si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah 909028702
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah 870026516

Partagez
 

 si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyVen 16 Déc - 1:56

Hahaha, la boue c’est cool, la boue c’est génial, c’est bon pour la peau et pour plein d’autres trucs. Vesper, accroupie dans la vase, ses bottes en caoutchouc maculées presque jusqu’au rebord, tâchait de se convaincre que ce qu’elle était en train de faire n’était pas si dégoûtant que ça, en fin de compte – ou au moins utile -, tandis qu’elle enfonçait les avant-bras jusqu’au coude dans ladite vase pour y trouver des vers. Des vers, oui, triste vie. Non mais, il en irait autrement si les gens à qui elle apprenait à pêcher n’en étaient pas à leur première fois et qu’elle pouvait les amener sur son bateau – enfin, à elle et Odd, pour le coup – pour partir en mer au lieu de bêtement mettre une barque à l’eau pour pêcher au centre du lac. Mais si tel était le cas, alors ça ne servirait sans doute à rien de leur apprendre quoi que ce soit, ils seraient tout à fait capables de se débrouiller par eux-mêmes. Bref, maintenant qu’elle avait chassé cette idée de sa tête, elle se retrouvait de nouveau avec cette boue sous le nez et il fallait qu’elle trouve quelque chose pour se changer les idées.

Un coup d’œil aux alentours lui apprit qu’elle était seule de ce côté du lac et ça, c’était une bonne nouvelle. Aussi se mit-elle à chantonner Trust in Me, première chanson qui lui venait en tête et dans le fond, ce n’était sans doute pas plus mal qu’il ne se trouve personne pour l’entendre puisque, de un : le chant n’avait jamais été son truc et de deux : on pourrait clairement s’interroger sur le choix de la chanson. Mais bon, hein, puisqu’elle était toute seule sur sa rive, elle faisait ce qu’elle voulait, non mais. D’ailleurs c’était chouette, un peu de solitude. Non parce qu’elle en avait bouffé tant et plus avant d’arriver à Astoria, mais depuis qu’elle s’était installée, c’était vie en communauté H24, et puisqu’elle n’y avait jamais vraiment été habituée, ce n’était pas toujours des plus évidents. Disons qu’il fallait pouvoir s’entendre avec tout le monde. Non, rectification, s’entendre avec tout le monde ne représentait pas vraiment un problème pour elle, mais supporter tout le monde, ça c’était une autre histoire. Et donc, c’est pour cette raison qu’elle aimait son nouveau « travail », certes un peu dangereux, mais le matin elle partait avec son collègue et ne rentrait qu’en fin de journée. Et comme son collègue ne causait pas des masses, qui plus est…

    « Tss saloperie ! » pesta-t-elle soudain contre un ver qui venait de lui filer entre les doigts.


Comme si cette activité n’était pas déjà assez chiante comme ça, il fallait en plus que ces sales aient l’instinct de survie, elles aussi. Et franchement, pourquoi luter ? Ça devait quand même être super nul la vie d’un ver de vase… alors certes, c’était bain de boue à longueur de journée, mais quand même, si elle devait se réincarner en un animal, elle espérait bien que ça ne serait jamais en ver de vase.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyLun 19 Déc - 2:01



The Security Chief and the Fisherwoman - Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Noah est le chef de la sécurité. Être chef de la sécurité à Astoria était forcément un boulot à plein temps. Toute une superficie à organiser, à surveiller, une équipe à manager. Heureusement, il pouvait compter sur ses bras droits, qu'il choisissait parmi ses plus confiants camarades. Mais, hormis cela, il ne faisait aucune différence. Il y avait certes, un semblant de hiérarchie qui doit s'imposer dans une communauté mais au sein de son département qu'était la sécurité du camp, il mettait tout le monde sur la même ligne, lui y compris. C'était une lourde tâche. La surveillance, les portes, les clôtures, l'enceinte, les abords du camp. Noah avait une grande responsabilité au sein de la communauté et était tenu en grande estime par la plupart des habitants. Il se mettait donc une certaine pression sur le dos pour que l'on soit fier de lui, de son équipe et surtout, et avant tout, la sécurité d'Astoria.

Seulement, parfois, Noah n'avait qu'une envie, c'était d'être tranquille. Il avait vécu pas mal de choses depuis le début de l'épidémie... Il ne dormait presque plus et les seules fois où cela lui arrive, il faisait toujours le même cauchemar. Il revoyait sa sœur mourir dans ses bras puis revivre et devenir l'un des leurs pour au final le tuer lui. Et à chaque fois, il se réveillait en sueur, essoufflé. Mais depuis qu'il avait perdu sa jambe, il dormait encore moins. Quelques heures à peine dans la nuit ou les heures qu'il ne passe pas à surveiller son poste. Là, c'en était trop, il avait besoin d'air, d'espace pour respirer. Tout avait l'air calme. Il en profita pour s'évader un peu, s'aérer, se changer les esprits. Il se rendit au lac. Cet endroit respirait la tranquillité. Il était sûr de pouvoir se ressourcer ici. Il n'y avait quasi personne. À vrai dire, alors que Noah se perdait dans ses pensées, il n'y avait qu'une personne, une jeune femme blonde à terre. De loin, Noah ne discernait pas qui elle était, ni ce qu'elle faisait. Il arriva alors jusqu'à elle sans qu'elle le remarque.

- Tss saloperie !

Noah esquissa un sourire en l'entendant pester contre ce ver qui venait de fuir. Elle devait sûrement être pêcheuse pour devoir chercher des vers. Il se rapprocha encore et avec une ironie dans la voix, lui adressa ces mots.

- Dépêchez-vous de le rattraper avant qu'il ne prévienne les autres.

Ouais, autant dire que c'était pas sa meilleure mais trop tard, c'était elle qui était sorti. La jeune femme se retournant, il l'aida à se relever et leurs regards se croisèrent. Noah mit quelques instants avant de comprendre qu'il la connaissait. Cela paraissait dingue. Tenant toujours sa main dans la sienne, Noah s'était comme figé dans le temps jusqu'à ce qu'il se reprenne de lui même et parle.

- Vesper ? C'est toi ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyLun 19 Déc - 18:30

La vache, mais les gens de ce côté-ci du pays n’avaient jamais appris à s’annoncer d’un petit raclement de gorge au lieu de foutre une peur bleue aux autres ? Surtout en ce moment, où ce qui risque grandement de vous tomber sur le coin de la tronche, c’est un zombie affamé. Tout ça pour dire que Vesper n’était plus seule, qu’elle avait légèrement sursauté et qu’elle s’était plaqué la main sur la poitrine pour calmer ses palpitations… et merde, son t-shirt tout propre… enfin bon, ça faisait un moment qu’elle pataugeait dans la vase maintenant et elle se doutait bien qu’elle n’allait pas rentrer impeccable non plus. En revanche, le truc, c’est qu’elle n’avait pas vraiment prêté attention à ce qu’on lui avait dit, du coup, et que c’était pas mal impoli, tout de même. Aussi se retourna-t-elle et prit-elle la main qu’on lui tendait par réflexe. Aussi sec, la blondinette afficha une petite mine contrite et un brin dégoûtée alors qu’elle mettait de la boue partout sur son interlocuteur et tenta maladroitement de récupérer sa main quand son prénom fut prononcé, lui faisant aussitôt relever les yeux vers le visage dudit interlocuteur, chose qu’elle n’avait pas encore faite. Ou si elle l’avait fait, c’était sans réellement voir qui se trouvait devant elle.

Sinon, elle aurait tout de suite reconnu Noah. C’était surtout qu’elle ne s’attendait pas le moins du monde à le trouver là, sinon elle aurait même reconnu sa voix, hein, depuis le temps qu’ils se connaissaient et se fréquentaient. Son visage s’illumina soudain et sa moue dégoûtée laissa place à un sourire radieux. La blondinette faillit même lui sauter au cou tellement elle était contente de le savoir en vie et de le trouver là mais elle se retint d’extrême justesse pour ne pas le salir un peu plus. Tout comme elle dut se retenir de placer ses mains de chaque côté de son visage pour s’assurer qu’elle n’était pas en train de rêver. Par contre, elle se pinça discrètement quand même, et non, elle n’était pas en train de rêver, incroyable !

    « Noah ! T’es vivant ! »


Trop de joie en elle de tomber sur un autre visage familier alors que les chances que ça arrive étaient plus que minimes. Puis ce n’était pas n’importe qui, c’était Noah ! Autrement dit, quelqu’un qui comptait beaucoup pour elle. Bref, toute cette joie se traduisait par de petits sautillements produisant des bruits de succion peu ragoutants puisqu’elle était toujours dans la boue.

La jeune femme en sortit rapidement et l’emmena un peu à l’écart. Ils avaient tellement de choses à se raconter, mieux valait être au sec ! Après quoi, Vesper procéda à un examen plus détaillé de celui qu’elle avait longtemps considéré – et considérait toujours, bien sûr – comme l’un de ses plus proches amis. La première chose qui la frappa, c’est qu’il avait les traits tirés. Mais elle estima que ça n’était pas plus alarmant que ça et puis surtout, ça devait être le cas d’à peu près tout le monde à Astoria. Ils avaient beau pouvoir dormir sur leurs deux oreilles, grâce aux clôtures et tout ça, rares étaient ceux qui en avaient la chance, à cause de toutes les épreuves qu’ils avaient traversées. Elle aurait pu faire partie de ces gens bien sûr, sauf qu’elle savait quoi prendre pour se forcer à dormir. Comme quoi, c’était pratique de bien s’y connaître en plantes.

    « T’as une mine affreuse, par contre. » lança-telle, son sourire s’élargissant d’autant plus.


Une vanne sur fond de vérité mais une vanne tout de même, sinon elle aurait pris des gants pour le lui dire. C’est que Vesper était comme ça : elle avait un bon fond et il ne lui viendrait jamais à l’esprit de blesser qui que ce soit sciemment, encore moins ses amis, évidemment.

    « Ça fait un bail, dis donc. Tu dois avoir plein de trucs à me raconter. »


Elle aussi, fatalement, mais elle préférait qu’il se lance le premier. D’autant qu’elle ne lui avait pas encore vraiment permis d’en placer une depuis qu’elle avait pris la parole.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyMer 21 Déc - 22:45



The Security Chief and the Fisherwoman - Part 2


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- Noah ! T’es vivant !

Noah était aussi enjoué que Vesper à l'idée de se retrouver. Il se retint de la prendre dans ses bras, voire même de l'embrasser... C'est que ces deux là avaient un long passé commun derrière. Cela devait leur sembler dingue à l'un comme l'autre de se retrouver à Astoria après l'arrivée du chaos sur le monde. Il était content de la revoir. Elle n'avait pas changé. Elle était toujours aussi belle. Ils se regardaient l'un l'autre tandis qu'ils s'éloignaient un peu de la vase pour un endroit un peu plus charment et verdoyant.

- T’as une mine affreuse, par contre.

Il lui adressa un large sourire. Il ne pouvait qu’acquiescer. Depuis la mort d'Emma, la progression de l'épidémie, les attaques, la perte de sa jambe, Noah avait vécu d'horribles choses. Et à force de ne plus dormir, il ne pouvait qu'avoir une mine affreuse.

- Ça fait un bail, dis donc. Tu dois avoir plein de trucs à me raconter.

En effet, et il ne faisait que l'écouter, que la regarder. Il ne savait pas par quoi commencer. La dernière fois qu'il avait vu Vesper, c'était bien avant Astoria, bien avant. Cela faisait bientôt dix-sept ans qu'ils se connaissaient. Ils étaient bien plus que de simples connaissances ou même de simples amis. Ils avaient vécu des choses ensemble. Noah n'avait jamais retrouvé de personnes comme Vesper. Elle était sa confidente, sa meilleure amie. Il s'était ouvert à elle. Vesper était l'unique personne qui pouvait dire qu'elle connaissait bien Noah. Après quelques minutes à être resté silencieux, il se décida à parler tout en l'attirant dans ses bras, se moquant de la boue qui pouvait tâcher ses vêtements.

- Je suis tellement content de te voir Vesper, si tu savais. Je ne t'ai jamais oublié.

Il embrassa Vesper dans le coin des lèvres et l'invita à marcher un peu. Le lac était assez grand pour faire un tour et se remémorer le passé. Il n'arrêtait pas de la regarder. Depuis tout ce temps, elle devait avoir une trentaine d'années. Elle était comme dans ses souvenirs, avec les cheveux plus longs peut-être. Vesper représentait une grande partie de sa vie. C'était bon, en ces moments tragiques, de retrouver un visage si familier, une amie proche de longue date. Ils avaient du temps à rattraper et des choses à se raconter, tellement de choses.

- Je ne sais pas par quoi commencer. Il y a tellement de choses à dire. Mais avant ça, cela fait combien de temps que tu es à Astoria ? Je suis là depuis sa création et je n'ai aucun souvenir de t'avoir aperçu.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyJeu 22 Déc - 19:18

Une fois qu’elle eut terminé de parler, Vesper s’attendait à un flot de paroles de la part de Noah. Et ça serait bien normal après tout, non seulement ça faisait un moment qu’ils ne s’étaient plus vus mais en plus, il s’en était passé de ces trucs entre-temps. Comme une épidémie qui avait transformé la plupart de leur proche en zombies tout droit sortis d’un film de Romero. C’était toujours aussi difficile à croire, surtout lorsqu’on se trouvait au bord de ce lac, on pourrait même aller jusqu’à oublier toute l’horreur qui se déroulait pas si loin de là, finalement. Mais la blondinette en était sortie très récemment de toute cette horreur et c’était encore bien frais dans son esprit. Soit, au lieu de quoi, Noah la prit dans ses bras. Lui se fichait bien d’être couvert de boue, on dirait, et c’était tant mieux. Elle se raidit quelque peu cependant parce que ça faisait longtemps qu’elle n’avait plus eu droit à ce genre d’étreintes, mais c’était tellement familier qu’elle se relaxa bien vite et referma, un peu maladroitement, ses bras autour de sa taille à son tour. Ça, elle aussi elle était contente de le revoir, ça allait même au-delà de ça, c’était carrément ravie qu’elle était. Mais bref, pas question qu’ils concourent pour savoir lequel des deux était le plus content.

En revanche, elle espérait bien qu’il ne l’avait jamais oubliée, oui ! Pas qu’elle soit si inoubliable que ça mais enfin… si, en fait, elle avait toujours marqué les personnes dont elle avait croisé le chemin, mais bon. Toujours est-il qu’elle aurait voulu répliquer quelque chose de drôle mais le baiser du jeune homme, là juste au coin de ses lèvres, la coupa net dans son élan tandis que les papillons dans son ventre s’agitaient quelque peu alors que ça faisait bien longtemps qu’ils n’avaient plus donné signe de vie, ceux-là. Ce qui fait qu’elle se contenta d’un sourire en battant des paupières. C’est qu’il savait y faire avec elle, Noah. Il avait toujours su y faire et pas qu’avec elle, d’ailleurs. Avec toutes les autres aussi et donc, Vesper se ressaisit et lui prit le bras pour marcher un peu. Pas de doute, il était bien réel. La blondinette attendit sagement qu’il reprenne la parole, ce qu’il ne tarda pas à faire pour lui annoncer qu’il y avait tellement à dire qu’il ne savait pas par où commencer. Oui, elle le comprenait aisément.

    « Oh, ça fait pas si longtemps que ça, à vrai dire. Tu sais, il a fallu que je traverse tout le pays avant d’arriver ici. Et encore, c’est une chance qu’on parle d’Astoria dehors, sinon je ne serais sans doute pas là. »


Ce qui ne répondait pas vraiment à sa question, mais c’était facile de perdre la notion du temps. Ça devait se compter en semaines, en tout cas. Et il n’y avait rien d’étonnant à ce qu’ils ne se soient pas croisé avant ça, en fin de compte, puisque Vesper était encore dans sa phase repérage du camp et pas vraiment dans une phase d’intégration. Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas y mettre du sien, loin de là, mais au moins, si les choses dégénéraient, elle saurait comment sauver sa peau. Bref, la blondinette revint alors sur ce qu’il venait de lui dire, à savoir qu’il était là depuis la création d’Astoria. Forcément elle devait se faire des idées mais elle se dit qu’il avait eu de la chance, un peu quand même. Oh certes, ça n’avait pas dû être rose tous les jours – elle en avait eu quelques échos - mais c’était obligatoirement plus simple que d’avoir connu la vie au dehors, non ? Bien que la tête de son meilleur ami n'en témoigne pas vraiment.

    « T’es là depuis le début ? Si j’avais su, je me serais hâtée de franchir les kilomètres qui nous séparaient, alors. »


Elle ne serait même pas descendue du petit bateau de pêche qui lui avait permis de quitter son île, même, et elle aurait trouvé le moyen de passer d’une côte à l’autre tout en s’épargnant bien des trucs moches. Enfin bon, ce qui était fait était fait et puis elle ne pouvait pas revenir en arrière pour se convaincre que Noah était toujours en vie à l’époque où elle avait mis les voiles, il y a des mois de cela.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyVen 23 Déc - 18:56



The Security Chief and the Fisherwoman - Part 3


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Los Angeles. Seize ans plus tôt..

Noah était un jeune officier de police. Il était très content de son parcours. Ses parents et sa sœur étaient fiers de lui. Pourtant, au poste où il avait été affecté, il ne se plaisait pas plus que ça. Mais bon, il fallait bien mettre du beurre dans les épinards. Et puis, il ne manquait d'ambition ni d'investissement. Cette année-là, il devait s'occuper de la sécurité à un concours de beauté : Miss United States. Cela ne l'enchantait guère mais le chèque qu'on donnait à la fin l'avait convaincu. C'est durant ce concours qu'il fit la rencontre de Vesper Vane, une jeune étudiante en botanique de dix-huit ans. Il l'avait tout de suite remarqué avec sa chevelure blonde et ses yeux bleus auxquels on ne pouvait passer à côté. Mais Noah devait rester concentrer. C'était un grand événement annuel et il y avait des invités en tout genre. Tout le gratin serait là. Il fallait donc être parfaitement opérationnel. Noah avait été affecté à la sécurité des coulisses ainsi que la scène et la salle. C'est ainsi qu'il tomba sur Vesper, deux jours avant le show. Les répétitions battaient leur plein depuis déjà trois jours. Les filles devaient en avoir marre... Noah passait entre les coulisses et la scène puis checkait la salle. Les filles répétaient en maillot de bain. Noah devait rester impassible et se répétait Ne regarde pas !!! dans sa tête. Puis, une jeune femme blonde atterrit sur lui. Il passait devant la scène lorsque la pauvre Vesper avait trébuché. Alors que les bécasses rigolaient entre elle, Noah se releva et aida la jeune femme en maillot de bain. Tous deux semblaient terriblement gênés.

- Vous allez bien ?

Astoria. Présent.

- Oh, ça fait pas si longtemps que ça, à vrai dire. Tu sais, il a fallu que je traverse tout le pays avant d’arriver ici. Et encore, c’est une chance qu’on parle d’Astoria dehors, sinon je ne serais sans doute pas là.

En effet, c'était une sacrée chance. Vesper venait de l'autre côte. Elle avait traversé tout le pays. Il y avait combien de chance pour qu'elle atterrisse là où Noah avait décidé d'habiter il y a quelques années. Elle enchaîna alors sur le fait qu'il était présent depuis la création d'Astoria, des mois avant l'arrivée de Vesper.

- T’es là depuis le début ? Si j’avais su, je me serais hâtée de franchir les kilomètres qui nous séparaient, alors.

Depuis le début, Noah a surtout aidé à la création d'Astoria et à l'élaboration d'un endroit protégé contre les rôdeurs. Et il avait plutôt bien fait son job en sécurisant le camp au nord, au sud, à l'est et à l'ouest. Il y avait eu des accidents, certes, mais Noah savait que dans un monde aussi dangereux comme celui-ci, les risques étaient grands. Continuant leur balade, Noah et Vesper faisaient le tour du grands lacs. Noah s'était lancé dans un monologue expliquant comment il était devenu chef de la sécurité, que ses parents sont morts avant l'épidémie. Beaucoup de choses s'étaient passés depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Et bien que Noah s'attendait à avoir une question à propos d'elle, il évita grandement le sujet de sa sœur en commençant à parler de sa situation au sein du camp. Il était certes chef de la sécurité mais aussi un homme respecté, estimé. Il enchaîna même avec une anecdote. Celle de leur rencontre. Il indiqua à Vesper un endroit calme et l'invita à s'asseoir. C'est là qu'il venait lorsqu'il voulait être tranquille.

- Te souviens-tu de notre rencontre, Ves ?

Il esquissa un large sourire, illuminant un peu son visage tiré et fatigué. Lui s'en souvenait comme si c'était hier.

Los Angeles. Seize ans plus tôt.

La jeune femme semblait aller bien et ne prêtait aucunement attention aux autres filles qui, cela se voyait, se moquait de sa chute. Toujours aussi gêné, Noah avait apporté une veste. Il avait quelques notions en matière de médecin, enfin le strict minimum quoi. Il examina la cheville de la jeune femme.

- Je m'appelle Noah Marshall. Je me permets de vous examiner la cheville. C'est une bien vilaine chute que vous avez fait. Heureusement que j'étais là pour vous réceptionner, mademoiselle... ?

Il ne put retenir un petit rire et leurs regards se croisèrent à nouveau.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyLun 26 Déc - 3:22

Tandis qu’ils marchaient tout autour du lac, Noah parlait. Il lui racontait que ses parents étaient décédés avant l’épidémie – et elle était désolée de l’apprendre de cette manière -, comment les choses avaient tourné ensuite et comment son charisme et son côté extrêmement rassurant – ainsi que sa place avant tout ce bordel – l’avaient tout naturellement propulsé au rang de chef de la sécurité. Et Vesper buvait ses paroles sans jamais le quitter des yeux. Ça ne l’étonnait pas, en fin de compte, Noah avait toujours été quelqu’un sur qui on pouvait compter et elle comprenait tout à fait que les habitants d’Astoria aient décidé de lui confier ce post. La jeune femme nota également qu’il hésitait de parler de sa sœur et se douta qu’il devait y avoir une raison à ça. Hors de question de mettre les pieds dans le plat. Si la vie lui avait bien appris un truc, c’est que si les gens évitent un sujet, il ne faut pas les forcer à en parler mais attendre qu’ils le fassent d’eux-mêmes. En tout cas, c’était sa politique pour le moment. Puis il l’entraîna un peu à l’écart des arbres, sous couvert des arbres. S’il ne lui avait pas montré le chemin, elle n’aurait jamais levé la tête ni aperçu la cabane qui se trouvait là, en haut d’un arbre. Y grimper ne fut pas un problème pour Vesper qui, avec ou sans échelle de bois l’avait fait plus d’une fois au cours de ces derniers mois – des fois ça vous sauve la vie -, elle s’assit au bord de la plateforme, laissant ses jambes pendre dans le vide et ils changèrent de sujet pour évoquer leur première rencontre. Elle laissa échapper un petit rire tout en roulants des yeux avant de répondre :

    « Si je m’en souviens… Je te suis littéralement tombée dessus, comment oublier ce grand moment ? »


Los Angeles, 2000

    « Il est pas question que je défile dans cette tenue… et pourquoi t’as un maillot une pièce, toi, d’abord ?? »


Miss Maine s’observait dans le miroir en pied tout en se plaignant à la seule copine qu’elle était parvenue à se faire dans ce concours à la noix : Miss Hawaii. En effet, on pourrait se poser la question de pourquoi, elle qui était si blafarde, devait circuler en bikini alors qu’Hawaii – et son hâle parfait -, avait la chance de porter un maillot une pièce quant à elle. Elle soupira ; elle ressemblait à une poupée Barbie avec tout ce maquillage et ces artifices. Bon d’accord, les talons hauts sublimaient un peu plus ses jolies jambes – elle l’admettait bien volontiers, ça avait toujours été son meilleur atout – mais pour le reste, elle avait du mal à se reconnaître. Enfin bref, heureusement pour elle, ils n’en étaient encore qu’au stade des répétitions et elle ne devrait défiler que devant ses « rivales » - il y en avait qui prenaient les choses bien trop à cœur – et pas devant une bonne partie du pays.
Sauf que, lorsque vint son tour, elle n’avait pas songé que ses talons hauts adorés étaient très hauts, qu’elle n’en portait pour ainsi dire jamais et que le sol était quant à lui très glissant. Et donc, ce qui devait arriver arriva et Vesper crut sa dernière heure arrivée tant la scène était haute elle aussi. Quelle chance pour elle, ce ne fut pas par terre qu’elle atterrit. Non, non, sa chute avait été amortie par quelque chose. Ou plutôt quelqu’un, en l’occurrence : un type qui passait par-là. Si elle avait un peu plus prêté attention aux gens qui l’entouraient, elle l’aurait sans doute remarqué plus tôt que ça, vu qu’il s’agissait d’un agent. Il se redressa rapidement et l’aida à se relever à son tour alors que les bécasses ayant assisté à la scène piaffaient derrière, puis il lui demanda gentiment si ça allait. Confuse – atrocement gênée, en vérité -, la blonde en oublia de hocher la tête et dut rougir comme une pivoine.

L’instant d’après, elle se retrouvait dans les coulisses, une veste qui n’était pas la sienne sur les épaules et le jeune homme à ses pieds lui examinait la cheville sur fond de pauvres cruches se moquant ouvertement de tout ça. Oh, Vesper s’en fichait bien et préférait les ignorer, de toute façon elles n’étaient bonnes qu’à rêver à un monde en paix alors leur avis lui importait peu. Et puis si ça se trouve, elles ne faisaient pas que se moquer ; elle était sûre que plus d’une d’entre elles la jalousaient. C’est qu’il était plutôt beau garçon, cet agent, et l’attention qu’il lui portait lui faisait chaud au cœur.

    « Vane, Vesper Vane… oui, heureusement. » répondit-elle en essayant de contrôler son rougissement, après qu’il se fut présenté.


Toujours gênée, la jeune femme resserra la veste autour d’elle – même si elle aurait préféré aller se changer avant de poursuivre cette conversation -, et fit bouger son pied en grimaçant un peu. Ça faisait un peu mal mais elle pourrait marcher, elle en était sûre.

    « Ma cheville a l’air de bien aller. Je m’excuse de vous être tombée dessus, c’est plutôt vous qu’on devrait examiner. »


Enfin, ce n’était pas comme si elle était bien lourde, mais tout de même.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyLun 26 Déc - 18:31



Remember Us - Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Los Angeles. Seize ans plus tôt..

- Vane, Vesper Vane… oui, heureusement.

Il lui souriait et ne pouvait détacher son regard du sien alors qu'il remarquait qu'elle rougissait légèrement. Il tâtonnait sa cheville et son pied mais rien n'était cassé. Vesper grimaçait un peu mais elle avait l'air d'aller bien.

- Ma cheville a l’air de bien aller. Je m’excuse de vous être tombée dessus, c’est plutôt vous qu’on devrait examiner.

Il ricana et se releva. Au moment où il allait répondre à la demoiselle, un assistant vint prévenir Vesper que le tableau suivant devait être répété et qu'elle devait aller se changer plus vite que ça. Avant qu'elle ne disparaisse vers les loges, Noah lui demanda une dernière chose.

- Ça vous dit de prendre un verre avec moi, ce soir après vos répétitions ?

Il avait envie de la revoir. Il avait envie de la connaître. Elle semblait être une charmante jeune femme. Il avait ce sentiment qu'ils s'entendraient bien mais pas au point où ils arriveront quelques années plus tard.

Astoria. Présent.

- Si je m’en souviens… Je te suis littéralement tombée dessus, comment oublier ce grand moment ?

Quel grand moment en effet. Cela les fit rire tous les deux. Leur rencontre était mémorable. C'était un très bon souvenir pour Noah. Vesper est sa plus grande amie. Ils ont vécu tellement de choses ensemble. Ils n'ont aucun secret l'un pour l'autre. Et bien qu'il avait écarté le sujet en racontant une anecdote sur leur passé commun, il mourrait d'envie de se confier à la jolie blonde. Hormis lors de son entretien au tout début de la création d'Astoria, il n'avait jamais mentionné sa sœur. Le fait qu'il l'ait tué, il n'en avait jamais parlé, il n'en parlait jamais. Et encore, il fallait savoir que Noah avait une sœur. Il enchaîna directement sans laisser paraître son air songeur.

- Oui, c'était un grand moment. Je ne m'étais pas défilé d'ailleurs. Quelques minutes après, je t'invitais à boire un verre. Ce n'est pas comme si j'avais clairement compris que toute cette histoire de miss t'importait peu au final.

Puis, il continua en mentionnant ce fameux restaurant, se trouvant non loin du plateau des élections de Miss USA. Son nom lui échappait mais il était sur que Vesper s'ne souviendrait. Elle avait adoré, dans son lointain souvenir. Il riait en mentionnant la bourde du serveur qui s'était trompé de table. Il avait apporté la commande d'un client très riche, qui avait pris le plat le plus cher de la carte alors que Noah avait simplement commandé un burger maison. Ils en avaient ri, surtout lorsque le client aisé s'était retrouvé avec un burger maison quelque peu... enfin fait maison quoi. Noah se stoppa dans son récit et regarda Vesper avec insistance. Elle lui avait sacrément manqué. Elle comptait beaucoup pour lui. Elle avait fait office de sœur alors qu'Emma voyageait à travers le monde. Noah était devenu un grand frère pour Vesper. Il la consolait, la cajolait, la protégeait. Ils avaient fait les quatre cent coups, c'est le moins qu'on puisse dire. Regardant en détail sa chevelure blonde, ses yeux d'un bleu intense, Noah se remémorait tellement de choses, tellement de moments. Il lui adressa un large sourire et avant qu'elle ne se demande ce qu'il lui passait par la tête, il se rapprocha d'elle, caressa sa joue avec la paume de sa main, attrapa son menton et l'embrassa tendrement. Il se recula et ne put se retenir de rougir un peu. L'air gêné, il regarda Vesper dans l'espoir qu'elle ne le baffe pas.

- Excuse-moi... Je ne sais pas ce qu'il m'a pris...

Los Angeles. Seize ans plus tôt.

Noah porta son assiette jusqu'à la table du client fortuné et lui tendit.

- Je crois, monsieur, que nos assiettes ont été échangés. Voici la votre.

L'homme en costume lui tendit son burger et Noah repartit comme il était venu après que le client l'ait remercié. Il retourna à la table en rigolant avec Vesper. Ils discutèrent toute la soirée. Ils ne virent pas le temps passé. Noah découvrait une charmante jeune étudiante en botanique. Mais il se faisait tard et le lendemain, c'était reparti pour une longue journée, surtout la veille du concours. Il raccompagna Vesper jusqu'à son hôtel. Devant celui-ci, il lui prit la main, glissa un morceau de papier sur lequel était écrit un numéro.

- Merci pour cette soirée, Vesper. Je suis ravi de l'avoir passé avec toi. Tiens, ça, c'est au cas où tu as besoin de quoi que ce soit.

Lui adressant un large sourire, il l'embrassa sur le coin des lèvres et repartit dans le sens inverse. C'était une merveilleuse journée qu'il avait passé là. La chute de Vesper était-elle un signe ? Pour Noah, c'était sans doute le début de quelque chose. Mais ça, seul l'avenir pourra lui dire.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyMar 27 Déc - 21:25

Vesper pouffa au souvenir de l’invitation qui avait suivi de peu l’examen de sa cheville. Ah ça, il avait toujours été direct, Noah. Et elle se souvenait également de Hawaii, qui était venue voir comment elle allait et qui lui avait fait de grands signes pas discrets du tout comme quoi il fallait qu’elle accepte et qui s’était même proposée ensuite de l’aider à choisir une tenue. Sauf qu’ils ne s’étaient pas contentés d’un verre, ils étaient carrément aller dîner, et puisqu’elle était un rien plus couverte, la miss s’était montrée bien plus loquace. Ils avaient discuté de tout et de rien et ils avaient beaucoup ri, surtout en voyant la tête qu’avait faite le client riche en voyant arriver un burger à sa table. Bref, ils avaient passé une soirée très agréable et elle avait apprécié le fait qu’il respecte les règles du concours, à savoir pas de garçons dans les chambres tout en lui laissant quand même son numéro de téléphone. Et la preuve qu’elle l’appréciait déjà beaucoup, c’est qu’elle l’avait regardé partir avant de rentrer. Et pourtant, leur relation n’avait jamais vraiment pris la tournure à laquelle elle aurait pu s’attendre après cette soirée puisqu’elle était plus ou moins devenue sa petite sœur de substitution tandis qu’il prenait la place de meilleur ami dans son cœur.

Mais il n’en avait pas toujours été ainsi, c’est pourquoi elle ne fut qu’un peu étonnée de le voir se rapprocher pour l’embrasser. Et, au lieu de le repousser, elle répondit à son baiser et ferma même les yeux. Elle ne savait pas si c’était parce que ça faisait longtemps et que ça lui avait manqué, mine de rien, ou bien si c’était surtout parce que c’était Noah mais ça lui semblait tout naturel, au point de ne pas le repousser donc. Et encore moins de lui en coller une après coup – rappelons-le, Vesper est une hippie pacifiste, enfin, autant que faire se peut. Au lieu de quoi elle sourit et parvint enfin à détacher son regard du sien tandis qu’il s’excusait pour le reporter sur ses mains où la boue avait fini par sécher et commençait à s’écailler. Autant dire que c’était tout à coup fort intéressant.

    « C’est rien… c’est euh… la fatigue et la joie de se retrouver, sûrement. »


Et puis surtout, ce n’était pas la première fois, sauf que la première fois, c’était elle qui l’avait embrassé. Avant de faire comme s’il ne s’était jamais rien passé.

Athènes, 2010

    « J’en ai ma claque de la plage, je rentre à l’hôtel ! »


De très mauvaise humeur sans raison apparente, la blondinette avait sauté dans son short en jean, s’était débarrassée du sable qui lui collait à la peau, avait rassemblé ses affaires et était donc rentrée à l’hôtel pour ne plus en ressortir de la soirée. Elle ne parvenait pas à comprendre ce qui ne tournait pas rond chez elle. Depuis qu’elle était toute gosse, elle rêvait de se marier – pas à la va-vite comme la plupart des mariages actuels, non, son mariage serait beau et il durerait pour toute la vie, comme c’était le cas autrefois – et pourtant, ça faisait déjà deux fois qu’elle avait été à deux doigts de se marier, qu’elle prenait peur et que, à même pas une heure de la cérémonie, elle s’enfuyait. Non décidément, il y avait un truc qui clochait chez elle et ça lui fichait le cafard. C’était un coup à faire la une des faits divers, ça, n’empêche.

Vesper traînait en pyjama avoir pris sa douche et zappait sur les chaînes grecques – sans comprendre un traître mot de ce qui se disait évidemment -, quand Noah était rentré. Ils n’avaient pas eu d’autre choix que de partager leur chambre puisqu’elle lui avait proposé de ne pas gâcher les réservations pour sa lune de miel et de partir avec elle. En parlant de ça, la jeune femme s’en voulait aussi beaucoup de foutre en l’air les vacances de son meilleur ami avec ses états d’âme, mais c’était plus fort qu’elle, elle avait quand même un peu l’impression de ruiner sa vie. Bref, elle tâcha de faire bonne figure, et surtout de faire comme si elle n’avait pas pleuré en s’essuyant discrètement les yeux.

    « Tu peux aller dîner sans moi. Je préfère rester ici et appeler le room service. »


C’était pathétique et elle le savait pertinemment. Au lieu d’aller se changer les idées en sortant un peu, elle préférait rester là à se morfondre. Bon, elle ferait un effort, pour Noah, mais le lendemain, pas ce soir.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyMer 28 Déc - 21:55



Remember Us - Part 2


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



Athènes. Grèce. Six ans plus tôt..

- J’en ai ma claque de la plage, je rentre à l’hôtel !

Noah ne s'était pas risqué à la retenir. Elle était de mauvaise humeur et il l'avait clairement senti. C'était encore un jour sans... Et il y en avait eu. Vesper s'était encore lancé dans un mariage. C'était le deuxième. Et tout comme le premier, elle y mit fin avant même qu'il ne commence. Elle s'était alors tournée vers Noah pour l'accompagner pendant son voyage de noce. Tout avait été payé. Il aurait été dommage de louper ça. Noah était son meilleur ami, il n'hésita donc pas à aller à Athènes avec elle. L'hôtel était somptueux et la plage magnifique. Le temps s'y prêtait. Mais ce jour-là, Vesper était de mauvais poil et quand elle était de mauvais poil, valait mieux pas s'y frotter. Noah ou pas Noah, Vesper n'aurait pas hésité à frapper la personne qui se serait mise dans son chemin.

Noah avait laissé passé quelques heures avant de rentrer à l'hôtel. En effet, ils avaient décidé de ne pas demander une seconde chambre. Ils se connaissaient depuis si longtemps que cela ne les dérangeait de partager une chambre. Noah rentra donc en fin d'après-midi et retrouva Vesper devant la télé, en pyjama, zappant sans vraiment regarder sur quoi elle tombait. Après tout, elle ne savait pas parler le grec, Noah non plus d'ailleurs... Il hésita à lui parler puis ce fut la jeune blonde qui brisa le silence en premier.

- Tu peux aller dîner sans moi. Je préfère rester ici et appeler le room service.

Noah n'était pas du genre à laisser son amie seule à déprimer en pyjama devant un programme grec. Il s'assied à côté d'elle et l'attira dans ses bras. Il lui prit la main et lui caressa le dos de celle-ci avec son pouce. Il n'aimait pas la voir dans ce genre d'état et se demandait bien pourquoi elle était si grognon aujourd'hui.

- Qu'est-ce qui t'arrives, Vesper ? Tu sais que tu peux tout me dire... Je sais que c'est pas ce que tu avais prévu pour ce voyage prévu pour ton mariage mais jusqu'ici on s'est plutôt bien amusé.

Noah espérait que Vesper ne déprime pas par sa faute. Sa présence n'avait pas été prévue. Elle aurait du faire ce voyage avec son mari. Seulement, il connaissait Vesper. Il savait que ce second mariage finirait comme le premier : avant même qu'il ait commencé.

Astoria. Présent.

- C’est rien… c’est euh… la fatigue et la joie de se retrouver, sûrement.

Noah n'était clairement pas fatigué. Il était très heureux de retrouver Vesper. Il ne se l'était jamais caché. Il a eu un faible pour elle il y a quelques années de cela. Et il pense qu'elle n'était clairement pas contre non plus. Seulement, Noah et Vesper, c'est le genre de relation amicale ambiguë qui en restent là après avoir tenté. Son rougissement finit par passé et il remarqua qu'elle portait toujours le collier qu'il lui avait offert. Ce l'étonna et repensa alors à ce voyage à Athènes, six ans plus tôt. Tant de souvenirs lui revenait en tête. Seize ans. Cela faisait seize ans qu'ils se connaissaient. Ils savaient tout ou presque sur l'un et l'autre. Ils avaient partagé tellement de choses. Noah pensait incroyable qu'ils se tenaient là tous les deux à parler de leur passé. Le monde avait tellement changé. Noah avait tellement perdu. C'était devenu un homme mystérieux, emmagasinant tout, se recroquevillant sur lui-même, forgeant une carapace pour les autres. Se retrouver face à Vesper était tellement libérateur. Il se sentait si léger.

- Tu as encore le collier que je t'avais offert à Athènes ?

Dans sa voix, on pouvait entendre cette légèreté qui l'envahissait. Il prit alors la main de Vesper et entrelaça ses doigts avec les siens. Il n'attendit même pas qu'elle réponde et enchaîna aussi sec.

- Je suis tellement content de te retrouver, Ves. Tu étais dans mes pensées depuis le début. Même durant ton absence, tu arrivais à me faire sentir mieux.

Il l'attira alors vers lui, un sourire aux lèvres. Il la prit dans ses bras, profitant de ce moment, profitant de la douceur de ses bras, profitant de la chaleur de son corps qui lui conférait une sensation de bien-être. Vesper était bien plus qu'une amie pour lui. Elle était un tout. Elle lui avait tellement manqué... Alors qu'il passait une main dans ses cheveux soyeux, il laissa couler une larme tout en la serrant fort contre lui.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyVen 30 Déc - 0:33

A l’évocation du collier, Vesper baissa automatiquement les yeux dessus. Il ne l’avait jamais quittée alors forcément, oui, elle l’avait toujours et elle ne voyait pas pourquoi ça surprenait Noah. Il est vrai que quand elle était ado, elle s’amusait à revendre les cadeaux qui ne lui plaisaient pour pouvoir s’acheter ensuite ce qu’elle voulait vraiment, mais ça faisait longtemps qu’elle ne le faisait plus. Et puis surtout, ce cadeau lui avait plu évidemment. Qui serait-elle pour cracher sur de l’or blanc ? Même en dehors de ça, c’était un cadeau qui venait de Noah, à une période de sa vie où elle s’était posé tout un tas de questions existentielles et qui n’avait certainement pas été la plus facile. Tout ça pour dire qu’elle l’avait évidemment gardé.
Quoi qu’il en soit, il ne lui laissa pas le temps de répondre et lui annonça qu’il n’avait jamais cessé de penser à elle et qu’elle parvenait à le faire se sentir mieux. Après quoi il la prit une fois de plus dans ses bras et une fois de plus, elle ne put que resserrer son étreinte autour de lui, comme un réflexe trop longtemps oublié mais qui luttait et finissait toujours par refaire surface. La blondinette ne retenir un sourire non plus alors qu’il lui caressait doucement les cheveux.

    « T’as toujours eu une âme de poète. »


Parce qu’il fallait reconnaître que c’était beau ce qu’il disait, et que, depuis le temps qu’ils se connaissaient, il était toujours parvenu à la faire se sentir unique quand les autres ne faisaient que la noyer dans la masse. La blondinette lui frotta le dos en un geste réconfortant et s’écarta un brin pour lui essayer la joue du revers de la main. Elle détestait le voir triste même lorsqu’il avait toutes les raisons du monde de l’être.

    « Ne pleure pas, sinon je vais pleurer aussi, tu me connais. Je sais bien que ça n’a pas été facile jusqu’ici, mais je suis là maintenant, on va pouvoir de nouveau tout partager, comme avant. »


Athènes, 2010

Plus elle y songeait et plus elle était persuadée que c’était une bonne chose d’avoir demandé à Noah de venir avec elle. S’il n’avait pas été, c’est toute seule qu’elle serait en train de déprimer, sans personne à qui pouvoir parler, à part peut-être le type qui prenait les appels du room service. Vesper profita du fait qu’il l’ait prise dans ses bras pour se pelotonner tout contre, poser la tête au creux de son épaule et respirer son odeur familière. Elle se sentait déjà un peu mieux. Là où il n’avait pas tort, c’est quand ils disaient qu’ils s’étaient bien amusés jusque-là. Oui ça, elle ne pouvait nier qu’ils s’amusaient toujours tous les deux et que c’était bien pour ça que c’était lui qui était là et pas un autre.

    « Ça n’a rien à voir avec le voyage, c’est juste… tu vas trouver ça stupide… j’suis pas comme toi, Noah, qui butines de fleur en fleur, j’y tiens vraiment au mariage, moi. Mais j’en veux un qui dure toute la vie. J’y crois tellement que j’essaye désespérément de trouver la bonne personne. Et c’est pas le cas, seulement je rajeunis pas, j’ai peur de manquer l’occasion… »


Voilà, elle l’avait dit. Et elle se trouvait bien bête de l’avoir dit, aussi. C’était le discours typique de la niaise de service dans une comédie romantique de seconde zone mais il n’empêche que, malgré l’époque actuelle, ç’avait toujours fait partie de ses rêves de se marier, d’avoir des enfants et tout ce qui s’ensuit. Alors certes, à vingt-huit ans, on ne pouvait pas considérer tout espoir perdu, mais c’était quand même sa deuxième tentative, déjà. Sans compter cette situation qui tendait à lui rappeler chacun de ses échecs. Bref, elle n’allait pas chouiner toute la soirée, pour le coup ça serait vraiment pathétique. En revanche, elle allait quand même appeler le room service et continuer à zapper. Elle se redressa donc et changea de chaîne pour tomber sur la version grecque d’un de ses films préférés.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyVen 30 Déc - 14:43



Remember Us - Part 3


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- T’as toujours eu une âme de poète.

Il esquissa un sourire alors qu'elle stoppa l'étreinte. Elle lui essuya la joue, chassant les quelques petites larmes qui s'échappaient. Il n'était pas triste. Il était heureux, heureux de retrouver une infime partie de son passé.

- Ne pleure pas, sinon je vais pleurer aussi, tu me connais. Je sais bien que ça n’a pas été facile jusqu’ici, mais je suis là maintenant, on va pouvoir de nouveau tout partager, comme avant.

La légèreté qu'il avait ressenti en la revoyait repointait le bout de son nez. Elle était de nouveau dans sa vie et cela faisait du bien. Certes, Noah était un homme à femme, sans attache, un dragueur hors-pair, un bel homme déterminé, ambitieux qui avait en apparence de l'assurance. Seulement, derrière cette façade, Noah était un homme marqué par les épreuves de la vie notamment ces dernières années. Il était poursuivi par d'anciens démons et la sécurité d'Astoria était devenu une dépendance. Il se noyait dans le travail et ne vivait que pour ça jusqu'ici.

Athènes. Grèce. Six ans plus tôt..

- Ça n’a rien à voir avec le voyage, c’est juste… tu vas trouver ça stupide… j’suis pas comme toi, Noah, qui butines de fleur en fleur, j’y tiens vraiment au mariage, moi. Mais j’en veux un qui dure toute la vie. J’y crois tellement que j’essaye désespérément de trouver la bonne personne. Et c’est pas le cas, seulement je rajeunis pas, j’ai peur de manquer l’occasion…

Cela n'était pas stupide. Noah la comprenait. Malgré qu'elle ait raison, Noah espérait en secret le bonheur de pouvoir se marier, vivre avec une femme aimante pou le reste de sa vie, élever ses enfants dans une grande maison. Mais sur le moment, Noah gardait la face et voulait préserver cette réputation de butineur de fleurs. Il lui sourit et décidant de rester avec elle, se changea pour se mettre dans une tenue plus confortable avant de retourner à ses côtés devant un film en version grecque.

- Ce n'est pas stupide, Ves. Je te comprends. Mais je sais que tu trouveras. Tu es belle, intelligente, drôle, adorable, généreuse, honnête. Tu trouveras chaussure à ton pied, j'en suis sûr. Je te le souhaite.

Il enchaîna aussitôt marquant une courte pause.

- Bon allez ! Je reste avec toi ce soir. Je suis pas venu avec toi pour te laisser toute seule. On commande quoi ?

Noah était tout content et avait le sourire jusqu'aux lèvres. Il allait remonter le moral de Ves car c'est ce qu'il faisait de mieux. Il arrivait toujours à la faire rire. Leur complicité au fil des années n'avait eu de cesse d'évoluer dans le bon sens. Elle ne pouvait rien lui refuser et il ne pouvait rien lui refuser non plus. Leur lien était indescriptible, à la frontière entre l'amitié et l'amour.

Astoria. Présent.

- Je ne pleure pas voyons, Ves... Tu me connais.

Il ne put retenir un rire moqueur. Il la regarda, attentionné, lui sourit puis se leva pour regarder à l'horizon. En parlant d'Athènes, cela avait fait remonter tellement de souvenirs. Ils se connaissaient depuis une dizaine d'années à l'époque, connaissaient quasiment tout de l'autre. Ce voyage changea à jamais leur relation. Ce voyage a été le moment où ils ont franchi cette limite qui s'était naturellement imposée entre eux dès le début. Qu'en était-il aujourd'hui ? Noah se le demandait. Mais l'heure n'était pas à se poser des questions sur ce sujet. Noah voulait tout savoir sur Ves depuis ces derniers mois, depuis son arrivée à Astoria.

- Bon, Ves. Explique-moi tout ! Que s'est-il passé depuis tous ces mois ? Depuis ton arrivée ? Tu as su bien t'intégrer au point qu'on ne se croise pas apparemment..

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyDim 1 Jan - 3:15

Ça oui, elle le connaissait, et Noah était donc un robot incapable de pleurer ou de faire preuve d’une quelconque émotion, si l’on en croyait ses dires. Des bêtises tout ça, Vesper était bien placée pour le savoir, ça faisait plus de seize ans qu’elle le connaissait. Alors certes, il était peut-être parvenu à faire illusion les premiers temps mais c’était à l’époque où elle ne le connaissait pas aussi bien qu’aujourd’hui et ça ne faisait plus effet depuis un petit temps, déjà. Pour toute réponse, la jeune femme se contenta de lever les yeux au ciel, alors que ça le faisait visiblement rire et qu’il se levait pour fixer son regard sur l’horizon. Oui bon, il ne lui en voudrait pas si elle restait assise pour sa part, elle avait plutôt envie de paresser. Même qu’elle s’étendit, en appui sur ses coudes tandis qu’il lui posait des questions sur sa vie au camp depuis qu’elle était arrivée à Astoria. Oh, à choisir ce n’est pas vraiment ce sujet de discussion qu’elle aurait choisi pour la simple et bonne raison qu’il ne s’était pas passé grand-chose depuis son arrivée. Elle haussa un sourcil quant à la remarque de Noah sur le fait qu’elle se soit bien intégrée.

    « Oui et non, je sais pas… tu sais comment je suis, j’essaye toujours de faire en sorte que les gens m’apprécient un peu. Mais j’ai pas vraiment noué de liens forts avec quiconque encore. Oh, il y a bien mon collègue, mais je crois que je l’intimide un brin… cela dit, il est très reposant comme garçon. Disons surtout que mes journées sont bien remplies et que je les passe pas souvent à Astoria même, on va pêcher à Portland. »


Qu’une herboriste de profession se reconvertisse en pêcheuse aurait pu en étonner plus d’un mais pas Noah qui savait très bien que Vesper avait été bercée là-dedans, qu’elle provenait de l’Etat où l’on pêchait les homards – oui, c’est triste, sacrilège ! -, que son père était lui-même pêcheur et qu’il n’avait pas attendu qu’elle soit plus haute que trois pommes pour l’emmener sur son bateau et lui montrer comment tout ce joyeux bordel fonctionnait. Alors on peut dire que ça s’était tout naturellement imposé à elle. D’autant que tout le monde n’avait pas les compétences nécessaires pour naviguer en mer.
Le temps de dire ça, la blondinette rêvassait de nouveau à ce jour en Grèce. Elle n’y avait plus songé depuis des mois, c’était bien malin de le faire de le faire ressurgir maintenant. Mais il collait à Noah alors forcément, si Noah ressurgissait, le souvenir en faisait tout autant.

Athènes, 2010

Elle venait tout juste de lui livrer ce qu’elle avait sur le cœur que monsieur l’abandonnait déjà pour s’enfermer dans la salle de bains. Pressé d’aller dîner sans doute, et c’était bien normal, c’était tellement plus important que ses petits problèmes ridicules. Ah ça y est, elle atteignait de nouveau le stade du pathétique, il fallait qu’elle cesse impérativement de faire ça et tout de suite. Ce n’était pas de la faute de Noah si elle était en colère, c’était de sa faute à elle, elle ne pouvait en vouloir qu’à elle-même, fin. La blondinette se cala contre les oreillers et soupira avant de reporter son attention sur l’écran de télé où dansait Gene Kelly. C’est précisément à ce moment-là que Noah reparut, sauf qu’il n’était pas élégamment vêtu comme pour aller dîner en ville et brancher Dieu sait quelle minette, non. C’était tout le contraire, en fait, un peu comme s’il avait l’intention de rester avec elle pour se faire un plateau-télé. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne s’était pas attendue à ça, pas plus qu’elle ne s’était attendue à ce qu’il lui dise qu’il la comprenait avant de vanter combien elle était belle, intelligente, drôle et tout ce qui s’ensuit et qu’elle ne pouvait que trouver le prince charmant qu’elle désirait tant. C’était sérieux, ça ? Non parce que bon, fringuée de son pyjama, les cheveux attachés à la va-vite et démaquillée, à déprimer, vautrée devant son film préféré, elle ne se sentait ni belle ni intelligente et encore moins marrante, en vérité. Puis comment pouvait-il la comprendre, lui qui n’avait clairement jamais eu le même objectif qu’elle ? Cependant, elle ne dit rien et lui fit une place sur le lit tandis qu’il claironnait qu’il restait avec elle ce soir et qu’il demandait ce qu’ils commandaient. Euh… Vesper en resta coite l’espace de quelques secondes et battit des paupières à plusieurs reprises avant de se reprendre pour répondre :

    « Ben… du yaourt. C’est pas censé être une de leurs spécialités ? Et du café, tiens… »


Super, c’était bien sûr avec ça qu’ils allaient se nourrir… elle avait tendance à oublier que Noah n’était pas un lapin et qu’il avait besoin de plus que ça pour se sustenter, alors haussa les épaules et ajouta :

    « J’sais pas, prends ce que tu veux, en fait… mais t'es pas obligé de rester là, tu sais. »


Le voilà donc bien avancé.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Invité
Invité

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyLun 2 Jan - 0:05



Our New Beginning - Part 1


- I can save lives. That's reason enough to risk mine. -



- Oui et non, je sais pas… tu sais comment je suis, j’essaye toujours de faire en sorte que les gens m’apprécient un peu. Mais j’ai pas vraiment noué de liens forts avec quiconque encore. Oh, il y a bien mon collègue, mais je crois que je l’intimide un brin… cela dit, il est très reposant comme garçon. Disons surtout que mes journées sont bien remplies et que je les passe pas souvent à Astoria même, on va pêcher à Portland.

Et il ne le savait que trop bien. Vesper savait bien sympathiser avec les gens. et les gens ne peuvent que l'aimer. Elle est si adorable et gentille avec tout le monde. Bon, Noah savait aussi qu'elle pouvait s'énerver et qu'il ne valait mieux pas être dans les parages. Mais c'est son côté doux et calme qui attira Noah il y a seize ans. Il l'adora tout de suite avant de comprendre, il y a quelques années qu'il pourrait être bien plus attaché à elle qu'il ne se l'était permis. Vesper représentait tellement pour lui. Il repensa alors à ce séjour en Grèce, il y a six ans. Regardant à l'horizon, Vesper à ses côtés, il se concentra sur ce souvenir, ce moment où leur relation prit un tournant auquel ils ne s'attendaient ni l'un, ni l'autre.

Athènes. Grèce. Six ans plus tôt..

- Ben… du yaourt. C’est pas censé être une de leurs spécialités ? Et du café, tiens…

Noah la regarda avec un air qui voulait dire T'es sérieuse, meuf ? Il se mit alors à rire tout en s'excusant. il ne pouvait s'en empêcher. Parfois, il oubliait que Vesper était végétarienne. Une herboriste végétarienne. Bon, jusqu'ici, tout semble normal. Cela faisait sourire Noah. Lui était un pur carnivore. On pourrait même aller jusqu'à dire que c'est un carnassier. La viande et lui, c'était une grande histoire d'amour.

- J’sais pas, prends ce que tu veux, en fait… mais t'es pas obligé de rester là, tu sais.

Il la regarda de nouveau. Il soupira puis se posa entre elle et Gene Kelly.

- Ves, pas à moi, enfin. je vais pas te laisser toute seule. On fait ce séjour ensemble alors je reste avec toi. On commande et on regarde Gene Kelly chanter et danser en grec. je t'épargne le couplet où je te redis que je suis là pour toi, bla bla bla.

il se reposa à ses côtés, tout sourire. Il attrapa le téléphone et commanda un bon gros steak bleu et une bonne grosse portion de frites. Il salivait d'avance. Il avait tellement faim. Il commanda aussi du chianti, son vin préféré. Vive la Grèce où Noah peut quand même manger américain et boire italien. Il se tourna une énième fois vers Vesper. À son visage, il comprit tout de suite que la belle blonde s'était arrêtée sur le mot steak.

- Ves, tu me connais. J'allais pas commander une salade César... Allez, dis-moi ce que tu veux et que ce soit pas un truc compliqué à traduire.

En effet, Noah était polyglotte. Ce beau dragueur coureur de jupons savait parler français, espagnol, allemand et italien. Il avait aussi des notions en russe, mandarin et grec. Il se débrouillait pas si mal que ça, ce qu'il lui vaut plus pays à son tableau de chasse. Quoiqu'il en soit, il attendait que Ves lui dise ce qu'elle voulait pour l'employé grec puisse monter leur dîner que Noah avait hâte d'avoir.

Astoria. Présent.

- Ce voyage en Grèce. C'était vraiment bien, hein ?

Oh c'était vraiment bien. Ce fut l'un des moments les plus agréables dans la vie de Noah. Surtout qu'à cette époque, il venait de rompre avec Emily, une énième conquête. Seulement, Vesper ne le savait pas. Il ne lui en avait jamais parlé sans aucune raison apparente. C'était Noah dans toute sa splendeur. Ves savait beaucoup de choses et en ignorait d'autres. Il avait eu tellement de copines qu'il avait sûrement oublié d'en mentionner quelques unes lors de ses nombreuses discussions avec Vesper.

- La promesse que je t'ai faite, tu t'en souviens ?.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah EmptyMar 3 Jan - 23:30


Le résumé qu’elle lui fit n’eut pas l’air de le surprendre et le contraire eut été étonnant puisqu’il devait être à présent la personne qui la connaissait le mieux au monde. Il ne fit d’ailleurs pas la moindre remarque à ce sujet. La vérité c’était surtout qu’il avait l’air tout aussi plongé dans ses souvenirs qu’elle ne l’était. Raison pour laquelle elle ne fut le moins du monde surprise de l’entendre évoquer leur voyage en Grèce. Il avait raison : c’était bien, Vesper ne pourrait jamais le nier et pourtant, c’était surtout grâce à Noah que ça avait été si bien, sinon elle aurait seulement passé l’un des moments les plus déprimants de sa vie. Toujours est-il qu’il avait su comment lui remonter le moral et que c’était donc vraiment bien. Avec un sourire, elle releva les yeux vers lui.


    « Oui, c’était super. »


Là-dessus, il en profita pour lui remémorer la promesse qu’il lui avait faite. Oh, de ça aussi elle se souvenait. Sans doute encore plus fraîchement que de tout le reste. Probablement parce que ça comptait beaucoup pour elle autrefois et qu’elle ne s’y était pas attendue, surtout venant de la part de Noah, le bourreau des cœurs de service.


    « Pour tout te dire, je suis surprise que toi tu t’en souviennes. C’était pas sérieux à l’époque, hein ? »


Dire qu’elle n’y avait jamais cru serait mentir. Clairement, la blondinette avait voulu y croire, ce qui avait rendu les choses bien plus faciles pendant un moment. Plus besoin de se mettre une pression de dingue pour trouver la perle rare puisqu’elle l’avait trouvée. Ce qui ne l’avait pas empêchée de faire une dernière tentative, elle aussi s’était soldée par échec, mais Vesper n’en avait plus rien à faire. Mais plus le temps passait et plus ça lui paraissait improbable, alors aujourd’hui, après tout ce qu’ils avaient subi…

Athènes, 2010

Ses mots résonnaient encore à ses oreilles alors qu’elle avait du mal à savoir si elle avait bien compris. Ils avaient fait honneur au dîner – Vesper n’en avait pas démordu, elle avait voulu du yaourt et du café à la grecque, ces végétariens, des fois… - et étaient à présent étendus sur le lit à discuter de choses et d’autres, comme ils en avaient l’habitude. Quand, tout à coup, il s’était mis à lui parler de mariage, en précisant que si d’ici un peu moins de dix ans elle n’était toujours pas mariée alors ça serait lui qui l’épouserait. C’était tellement surréaliste qu’elle n’était même pas sûre que ça s’adressait bien à elle. Mais à qui d’autre, sinon ? Il n’y avait qu’eux et elle n’avait même pas besoin de jeter un coup d’œil par-dessus son épaule pour s’en assurer. Alors elle s’était contentée de sourire d’une manière aussi crispée que lorsqu’elle avait défilé en maillot de bain devant tout le monde lors de l’élection de Miss United-States – qu’elle avait perdue mais bon, elle faisait néanmoins partie des dauphines – et avait attendu la chute de la blague. A un moment ou à un autre, il allait lui sortir quelque chose ressemblant à « mais je déconnais, Ves, tu verrais la tête que tu fais, haha ! », c’était certain. Et là encore, elle ne pourrait nier qu’elle devait avoir l’air bien bête.

Seulement, rien de tout ça n’était venu et elle avait continué à le dévisager sans savoir quoi dire. Puis son regard avait eu le malheur de tomber sur ses lèvres et de s’y attarder quelques instants. Elle les connaissait bien pour les avoir vues un nombre incalculable de fois auparavant mais jamais de cette façon. Oh, elles n’avaient rien de spécial si ce n’est qu’elles étaient bien dessinées et que c’était bien là tout ce qu’on leur demandait, en fin de compte. Ce moment ne dura qu’une fraction de seconde mais Vesper trouvait déjà que c’était trop et elle tenta de toutes ses forces de regarder ailleurs ou au moins de relever les yeux pour les plonger dans les siens, mais non. Pire encore ; inconsciemment, elle se rapprochait toujours un peu plus de Noah, tel le papillon attiré par la flamme, jusqu’à l’embrasser.

Mais ce n’était pas bien, enfin si, mais non et donc, ce fut elle aussi qui mit brutalement fin au baiser avant de se redresser, visiblement mal à l’aise. Qu’on ne s’y trompe pas, elle n’était pas une de ces saintes-nitouches qu’un rien effraie, mais c’était de Noah dont on parlait et c’était mal parce que c’était son meilleur ami et puis elle n'avait pas envie que son nom se retrouve sur la liste, celle qui répertoriait toutes les conquêtes de cette espèce de Casanova. D’un geste nerveux, la blondinette enroulait et déroulait une mèche de cheveux s’échappant de sa coiffure improvisée et se pinçait les lèvres en attendant que Noah parle le premier. Qu’aurait-elle donc pu dire à ce moment précis ? Qu’elle était désolée ? Mais elle ne l’était qu’à moitié et puis, ce qui était fait était fait.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper http://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Contenu sponsorisé

si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty
MessageSujet: Re: si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah   si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
si demain tu regrettes le miroir écorché que le lac te reflète promets-moi d'oublier → noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: