you're my friend, no matter what {Reese & Jim}

AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bienvenue sur not tomorrow yet I love you
les infos pour comprendre le lancer de dés et les jokers sur le forum sont par ici
retrouvez le guide de nty pour répondre à toutes vos questions

Partagez | 
 

 you're my friend, no matter what {Reese & Jim}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: you're my friend, no matter what {Reese & Jim}   Dim 2 Oct - 5:07

you're my friend, no matter what
If ever you need someone to talk to, just give me a call because i'll always be there. I'll always listen to you're problems and sadness, just tell me how you feel and I'll listen. And if i can I'll help you to put a nice shiny smile back on you're face, I'll make you happy once again.
Reese hurle, je me retourne alors que mon visage se décompose. Je l'aperçois. William, dans ses bras. Espen à côté qui s’effondre. Je me mets à hurler à mon tour avant de courir dans sa direction, le récupérant dans mes bras. Il me regarde et moi, je regarde sa blessure. Je comprends bien que c'est la fin, tandis que William rend son dernier souffle. Je relève mon regard dans la direction de Reese, un regard plein de larmes mais en même temps rempli de désespoir. Lorsque la voix de Mandy vient me sortir de mes pensées, je repose rapidement mon regard sur mon frère, du moins, la personne que j'ai entre les bras. Ce n'est plus Espen, c'est Mandy. « Tu vas le tuer lui aussi, Jim ? » Coup de panique. Je me recule très vite dû à la surprise. Mandy ? Où est Espen ? Mon cœur bat rapidement, j'essaye de reprendre mes esprits mais je ne vois plus personne. Ni Espen, ni Mandy. Je me relève, regardant tout autour de moi. « Reese ? » Elle n'est plus là. La dernière image que j'ai d'elle, c'est assise au sol avec William dans les bras. « Reese ?! » crié-je plus franchement. Mais qu'est-ce qu'il se passe ? Je me sens terriblement mal, mes larmes coulent sans que je puisse contrôler quoi que ce soit, où est-elle ? Où est mon frère ? Que faisait Mandy ici, encore en vie... « Jim... » Cette voix me fait froid dans le dos. Je suis figé. La voix de ma mère. Je ne peux plus bouger. « Maman... » Je me retourne et je la vois. Je la vois dans son tailleur qu'elle avait l'habitude de porter, magnifique, avec ses cheveux correctement coiffés tandis que moi je ressemble à rien. Mes fringues ne ressemblent à rien. Je suis blessé au visage, je saigne. J'ai mal. « Ce n'est pas ta faute. Tu devais le faire. » Elle parle de Mandy, comme d'habitude elle essaye de me rassurer mais... Ma mère est morte. Ma mère n'est plus là. « Tu.. Tu n'es pas réelle.. » Je l'observe comme si je regardais un fantôme. Elle me sourit. « On rentre à la maison maintenant. » Elle me tend la main. Je fixe sa main pendant de longues secondes. Je me souviens de ses bagues, de son bracelet, de sa manucure parfaitement soignée. Et je me sens rassuré. Toute inquiétude s'envole, mon visage reprend un peu de vie. De ma main tremblante je saisie sa main alors qu'elle m'attire contre elle, je l'enlace, elle me câline comme lorsque j'avais 6 ans et que je faisais ce même cauchemar, je sens encore son odeur, sa présence, sa voix, la douceur de ses caresses. Ma mère était tellement... Parfaite. « C'est fini, Jim. » Un sentiment de soulagement m'envahit totalement. C'est terminé. Mais lorsque je me détache d'elle, tout s'effondre. C'est ma mère, ma mère transformé. C'est un rôdeur désormais. Un coup de panique prend possession de moi tandis qu'elle devient agressif envers moi. Le blackout. Le noir complet. Je me réveille en sursaut.

Je suis habitué aux cauchemars depuis des mois mais de nouveau, celui-ci me chamboule littéralement. Je suis même passé dans la chambre de mon frère afin de vérifier s'il était encore en vie. Revoir ma mère ainsi, même dans mes rêves n'était pas arrivé depuis un long moment. Mandy... Toujours la culpabilité qui me ronge, je pensais avoir accepté le fait que je n'ai pas eu d'autre choix mais apparemment pas. Et puis il y a Reese. Ce qui me perturbe encore plus en réalité. Oui car Reese et moi ça ne date pas d'hier, je la connais depuis toujours. Elle a toujours été présente, une de mes plus proches amies. Je me souviens encore de nos soirées à quatre avec William et Mandy. Nous étions tellement proches... C'est même bien plus compliqué que ça, puisque quand elle a commencé à sortir avec William. J'ai ressenti une jalousie. C'était idiot, je ne me le suis pas avoué tout de suite. J'étais avec Mandy et j'avais l'impression de la tromper, encore plus idiot... Mais j'ai fini par me dire que ce n'était rien. Bien évidemment que c'était quelque chose, j'ai eu des sentiments pour elle mais personne n'est au courant, à quoi bon ? Et puis nous étions heureux. Tous les quatre. J'avais Mandy, elle avait William. Nous étions tous de très bons amis, un groupe soudé. Tous ces bons moments que nous avions passés ensemble et maintenant je me sens totalement impuissant. L'épidémie l'a changé, comme beaucoup de monde. Elle est devenue froide et distante. Je ne l'ai même pas encore vu sourire depuis que je l'ai retrouvé. Par chance, je l'ai retrouvé, je ne l'ai pas perdu... Mais en partie, c'était tout comme. Je dois certainement lui rappeler tous ces souvenirs, William, la douleur. Je peux la comprendre au fond, elle me repousse peut-être pour ça mais c'est bien plus fort que moi. J'ai décidé de la laisser un peu souffler, j'ai beau tenir énormément à elle, je ne veux pas du tout la rendre mal, bien au contraire... Alors que peut-être c'est la chose à faire. J'ai juste envie d'être là pour elle, qu'on soit soudés comme on l'était tous les quatre. Mais ç'a changé, tout a changé depuis. Ce cauchemar me donne juste envie d'aller la revoir, peut-être une dernière fois avant de la laisser souffler je ne sais pas mais en tout cas, j'ai besoin de prendre l'air.

Cela doit faire une bonne heure que je marche, je me vide un peu l'esprit mais cette boule au ventre ne me quitte pas. Prendre l'air me fait du bien mais je sais bien que ce cauchemar me hante de nouveau, ça faisait bien longtemps qu'un cauchemar ne m'avait pas rendu dans cet état. Je suis inquiet, perdu, très mal. Revoir ma mère aurait pu me faire du bien mais ça m'a littéralement brisé le cœur. Et alors que je retourne vers notre maison, mon regard se pose sur Reese qui se trouve non loin de moi. Non Jim, laisse la... J'ai toujours été quelqu'un de protecteur mais encore plus après l'épidémie alors là tout ce que j'ai envie c'est d'aller la voir. Mais non. Elle est beaucoup trop distante et c'est pour une raison alors je me retiens. J'ai réussi à ne pas aller la voir, mais la voir près de moi ne m'aide absolument pas. Je baisse la tête et continue de marcher, un pas, deux pas, trois pas. « Et puis merde. » Je n'y arrive pas ! Je fais demi tour et me dirige vers elle. Une dernière fois mais Reese est mon amie et pour le moment, je n'y arrive pas. C'est bien plus fort que moi. J'arrive doucement près d'elle et lui adresse un léger « Hey... » C'est peut-être une mauvaise idée. Peut-être qu'elle va se dire que je n'ai pas encore compris qu'elle souhaite avoir la paix et que moi et les souvenirs de notre vie passée reste loin d'elle. Je lui adresse un fin sourire, un peu gêné. « J'étais sur le point de rentrer mais comme je t'ai vu, je voulais savoir comment tu allais depuis la dernière fois... » Rare sont les fois où je me sens maladroit avec quelqu'un et pour la première fois, avec Reese, je ressens ce sentiment. Je sais très bien qu'elle n'est pas en pleine forme, qui l'est, de toute façon ? Mais j'espère au moins qu'elle ne se sent pas trop mal. Peut-être mon cauchemar qui me rend parano...  
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you're my friend, no matter what {Reese & Jim}   Sam 8 Oct - 21:10

--------------------------

C’est l’heure de pointe, l’heure à laquelle tout le monde rentre chez soi après une dure journée de labeur. Reese trace la route d’un pas précipité en priant pour ne croiser personne à cette heure-ci, et surtout pas quelqu’un qu’elle connait. Elle veut juste s’enfermer dans sa chambre jusqu’au lendemain. Disparaitre de la surface de la Terre pendant quelques heures. Se laisser mourir en silence. Elle est fatiguée des mêmes questions qu’on lui pose, de ces « ça va ? », « t’es sûre ? », « tu veux en parler ? » à longueur de temps, de ces mêmes sourires compatissants qu’on balance à tout bout de champ comme s’ils pouvaient comprendre ce qu’elle ressent. Ils font tous semblants. Ils le font pour avoir bonne conscience mais ils ne se soucient pas vraiment d’elles. Elle est lasse de ces regards qu’ils échangent, de ces mêmes conversations qui ne mènent nulle part, de ces souvenirs qu’on lui raconte qui n’ont plus aucun sens. On lui rappelle le temps d’autrefois, quand elle était encore elle-même, quand elle était la bonne copine, celle qui faisait marrer les gens. Ils veulent retrouver l’ancienne Reese, l’optimiste, celle qui riait à la moindre blague, qui tirait la langue et dansait à chaque instant, mais Reese, elle ne comprend pas pourquoi c’est si important. Elle ne comprend pas pourquoi est-ce que c’est si nécessaire. Elle se fraie un chemin entre différents petits groupes en prenant soin de rester invisible. Elle a aperçu Jimmy, quelques pas devant elle, sur le point de rentrer chez lui. Elle s’est surprise à espérer qu’il vienne vers elle. Quelques secondes seulement avant que ses pensées noires reviennent la tirailler. Hors de question pour elle que d’aller le rejoindre, elle ralentit volontairement le pas pour disparaitre. Elle adore Jimmy, et pendant un temps, elle l’a même aimé comme on aime un homme. Elle a parfois espéré qu’ils finissent ensemble comme le font les héros de ses films préférés. Jimmy, c’est l’un de ses amis les plus précieux, celui avec qui elle passait la majorité de ses soirées avec William – et c’est ça, le problème. Il lui rappelle leurs fêtes endiablées, leur complicité. Et tout le temps, elle croise ce visage qu’elle tâche d’oublier. Regarder Jimmy, c’est revoir son petit-ami. Pourtant, Dieu sait qu’elle voudrait tout lui raconter comme elle avait l’habitude de le faire, et lui dire comme il lui a manqué mais c’est au-dessus de ses forces. Elle voudrait lui dire qu’elle a besoin de lui, qu’elle ne veut pas le perdre comme elle a perdu tous les autres mais elle en est incapable. Tôt ou tard, il finira lui aussi par mourir. Alors Reese, elle a abandonné la guerre avant même qu’elle ne commence. Elle préfère rester seule.

Elle contemple le sol quand son ami finit par la rejoindre. Elle aurait dû forcément s’en douter, il est déterminé à la faire parler. C’est aussi pour cette raison qu’elle aimait tant Jimmy, pour sa capacité à être à l’écoute des autres. Durant toute leur jeunesse, peu importe ce qu’il se passait entre eux, à chaque fois qu’ils s’engueulaient, il revenait toujours vers elle. Elle avait toujours pu compter sur lui – comme lui avait toujours pu avec elle. Aujourd’hui, s’ils ont tous les deux changés, certaines habitudes semblent être restées. Il la salue timidement, et pendant un temps, Reese se demande si elle ne devrait pas tout simplement l’éviter. Il lui suffirait de continuer son chemin sans lui jeter un regard, de telle sorte qu’il n’aurait pas d’autres choix que de s’en aller. Trop attachée à lui pour lui faire un tel affront, elle ose finalement lever les yeux vers lui. Elle aperçoit son sourire gêné et immédiatement, les souvenirs reviennent la frapper en pleine gueule. Reese qui boude après avoir découvert que Jimmy a commencé à sortir avec Mandy. Jimmy qui vient la voir avec ses mêmes yeux de merlan frits pour lui demander ce qui se passe. Jimmy qui lui balance ce même sourire gêné lorsqu’elle lui annonce qu’elle sort avec son pote, William. Des fragments de leur ancienne vie qui lui font un mal de chien et lui rappellent ses idées noires. « Salut, Jimmy. » Finit-elle par répondre dans un soupir. Elle voudrait lui rendre son sourire, mais y’a rien qui parvient à se dessiner sur son visage tristement impassible. Il est sympa, il lui demande de ses nouvelles. Si ça va depuis la dernière fois ? Elle se sent vide depuis si longtemps qu’elle ne sait plus vraiment ce que ça veut dire, d’aller bien. « Toujours debout, comme tu peux le voir. Ca t’étonne ? » Qu’elle lance d’un ton sarcastique en haussant des épaules. C’est déjà beaucoup. Elle ne lui retourne pas la question, même si elle l’aurait voulu. Elle laisse volontairement retomber la conversation, s’imaginant qu’avec cette réponse, Jimmy se décidera à partir de lui-même mais même après que le silence se soit installé entre eux, il est toujours là. « Tu n'abandonnes jamais, hein? » C'est bien le Jimmy qu'elle connait. Déterminé jusqu'à la fin. « J’comprends pas ta démarche. » Et surtout, elle ne comprend pas pourquoi est-ce qu’il s’obstine alors qu’elle est si distante avec lui. C’est pas compliqué pourtant, elle veut juste qu’il la laisse tranquille. « Qu’est-ce que t’attends de moi? Qu'est ce que tu voudrais que j'te dise? » Qu’est-ce qu’il espère trouver en la collant comme il le fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you're my friend, no matter what {Reese & Jim}   Mer 12 Oct - 21:06

you're my friend, no matter what
If ever you need someone to talk to, just give me a call because i'll always be there. I'll always listen to you're problems and sadness, just tell me how you feel and I'll listen. And if i can I'll help you to put a nice shiny smile back on you're face, I'll make you happy once again.
Je sais que je ne dois pas y aller, que le mieux à faire est de continuer ma route et de laisser Reese tranquille mais je n'y arrive pas. Pourtant j'ai l'impression que je vais devoir prendre cette habitude, un autre jour, je peux bien faire un premier pas vers elle une dernière fois non ? Alors voilà, je fais demi-tour et m'avance vers elle, je lui parle assez timidement, je ne suis pas du genre à être timide et encore moins avec Reese mais c'est comme ça, j'ai trop peur d'être trop collant même si je sais que c'est le cas, je n'ai pas envie de ça. Je sais pas ce que je cherche... Les choses ont changées, je devrais simplement accepter ça non ? Elle me salue dans un soupir, pas de la meilleure façon certes mais au moins elle le fait. Je commence déjà à regretter, bordel Jim, tu t'étais promis de la laisser tranquille pourquoi a t-il fallut que tu y ailles... encore une fois ?! Je lui demande comment elle va depuis la dernière fois, je ne suis pas sûr que c'est la chose à demander mais j'avoue que je ne sais pas trop quoi dire, j'espère juste qu'elle va bien, qu'elle se sente bien. Elle me répond alors qu'elle est toujours debout, me demandant même si ça m'étonne. Je fais une petite moue, si ça m'étonne ? Non... Pas vraiment non. Je fais un léger "non" de la tête, toujours avec un air assez timide. Elle m'a lancé ça d'un ton sarcastique, haussant même les épaules. Je savais que j'aurais dû la laisser tranquille mais je sais aussi que si je n'étais pas venu, je l'aurais regretté même s'il va bien falloir lâcher prise. J'ai bien compris qu'elle ne voulait plus me parler en tout cas c'est l'impression qu'elle me donne, j'arrive tout simplement pas à l'accepter, à agir comme un inconnu envers elle. Après tout ce qu'on a traversé, tout ce qu'on a vécu ensemble, je tiens beaucoup trop à elle pour laisser tout ça tomber au premier obstacle. Hors là, cela fait de nombreuses fois que je reviens vers elle, toujours le même résultat.

J'avoue que je ne sais même pas quoi lui répondre, j'ai peur de dire une connerie, de dire une chose qu'il ne faut pas, c'est assez compliqué mais je ne pars. Je me dis que je vais bien finir par trouver, je me mets même à regarder autour de moi, lâchant un léger « Et... Eum... » Comme si la suite de la phrase allait sortir toute seule... Et bien non ! Bordel, je sais que l'épidémie a changé énormément de personnes, ç'a tout changé mais jamais je n'aurais pensé qu'entre moi et Reese, la situation allait être tendue à ce point.  Et là Reese reprend la parole, contre toute attente, elle me dit que je n'abandonne jamais avant de continuer en me disant cette fois qu'elle ne comprenait pas ma démarche. Je fais de nouveau une petite moue. Elle me connaît assez bien pour savoir ça, non je n'abandonne pas, c'est Reese je ne peux pas abandonner. Mais de nouveau je ne sais pas quoi lui répondre, je ne sais pas quoi dire, j'ai peur de mal faire mais de toute façon... C'est ce que je suis en train de faire non ? Je ne fais clairement pas ce qu'il faut. On entre dans le vif du sujet, cette fois. Elle reprend la parole avant que je n'ai le temps de dire quoi que ce soit, en me demandant ce que j'attends d'elle, qu'est-ce que j'aimerais qu'elle me dise. J'hoche négativement la tête. « Rien... Rien du tout Reese. » C'est vrai, je n'attends rien d'elle. Je ne veux juste pas la perdre, pas perdre la complicité qu'on avait, je ne comprends pas pourquoi elle me rejette de cette façon, je suis prêt à l'aider. À être là pour elle quoi qu'il arrive. Je lâche un soupir, laisse tomber Jimmy. Ca ne sert plus à rien. « J'essaye juste d'être là pour toi, je ne comprends pas pourquoi tu me rejettes et pourquoi tu es distante comme ça. » Non je ne comprends pas, peut-être parce que je lui rappelle trop de souvenirs après tout, on ne réagit pas tous pareil, mais on a eu la chance de se retrouver, j'ai du mal à faire comme si elle n'était pas là. « C'est juste que... J'ai du mal à te laisser, à faire comme si tu n'existais pas alors qu'on a passé une bonne partie de notre vie ensemble. » Je ne sais pas si j'empire la situation mais dans tous les cas, je lui dis le fond de ma pensée. « Tu sais que tu comptes énormément pour moi, je suis désolé de ne pas réussir à te laisser tranquille... » Je baisse la tête, la secouant légèrement et soupirant de nouveau, je me bats pour rien, c'est l'impression que j'ai et c'est pour cette raison que je lui demande « Mais si tu le veux vraiment, j'arrêterais. » Elle ne me l'a jamais dit clairement, elle me l'a tout simplement fait comprendre et puis je connais Reese, elle n'a pas besoin de me le dire. Je reprends de nouveau ces propos « Je n'attends rien de toi. Je ne pensais juste pas que... » Je n'arrive même pas à continuer ma phrase, je ne sais même pas quoi dire en fait, je plonge de nouveau mon regard dans le sien « Enfin... Voilà. » Fais chier, je n'arrive pas à assurer, je ne sais pas ce que je dois faire, je ne sais pas ce que je dois dire et tout ce que je veux c'est aider Reese. Parce que je ne l'ai jamais abandonné et je ne le ferais jamais même si je commence de plus en plus à croire que je n'aurais pas le choix...
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you're my friend, no matter what {Reese & Jim}   Ven 21 Oct - 1:07

--------------------------

Reese est mauvaise et elle en est consciente. Jimmy a toujours été adorable avec elle. Il a toujours pris soin d’elle comme le ferait un frère, un pote, un meilleur ami, en laissant parfois ses propres envies pour satisfaire les siennes. Reese, elle s’est souvent demandée ce qu’il pouvait bien lui trouver, parce qu’elle est maladroite, égoïste et constamment sur la défensive. Elle s’est toujours dit qu’elle n’était pas faite pour lui, et peut-être bien qu’elle avait raison en fin de compte. Jimmy mérite le bonheur, et surtout, il mérite une amie qui saura être présente pour lui. Reese, trop centrée sur sa propre personne, trop accablée par le chagrin qui ronge ses os, n’est clairement pas en état de lui offrir ce qu’il cherche. Il s’intéresse à elle et elle rejette la question. Il ne pose pas les bonnes, n’appuie pas sur les bons boutons. Elle a le sentiment qu’il ne comprendra jamais ce qu’elle ressent, qu’il ne saura jamais ce que cela signifie que de se sentir aussi morte à l’intérieur. Et pourtant, Dieu sait qu’elle voudrait l’entendre lui dire les mots qu’il faut. Jimmy, aussi maladroit et timide qu’elle, ne parvient qu’à se perdre dans ses réflexions. Alors elle prend les devants, elle demande, comme dans un ultime espoir qu’il puisse la convaincre qu’ils existent toujours. Elle voudrait qu’il la retienne, qu’il la convainque que c’est loin d’être terminé. Si seulement c’est le cas, alors peut-être qu’elle changerait d’avis. Reese ne veut pas l’abandonner, elle n’a jamais voulu qu’ils se déchirent de cette manière, elle le fait simplement parce qu’elle est convaincue qu’il le faut. Jimmy ne l’aide pas à faire le deuil de William, et elle n’est pas non plus d’une grande aide pour lui, alors autant arrêter les frais. Ils sont néfastes l’un pour l’autre, elle le sait, elle le sent. A quoi bon quand la fin du monde est si proche. Il finira par mourir et elle en sera dévastée. Elle crèvera de douleur le jour où on lui apprendra qu’il est mort. Elle ne s’en remettra jamais. Jamais. Et si ce n’est pas lui, alors c’est elle qui mourra la première. S’il est aussi attaché à elle qu’elle l’est à lui, alors il est probablement mieux pour tous les deux de s’éloigner pour éviter un tel spectacle. Les mots qu’il lui prononce la déchirent, et l’idée même qu’il puisse penser qu’elle ne tienne plus à lui, qu’elle ne veuille définitivement plus de lui dans sa vie la rend malade. Elle a si mal au cœur qu’elle pourrait en vomir. C’est faux, c’est tellement faux qu’elle est furieuse contre elle-même de devoir tirer un trait sur cette partie de sa vie, furieuse contre lui de penser ainsi d’elle. Ils ont grandi ensemble, elle a passé toute son enfance à chanter avec lui, à rire de ses plaisanteries, à sauter sur son dos, comment peut-il penser ça d’elle ? Reese voudrait lui exploser à la figure parce qu’il est vraiment gonflé de croire de telles conneries, mais Reese, elle ne dit rien, elle laisse couler. Elle serre les poings, convaincue que c’est la meilleure chose à faire. S’il pense qu’il ne compte pas alors ce sera très certainement plus simple pour lui de tourner la page sur leur amitié. « Tu ne pensais pas que quoi ? » Qu’elle demande en lui jetant un regard. Elle ne lui laisse cependant pas le temps de répondre à son interrogation, de peur qu’il l’interrompe avec des mots qui la toucheraient et l’obligeraient à faire marche arrière. « D’accord, on a été potes un jour, on s’est bien amusé, mais c’est du passé. C’est pas parce qu’on a fait le chemin ensemble qu’on doit continuer à se supporter ici. Regarde autour de toi, regarde-nous. On n’est plus des gosses alors grandis un peu. » Ses mots sont violents mais son ton est resté doux. Elle ne le sermonne pas, elle ne fait qu’une constatation. Reese a détourné son regard, parfaitement consciente qu’elle est allée trop loin. Elle se fait violence en lui débitant de telles paroles. Elle ne pense pas la moitié de ce qu’elle vient de lui énoncer. Bien sûr, ils ne sont plus des gamins, bien sûr, le monde est pourri, mais évidemment que non, ils n’étaient pas que des potes d’un jour, évidemment que non, elle ne veut pas qu’ils cessent de se supporter. « Alors oui, j’aimerais que tu me laisses tranquille. Pour de bon. Crois-moi, je nous rends tous les deux un grand service, » tranche-t-elle. C’est mieux ainsi. Et puis elle relève finalement le regard. « Est ce que ca te semble plus compréhensible maintenant? Ou tu veux que j'te fasse un dessin? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you're my friend, no matter what {Reese & Jim}   Jeu 3 Nov - 2:43

you're my friend, no matter what
If ever you need someone to talk to, just give me a call because i'll always be there. I'll always listen to you're problems and sadness, just tell me how you feel and I'll listen. And if i can I'll help you to put a nice shiny smile back on you're face, I'll make you happy once again.
Ça me fait mal de la voir dans cet état, j'ai l'impression d'avoir perdu Reese. Ma Reese. Je ne sais pas... Je cesse de me répéter que l'épidémie change beaucoup de monde mais la plupart des personnes que j'ai retrouvé n'ont pas changés, pas à ce point. Alors oui j'ai du mal à m'y faire, ça serait comme dire adieux à Reese, à la Reese que j'ai connu, peut-être même à tous nos souvenirs... Me disant que je ne la retrouverais jamais alors qu'elle est là, devant mes yeux, près de moi. Le pire dans tout ça ? Je me sens totalement inutile et j'ai horreur de ça, moi ce que je veux, c'est l'aider. Je suis conscient que je ne peux pas faire grand chose, je ne peux pas changer le présent, éliminer tous les rôdeurs, faire comme si rien ne s'était passé. Je ne peux pas faire tout ça mais je peux faire mon possible pour rendre notre vie un peu plus facile, je sais, ce n'est pas facile de vivre dans ce monde mais au moins nous nous sommes retrouvés. Mais lorsqu'elle me regarde, elle doit certainement voir William, Mandy. Repenser à tous nos moments passés ensemble, tous nos souvenirs, nos fous rire. Ce bon vieux temps où nous étions tous unis, une bande d'amis tous soudés, toujours présent. Et voilà que maintenant nous avions perdus William et Mandy, elle ne doit pas voir les choses de la même manière que moi, après tout, plus je me tiens loin d'elle, mieux elle doit se porter... J'ai souvent essayé de la comprendre et d'agir en conséquences mais j'y retourne toujours, à croire que c'est plus fort que moi. J'ai toujours cet espoir, minuscule soit-il, d'arriver à l'aider. Je ne sais pas comment mais je continuais d'y croire. Je suis borné, très certainement. Mais peut-être qu'au final, je ne fais que l'éloigner encore plus.

Elle me lance alors un regard, regard que j'avais rarement vu avant d'être ici au camp, elle me demande de continuer ma phrase. Je ne sais pas quoi faire, je me rends compte que je suis clairement impuissant face à cette situation et ça me tue, ça me ronge de l'intérieur. Mais j'ai l'impression qu'elle ne me laisse pas le temps de répondre ou plutôt, qu'elle ne souhaite même pas entendre la suite puisqu'elle reprend en me disant que tout ça n'est que le passé, que ce n'est pas parce qu'on a été proches, qu'on a fait du chemin ensemble, qu'on doit continuer de l'être ici, au camp. Me demandant même de regarder autour de nous, que nous ne sommes plus des gamins mais surtout « Grandis un peu. » avant de me quitter du regard. Même si son ton n'avait rien d'agressif, ses mots l'étaient et ils m'ont vraiment blessés, à tel point que sur le moment, je reste sans voix. Encore une fois, je savais que Reese avait changé mais jamais elle ne m'avait parlé de cette façon, peut-être que j'avais dépassé les bornes et qu'elle avait besoin de me faire comprendre qu'il fallait vraiment que je la laisse tranquille. J'ai d'autant plus mal, je baisse même le regard mais je perds tous mes moyens. J'ai du mal à réaliser ce qu'il se passe, ce qu'elle me dit... Comme si je n'avais jamais existé, comme si je n'avais jamais compté pour elle et ça, ça me blesse, ça me fait souffrir. Mais encore une fois, j'aurais tendance à penser que ce n'est pas elle, qu'elle ne pense pas tout ça mais là je n'en suis même pas certain. Reese a changé et je le sais bien mais a t-elle changé à ce point? Ça je n'en sais rien. Mais j'ai à peine d'encaisser ses paroles qu'elle continue, ou plutôt, conclu très vite en me disant qu'elle voulait avoir la paix, que je la laisse tranquille. Précisant même qu'elle nous rendait un grand service, j'ai envie de lui crier qu'elle a tort mais là, je n'ai plus la force, il faut dire qu'après la claque que je viens de me prendre, ça peut se comprendre. Elle me demande alors si c'est clair maintenant ou qu'elle doit me faire un dessin. Son ton n'est toujours pas agressif mais ses mots, ses paroles, sa façon de me parler... Je suis clairement saisi. À tel point que j'ai du mal à reprendre la parole, j'ai le gorge nouée mais également l'impression qu'on vient de m'enfoncer un pieu dans le coeur. « C'est... très clair, Reese. » Je ne sais même pas comment j'ai eu la force de prononcer ces mots, je n'ai pas envie d'abandonner mais clairement là, je n'ai plus du tout le choix. Je n'ai pas encore digérer ses mots alors je tente de prendre sur moi. « Je vais te laisser tranquille, je suis désolé. » J'essaye de me consoler en me disant que même si ça me fera du mal de ne plus l'avoir près de moi, qu'on se comporte comme deux inconnus, au moins, je n'aurais plus de claque de ce genre. Pourtant une partie de moi reste persuadé que je la retrouverais, je suis peut-être un peu trop rêveur ou naïf mais c'est comme ça... Je replonge mon regard dans le sien pour la première fois, tentant de camoufler mes émotions même si je dois avouer que pour le coup, c'est trop difficile. « Je voulais juste t'aider tu sais, c'est tout. » C'était tout ce que je voulais, mais avant qu'elle me coupe, pensant de nouveau que j'ai pas compris le message, j'ajoute « Mais je suppose que si je veux vraiment t'aider, je dois m'éloigner de toi, c'est ça ? » J'ai encore espoir qu'elle me dise que non, qu'elle s'est laissé emporter alors qu'au fond de moi, je sais très bien que sa réponse ne me plaira pas. Mais ça sera mon dernier petit essai, le dernier avant de lui donner ce qu'elle souhaite, même si ça me déchire le coeur.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you're my friend, no matter what {Reese & Jim}   Sam 12 Nov - 2:12

--------------------------

Jimmy baisse les yeux. Reese est allée trop loin. Ses mots ont dépassé sa pensée, ils ont été plus froids qu’elle ne l’aurait cru. Elle aurait tellement voulu que ça se passe autrement. Dans une autre vie, elle l’aurait pris dans ses bras et elle l’aurait serré fort contre elle pour ne pas qu’il s’envole. Elle lui aurait dit que ça irait, qu’ils s’en sortiraient quoiqu’il arrive. Elle lui aurait murmuré qu’elle serait toujours là pour lui, toujours et à jamais. Dans une autre vie, elle aurait refusé qu’il quitte si vite la partie et qu’il l’abandonne à son chagrin. Mais il le fallait, qu’elle se répète en boucle. Il le fallait. Pour eux. Pour elle et sa santé mentale. Pour lui et son amitié qu’elle ne mérite pas. Il faut qu’ils s’éloignent et qu’ils s’oublient pour leur bien. Elle devient folle, Reese, à voir William partout, tout le temps, à les voir tous les quatre riant aux éclats. Elle les imagine partout dans sa tête, à chacun de ses pas, à chacun de ses gestes. Elle se souvient de leurs soirées, elle se souvient comme William aimait son pote Jimmy, comme Jimmy l’aimait aussi, comme elle aimait Mandy, comme Mandy l’aimait peut-être aussi. Ils avaient parfois leurs propres secrets, leurs propres sourires. Elle se rappelle de toutes leurs conneries comme si c’était hier. Et maintenant, y’a plus rien. Autour d’eux, y’a plus rien, seulement le silence et la mort qui les guette. Est-ce que ça vaut vraiment la peine de se battre pour ça ? Ils sont déjà condamnés, à quoi bon continuer ? Elle a volontairement été blessante, mais il aurait continué à creuser si elle avait été moins dure avec lui. Il aurait essayé de retourner la situation à son avantage et malin comme il est, il aurait réussi son affaire. Ca a toujours été comme ça entre eux. Elle le connait, il est aussi têtu qu’elle, aussi déterminé à vouloir sauver leur relation qu’elle à la détruire. Jimmy est bouleversé, sa voix témoigne de son émotion, et péniblement, Reese déglutit. Elle a si mal au cœur qu’elle en a la nausée. Compressé dans sa cage thoracique, elle suffoque. Elle a envie de gerber tant cette conversation la rend malade. Elle est horrible avec lui, elle s’en rend compte quand il en vient à s’excuser. Encore. Mais non, mais pourquoi tu t’excuses ? Il ne peut pas faire ça après ce qu’elle lui a dit, après ce qu’elle lui a balancé. Il devrait serrer les poings, renvoyer les coups, lui rétorquer que c’est salaud ce qu’elle fait, que c’est pas digne de leur amitié. Il devrait frapper à son tour, blesser son ego mais Jimmy reste tristement calme. Le visage décomposé, les traits tirés, la vague à l’âme, il reste l’ami parfait. Ca l’énerve, Reese, ça l’énerve tellement de voir comme il mérite mieux. Il vaut tellement mieux que ce monde pourri. Il vaut tellement plus que les autres, plus que le monde entier. Reese a l’impression d’être un monstre en lui infligeant de tels mots mais elle n’a pas le choix. C’est la seule manière pour lui de comprendre et de tourner la page. Il relève les yeux, elle croise son regard. Elle décèle tout ce qu’elle espérait ne jamais voir en lui. Elle espérait le préserver mais elle ne parvient qu’à faire tout foirer. Elle cligne des yeux, baisse le regard, en se demandant si lui-même s’est rendu compte comme elle souffre de cette situation. « C’est ça. » Sa voix déraille, elle n’ajoute rien d’autre de peur qu’il se rende compte de la mascarade. Elle déglutit, croise les bras en commençant à avoir froid. La température a subitement chuté de quelques degrés. Elle s’interrompe, relève la tête pour le regarder. Elle reconnait le numéro inscrit sur la demeure de Jimmy alors elle s’arrête. Après cette conversation, pas sûr qu’il veuille la raccompagner jusqu’à chez elle, et c’est pas plus mal. Ils se font face, et pendant un instant, l’hésitation la fige. C’est pas comme ça qu’elle aurait voulu que ça se termine. C’est pas comme ça qu’elle voyait leur relation. Elle avait toujours cru qu’ils resteraient ensemble jusqu’à la fin. Elle avait aussi toujours cru que William survivrait à cette fin du monde. Faut croire que ses convictions en avaient pris un sacré coup depuis l’épidémie. « J’crois qu’on s’est tout dit cette fois, » finit-elle par lâcher. Elle a besoin de temps. Besoin de s’éloigner. Besoin d’oublier. Avec Jimmy dans les pattes, c’est impossible. « Je… j’suis désolée. » C'est tout ce qu'elle peut lui offrir et c'est bien peu après tout ça. Probablement qu’elle regrettera sa présence mais pour l’instant, Reese ressent le besoin de rester seule.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you're my friend, no matter what {Reese & Jim}   

Revenir en haut Aller en bas
 
you're my friend, no matter what {Reese & Jim}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hello darkness my old friend
» Debby + be my friend I am small

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NOT TOMORROW YET :: enjoy the little things :: les rps achevés-
Sauter vers: