into the void :: w/cain

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 into the void :: w/cain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: into the void :: w/cain   Mar 18 Oct - 16:35

INTO THE VOID
/ CAIN & CECIL /

Quand Cecil ouvrit les yeux, il faisait noir. Il ne se souvenait pas les avoir fermés, mais il se souvenait que la dernière fois qu’il les avait eus ouverts, il faisait jour ; et maintenant il faisait noir, très noir, trop noir. Cecil frissonna ; il tâtonna à l’aveuglette pour trouver le bord de sa couchette et s’y agripper puis, lentement, se redressa, entraînant sa couverture avec lui pour l’enrouler autour de ses épaules. Assis au bord du matelas, il fixa longuement le vide droit devant lui, le temps que ses pupilles s’habituent à l’obscurité, puis se leva. Mettant prudemment un pied devant l’autre, il s’avança jusqu’à la fenêtre, dont il entrouvrit les rideaux du bout des doigts ; alors, un rayon de lune vint éclairer la chambre, et Cecil poussa un petit soupir de soulagement. Il s’assit sur le rebord et, dans une immobilité presque parfaite, tomba en contemplation de l’extérieur. Les rues étaient désertes ; pas une âme, pas un mouvement. C’était apaisant, contrairement à la journée, où tant de monde pouvait défiler sous ses yeux mais tout en restant loin, dans la rue, heureusement. Il était bien en quarantaine, Cecil. Il n’avait pas hâte de sortir pour croiser tous ces gens. Ou si, peut-être un peu, quand même ; pour aller voir les animaux, et pour ne plus être embêté par ce type louche qui n’arrêtait pas de lui poser des questions.

Le  jeune homme sursauta soudain et tourna la tête dans la direction de la couchette de Cain quand ce dernier émit un grognement sourd dans son sommeil. Le cœur battant, Cecil écrasa les paupières, inspirant et expirant rapidement et bruyamment.

Grognement, respiration, respiration, grognement, rugissement, douleur douleur douleur — Non, Cecil, tout va bien, calme-toi, ils sont partis, tu es en sécurité. Ce n’est que Cain, il ne te veut aucun mal. Tu peux lui faire confiance… Pourquoi ? Je ne sais pas. Parce que. Tu peux lui faire confiance… Tu me fais confiance ?

Fébrilement, Cecil hocha la tête, puis rouvrit les yeux, expirant doucement entre ses lèvres.

Cain aussi lui posait des questions, mais il y avait quelque chose de différent des autres, dans sa voix, dans son regard ; c’était quelque chose qui parlait au Cecil d’avant, quelque chose qu’il avait oublié, mais pas tout à fait — quelque chose qu’il avait longtemps attendu de la part de quelqu’un qui n’avait jamais su le lui donner. Le garçon se gratta distraitement la tête, ébouriffant un peu plus ses bouclettes encore endormies ; Cain, lui, il ne l’aurait sûrement pas forcé à abandonner Usul derrière lui.
Retroussant la lèvre inférieure, Cecil renifla légèrement en se frottant le coin de l’œil. Il s’apprêtait à se relever quand Cain poussa un grondement plus marqué, et le garçon resta figé, la respiration courte comme un lapin pris dans les phares d’une voiture, fixant de ses grands yeux hallucinés la silhouette de l’homme qui commençant à s’agiter sur sa couchette, de plus en plus violemment à mesure que les secondes s’égrenaient.

Comme toi, Cecil. Il fait un cauchemar, comme toi. Il a mal, comme toi. Qu’est-ce qu’il a fait, la dernière fois que tu as été comme ça ? Souviens-toi, Cecil. Il t’a aidé. Tu peux l’aider aussi.

Tremblant, Cecil prit une profonde inspiration pour se donner du courage, et se releva, pour s’avancer lentement jusqu’à la couchette de Cain. Il resta un moment à son chevet, le regardant s’agiter, et se concentrant pour faire le vide dans sa tête avant de, enfin, tendre une main vers lui, et lui pousser légèrement l’épaule du bout de l’index.
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 27/09/2016
MESSAGES : 307
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Tom Payne || Miss B (avatar) - a bunch of gif hunt (gifs) - Beylin (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Rose || Randall || Morgan
POINTS : 456

STATUT CIVIL : Son cœur appartient au Seigneur. Il appartient aussi à une femme mais seule la concernée le sait.
ANCIEN MÉTIER : Il était aumônier militaire. Prêtre et militaire donc.
PLACE DANS LE CAMP : Pasteur. La place lui était toute attribuée et ce dès son arrivée au camp. Il aurait pu mettre ses autres capacités au service du camp mais même si on lui avait proposé, il aurait très probablement dit non. Aujourd'hui, l'arrivée d'Echo l'a obligé à accepter de faire autre chose en plus et il a finalement été désigné comme "homme à tout faire".
ARME DE PRÉDILECTION : Sa foi, mais quand elle ne suffit pas, son Sig Sauer P226 fait l'affaire.
ÂGE : 36 années passées sur cette planète mais physiquement, il est difficile de deviner son âge : il fait à la fois plus vieux et plus jeune, un véritable paradoxe à lui tout seul.


MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   Mer 26 Oct - 17:07



Crainte. Appréhension. Est-ce que mon esprit va être clément avec moi ou est-ce qu’il va me torturer cette nuit ? J’y ai pensé toute la journée. A lui. Qui croirait que je compte les jours, hein ? Qui ? Personne sans doute mais je les compte bel et bien les jours. Je les compte pour ne pas les oublier, aucun d’entre eux et aujourd’hui, c’est la date de la mort de Billy. Le temps passe. Le temps passe vite. Deux ans maintenant et pourtant, j’ai l’impression que c’était hier. J’ai l’impression d’avoir tenu son petit corps sans vie dans mes bras hier encore. Non, même pas hier : aujourd’hui, là, il y a quelques minutes. Je sens encore sa peau sous mes doigts. Je sens encore l’odeur du sang. Je sens tout. J’en frissonne. Et je me questionne. Qu’est-ce que je fais encore là, moi ? La réponse elle se tient non loin de moi : Cecil. Quelques semaines auparavant, je n’aurais pas répondu ça, j’aurais répondu rien ou j’aurais peut-être répondu l’envie de vengeance mais plus maintenant. Il est là, lui, et j’ai envie de le protéger. Parce qu’il me rappelle mon fils ? C’est ça qui m’a fait me rapprocher de lui au départ mais c’est différent maintenant. C’est différent, c’est lui qui m’intéresse et qui compte, pas le fantôme qu’il pourrait remplacer. Je ferme les yeux, essaye de me focaliser sur ces pensées-là plutôt que sur les autres pensées qui ont, au cours de cette foutue journée, su s’insinuer comme une saleté de poison.

Et elles continuent.
Elles continuent.

« Ne bouge pas. » je dis à Billy alors que je regarde autour de moi, sur le qui vive, prêt à tirer à la moindre menace.

J’entends soudain des voix. Ils sont plusieurs. Merde.

« Cache-toi.
- Mais papa…
- Tout de suite ! »

Et il obéit, il part se cacher derrière des arbustes et moi, je m’avance en direction des voix.

Noir.

Je suis à genoux, le canon d’un fusil posé sur ma tempe. Mon fils lui aussi à genoux, face à moi, le canon d’un fusil posé sur l’arrière de son crâne. Il est en larmes. Moi aussi. Ce n’est pas comme ça que ça s’est passé mais là, dans ma tête, c’est comme ça que je m’en souviens. Je me souviens de mon incapacité à le sauver. Je me souviens de mon impuissance.

« Papa…
- Billy… »

Et je me réveille en saursaut sur mon lit après avoir senti quelque chose sur mon épaule. En sueur, le cœur battant, il me faut quelques instants pour m’habituer à l’obscurité et surtout pour comprendre où je me trouve. Un rêve, ce n’était qu’un rêve. C’est là que je vois Cecil. Il semble figé dans le geste qu’il a fait. Mon regard va de son visage à son index et l’inverse. C’est lui qui m’a réveillé ? Parce que je l’ai réveillé ?

« Je t’ai réveillé ? » je souffle tout bas, histoire de ne pas réveiller les autres. « Excuse-moi. »

Sauf qu’il n’est pas dans son lit et qu’il est enroulé dans sa couverture.

« Tu ne dormais pas ? » je lui demande finalement toujours à voix basse. « Est-ce que ça va ? »

Moi pas vraiment. J’ai encore les images de mon fils à genoux. J’ai encore l’image de ce fusil contre son crâne. Des images irréelles qui se mélangent au réel. Mais au moins, Cecil m’a réveillé : il m’a épargné la suite du cauchemar.

Il m’a épargné.




(c) sweet.lips

_________________

FAITH

Faith isn't a feeling, it's a choice to trust God even when the road ahead seems uncertain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1399-feed-your-faith-and-your-fears-will-starve-to-death-mason http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1408-let-your-faith-be-bigger-than-your-fear-mason#51895
Invité
Invité

MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   Sam 29 Oct - 19:59

En prenant la décision de réveiller Cain, il fallait avouer que Cecil n’avait pas vu plus loin que le bout de son nez, et ce qui devait suivre, il ne l’avait pas du tout anticipé. Voilà pourquoi, quand l’homme se réveilla dans un violent sursaut, le garçon se retrouva pétrifié en plein geste, les yeux ronds comme un suricate aux aguets et le visage pâle, le sang ayant brusquement quitté son visage sous le coup du stress. Stress qui ne fit que monter devant la mimique interdite de Cain qui semblait jauger la situation comme pour se décider sur le sort de l’importun qui venait de le réveiller. Mais quand, finalement, il s’enquit doucement de l’état de Cecil, ce dernier, dans un court soupir, se détendit légèrement, rassuré. Il replia alors son bras contre lui, resserrant les pans de sa couverture autour de ses épaules, avant de secouer la tête en guise de réponse à Cain : non, il ne l’avait pas réveillé, et son protecteur en arriva d’ailleurs lui-même à cette conclusion. Soucieux de vouloir néanmoins le rassurer d’avantage sur le fait que Cain n’avait rien à se reprocher, Cecil se fendit carrément d’un léger sourire, tout en désignant rapidement la fenêtre où, sur le verre glacé et illuminé par la lune, on devinait encore une petite trace de buée, laissée là par son souffle alors qu’il avait contemplé l’extérieur. Oui, il allait bien ; du moins autant qu’il le pouvait. Il avait pu dormir, c’était déjà un bon point. D’ailleurs, maintenant qu’il était éveillé, il se sentait même frais comme un gardon, et il savait déjà qu’il se passerait de longues, très longues heures, avant que l’épuisement ne le gagne et qu’il puisse se laisser aller au sommeil. Au moins, il était content d’avoir été réveillé à ce moment-là, et d’avoir ainsi pu se rendre utile ; car n’allons pas croire que Cecil, dans son éternelle attitude d’extraterrestre, était si déconnecté des autres êtres humains que ça, au contraire : il pouvait parfois avoir ce feeling, cette compréhension silencieuse de l’autre, pour peu qu’on le laissât approcher suffisamment pour lui permettre de lire la surface d’une âme à travers des gestes, des regards, une voix. Et ce qu’il lisait là chez Cain, Cecil, c’était un remerciement ; il ne comprenait pas trop pourquoi, en revanche, mais il avait compris qu’il s’était rendu utile, et ça suffisait déjà pour l’apaiser un tant soit peu. Assez, même, pour le pousser à chuchoter :
« J’aime pas les cauchemars non plus. »
Instinctivement, il regarda par-dessus son épaule pour s’assurer que ses paroles, pourtant à peine audibles, n’avaient réveillé personne ; dans l’appréhension, il se tordait nerveusement les doigts, guettant le moindre mouvement, la moindre perturbation dans la mélodie calme et régulière des souffles au repos de leurs compagnons de quarantaine. Cecil sentit son rythme cardiaque s’accélérer ; il écrasa les paupières, secoua la tête puis la tourna de nouveau vers Cain.
« J’ai soif. T’as soif ? J’ai soif. »
Sans attendre la réponse de Cain, Cecil tourna aussitôt les talons et, d’un petit pas rapide et léger comme celui d’un gamin, détala vers la sortie. Laissant la porte du dortoir entrouverte derrière lui, il se dirigea alors vers les escaliers pour descendre au rez-de-chaussée, avant de prendre la direction de la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 27/09/2016
MESSAGES : 307
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Tom Payne || Miss B (avatar) - a bunch of gif hunt (gifs) - Beylin (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Rose || Randall || Morgan
POINTS : 456

STATUT CIVIL : Son cœur appartient au Seigneur. Il appartient aussi à une femme mais seule la concernée le sait.
ANCIEN MÉTIER : Il était aumônier militaire. Prêtre et militaire donc.
PLACE DANS LE CAMP : Pasteur. La place lui était toute attribuée et ce dès son arrivée au camp. Il aurait pu mettre ses autres capacités au service du camp mais même si on lui avait proposé, il aurait très probablement dit non. Aujourd'hui, l'arrivée d'Echo l'a obligé à accepter de faire autre chose en plus et il a finalement été désigné comme "homme à tout faire".
ARME DE PRÉDILECTION : Sa foi, mais quand elle ne suffit pas, son Sig Sauer P226 fait l'affaire.
ÂGE : 36 années passées sur cette planète mais physiquement, il est difficile de deviner son âge : il fait à la fois plus vieux et plus jeune, un véritable paradoxe à lui tout seul.


MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   Ven 4 Nov - 21:16



Lui non plus n’arrive pas à dormir correctement. C’est le cas de beaucoup d’entre nous mais que lui fasse des cauchemars, que lui ne puisse pas trouver le sommeil, que lui soit hanté, cela me dérange, cela me déplaît, cela me contrarie. Il me le confirme en secouant la tête après avoir ramené son bras contre lui et après s’être de nouveau correctement emitouflé dans sa couverture. Non, je ne l’ai pas réveillé. Donc il ne dormait vraiment pas. Il m’adresse un léger sourire, me désigne brièvement la fenêtre vers laquelle je me tourne et je l’aperçois, la petite trace de buée me prouvant qu’il était près de la vitre il y a encore quelques instants. Il a été réveillé mais pas par moi. J’ai envie de lui demander ce qui l’a réveillé mais je sais qu’il ne me répondra pas. On a beau avoir réussi à créer ce lien entre nous, cette attache, il reste encore très secret. C’est comme essayer d’approcher un animal blessé : il faut prendre son temps pour le mettre en confiance. Cecil il est blessé. Profondément blessé. J’ignore pourquoi exactement mais je le sais et il lui faudra du temps pour me faire confiance et se confier à moi. Ce temps, je vais le prendre parce qu’il compte, parce que je veux être là pour lui alors je serai patient. Je suis idiot de lui demander s’il va bien alors que la réponse est claire. Il ne va pas bien. Il va du mieux qu’il peut, c’est tout. Comme les autres. Comme moi. Et moi, en cet instant, je ne vais même pas du mieux que je peux : je vais mal. Ce cauchemar était terrifiant, horrifiant, abominable. Revoir la mort de mon fils est une chose. La revoir de façon détournée en est une autre et j’en ai encore la nausée.
 
Si Cecil ne m’avait pas réveillé…
Mais il m’a réveillé. Grâce au Ciel, il m’a réveillé et il m’a évité d’assister une fois encore au pire.
 
Cecil me souffle soudain tout bas que lui non plus n’aime pas les cauchemars et mes lèvres s’étirent doucement en un très fin et triste sourire. Qui aime les cauchemars ? Qui aime revoir les gens aimés et chéris se faire tuer encore et encore ? Je sais qu’à sa façon, il essaye de me calmer, de me rassurer, de me faire comprendre qu’il comprend, qu’il sait. Oui, il sait. En toute honnêteté, je préférerais qu’il ne sache pas, mais il sait. Il regarde soudain par-dessus son épaule, s’assure en fait que nous n’avons réveillé personne et c’est le cas : les autres dorment. Même Cullen, une fois n’est pas coutume. Peut-être que cette nuit il va échapper aux cauchemars… Je reporte mon attention sur Cecil quand je le vois s’agiter un peu, je le vois se tordre les doigts et aussitôt je m’inquiète : qu’est-ce qui se passe ?  Il se tourne vers moi et alors que j’ouvre la bouche pour lui demander ce qui lui arrive il m’annonce soudain qu’il a soif, me stoppant ainsi net dans mon élan. Il me demande si j’ai soif. Puis il répète qu’il a soif avant de filer, direction la porte de sortie du dortoir improvisé sans plus attendre. Il ne me faut pas longtemps pour me lever, enfiler un t-shirt et le suivre de près. Lorsque j'arrive en bas des escaliers, je vois Cecil franchir la porte de la cuisine. La lumière qu'il allume m'aveugle un instant, je m'étais fait à l'obscurité, puis finalement je pénètre à l'intérieur de la cuisine. La vérité c'est que là, tout de suite, je boirais bien une bière mais pas d'alcool en quarantaine. Je m'appuie contre le plan de travail et observe Cecil, d'abord en silence. J'hésite : est-ce que je lui demande de quoi il a rêvé ? Non. S'il se braque... Je ne veux pas qu'il se braque.

« Est-ce que tu réveilles souvent la nuit ? » je termine par lui demander.

Je ne demande pas ce qui le réveille, je demande simplement s'il se réveille souvent la nuit. Ce n'est pas trop invasif comme question, enfin, pas à mon sens.

« Tu sais, si tu as besoin, tu peux me réveiller. Si jamais ça ne va pas. »

Même si je ne sais pas ce qui le réveille, si jamais ça lui arrive souvent, si jamais il panique durant la nuit, je veux qu'il sache que je peux être là, si besoin.

J'essaye juste d'être là pour lui.
 




(c) sweet.lips

_________________

FAITH

Faith isn't a feeling, it's a choice to trust God even when the road ahead seems uncertain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1399-feed-your-faith-and-your-fears-will-starve-to-death-mason http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1408-let-your-faith-be-bigger-than-your-fear-mason#51895
Invité
Invité

MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   Lun 28 Nov - 21:10


Cecil comprit aux bruits qu’il entendit avant de franchir la porte que Cain s’apprêtait à le suivre ; il savait que c’était cet homme avec qui il se sentait en sécurité, et personne d’autre, qui avançait dans son dos. Pourtant, le garçon sentit un frisson glacé remonter le long de sa colonne vertébrale et, inconsciemment, il accéléra le pas, sa marche se faisant plus précipitée, plus raide et son souffle, plus court et sifflant dans ses narines dilatées. Il manqua de s’étaler en trébuchant sur la dernière marche de l’escalier mais se rattrapa tout juste à la rampe et y resta accroché en effectuant un 180 degrés dans le couloir pour prendre la direction de la cuisine. S’appuyant de l’épaule contre la porte, il ouvrit cette dernière et se rua presque sur l’interrupteur de la lumière ; Cecil savait qu’il fallait économiser le courant le plus possible et qu’en l’occurrence, il aurait dû s’en tenir à la seule lueur de la lune qui éclairait déjà pas mal la pièce par la fenêtre mais il n’avait pas pu s’en empêcher, il avait besoin de lumière, il avait besoin de ne plus être dans le noir, de chasser les ténèbres, autour de lui et dans sa tête.

Cecil fila vers le comptoir et sortit du placard deux verres, en prévision de l’arrivée de Cain qu’il guettait d’une oreille tendue. Bientôt, l’homme fut à ses côtés, à distance respectable néanmoins. Cecil ne releva pas les yeux, s’affairant à faire couler l’eau dans l’évier, un doigt sous le jet pour en vérifier la température : il attendait qu’elle fût glacée. Il gardait toujours les yeux rivés sur les verres, qu’il remplissait lentement, alors que Cain prenait la parole.

Le garçon coupa finalement l’eau et le silence se fit, brisé juste une fois par le délicat cliquetis des verres remplis qu’il déposa sur le comptoir. Il continua de les fixer un moment, avant de secouer lentement la tête.
« Non, » répondit-il finalement.
Ce n’était pas un mensonge : Cecil ne se réveillait pas souvent la nuit puisque, tout simplement, il dormait rarement la nuit. Le plus souvent, il devait attendre que l’épuisement le gagne, et si le soleil était encore couché, il lui arrivait parfois même de lutter jusqu’à son lever pour finalement se laisser sombrer. C’était paradoxal puisque, en journée, les autres étaient réveillés, libre de faire selon leur bon vouloir… mais la journée, Cain aussi était réveillé, et Cecil savait qu’il y avait au moins une personne qui pouvait intervenir si besoin se faisait.

Enfin, le jeune homme releva les yeux vers son protecteur. À nouveau, il laissa passer un long silence avant de lâcher avec une platitude résolue :
« Ça va. »
Là encore, ce n’était pas tout à fait un mensonge ; bien sûr, au fond de lui, Cecil était brisé mais là, maintenant, tout de suite, ça allait. La panique était passée, Cain était là face à lui et les autres dormaient. Pour l’instant, ça allait.

Cecil regarda finalement par la fenêtre tout en prenant son verre d’eau ; du bout des lèvres, comme un oiseau, il prit une petite gorgée.
« On sort bientôt, » murmura-t-il au bout d’un moment.
Il tourna la tête vers Cain et, dans son regard de chiot perdu, on pouvait y deviner une question. Cecil ne la poserait pas, néanmoins, pour lui, elle était évidente à travers ses paroles : on sort bientôt… et qu’est-ce qui se passe après ? Où est-ce qu’on va ? Où est-ce que tu vas et où est-ce que je vais moi ?

Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 27/09/2016
MESSAGES : 307
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Tom Payne || Miss B (avatar) - a bunch of gif hunt (gifs) - Beylin (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Rose || Randall || Morgan
POINTS : 456

STATUT CIVIL : Son cœur appartient au Seigneur. Il appartient aussi à une femme mais seule la concernée le sait.
ANCIEN MÉTIER : Il était aumônier militaire. Prêtre et militaire donc.
PLACE DANS LE CAMP : Pasteur. La place lui était toute attribuée et ce dès son arrivée au camp. Il aurait pu mettre ses autres capacités au service du camp mais même si on lui avait proposé, il aurait très probablement dit non. Aujourd'hui, l'arrivée d'Echo l'a obligé à accepter de faire autre chose en plus et il a finalement été désigné comme "homme à tout faire".
ARME DE PRÉDILECTION : Sa foi, mais quand elle ne suffit pas, son Sig Sauer P226 fait l'affaire.
ÂGE : 36 années passées sur cette planète mais physiquement, il est difficile de deviner son âge : il fait à la fois plus vieux et plus jeune, un véritable paradoxe à lui tout seul.


MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   Jeu 22 Déc - 17:40



Je m'inquiète pour lui. C'est plus fort que moi. Je l'aime comme s'il était mon gosse. Pourtant, il est plus vieux que mon aîné mais c'est comme ça. Je ne vois pas un homme quand je regarde Cecil, je vois un adolescent, un en devenir certes, mais un adolescent. Je vois cette fragilité. Je vois cette peur de ce monde tel qu'il est aujourd'hui. Et c'est parce que je vois ça que j'ai cette envie de le protéger. Je ne saurais expliquer pourquoi il a éveillé ça en moi. D'autres auraient pu avant lui. J'en ai croisé des garçons, des filles, plus jeunes que lui, mais aucun d'entre eux n'a éveillé ce sentiment d'amour paternel comme Cecil a su le faire dès le premier regard. Je me suis raccroché à la ressemblance physique entre lui et Tyler mais non, je sais aujourd'hui que c'est autre chose. Quoi, je ne sais pas, mais cela ne s'arrête pas à la simple ressemblance entre mon aîné et Cecil. Cela va bien au-delà. Alors je m'inquiète. C'est parce que je m'inquiète que je lui demande s'il lui arrive souvent de se réveiller au milieu de la nuit de cette façon. S'il passe des nuits blanches il ne va jamais récupérer. Il finit cependant par me répondre que non. Je hoche doucement la tête, rassuré. C'est déjà ça. Comme un con, je ne me rends pas compte qu'il y a autre chose sous ce « non ». Comme un con, je crois simplement qu'il parvient à dormir alors qu'en fait, pas tant que ça mais je ne peux pas le savoir. Je ne peux pas le deviner. Je ne pourrais le voir que si je ne dormais pas la nuit mais je dors. Je me réveille souvent, c'est vrai, mais je dors.

J'ai cette chance de parvenir à trouver le sommeil malgré tout.

Cecil termine par relever son regard vers moi et j'accueille son geste avec un petit sourire que j'espère assez doux, assez chaleureux. Il me regarde en silence puis termine par me dire que « ça va ». En réponse, je fronce légèrement les sourcils. Autant je crois qu'il parvient à dormir la nuit, autant l'entendre me dire que ça va... On peut dire que ça ne prend pas vraiment. Non, il ne va pas bien. Il va mieux mais pas bien. Moi non plus d'ailleurs. Au moment où Cecil détourne le regard vers la fenêtre je fais de même, pensant intérieurement au fait que je n'aille justement pas très bien moi non plus. Je parviens à faire face mais pour combien de temps ? Et quelle utilité je vais avoir à Cecil si je finis par craquet par sombrer ? Les idées sont toujours là, elles guettent, elles essayent de faire leur chemin et risquent bien d'y parvenir un jour.

« On sort bientôt. » j'entends soudain Cecil murmurer.

Je reporte mon regard sur lui au moment où lui-même tourne son visage vers moi. Je perçois ce qui se cache derrière sa question : les mêmes interrogations que je garde à l'intérieur. Et après ? Là, nous sommes en quarantaine, c'est à présent un terrain connu. Même si j'ai envie de sortir, nous sommes dans notre bulle ici et en sortir... Oui, ça va être compliqué, pour lui comme pour moi à n'en pas douter. J'ai cependant la chance d'avoir déjà vécu cette situation : je sais plus ou moins ce qui nous attend, en tout cas concernant certaines choses. Je me racle la gorge.

« On va bientôt sortir oui. » je termine par lui dire tout bas. « On va aller vivre dans une maison. » j'ajoute en m'appuyant contre le mur pour faire face à Cecil. « La première fois que je suis venu vivre ici, j'ai partagé une maison avec plusieurs personnes, un peu comme on fait ici finalement. » A la différence qu'une fois hors de quarantaine, on peut sortir quand on veut. « Donc j'imagine que ça va être la même chose. »

J'observe Cecil en silence quelques instants avant de poursuivre.

« Si tu veux hum... » Et voilà que je me retrouve comme un con à hésiter, pas parce que je ne suis pas sûr de ce que je veux lui dire mais surtout parce que je ne suis pas sûr de sa réponse. « On peut demander à être installés tous les deux dans la même maison. » Petit silence. « J'aimerais bien. » j'ajoute finalement. « Mais t'es pas obligé. »

Je ne voudrais pas qu'il se force. Bien sûr que je préférerais qu'on vive sous le même toit, bien sûr que ça me ferait plaisir d'essayer de construire quelque chose, un semblant de famille même mais pas si lui ne le veut pas. Et dans le fond, ce serait sans doute mieux qu'il ne le veuille pas car je ne suis sans doute pas le mieux placé pour lui servir de famille.

Là, pour le coup, je suis un monstre d'égoïsme.



(c) sweet.lips

_________________

FAITH

Faith isn't a feeling, it's a choice to trust God even when the road ahead seems uncertain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1399-feed-your-faith-and-your-fears-will-starve-to-death-mason http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1408-let-your-faith-be-bigger-than-your-fear-mason#51895
Invité
Invité

MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   Jeu 5 Jan - 3:33

Il sembla à Cecil que le temps n’en finissait pas de s’écouler alors qu’il attendait la réponse de Cain, et vint un moment où il commença même à se dire qu’il n’en aurait pas, que son protecteur n’avait pas compris, comme tant d’autres : on ne le comprenait jamais vraiment, Cecil. Et il n’en voulait à personne. Le nez dans son verre, le garçon, résigné, le but d’un coup et était sur le point de le déposer dans l’évier, tournant le dos à Cain, quand ce dernier prit enfin la parole. « Enfin », c’était un bien grand mot ; ce n’était que d’insignifiantes secondes qui s’étaient écoulées mais pour Cecil, cela avait semblé durer une éternité.

La voix de l’homme dans son dos le glaça malgré lui et, vivement, il se tourna vers lui, les mains instinctivement serrées sur le ventre comme pour se défendre. Il s’en voulut aussitôt de présenter cette image à cet homme qui, il le savait, ne voulait que son bien, d’autant plus à l’écoute de sa voix, basse, mais paisible, comme le murmure lointain d’un ruisseau. Inspirant et expirant profondément, Cecil se concentra sur ce rythme et, peu à peu, desserra les mains de son ventre pour les laisser retomber le long de son corps. Pourtant, il resta encore un moment crispé, dans l’appréhension des paroles de Cain qui, jusqu’ici, s’en tenait à des explications sur comment se passait la sortie de quarantaine. Rien que Cecil ne sût pas, en somme, car Jillian, sa baby-sitter, lui avait déjà patiemment expliqué le processus.

Et puis ce fut le silence. Et plus rien ne venait. Et encore une fois, Cecil se dit que Cain n’avait pas compris. Et ce n’était pas grave. C’était comme ça.

Le garçon baissa les yeux, penaud. Peut-être que l’homme avait compris, mais qu’il n’avait juste pas envie de s’encombrer de lui. Et ce n’était pas grave. C’était comme ça. C’était normal. Il avait l’habitude, Cecil.

Prenant une inspiration, il s’apprêtait à faire un pas pour se diriger vers la sortie lorsque la voix de Cain brisa à nouveau le silence et Cecil releva vivement la tête vers lui. Il resta un moment, presque parfaitement immobile, le fixant de ses grands yeux de chiot, tandis que les informations tourbillonnaient dans son esprit en une cacophonie assourdissante et dans laquelle, il crut finalement percevoir la voix de Sam qui riait de joie en scandant : Mon petit frère a un papa ! Mon petit frère à un papa !

Cecil cligna bêtement des paupières et sortit de sa transe, l’air interdit et une boule au ventre sur lequel il crispa à nouveau une main, baissant les yeux pour regarder ses doigts qui pianotaient nerveusement en s’enfonçant chacun leur tour dans les plis de son sweatshirt trop grand. Lentement, il ouvrit et referma la bouche, plusieurs fois de suite, avec de petits bruits de poisson.

Enfin, il releva la tête, et si ses lèvres n’étaient pas étirées, on pouvait sans s’y méprendre deviner un sourire dans la lueur de ses yeux.
« J’aimerais bien aussi. »
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 27/09/2016
MESSAGES : 307
IDENTITÉ : Miss B.
FACECLAIM : Tom Payne || Miss B (avatar) - a bunch of gif hunt (gifs) - Beylin (code signature)
MULTILINKS : Yancy || Rose || Randall || Morgan
POINTS : 456

STATUT CIVIL : Son cœur appartient au Seigneur. Il appartient aussi à une femme mais seule la concernée le sait.
ANCIEN MÉTIER : Il était aumônier militaire. Prêtre et militaire donc.
PLACE DANS LE CAMP : Pasteur. La place lui était toute attribuée et ce dès son arrivée au camp. Il aurait pu mettre ses autres capacités au service du camp mais même si on lui avait proposé, il aurait très probablement dit non. Aujourd'hui, l'arrivée d'Echo l'a obligé à accepter de faire autre chose en plus et il a finalement été désigné comme "homme à tout faire".
ARME DE PRÉDILECTION : Sa foi, mais quand elle ne suffit pas, son Sig Sauer P226 fait l'affaire.
ÂGE : 36 années passées sur cette planète mais physiquement, il est difficile de deviner son âge : il fait à la fois plus vieux et plus jeune, un véritable paradoxe à lui tout seul.


MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   Lun 9 Jan - 19:46



Alors que le silence s'installe, je repense soudain aux mots d'Ashley. Je repense à ce qu'il m'a dit, à la violence de ses mots et à leur vérité parce que j'y ai cru. J'ai cru être toxique. Je l'ai véritablement cru. Et puis il y a eu Cecil et maintenant... Eh bien maintenant, j'ai l'impression de ne plus être si toxique que ça. Je sais que je le suis encore et j'ai souvent peur de contaminer Cecil, de ne pas être capable de le mener sur le droit chemin pour en faire un type bien et fort, j'ai souvent peur de ça mais en même temps, à son contact, je suis mieux. A son contact, je deviens quelqu'un de meilleur, sans doute parce qu'il éveille en moi des choses qui avaient disparu en même temps que Billy, mon dernier fils à perdre la vie. Alors, même si j'ai mal, même si c'est difficile, même si je sais que je ne mérite pas de vivre je m'accroche, je m'accroche à Cecil, je m'accroche à cet espoir qu'à un moment donné, les choses vont changer. Que tout n'est pas foutu. Ni pour moi. Ni pour lui. Alors j'attends sa réponse. Je l'espère positive. J'espère qu'on va sortir de ce trou, ensemble, qu'on va se reconstruire, ensemble. Cecil m'observe, visiblement surpris par ma proposition et moi d'esquisser un petit sourire empreint d'une douceur qu'on ne m'associe que trop peu, une douceur que je n'ai jamais réservée qu'à mes enfants en fait.

Un douceur que j'ai envie de lui donner, à lui.

Puis, il termine par cligner des paupières avant de baisser les yeux. Il semble nerveux. Je crois... J'ai beaucoup de mal à lire en lui mais ça viendra, s'il me laisse une chance de le faire. Ils enfoncent ses doigts dans les plis de son t-shirt, il ouvre la bouche puis la ferme et, en le voyant dans cet état, l'envie me prend de lui dire qu'il n'a pas besoin de me répondre tout de suite, qu'il peut parfaitement prendre le temps d'y réfléchir, que rien ne presse. Et puis, j'ai aussi envie de lui répéter qu'il n'y a aucune obligation : je ne veux pas qu'il se force. Je n'ai cependant pas le temps de le faire qu'il relève son visage vers moi et ce que je vois dans ses yeux fait battre mon cœur de père : ils brillent d'une lueur que je ne lui connais pas mais d'une leur que je connais malgré tout. Son visage garde cette impassibilité et cette distance, ses lèvres également puisqu'elles sont résolument étirées en cett fine ligne mais ses yeux, eux... Ils sourient, à n'en pas douter. Et, finalement, voilà qu'il me répond qu'il aimerait bien aussi. Ce à quoi je réponds par un sourire plus large encore.

« Alors on fera ça. » je lui dis, la voix teinté de douceur à l'instar de mon regard.

Oui, on fera ça. On sortira de quarantaine, on s'installera dans une maison et on fera en sorte de s'en sortir.

« Retournons nous coucher. »

En tout cas, on essaiera.
De s'en sortir.



(c) sweet.lips

_________________

FAITH

Faith isn't a feeling, it's a choice to trust God even when the road ahead seems uncertain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1399-feed-your-faith-and-your-fears-will-starve-to-death-mason http://nottomorrowyet.forumactif.org/t1408-let-your-faith-be-bigger-than-your-fear-mason#51895
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: into the void :: w/cain   

Revenir en haut Aller en bas
 
into the void :: w/cain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: