you're my flashlight, cirilla.

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 you're my flashlight, cirilla.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: you're my flashlight, cirilla.   Lun 10 Oct - 22:01

this day ending is the proof of time killing all the
faith. i know that faith is all i hold. and I've lost who i
am and i can't understand why my heart is so broken


la lune était haut dans le ciel et dominait l’espace par la lumière qu’elle dégageait. elle pouvait presque estomper le chaos de ce monde et guérir tous les maux. elle était la représentation de la pureté et sa jumelle reflétée dans l’eau ne rendait que le spectacle encore plus époustouflant. rory avait pris l’habitude de venir ici parfois, lorsque la foule l’étouffe, lorsque les murs semblent beaucoup trop haut et surtout quand elle ne se sent plus humaine, quand seul son cœur lui rappelle qu’elle n’est pas morte de l’intérieur. cet endroit l’aide à ne pas oublier que la vie continue en dehors, que même si ce n’est pas évident, la nature survit malgré tout ce qui peut bien arriver au monde. rangers sur le côté, les pieds dans l’eau, elle ressent les chatouilles des quelques ronds d’eau provoqué par les poissons qui barbotent. elle porte le flash de vodka à ses lèvres et ses yeux se ferment comme dans un ultime moment d’extase. la chaleur qu’elle ressent le long de sa gorge lui rappelle des souvenirs perdus de soirées étudiantes. elle sent presque l’odeur des cocktails et des pizzas surgelées d’où elle est. son regard se perd quelque seconde dans le néant de ses paupières puis quand elle les ouvre elle redécouvre un peu plus cet endroit qui est devenu le refuge de beaucoup comme elle. un sourire s’étire sur ses lèvres et sa main passe la bouteille à celle qui veut bien l’attraper et ses yeux croisent ceux de cirilla. princesse sissi comme elle l’aime appeler. « on a pas choisi le meilleur mais ça fait l’affaire. » elle attarde son attention quelques secondes sur elle et se demande comment elle n’a pas pu l’apprécier dès le début, elle qui est devenue si importante, si vitale. à l’intérieur des murs, elles se sont affrontés quelques jours, ont défendu leurs fiertés pour au final, trouver en l’un et en l’autre, une personne digne de confiance. elles se ressemblent et parfois rory semble se voir en elle, elle s’y reflète comme lorsque l’on regarde un miroir ou la surface de l’eau. elle lui ressemble temps que c’en est parfois presque déroutant. au-delà de ça, elle avait trouvé en elle une amie. elle qui a tant de mal à bien s’entendre en général avec les gens d’astoria s’était trouvé quelque chose de bien plus précieux qu’une simple coéquipière. ciri était un pilier, une bouée de sauvetage et nul besoin de paroles ou de longs discours, elles se comprenaient en un regard, cernant le moindre petit rictus, le moindre geste et en déduisait tout une pensée sans même avoir à communiquer. c’est aussi un peu elle qui lui rappelle qu’elle n’est pas qu’un simple soldat. lorsqu’elles viennent ici de temps en temps, elle se souvient ce que c’est d’être inconscient, d’oublier le monde, se s’oublier soi-même. se perdre. ses pieds s’agitent et font remuer l’eau. le reflet de la lune ondule, se casse en fragment et revient à sa forme initiale. rory pousse un long soupire et ferme de nouveau les yeux, jetant sa tête en arrière. « tu crois qu’on peut éventuellement rester ici toute notre vie ? c’est pas les voisins qui vont déranger. » elle tourne doucement la tête, dans l’attente d’une réaction et se met finalement à rire. ça aussi on l’apprend quotidiennement, rire de ce monde qui ne ressemble à rien, qui fait peur. rire de la misère et de la douleur parce que c’est plus simple et que ça fait moins mal d’y penser comme ça. c’est moins terrifier de s’amuser des monstres. surtout si c’est avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you're my flashlight, cirilla.   Sam 15 Oct - 19:03

You're my flashlight
Cela fait environ un mois que Cirilla Blackthorn a rejoint Astoria. Un mois, c'est peu et pourtant il s'est passé beaucoup de choses dans ce court laps de temps. Alors qu'elle pensait avoir perdue toute sa famille, Ciri se retrouve à vivre avec sa famille biologique qu'elle pensait ne jamais rencontrer et encore moins en période d'apocalypse. Avant, elle n'a jamais cherché à savoir qui était ses vrais parents et ce n'était pas maintenant qu'elle allait nouer des liens avec eux... Enfin des liens qu'ils auraient dû avoir si elle n'avait pas été abandonnée. Mais bref, aujourd'hui, c'était un jour de fête. Tôt dans la journée, Rory était venue la voir à la salle d'entraînement. A vrai dire que ce n'était pas très compliqué de trouver Cirilla. Lorsqu'elle n'était pas en mission, la belle brune passait son temps dans cette salle à s'entraîner et à perfectionner ses techniques de combat. Ou alors, on pouvait aussi la trouver dans la maison numéro vingt-trois higgins hill. D'un côté, il n'y avait pas grand-chose à faire dans le camp. Tout le monde était assigné à une fonction et devait s'y tenir. Du coup, Cirilla s'emmerdait un peu. Mais heureusement, il y avait quelques personnes présent à Astoria, comme la Sempers, pour rendre ses journées moins pénibles. D'ailleurs parlons de Rory et Cirilla. Quand Cirilla est sortie de sa quarantaine, le psychologue, Joseph Warhol, l'a affecté dans le secteur de ravitaillement. C'était un choix par défaut étant donné que Cirilla était trop nouvelle pour entrer dans le secteur de recrutement, groupe qui lui irait bien mieux vu son caractère. Mais pour la jeune femme tout lui allait pourvu qu'elle pouvait sortir d'entre les murs d'Astoria. Ensuite, il lui fallait quelqu'un pour lui expliquer le fonctionnement de ce secteur, les choses à faire et ceux à ne pas faire. Et c'était Veronica Sempers qui a été désigné pour cette tâche. Ou peut-être s'était-elle proposé ? C'était encore un point à éclaircir. Mais la canadienne était pratiquement sûre que Rory s'est porté volontaire. Seulement, elle a vite déchanté car Cirilla était incapable de faire ce qu'elle lui demandait. Leur tâche était de trouver des objets utiles comme de la nourriture, des munitions et des médicaments. A chaque sortie, la brunette se jetait sur les rôdeurs, mettant en danger la belle blonde et elle-même. Et si elle aurait continué dans cette voix, Stone se serait vite retrouvé à nouveau dehors. Cependant, c'était sans compter la persévérance de Rory qui a su trouver les mots justes pour raisonner son apprentie. Aujourd'hui, les deux femmes s'entendaient à merveille. Rory était pour Cirilla comme une sœur de cœur. Elles se comprenaient sans dire un mot. Leurs mouvements étaient synchronisés lorsqu'elles se battaient contre des mordeurs, se protégeant mutuellement. On aurait dit qu'un lien invisible les relier toutes les deux et qui avaient formé un seul esprit dans deux corps. Au début, cela lui paraissait tellement étrange. A présent, c'était tout à fait banal comme l'existence des zombies.

Donc je reviens au moment où Riri est venu voir Cirilla à la salle d'entraînement. Oui, j'ai bien dit Riri et pas Rory car c'est le surnom que la brune a donné à sa camarade. Une sorte de vengeance car la blonde l'appelle princesse Sissi. « Ce soir, rendez-vous au château, j'ai acheté du soda. » Bien entendu, ce n'était pas du soda qu'elles allaient avaler mais de l'alcool qu'elles s'achètent au marché noir pour des soirées entre elles au lac. Et c'est ainsi que les retrouve au bord du lac à se passer une bouteille de soda qui contient de la vodka.  « On a pas choisi le meilleur mais ça fait l’affaire. » Cirilla jeta un coup d'oeil à Rory avant d'avaler une gorgée de l'alcool. « Ouais, mais c'est toujours mieux que ce qu'on avait acheté la dernière fois. Tu te rappelles dans quel état on était le lendemain matin après avoir bu une bouteille ? Moi oui et les toilettes aussi s'en souviennent. C'était un vrai tord boyaux ce truc, franchement. » Elle éclata de rire en se revoyant affalée devant la cuvette des chiottes à dégobiller ses tripes. Puis son regard se perdit loin, là où son regard ne pouvait plus voir. Sa rêvasserie fut interrompue par une question. « Ca et on a de l'eau. Une petite maison aussi. » Dit-elle en désignant le cabanon derrière elles. « Je parie qu'il y a encore des poissons dans l'eau. On aura à manger. Bon se sera pas aussi confortable qu'à Astoria, mais avec un peu de bonne volonté ça sera pas aussi terrible qu'on le pense. » Cirilla marqua une pause avant de poursuivre. « Maintenant, la question que je me pose c'est qui fait la femme et qui fait l'homme ? Si on doit vivre toutes les deux ici. Faut qu'on sache qui va couper du bois pendant que l'autre fait la popotte. » Puis son rire vint se joindre à celui de Rory.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
 
you're my flashlight, cirilla.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: