Don't push me. Don't even try. [Ash] - Page 2

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 Don't push me. Don't even try. [Ash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
staff / ruler of astoria
Ashley Villalobos
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094

STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: Don't push me. Don't even try. [Ash]   Jeu 5 Jan - 3:15

C’est étrange, mais je me sens beaucoup plus calme ; mes doigts sont détendus sur mes hanches, mes traits paisibles, et mes entrailles ont cessé de danser la lambada pour se faire oublier. Je ne trépigne plus, j’ai plutôt l’impression de flotter… Le calme après la tempête. La défonce après l’orgasme. Parce que je sais que j’ai déjà gagné, que le reste va naturellement en découler, conséquence de ma victoire. Il ne me reste plus qu’à me vautrer, les pieds sur la table, les mains dans la nuque, et à profiter du spectacle. Et quel est-il ! Cain, qui se ratatine, au point que je le vois presque déjà se liquéfier à mes pieds ; ses yeux qui brillent de larmes, dévastés, pathétiques, un chiot à qui l’on a promis un bel os avant d’arbitrairement le lui confisquer ; et le tremblement dans sa voix qui laisse presque entendre les battements anarchiques de son cœur de proie prise dans la ligne de mire de son prédateur. Je sens, plus que je ne l’appréhende, le cheminement que ses pensées se frayent et bataillent dans l’espace oppressant que mes mots lui ont imposé, une cage minuscule, aux lourds barreaux dont je n’ai voulu lui laisser aucune clé pour s’échapper. Il ne comprend pas encore, ou bien il ne veut pas comprendre, mais il est en bonne voie. Ça prendra le temps qu’il faut, mais…

Déjà ? Dios mío, il me comble ! Et voilà que ça me reprend : je dois faire appel à tout ce que j’ai dans le ventre pour me retenir de lever les bras en croix et de saluer la foule en délire. Public, je vous aime, et je serais bien ingrat si je n’offrais pas un rappel après ce triomphe. Show time, round two.

Je laisse alors la chaleur de ma réjouissance m’animer de sa fièvre mais, au lieu d’exulter, je me crispe, mes poings se resserrant sur eux-mêmes jusqu’à ce que mes ongles ne triturent la chair de mes paumes, mes lèvres se pinçant jusqu’à presque disparaître, mes sourcils se fronçant jusqu’à se rejoindre au milieu de mon front et sous lesquels mes yeux ne sont plus que deux fentes où perce une lueur assassine.
« Comment… oses… tu ? » siffle-je enfin.
Vivement, comme voulant m’attraper la tête, je lève les mains, les doigts courbés en serres, mais les laisse se figer à mi-chemin alors que je fixe un point dans le vide, le regard distant, vitreux derrière l’outrage qui me fait presque fumer les oreilles et qui tonne bientôt dans ma voix quand je répète :
« Comment oses-tu, Cain ?! » Ma paume vient claquer contre mon cœur. « Après tout ce que j’ai fait, tout ce que j’ai dit, tu te poses encore en victime ? Pire ! Tu m’accuses de vouloir ta mort ?! Moi, qui n’ai à cœur que le bien-être de ceux, sans exception, qui ont bravé toutes les tempêtes et qui ont réussi à survivre à mes côtés, alors que tout semblait perdu ?! » Je secoue la tête, et souffle, la contrition faisant trembler ma voix : « Est-ce que tu réalises seulement à quel point tu viens de me blesser ?! Et je pensais que tu étais mon… »
Fermant les yeux, je crispe mon poing sur mon cœur et secoue vivement la tête. Je déglutis, difficilement, puis entrouvre mes lèvres blêmes et pincées dans un petit soupir amer.
« Je pensais que… J’avais l’espoir de… » Je secoue de nouveau la tête. « Je me trompais. Tu es irrécupérable ! »
Ce mot, je l’échappe dans un souffle se voulant bien plus douloureux que haineux. Enfin, je rouvre les yeux et, dans une déception impitoyable, les plante dans ceux de Cain que je pointe d’un index blanc.
« Tu es toxique, Cain. »
Lentement, je laisse retomber mon bras le long de mon corps, le fixant toujours alors que mes épaules s’affaissent sous la capitulation.
« J’ai fini de perdre mon temps avec toi. Je peux plus, je… » Secouant la tête, je soupire. « Bonne chance. »
Dans un souffle, j’esquisse un triste sourire, les yeux brillants, puis détourne le regard et, vivement, le dépasse, le bousculant de l’épaule sur le chemin vers la sortie.

_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo


Dernière édition par Ashley Villalobos le Lun 9 Jan - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
member / settler of astoria
Mason Sullivan
INSCRIPTION : 27/09/2016
MESSAGES : 307
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Tom Payne || Miss B (avatar) - a bunch of gif hunt (gifs) - Beylin (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Rose || Randall || Morgan
POINTS : 456

STATUT CIVIL : Son cœur appartient au Seigneur. Il appartient aussi à une femme mais seule la concernée le sait.
ANCIEN MÉTIER : Il était aumônier militaire. Prêtre et militaire donc.
PLACE DANS LE CAMP : Pasteur. La place lui était toute attribuée et ce dès son arrivée au camp. Il aurait pu mettre ses autres capacités au service du camp mais même si on lui avait proposé, il aurait très probablement dit non. Aujourd'hui, l'arrivée d'Echo l'a obligé à accepter de faire autre chose en plus et il a finalement été désigné comme "homme à tout faire".
ARME DE PRÉDILECTION : Sa foi, mais quand elle ne suffit pas, son Sig Sauer P226 fait l'affaire.
ÂGE : 36 années passées sur cette planète mais physiquement, il est difficile de deviner son âge : il fait à la fois plus vieux et plus jeune, un véritable paradoxe à lui tout seul.


MessageSujet: Re: Don't push me. Don't even try. [Ash]   Lun 9 Jan - 19:33



Alors c'est ça ? Il est là son message ? Elle est là la raison de sa venue ? Me transmettre ce que lui souhaite, ce qu'elle souhaite, ce que tous les autres souhaitent : que je ne survive pas. Que je crève. Que je ne me relève jamais. J'avais bien raison de douter de lui, de sa venue, de ses mots, du sens profond de sa visite, de toute son attitude. J'avais raison parce qu'il n'est pas là pour moi : il est là parce qu'il voudrait se débarrasser de moi. Ou, plus exactement, il est là parce qu'il estime que je ne devrais pas être ici, que ce que j'aie de mieux à faire pour tout le monde c'est de mourir. Il est là parce que je ne vaux plus rien pour lui. Si ça fait mal ? Bien sûr et il le voit sans aucun doute. Réaliser qu'on n'est plus bon qu'à crever pour pouvoir faire une différence, pour pouvoir soulager les gens auxquels on a fait du mal, ça met un sacré coup sur la tronche. Et la lueur assassine qui brille soudain dans le regard d'Ashley n'aide pas à mieux faire passer la pilule. Je ne sais alors pas le sens de sa question. Comment j'ose quoi ? Je fronce les sourcils, paumé. Blessé, bouffé, et paumé. Et puis ses gestes qui me semblent de trop, qui me semblent si... Forcés. Rien dans ce qu'il fait n'est juste ni vrai. Rien dans ce qu'il dit non plus d'ailleurs. Plus il parle et plus je me ferme. Plus il parle et plus je réalise que j'ai vu juste. Il a beau prétendre le contraire, je sais que j'ai vu juste. C'était ça son but en venant ici : me faire passer un message, de façon détournée certes, mais de me faire passer un message. Le pire, c'est quand il ose prendre son air outré en me disant presque, presque, qu'il pensait que j'étais... Quoi ? Son ami ? Il ne termine pas sa phrase et je sais que c'est calculé. Je sais que c'est pour donner de la lourdeur à ses mots mais n'a de lourdeur que le message qu'il est venu me faire passer.

Qu'il ne s'en fasse pas : le message, je l'ai bien eu.

Je ne sais pas comment je fais pour ne pas m'effondrer. Sincèrement, je ne sais pas comment je fais. Sans doute parce que ses mots glissent à présent sur moi puisqu'ils n'ont pas de poids. Enfin, presque tous ses mots parce que les derniers qu'il prononce, ceux-là, par contre, ils ont un putain de poids, pour la bonne et simple raison que ceux-là sont sincères. Ceux-là, ils viennent du cœur. Ceux-là...

« Tu es toxique, Cain. »

Il le pense. De tout son cœur il le pense. Son index accusateur pointé sur moi comme une flèche lancée en plein cœur. Je me décompose sur place. Les mots qu'il prononce après je ne les entends pas. Je ne l'entends plus. Mon cerveau reste fixé sur ces quatre mots infâmes et violents. Bien plus violents que tout le reste. Je détourne le regard, je ne vois finalement que sa silhouette se mouvoir, je sens son contact quand il me dépasse pour sortir mais ce n'est pas vraiment moi qu'il bouscule : c'est ce qu'il reste de celui que j'étais avant qu'il ne vienne me trouver ici.

Autrement dit plus grand chose.


(c) sweet.lips

_________________

FAITH

Faith isn't a feeling, it's a choice to trust God even when the road ahead seems uncertain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1399-feed-your-faith-and-your-fears-will-starve-to-death-mason http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1408-let-your-faith-be-bigger-than-your-fear-mason#51895
 
Don't push me. Don't even try. [Ash]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: