you better keep your fucking mouth shut (ripley)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici you better keep your fucking mouth shut (ripley) 909028702
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions you better keep your fucking mouth shut (ripley) 870026516

Partagez
 

 you better keep your fucking mouth shut (ripley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 19:06


ripley river carter
/ i drag myself out of nightmares each morning and find there's no relief in waking /

âge ≡ trente-et-un ans, elle a l'impression d'en avoir soixante. date et lieu de naissance ≡ vingt-huit juin, portland.  origines ≡ américaines, bien que sa mère lui ait toujours dit que chez eux, il y avait aussi des italiens. ancien métier ≡ ancienne militaire, elle était major de l'armée de terre américaine. ancien lieu d'habitation ≡ portland. statut civil ≡ célibataire, il n'y a jamais eu de place pour l'amour dans sa vie. orientation sexuelle ≡ hétérosexuelle. situation familiale ≡ elle a tué ses deux parents, ains que sa petite soeur de douze ans. elle possède encore un petit frère, de vingt-cinq ans, la prunelle de ses yeux à astoria, sa raison d'être. date d'arrivée au camp ≡ mai 2015, ça lui semble toujours si proche pourtant. place dans le camp ≡ ancienne bras droit du chef de la sécurité, elle a laissé sa place pour devenir responsable des chasseurs. une responsabilité autre, une prise de décision poussée par le psychologue : un bol d'air frais loin des armes militaires, une manière de retrouver un calme dont elle a besoin. même si les rôdeurs sont toujours là, ils font à présent partie du paysage. aptitudes de survie ≡ le chaos n'a rien d'impressionnant pour elle, c'est d'ailleurs à présent seulement là qu'elle se sent bien. l'armée l'a forgé dans le sang, le feu, la douleur et la justice. elle sait se battre, manier les armes. elle sait rallier des hommes à sa cause, se faire entendre au dessus des cris. elle sait tuer, garder en vie. elle sait survivre, endurante, indépendante, véritable couteau suisse vivant. armes de prédilection ≡ aucune en particulier, elle les manie toutes aussi bien. prolongations de ses mains, ses doigts, elles sont une part du passé à laquelle elle se rattache pour s'empêcher de sombrer dans un futur trop instable. traits de caractère ≡ fière d'elle, têtue, bornée, impulsive, mordante, franche, rancunière, loyale, battante, pessimiste mais se veut optimiste pour le bien de la communauté, elle s'ouvre difficilement aux autres qui la craignent la majorité du temps. c'est quelqu'un de fort en caractère, mais aussi fort tout court. indépendante aussi, forcément. mais détruite psychologiquement par la vie, aurait besoin de se reconstruire. elle tangue entre façade saine d'esprit et violentes crises de paniques mélangées à des visions d'horreur. le psychologue du camp la dit durement atteinte de troubles du stress post-traumatique, mais elle refuse de suivre son traitement de peur d'affronter une réalité trop terrifiante, trop douloureuse.
the killer within

(i) ripley vient d'une famille foncièrement marquée par l'armée. son père était général, sa mère pilote. elle a perdu son grand frère en Iraq en 2004 et s'était, comme lui, engagée dans l'armée dès sa majorité. chez les carter, la norme était l'engagement. une norme qui s'est arrêtée à ripley : son petit frère a refusé de perpétrer la "tradition", quant à sa petite soeur de douze ans, elle n'y pensait tout bonnement pas encore. (ii) comme ses parents et son frère, elle a rapidement gravit les échelons dans l'armée. elle s'y plaisait, au début, et puis doucement les troubles se sont multipliés sans qu'elle ne s'en rende compte : pour elle, s'était la norme. (iv) quand l'épidémie a éclatée, elle était partie en séminaire dans une autre base que celle de portland. loin de sa famille. elle a d'abord obéit aux ordres, aussi drastiques et immoraux soient-ils avant de finir par fuir pour retrouver sa famille quelques semaines plus tard. (v) quand elle est retournée près de sa famille, quelques semaines après l'épidémie ce n'était que pour retrouver sa mère malade, trop pour voyager. une grippe non traitée qui l'empêchait de sortir du lit. ils ont tenu deux semaines avant d'être envahis par des rôdeurs attirés par la grande ville de portland. suite à une attaque, son père a été mordu à plusieurs reprises par des rôdeurs et si les morsures ont eu raison de lui, c'est ripley qui a mis fin à ses jours d'une balle unique. de sa mère, il ne restait qu'une marre de sang et un rôdeur incapable de bouger qu'elle tua aussi. et sa petite soeur. oh sa petite soeur. mordue à la cheville, si elle avait su qu'une amputation l'aurait sauvé elle l'aurait fait. à la place, son frère et elle lui ont fait leurs adieux avant de la descendre, là, comme ça. elle avait douze ans. son frère traumatisé par l'attaque n'avait rien fait, et ripley avait du prendre la place de chef de famille, même si leur famille était réduite au nombre de deux. (v) elle a longtemps survécu en duo avec son frère après coup. se faisant attaquer à plusieurs reprises par des rôdeurs comme par des hommes et son passé de militaire était la seule raison pour laquelle ils étaient encore en vie. suite à une de ces attaques par un groupe de survivants, son frère a été touché par balle. incapable de le soigner, sa blessure s'est infectée et il n'aurait pas survécu à cette énième blessure si ça n'avait été pour un groupe de recruteurs d'astoria.
weekly appointment

≡ qui étiez-vous avant que l'épidémie se déclenche ? major carter, un brillant soldat. j'avais un nom, des hommes, des responsabilités. déployée partout, les rares permissions étaient dédiées à ma famille en priorité. car chez les carter, la famille passe toujours avant tout. c'est encore d'actualité.
≡ comment avez-vous changé depuis le début ? j'ai désobéi aux ordres qu'on m'avait donné pour aller retrouver ma famille. j'ai tué des civils qui s'en étaient pris à ma famille. mes symptômes pré-existants de troubles de stress post-traumatiques se sont accentués.
≡ combien de rôdeurs avez-vous tué ? combien d'humains ? pourquoi ? trop de rôdeurs pour pouvoir les compter, plus que nécessaire : ils sont un danger et doivent être éliminés sans exception. mon métier nécessitait la neutralisation d'hommes et femmes du camp adverse. je ne compte plus les humains que j'ai tué avant ou après l'épidémie. je privilégie le bien du plus grand nombre, quitte à tuer des civils pour se faire.
≡ qu'attendez-vous d'astoria ? sécurité, nouvelle chance. astoria est tout ce qu'il reste d'humain dans la région. c'est une bulle qui doit être protégée.
≡ qui avez-vous perdu ? ma mère, mon père, ma petite soeur. d'abord. puis des amis d'infortunes, après. une poignée, mais dont les visages restent gravés là, quelque part. je me suis aussi perdue moi, et astoria m'aide un peu à me retrouver.
≡ quel(s) espoir(s) vous reste-t-il ? l'espoir d'une nouvelle vie, d'une nouvelle société. celui de ne pas avoir à perdre, encore, toujours, des êtres chers. une nouvelle chance.
io, margot
âge ≡ 21 ans. fuseau horaire ≡ France comment êtes-vous tombé sur le forum ? ≡ j'y suis déjà. fréquence de connexion ≡ 7/7. des questions ? des suggestions ? ≡  you better keep your fucking mouth shut (ripley) 158420215 . un dernier mot ? ≡  you better keep your fucking mouth shut (ripley) 158420215 .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 19:06

pretty much dead already
/ citation /
passé ≡ chez les carter, on était militaire par tradition. surtout du côté de son père : son grand-père s'était battu et avant lui son arrière-grand-père. william était militaire car c'était ainsi chez les carter, les hommes devenaient soldats. julia, elle, c'était différent. si elle était pilote ce n'était pas par tradition mais par passion. son père pilotait comme passe-temps. un passe-temps qui devint une passion pour elle et la poussa dans les bras de l'armée très tôt. les deux se rencontrèrent en mission et donnèrent naissance quelques annéesplus tard à james, ripley, kirk et viola. quatre beaux enfants. james et ripley décidèrent de poursuivre la tradition et s'engagèrent tous deux très tôt dans l'armée. les deux petites années qui les séparaient étaient dérisoires et leur relation était fusionnelle. on les appelait les jumeaux carter dans leurs rangs. kirk et viola ne développèrent pas le gêne carter : l'un était passionné par la médecine, tandis que l'autre, par la musique. ils étaient deux contre tous et si james les chambrait, ripley prenait toujours leur défense. montrant les crocs lorsque son frère débutait une énième dispute.

james mourra en iraq.

fusillé comme bien d'autres. ripley avait été déployée en même temps que lui et si elle ne fût pas là pour assister à sa mort, elle refusa de quitter ses côtés pendant de longues heures avant qu'on ne l'y oblige pour transporter sa dépouille loin du terrain gagné par l'armée américaine. et si l'armée jusqu'ici n'avait été qu'un jeu pour ripley, une tradition, tout changea ce jour fatidique. marquée par les horreurs de la guerre, par la perte de son frère, elle développa rapidement des troubles de stress post-traumatique comme plus de vingt pour-cent des soldats américains après l'iraq. jeune, l'iraq avait été l'un de ses premiers déploiements. et le dernier pour james. ripley n'était plus la même. elle dormait peu, faisait des cauchemars, semblait distraite, ailleurs. toujours crispée, sur le qui-vive. comme un animal sauvage. et si sa famille la poussait à consulter un psychologue, elle s'y refuser. l'armée, la guerre, était à la fois le détracteur de ses troubles et le seul univers dans lequel elle se sentait à sa place. la bête blessée qu'elle était devenue faisait tâche dans le monde civil, alors qu'entourée de ses frères armés, elle ne devenait plus qu'un pion parmi tant d'autres.

février 2015 ≡ l'épidémie devient hors de contrôle. alors le gouvernement déploie l'armée pour contenir et protéger les populations civiles. on ordonne ripley de se déployer à redding avec ses hommes, ce qu'elle fait sans rechigner. les au revoir avec sa famille sonnent comme des adieux : les reverra-t-elle un jour ? avant de partir, sa mère la supplie de rester, et sa soeur aussi, accrochée à sa taille. son père reste stoïque, comme toujours. lui la statue de marbre incapable de tout sentiment si ce n'est une profonde fierté pour le dévouement de sa fille, lui qui n'a pas dit un mot depuis la mort de son james. kirk ne veut pas la voir : il la déteste pour les laisser alors que la logique voudrait qu'elle reste avec ses proches. mais ripley est catégorique : l'amérique a besoin d'elle.

mais l'amérique n'est plus.

rapidement, la situation s'envenime. plus que contenir et protéger les civils, le camp dont elle a la charge avec d'autres hauts gradés devient une véritable dictature. jusqu'à cette attaque fatidique de rôdeurs, une trentaine s'immisce dans le campement et si d'abord son supérieur lui ordonne d'abattre les rôdeurs, il finit par perdre la tête. "tuez-les tous, ils sont tous infectés" qu'il leur dit. quand d'autres s'exécutent, ripley reste figée face à l'horreur de la situation. elle ne fera rien et lorsque le calme reviendra, ce ne sera que pour rencontrer le silence pesant et lourd de sens : ils étaient tous morts. quelques heures plus tard, l'ordre tombera d'évacuer les zones protégées. ses supérieurs décideront de rester et d'en faire leur forteresse. ripley fuira. la justice et la morale n'existaient déjà plus.

mars 2015 ≡ de redding à portland le chemin est long et semé d'embûches. de rôdeurs et de survivants. elle mettra deux semaines et demi pour retourner dans sa ville natale et rejoindre, avec de la chance, sa famille restée sur place. barricadés dans leur maison, lorsqu'elle rentra il leur restait un mois de provisions mais ripley n'était pas de cet avis : ils devaient bouger, et vite. les grandes villes devenaient de plus en plus dangereuses et rester ici était du suicide. sauf que voilà : sa mère était clouée au lit. malade. grippée sans traitement, la maladie s'était aggravée et elle ne pouvait rien faire par elle-même. coincés, les carter décidèrent de rester jusqu'à ce que, peut-être, sa mère se remette. mais ils n'eurent jamais le luxe de la voir se rétablir.

des rôdeurs attirés par le bruit d'une dispute ayant éclatée entre kirk et ripley réussirent à rentrer dans la maison. le reste fut un véritable massacre. son père lutta, mais l'âge l'avait affaibli. kirk et viola s'étaient barricadés dans la chambre de cette dernière, laissant au père et à ripley la lourde responsabilité de protéger ce qu'il restait de leur famille. mordu à plusieurs reprises, son père avait laissé les rôdeurs prendre le dessus. ripley avait tiré sur ces derniers, puis poussé les corps en décomposition d'au dessus son père.

il n'avait aucune chance de rétablissement.

c'était à peine s'il pouvait parler, et le sang présent dans sa gorge l'empêchait de respirer. tout n'était qu'une question de minutes avant qu'il ne meurent puis ne reviennent. en larmes, ripley appuya sur la gâchette.

lorsqu'elle monta à l'étage, nettoyer le couloir et les escaliers des rôdeurs ce ne fut que pour découvrir qu'ils avaient tentés de rentrer dans la chambre de viola : sans succès. mais sa mère n'eut pas la même chance. tremblante, elle était entrée dans sa chambre pour n'y trouver qu'un lit gorgé de sang et un rôdeur incapable de bouger, cloué par terre par le poids de la faim rassasiée. d'une unique balle elle mit fin à son existence.

du lit gorgé de sang et du rôdeur elle n'en parla pas à kirk et viola. de son père s'étouffant dans son propre sang elle n'en parla pas non plus. les préservant, taisant leurs questions. ils quittèrent la maison le jour même, sans jamais se retourner. ripley s'interdit toujours de répondre aux questions de son frère, ou d'aborder le sujet. un des symptômes de ses troubles, qu'on lui dit. une façon de le protéger, voilà ce qu'elle se dit, elle.

avril 2015 ≡ trois. voilà tout ce qui reste de leur famille de six. trois. ripley s'y accroche comme à la vie. family first, qu'elle se répète. alors elle les protège, les préserve. et si son frère kirk ne semble pas apprécier la situation, elle n'y peut rien. viola, elle, se fait discrète. elle n'est plus que l'ombre d'elle-même depuis l'accident. voilà ce à quoi la mort de leurs parents ressemble dans leurs bouches. un accident. terrible. dont ils n'ont pas conscience, parce qu'elle ne le veut pas. seuls, ils survivent plus qu'ils ne vivent, ne réussissant à s'installer quelque part que pour quelques jours avant d'être mis dehors par la présence de rôdeurs. puis finalement, la chance semble leur sourire.

un groupe de survivants.

ripley ne leur fait pas confiance. elle connait la nature humaine, sait qu'elle s'est détériorée depuis le début de l'épidémie. elle sait que les hommes tuent pour survivre, qu'ils pillent, violent, profitent et détruisent. qu'à travers le chaos ils retrouvent l'ordre. alors elle n'accepte de se rattacher à eux que parce que kirk et viola en ont besoin. et puis celui-ci possède des femmes, des enfants, des familles. les jours passent sans incident. elle s'imagine même retrouver un semblant de vie ici. puis un autre groupe de survivant s'en prend soudainement à eux.

attirant des rôdeurs par la même occasion.

viola est mordue à la cheville. elle ne dit rien, d'abord, avant que kirk ne le découvre une fois l'attaque terminée.

que faire ?

ripley sait. mais en a-t-elle la force ? elle a douze ans. douze ans. c'est une gosse, une gamine, une enfant. pourquoi elle ? pourquoi eux ? pourquoi encore eux ? n'avaient-ils pas suffisamment donné, perdu ? la guerre, les rôdeurs, quand cela s'arrêtera-t-il ? finalement, kirk accepte la fatalité, la seule idée possible. il veut d'abord le faire. c'est sa soeur après tout. mais l'arme en main, il en est incapable.

alors ils emmènent viola loin des regards plein de pitié des survivants de leur groupe. et les adieux sont déchirants, ils bouffent le peu d'humanité qu'il lui reste. elle serre entre ses bras le petit corps fragile et affamé de sa soeur. kirk se retourne, incapable de regarder ripley commettre l'impardonnable. doucement, elle lève le révolver. yeux dans les yeux. larmoyants, injectés de sang, petits. puis viola ferme les yeux. elle fait de même.

elle tire.

et elle tombe à genoux en même temps que son corps tombe à terre.

mai 2015 ≡ depuis la mort de viola, kirk et ripley ne parlent plus ou presque. lorsqu'ils s'adressent l'un à l'autre ce n'est que pour dire des banalités. pour s'organiser. jamais pour se confier. jamais pour se rapprocher maintenant que le monde entier les a éloigné l'un de l'autre. ripley mène, kirk suit. point. leur relation s'arrête là à présent, une simple nécessité d'être ensemble pour survivre. les carter ne sont plus. plus vraiment. maintenant réduis au nombre de deux, peuvent-ils encore se considérer comme une famille ?

pourtant, les attaques de rôdeurs et de survivants les rapprochent en un sens. s'ils ne se parlent plus, ils se savent pourtant plus qu'important l'un pour l'autre. sans l'autre, ils ne sauraient avancer. ripley fait de son mieux pour protéger son frère. ses parties de chasse occasionnelles avec sa mère payent enfin, son passé de militaire les sauve.

mais il ne sauvera pas son frère de cette balle perdue lors d'une fusillade avec un autre groupe.

sa blessure s'infecte, évidemment. et si cette équipe de recrutement n'était pas venue à temps, jamais kirk n'aurait survécu. ripley le sait, ça. et c'est pour ça qu'elle se sent complètement redevable à astoria : sans ses habitants, elle aurait perdu le dernier membre de sa famille. qui sait ce qu'elle aurait été capable de faire après.

juin à décembre 2015 ≡ après un mois en quarantaine, on l'affecte au secteur de la sécurité. son expérience dans l'armée est un plus, un atout indéniable. elle manie les armes sans problème, répond aux ordres, ne flanchit pas devant le danger. c'est une force autant qu'un danger car le psychologue a été très clair sur ce point : ripley est profondément atteinte de troubles du stress post-traumatiques et est une bombe à retardement. un jour où l'autre, elle deviendra un danger pour elle-même. mais ripley, ce pronostique, elle l'a déjà entendu des dizaines de fois. ses troubles font parti d'elle. elle le sait. elle s'en fiche. elle refuse de voir le psychologue comme il le conseille. elle refuse d'être médicalisée.

quoiqu'elle soit, elle veut rester elle-même.

ce qu'elle ne comprend pas, pourtant, c'est que ce qu'elle cherche à atteindre, ce semblant de normalité, elle ne l'atteindra jamais. son ancienne elle est morte le jour où son frère est décédé sur le champ de bataille. et ce qu'elle avait parvenu à reconstruire a été détruit par trois fois. trois essais balayés par les balles. une pour son père, une pour le rôdeur qui avait dévoré sa mère, une pour viola.

janvier à septembre 2016 ≡ ripley ne fait pas de faux pas. la sécurité lui va comme un gant : là, elle retrouve ses marques laissées à l'armée. sécurité. justice. autorité. rang. un espèce de quotidien s'installe, lui faisant fermer les yeux sur les problèmes qu'elle continuer nier d'avoir. à quoi bon guérir quelque chose qui ne partira jamais.

bon élément, plus crainte que respectée par ses pairs cependant, noah la promeut bras droit. les responsabilités la font revivre. revivre, certes, mais sur des bases qui ne sont pas saines. le secteur de la sécurité n'est que l'ombre de l'armée, et l'armée avait été le détracteur de tous ses maux.

alors dans cette ambiance familière elle ne garde qu'à peine la tête hors de l'eau. les rendez-vous chez le psychologue lui sont alors imposés : la crainte qu'elle inspire, la peine qu'elle évoque chez ses proches les ont poussé à l'y obliger. petit à petit, le psychologue et son supérieur lui forcent la main, la poussant doucement à prendre la décision de quitter le système de surveillance.

de bras droit de la surveillance, elle passe à responsable des chasseurs. ses talents ne sont pas passés inaperçus (en cours)


rendez-vous psychologue, on veut l'éloigner des armes & de l'ambiance militaire pour calmer ses troubles, proposition responsable chef des chasseurs acceptée, bien que forcée.

octobre à novembre 2016 ≡ responsable chef des chasseurs, calme qui lui fait du bien.



Dernière édition par Ripley Carter le Dim 20 Nov - 22:46, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
staff / ruler of astoria
Margot Byers
INSCRIPTION : 02/08/2016
MESSAGES : 1477
IDENTITÉ : dragonfly in amber // léa.
FACECLAIM : gal gadot, avatar @hepburns, signature@hallers.
MULTILINKS : elsie la sauvageonne, ofelia la montagnarde et murphy le looser.
POINTS : 1074
you better keep your fucking mouth shut (ripley) Tumblr_obt32qF6gT1s7vilgo3_250
STATUT CIVIL : future maman à contrecoeur, le coeur retourné par cet homme qui refuse de la laisser affronter cette épreuve seule.
ANCIEN MÉTIER : lieutnant colonel dans les forces armées us, la belle était une militaire entièrement dévouée à son pays.
PLACE DANS LE CAMP : avant, l'amazone était à la tête des opérations hors du camp, fière chef du ravitaillement. maintenant, c'est une vulgaire surveillante à la frontière nord.
ARME DE PRÉDILECTION : la belle manie l'épée, une arme trouvée par hasard lors d'une mission. margot est aussi particulièrement douée avec le fusil d'assault qu'elle maniait avant.
ÂGE : trente-quatre longues années, trop longues au goût de la belle qui cherche la force de continuer.


you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 19:41

REBIENVENUE CHEZ TOI, avec ce perso qui prévoit du louuuurd you better keep your fucking mouth shut (ripley) 3660923273you better keep your fucking mouth shut (ripley) 636420871 déjà, katnis quoi you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2439174401you better keep your fucking mouth shut (ripley) 636420871you better keep your fucking mouth shut (ripley) 870026516 puis une militaire, obligé je veux un lien avec margot you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2364300635you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2311721126

_________________
▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️ ▪️
| with shortness of breath, i’ll explain the infinite, how rare and beautiful it truly is that we exist.

#QUEEN:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/ https://nottomorrowyet.forumactif.org/
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 19:54

j'allais venir te HARCELER de toute façon pour un lien you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2364300635 you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2364300635 you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2364300635
T'as pas le choix you better keep your fucking mouth shut (ripley) 158420215 you better keep your fucking mouth shut (ripley) 158420215 merciiii you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2275288384
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 20:02

rebienvenue chez toi you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2275288384
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 21:16

Merciiii I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 21:27

rebienvenue parmi nous ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 21:48

Rebienvenue sur le forum you better keep your fucking mouth shut (ripley) 1873710903
Encore une fois, je suis fan de tes choix, l'avatar, le prénom et l'ancien métier. you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2311721126
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyDim 20 Nov - 21:50

bienvenue you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2463586789
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyLun 21 Nov - 0:05

Re-bienvenue parmi nous, excellent choix de trombine you better keep your fucking mouth shut (ripley) 492345765
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyLun 21 Nov - 0:30

ohlala, le prénom, l'avatar, tout you better keep your fucking mouth shut (ripley) 3660923273 elle envoie du lourd ripley you better keep your fucking mouth shut (ripley) 1202336140 you better keep your fucking mouth shut (ripley) 1202336140 j'crois que j'vais vouloir un lien moi aussi you better keep your fucking mouth shut (ripley) 4040848939
rebienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyLun 21 Nov - 1:19


roh ce vava you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2439174401 you better keep your fucking mouth shut (ripley) 2439174401 I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyLun 21 Nov - 10:49

Re-bienvenue, juste pour dire que t'as trop la classe you better keep your fucking mouth shut (ripley) 1550605896 you better keep your fucking mouth shut (ripley) 1550605896 you better keep your fucking mouth shut (ripley) 1550605896
Revenir en haut Aller en bas
member / settler of astoria
Kaï Haner
INSCRIPTION : 19/09/2016
MESSAGES : 688
IDENTITÉ : lélia
FACECLAIM : katheryn winnick ©eriam
POINTS : 1085
you better keep your fucking mouth shut (ripley) Tumblr_ngl5d2dRsm1s7xoeto4_250
STATUT CIVIL : de nature seule, ton coeur est comblé par hunter depuis un certain temps.
ANCIEN MÉTIER : anciennement militaire tu as pourtant vite compris que le système été corrompu.
PLACE DANS LE CAMP : astoria est perdu. désormais tu hantes la forêt avec ton chasseur, ton sauveur.
ARME DE PRÉDILECTION : tu t'armes principalement d'une machette mais durant ton voyage tu as trouvé une épée assez pratique pour découper des têtes donc tu t'en sépare rarement.
ÂGE : tu foules le sol de cette terre depuis maintenant trente-sept années. guerrière tu ne comptes pas abandonner maintenant.


you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyMar 22 Nov - 0:47

re-bienvenue avec jennifer, un bon choix ! you better keep your fucking mouth shut (ripley) 459229441
bon courage pour ta fiche you better keep your fucking mouth shut (ripley) 492345765

_________________
on évite pas l’inévitable.
"si je pouvais lui décrocher la lune, je le ferais. Avant il n'y avait rien qu'un homme à part et solitaire". ▬ i wanna build you up and pick you apart. let me see the dark sides as well as the bright.


you better keep your fucking mouth shut (ripley) LWRyeks
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t178-felicitations-tu-vas-bientot-toucher-le-fond-cest-bien-kai-haner https://nottomorrowyet.forumactif.org/t192-n-est-pas-peur-je-suis-la-maintenant-kai-haner
Invité
Invité

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) EmptyMar 22 Nov - 13:25

Jennifer c'est mon bb you better keep your fucking mouth shut (ripley) 636420871
rebienvenue sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty
MessageSujet: Re: you better keep your fucking mouth shut (ripley)   you better keep your fucking mouth shut (ripley) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
you better keep your fucking mouth shut (ripley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: this sorrowful life :: quarantine :: les fiches abandonnées-
Sauter vers: