- whole heart. (rosa)

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 - whole heart. (rosa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: - whole heart. (rosa)   Dim 2 Oct - 15:56

whole heart
head first, past the point of no return
it's the only way left to go
Il avait été rude. Un peu trop rude. Beaucoup trop rude, même. Au moment où les mots avaient passés ses lèvres il les avait regrettés. Ça lui avait trotté dans la tête toute le reste de la journée, faisant tordre ses tripes. Il avait vraiment été con. Certes, il était en train de passer une foutue mauvaise journée. Il faisait humide comme pas possible, sa jambe lui faisait mal, et tout le semble semblait s’être passé le mot pour être con et ne pas faire le boulot comme il le fallait. Le fait qu’il avait à peine dormi n’avait rien à voir – il ne dormait jamais vraiment beaucoup. Mais aujourd’hui était une mauvaise journée, et Noah était d’une humeur massacrante, et il n’avait juste pas envie de se faire chier. Sa petite remarque avait été de trop. Alors il avait répondu, lui beuglant dessus comme un cabot. T’es vraiment con, s’était-il dit par après. Vraiment, vraiment con. Après tout, Rosa n’avait rien fait pour mériter qu’il s’adresse comme ça à elle – enfin, presque rien. Mais son caractère, il le connaissait, il savait bien qu’elle ne le disait pas pour le faire chier, que c’était juste comme ça qu’elle était. Il ne pouvait pas prétendre parfaitement la connaître, mais le temps qu’il avait passé avec elle était suffisant pour au moins comprendre ça. Ça avait juste été les circonstances. Il aurait gueulé sur n’importe qui. Ce n’était pas parce que c’était elle. Car elle était bien la dernière personne qu’il pourrait engueuler. Et pourtant il l’avait fait. Comme un vrai con. Alors il irait au moins s’excuser. Il n’était pas particulièrement d’humeur à le faire, parce que la journée avait vraiment été atroce et il avait juste envie de se caler au fond d’un fauteuil et de fumer une cigarette, d’enlever cette stupide prothèse et de respirer un bon coup. Mais il ne voulait pas laisser les choses comme ça. Parce que c’était Rosa, et il ne voulait surtout pas qu’il y ait un froid entre eux. La vérité c’était qu’il se sentait coupable. Il ne s’attendait pas à un pardon ou à quoi que ce soit – il voulait juste qu’elle sache qu’il était désolé. Qu’il avait été con. Et il repartirait sans demander son reste, si c’était ce qu’elle voulait. Même si au fond de lui il espérait bien qu’elle lui demande de rester. Juste le temps de la regarder un peu. De lui sourire, peut-être. De voir Anna.

Il se dirige vers la petite maison, ignorant les tiraillements dans sa jambe. Il fallait vraiment qu’il trouve une solution pour les journées d’humidité – le reste du temps, ça allait, il se débrouillait, mais quand l’air était saturée la douleur était presque insupportable. Mais bon. Il serre les dents et il continue d’avancer, essayant juste de ne pas y penser. Il voit de la lumière derrière les rideaux, elle sait qu’elle est là. En chemin il croise un visage connu, le salue d’un signe de tête. Pas le temps pour une conversation, il veut juste arriver jusqu’à elle. Il arrive finalement devant la porte, et prends un instant pour retrouver sa contenance – pour calmer sa respiration un peu trop effrénée par l’effort, et pour poser une main sur sa jambe, comme si le geste seul suffirait à faire disparaître la douleur. Il a l’impression de se jeter dans la gueule du loup, mais il ne peut pas supporter de laisser les choses comme cet après-midi, après que ses mots aient fendu l’air et qu’elle l’ait regardé comme elle l’avait fait. Non. Elle méritait ses excuses. Il voulait lui donner ses excuses. Il ne l’aurait pas fait si ça avait été n’importe qui d’autre. Mais c’était Rosa. Tout était différent avec Rosa. Après quelques secondes Noah se redresse finalement, se tentant le dos bien droit, et cogne à la porte. Trois coups, résonnant avec les battements de son coeur. Et il attends. Peut-être qu’elle ne répondra même pas. Peut-être qu’elle n’a pas envie de le voir – et il ne pourrait pas vraiment la blâmer. Ça ne serait pas très surprenant de sa part. Mais il reste, et il attends. Juste au cas où. Et finalement la porte s’ouvre, juste suffisamment pour que son visage soit visible dans la fissure. Noah pose les yeux sur elle, sur ses yeux, sur ses cheveux. Et il lui adresse un petit sourire, qui n’en est pas vraiment un, un rictus maladroit et embarrassé. « Salut. » Sa voix est rouillée, il se racle la gorge. « Je peux te parler ? » Il lance la balle dans son camp, il ne veut pas être insistant ou l’envahir avec ses excuses. Il lui laisse le temps de décider. Me laisseras-tu entrer ?  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: - whole heart. (rosa)   Dim 2 Oct - 16:47


whole heart
noah et rosalind / Drowning in the violence, it's getting pretty tense. A lot of hunger in the faces I see. A lot of bitterness, communal emptiness. – GRYFFIN, BIPOLAR SUNSHINE.

Anna s’était endormie. Naturellement et sans fioritures, elle s’était couchée au milieu de ses quelques jouets, une peluche entre les pattes, et avait fermé les yeux. D’une minute à l’autre, elle n’avait plus émis le moindre bruit — et ça, sa mère l’avait remarqué. Elle avait rappliqué au pas de course dans le petit salon de la maison qu’elles partageaient en colocation, et elle l’avait trouvée là, étendue, ses jeux arrêtés, calée contre un coussin ramassé sur le canapé. Les yeux fermés, la cage thoracique se soulevant à un rythme doux et serein. Elle l’avait ramassée, essayant de ne pas la réveiller. Et elle l’avait portée jusqu’à son lit, à l’étage. L’avait emmitouflée, bordée. La gamine n’avait pas ouvert l’œil, visiblement trop fatiguée pour être tirée de son sommeil par la seule présence de sa mère.

Depuis, le calme s’était fait dans la maison. En quelques gestes rapides et mesurés, elle avait ramassé les trois-quatre jouets qui traînaient, et les avait rangés dans le petit coffre prévu à cet effet. Ils faisaient avec les moyens du bord, mais il n’y avait certainement pas à crier. Les précédents habitants de Sherwood avaient laissé du stock, et elle n’avait eu qu’à parcourir les autres habitations pour ramasser ce qui lui fallait. Les conditions n’étaient pas idéales, et elle ne le serait jamais. Mais pour le moment, l’idée de s’en plaindre ne lui venait pas, et elle faisait avec ce qu’elle avait sous la main. De toute manière, rien n’allait changer. Ni aujourd’hui, ni demain — et probablement jamais. Le mieux qu’elle pouvait faire, c’était continuer d’avancer sans se poser de question, et se débrouiller pour trouver une solution à chacun des problèmes qui se présentait. Pas besoin de se lamenter sur ce qui était hier : les larmes ne le transposeraient pas à demain. Le monde avait changé, et y avait juste à l’accepter. Ceux qui se morfondaient avaient le droit — mais elle, elle avait choisi une autre voie.

Son pied se posait sur la première marche de l’escalier lorsque les quelques coups toqués à la porte attirèrent son attention. La main sur la rambarde, elle regarda quelques secondes la porte avant de finalement bouger. Qui se trouvait derrière la porte, elle n’en avait aucune certitude. Par contre, elle avait bien une petite idée. Et si ses pensées s’avéraient justifiées, la conversation risquait de ne pas beaucoup la retarder dans son entreprise de rejoindre Anna.

Sa main se pose sur la poignée, et la porte s’ouvre. Juste un peu — juste assez pour voir le visage qu’elle s’attendait à trouver derrière. Ses traits restent fermés, ses yeux aussi froids qu’elle ne pouvait les avoir eus lorsqu’ils s’étaient quittés quelques heures plus tôt. Il a la rédemption sur le visage, l’ancien flic — et elle l’entend, dans sa voix, qu’il n’a pas envie de se faire claquer la porte au nez, et qu’il aimerait bien se faire accorder le temps et la chance de s’expliquer. « Salut. » Elle lui répond instantanément et sèchement. Et lorsqu’il pose sa petite question stupide, elle a une forte envie de lui claquer la porte au nez. Mais il est trop loin pour que ça le lui casse, et il ne s’approchera probablement pas — alors, au fond, à quoi bon ? « Si j’dis non, il se passe quoi ? » La mauvaise volonté imprimée dans chaque syllabe, elle le toise sans ciller. Ça lui prend une fraction de seconde avant qu’elle n’enchaîne, toujours irritée. « J’t’écoute, mais dépêche-toi. » J’ai pas que ça à faire. J’veux pas te parler, moi. Tu peux pas m’laisser vivre, un peu ? Tu peux pas m’laisser respirer ? Si tu voulais pas t’faire accueillir comme ça, t’avais qu’à pas commencer. T’avais qu’à pas cracher la première réplique de la bataille, et t’adresser à moi comme si j’étais juste ton putain de hibou écervelé.

Alors dépêche-toi. Dépêche-toi, que j’puisse me débarrasser de toi, et aller rejoindre Anna.

(c) blue walrus
Revenir en haut Aller en bas
 
- whole heart. (rosa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hanna M. van Alen ~ Rosa sine Spina~
» hungry heart [Accepté]
» WARRIORS CATS' HEART
» we heart it ?
» Heart Breaker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps inachevés-
Sauter vers: