je regarde de la pointe des pieds, je ne suis pas très grande vous savez. Mes prunelles balaient judicieusement la salle des yeux. Je crois que j'ai aperçu mon mari un peu plus loin mais je l'ignore volontairement. J'ai pas envie d'avoir le coeur brisé, pas ce soir. Un autre peut-être, mais pas ce soir... Je veux séduire. Je veux plaire. Je veux me sentir vivante. J'ai tous les outils pour y parvenir, notamment dans cette magnifique robe bustier qui fera pâlir d'envie tous ceux qui osaient m'accorder un seul regard. Justement, je vois une jeune femme me fixer ardemment. Je pince les lèvres et je relève doucement le menton, je feins l'ignorance totale. Je m'apprêtais à lui faire le coup du " regard qui tue " quand quelque chose , un son, des cris, une panique générale, emplit la pièce d'une atmosphère lugubre. Oh oh... J'ai le pressentiment que ça n'ira pas. J'en ai mal aux tripes. Alors je cherche Ashley du regard dans un mécanisme automate. Au fond de moi, j'avais beau m'engueuler avec lui pour tout et rien ces derniers temps, c'était vers lui que je recherchais la sécurité. Je marche d'un pas plus pressé à mesure que les cris s'intensifient « PETIT MERDEUX, ALLEZ ALLEZ APPROCHE VIENS VOIR... » hurlais-je alors qu'un walker s'élance en grognant de façon grottesque.J'attrape un tisonnier et d'un mouvement net et précis,je décapite mon assaillant en reprenant mon souffle. Je finis par pousser des jurons en mexicain quand je vois la horde de walker envahir les lieux. C'est la première fois que je me retrouve face à autant de rôdeurs depuis l'épidémie...Un.deux.trois.Je resserre plus fortement le métal d'ébène de ma nouvelle arme.Je serre les dents. Je fais mon chemin jusqu'à l'extérieur, réussissant à en fuir une bonne dizaine.  Et là je me retrouve entourée de zombies prêts à me dévorer vivante. Je cherche mon mari des yeux. Faut que je tienne bon. Je me répète cela en boucle dans ma tête. J'suis une guerrière moi. J'viens de la rue, moi.


Dernière édition par Soledad Villalobos le Sam 8 Oct - 4:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pnj / queen of astoria
Octavia Mears
INSCRIPTION : 01/08/2016
MESSAGES : 362
IDENTITÉ : compte pnj, ne pas mp.
FACECLAIM : viola davis, avatar @sandrider
POINTS : 2621
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  HuEKfb7
STATUT CIVIL : veuve, sa compagne est morte à l'aube de la fin du monde. elle a nommé le camp en l'honneur de la défunte.
ANCIEN MÉTIER : ancienne mairesse de sherwood, octavia a pris les choses en mains quand l'armée évacua sa ville.
PLACE DANS LE CAMP : fondatrice d'astoria, octavia est à la tête du conseil et gère d'une main de fer ce qu'elle a durement construit.
ARME DE PRÉDILECTION : les mots. la belle sait cerner les gens comme personne et elle s'en sert pour désarmer ses adversaire. cela ne l'aide pas face aux rôdeurs, mais elle sort rarement.
ÂGE : cinquante et un ans.


≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptySam 8 Oct - 4:02

Le membre 'Soledad Villalobos' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite mission' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org
staff / ruler of astoria
Ashley Villalobos
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  ODuizse
STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptySam 8 Oct - 4:32


D’accord, les flingues sont pas chargés. Une deuxième mauvaise nouvelle — la première étant évidemment l’arrivée des casseurs puants. Et la réserve ? Ouverte ou pas ? Une voix dans mon dos me répond ; je la reconnais avant même de me tourner vers elle : Jean, qui débarque avec une troisième mauvaise nouvelle. Mes entrailles se nouent et sous l’effet de mon instinct protecteur, je m’apprête à lui beugler dessus pour savoir ce qu’elle fout-là, au juste, au lieu d’être en sécurité chez elle, oubliant sous le coup du stress que c’est, tout simplement, son job. Je n’ai de toute façon pas le temps d’en placer une qu’elle me fourre une arme dans les mains, et j’en reste momentanément pantois. Incrédule, je secoue la tête.
« Une épée… Une épée ?! Mais t’es sérieuse là ? Tu m’as pris pour Cortès ou quoi ?! »
Certains diront que ça ne l’est pas, mais pour un Villalobos, c’est toujours le moment de râler, et si vous en doutez, allez demander à ma femme.
« J’encule les règles ! Ouvre cette armurerie !! On a des armes à feu, c’est pas pour retourner au moyen-âHAAAAARGH ! » que je termine dans un hurlement alors qu’un rôdeur lève ses griffes vers moi.
Instinctivement, je tranche l’air de l’épée et coupe la saloperie en deux. Je reste un instant figé, les yeux écarquillés, incertain de ce qu’il vient de se passer. Heureusement, je suis rapidement rappelé à la réalité par un concert de jurons en… Sol majeur. Je sens la couleur quitter mon visage. Fébrilement, j’observe tout autour de moi, repérant bientôt une troupe de marcheurs qui se pressent quelques mètres plus loin. Mes doigts se crispent sur la poignée de l’épée. Mon regard fait de rapides aller-retours hésitants entre Jean et l’endroit d’où provient la voix de ma femme. Finalement, je serre les dents. Me tournant vers la femme aux Berettas, je lui signale rapidement :
« Reste près de Jean, ne vous séparez pas ! Essayez de nettoyer un chemin vers la porte ! » et j’ajoute, pointant Jean du doigt : « Et toi, sirenita… fais attention à toi ! J’suis trop jeune pour être parrain ! » termine-je en faisant évidemment référence à sa petite fille.
Et, sans perdre un instant de plus, je décolle, l’épée fermement dressée devant moi (oh, tout de suite, pas cette épée-là, je suis en danger de mort, tout de même !!) et je m’élance en clamant :
« SOLEDAAAAAAAAAAD !!! »
Je ne réfléchis pas. Je fonce dans le tas et, tel un conquistador, je tranche tout sur mon passage.

_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo


Dernière édition par Ashley Villalobos le Sam 8 Oct - 5:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
pnj / queen of astoria
Octavia Mears
INSCRIPTION : 01/08/2016
MESSAGES : 362
IDENTITÉ : compte pnj, ne pas mp.
FACECLAIM : viola davis, avatar @sandrider
POINTS : 2621
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  HuEKfb7
STATUT CIVIL : veuve, sa compagne est morte à l'aube de la fin du monde. elle a nommé le camp en l'honneur de la défunte.
ANCIEN MÉTIER : ancienne mairesse de sherwood, octavia a pris les choses en mains quand l'armée évacua sa ville.
PLACE DANS LE CAMP : fondatrice d'astoria, octavia est à la tête du conseil et gère d'une main de fer ce qu'elle a durement construit.
ARME DE PRÉDILECTION : les mots. la belle sait cerner les gens comme personne et elle s'en sert pour désarmer ses adversaire. cela ne l'aide pas face aux rôdeurs, mais elle sort rarement.
ÂGE : cinquante et un ans.


≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptySam 8 Oct - 4:32

Le membre 'Ashley Villalobos' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite mission' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org
Invité
Invité

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyDim 16 Oct - 10:06


- blake, ash', sole', jean -
when the dead just cannot help knocking

« Le temps qu'on ouvre la porte, le visage de ta précieuse épouse sera re-décoré d'une belle balafre, » put glisser Jean avant qu'Ashley se jette en avant.
Le son du râle, funeste angoisse, sonnait la reprise du concert de raffinements.
Tout pouvait pleuvoir que ce sang noir qui battait à ses tempes la préserverait de le prendre mal. Mais elle n'avait pu retenir cette remarque vengeresse, car dans son regard qu'obscurcissait sa peur, Jean pouvait discerner le visage de sa fille. Un simple halo, une douce chaleur qu'Ashley avait invoqué comme un rappel à la vie.
Elle ne pouvait que se battre, désormais.

« J'imagine que nous sommes de corvée de maintenance... » dit-elle à Blake.
Ses jambes s'activèrent toutes seules pour dépasser la réserve et balayer du regard les murailles d'Astoria. Tout semblait calme sur une bonne centaine de mètres. Une vaste pelouse que teintait de gris la lumière vespérale s'étendait jusqu'à la mairie, seule retraite possible si les deux femmes en venaient à être dépassées.
De l'autre côté, c'était une autre histoire. De l'autre côté, un trou béant saignait des marcheurs à tour de bras. Une seconde, un mort. Une seconde, un mort. Une litanie funeste et sans fin qui glaça Jean jusqu'à la moelle. Se débarrasser de tous ces marcheurs lui prendraient beaucoup plus que quelques flèches.
« L'hémorragie vient de là-bas, » signala-t-elle malgré tout à Blake, tentant de lutter contre sa gorge sévèrement nouée. « Il va falloir jouer serré. »

Une flèche s'encocha d'elle-même alors que Jean s'élança en direction des palissades. Son arme pouvait la maintenir à distance des morsures, mais le moindre écart dans la visée lui coûterait de précieuses munitions qu'elle ne pouvait se permettre de gaspiller.
Elle banda son arc, porta la corde près de sa joue de toute sa force et cibla une tête au hasard parmi les âmes errantes au loin, qui se rapprochaient inéluctablement et tira.
La pointe métallique acérée transperça dans un bruit sourd le crâne pourri de sa victime. Elle s'effondra sur le sol.
Le match était lancé.


[Veuillez m'excuser pour ces deux semaines de silence mais j'ai été très prise par mon travail... Je suis en vacances à partir de mercredi soir, donc vous n'aurez pas à attendre autant et la qualité augmentera singulièrement également. Gros bisouuus ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  492345765 ]


Dernière édition par Jean Dunn le Dim 16 Oct - 10:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
pnj / queen of astoria
Octavia Mears
INSCRIPTION : 01/08/2016
MESSAGES : 362
IDENTITÉ : compte pnj, ne pas mp.
FACECLAIM : viola davis, avatar @sandrider
POINTS : 2621
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  HuEKfb7
STATUT CIVIL : veuve, sa compagne est morte à l'aube de la fin du monde. elle a nommé le camp en l'honneur de la défunte.
ANCIEN MÉTIER : ancienne mairesse de sherwood, octavia a pris les choses en mains quand l'armée évacua sa ville.
PLACE DANS LE CAMP : fondatrice d'astoria, octavia est à la tête du conseil et gère d'une main de fer ce qu'elle a durement construit.
ARME DE PRÉDILECTION : les mots. la belle sait cerner les gens comme personne et elle s'en sert pour désarmer ses adversaire. cela ne l'aide pas face aux rôdeurs, mais elle sort rarement.
ÂGE : cinquante et un ans.


≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyDim 16 Oct - 10:06

Le membre 'Jean Dunn' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite mission' : 12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org
Invité
Invité

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyMer 2 Nov - 1:33


when the dead come knocking
/ libre, sujet ouvert /

La Ashcroft jette un coup d'oeil à son amie. Une des rares qu'elle a ici. Au moins elle est heureuse d'avoir quelqu'un de confiance à ses côtés en cet instant. Elle regarde partout autour d'elle, constatant que c'est plus grave que prévu. Déjà, des habitants se font mordre et Blake sert les poings. Elle refuse que l'un d'eux soit son frère ou sa soeur. Le feu au coeur, elle tourne la tête vers la blonde, déterminée à faire quelque chose même si elle n'est armée que de ce bout de bois. Soudain, son regard accroche un camion dans la rue non loin de là. Il lui suffit de le démarrer rapidement et de l'avancer pour bloquer la route d'entrée aux morts. Parfait. « Ok. Je me charge de la brèche. Avec ce camion ça devrait les ralentir d'entrer ensuite on pourra réparer. Couvre mes arrières c'est bon ? » Elle commence alors à s'enfoncer parmi les rôdeurs plutôt lents. Cela lui permet de ne pas être surchargée. Pour le moment en tout cas. À tour de rôle, elle leur enfonce le pieu dans le crâne alors que des flèches apparaissent de chaque côté d'elle. Elle sait que Jean surveille ses arrières. Lentement, elle fait son chemin vers le camion, bien décidée à s'en servir pour bloquer la brèche dans la clôture. Jack est derrière elle et attaque les morts qui cherchent à s'en prendre à elle de dos. Son coeur bat à toute vitesse, espérant que d'autres habitants allaient venir les aider. À deux... elles n'allaient pas s'en sortir. Espérons que l'autre mec allait revenir avec de l'aide sur les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyDim 13 Nov - 2:48

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Tumblr_lwh6qgSdw21qliaap

when the dead come knocking
/ libre, sujet ouvert /

On aurait pu dire.. que j'étais mignonne, de chercher la bouille de mon mari parmi l'ambiance de folie qui régnait ici.Mais ce n'était pas vraiment le cas. Je n'étais pas " mignonne " c'était une mécanique de survie, indirectement liée à celle de mon myocarde. Quand je sentais que ça n'allait pas, il n'y avait qu'une personne en qui j'avais aveuglément confiance et c'était lui. Mais encore, je fronçais les sourcils, témoignant de mon inquiétude. J'avais besoin de savoir qu'il tenait bon et j'avais besoin de lui, plus que tout. Parce que nous étions peut-être adepte des prises de tête ces derniers temps - et plus souvent qu'autrement pour des broutilles -  mais s'il y avait un fait indéniable dans cette histoire c'était bien ceci : il était mon roc et probablement le seul avec qui j'avais entretenu une relation d'aussi long terme, même fausse. Mais, hélas, je fus bien vite prise au piège, semée de toutes parts par ces rôdeurs qui avaient gâché inévitablement notre existence. Je me suis même dit que ça y était, que c'était mon heure. J'étais presqu'en train de faire le "  En el nombre del Padre" en signe de croix, j'étais après tout  fervente croyante camouflée sous des airs aguicheurs et diaboliques.

Un.Deux.Trois. Je compte dans ma tête.Je n'ai aucune arme pour me défendre, alors je peux esquiver. Et c'est ce que je fais... mais je ne pourrai tenir longtemps. Et juste au moment où des idées noires assombrissaient mon optimisme, je le vois, lui. À prime abord,j'essaie de réprimer un rire qui n'était pas , mais alors pas du tout de circonstances. Nous mais vous ne saisissez pas, mon mari, avec une épée à la main, jouant le preux chevalier c'est l'image la plus épique que j'aie pu avoir de lui! Ça et ce fameux soir - bien avant l'épidémie -  où on avait définitivement abusé de tout ce qui étais jadis illicite et qu'il s'était retrouvé avec mes vêtements et moi les siens. Je vous laisse imaginer la scène. Ash en mini jupe et en décolleté plongeur. On avait ri en le réalisant à l'aube, mais il était trop tard, on avait fait des fous de nous. Ah c'était la bonne époque.... Mais le retour à la réalité fut brutal puisque je faillis me faire griffer par une tête de déterré. C'est alors que la voix de mon sauveur troubla les bruits très peu humains que faisaient ces... choses. Je me tournai alors vers lui, admirant ses prouesses au combat. Je voyais les têtes tomber comme des mouches,  rien n'échappait à mon magnifique chevalier. Quand il arriva à ma hauteur, je fis une référence à la mode moyen-âge « Merci Querido, digne des grands films Hollywoodiens. » en plaçant mes poings en position de défense, puis en soufflant doucement contre une mèche qui se rebellait sur mon visage « T'as apporté quelque chose que je me défende ? » un couteau de chasse, un poignard même, tout était bon dans pareille situation... quoique, à voir aller mon charmant mari, je n'étais pas totalement sans défense. Un demi sourire malicieux sur les lèvres , j'essaie de compter mais j'en perd  définitivement le compte. Trop de gens s'affolent.

Un peu plus loin j'voyais Blake, enfin je ne connaissais pas vraiment son nom mais elle essayait d'atteindre une voiture pour attirer les rôdeurs. « Dit, on va l'aider ? »
Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
Ashley Villalobos
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  ODuizse
STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  EmptyLun 14 Nov - 5:03


La dernière pourriture se trouvant entre Soledad et moi s’effondre sous le tranchant de mon arme et enfin je la vois, ma louve, fière et facétieuse comme elle sait toujours se montrer avec moi, peu importe les circonstances. Et à sa petite pique, malgré l’urgence, je ne peux retenir un léger ricanement entre mes dents.
« J’aurais préféré me la jouer Scarface plutôt que Chevalier mais il sera toujours temps de déposer une plainte plus tard, faut qu’on se taille d’ici ! » termine-je en écartant d’un coup de poignée dans l’estomac un corps sans vie qui s’approche sur ma droite.
Je suis alors le regard de Sol qui désigne la brune aux côtés de Jean. Je pince les lèvres et crispe les doigts sur l’épée.
« Mais c’est pas vrai ! J’leur ai dit de… » Je m’interromps dans un grognement en secouant la tête. « Ces amateurs, c’pas possible ! »
Attrapant Sol par le bras, je l’entraîne à ma suite, en direction des deux survivantes qui s’affairent de leur côté ; de temps en temps, je lâche le bras de ma femme pour couper un mort en deux, et parfois, une flèche de Jean vient se planter dans la tête d’un autre ayant décidé de s’approcher d’un peu trop près de nous et je sais qu’elle me surveille, elle aussi, du coin de l’œil.
« Je suis désolé, mi corazón, » dis-je à Sol, « mais j’ai rien d’autre que ce godemichet infernal pour le moment. L’armurerie est fermée et elles ont pas l’air décidées à essayer de l’ouvrir, » râloche-je au sujet de nos camarades. « Quel gâchis… »
Sinuant prudemment, nous atteignons bientôt Jean et l’autre femme qui se sont rapprochées du camion. Si seulement y il avait des armes à l’intérieur…
« Bon, c’est quoi le plan ?! » demande-je précipitamment. On a pas assez d’armes pour tout le monde et parmi celles qu’on a, y’en a qu’une qui vaille réellement quelque chose, » dis-je en désignant l’arc de Jean. « Soledad, tu crois que tu pourrais faire démarrer ce tas de ferraille en jouant avec les câbles ? »
Comme ça, une fois à l’intérieur du camion, si pas armée elle sera au moins relativement à l’abri des coups de dents et de griffes qui risquent bien de se perdre dans la mêlée.


_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
Contenu sponsorisé

≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty
MessageSujet: Re: ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)    ≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
≈ when the dead come knocking (event 1 - libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés :: les intrigues et events passés-
Sauter vers: