until death do us part (hansel & gretel)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 until death do us part (hansel & gretel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: until death do us part (hansel & gretel)   Mar 29 Nov - 21:01

until death do us part
/ hansel & gretel /
Les bruits ambiants de la vie. Les rouages ankylosé d'une communauté survivante. Gretel se voyait à travers cent visages déchirés, cependant elle ne s'était jamais sentie aussi seule. Quatre jours écoulés lui ont semblé être l'éternité. Quatre jours écoulés depuis que la quarantaine a cessé, et qu'on lui a attribué son rôle au sein d'astoria. Quatre jours écoulés sans qu'elle n'est pu revoir le visage d'hansel. Son nord, son sud, son est et son ouest. Les heures, les minutes, et les secondes. Où était-il ? Que faisait-il ? Quel rôle lui avait-on confié ? Les questions courent sur le bord de ses lèvres, mais les réponses se font attendre, attendre. Combien de temps devra-t-elle encore attendre ?

Un mot glissé dans une poche, des paroles chuchotés à l'oreille, et l'allemande patiente, au centre d'astoria, le point de rendez-vous. Elle trépignait à l'idée de le revoir, de le toucher, de le serrer dans ses bras. Tous ces vivants l'effrayaient. Elle s'était habituée à la présence de la mort, à son omniprésente odeur et à la symphonie de leur gémissements continuels. Elle s'était habituée à cette solitude à deux, à ne rythmer ses journées que par la respiration de son jumeau, à ne s'inquiéter que de lui et d'elle. Désormais elle doit observer les premiers pas d'un enfant, chanter à ce dernier la comptine allemande que sa mère avait l'habitude de lui susurrer, et veiller à ce que les autres mômes ne manquent de rien tandis qu'elle est occupée à nourrir son préféré — sans doutes le moins bruyant de tous, celui qui les autres ne veulent pas approcher. Ils lui rappellent fatalement sa fille, demelza, qu'elle a abandonné. Elle ne cesse de se dire qu'elle aurait pu elle aussi la nourrir, la bercer, lui chanter cette douce comptine pour l'aider à dormir, mais que tout cela, c'est une autre femme qui le fera, une autre mère, sa véritable mère. Elle n'a désormais plus qu'hansel dont elle peut encore s'inquiéter et aimer.

Les visages sont nombreux, mais aucun ne possède les traits d'hansel. Cela fait probablement déjà une heure qu'elle attend, et aucun signe de son frère. Jusqu'à ce qu'une silhouette se dessine — une silhouette reconnaissable à mille lieux —, celle de son jumeau. Aussitôt qu'elle en fut sûr, ses jambes accoururent à lui. « Hänsel ! » Ses bras vinrent l'enlacer, et Gretel plaqua sa joue sur l'épaule droite de son frère. Ces quatre jours lui avaient semblé une éternité, car ces deux dernières années, jamais les deux allemands ne s'étaient quitté plus d'une demi-heure, sans que l'un s'imagine la pire des catastrophes. Quelques secondes plus tard, elle desserra son emprise et posa son regard sur le visage d'hansel. « Comment tu vas ? Je me suis inquiétée. T'as pas donné de nouvelle depuis quatre jours ! » Gretel ne lui laissa que peu de temps pour rappliquer, car elle s'empressa de reprendre la parole. « Dans quel secteur ils t'ont placé ? Je suis devenue gardienne d'enfant. Gardienne d'enfant, t'imagine ? Hors de question que je reste plantée dans une crèche à m'occuper de gosses. Je veux servir à quelque chose ! » Elle est une survivante. Elle veut se battre, aux côtés de son frère, pour sa survie. Elle veut être utile sur le terrain, et non derrière les tranchés, quitte à affronter les rôdeurs ; elle ne veut pas être considérée comme celle qui ont toujours vécu à astoria et n'ont jamais vu la mort de leur propre yeux.


obviously, gretel parle allemand, dans les dialogues en italique. love.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: until death do us part (hansel & gretel)   Mer 30 Nov - 17:00

until death do us part
/ hansel & gretel /
Pour une fois tu avais compté les jours. Ceux sans voir ta sœur. Ça faisait quatre, longs et interminables jours sans que vous n’ayez pu vous croiser. Tes horaires de Brigade on fait tel que, bien que tu protèges, tu ne peux plus voir quoi. Pourtant tu n’as pu résister et à coup de messages sur morceau de papier laissé derrière pour l’être le plus cher de ta vie, tu attendais impatiemment de prévoir ce rendez-vous. Quand tu patrouillais pour au final, ne voir presque rien, tu ne pensais qu’à revoir ta sœur. Elle te manquait terriblement, voilà presque deux ans que vous ne vous quittez plus et du jour au lendemain il vous sépare. C’est comme séparer deux poumons, c’est très déconseillé. Tu ne penses plus normalement, parce que tu te demandes tout le temps comment elle va. Mais vous avez réussi à vous décider sur un moment, un jour.

Ce jour quand tu as été patrouiller à l’extérieur du camp, tu te sentais incroyablement joyeux. L’idée même de la revoir bientôt te rendait frais comme un gardon. Pourtant les secondes, les minutes et les heures te semblaient interminable. C’est fou comme le temps passe lentement quand on est impatient. À croire qu’une force mystique le sait et embête les gens pressés, juste pour leurs montrer qu’être pressé ne sert à rien. Mais au final, tu as réussi à quitter ton poste, déposant armes supplémentaires, tu ne cours pas. Tu marches rapidement. Tu ne veux pas qu’on remarque que tu es incroyablement en train de trépigner d’impatience à l’intérieur. Tu laisses apparaître aux autres un homme mature qui se dirige juste rapidement d’un point A à un point B. Mais ce point B, tu as eu un peu de mal à le trouver au début. Puis tu aperçois cette jeune femme avec qui tu as toujours tout partagé. Ton regard s’éclaire, elle court vers toi.

« Gretel ! » Alors qu’elle passe ses bras autour de toi, tu fais de même et ressert l’étreinte en la soulevant légèrement du sol. Ça y est, tu étais un coffre fort qui a retrouvé son trésor et la serrure tu voulais la refermer, ne plus jamais relâcher cette si précieuse chose qu’est Gretel. Malgré tout, elle stoppe l’étreinte et tu suis. « Comment tu vas ? Je me suis inquiétée. T'as pas donné de nouvelle depuis quatre jours ! » tu étais bien heureux d’entendre à nouveaux la voix de ta sœur et puis ce doux langage qui est le tient. Il n’y a qu’avec elle que tu peux parler allemand. Tu réponds alors par un sourire béa et coupable, « Pardon. » mais elle ne te laisse pas le temps de formuler une excuse plus complète. « Dans quel secteur ils t'ont placé ? Je suis devenue gardienne d'enfant. Gardienne d'enfant, t'imagine ? Hors de question que je reste plantée dans une crèche à m'occuper de gosses. Je veux servir à quelque chose ! » tu lâches un soupir de soulagement, et tu ne le caches pas vraiment. Gardienne d’enfant, tu trouvais ça plus que parfait. Tu n’aurais pas vraiment supporté l’idée qu’elle soit dans une brigade de surveillance, et encore moins si tu n’es pas dans la même. « C’est très bien Gardienne d’enfants, je suis sur que tu finiras par t’y plaire. » essayer de la convaincre que c’est une place parfaite serait difficile, voir impossible. Tu ne la connais que trop bien, tu sais qu’elle est trop faible pour les brigades aussi. « Crois-moi, tu es aussi utile en tant que Gardienne d’enfants que moi dans mon secteur. » Tu fais durer, tu as peur de la réaction qu’elle aura quand tu vas lui dire où ils t’ont placé. La dernière chose que tu voudrais, c’est qu’elle essaye de te rejoindre. « Ils m’ont mis en Brigade de surveillance extérieur. » tu laisses apparaître un petit rictus tentant de rassurer, c’est vrai que ce n’est pas le poste le plus sécurisé qui soit, mais tu as l’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: until death do us part (hansel & gretel)   Dim 11 Déc - 17:29

until death do us part
/ hansel & gretel /
Cette vie, Gretel n'en voulait pas. Rester les bras croisés, les yeux rivés sur le fardeau qu'on lui a confié, et attendre en silence que sa moitié revienne, ça lui semblait invivable. Certains trouveraient cela fou, idiots, suicidaires.. mais retourner en pleine nature lui parait être un plus plaisant avenir que de se contenter de surveiller des enfants, des gamins dont le seul destin est de mourir. « C’est très bien Gardienne d’enfants, je suis sur que tu finiras par t’y plaire. » L'allemande croyait à peine ce qu'elle venait d'entendre ; elle ne voulait pas y croire. « Crois-moi, tu es aussi utile en tant que Gardienne d’enfants que moi dans mon secteur. » Si cela n'avait pas été Hansel, le premier être occupant ses pensées et son coeur, elle serait sans doutes entrée dans une colère noire. « Tu plaisantes ? Il y a mieux à faire que gardienne d'enfant. Qu'ils donnent cette tâche à quelqu'un qui n'a jamais été en dehors du camp, mais moi.. je me suis battu. Je peux aider. Tu crois pas ? » Elle ne manquait pas de détermination, ni d'entêtement. Si même son frère échoue à la faire changer d'avis, alors personne ne le pourra ; et Gretel, tant habituée à se battre pour obtenir ce qu'elle veut, n'est pas prête à abandonner cette idée. Mais le pire restait encore à venir. « Ils m’ont mis en Brigade de surveillance extérieur. » Le choc était tel que l'allemande fut incapable de dire quoi que ce soit un instant, tandis que son frère tenta d'adoucir ses craintes soudaines par un rictus attendrissant. Elle laissa seulement échapper un « quoi ? » presque murmuré, tremblant. Non seulement la survivante devait se contenter de ce poste ridicule, mais il la condamné à se morfondre des heures entières, hantée par l'idée que son jumeau se trouve à l'extérieur du camp, et qu'il pourrait ne jamais rentrer.  « Mais... C'est à l'extérieur... Tu vas travailler en dehors du camp ? » En réalité elle ne lui laissa que peu de temps pour répondre, car l'allemande connaissait déjà la réponse, et ne voulait pas l'entendre.  « Je vais pas rester au camp pendant que tu risques ta vie dehors. T'es d'accord avec ça ? Tu préfères que je reste ici à t'attendre ? » La gorge serrée, Gretel laissa échapper un rire presque nerveux, dans un froncement de sourcils.  « C'est hors de question. Je vais demander un nouveau poste, en surveillance. S'ils refusent, alors j'essaierai au ravitaillement. Comme ça, on fera au moins des missions ensemble. Mais je refuse de rester ici à m'inquiéter et à me demander si tu vas rentrer. » Ce n'était pas contre lui, loin de la. Bien que son amour pour son frère la fasse faire de telles folies. Gretel ne pouvait simplement pas vivre de cette manière. Elle en mourra, tôt ou tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: until death do us part (hansel & gretel)   Mer 14 Déc - 15:03

until death do us part
/ hansel & gretel /
Tu entends la voix de ta sœur qui te rassure par sa présence mais t'inquiète par ses mots. Tu essayerais bien de la convaincre que son boulot n'est pas si terrible mais en vérité tu penses qu'à sa place tu n'aurais pas non plus supporté. Seulement elle était ton petit joyau et rien ne pourrait l'atteindre là où elle travaillait. En essayant de la convaincre qu'elle était très bien là où elle était, tu savais que tu allais la mettre en colère. Ça tombait sous le sens, surtout qu'elle a bien du mal avec les enfants. « Tu plaisantes ? Il y a mieux à faire que gardienne d'enfant. Qu'ils donnent cette tâche à quelqu'un qui n'a jamais été en dehors du camp, mais moi.. je me suis battu. Je peux aider. Tu crois pas ? » Oui. Mais non. Tu ne voulais pas qu'elle aide sur le plan frontale, tu voulais qu'elle reste bien sagement dans Astoria, en sécurité. Comme ça tu pourrais respirer et te dire que ça va pour elle. Mais mettre un animal sauvage en cage est mauvais pour lui, et Gretel est une lionne qui ne demande qu'à aider. Ça te fait bien trop peur. Alors tu lui déclares comme ça, sans vraiment réfléchir, que tu es un brigadier de surveillance externe. Tu ne lui aurais pas menti, mais tu aurais peut-être dû éviter de lui dire. Ou alors le dire en douceur. « quoi ? » tu as sans doute réveillé une bête, féroce. Tu savais bien qu'elle n'allait pas l'accepter si facilement. « Mais... C'est à l'extérieur... Tu vas travailler en dehors du camp ? » tu ignora un instant ce qu'elle pouvait te dire et tu replaça une mèche de cheveux derrière son oreille, avec toute la tendresse du monde. Elle ne te laisse le temps que de faire un signe de tête approbatif avant de reprendre, « Je vais pas rester au camp pendant que tu risques ta vie dehors. T'es d'accord avec ça ? Tu préfères que je reste ici à t'attendre ? » Oui tu étais plus que d'accord avec ça, et en même temps tu savais que ça la rendrait malheureuse. Puis, être séparé de ta jumelle te rendait nerveux. Cependant, tu ne céderais pas à son caprice. Ce n'est pas toi qui irait appuyer sa demande, tu ne sais pas ce que votre mère aurait dit, mais elle n'aurait sans doute pas voulu que ses deux enfants passent leurs temps à risquer leurs vies. « Gretel... » tu voyais bien dans son regard que ça n'irait pas, qu'elle ne se laisserait pas faire. C'est ta sœur, tu l'aimes affreusement fort et bien trop pour savoir quoi faire. « C'est hors de question. Je vais demander un nouveau poste, en surveillance. S'ils refusent, alors j'essaierai au ravitaillement. Comme ça, on fera au moins des missions ensemble. Mais je refuse de rester ici à m'inquiéter et à me demander si tu vas rentrer. » tu fronces les sourcils, et lâches un soupir qui en dit long. « Gretel. » à croire que tu ne sais dire que son nom, « Regardes les choses en face, ne demandes pas à sortir tout de suite. On vient à peine d'arriver et tu voudrais déjà demander à sortir ? Habitues-toi d'abord à cette vie, à Astoria, après t'être réellement entraîné tu pourras demander à changer de secteur. » ton attitude autoritaire ne lui plairait sans doute pas, mais tu n'en avais strictement rien à foutre. Il allait falloir qu'elle réalise qu'elle n'était pas encore prête à sortir à nouveau. « Tu ne veux pas attendre que je rentre en morceaux ? Ça fait des années que je suis flic, des années que je peux rentrer en morceaux et tu ne t'en es jamais plains. » faux, elle s'en était plaint une tonne de fois, tu as juste ignoré à chaque fois. « Et tu crois que ça me ferait quoi à moi ? Les fois où tu aurais une mission sans moi, tu penses que je serais pas aussi en train de m'en mordre les doigts ? » entre temps tu lui avais prit les épaules comme quand on essaye de faire réaliser à un enfant qu'il a fait quelque chose de mal. « Tu peux pas me demander d'accepter que tu te mettes en danger Gretel. Ça serait vraiment cruel de ta part. » Tu l'amènes de force dans tes bras, parce que ça fait trop longtemps que tu ne l'as pas vu. Quatre jours, c'est beaucoup trop. Vous disputer alors que vous vous retrouvez tout juste, c'est beaucoup trop pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: until death do us part (hansel & gretel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
until death do us part (hansel & gretel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Until Death do us part - Le site en ligne !
» Hansel and Gretel: Witch Hunters [06/03/2013]
» Grimm Hansel et Gretel
» New-York pour nos 25 ans/départ jeudi soir/YES!!!
» Clés de départ et d'arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: