j'irais bien refaire un tour → swan

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici j'irais bien refaire un tour → swan  909028702
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions j'irais bien refaire un tour → swan  870026516

Partagez
 

 j'irais bien refaire un tour → swan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyMer 16 Nov - 11:05


Ohhh la vie d’un pirate à bord d’une frégate, c’est la plus belle des vies ! On s’dilate la rate quand on est pirate, oui, on rit dans la piraterie ! ♫
Ça, c’est ce que Vesper fredonnait depuis le début de la journée ; sauf que pirate, ce n’est pas pêcheur et qu’on se bidonne nettement moins en tant que simple pêcheur, quand même. Surtout avec une épidémie sur les bras. Oui parce que figurez-vous qu’il n’y a pas que des poissons que l’on peut remonter… les zombies aussi ! Fort heureusement pour elle et son collègue peu loquace, ça n’arrivait pas trop, trop souvent. Pour le coup, la jeune femme ne s’était pas marrée le moins du monde, ça c’est sûr, elle avait même fait un bond en arrière avant de se reprendre et d’aller donner un coup de main à l’autre pêcheur. Ça oui, la blondinette savait depuis belle lurette que la pêche ce n’était pas s’asseoir au bord de l’eau dans un fauteuil pliable, la canne dans une main et une bière dans l’autre tout en hurlant aux jeunes qui s’amusent un peu plus loin de la fermer parce qu’ils font fuir la poiscaille, elle était fille de pêcheur et ç’avait même été son premier job d’étudiante mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne se serait jamais attendue à ça.

Enfin soit, la malédiction familiale avait continué de s’acharner sur elle avec un peu plus de force ce jour-là, visiblement, puisqu’après leur rencontre avec le zombie aquatique, c’était le moteur qui avait commencé à faire des siennes. C’est pour cette raison que sur les anciens bateaux de pêche, il y avait toujours un mécano – qui ne s’appelait pas forcément Paulo, stop les clichés - à bord, sauf que pas de bol, elle n’était pas mécano – et elle s’appelait encore moins Paulo, donc… Ni Odd – son collègue qui ne parlait quasiment jamais, ce qui fait qu’elle n’avait pu qu’en venir à cette conclusion, en réalité. Une chance pour eux que la panne ne dura pas longtemps et qu’ils n’eurent qu’à faire semblant de mettre les mains dans le moteur – en se les couvrant d’huile de moteur au passage, les mains – pour que tout soit réglé. Ou pas, on ne savait jamais, ça pouvait aussi être les premiers signes annonciateurs d’une plus grosse panne à venir. Mais ce n’était pas son genre d’être défaitiste… Ce qui ne l’empêcha pourtant pas de suggérer à son collègue de partir devant, voir avec d’autres ce qu’il convenait de faire tandis qu’elle se chargeait de rentrer prises et matériel.

Oui, c’était bien beau, mais il y avait une sacrée trotte de Portland à Astoria à pied, quand même… enfin, peut-être pas tant que ça, en vrai, mais rappelons que Vesper n’avait rien de Musclor et que, peu habituée à ce genre de climat, elle crevait de chaud, bordel de merde. Si bien qu’elle se macula la face d’une jolie trace d’huile de moteur alors qu’elle essuyait la sueur sur son front du revers de la main. La vérité c’était qu’elle n’était pas mécontente d’avoir fini journée, qu’elle était claquée, éreintée, vidée, lessivée et tout ce que vous voudrez. Cependant, il lui fallait encore faire le tour pour passer par l’entrée… elle était découragée d’avance. C’est alors qu’elle eut une idée. Ou plutôt, c’est le type qu’elle voyait s’affairer au loin qui lui donna l’idée. Il y avait une brèche dans la clôture bordant le village. Oui, ça faisait un peu gouffre de Helm, tout ça, mais pour être honnête, Blondie préférait ne pas y penser. Dans tous les cas, ça ne pouvait pas faire de mal si elle coupait par-là, ne serait-ce que cette fois.

C’est donc un brin soulagée que la jeune femme se dirigea vers le gars en question. Qu’elle ne connaissait probablement pas, mais ça, c’était normal, ça ne faisait pas longtemps qu’elle était, elle ne pouvait donc pas connaître tout le monde. Mais à mesure qu’elle approchait, Vesper se rendit qu’en fait, elle avait déjà croisé cette tête ; un physique pareil, ça ne s’oublie pas si facilement. C’est alors qu’elle se prit à se dire qu’elle devait avoir à peu près la même tronche de déterré que la plupart des morts-vivants qu’elle connaissait, bien loin de la miss qu’elle avait un jour été, mais se reprit bien vite. Ça n’avait vraiment aucune importance, en fin de compte. Ou alors un tout p’tit peu…


    « Salut ! J’ai pas l’intention de te prendre trop de ton temps, mais ça t’ennuie pas que je prenne un raccourci pour rentrer, si tu vois ce que je veux dire ? »


Le joli blond eut droit à la totale : le sourire commerçant avec un petit goût de « revenez-y », le battement de paupière à répétition et la petite danse d’un pied sur l’autre prouvant bien qu’elle était pressée de rentrer. Ça devait bien trancher avec son allure actuelle mais s’il n’acceptait pas avec ça, franchement, elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait faire de plus…

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
staff / ruler of astoria
Swan Jacobs
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363
j'irais bien refaire un tour → swan  JfLSryD
STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyLun 28 Nov - 21:07


Ça fait maintenant quelques semaines que Swan et Max sont installés à Astoria et, déjà, le blond s’est engrené dans une routine de derrière les fagots, un train-train quotidien qui ressemblerait presque au bon vieux métro, boulot, dodo. Le matin : petit déj avec son fils et, parfois, leurs colocs, puis direction la garderie où il dépose Max, avant de faire le chemin jusqu’au cabanon qui abrite sa boîte à outils et enfin, le début de son tour des barricades, où il prend note avec ses collègues des zones à danger avant d’établir les niveaux de priorité des travaux et de se mettre à ce qu’il appelle le « raccommodage ».

Aujourd’hui, boulot d’exception : c’est une faille importante côté extérieur, au niveau de la zone résidentielle, qui a été repérée. Ça s’est pas bousculé au portillon niveau volontaire pour sortir son cul du camp afin de s’en occuper, et on va pas non plus dire que Swan a sauté sur l’occasion comme un gamin sur les genoux du père Noël mais, voyant le peu d’enthousiasme de ses collègues, il n’a pas rechigné à se porter volontaire. Faut dire qu’il a été aux premières loges, il n’y a pas si longtemps que ça, pour constater qu’il suffisait d’un rien pour que le camp se fasse envahir. Ils auraient pu y rester, Max et lui, il n’aurait fallu qu’une seconde pour que le destin se joue d’eux. Et à vrai dire, Swan n’a jamais vraiment eu besoin de cette expérience pour ne pas oublier qu’ils ont beau être en relative sécurité au sein du camp, ça n’empêche pas que le monde et ses hordes de morts continuent à tourner autour d’eux. Ces barricades, plus encore que le facteur humain, sont pour Swan de véritables remparts à l’intérieur desquels il a mis son fils en sécurité, comme dans un cocon. Alors ce n’est pas étonnant de voir avec quelle ardeur le fier papa ours s’applique quotidiennement à sa tâche, bichonnant jusqu’au plus petit clou rouillé les palissades qui se dressent entre leur nid de civilisation et la jungle puante qui s’étend autour d’eux.

Sauf qu’aujourd’hui, donc, Swan se retrouve côté de la dite jungle et pour l’occasion, il est armé non seulement de son bon vieux couteau de chasse mais aussi d’un fusil assorti, ce qui ne manque pas de le rassurer alors que le voilà à genoux en train de s’affairer, le dos tourné à la forêt vers laquelle il garde une oreille constamment dressée, à l’affût du moindre son pouvant trahir la venue d’un intrus. Sauf si l’intrus en question est vivant, agressif, pourvu d’intelligence et d’une arme à longue portée, là… là en revanche Swan serait dans la merde.

Alors, lorsqu’il entend des bruits de pas réguliers qu’il reconnaît d’instinct n’avoir rien à voir avec ceux, traînants, d’un mort, le grand blond bondit aussitôt sur ses pieds et, faisant volte-face, attrape son fusil et amorce déjà un mouvement pour le dresser en direction de l’arrivant… mais il se fige en plein geste en avisant le minois noirci d’une petite blonde chargée comme un baudet de matériel de pêche, et Swan a beau ne pas être une flèche, il comprend quand même rapidement que la demoiselle doit faire partie de l’équipe de ravitaillement en poissons. En revanche, de là à comprendre ce qu’elle fait là… faut pas trop lui en demander non plus. Heureusement pour Swan, il ne reste pas longtemps dans le flou puisque, une fois arrivée à sa hauteur, la blondinette lui expose d’emblée sa requête et face à cette dernière, Swan cligne d’abord bêtement des yeux, avant de prendre son air de papa sévère, la toisant sous une bonne vieille ride du lion des familles.
« Nope, d’solé miss, mais on passe pas ! » qu’il lui sort dans une imitation involontaire mais quasi parfaite d’un policier marseillais. « Y’a des travaux importants sur cette brèche, faut toucher à rien, il en va de la survie de toutes les habitants d’Astoria, à l’intérieur comme à l’extérieur… Enfin, surtout à l’intérieur, pour le coup, mais on se comprend. » Tendant le bras vers la direction de l’entrée du camp, il ajoute : « Faut passer par la porte. C’est pas si loin que ça… Je crois. »
Mettant les mains sur les hanches, Swan avise la demoiselle, et déjà, son bon fond refait surface, le faisant déjà culpabiliser d’avoir dû l’envoyer sur les roses après une demande, somme toute, si gentiment faite. L’air emmerdé, il se passe une main dans la nuque en jetant un coup d’œil vers son travail.
« Hmm, mais euh, en fait, » marmonne-t-il, « j’ai bientôt fini, alors, si vous voulez vous pouvez toujours attendre et j’vous aiderai à porter vos brols. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan https://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyMer 30 Nov - 1:13

Un peu à cran, le monsieur. Et on le serait à moins, sans doute. Il faut que depuis quelque temps, c’est de moins en moins de personnes vivantes que l’on rencontre en dehors des murs d’Astoria. Vesper était bien placée pour le savoir, étant donné qu’il lui avait fallu traverser le pays pour enfin arriver à ce havre de paix. Enfin, façon de parler. Et pour ce qui était du reste des vivants… il ne valait mieux pas trop s’y fier non plus. Dans tous les cas, elle comprenait que le blondinet soit sur ses gardes et aurait bien levé les mains en l’air, pour lui prouver qu’elle venait en paix – pas comme dans Mars Attack, donc – mais ce n’était pas trop faisable à cause de tout ce qu’elle transportait. Ou bien goodbye les poissons. Après, elle s’en fichait puisqu’elle n’en mangeait pas, mais les autres quant à eux, n’en seraient probablement pas ravis. Bref, elle eut beau tenter de l’amadouer autant qu’elle le pouvait, son charme marin le laissait manifestement de marbre puisque la sentence venait de tomber : elle ne passerait pas. Comme le Balrog dans Le Seigneur des Anneaux, si ce n’est que celui qui lui faisait face était indéniablement plus agréable à regarder que Gandalf.

Une jolie petite moue toute déconfite s’afficha alors sur son visage tandis qu’il lui parlait des habitants en dehors des murs d’Astoria mais plutôt à l’intérieur, mais qu’ils se comprenaient. A vrai dire elle n’avait rien compris mais elle prétendit le contraire. C’était le comble, elle qui avait l’habitude de se faire passer pour une idiote si ça lui pouvait lui être profitable, là c’était tout l’inverse. Après quoi, il lui désigna d’un geste ample dans quelle direction se trouvait l’entrée. Pas si loin, pas si loin, oui, c’était vite dit, surtout quand on était chargé comme elle l’était… Mais bon, d’un autre côté, elle ne pouvait pas lui en vouloir non plus, si c’était une question de sécurité… La blondinette hocha la tête en grimaçant avant de lui adresser un dernier petit sourire pour lui signaler qu’elle comprenait et s’apprêtait à tourner les talons pour repartir dans la direction qu’il lui avait indiqué quand le jeune homme reprit la parole. Manifestement, c’était une bonne pâte et ça l’ennuyait d’avoir à refuser un service, aussi lui proposa-t-il une alternative pour le moins attrayante ; il lui proposa d’attendre qu’il ait fini pour rentrer avec elle en l’aidant à porter tout son barda. Comme c’était gentil et galant, Vesper n’en crut d’abord pas ses oreilles. Il faut dire que la galanterie se perdait ces derniers temps et la gentillesse aussi, donc ça surprenait toujours un peu de croiser quelqu’un comme ça.

Léger moment de flottement, donc, avant que l’ancienne miss ne se reprenne. Elle avait tout son temps devant elle ; ce n’était plus comme avant, du temps où elle avait une vie, éventuellement quelqu’un à retrouver le soir après le travail ou ce genre de trucs. Non, là tout ce qu’elle avait à faire c’était de ramener tout ça à l’intérieur, rentrer prendre une douche, se faire une infusion et hop, dodo. Tu parles d’un planning… et pourtant, elle s’en contentait. Il fallait bien, tout le monde était logé à la même enseigne. Nouveau sourire.

    « C’est pas de refus, c’est gentil. »


La blondinette déposa tout son bordel et laissant échapper un soupir de soulagement parce que mine de rien, c’était super lourd, et s’assit en tailleur dans l’herbe, cherchant l’ombre autant que faire se peut. Mais comme il n’y avait pas vraiment d’ombre, c’est en mettant sa main en visière qu’elle releva les yeux sur son nouvel ami.

    « Je m’appelle Vesper, au fait. Ça t’ennuies pas que je te tutoie ? J’ai toujours trouvé que le vouvoiement, ça faisait vieux cons, encore plus maintenant… »


Et voilà qu’elle se mettait à blablater. Ça lui venait assez facilement parce qu’elle avait tenu un commerce et parfois, tout comme le poisson, il fallait bien appâter le client. Encore que les gens qui venaient la trouver avaient généralement besoin de son aide, mais soit, vous avez saisi l’idée. Ceci dit, elle comprendrait tout aussi bien que le blondinet n’ait pas envie de discuter plus que ça ; raison pour laquelle elle observait. S’il avait l’air contrarié par son blablatage, alors elle redeviendrait aussi muette qu’une carpe. Ah, avec les pêcheurs, il faut s’attendre à tout un tas d’expression à base de poissons.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
staff / ruler of astoria
Swan Jacobs
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363
j'irais bien refaire un tour → swan  JfLSryD
STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyVen 2 Déc - 1:25


Swan se sait maudit avec les femmes, il a pu le vérifier plus d’une fois, et ce n’est pas demain la veille que ça aura fini de le hanter. Ainsi présentement, il se sait pas exactement à quoi s’attendre (une baffe, des larmes, un fuck, un genou dans les couilles, un mollard dans la gueule ou la menace de se retrouver attaché à une chaise pendant quarante-huit heures avec du Justin Bieber à fond dans les oreilles et oui, tout est du vécu) mais il sait d’expérience que ça va puer pour lui. Le grand blond rentre déjà à moitié la tête dans les épaules dans l’attente de la sentence, alors quelle n’est pas sa surprise quand il se retrouve face à un sourire des plus charmants qui ne manque pas de lui faire sautiller les entrailles comme des nouilles au poulet dans un wok, et encore un p’tit coup quand elle lui dit que c’est gentil, histoire d’être sûr que ça attache pas au fond.

Il reste un moment ébaubi tandis que la blondinette se débarrasse de son barda, et c’est juste alors qu’elle a presque fini qu’il sort de sa transe et songe seulement à lui filer un coup de main.
« Permettez ? » demande-t-il en lui prenant un dernier sac de la main pour le déposer sur le côté.
Gentleman quand il veut, le Swan, assez même pour s’empêcher juste à temps de laisser tomber ses yeux dans le décolleté de la blondinette qui lui est offert sur un plateau d’argent lorsqu’elle s’assied sur le sol. Vivement, il resserre les mains sur son fusil en scrutant la direction de la forêt d’un air se voulant assuré et important, tel le chasseur à l’affût de la gallinette cendrée. Mais c’est à nouveau d’un air de poule qui a trouvé un cure-dent qu’il reporte son attention sur la jeune femme lorsque celle-ci reprend la parole. Bêtement, il ouvre et referme la bouche plusieurs fois de suite telle une carpe hors de l’eau, puis bafouille quelques syllabes incongrues avant de se racler la gorge et de répondre :
« Ah euh, non. Non pas du tout, ça me dérange pas. C’est vrai que ça fait un peu vieux con, » ricane-t-il dans un petit moment de détente avant de se reprendre aussitôt : « Enfin p’t’être que j’suis un vieux con, du coup… J’juge pas. Enfin, j’juge pas votre… ton avis. Pas le fait que je sois un… »
Se rendant aussi rapidement compte qu’il en est capable qu’il raconte de la merde, Swan s’interrompt en pinçant les lèvres, les sourcils légèrement froncés, puis secoue la tête.
« Enfin bref, j’ai du travail. Plus vite ce sera fini, plus vite tu seras rentrée. »
Et sur ce, il lui tourne le dos et s’accroupit à nouveau au pied de sa chère barricade, bien content que le travail se passe dans ce sens-ci, lui permettant de dissimuler l’embarras aussi visible sur son visage qu’un clown à un enterrement. C’est seulement alors qu’il se souvient. Il reste un instant figé, les yeux fixés sur un clou rouillé, avant de tourner légèrement la tête vers Vesper et de marmonner, encore plus gêné que possible :
« Ah oui, euh… Et moi c’est Swan. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan https://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyDim 4 Déc - 16:54

Des gentlemen, Vesper n’en avait pas connu beaucoup. Même avant l’épidémie et tout ce qui en découlait, hein, c’était quelque chose qui se perdait depuis longtemps et les hommes qui l’étaient, elle les considérait systématiquement comme des spécimens rares. Petit moment quelque peu idyllique, donc, jusqu’à le blondinet la comprenne de travers. Ah ben non… non, non, elle n’avait pas du tout voulu le traiter de vieux con, loin d’elle cette idée, d’autant qu’il ne correspondait pas le moins du monde à l’idée qu’elle se faisait d’un vieux con. Elle secoua donc la tête, souriant de plus belle – réflexe -, et imita le jeune homme dans sa façon de bafouiller sans même y prêter attention tandis qu’elle s’exclamait « ohnonc’estpasdutoutcequejevoulaisdireparlà ». Une chance qu’il coupa court à tout ça pour se remettre au travail. Il avait raison, plus vite il en aurait terminé et plus vite elle serait rentrée. Pas qu’elle soit pressée ; pas du tout, en fait, elle aurait même pu rester là à le regarder travailler encore longtemps en se passant inconsciemment la langue sur les lèvres parce que le spectacle était drôlement intéressant, mais elle pouvait se permettre de penser de façon égoïste, pour une fois et son chargement avait besoin de fraîcheur. Aussi le laissa-t-elle se remettre au travail.

La jeune femme n’eut même pas le temps de s’offusquer que lui ne lui ait pas dit son nom – à vrai dire, elle n’y avait pas fait attention puisqu’elle avait été très occupée à bien lui faire comprendre qu’elle ne le traitait surtout pas de vieux con, c’était important – qu’il lui faisait à nouveau face pour lui annoncer qu’il s’appelait Swan. Mode « hearteyes » activé.

    « Ça te va bien. »


D’habitude, elle se serait seulement contentée de le penser, là, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle l’avait dit tout haut ; c’était sans doute sorti tout seul… et c’était un brin déplacé quand même, non ? Oui, quand même.

    « Enfin, je veux dire… c’est original ! »


Puis pas question d’épiloguer sur le fait que les cygnes c’étaient jolis – même si c’est méchant et que ça court après les gens en essayant de leur becquer les fesses ou les mollets – et que c’est précisément pour ça qu’elle avait laissé échapper que ça lui allait bien, évidemment. Non, mieux valait changer de sujet. Et tant qu’à faire, autant en choisir un qui mettrait Swan à l’aise.

    « C’est pas trop compliqué de s’occuper des clôtures, sinon ? »


Oui ben c’est-à-dire qu’elle ne le connaissait pas encore et qu’il ne fallait surtout pas qu’elle se mette à parler de cygnes, donc il ne restait que les clôtures… passionnant comme sujet, effectivement, mais d’un autre côté, Vesper n’y connaissait rien et elle se disait qu’il fallait une formation spéciale pour s’en sortir. Sans compter que c’était une sacrée responsabilité ; comment ça se passait lorsqu’il y avait une brèche justement, et que des zombies s’invitaient dans la ville ? Est-ce que tous les autres vous tombaient sur le dos et vous hurlant aux oreilles que tout était de votre faute, que vous n’aviez qu’un job et que vous n’étiez même pas foutu de le faire correctement ? Brrr ça faisait froid dans le dos, elle n’aurait pas pu le faire, c’était sûr.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
staff / ruler of astoria
Swan Jacobs
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363
j'irais bien refaire un tour → swan  JfLSryD
STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyMar 6 Déc - 2:31

Il est tellement persuadé qu’il est en train de passer pour un gros couillon, Swan, qu’il ne se rend même pas compte que du côté de Vesper, il y a malaise aussi. C’est beau tiens, à force de se regarder le nombril il va finir par tomber dedans. Soit, on ne pourra pas non plus dire que Swan est un égoïste, au contraire puisqu’il s’est si gentiment proposé de filer un coup de main à la demoiselle. Ce qui, au final, lui met un peu la pression, car il ne voudrait pas la faire attendre. Ainsi, il se presse un peu sur son travail qui, à son grand dam, se fait moins précis, moins soigneux. Du moins il préfère se dire que c’est la pression de ne pas la faire attendre qui lui fait faire ça, et non pas l’impression de pouvoir sentir son regard dans son dos, ni de se dire que quand même, il aurait pu prendre deux secondes discrétos pour mater son décolleté, depuis le temps qu’il en a pas vu…

Bref, avec tout ça, il ne sait pas trop comment le prendre quand Vesper lui fait une remarque sur son prénom. Faut dire en plus qu’il a l’habitude de se faire vanner, disons, huit fois sur dix, lorsqu’il se présente. Les gens peuvent être lourds. Alors, Swan s’arrête un moment, fixant la clôture devant lui d’un air un peu bovin sous des sourcils légèrement froncés, avant de tourner la tête sans pour autant regarder directement Vesper et de se décider pour un :
« Merci. »
Simple. Efficace. Au pire il passera pour un teubé, ça le changera pas trop.

Sur ce, il reprend son travail, s’affairant à clouter une planche à grands coups de marteau. Au moins, le bruit des coups masque le silence gêné qu’il n’arrive pas à briser en lançant une conversation. Il a jamais été très doué pour la causette, Swan. Surtout depuis qu’il est seul avec Max. Déjà qu’un gamin de deux ans et demi, ça parle pas des masses, mais Max en plus, il parle quasiment pas. Swan serre les dents, son cœur se serrant à cette pensée. Il se dit que, au moins, depuis qu’ils sont à Astoria, son fils a fait quelques progrès, mais ce n’est pas encore ça, et ne pouvant se voiler la face à ce sujet, Swan se sent rongé. Inconsciemment, il s’est arrêté de taper, plongé dans ses pensées. Alors, quand Vesper brise finalement le silence de sa question, le grand blond sursaute légèrement en tournant vers elle des yeux ronds, ayant besoin de deux ou trois secondes pour revenir sur terre et laisser ses mots faire leur petit bonhomme de chemin jusqu’à son cerveau.
« Heummm… Non. » baragouine-t-il enfin dans une démonstration d’éloquence à vous en faire passer derrière une affiche sans la décoller. Heureusement, il a la présence d’esprit de se forcer à élaborer un peu : « C’est du bricolage, quoi. Enfin… J’ai l’habitude de ce genre de trucs. J’faisais déjà ce genre de petits boulots avant tout ça. J’ai toujours été un manuel. »
Alerte, alerte : trop de « je », processus de malaise réenclenché. Swan secoue la tête et se tourne de nouveau vers sa barricade en faisant mine d’observer si la planche est clouée bien droite tout en se raclant la gorge pour s’éclaircir la voix et finalement demander :
« Et toi ? Tu faisais quoi de beau ? »
Pas que ça le passionne, à vrai dire, il préfère éviter de parler du passé, mais ce sont des choses qui se font, demander aux autres ce qu’ils font dans la vie… ou plutôt ce qu’ils faisaient, désormais.

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan https://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyMar 6 Déc - 21:56

Il aurait pu mal le prendre mais non et c’était tant mieux. Au lieu de ça, il la remercia et Vesper se contenta de hocher la tête, toujours avec le sourire. Ce dont elle aurait tout aussi bien pu se passer étant donné qu’il ne l’avait même pas vraiment regardée. Ah bien joué, elle avait réussi à le mettre mal à l’aise avec ses conneries. Blondie se passa nerveusement la main sur la nuque et préféra donc changer de sujet pour se pencher sur un sujet ô combien passionnant, comme les clôtures, par exemple. C’est ainsi qu’elle apprit que non, ce n’était pas plus compliqué que ça et crut bien que Swan allait en rester là – et ça serait de sa faute, en plus ! – lorsqu’il ajouta qu’il avait l’habitude de ce genre de petits travaux manuels en ajoutant qu’il l’était, manuel, justement. Ce à quoi Vesper arqua un sourcil, très intéressée, pour le coup… bon, ça serait pas plus mal qu’elle se calme et pour se faire, elle détacha à contrecœur son regard du jeune homme pour le reporter sur les environs. Oh, des Oregon-raisins ! Et puis Swan lui posa une question et elle oublia momentanément les petites fleurs jaunes.

    « Je suis herboriste. Enfin oui, j’étais… mais ça ne s’oublie et c’est pas mal utile ces derniers temps aussi. »


C’est délibérément qu’elle avait occulté son passé de miss parce que ça, par contre, ça faisait définitivement partie de son passé.
De son côté, elle n’était pas spécialement manuelle – raison pour laquelle c’était une qualité qu’elle recherchait chez les hommes en général et puis bon, à quoi servent-ils s’ils ne sont même pas fichus de vous ouvrir un bocal de cornichons, hein ?? – mais on pouvait dire qu’elle avait la main verte, c’était déjà pas mal. Et donc oui, herboriste, ce qui la ramena aux Oregon-raisins, là devant elle et même un peu partout. Vesper se releva et se dirigea vers les petites fleurs. Elle aurait pu y aller au couteau, mais il lui fallait les racines et puis elle n’aimait pas trop l’idée de se servir du couteau dont elle s’était servie pour la pêche pour couper ces délicates fleurs. La blondinette en arracha une d’une main experte et la montra vite fait à Swan.

    « Tu vois ça, ça s’appelle Oregon-raisin et c’est la fleur de l’Etat. On peut faire plein de trucs avec ; de la gelée, des colorants et ça soigne les problèmes gastriques aussi… »


Si elle espérait emballer avec ce genre de discussions… en même temps ça faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus emballé qui que ce soit et elle avait manifestement un peu perdu la main. Enfin bref, au moins avait-elle trouvé quelque chose d’intéressant.

    « T’as une poche ou un sac ou un truc ? Pour savoir si je peux en ramener maintenant ou bien s’il faut que je revienne plus tard. »


C’est qu’elle trimbalait des poissons ainsi que le matériel de pêche et qu’elle ne voulait pas que la plante prenne le goût du poisson, ça serait malheureux tout de même.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
staff / ruler of astoria
Swan Jacobs
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363
j'irais bien refaire un tour → swan  JfLSryD
STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyVen 9 Déc - 0:53

Même si l’épidémie lui a appris à être méfiant, Swan n’a jamais été du genre à se faire une idée sur les gens, surtout lorsqu’il s’agit de s’imaginer leur vie, présente ou passée. Alors, en posant cette question, il ne s’attend pas à une réponse particulière, ni à être particulièrement surpris. Et pourtant, quand Vesper lui répond, il tourne vivement la tête vers lui en haussant les sourcils, papillonnant des paupières tandis qu’il la détaille, des pieds à la tête, dans son accoutrement et au milieu de son attirail de pêcheuse. Sa surprise n’a rien à voir avec Vesper en elle-même, à vrai dire. Ça va plus loin que ça. Il a fallu qu’elle lui explique qu’elle est herboriste, et qu’elle se lance dans un exposé sur les Oregon-raisins, pour que l’ampoule s’allume dans la tête de Swan : Vesper et lui, ils ont déjà deux points majeurs en commun. La pêche, et les plantes. Et ça le fait sourire, le grand blond. Ah bah tiens, un troisième : la blondeur, sans préjugés péjoratifs, évidemment.

Se détournant finalement tout à fait de sa barricade, Swan écoute alors attentivement les paroles de Vesper, observant tour à tour la fleur qu’elle fait tourner entre ses doigts, et son minois à la lueur clairement passionnée. Pendant un moment, Swan pourrait presque croire que la vie est retournée à son état normal et que, entre deux journées de bête routine, il a croisé le chemin d’une amatrice de la nature et qu’ils sont assis, là sous le soleil d’automne, à discuter de leurs passions avant de retourner chacun chez soi, dans le calme et la sérénité. Le sourire du grand blond s’étire légèrement, un peu rêveur, avant de se figer lorsqu’il revient à la réalité quand la jeune femme lui demande un service. Bêtement, il cligne des yeux et ouvre la bouche comme une carpe hors de l’eau avant de retrouver l’usage de la parole.
« Euh… ah… une… Ah, oui, euh oui ! » répond-il enfin en hochant la tête. « Je peux la mettre dans ma boîte à outils, comme ça elle sera pas froissée. »
Sur ce, il tend la main pour prendre l’Oregon-raisin que lui tend Vesper, se raidissant légèrement malgré lui et baissant les yeux avant de déposer précautionneusement la plante dans un compartiment vide de la boîte. Finalement, se frottant machinalement les mains sur les cuisses, Swan s’éclaircit la gorge et enchaîne, le ton soudain plus fluide et naturel :
« Faudrait que je pense à me refaire un stock, surtout que Max… Max c’est mon fils, il a deux ans et demi. Et il a du mal à s’habituer aux légumes qu’on fait pousser à Astoria, alors j’utilise l’Oregon-raisin pour apaiser un peu son ventre. » dit-il avec un petit ricanement. « Moi j’viens de l’état de Washington, là-bas, la plante c’est le rhododendron macrophyllum. C’est du poison alors, c’est carrément moins utile. Vicieux même, y’a des moutons qui crèvent à cause de ces saloperies. Mais faut dire que c’est con aussi, un mouton, si ça faisait attention à ce que ça bouffait, au moins… comme les poissons, en fait. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan https://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyLun 12 Déc - 17:32

Chouette, il peut se charger de la fleur et la protéger ainsi de cette fichue odeur de poisson qui a le don de se s’insinuer un peu partout. Vesper adore la pêche, elle aime juste un peu moins l’odeur qui l’accompagne inévitablement et qui vous reste dans les narines durant des heures. La blondinette ne dissimule pas son soulagement et c’est avec toute la précaution du monde qu’elle lui tend la précieuse plante. Son regard parcourt alors les alentours, des fois qu’elle trouverait autre chose qui pourrait lui être utile quand Swan lui fait aussitôt relever les yeux vers lui tandis que son visage s’éclaire un peu plus. Non seulement il connaît les vertus de l’Oregon-raisin mais il en connaît également un rayon la plante de son Etat : le rhododendron macrophyllum, autrement dit du poison. Bien sûr que Vesper connaît aussi cette plante. Ce qu’elle savait moins, en revanche, c’est que les moutons s’amusaient à la bouffer et à mourir, donc. Effectivement, c’est très con, un mouton.

    « Oui c’est con, sur l’île d’où je viens, un type en avait un troupeau. Ben ils ont tous sauté de la falaise pour aller se noyer. Du coup, y a plus jamais eu de moutons sur cette île… »


Et bien sûr, les poissons étaient à mettre dans le même panier. Bien qu’ils ne puissent pas se noyer, eux, ils bouffaient quand même n’importe quoi, c’était la raison pour laquelle c’était facile de les pêcher… Bref, c’était super gai comme conversation et elle en avait rajouté une couche avec son histoire de moutons suicidaires. Comme elle ne trouvait aucun autre spécimen digne d’intérêt, elle retourna s’asseoir et jugea qu’il valait mieux laisser Swan se remettre au travail pour en avoir plus vite fini. N’empêche qu’elle avait noté un détail dans ce qu’il venait de dire et qu’elle était en train de tresser des brins d’herbes quand elle reprit :

    « J’allais te proposer de passer me voir si jamais Max avait d’autres problèmes que je pourrais soigner, mais t’as l’air de t’y connaître super bien aussi, en plantes. On pourrait même carrément dire que t’es multifonctions, ça doit être pratique ! »


Ça oui, s’il était capable de changer une ampoule, de réparer une clôture empêchant les zombies d’entrer dans la ville et qu’il savait aussi quelle plante utiliser pour mieux dormir, digérer et ainsi de suite, alors ça faisait de lui le parfait survivant de cette apocalypse. Sans oublier qu’il était papa et que d’autres qualités devaient encore en découler, pas toujours facile de s’occuper d’un enfant de deux ans et demi. Pas que Vesper en sache quelque chose, puisque quand l’occasion s’était proposée, elle avait préféré ne pas se lancer dans cette aventure à ce moment-là, mais il y avait pas mal de jeunes parents sur son île – avant qu’ils ne décèdent tous, donc – et comme elle faisait un peu office de pharmacienne mais très naturelle, elle avait assisté à certains épisodes de leur vie, ce qui faisait que oui, elle se doutait que c’était parfois compliqué de s’occuper d’un gamin en bas âge.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
staff / ruler of astoria
Swan Jacobs
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363
j'irais bien refaire un tour → swan  JfLSryD
STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyMer 14 Déc - 0:44

Vu comment c’est parti, on n’aurait sûrement pas parié sur le fait que ces deux-là se mettent à converser si naturellement si rapidement. Mais que voulez-vous, mettez deux personnes qui s’intéressent aux mêmes sujets au même endroit et l’alchimie ne tarde jamais à y aller de sa magie, même avec les noix les plus dures, comme Swan — et nous parlons ici de sa tête, rien d’autre. À l’anecdote sur les moutons que lui sert Vesper, le grand blond part même d’un rire franc, et doit se mettre la tranche de la main sur les lèvres pour l’étouffer un brin et ne pas risquer d’attirer des visiteurs indésirables et puants. Se passant le bout de la langue sur les lèvres, Swan hoche la tête en ricanant :
« Ouaip, c’est très très con ! Heureusement que c’est bon à griller, et que ça sert à faire des pulls, sinon moi je dis mort aux moutons ! … Même si le plus souvent c’est pour faire des pulls de Noël super moches et ça, faut avouer, on s’en passerait bien, pas vrai ? »
Ça lui fait penser que ce sera bientôt Noël, du moins aux dernières nouvelles. Il paraît qu’à Astoria, le compte des jours a été scrupuleusement tenu mais en ce qui concerne Swan, avant d’arriver au camp, ça faisait longtemps qu’il avait perdu le fil. Il lui est étrange de se dire que, si tout continue à — relativement — bien se passer, il aura la possibilité de passer pour la première fois un semblant de vrai Noël avec son fils…

À nouveau, son regard s’est perdu dans le vide à cette pensée, mais il ne tarde pas à revenir à la réalité lorsque Vesper reprend la parole, et c’est même avec un petit sourire que Swan reporte son attention sur elle.
« Oh, c’est gentil, » dit-il en haussant les sourcils. « Mais j’y connais pas grand-chose, juste quelques trucs par-ci par-là. Je suis sûr que tu saurais mieux que moi ce dont Max aura besoin le jour où il tombe malade. »
Fronçant les sourcils et pinçant les lèvres, Swan a l’air de cogiter ce qu’il vient de dire. Et soudain, ses yeux s’écarquillent et il ajoute précipitamment :
« Pas que je veuille qu’il tombe malade, hein, évidemment ! Mais j’veux dire, si il tombe malade, enfin, là dans ce cas, tu sauras mieux que moi ce qu’il faut faire. Et ce sera un plaisir de venir te voir. Enfin euh… » Cette fois, il détourne la tête pour se mettre une tape sur le front, avant de reprendre : « Pas que ça me ferait plaisir dans ces circonstances, mais… Enfin, ce que j’veux dire, c’est que, enfin… »
Dans un soupir, Swan laisse ses épaules s’affaisser, capitulant face à sa propre connerie. Il prend une profonde inspiration en se passant une main sur le visage, et marmonne, bougon après lui-même :
« C’est gentil d’y avoir pensé, voilà. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan https://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyVen 16 Déc - 17:54

Ah, ces foutus pulls de Noël… Vesper ne les connaissait que trop bien puisque c’était la tradition chez elle, chaque année. Sa mère y tenait absolument et tous les ans, ils avaient donc droit à leur pull de Noël qui gratte. Bien sûr, la blondinette les avait longtemps eu en horreur et c’était aussi devenu une tradition de l’entendre râler dès le matin et tout au long de la journée que ça grattait, que le col était trop serré et ainsi de suite. Ambiance, en résumé. Et puis, elle avait appris à les apprécier parce que ça lui rappelait inévitablement sa famille. Cela dit ça ne servait plus à rien aujourd’hui puisqu’elle était l’unique survivante. Super plombant comme pensée et elle la chassa bien vite de son esprit pour se focaliser sur les pulls de Noël qu’elle haïssait tant autrefois et juste là-dessus.

    « Tu l’as dit ! En plus, ça gratte. »


Oui, elle y tenait. S’ensuivit alors une scène qui surprit une fois de plus Vesper mais qui la fit sourire aussi. Elle le trouvait mignon, Swan, quand il ne parvenait pas à ses mots et faisait des détours compliqués pour arriver à ce qu’elle avait compris depuis le début. Adorable, même. Quel père indigne il aurait fait s’il s’était réjoui à l’idée que son fils tombe malade. Or, elle se doutait bien que ce n’était pas le cas ; elle ne le connaissait pas encore bien, mais il y avait cette petite étincelle qui s’allumait dans son regard à chaque fois qu’il en parlait, et ça, ça ne trompait pas : il l’adorait. Elle le laissa néanmoins se dépêtrer comme un grand et ne l’interrompit pas, estimant que ça serait rude de sa part de lui couper la parole, mais son sourire ne quitta pas ses lèvres un seul instant. Ce n’est qu’une fois qu’il eut terminé qu’elle le tranquillisa.

    « T’inquiète, je me doute bien que tu n’attends pas avec impatience le moment où Max sera malade rien que pour revoir mes jolis yeux ! Mais pas besoin de me remercier, c’est mon job, après tout. Enfin, c’était. »


Elle ne s’habituerait probablement jamais à le dire au passé mais tout le monde avait saisi l’idée : son nouveau c’était la vie de pirates à bord d’une frégate la pêche mais elle serait toujours herboriste au fond d’elle puisque c’était ça, sa vocation. Et puis, elle aurait bien aimé pouvoir se faire des illusions quant à la raison qui pousserait Swan à venir la voir mais, étant donné qu’il en avait eu l’occasion deux fois mais qu’il n’avait pas maté dans son décolleté, Vesper se doutait qu’elle ne devait pas être son genre. Peut-être était-il gay, même, avoir un enfant ça ne veut plus dire grand-chose, de nos jours. Ou alors, il était tout simplement vraiment en gentleman, et comme ça se perdait... Quoi qu’il en soit, ça ne changeait rien au fait qu’elle, elle le trouvait très à son goût et qu’il avait ce petit je ne sais quoi * qui la fascinait.


*En français dans le texte.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
staff / ruler of astoria
Swan Jacobs
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363
j'irais bien refaire un tour → swan  JfLSryD
STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyJeu 5 Jan - 3:26

C’est con quand on y pense : jusqu’ici, ça se passait bien, et il a fallu que la langue de Swan n’aille mettre ses gros pieds dans le plat (image étrange s’il en est, mais le grand blond se comprend) pour que tout soit ruiné. Du moins, c’est ce dont il est persuadé, jusqu’à ce que Ves ne l’assure de l’évidence : qu’elle a bien compris. Rien d’étonnant, objectivement, n’importe qui aurait très certainement compris ce que Swan s’est évertué à expliquer en long en large et en travers mais il est comme ça, dans sa petite tête, il ne peut jamais s’empêcher de s’imaginer le pire. Voyons les choses du bon côté : c’est peut-être grâce à ça, en partie, qu’il est encore en vie aujourd’hui ; car quand on a tendance à s’attendre au pire, on prend en général les mesures pour l’éviter, même si c’est en se perdant dans des explications trépignantes et bafouillantes comme il sait si mal bien le faire. Et il se sent même obligé d’en rajouter une couche bien que, cette fois, il s’oublie un instant pour faire la part belle à Vesper :
« C’est un peu toujours ton métier, si tu te proposes pour que ça rende service… Et ça rendrait service, j’en suis persuadé. »
Et il sourit, le grand blond, parce qu’il lui a suffi de ces quelques mots pour balayer sa maladresse et repartir sur les bonnes bases qu’ils se sont données… et peut-être aussi parce que ça lui donne une bonne excuse pour regarder la jeune femme droit dans les yeux, et en noter la couleur qui varie selon ses mouvements de tête et l’angle des ombres de ses traits : sont-ils gris, sont-ils bleus ? un peu des deux ? Swan détourne vivement le regard pour reporter son attention sur sa barricade. S’éclaircissant la voix, il marmonne, soudain plus renfermé :
« Bref, j’ai presque fini. Me reste plus qu’à… »
Qu’à quoi ? Il étudie rapidement son travail là où il l’a laissé et, pour se donner contenance, rajuste un clou par-ci, par-là, tandis qu’au rythme de ses coups de marteau une petite voix lui scande dans la tête qu’il a fixé les yeux de Vesper bien plus longtemps que l’excuse du dialogue ne le permettait.

Il repose son marteau, prend une pince et ajuste un bout de grillage.
C’est qu’ils sont beaux, ces yeux. Qui a dit ça ? Non, non rien à voir, essaye-t-il de se persuader. C’est parce qu’ils lui rappellent quelque chose, quelqu’un, qu’il les a ainsi fixés.
Il reprend le marteau, une poignée de clous, un bout de planche.
Sa sœur, peut-être ?
Il se redresse, cherche et trouve une zone à consolider.
Ew, non, pas sa sœur ! Glauque !
Il cogne. Le clou se tord. Il râle dans sa barbe, reprend la pince, arrache le clou et recommence.
Pourquoi glauque ? C’est pas comme s’il avait des vues sur cette fille !
Il se tourne pour déposer le marteau et croise à nouveau le regard de Vesper.
Ou peut-être que…
« Ahem, bon ! » annonce-t-il finalement, un poing devant les lèvres alors qu’il se racle légèrement la gorge. « Bon ben, j’ai fini. On peut rentrer. Si tu veux. Enfin oui,  je suppose que tu veux, puisque c’est le but, à la base. »

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan https://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyLun 9 Jan - 21:59

Swan n’avait pas tort, ça rendrait certainement service puisque c’était déjà le but de la manœuvre avant tout ce bordel. Certes, Vesper adorait les plantes et avait la main verte depuis toujours mais c’était avant tout pour rendre service aux autres qu’elle était devenue herboriste. Quand tous ces remèdes chimiques bourrés d’on ne savait trop quoi vous guérissaient quelque chose tout en déglinguant autre chose ou encore quand les scientifiques n’avaient pour but que de se faire de l’oseille au lieu de soigner les gens, ses remèdes à elle faisaient bien leur boulot. D’accord, elle ne pouvait tout soigner mais quand elle le faisait, c’était sans effets secondaires trop graves et c’était cent pour cent naturel. Enfin bref, tout ça pour dire qu’elle l’aimait bien Swan. Non seulement il était tout sauf désagréable à regarder, mais en plus, il avait l’air de la comprendre et ça faisait tellement longtemps que ça n’était plus arrivé que ça lui faisait vraiment plaisir. Ce qui devait se remarquer un peu quand même puisqu’elle ne cessait de sourire bêtement. Ou peut-être pas bêtement mais c’était une réaction toute naturelle en tout cas, elle ne le faisait pas exprès.

En attendant, la blondinette se disait qu’elle devait avoir l’air bien bête et elle ne fut pas mécontente qu’il lui tourne une fois de plus le dos pour se remettre au travail. Ça lui permettait au moins d’essayer d’arrêter de sourire, parce qu’au bout d’un moment, ça commencerait à faire peur, tout de même. En revanche, elle ne sut jamais ce qu’il lui restait à faire, puisqu’il ne termina pas sa phrase. Cela dit, ça ne changeait pas grand-chose pour elle étant donné qu’elle n’y connaissait rien dans ce genre de trucs, ça lui évitait au moins d’avoir à faire semblant par politesse.
Bref, une fois qu’il eut terminé, donc, leurs regards se croisèrent de nouveau puis il annonça qu’ils pouvaient rentrer si elle le souhaitait. Ah ben oui, effectivement, il en vint lui-même à la conclusion qu’elle voulait rentrer puisque c’était là le but initial de la conversation. Cela dit, Vesper ne regrettait en aucune façon de s’être arrêtée puisqu’elle avait fait la connaissance de quelqu’un qui lui plaisait bien. Et c’était assez rare pour le souligner. Soit, la blondinette se releva et rassembla ses affaires.

    « Oui, c’est surtout qu’il faut que je ramène ça rapidement, sinon je serais bien restée encore un peu… j’veux dire à bavarder au soleil, c’est pas comme si ça arrivait souvent. »


Bien, bien, maintenant elle donnait l’impression d’être désespérée alors que même pas. C’est juste que c’était vrai ce qu’elle disait ; quand il faisait beau, elle partait sur le bateau pour pêcher, généralement en compagnie d’Odd qui lui n’était clairement pas aussi bavard que Swan – c’est dire. Quoi qu’il en soit, puisqu’il s’était proposé de lui donner un coup de main, la jeune femme lui tendit deux-trois trucs pour dire et se mit en marche.

    « C’est gentil de m’aider en tout cas. D’habitude je suis pas toute seule mais on a eu un souci avec le bateau, alors… »


Tout en parlant, Vesper regardait Swan et ce qui doit arriver aux personnes qui ne regardent pas où elles mettent les pieds arriva, la blondinette trébucha – encore – sur elle ne savait trop quoi et s’aplatit qu’une crêpe par terre, la coupant au beau milieu de sa discussion. Ah ce qu’elle adorait quand elle faisait ça, ça lui donnait toujours l’air tellement fin…

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
staff / ruler of astoria
Swan Jacobs
INSCRIPTION : 18/09/2016
MESSAGES : 386
IDENTITÉ : sandrider :: marie
FACECLAIM : charlie hunnam :: sandrider (ava, colos gifs, code sig) + tumblr (gifs)
MULTILINKS : ashley villalobos :: hailey lyndon :: leto callaghan :: rory wyatt
POINTS : 363
j'irais bien refaire un tour → swan  JfLSryD
STATUT CIVIL : divorcé :: père du petit Max, deux ans et demi
ANCIEN MÉTIER : chercheur (à l'agence pour l'emploi), habitué des petits boulots
PLACE DANS LE CAMP : technicien en maintenance des clôtures
HABITATION : higgins hill, 11 w/ baby max, alf & misia, tom, javi
ARME DE PRÉDILECTION : couteau de chasse, marteau
ÂGE : 33 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptyMar 10 Jan - 5:36

Swan n’a pas grand-chose à porter : sa boîte à outils, pourvue d’une lanière, et quelque bric-à-brac, morceaux de planches et autre bidules de rafistolage qu’il fourre dans un sac prévu à cet effet, le tout porté en bandoulière sur une seule épaule et qui lui laisse les mains libres. Alors, c’est tout naturellement qu’il prend, sans un mot, l’initiative de débarrasser Vesper d’un maximum de son chargement, à commencer par le seau de poissons dont l’odeur vient lui chatouiller les narines. Avec un sourire, il hoche la tête en approbation de ses paroles.
« Oui vaut mieux pas que ça traîne, ce serait dommage de gâcher de si beau poissons. »
Il les regarde, d’ailleurs, un instant rêveur, se prenant à s’imaginer sur sa barque, au milieu du lac, le soleil lui réchauffant la nuque et le chant des oiseaux et du vent sur l’eau pour seule compagnie. Pourquoi ne s’est-il pas proposé comme pêcheur à son arrivée ? Peut-être par crainte de trop s’éloigner de Max, ou de devoir faire face aux souvenirs d’une vie qui ne serait plus jamais la sienne. Il secoue la tête, se sortant de sa rêverie, et repose un sourire sur la jeune femme en ajoutant :
« Je comprends. C’est vrai que ça n’arrive plus souvent. »
D’un signe de tête, il donne le signal du départ et prend la marche. La jeune femme papote, et bien que le regard de Swan se fasse scanner sur leurs environs, guettant un éventuel danger, il ne l’en écoute pas pour le moins avec attention et un réel intérêt. Il s’apprête d’ailleurs à s’enquérir de plus de détails sur ce souci de bateau et tourne la tête vers Vesper en prenant une inspiration dans cette intention, mais quelle n’est pas sa surprise de se retrouver, au lieu du visage de la jeune femme, face à rien. Swan pile, la confusion se lisant sur son visage, qu’il a néanmoins la présence d’esprit de baisser vers le sol, y découvrant alors la blondinette, étalée de tout son long au milieu de son chargement éparpillé dans l’herbe. Sourcils bondissant, Swan se penche aussitôt vers elle, l’inquiétude dans la voix :
« Oh bah merde ! Ça va ? »
Il dépose aussitôt ce qu’il porte et lui tend la main, attrapant fermement la sienne pour l’aider à se redresser sur ses pieds tout en la soutenant, instinctivement et sans la moindre arrière-pensée, de l’autre contre sa taille. 
« Tu t’es fait mal ? »
Il espère que non. Mais il n’attend pas la réponse, la proximité physique qui lui vient à sa conscience sous forme d’une décharge électrique qui lui fait dresser la nuque le forçant à relâcher la jeune femme tout en prenant un pas en arrière. S’éclaircissant la voix, il se passe une main dans les cheveux tout en observant le bordel à leurs pieds. Sans un mot, Swan s’accroupit alors, et commence à tout ramasser, ce qu’il portait déjà, mais aussi ce que Vesper a laissé tomber.

_________________


HOLD ON WITH ME

I've lost a lot a in this game, another everyday face with no name. I'm not selling misery, so would you stay around with me? I know that you are afraid; the traces of war linger on my face, but I'm not selling misery. Maybe some day I'll feel home again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t130-l-apocalypse-c-est-pas-cool-swan https://nottomorrowyet.forumactif.org/t166-est-ce-qu-on-ne-serait-pas-en-train-de-se-battre-contre-le-destin-swan
member / settler of astoria
Vesper Vane
INSCRIPTION : 09/11/2016
MESSAGES : 222
IDENTITÉ : dory
FACECLAIM : lily rabe → moi & sandrider
POINTS : 1735
j'irais bien refaire un tour → swan  Tumblr_inline_omz7iyklt21qa5y8y_500
STATUT CIVIL : fiancée
ANCIEN MÉTIER : miss puis herboriste
PLACE DANS LE CAMP : pêcheuse
ARME DE PRÉDILECTION : sécateur
ÂGE : 35 ans


j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  EmptySam 14 Jan - 20:02

Franchement, quel bonheur d’être tombé sur quelqu’un qui partage son avis sur tellement de choses. D’autres – sans vouloir viser qui que ce soit, cela va sans dire – auraient dit que ce n’était jamais que des poissons, que ce n’était pas grave de les gâcher, qu’il n’y aurait qu’à aller en pêcher d’autres sans se soucier de tout le boulot que ça pouvait représenter. Mais pas Swan. Pareil pour la fleur ; d’autres auraient dit qu’elle n’avait qu’à revenir plus tard, que cette fleur serait toujours là. Bien sûr qu’elle y serait toujours sauf qu’elle aurait perdu un temps considérable de la préparation de son remède. En résumé, Swan était non seulement gentleman mais – et c’était peut-être le plus important -, il était sauf égoïste aussi. Vesper aurait aimé pouvoir en dire autant, mais force était de constater que, ces derniers mois, elle s’était montrée bien plus égocentrique que jamais auparavant. Cela étant, elle avait des circonstances atténuantes, elle : elle avait passé du temps toute seule sur les routes avant de trouver Astoria.

Tout ça pour dire que Swan comprenait son empressement mais qu’en plus, il s’était chargé de la plupart des bazars qu’elle était en train de porter. Et dire que même ainsi, elle avait trouvé le moyen de se vautrer lamentablement dans l’herbe. En voyant ça, le jeune homme lâcha tout pour lui donner un coup de main, la remettre carrément sur pied, même, comme une pauvre chose. Pendant ce temps-là, les joues de la blondinette devenaient aussi rouges que des tomates. D’accord, elle avait l’habitude de tomber souvent et un peu partout – en revanche, elle refusait de dire qu’il s’agissait d’une maladresse de sa part, ça non, c’était juste que le sol adorait se dérober sous elle au moment où elle s’y attendait le moins, voilà tout -, ça n’en restait pas moins gênant. Surtout quand la personne avec qui vous vous trouviez n’était pas habituée, elle, et qu’elle était désolée de ce qui vous était arrivé, tout comme l’était Swan à l’instant.

    « Oh oui, ça va, c’est… pas grave. Ça arrive tellement souvent que j’ai dû développer une sorte de technique de cascadeurs avec le temps, tu vois, je me fais jamais mal. Enfin, quasiment jamais. »


Elle s’était fait mal plus d’une fois mais ça arrivait de moins en moins, donc peut-être bien que ce qu’elle venait de dire n’était pas tout à fait faux. Et comme cette anecdote était fabuleusement fascinante, elle n’avait même pas remarqué la vivacité avec laquelle Swan s’était écarté d’elle. Ce n’est qu’en le voyant ramasser les affaires qu’elle se dit qu’elle avait tout intérêt à faire de même.
Et mince, peut-être bien qu’elle s’était un peu avancée en disant qu’elle ne s’était pas fait mal puisqu’en piétinant le sol pour ramasser tout son bordel, Vesper sentit une légère douleur au niveau de sa cheville qui la fit boiter. Mais avant que Swan ne s’inquiète de son état, elle se hâta de lancer :

    « C’est trois fois rien, je me ferai un cataplasme en rentrant. »


Et puis comme ça, il savait qu’elle était également capable de faire des cataplasmes, si besoin.

_________________


hauntingly familiar;

damn the dark, damn the light

and the oscar goes to:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://nottomorrowyet.forumactif.org/t787p15-just-like-the-white-winged-dove-vesper https://nottomorrowyet.forumactif.org/t801-wait-a-minute-baby-stay-with-me-a-while-vesper
Contenu sponsorisé

j'irais bien refaire un tour → swan  Empty
MessageSujet: Re: j'irais bien refaire un tour → swan    j'irais bien refaire un tour → swan  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
j'irais bien refaire un tour → swan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vidéo ne passe plus sous IE10 et bien sous Chrome
» Le nom de domaine fourni n'est pas bien configuré
» vidéos qui ne s'affichent pas sur la "première" page mais qui est bien là...
» image invisible pour certains lecteur mais lien bien présent en éditant
» comment etre bien connu sur le net

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: