cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

  cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094

STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Mar 18 Oct - 17:54

Cría cuervos se te sacarán los ojos
/ ASH & DANI /

Dis, tu connais pas une Daniela Villalobos ?
Mains dans les poches et pupilles assombries sous mes sourcils crispés, je trace mon chemin d’un pas à la fois rapide et traînant vers la quarantaine, me ressassant cette question que j’ai dû entendre au moins dix fois depuis le début de la journée. Daniela. Villalobos. Quand le monde est petit, il ne perd jamais de temps pour vous le rappeler. Alors forcément, une fois que cette nouvelle arrivante a été officiellement dénommée, j’ai été le premier à être mis au courant. J’en ai aussitôt parlé à ma mère, qui s’est trouvée d’abord aussi perplexe, puis pragmatique que moi : Villalobos est un nom relativement courant chez les hispaniques, ça pourrait être n’importe quelle chica venue d’Amérique du Sud, ou même d’Espagne, voire de n’importe où, en fait, paie ton melting pot. Je m’attends aussi bien à me retrouver face à une brunette de poche qu’à une sauterelle suédoise ; je suis bien placé pour savoir que l’habit ne fait pas le moine.

Je me retrouve ainsi devant les portes de la quarantaine par acquis de conscience, mais surtout dans un certain état de blasement ; comme si c’était crédible qu’un membre jusqu’alors inconnu de la famille Villalobos pointe par le plus grand des hasards son nez à Astoria… Ah, elle est  bien bonne celle-là. Et pourquoi pas un gosse caché, tant qu’on y est ? Instinctivement, je tapote le bois de la porte du plat de la main avant de l’ouvrir.

Je n’ai pas fait dix pas dans le hall que je me fais sauter sur le paf par l’un de mes collègues baby-sitter qui se met à me piailler avec enthousiasme dans les oreilles. Je me fends d’un sourire poli mais crispé ; il est trop tôt pour supporter dans l’aisance totale les babillements incessants de ce jeune cacatoès décidément un peu trop collant à mon goût. Mais j’ai une réputation de brave gars à maintenir, alors je m’efforce de lui répondre, rapidement mais sympathiquement, m’enquérant de ses proches, de son travail et de la santé, la sainte trinité. Jusqu’à ce que :
« Ooooh, au fait Ash ! » couine-t-il en me donnant une petite tape sur le bras. « Tu connais pas une Daniela Villalobos ? »
Je pile. Mes lèvres se pincent à tel point qu’elles disparaissent, mes narines se dilatent, et mes poings se serrent jusqu’au blanchissement de mes phalanges. Je n’ai ni le temps de songer à me contenir, ni même de prendre une inspiration que je lui aboie dessus :
« NO, CHINGA ! JE CONNAIS PAS DE DANIELA VILLALOBOS ! MIERDA À LA FIN !!! »
Et c’est alors qu’il se fait tout petit face à ma colère que je la vois, à seulement quelques mètres dans son dos. On n’a pas été présentés, on ne s’est pas encore adressé la parole, mais je vois dans son regard qui s’ancre au mien avec un amusement non dissimulé et qui éveille en moi une étrange familiarité, que cette brunette de poche ne peut être que ma fameuse homonyme. Je cligne des yeux puis, mettant un poing devant ma bouche, m’éclaircis la voix pour me redonner contenance.
« Ahem. Mes excuses, vieux, » dis-je en mettant une claque virile dans le dos de mon collègue. « Je me suis levé de la couille gauche ce matin. »
Je n’attends pas sa réponse et le pousse fermement mais en toute affection sur le côté afin de me libérer le passage, et m’avance vers la chica. Je m’arrête à un petit mètre d’elle, la regardant droit dans les yeux sans pouvoir dissimuler la curiosité quelque peu tendue qui m’habite. Puis, je lui tends la main.
« Ashley Villalobos. »

_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
Invité
Invité

MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Mer 19 Oct - 2:54

Cría cuervos se te sacarán los ojos
/ Ashley & Daniela  /
Si elle s'était volontiers nommé lors de l'entretien d’accueil, Dani c'était quand même bien gardé de spécifier la possible présence d'autres représentants de sa famille à Astoria. Simple précaution, car elle ne savait pas. C'était totalement possible que son padre, sa tía ou encore son primo ne soient pas apprécié ici, et si c'était le cas, elle ne voulait surtout pas être associé à eux dès son arrivée. #espritdefamille

La jeune femme préférait nettement aviser d'abord et s'ajuster ensuite. C'était de l'instinct de survie, un instinct qu'elle avait eu tout le loisir d'exploiter à fond dernièrement. Et fallait dire qu'elle s'en était plutôt bien sortie. Puis, de toute façon, si Villalobos il y avait dans cette forteresse/ville/refuge, ou qu'importe comment ils la nommaient, quelqu'un allait bien se charger de mettre les ponts là où il devait y en avoir. Elle n'avait qu'à attendre. Ce qu'elle fit, -ce n'est pas comme si elle avait vraiment le choix d'un autre côté-, en espérant inconsciemment voir Estéban débarquer devant elle. Et elle allait être bien déçu la chica. Sans mauvaise foi. Parce que, non, ce n'était pas la silhouette de son père qui divinement apparu sous ses yeux, ni même la silhouette d'un quelconque mexicain d'ailleurs, même qu'elle finit par se dire, nada, il n'était pas là pour elle. Et ce même après que le goéland ait hurlé son nom à en faire décrocher le Saint Padre de sa branlette du haut de son nuage. Mierda, perdón.

Ainsi, quand le gringo planta sa pousse devant elle, Dani ne pu que cligner bêtement des yeux. Encore d'avantage quand il décréta s'appeler "Ashley Villalobos". Ce qui était pourtant bien le nom qu'Estéban lui avait donné il y a quelques lustres quand il lui avait dit de venir ici. Médusée, Dani baissa les yeux vers la main tendue, avant de reporter son regard dans le sien. Lui, son cousin? Ha ha? Que nenni! Ce type devait avoir les baloches plus blanches que celles d'un singe albinos. Que devait-elle faire? Partir à courir? Lui mettre une baffe?

Elle tendit la main pour prendre la sienne, en ayant l'air d'avoir vu passer une truite, pour l'occasion.

«Estefania Romero» répondit-elle platement et innocemment, étant quand même un poil amusé à l'idée de lui casser le rail sous la roue.

Accessoirement, ça lui laissait aussi le temps d'analyser la couille. Cet imposteur essayait de se faire passer pour son primo, qu'il avait probablement tué pour lui voler cette identité. Oh ça n'allait pas se passer comme ça, non. On ne la lui faisait pas à elle. Non monsieur!

« Et tu vas me dire que t'es "portoricain", sorte. » qu'elle l'accusa sans détour, d'un ton tirant sur le sarcasme et cadré de fufu bien éloquent.


Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094

STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Jeu 20 Oct - 0:46


Il y a de ces moments de flottement où la gêne est si palpable qu’elle semble vous prendre aux tripes comme une manœuvre de Heimlich, et où le temps s’étire assez pour vous laisser tout le loisir de vous repasser au moins trois fois ce que vous venez de dire pour y déceler jusqu’à la plus petite couille possible — et, si vous avez beaucoup de chance, vous pouvez même remonter plus loin pour aller rechercher toutes les conneries que vous avez pu déblatérer au cours de votre vie entière et qui vous ont inéluctablement amené jusqu’au moment présent, foutu karma. Et je suis donc, si vous ne l’aviez pas encore compris, en plein dans un de ces moments, seulement je n’imagine pas à quel point j’y suis profondément, jusqu’à ce que la chica ne me prenne finalement la main et se présente, me faisant bondir les sourcils si rapidement qu’ils en feraient presque un salto arrière. Malgré moi, la mâchoire me tombe sur les clavicules et je reste positivement con face à elle, ne sachant quoi répondre sous le coup du choc et de la honte — voilà, je repère une latina et je pars directement du principe que ce doit être celle que je suis venu voir, racist much ? J’aurais dû rester sur l’idée de la sauterelle suédoise, tiens. Je referme la bouche et m’efforce de reprendre contenance en lui rendant sa poignée de main, qui reste brève et distante.
« Enchanté, » réponds-je d’une voix un peu rauque d’embarras.
Je roule rapidement des yeux de droite à gauche, comme m’attendant à voir surgir de nulle part un quelconque sauveur ou, encore mieux, la Villalobos mystère, quand la brunette se fend d’une réflexion qui me fait tourner la tête vers elle d’un geste sec, m’en faisant craquer les vertèbres de la nuque. Je sens la couleur quitter mon visage, tandis que je serre les poings à en trembler et que mes lèvres se pincent jusqu’à ne plus être qu’un mince trait cramoisi. Inspirant profondément pour m’efforcer de garder mon calme — ça va, ça va, c’est pas sa faute, elle peut pas savoir, calma Ash, caaalmaaa — je souffle ensuite longuement et doucement par la bouche, avant de répondre entre mes dents, dans ma langue maternelle :
« J’ai peut-être déteint au lavage, mais ici, y’a pas plus sureño que moi, alors ne t’y fies pas, chica. » Sans rancune, je lève les mains, paumes vers elle. « Et pardon pour la méprise, je croyais que… »

« Hé mais, » m’interrompt mon collègue trop bavard qui décidément n’a peur de rien, s’adressant à mon interlocutrice, « t’avais pas dit que tu t’appelais Daniela ? »
Je fronce les sourcils, perplexe, avant d’interroger la jeune femme du regard, clairement dans l’attente d’explications.

_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo


Dernière édition par Ashley Villalobos le Mar 1 Nov - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
Invité
Invité

MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Ven 21 Oct - 20:23

Cría cuervos se te sacarán los ojos
/ Ashley & Daniela  /
Daniela hésita. Était-il possible qu'un mexicain puisse déteindre au lavage? Elle en doutait. Cet homme était un imposteur, ou alors sa tía avait roulé sa bosse chez un gringo pour réussir à débouler d'un garçon albinos de ce genre. Ce qui la faisait douter de sa théorie du complot? Il avait la langue un peu trop juste pour n'être qu'un gringo prétendant à être mexicain. Mais Villalobos ou pas, l'homme resta tel une morue devant un mosquito, quand elle détourna volontairement la rencontre familiale à laquelle il s'attendait, en se présentant sous ses deuxièmes noms. C'était qui qui avait pas l'air malin là hein? Bien fait pour ce zouave. Et pardon, s'il était vraiment son primo. Dans tous les cas, elle ne pu retenir un sourire satisfait face à sa réaction. Elle n'était pas qu'à moitié fière, non monsieur. On ne pouvait pas la test, un point c'est tout.

Elle l'avait bien grillé, et elle venait aussi de bien se faire griller quand l'autre pecnot débarqua, tout jacasseur. La jeune femme plissa les yeux en le fusillant du regard. Est-ce qu'elle s'appelait Daniela? Est-ce qu'elle avait une putain de tête à s'appeler Daniela?!! Ouais okay, d'accord. Mais quelle endive débile celui-là! Sa mère ne lui avait jamais apprit à se la fermer? Les mères caucasiennes, mais quelle farce oui! Ce n'était pas une mamá mexicana qui lui aurait apprit ce genre de manière, gilipollas! Et elle hein, elle avait l'air de quoi maintenant? D'un chat qui essayait de passer dans un trou de souris et qui s'y prenait le cul? Elle se devait de rattraper le coup.

«Je m'appelle Daniela Estefania Villalobos Romero, entiendes? Por favor, gracias!» répondit-elle sèchement à l'andouille, ouvrant la main devant son visage, pour ensuite la refermer en mimant un bec, ou en langage commun; ferme ta gueule.

Après quoi, elle reporta son attention sur son prétendu blafard cousin. Naturellement, elle étira un sourire se situant quelque part entre emmerdée et emmerdeuse.

« Si t'es vraiment un Villalobos, alors vas-y, dis-moi le code secret de la familia. » déclara-t-elle avant de hausser le sourcil d'un air accusateur. Évidemment, code il n'y avait pas, mais elle voulait bien le voir battre des ailes encore un peu. 


Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094

STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Mer 26 Oct - 18:47


Nouveau moment de flottement, pendant lequel les trois pigeons de la farce que nous sommes échangeons des regards tantôt confus dans le cas de mon collègue, tantôt expectatif dans le mien et tantôt frustré dans celui de… Daniela. Pinçant les lèvres, je masque un sourire à la fois de satisfaction face à son esbroufe vite tuée dans l’œuf et l’air de vautour à qui l’on aurait volé sa carcasse du dimanche que ça lui donne, mais aussi d’amusement, à la voir si férocement renvoyer son délateur sur les roses, qu’elle fixe d’un tel regard diabolique que je l’imaginerais presque le choper pour le jeter dans un chaudron et l’y faire bouillir avec de la bave de crapaud, des yeux de tritons et le sang d’une vierge, caressant son chat noir dans un gloussement machiavélique en attendant que sa friandise soit bientôt cuite à cœur. Redoutable. Et en toute honnêteté ? À sa place, j’aurais fait pareil. Pas de pitié pour les mouchards.

Me peignant d’un air grave, je regarde mon collègue et hoche lentement la tête, sans laisser savoir à mes interlocuteurs si j’approuve les dires de mon homonyme ou si je me donne juste l’air de celui qui contrôle la situation :
« Je crois que la señorita et moi, on ferait mieux de discuter… seuls. » termine-je en appuyant sur ce mot dans un gros sous-entendu qui met néanmoins quelques secondes à se faire capter par le radar du mouchard de service.

« Hein… ? » qu’il hulule, avant que, soudain, ses sourcils ne bondissent sur des yeux ronds comme des citrouilles dans un air de révélation divine. « AH ! Ah oui, d’accord, évidemment. Je… vous laisse, alors. Euh… Hasta la prochainas, et tout ce qui va avec. »
Sur ce, il recule de quelques pas, nous observant tour à tour comme s’il s’attendait à nous voir nous transformer en chauve-souris vampires, avant de finalement pivoter sur ses talons et de sortir. Je me tourne alors vers Daniela dans un soupir :
« ¡Adiós, muy buenas! »
Je la toise un instant, fronçant légèrement les sourcils et me pinçant le bout de la barbe entre les doigts, l’air d’être dans une intense réflexion, alors qu’elle me piaille une histoire de code secret. Je laisse passer un moment de silence presque grave, avant de rouler des yeux vers le plafond tout en ricanant narquoisement.
« Peut-être que dans la tienne vous en avez un mais dans ma famille, y’a pas de code secret. » Croisant les bras, je secoue la tête. « Détend-toi, Daniela. Je suis pas là pour jouer les épouvantails. Je suis juste venu, hmm… » J’esquisse une petite moue dubitative. « Par acquis de conscience, disons. Mais je me fais pas de film : Villalobos est un nom courant, et non seulement je connais tous les membres de la famille qu’il me reste, mais en plus, je crois plus aux coïncidences qu’aux jeux du destin. » Pragmatique, j’écarte les mains. « On a le même nom, soit. Ça veut pas dire qu’on est de la même famille. »

_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
Invité
Invité

MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Dim 30 Oct - 0:38

Cría cuervos se te sacarán los ojos
/ Ashley & Daniela  /
Hasta la prochainas dans son cul oui. Dani allait lui faire danser le jambalaya sur des cactus s'il n'avait pas débarrassé le cosmos dans les minutes qui suivaient. Façon de parler. Elle ne voulait pas se faire jeter dehors non plus. Fallait être gentille, douce et mignonne, jusqu'à ce qu'on lui ouvre les portes de la quarantaine, après quoi, elle allait pas se gêner, non. Pour l'instant, elle se contenta de garder son regard solidement vrillé sur l'andouille jusqu'à ce qu'il daigne bien tourner les talons pour dégager. Dani soupira en roulant bien rondement les yeux, reportant son regard blasé sur le nommé Ashley. Il faisait du sens que si Estéban lui avait parlé d'eux, il avait oublié de leur parler d'elle en retour. Pourquoi ce n'était pas surprenant? Parce que son père, il n'était sûrement pas aller se vanter d'avoir une fille. Et d'ailleurs, s'il n'avait pas été son padre, elle aurait bien eu envie de lui manquer de respect.

Mais voilà que son vilain petit canard blanc claqua du bec, déclarant que sa famille à lui n'avait pas de code secret. La brunette eu bien envie de lui jacter que c'était peut-être parce qu'il était adoptado, mais comme au fond, il n'y en avait pas de code, elle était aussi bien d'éviter d'enfoncer le sujet à un niveau où elle n'arriverait plus à lui faire revoir surface. Elle pinça plutôt les lèvres d'un air qui se voulait nullement impressionné. C'est qu'elle lui en collerait bien un d'épouvantail. "Détends-toi Daniela", mais va chier! Elle était parfaitement détendu! Ceci dit, son envie de le baffer se transférera aussitôt à un sourire quand il déclara qu'il connaissait bien tous les membres de sa famille, les coïncidences blah blah, le destin blah blah. S'il savait. Dani hocha platement la tête pour approuver ses dires.

« Non t'as raison, ça veut pas dire qu'on est de la même famille. » Sur un ton égal, ne traduisant pas la moindre émotion. « Mais moi j'ai de la famille ici, c'est la seule raison pour que je sois monté vers le nord, plutôt que descendu vers le sud. » Qui veut aller au nord de toute façon? Personne ne va jamais vers le nord, parce que tout le monde sait ce qu'il y a au nord, winter is coming, shit like that.

Dani haussa les épaules.

« Mais puisque t'es là, tu peux peut-être avoir "l'acquis de conscience" de me dire si y'a un Estéban ici? »  Parce que voilà, c'était bien fun de se payer sa tête, mais fallait en venir au sujet.




Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094

STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Mer 2 Nov - 3:06


J’ai l’air si sûr de moi ; alors pourquoi j’ai les entrailles qui dansent le flamenco comme si j’avais bouffé un mauvais rutabaga ? Je fais le compte : il n’y avait rien de douteux dans mon petit déjeuner, j’ai pas la gueule de bois, ni de carton, aux dernières nouvelles je ne suis pas malade, et j’ai été sur le trône comme un gentil garçon ce matin. Reste le mauvais pressentiment, celui qui vous secoue l’instinct en vous gueulant contre le tympan : shit’s about to hit the fan.

Pourtant, ça commence plutôt bien : Daniela approuve mes dires, et ne revient même pas sur son histoire de code secret après que je l’aie poliment et délicatement remise à sa place. Ah bien, elle a de la famille ici ? J’arque un sourcil, m’intriguant d’abord du fait qu’il n’y ait pas d’autres Villalobos ici à par nous, avant de me complaire dans l’idée que si famille il y a, elle n’a pas forcément le même nom que Daniela. Coïncidences, destin, tout ça. La conversation peut donc très bien s’arrêter sur un « bonne chance » que je lui lancerais gaillardement tout en lui serrant la main, ce que je m’apprête à faire, dépliant déjà le bras pour amorcer mon geste, qui soudain se fige alors que mes sourcils bondissent au milieu de mon front et que la mâchoire me tombe sur les clavicules quand le prénom d’Estéban se forme sur les lèvres de la chica.

La main suspendue à hauteur de ma taille, j’ouvre et referme la bouche telle une truite sur la planche à découper d’un poissonnier, avant de me reprendre en secouant la tête, serrant le poing et relâchant mon bras le long de ma hanche. Coïncidences, destin… Oh, cállate hein ! Rien ne me dit qu’elle parle d’Estéban Villalobos, aka mon illustre et regretté tío. Pour ce que j’en sais à l’heure actuelle, ça pourrait tout aussi bien être Estéban Villanueva, ou Estéban Marquez, ou Estéban Dupont. Mierda à la fin. Ok, calma Ash, calma.

Croisant les mains derrière le dos et dressant bien la colonne vertébrale, je m’éclaircis la voix avant de répondre d’un air tout ce qu’il y a de plus forcément décontracté :
« Estéban ? Hmmm, laisse-moi réfléchir… »
Levant les yeux au ciel, j’enroule mon pouce et mon index sur mon menton, me pinçant le bout de la barbe dans un instant de réflexion.
« Non, pas d’Estéban ici ! » réponds-je finalement en haussant les épaules. « À ma connaissance, du moins. Mais les recruteurs en sauraient peut-être plus que moi. Tu as déjà posé la question ? Tu sais à qui t’adresser ? Tu veux que je t’accompagne ? Et c’est Estéban comment au fait ? »
Mierda, j’ai sauté en plein dedans. Je déteste quand ma langue parle plus vite que mon cerveau.


_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo


Dernière édition par Ashley Villalobos le Mar 15 Nov - 3:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
Invité
Invité

MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Lun 14 Nov - 16:04

Cría cuervos se te sacarán los ojos
/ Ashley & Daniela  /
Elle ne saurait dire si la situation l'amusait ou l'emmerdait. En fait si, ça l'amusait, carrément. De voir ce pauvre zouave tenter de se dépatouiller à travers sa confusion, main partie pour les salutations finales, mais figée dans son glorieux moment à l'entente du nom d'Estéban. Sans parler de son air de saumon qui pensait se faire briller la coquille au soleil, mais qui se prenait finalement une patte d'ours en travers du filet. Magique. Bon en vrai, il avait juste l'air un peu con, mais c'était plus amusant d'en faire un film. Dani attendit donc que les fils se touchent, bien sagement, se contentant d'hausser un sourcil inquisiteur pour se donner l'air de la chica qui n'a pas envie qu'on la fasse piétiner. À ça, elle croisa également les bras, toujours pour l'image, bien qu'elle avait plutôt envie de lui claquer les doigts sous le nez. Réfléchir d'accord, mais des Estéban, c'est pas comme si on en chiait dans tous les coins. S'il y en avait un, ou pas, ça devait être facile à savoir. Ou alors il ne connaissait vraiment personne. Non quand même, son padre avait laissé entendre qu'ils étaient cousin, un Villalobos ne pouvait pas être juste un abrutit, impossible. Enfin, remarquez, la génétique parfois...Pas une science des plus fiables. Ceci dit, il finit par trancher le quesadillas. Non, il n'y avait pas d'Estéban. Quel putain de sale connard! Pas lui, son padre. Comment il avait osé lui dire de le rejoindre dans cette ville s'il n'y était même pas, et pire, comment il avait osé crever?! Parce que c'était peut-être ça, peut-être qu'il était mort. Son padre était mort voilà, il aurait pû lui annoncer d'une meilleure façon quand même! Du savoir vivre, ça s'achète merci!

Dani resta d'abord muette comme une carpe, clignant quelques fois des yeux en tortillant l'idée de la mort de son père, idée qui s'envola à la seconde où il ajouta le "à ma connaissance". Oui voilà, non. Estéban ne pouvait pas être mort, on ne crève pas si facilement dans la famille. Pour ce qui était de son cousin, il n'allait pas s'en sortir si facilement, elle allait lui presser le citron. Affectueusement.

« Estéban comment?  » Qu'elle reprit, appuyant sur la débilité de la question, du moins à son sens. « Estéban Villalobos, tu crois que j'ai décidé de m'appeler comme ça pour avoir l'air cool? » Dans un tel cas, elle aurait surement choisi un truc plus frappant, Guevara par exemple. « On me l'a refilé ce nom, Estéban c'est mon padre. » Qui l'avait royalement planté pour le coup. « T'as pas reçu la carte postale alors? Celle qui disait "Hey Ashley, ta cousine va débarquer, besos, besos. P.S. j'ai pondu une gosse et j'ai pas cru bon de le dire à personne, mais ça va, c'est cool, on est en Amérique, c'est normale." » #espritdefamille. « Non mais fait chier quoi! »

Ce n'était pas contre lui. Elle l'aimait bien ce petit blanchon de primo, à vu de nez du moins. Et ce même si elle n'avait pas l'intention de le laisser savoir immédiatement.

Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
avatar
INSCRIPTION : 23/09/2016
MESSAGES : 2609
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : james mcavoy :: sandrider (ava, sig, colos) + tumblr (gif)
MULTILINKS : hailey lyndon :: rory wyatt :: swan jacobs
POINTS : 5094

STATUT CIVIL : récemment veuf, une certaine démone rousse ayant mis fin à la vie de sa femme d’une balle en plein crâne, « pour l’exemple » :: ça lui apprendra à descendre un gars d’Echo sans demander la permission, à coucher avec une traîtresse, et à ne pas avoir les couilles de déclarer sa flamme à son premier véritable amour avant qu’il ne soit trop tard
ANCIEN MÉTIER : patron d'un club de strip-tease à las vegas qui servait aussi de couverture pour blanchir l'argent de la branche locale d'un cartel de drogue dont il était responsable :: ce qu'il a traduit à son arrivée à astoria par « businessman dans l'import/export de pharmaceutiques, et gérant philanthrope d'un centre d’accueil et réhabilitation pour les femmes de petite vertu »
PLACE DANS LE CAMP : officiellement distributeur de rations, rétrogradé par la démone rousse histoire d’enfoncer le clou :: officieusement leader de la résistance interne :: let’s fuck those bitches up
HABITATION : sunset square, 36 w/ xiomara villalobos, sa mère, qui habitait déjà sous ce toit avant l'épidémie
ARME DE PRÉDILECTION : ses poings, à défaut de pouvoir porter une arme sur lui au sein du camp, mais il doit bien s'avouer que la sensation d'avoir une arme à feu entre les mains lui procure un plaisir immodéré
ÂGE : 37 ans


MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   Lun 28 Nov - 21:15


Évidemment, de toutes les questions que je lui pose, il n’y en a qu’une qu’elle a retenue et… et en fait, ça change absolument rien, parce que vu la réponse qu’elle y donne, elle aurait très bien pu me dire juste avant qu’elle connaissait la localisation précise de l’El Dorado que ça me serait aussitôt ressorti par l’autre oreille face à la révélation qu’elle me sert comme un bon gros plat de nouilles trop cuites : avec un splotch sonnant et trébuchant qui me laisse un arrière-goût de bile au fond de la gorge et la grimace sur les lèvres qui va avec.

Je crispe les mains, mes jointures craquant sous ma nervosité, et je peux presque me sentir devenir livide, puis rouge, à mesure que les informations qu’elle me caquète font leur petit bonhomme de chemin dans mon cerveau tellement sous pression que j’ai l’impression qu’il risque d’exploser d’une seconde à l’autre. Estéban ? Mon tío ? Le géniteur de cette enragée ? No, nuh-uh, impossible. Si j’avais une cousine, ça ferait longtemps que je serais au courant, durée correspondant à l’âge que la dite cousine devrait avoir même, précisément, à moins qu’il ne l’ait pondue après que les communications aient été coupées et où il n’aurait légitimement pas pu nous prévenir mais à voir Daniela, à moins de souffrir d’une maladie du vieillissement accéléré, je doute fort de cette explication.

Ce n’est pas la possibilité d’avoir une cousine qui me crispe ainsi, non ; c’est la perspective qu’Estéban, le seul homme en qui j’aie jamais placé une confiance aussi considérable que celle que je lui porte, ait pu me garder d’être au courant de cette information. Le regard dans le vide, je m’imagine cogner du poing dans le mur jusqu’à ce qu’il se fissure, à défaut de pouvoir l’écraser dans la gueule du premier punching-ball qui passerait près de moi. C’est pas contre elle, mais…
« C’est une blague, c’est ça ? » grince-je entre mes dents dans un espagnol guttural.
Croisant les bras et toisant Daniela sous des sourcils sombrement froncés, je secoue lentement la tête, impartial.
« Si te payer ma tête ça te fait rire, ben sache que moi, ça m’amuse pas du tout. J’ai autre chose à faire, tu sais ? J’ai un boulot, des responsabilités, des gens qui comptent sur moi… Ma famille, tiens, pour commencer. D’ailleurs… » Je relève fièrement le nez. « Si t’es si bien renseignée, vas-y, dis-moi tout : comment s’appellent ma mère et sa sœur ? Ma femme et ma fille ? »
Évidemment, de tante et de rejetonne point n’ai-je, mais puisqu’elle a l’air décidée à jouer, alors autant rentrer dans la partie dont elle a si vicieusement établi les règles. 


_________________


Cada día yo grito

a la luna mi celo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t251-hijo-de-la-chingada-ash http://nottomorrowyet.forumactif.org/t308-mi-vida-loca-ash
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani   

Revenir en haut Aller en bas
 
cría cuervos se te sacarán los ojos :: w/dani
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» partition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: